Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 24 novembre 2020
Antananarivo | 13h09
 

Editorial

Un autre rendez vous manqué avec l’histoire... le faux bond de trop ?

lundi 15 novembre 2010 | Anthony Ramarolahihaingonirainy

Un regard objectif et averti ne saurait ignorer la persistance d’un déséquilibre flagrant des pouvoirs dans le contenu du texte constitutionnel à soumettre au référendum du 17 novembre prochain en dépit de son excellence prétendue et martelée par des juristes-politiciens proches des cercles du pouvoir.

Une mise en garde préliminaire : ne cherchez surtout pas à déceler dans les propos de l’auteur une quelconque campagne en faveur ni du OUI ni du NON, encore moins d’un report ou d’une annulation pure et simple du rendez-vous électoral. La subjectivité est la pire ennemie de toute analyse, aussi sommaire soit-elle, qui se veut technique. Aussi, le magistrat et universitaire que l’auteur est a-t-il toujours mis un point d’honneur sur l’objectivité de ses écrits.

Sur un plan strictement technique, le projet de Constitution donne l’air d’un déjà vu : un Exécutif fort, trop fort en tout cas pour les deux autres entités constitutionnelles, réduits à de simples faire-valoirs. Le législatif serait encore mieux loti que le judiciaire, absorbé littéralement quant à lui par l’Exécutif. Le projet consacre un Exécutif omnipotent et sans véritable garde-fou semblable à celui défini par les Constitutions des trois républiques précédentes. Et s’il est constant que les mêmes causes produisent toujours les mêmes effets, sur un plan socio politique, personne n’a besoin d’être un devin pour prédire le retour à des crises sociales de l’ampleur de celles de 1972, 1991, 2002, et 2009 dans le futur.

Un Exécutif toujours aussi omnipotent et irresponsable

Un tableau assez simple résume la situation de l’Exécutif, constitué du Président de la République, du Premier Ministre, des membres du gouvernement et des responsables régionaux des démembrements de l’État (collectivités décentralisées). Inscrit dans la pure tradition républicaine et présidentielle française, le régime présidentiel malgache a toujours été symbolisé par un Président de la République touche-à-tout.

Théoriquement, il a le pouvoir de nomination sur l’ensemble de ses collaborateurs qualifiés par les Constituants de « hauts emplois de l’État » (art. 55-4). Il nomme directement les concepteurs (Premier Ministre, membres du gouvernement, membres de son cabinet civil) et malgré quelques délégations rendues inévitables par la multiplicité des exécutants (SG, DG, Directeurs et chefs de services), il ne se déleste pas pour autant de sa mainmise sur la nomination de ces derniers en se gardant, comme tout délégataire, le pouvoir de subroger l’autorité déléguée pour certains postes qualifiés de stratégiques. Dans le passé, certains ne s’étaient pas gênés pour s’immiscer dans la nomination de DG, directeurs de ministères, chefs de projet etc.

Il a surtout son mot à dire sur toutes les décisions, grandes ou petites, concernant la conduite de la Nation que ce soit sur le plan politique, diplomatique, économique, social, culturel en vertu de son pouvoir de fixation de la politique générale de l’État (art. 55-6). Le Premier Ministre, qu’il soit nommé directement par le Président d’après les lois fondamentales des trois précédentes républiques ou désigné par la majorité suivant le projet de Constitution actuel, « met en œuvre la politique générale de l’État » (art. 63-2) et à l’instar des PM depuis l’indépendance n’aurait pas de réel pouvoir propre. Il faut en outre reconnaitre que le contrôle exercé par le Président de la République sur la mise en œuvre de la politique générale ainsi que sur l’action du gouvernement enlèverait dans les faits tout pouvoir au PM (art. 55-7). Dans la pratique, ce dernier ne joue en réalité que le rôle de fusible : celui que le Président de la république fait sauter pour sauver sa peau en cas de problème. Advenant une grogne, leurs PM étaient les coupables désignés des Chefs d’État respectifs au cours des Républiques précédentes. Le Vice-président de l’épisode Première République n’était pas mieux loti. Le destin réservé à André Resampa par le Président de l’époque se passe de commentaire.

La concentration des pouvoirs régaliens entre les mains d’un seul homme, à la base des dérives des chefs d’État précédents, constitue un problème certain. Mais ce n’est que l’arbre qui cache la forêt.

Un Législatif toujours aussi limité

Le flou sur la responsabilité du Président, les conditions draconiennes sur la mise en branle de la responsabilité du gouvernement consacré par les précédentes lois fondamentales et en passe de l’être avec la nouvelle Constitution, c’est-à-dire, l’impuissance du législatif pour censurer l’Exécutif (voir « Une nouvelle Constitution pour changer quoi ? De la censure de l’Exécutif par le Législatif ») et enfin l’inutilité du judiciaire, simple prolongement du pouvoir régalien dans le maintien de l’équilibre des pouvoirs (voir «  Une nouvelle Constitution pour changer quoi ? De la censure de l’Exécutif par le Judiciaire »), présentent des dangers plus graves encore : l’Exécutif peut faire ce qu’il veut sans être inquiété par qui et quoi que ce soit (Voir « La Haute Cour de Justice (HCJ) ne suffira pas... »).

En voici quelques illustrations techniques. La motion d’empêchement définitif du Président de la République ne serait utilisable que seulement en cas de déchéance physique ou mentale de ce dernier (art. 50 et 51). La violation grave de la Constitution étant enlevée de la formulation de ces articles les rend quasiment inutiles, compte tenu de l’abaissement de l’âge minimal du candidat à la présidentielle (art.46). La motion de censure ne concerne d’ailleurs que le gouvernement (art.103). Le message devant le Parlement prévu par l’art.94 constituerait l’unique contact direct Président – Parlement, message pourtant « qui ne donne lieu à aucun débat », autant dire qui ne servirait pas à grand chose. En résumé, le Président aurait tout le pouvoir sans aucune responsabilité en retour.

L’amour du pouvoir et le penchant de l’Homme pour l’argent sont connus depuis la nuit des temps (voir « Par où commencer ? Les hommes ou les règles »). Ces deux perversions sont inhérentes à la nature humaine même, pas seulement aux dirigeants ou futur dirigeants Malgaches. Un Exécutif sans balise est capable de toutes les atrocités possibles et imaginables. La IIIe Reich était déjà passé par là. Les dérives jalonnant les précédentes républiques et les crises qui s’en suivirent ne sont plus à présenter.

Un Judiciaire toujours aussi soumis, négligé, inefficace voir inutile et inexistant

Le sujet a déjà fait l’objet de plusieurs développements, voir notamment (« Auscultation sommaire d’un grand corps malade : La magistrature malgache » 1ère, 2ème et 3ème parties, « Magistrature malgache : deux, deux et demi ou trois pouvoirs ? » etc.). Il serait trop lourd de revenir ici sur les détails.

En principe, un magistrat est indépendant lorsque ses décisions ne sont dictées que par la Loi et son âme et conscience, c’est-à-dire, lorsqu’il est prémuni de toutes perversions internes (santé physique et mentale, déviances éthiques et opinions personnelles etc.) et externes (pressions des membres des autres entités constitutionnelles, conditions matérielles, pressions sociales etc.). L’obéissance aux ordres d’un quelconque supérieur hiérarchique n’a pas sa place si telles sont les conditions. La qualité de fonctionnaire attribuée jusqu’ici aux magistrats et l’obéissance hiérarchique qu’une telle qualité suppose vont donc déjà à contresens de l’indépendance.

Enfoncent le clou l’art. 107 attribuant la garantie au Président de la République ainsi que la qualité de Président et Vice-président du CSM respectivement à ce dernier et au Ministre de la Justice (le CSM étant pourtant une entité appelée à gérer la carrière des magistrats), l’art. 110 réaffirmant l’obéissance hiérarchique des magistrats du Parquet, l’art. 109 limitant la protection de l’inamovibilité à la seule interdiction des affectations arbitraires (au détriment des mises à la retraite d’office, suspensions, révocations etc. lesquelles constituent pourtant autant d’armes plus efficaces encore pour soumettre les magistrats que les simples affectations). L’hégémonie de l’Exécutif en matières budgétaires et salariales se passe de commentaire.

La saisine hypothétique de la HCJ, de simple hypothèse d’école, confirme l’inefficacité voir l’inutilité des tribunaux dans le rôle de contrepoids, de balise et de censure de l’Exécutif. (Voir « La Haute Cour de Justice (HCJ) ne suffira pas... »).

Les expédients habituellement invoqués pour écarter la mise en place d’une magistrature indépendante genre crainte d’un gouvernement des juges, la qualité de non-élus des magistrats, la corruption etc. ont déjà trouvé leurs réponses dans des articles précédents de l’auteur (voir « Magistrature malgache : deux, deux et demi ou trois pouvoirs ? », « Indépendance judiciaire : la volonté, seule distance séparant l’impossible du possible », « Une nouvelle Constitution pour changer quoi ? De la décentralisation et dispositions diverses », « La corruption à Madagascar : à aborder autrement »).

Coûts économiques et coûts politico-sociaux

La braderie des ressources telles produits miniers, pétroliers, halieutiques, bois de roses, etc. demeurerait ouverte. Il suffit qu’une partie des gouvernants futurs soit malintentionnée pour que de telles dérives persistent.

Une implication des deux chambres du Parlement, premiers représentants des citoyens, dans les décisions économiques hautement stratégiques, en l’occurrence, dans le processus de passation des contrats pétroliers et miniers, dans l’attribution des concessions portant exploitation des ressources naturelles (terres arables, forêt, eau etc.) et surtout dans l’utilisation des revenus générés par ces ressources aurait été souhaitable en marge des détails techniques développés dans les articles cités plus haut. Ces ressources appartiennent à tous les Malgaches et non seulement à l’Exécutif. La logique veut dans ce cas que les citoyens, par le truchement de leurs représentants, aient leurs mots à dire sur ces matières. Le cas de certains pays comme l’Émirat de Dubaï qui en plus des redevances somme toute dues à lui en tant qu’État souverain recueille 90% du pétrole produit par les multinationaux étrangères implantées sur son sol devrait interpeller nos futurs dirigeants pour ne plus se contenter des miettes (de simples redevances ou d’un partage léonin sur les produits). Les dispositions de l’art.91 seraient trop générales et sujettes en tant que telles à plusieurs interprétations.

Et puisque le mécanisme démocratique demeurerait le même que celui verrouillé, estropié, mal équilibré et inefficace utilisé depuis l’indépendance où l’alternance démocratique était pratiquement impossible, les risques de crises politiques ou sociales cycliques seront quasiment certains dans l’avenir. L’unique possibilité pour arriver au pouvoir serait, en effet, le recours à des moyens autres que constitutionnels.

Prenons conscience enfin que les mannes pétrolières constitueraient peut être le dernier Joker pour Madagascar pour s’en sortir. Une fois ce Joker grillé, il n’y aura plus grand-chose à espérer. Seul un meilleur équilibre des pouvoirs dans lequel les futurs Président, PM et membres du gouvernement ne pourront plus faire des bêtises comme dans le passé empêcherait un tel désastre prévisible (et évitable !!!).

RAMAROLAHIHAINGONIRAINY Anthony

Magistrat,
Ph.D
Diplomé en Common Law
Diplomé en Sciences Politiques
Chercheur au Centre de Recherche en Droit Public (CRDP) de l’Université de Montréal
 

32 commentaires

Vos commentaires

  • 15 novembre 2010 à 08:15 | Basile RAMAHEFARISOA (#417)

    "Tout n’est pas parfait mais la date du référendum pour le "PROJET DE CONSTITUTION" est fixée.Maintenant il faut aller aux urnes.Une forte participation au référendum est une victoire pour MADAGASCAR.

    Basile RAMAHEFARISOA

    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 15 novembre 2010 à 09:02 | Tanindrazana (#3224) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Ano ity Bazily dia vendrana... efa ela ko Zaho ty no nandiniky ano fa dia mampalahelo. Heverinao fa raha betsaka ny olo mifidy dia marina tokoa ’zany ? Raha halatra efa fantatra fa olo efa zatra nanao ’zany ireo HAT ireto ka tsy hatokisako intsony. Jereo ny propagandy... hafa kely : fampanantenaina zavatra maro ’zao. Tena kobak’ambava maro zany zalahy. Ho tafavoaka ve isika aorian’io fifidianana io ? Aza manonofy... revin-adala ny an-Drajoelina sy ireo namany. Tsy misy vahaolana izany aorin’io fa voa maika aza handetika antsika jiaby...olo faoka ireo ! ity constitution moa dia natao mihitsy ny tsy hanazavana azy amin’ny antsipirihiny fa sao manita-tsaina RaMalagasy...Aleo entanina fotsiny sy omena vola sy fanampiana maro ...dia manaraka ho azy isika. Dia manonofy marina ano f any Malagasy efa tonga saina Ranamana ka dia ho hitano eo ny tohiny... mahereza fa mbola ho lava izy ity mo !

    • 15 novembre 2010 à 09:37 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à Tanindrazana

      tanindrazana,

      pour vous,je résume :

      "TOUS LES MALGACHES SONT DES FRAUDEURS".

      Alors,il faut rester sur place et passer notre temps à nous insulter ,sans arrêt.

      RENDEZ-VOUS le 17 Novembre 2010.

      Marche ou crève !!!

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 15 novembre 2010 à 10:10 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à Tanindrazana

      Tanindrazana,

      Vous n’avez qu’à attendre le constution de Ravalo pour vous faire plaisir

      Le peuple malgache va ouvrir une autre page de son Histoire le 17 Novembre sans Ravalo ,ni vous Tanindrazana

      Le catastrophisme post_referendaire ivavahanao io n’aura pas lieu, ça fait 2 ans que vous ne jurez que pour le pire pour ce Pays , mais le peuple malgache n’est pas dupe.

      On ne vous laissera facilement pas semer votre pagaille !!!

      Quand vous etes determinés dans vos manoeuvres diaboliques , les partisans du changement sont 1000 fois decidés pour sortir ce pays de l’abime de la haine à laquelle vous l’avez jeté.

    • 15 novembre 2010 à 10:38 | saina (#1582) répond à Boris BEKAMISY

      Avec, ce genre de raisonnement et de tels états d’esprit, je comprends maintenant pourquoi, Mada reste toujours dans l’ornière du sous développement !

      Mada merite - t - il vraiment ce genre d’argumentations ???

    • 15 novembre 2010 à 10:46 | Ragnarok (#3696) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Bonjour à tous,

      Sacré Basile, toujours avec ces inamovibles insanités... Après avoir parcouru le pays en long et en large durant ces trois derniers mois (merci taxi-brousse), je n’ai vu qu’une seule affiche le ’ENY’ ce qui est totalement invraisemblable dans un gouvernement organisant un referendum... Pas un ’TSIA’, le monopole soviéto-bolchévique est retour, à moins qu’il ne soit Pinochiste, Franquiste ou exalté délibéré... Alors le grand Basilou avec ses grandeurs, il me fait bien marrer. Comme tous les autres d’ailleurs.

      Il n’a pas le temps, lui l’ineffable affabulateur de vérités, de parler avec les gens dans tous le pays, les villages, les taxis-brousse... Mais il sait, il connaît tout, il voit, il devine, il est visionnaire. Pauvre fou.

      Je crois que, jamais, je n’ai rencontré telle crétinerie sur du long terme...

      Il se défend derrière son adresse email, mais qui va lui donner la sienne, ce pirate serait capable de refiler le nom aux sbires HATiennes. Pathétique clown, comique dégénéré...

      Mais l’important de ce message, ce n’était pas de critiquer Basilou, mais surtout d’insister sur le dysfonctionnement global de ce referendum inutile et bâclé. Même pas un projet de constitution délivré dans les fivondronana, personne ne sait de quoi ça parle. Je confirme...

      A bon entendeur !

    • 15 novembre 2010 à 10:50 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à saina

      Saina,

      Vous croyez qu’avec l’etat d’esprit de Ravalo on peut construire une Nation !!!La reponse est negative !

      Vous trouvez pas honteuses les argumentations des extremistes bornées de certains zanakidada !!

      Vous n’etes pas toujours conscients que ce nouveau etat d’esprit developpé pendant l’ere Ravalo jete le pays dans l’actuelle Zizanie sans precedent !!

    • 15 novembre 2010 à 11:14 | bozy (#4886) répond à Ragnarok

      "Le dysfonctionnement global de ce referendum" est fait exprès. Il sert juste à legitimer la Hat si le oui l’emporte.
      Comme vous dites, bon nombre de malgaches ignorent de quoi ça retourne ignorent même le contenu de ce projet de constitution, mais ils savent juste qu’il faut qu’ils aillent voter "oui" !

    • 15 novembre 2010 à 11:54 | da fily (#2745) répond à Boris BEKAMISY

      Mister Boris,

      misy indraindray mahatalanjona mihitsy ny voasoratrao eto, tsy mitetika ny hampiova hevitra anao akory satria ny hevitry ny rehetra dia hajaina avokoa, fa dia aza dia mivazavaza loatra rehefa mihoatra ny "borne" izay indraindray.

      Ianao io ve dia mihevitra fà izao fitondràna izao, dia hahavita ny hanarina an’i Madagasikara ? Raha nanenjika sy nahavita nandraoka an’ingahy Ravalo i Andry, ka notazominy ny indostria sy magazay rehetra izay efa nitsangana, dia mety nisy fanantenana ihany ny mpandinika sasany. Kanjo, alatra sy doro-trano be izao ny "spectacle" naroson’ny Hat, ireo voavidy vola, ireo be fialonana, ireo nibaby alaelo t@ nahalatsaka an’ny fitondran’i Radidy no nitady sehatra sy seza, izao manjoretra aby izao ny fitaovampamokarana izao, mandady ny ekonomiantsika, ihomehezan’izao tontolo izao satria miady an-trano no hay atao, raha nisy angamba ny fahavalo mpanafika dia asa lahy ! latsaka ambany ireny Kosovo ireny.

      Ity zavatra antsoina hoe "lalampanorenana vaovao" ity dia "lalan’ny maizikitroka, tsy ahitàna fanavaozana izany", mba vakio sy arao tsara ireo andininy tsirairay ireo, dia zarao aminay ary ny vokany izay hitanao ao, sy ireo andiny hanova ny fomba ratsy izay notanisaina teto hatr’izay !

    • 15 novembre 2010 à 13:09 | kakilay (#2022) répond à Boris BEKAMISY

      Au moins, "on" admet que le bord-el est sans précédent...

      Mais bien sûr ceux qui prétendent détenir les rênes du pouvoir du moment n’y sont pour rien : always victims... sauf pour les revenus :

      - des bois de rose,

      - les promotions à la "galonnette"

      - les villas qui cherchent à se cacher derrière des hauts tamboho à la hat, comme il y a des 4*4 ny hat...

      et la liste n’est pas exhaustive, comme on dit communément...

    • 15 novembre 2010 à 14:19 | Rabe (#3378) répond à saina

      Le pauvre be to ko rejette tout sur le dos de Ra8 car il ne peut pas defendre le vol, la tuerie, l’arnaque, l’intimidation, le plagiat,... que le minus dj/putchiste fait depuis 2 ans.

      levendrana promet des merveilles à n’en plus finir et utilise l’argent public pour sa propagande... mais personne n’est dupe...

      un chose est sure : le compte lui sera demandé tot ou tard.

    • 15 novembre 2010 à 18:43 | rayyol (#110) répond à kakilay

      et oui il y en avait il y en a et il y en aura c est partout comme cela sur la planete mais on peut leur rendre la vie plus difficile C est ce qu il y a avec tout ces theoriciens intello il faudrait avant d agir avoir des ecrits parfait gerer par des gens parfaits .Ce monde n existe que dans vos chimeres bienvenu au royaume de la realitee ou il faut se battre sans cesse pour subsister

    • 15 novembre 2010 à 20:35 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à Ragnarok

      ragnorak,

      dîtes-vous, trois mois ????

      L’ouverture officielle de la propagande pour le référendum.QUAND ??? et à quelle date ???

      Un peu de sérieux.

      Basile RAMAHEFARISOA

      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 16 novembre 2010 à 09:22 | Ragnarok (#3696) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Des propos inutiles, Basile, comme toujours, et pas une réflexion, pas la moindre bribe d’un soupçon d’objectivité sur les questions soulevées, PIRE, pas de réponse, du vent, du vent. Pauvre crétin pour rester poli.

    • 16 novembre 2010 à 11:00 | kakilay (#2022) répond à rayyol

      Prétendre que la réalité se résume à la réalité foza c’est admettre tout simplement une certaine pauvreté imaginative. C’est même affirmer que vous n’avez jamais vécu de meilleur dans votre petite vie...

      Quand votre horizon se limite à ce que vous offre ce petit... c’est une question de culture !

    • 16 novembre 2010 à 13:13 | ikoto (#4912) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Très très cher Basile RAMAHEFARISOA

      Vous voilà !

      Évidemment , très très cher compatriote et cocitoyen, je partage votre opinion : tout n’est pas parfait et nous ne devons nullement "chercher la petite bête" pour tout refuser. Pourtant, vous devrez accepter aussi qu’une Constitution est faite pour durer le plus longtemps possible et ainsi ne devra nullement être souvent sujet de "retouches", de "corrections" sous forme d’amendements exigeant de nouvelles consultations populaires par voie référendaire. Si bine que ceux auxquels incombe la charge de la rédiger doivent être, non seulement des juristes compétents "techniquement" mais surtout des citoyens préalablement "désignés par le peuple" par voie électorale (siégeant dans uns Assemblée Constituante) mais non point désignés par une personnalité politique (bien qu’affabulé du titre de Président de la Transition soit-il et ayant prêté serment publiquement après avoir reçu le pouvoir par le truchement de coup d’état déguisé) loin de faire l’unanimité du "Peuple souverain". Les membres du "Conseil Consultatif Constitutionnel", prétendant avoir collecté et glané ’ici et et là des propositions et reçu de la "Conférence Nationale souveraine", bien qu’unilatérale et loin d’être inclusive, les "principes et les idées maîtresses" qui s’articulent dans le projet de texte !
      Vous voyez bien, cher et très cher compatriote et concitoyen, les remous causés par les débats lesquels sont suscités par les critiques souvent pertinentes émanant d’éminents spécialistes (exclus de la conception et de la confection du dernier projet de texte) ! Bon nombre de spécialistes, d’observateurs, de politologues, de politiciens (ceux-mêmes qui ont pris part active à la Conférence Nationale d’Ivato élèvent la voix dénonçant une sorte de "holdup scripturaire" si j’ose m’exprimer ainsi ! Et tout bonnement vous insinuez que LES JEUX SONT FAITS ET RIEN NE VA PLUS car "la date du référendum pour lr PROJET DE CONSTITUTION est fixée" ! Quelle légèreté d’esprit ! Quelle inconséquence ! Quelle irresponsabilité ! Nous connaissons bien que vous et les partisans du OUI se cachent toujours derrière "la course contre la montre", la fatigue qui commence a ronger le pays, et l’apathie des gens, la simplicité et la naïveté de cette masse de citoyens plus soucieux et très pressés à finir une fois pour toute cette crise pour leur donner ce texte que cette "masse de citoyens" est loin d’être apte à décortiquer en vue d’en comprendre les tenants et les aboutissants ! Ces pauvres citoyens bernés ne se soucient pas des crises à craindre dans un temps proche ou lointain ! A leurs yeux ces débâts ne sont que des élucubrations des intellectuels en mal d’expression !
      Je tien à vous dire que la sagesse malgache suggère : "Ny hevitry ny maro mahataka-davitra fa ny hevitry ny vitsy manodidina ny toko" ou encore "Ny hevitra tsy azo tsy avy amin’olombelona" et enfin : "Avadiho im-pito aloha ny lela mialoha ny hitenenana" ! Or, nous avons brulé les étapes et nous alons nous morde les doigts d’ici peu ! Nous ne souhaitons point du mal pour le Peuple déjà meurtri mais nous osons élever nos voix pour dénoncer ce qui nous paraît néfaste pour le peuple.

      IKOTOROA

  • 15 novembre 2010 à 08:18 | Georges Rabehevitra (#3099)

    Merci pour l’analyse claire et à la portée des non juristes.

    J’ai dénoncé dans ’’escroquerie intellectuelle’’ le fait de mettre dans ce projet des dispositions transitoires concernant le pouvoir actuel, tout en disant que la Consitution ne peut être moidifée dans les 10 ans. Je vous rappelle que dans le 1er jet, il y a même des gens insensés qui ont mis un nom, intuitu personnae !

    vous vous rendez compte de l’idiotie ?

    Un Constitution avec des dispositions transitoires, c’est quoi ? c’est tout sauf une Constitution, une Loi Fondamentale. Si le référendum est voté, le pouvoir actuel peut rester autant qu’il veut, puisque rien ne s’’y oppose dans ce projet,

    Le référendum est tout sauf pour juste pour demander :on est pour ou contre cette Constitution. Donc ce n’est pas un référendum, c’est une escroquerie.
    Il n’y pas à dire oui, non, abstention, à une escroquerie manifeste, mais dont certains ’’juristes’’ ont accepté le principe même

  • 15 novembre 2010 à 09:43 | diego (#531)

    Bonjour,

    En effet, on serait tenter de dire, il y a dès fois, qu’on n’a plus personne et que tout le monde est pourri. Mais en lisant un de nos juristes, on est rassuré.

    Le peuple Malgache a été toujours victime d’escroquerie de ses dirigeants, mais avec le coup d’état de 2009, le pays est à terre. Nos élites dans son ensemble, sont marginalisés, l’Armée divisée. On oublie souvent notre Armée, elle est divisée et cette division ne sera pas résolue si le pays ne décide de mettre tout sur la table et aucun président ne sera en paix tant que l’Armée est divisée. Quand vous avez des généraux ou des officiers qui ont chacun leur interprétation de la CONSTITUTION de leur pays, ce que le pays se trouve bien bas.

    Les politiciens Malgaches et les élites du pays n’ont pas encore les réflexes qu’ont les politiciens occidentaux et les élites des pays modernes :

    - la caractère sacré de leur CONSTITUTION et des leurs INSTITUTIONS.

    - et que les richesses du pays sont les biens du peuple. On a des USURPATERUS DES FONCTIONS, on est en Transition, mais la HAT décide de tout et engage l’avenir du pays dans une politique dont elle seule connaît la logique.

    Voilà un pays, indépendant depuis 50 ans dont les politiciens ne savent pas encore la ligne jaune, rouge de leur CONSTITUTION où l’Armée divisée et ses généraux ont une interprétation à eux et, de nos institutions et surtout la constitution. AIZA ILAY HOE HO MATY HIARO NY FIANDRIANAM-PIRENENA ?

    Voilà un pays indépendant depuis 50 ans, mais ses politiciens ne savent pas encore, c’est trop dur pour eux de comprendre, que les richesses nationales pourraient sortir le pays de la misère et de la pauvreté chronique. Et que les richesses tant bradés depuis l’arrivée de la HAT ne seront pas éternelles !!!!! On fait la démonstration à MADAGASCAR que les putschistes peuvent tout se permettre. Faites donc la différence entre les putschistes et la mafia ?

    Je ne connais rien à rien quant à la politique Malgache, mais même un idiot de premier sait lire et sera capable de comprendre qu’avoir UN DJ, non élu, putschiste à la tête du pays n’engendrera rien de bon quant à l’avenir du pays.

    Chers juristes, avec un DJ à la tête de l’ETAT, notre cher pays va être bradé, et c’est déjà le cas depuis 2 ANS. Ce n’est pas encore suffisant pour que tout le monde prenne leur responsabilité et SAUVER LE PAYS ?????

    • 15 novembre 2010 à 23:20 | rasoulou (#4222) répond à diego

      Bien parlé !!!

  • 15 novembre 2010 à 10:31 | da fily (#2745)

    Un lapin avec l’histoire, initié par celui qui a les dents longues, qui s’accrochera et qui mordra tous ceux qui se mettront en travers.

    Une escoquerie sans nom, un mode dilatoire de plus pour mieux businesser en rond. Du grand, mais grand n’importe quoi, une vraie constitution bananière, n’en déplaise aux "non-africains" du forum. Un costard sur mesure que ne renieraient ni Bongo, ni Mugabe ou Kabila. Notre pays continue, hélas dans l’ornière, dans les travers qui n’ont fait qu’exacerber la fracture et qui font dans l’enrichissement direct et rapide. Que peut-on attendre d’un blanc-seing comme cet erzatz de constitution, à part la souveraine mainmise du noyau présidentiel sur tout le pays ? J’ai lu aussi que les forces armées seront directement appelée pour faire reigner l’ordre si le président le décide, est-ce qu’on est loin de la dictature ? Etait-ce cela qui se cachait derrière ces doigts en V et cette écharpe orange ? Que ceux qui ont la vue qui baisse, les oreilles en encombrement constant et le cerveau en stand-by, se réveillent mince, on vous prend pour des lanternes, et je suis poli !

  • 15 novembre 2010 à 10:33 | saina (#1582)

    Ok ! La plupart des forumistes pensent que le referendum ne résoudra pas le problème récurrent de la crise. Ce sera un résultat tronqué car les mêmes artifices utilisées auparavant pour avoir le pouvoir restent les mêmes. La population est déjà vaincue ! Madagascar est aux mains des ravisseurs qui voient le viol légitimé par le mariage !

    Que faire alors ? Attendre "impatiemment" à ce qu’un ’nouveau homme’ se lève (bien sûr avec l’appui d’une quelconque puissance étrangère) pour renverser la situation ? Pour combien d’années ?

    Alors, il faut se préparer pour la prochaine bataille. Comment ?
    La politique se doit être une profession : un politicien doit avoir les bagages nécessaires pour faire développer sa localité, son pays. Être un politicien, c’est avoir un sacerdoce aussi car être compétent ne veut pas dire automatiquement être efficient. Il faut avoir le "cœur" mais pas seulement les couilles. Il faut aussi qu’il y ait de législations pour règlementer ce métier de politicien.

    • 15 novembre 2010 à 11:16 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à saina

      Saina

      Sacré Saina !!!

      Avec le Credo que vous venez de reciter , vous avez bien resumé , sans le savoir,l’actuel Projet de Constitution ( il faut avoir le Coeur pas seulement les.... burnes)

  • 15 novembre 2010 à 11:31 | The Man (#2712)

    Na ny contitution-dry zareo "Etats-Unis" aza no atao "plagiat" ho fidin’ny vahoaka malagasy @ alarobia izao tsy ahavaha ny "crise" e.

    Kekerin’ny bitro kely tiana daholo ry fozaorana sy fohy saina isany milaza fa tsy izao mihitsy no antony nanalana an-dRavalomanana. Na mety io volavolana lalam-panorenana io na tsy mety dia ankafizo e. Tsy tody @ ilay notiadivana ve ? Ny "eny" hono izany efa azo antoka fa handresy raha ny filazan’i Gista sy Pierre Tsiranana.

    Mba mikaroha mafy ianao A/toa R. Anthony dia mba toroy hevitra ireto mpitondra mamin-dry zalahy (sa nareo ?) ireto e

  • 15 novembre 2010 à 12:27 | zanaharyo.tahio (#1931)

    Les pro TGV hatifs se hâtent vers cette élection car ils ne pourront plus faire marche arrière. Ils s’en moquent du contenu de la constitution même si cela ouvre grand à une nouvelle crise et d’autres nouvelles constitutions durant plusieurs républiques sur 2 ans. Ils s’en fout du Oui ou du Non qui sortira d’une quelconque urne inventée ou réelle. Ils veulent du Sans Ravalo un point c’est tout. Mais pourquoi ?
    La raison est simple, Ils sont allés trop loin et la vérité éclatera tant que Ra8 est soutenu par ses partisans là, indéfectible et patriote. Sans Ravalo depuis plus de 18 mois, le pays est en débacle et le roi est celui qui est plus corrompu (bois de rose, attribution de licences, etc....). Le pays n’est plus un état de droit et ne le sera plus durant au moins 10 ans durant lesquels une milice tient la gachette autour des secteurs corrompus comme les mines et le pétrole.
    Maintenant ce n’est plus seulement les partisans de Ravalomanana qui clament l’annulation de ce referendum car les malagasy ne sont pas si crédules que certains pensent. Les intellectuels, les vrais, commencent à ouvrir leur gueule pour dénoncer ce que le FAT fait. Le patriotisme est entrain de réssurgir à grande echelle et cela va éclater contre la FAT qu’ils veuillent ou non, avant ou après l’élection, etc.....

  • 15 novembre 2010 à 14:54 | rayyol (#110)

    mon Dieu que de paroles inutiles au moins vous vous adonnez a votre sport preferer ecrire vous relire et voir combien vous etes bon .Mais les gens comme vous perdent tout sens des realitees.Vous n avez pas realiser que tout le monde ou presque s en fout de ce qui est ecrit et que seulement les gens comme vous l ont lu .Ce que les gens veulent c est en finir avec la situation actuelle et repartir sur de nouvelles bases et peut importe ce qu elles sont c est une question de confiance EX si un voleur notoire vous signe une declaratiuon comme quoi il renonce au vol allez vous le croire c est ce que c est une constitution elle a valeur en autant qu elle soit respectee si les politiciens ne le font pas qui le fait vite les elections et peut etre allez vous comprendre apres peut etre car si vous ne le voulez pas personne ne le peut a votre place

  • 15 novembre 2010 à 16:33 | The Man (#2712)

    Petit poisson deviendra grand mais personnellement,je préfère les analyses émanant de Eric Rakotoarisoa, un constitutionaliste de renom et/ou de Honoré Rakotomanana qui n’est plus à présenter sur la matière.

    Est-ce que Mr. R. Anthony va remplir son devoir de citoyen ce mercredi si bien sûr, ses recherches le lui permettent ? Votre régime a imprimé plus de nombre de bulletin unique que de votants pendant le "affairen’ny doma" donc c’est maintenant ou jamais

  • 15 novembre 2010 à 17:30 | maminah (#2788)

    Juste une question : l’objection de conscience n’existe-t-elle pas chez les juristes ? Comment certains magistrats peuvent-ils , en parfaite connaissance de cause, accepter de donner forme à un texte qui engage aussi mal l’avenir ? La majorité de la population ira malheureusement donner son blanc-seing, après-demain, à cette arnaque institutionnalisée.

    La dernière partie de l’édito, sur les dérives économiques à craindre de cette Constitution, est édifiante et laisse augurer le pire. Mais au fond, ne serait-on pas un peu portés sur le hara-kiri ? Courir à notre perte n’a jamais été une phobie. Alors...

    • 15 novembre 2010 à 21:08 | gasy tsotrizao (#3859) répond à maminah

      Marina ny anao satria tena tsy miova mihitsy ny olona sasany (ry tberkilaozy, basilensis mentalus, be petatoko, sy ny forongony) eto amin’ity an ! Satria moa ireo mpomba ny faty dia tsotra ny azy ny tanjony : miala ka tsy miverina eo Ra8 ! Ka na bitro na kivah na pesta na choléra dia tiany daholo rehefa tsy Ra8 ! Ary rehefa mandroso hady hevitra ianao dia valiany adi-hevitra hoe « tamin’ny andron-dRa8 tsy hita zay nolazainareo... » na koa hoe « mitady fiovana ny malagasy ».

      Fa inona no niova e ? Aiza ilay fampanantenana ? Fa maninona no tsy manazava ny ao anatin’ila constitution ny mpanohana ny eny fa mitantara fiainambaovao tsy misy misoratra ao anatin’io C.O. NSTY TITI SUS SON io : tsena mora hoe, trano mora hoe, hopitaly hoe, stady hoe, sy ny sisa e !

      Maninona moa ry berklaozy sy ry biledé raha sahy mamaly hoe tsy marina ny fanazavanao ry Anthony ? Dia mba mandahatra eo ny heviny amin’ireo andalana voatanisa ireo e !

  • 15 novembre 2010 à 21:51 | Lefona (#4584)

    "◦Un autre rendez vous manqué avec l’histoire" hoy ny titre....mais qui va manquer le RDV ?....en tous ca pas NOUS les pro-transitions, car l’histoire, nous sommes en train de la faire pour que VOUS puissiez l’écrire (mais nous aussi ne vous-en faites point !) ! Sa tsy izany ? Nous, en 2010, 2011, on écrit l’histoire avec le peuple, dans le quotidien, les autres ne font qu’exister sur MT et autres site pro-gtt. et pro...ce qu’ils veulent !

    • 15 novembre 2010 à 23:16 | rasoulou (#4222) répond à Lefona

      Ecrire l’histoire, et bâtir le Pays, sur des fausses bases ( COUP D’ETAT), c’est RIEN, vous allez voir, vous serez tous jugés les auteurs de Coup d’Etat, vous serez tous sur les bancs des accusés, à commencer par les CAPSAT et les marionnettes de Directoire Militaire, un jour viendra où la VERITE VA GAGNER ! NY MARINA TSY MBA MATY, croyez-le moi !!!!!!

    • 16 novembre 2010 à 00:50 | FIPOZ (#2162) répond à Lefona

      Malheureusement, Lefona n’a peut-être pas tout faux. Les personnes qui réagissent sur MT ne représente que 2 ou 3 % de gens comprenant bien ce qui se combine avec cette pseudo-Constitution, mais si ANR fait sa campagne c’est pour les autres ignorants et crédules, c’est cela qui est triste car, faute d’instruction, ils sont comme des éponges qui absorbent tout ce qu’il leur fait entendre ! Gros soupirs

    • 17 novembre 2010 à 07:57 | ikoto (#4912) répond à Lefona

      Mr Lefona

      Si je comprends bien votre assertion vous dites que c’est vous, "pro-transitons", comme vous vous nommez, qui êtes en train de faire l’histoire avec le peuple et en même temps en 2010 , 2011, vous écrivez l’histoire avec le peuple, dans le quotidien, les autres ne font qu’exister su MT et autres site pro-gtt. pro... ce qu’ils veulent !

      Quelle affabulation et quelle prétention déplacée. Est-ce que vous pouvez répondre aux questions suivantes ? "Qui sont les "acteurs" et les "auteurs" de l’histoire (de Madagascar, bien sûr)" :

      - de 1894 - 1896, serait-ce Razafindrahety (la reine Ranavalona III), le P.M. Rainilaiarivony, le Général Joseph Simon Galliéni ou le XIV Voninahitra Rainandriamampandry ?

      - de 1946 à 1948 : Raseta Joseph, Tata Max, Ravoahangy Andrianavalona, Jacques Rabemananjara, Bezara Justin, le Ltn Randriamaromanana du côté des patriotes et nationalistes ou Ratsiraka Albert, Ramambason, Pascal Velonjara fondateurs du PADESM alliés à l’autorité colonial qui a réprimé dans le sang le mouvement de 1947 ? Pour la "petite histoire", savez vous qu’il est écrit noir sur blanc dans les Statuts Organiques de fondation du PADESM que ce arti est strictement pour les "MAINTY ENINDRENY" et les "COTIERS", les "MERINA" (Andriana et Hova) ne sont pas admis dans ses rangs ?

      - de 2009 au 17 novembre 2010, est-ce que vous vouliez dire que vos protagonistes (les 3 mouvances) ne sont point ni des "acteurs" ni des "auteurs" de l’histoire de ce pays qui appartient à vous tous (vos protagonistes y compris) et je dirai plus : à nous (antsika = nous inclusif) tos car, mon humble personne, bien que n’osant pas défier sur le macadam les sbires des FIS, les miliciens d’Alain Ramaroson, la soldatesque de l’EMMOREG du Gal Ricahrd Ravalomaana dit "Richard Baomba", je désapprouve souvent les initiatives de votre P.H.A.T. et des mercenaires politiques prédateurs affamés qui l’entourent et qui le conseillent, la soldatesque sans cerveau et sans conscience, cette "justice" d’opérette sous la bottine d’une certaine bergère (mpiandry) Christine Razanamahasoa, en j’en passe.... Moi, personnellement, je revendique que nous de la "majorité silencieuse" bâillonnée et meurtrie dans notre chaire devant la restriction des libertés (laquelle constitue le fond, le principe et la force de ce régime) aussi nous sommes en train de vivre et de faire l’histoire de ce pays et de l’écrire, parfois avec notre sang !

      - Et ces dizaines de personnes brûlées vives dans les magasins de MAGRO le lundi noir (26 janvier 2009). Elles faisaient partie de cette masse entraînée par des politiciens et des stratèges de la guérilla urbaine pour piller les magasins et les entreprises de Ra8 afin de terrasser et de blesser à mort ce dernier, pur que le D.J. puisse le mettre à mort ! Ils ont été des "acteurs" de l’histoire de ce pays !

      - Et ces dizaines de personnes abattues sur l’asphalte à Antaninarenina-Ambohitsorohitra, sacrifiés sur l’autel de la politique politicienne afin de permettre à un ancien D.J. d’accuser un certain "Ra8" d’être un "assassin", ils ont aussi écrit l’histoire de cette île avec leur sang !

      Ainsi, Mr Lefona, ne vous embarquez par sur cette voix menant vers l’esprit d’exclusion, vers un chauvinisme rétrograde lesquels états d’esprit pavoisent la route vers le fascisme ! Je suis persuadé que vous êtes un "bon citoyen", un bon "patriote", mais on ne peut aimer et servir son pays comme vous les "pro-transitions" vous faites ! Ceci est à l’opposé de l’ "âme" malgache (je ne dis pas "esprit" mais "âme") imbue du FIHAVANANA.

      Pourtant je veux bien concéder que ceux qui prétendent, avec ostentation, faire et écrire "seuls" l’histoire de ce pays veulent bien en exclure ceux qui ne partagent pas leur opinion si bien qu’ils "font subir" aux autres l’exclusion, la répression !

      En bon entendeur, salut !

      IKOTOROA

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS