Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 17 septembre 2019
Antananarivo | 13h52
 

Société

Après l’épopée Barea

Place à l’action de développement

samedi 13 juillet | Fanambinantsoa

Les performances de Barea l’équipe nationale de football ont redoré l’image de la nation malgache. Barea est dans la cour des grands du football en Afrique et grâce à ses exploits, Madagascar gagne beaucoup en considérations et reconnaissances. Il reste que maintenant l’opinion publique – nationale et internationale, s’attend à ce que le pays s’attaque sérieusement au combat contre la misère car il n’est pas encore sorti de l’auberge et du lot des pays les plus pauvres. Beaucoup sont impatients de voir les promesses présidentielles se concrétiser dans leur quotidien. Les personnes âgées admirant les efforts déployés par le président pour galvaniser le peuple et les amoureux du football et les joueurs jusqu’en Egypte, ne cessent de raconter et de faire l’éloge d’une époque où Madagascar avait rivalisé socialement et économiquement avec la Côte d’Ivoire ou le Sénégal et tenait la tête aux autres îles de l’océan indien (Maurice, La Réunion, Seychelles et Comores) qui s’approvisionnaient dans l’île, vu la place du port de Toamasina de port d’éclatement, vu la santé économique du pays et la rigueur de la gouvernance.

Certes le président de la République montre une volonté à développer le pays et à ce que le peuple retrouve sa fierté. Mais les problèmes sont colossaux. Or sa manière de faire n’est pas sans créer des doutes sur les réels profits générés par ses actions et décisions de grands projets de villes nouvelles. Pour l’instant, à l’endroit des inaugurations de barrage et adduction d’eau ou encore de lancement des travaux routiers, beaucoup lui suggère l’honnêteté intellectuelle, à l’instar d’Onitiana Realy et bien d’autres observateurs. Pour l’instant aussi beaucoup lui demande plus de transparence sur les financements des nouvelles acquisitions aussitôt élu et qu’il a fait défiler au stade de Mahamasina lors de son investiture. En fait, c’est nébuleux et il y a beaucoup de non-dit. On se demande quelque part sur les réelles motivations des améliorations et transformations de quartiers opérées à Tsaramasay-Ankorondrano Andrefana quand on sait que c’est l’arrière plan des grands immeubles modernes qui abritent des industries et des commerces (tour orange, immeuble de verre…) dont les propriétaires et les futurs investisseurs verraient mal et d’un mauvais œil les taudis et insalubrités les côtoyer. Le projet pilote de réhabilitation et d’embellissement, si réellement financé par l’Etat, aurait pu cibler des quartiers d’Ampefiloha Ambodirano ou Anatihazo Isotry et sans conteste être plus judicieux et persuasif que ce qui a été réalisé dans ce quartier industriel. D’ailleurs, les grands groupes commerciaux et industriels n’ont-ils pas déjà démontré auparavant – plus exactement sous la Transition, leur solidarité et leur disponibilité à moderniser « leur route » et leur environnement, leur quartier ?

Tout cela n’empêche que les améliorations et embellissements apportés à Ankorondrano Andrefana et Tsaramasay entretiennent l’espoir d’un véritable renouveau. Le délai imposé pour déménager les petits commerces –activités de survie de ces populations, donne pourtant un goût amer et remet en selle les perceptions comme quoi, ces aménagements et améliorations qui y ont été faits, ce ne sont finalement que des effets d’annonce, un rêve qui s’évanouira sous peu. Il a en effet été dit que les conteneurs servant de locaux à ces petits commerçants doivent être libérés et qu’il faut que ces commerces trouvent d’autres endroits où exercer leurs activités.

Quoi qu’il en soit, les Tamataviens et leurs amis sont eux aussi impatients. Ils se souviennent du grand boulevard Ratsimilaho qui va du port de Toamasina, en passant par le lycée Jacques Rabemananjara et le quartier de Salazamay jusqu’à l’aéroport d’Ambalamanasy, que le président de la République va réhabiliter entièrement. Les projets de « Miami beach » et de grands building, de création de centres commerciaux, de jeux et de loisirs rappellent dans les esprits des seniors les animations d’une certaine époque des « concours de châteaux de sable », de gymkhana et d’un certain Jacques Dalès et ses humours ; voire de la première Foire internationale de Toamasina et son grand cirque.

En tout cas, le président de la République, appuyé par un grand renfort de communication, doit maintenant éviter les discours empreints d’électoralisme parce que l’heure n’est plus à la chasse aux voix, comme disait le Sefafi en son temps. Place aux actions !

11 commentaires

Vos commentaires

  • 13 juillet à 11:48 | rayyol (#110)

    C est curieux le silence de tout ces brailleurs en fin de vie quand il s agit de passer aux choses sérieuses Pas demain que Madagascar sortira du trou avec pareille bande de nuls tout juste bon a critiquer ou a encenser sans jamais apporter quoique ce soit de constructif vitement une autre generation pour remplacer ces nuls

  • 13 juillet à 11:48 | rebey (#9809)

    les Malgaches sont devenus comme les algériens, ayant très peu de gloire à raconter peut-être ces 50 dernieres années , alors on en fait tout un plat sur un simple championnat que d’Afrique de Football, et pire des brouhahas sur un quart de finale gagné ou perdu .
    Qu’est ce qu’un championnat d’Afrique ?

    • 13 juillet à 12:12 | rebey (#9809) répond à rebey

      je dis aux Malgaches et aux algeriens et aux africains en general, arrêtez de vous laisser tomber dans le panneau de foot, vous meritez plus que cela, La guerre des Malgaches contre la colonisation en 1947, et la guerre des Algériens pour l’indépendance en 1962 sont des reels honneurs pour chacun de vous. LE FOOT par contre, c’est une piège tendue pour vous maintenir dans la pauvreté et vous rabaisser davantage

    • 13 juillet à 13:14 | ratiarison (#10248) répond à Isandra

      Efa Fatatrin’ny Be sy ny MARO eto @ny forum ireo ry foza ISANDRA vendrana à.?? Ny fanontaniana dia ny hoe : AIZA IHANY ???mazava Ny TIC. .... TAC..... Tsy mijanona !!! Fa aza manodin-dresaka lava IZAO na mitady porte 🚪 de sortie lava IZAO ? matatesa
      fa mbola ho hejana ny suite ny TANTARA .. ??mazava tsara hatramin’izao ny filelafanao ANAO manonkana an’
      I dj !!, ? Fa MARINA JIABY IREO voalazan’i namana "MATO ny momba anao. Mazava !!samy tsara !!

    • 13 juillet à 14:43 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Voici,

      Le calendrier:pour 3ans,...

      2019: : les négociations et les Préparations, et le début de la plupart des grands projets,..ainsi que les réalisations de certains projets.

      2020 : Les réalisations de la majorité des projets, et l’année de l’inauguration,

      2021 : Les inaugurations continuent, les fruits des efforts commencent à se faire sentir,...

    • 13 juillet à 23:23 | saint-augustin (#9524) répond à Isandra

      Bonjour ISANDRA,
      de l’argent pour la scolarisation des enfants c’est quelque chose qui marche très bien.Experimenté au Brésil sous la Présidence de LOLA.Avant la mise en place de cette mesure il y avait beaucoup d’enfants errant au Brésil ,en l’occurrence à FORTALEZA que je connais très bien.Un an plus tard il n’y a plus d’enfants errant à FORTALEZA.
      Mais il faut allez plus loin comme l’a fait LOLA,Construire des logements pour ces familles moyennant une petite participation de leur part et étendre le programme sur le plan national.Tout le monde y gagnera et c’est un bon moyen de vaincre la pauvreté à moins de 5 ans. .

  • 13 juillet à 13:28 | lé kopé (#10607)

    Bonjour ,j’ai souvent entendu que le Foot et le sport en général, ne sont que des activités futiles juste pour épater la galerie.Je m’inscris en faux ,face à ces allégations ,tout en intégrant des arguments à mes convictions. Le sport et la musique(qui adoucit les moeurs)sont des phénomènes sociaux et culturels. La culture est" un ensemble de comportements ,appris, transmis et partagés " et c’est "ce qui reste quand on a tout oublIé ".L’éducation du corps dont le sport est un moyen, vise l’épanouissement de l’individu par le développement de son physique(musculation ,coordination ...),le développement du sens moral, par les règles qui le régissent et enfin par le développement intellectuel, car les différentes situations rencontrées, nécessitent la mise en place d’une stratégie adéquate. Pour atteindre l’objectif de l’épanouissement et la réalisation de soi,(Pyramide de Maslow),plusieurs étapes doivent être franchies, dans le travail et l’abnégation.La communion qui s’est établie entre les joueurs et le peuple Malagasy est l’instance suprême pour atteindre le Graal. Mais n’oublions pas les dérives du système par le passé ,où Hitler, Mussolini ,les pays de l’ex URSS et du bloc de l’EST se sont servis du sport pour faire passer leurs idéologies.(sic).J’espère que cet engouement sympathique ,saupoudré d’Unité et de Fierté Nationales ne soit qu’un feu de paille, et retombe dans l’oubli.Il faudra "surfer" sur la crête des vagues en capitalisant sur ce trésor inespéré. Peut être , pourrons-nous "transformer l"essai" par un transfert de compétences dans d’autres DOMAINES ?

  • 13 juillet à 14:32 | pierrequiroule (#10670)

    Faut vraiment être TRES stupide pour penser qu’une victoire en 8 ème de finales de la CAN a redoré le "blouson" (made in friperie) de la nation malgache !

    Seul un déficient mental peut croire que "Barea est dans la cour des grands du football en Afrique" et surtout que "grâce à ses exploits, Madagascar gagne beaucoup en considérations et reconnaissances." Vous délirez mon pauvre Monsieur !
    Faut redescendre sur terre Fanambinantsoa !
    Aux dernières nouvelles, Madagascar est toujours le 4ème pays le plus pauvre du monde ; en ce moment-même des centaines de milliers de Malgaches sont au bord de la famine dans le sud ; la jirama est toujours incapable de fournir de l’eau et de l’électricité à ses abonnés qu’elle se contente de rançonner ; quant au "fleuron" Airmad ... n’en parlons pas !
    Les Malgaches vont célébrer la performance des Barea comme ils savent le faire en pareille occasion.... en s’imbibant de rhum et en traiant un gdb lundi matin !

    Alors un peu de décence svp par égard aux millions de Malgaches qui galèrent toujours autant qu’avant la victoire des barea sur le Congo !

    Arrêtez d’écrire n’importe quoi et de prendre votre vessie pour une lanterne et votre délire pour la réalité !

    • 13 juillet à 23:46 | saint-augustin (#9524) répond à pierrequiroule

      Bonjour Pierrequiroule,
      Vous savez le Sud n’est pas pauvre mais souffre de non développement.La richesse du Sud :Le Soleil et le Raketa pour ne parler que de ses deux là.
      Au lieu d’acheter du pétrole qui va s’épuiser dans quelques décennies , pourquoi ne pas investir sur le Renouvelable :le SOLEIL comme font beaucoup de Pays :Le Maroc,la Californie,l’Espagne.
      Le Raketa ,vous savez que l’huile essentiel provenant de raketa vaut 1000 euros le litre(au Maroc), au Mexique il vend des boissons à base de Raketa qu’il exporte dans le monde .
      Utlisons le pouvoir naturel du sol du sud pour engrager de la richesse .
      Un programme ambitieux ,mais qui coûte cher,transferer l’eau en abondance dans l’EST du pays vers le Sud comme a fait l’Ile de la Réunion .

  • 13 juillet à 14:47 | kartell (#8302)

    Giresse a été un joueur de légende mais en tant qu’entraineur, il n’a jamais été concluant après ses résultats en dent de scie dans l’hexagone, il a fait ce que de nombreux coachs français ont tenté par la suite : l’expérience africaine où il a souvent été remercié pour insuffisance de résultats voir son parcours professionnel sur Wikipedia
    L’Afrique constitue pour ces anciennes gloires un terrain de repli face à un hexagone qui préfère des techniciens à la maîtrise plus performante d’autant qu’entrainer un club ou une équipe nationale, c’est très différent !....
    Hervé Renard pourtant détenteur de deux coupes d’Afrique avec la Zambie puis la Côte d’Ivoire n’avait pas convaincu sur le plan national puisqu’il fut deux fois remercié !....
    Mon propos n’est pas de porter le discrédit sur ces carrières exotiques, mais d’expliquer pourquoi l’Afrique constitue un vivier où ces entraîneurs peuvent exercer leur métier alors qu’une concurrence sévère ne leurs permet pas de le faire à un haut niveau en Europe.."
    Le football africain se voit piller par l’Europe aux moyens financiers faramineux attirant sur ses stades les meilleurs d’entre eux et laissant des joueurs moins prestigieux évoluer au pays, faute de pouvoir décrocher le sésame de l’expatriation convoité ....
    La CAN permet aux nations africaines de se mesurer à valeurs plus ou moins équivalentes tandis que la coupe du monde impose des exigences plus hautes qui réussissent peu aux africains, faute d’un niveau suffisant pour rivaliser avec ces nations cadres ..
    La CAN permet d’établir un classement continental en donnant aux pulsions nationalistes du grain à moudre et aux pouvoirs en place, une occasion inespérée de raffermir un sentiment national dézingué par la gabegie des politiques ambiantes....
    Aujourd’hui, les premiers résultats donnent à Rajoelina de l’appétit et une volonté de poursuivre un chemin, tout heureux d’avoir pu le prendre en marche montante...
    Mais l’impression qui domine est qu’il ne se rend pas vraiment compte des efforts à fournir pour doter le pays de structures permettant de confirmer ce succès en dehors d’être contraint comme hier de piocher dans la filière des joueurs expatriés ....
    D’autant que l’urgence est bien ailleurs pour une majorité, s’entend, mais de son point de vue, c’est une vision plus personnelle des choses qu’il envisage surtout en constatant l’immense adhésion du pays à cette campagne égyptienne....

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS