Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 18 janvier 2022
Antananarivo | 20h24
 

Editorial

Carotte, baton ou ... ?

vendredi 19 février 2010 | Patrick A.

« La solution passe par la discussion, sans la pesanteur des faucons, des incompétents, des inconscients et des contoukour ». Voilà une des petites phrases de Ndimby qui je l’espère entreront dans la postérité et que je regrette de ne pas avoir trouvé moi-même. Car cette petite phrase résume parfaitement la position de l’ensemble de la rédaction de Madagascar-tribune.com, aussi variée soit-elle.

Certes, il y a dans cette phrase la répétion d’un mot qui, s’il était utilisé par un gamin de 7 ans, me ferait m’interroger sur la nécessité ou non de recourir à la fessée. Mais l’étymologie du mot brainstorming est là pour nous rappeller qu’un langage créatif et un peu coloré a quelques vertus pour activer les neurones, alors n’hésitons pas à renchérir et déclarons qu’il est temps pour tout le monde de se manier le popotin et de bouger de ses lignes.

Dans un autre article de l’édition de ce jour, Georges Rabehevitra s’interroge sur l’incapacité d’Andry Rajoelina à reconnaître ses erreurs et celles de son entourage. Georges n’est certainement pas le seul à se désoler de l’autisme et de l’orgueil mal placé de notre classe politique, incapable de reconnaître ses erreurs.

Neutre, pacifique, inclusif et consensuel. Lorsqu’on entend ces mots, l’on en arrive à la longue à se dire qu’on n’en serait pas là si l’on avait été dans un tel état d’esprit dès Décembre 2001. Oui, dès le lendemain du premier tour de l’élection présidentielle de l’époque. L’on peut aujourd’hui en vouloir à Didier Ratsiraka de ne pas avoir eu le courage de dire à son challenger Marc Ravalomanana : « OK, je reconnais que l’élection est mal partie pour moi. En plus, mon camp ne s’est pas organisé pour pouvoir procéder à la confrontation des procès-verbaux que vous réclamez. Mais dans l’intérêt du pays, ne fragilisons pas les institutions et discutons pour voir comment on peut avoir un second tour de scrutin irréprochable  ». Inutile cependant de chercher aujourd’hui à refaire l’histoire. Indrisy anefa.

« La solution passe par la discussion, sans la pesanteur des faucons, des incompétents, des inconscients et des contoukour ». Ce n’est donc pas sans une certaine inquiétude que l’on voit d’autres pesants faucons s’installer aujourd’hui dans la conviction que le régime actuel est prêt à tomber comme un fruit mûr. Et ces faucons semblent actuellement tout miser sur des sanctions internationales.

Au risque de passer encore une fois pour un mpamono afo [1], qu’il soit permis de dire que les attentes et espoirs qu’ils placent sur la mise en oeuvre de sanctions internationales sont très démesurés.

Les exemples de la Côte d’Ivoire et de l’Iran sont les premiers à venir à l’esprit pour convaincre que les sanctions internationales n’ont qu’une efficacité limitée, et en tout cas n’aboutissent jamais rapidement. Car même lorsqu’elles font l’unanimité, ce qui est rare, il reste possible de les contourner.

Dans le cas de l’Iran, la Chine et la Russie ont déjà voté avec les pays occidentaux trois séries de sanctions. Indifférentes à la menace nucléaire, nombre de firmes européennes – surtout allemandes et italiennes – les ont contournées. Et comme la Chine veut continuer à privilégier un dialogue avec Téhéran qui n’existe pourtant pas, la communauté internationale est bien avancée.

Même situation en Côte d’Ivoire, où des sanctions ont frappé des personnes à la fois dans le camp de Laurent Gbagbo et dans celui de Guillaume Soro. Du coup, les deux hommes, trouvant intérêt objectif à repousser autant que possible des élections qui représentent un risque pour eux, semblent s’entendre comme larrons en foire pour prolonger la crise.

Marc Ravalomanana a semble-t-il compris qu’un consensus ne se ferait pas sur des sanctions, tant sur le plan national qu’international, et a pris les devants. Andry Rajoelina a sans doute fait les mêmes calculs avant son dernier point de presse.

Alors, quels sont les recours ?

Ni carotte (dont certains ne supportent d’ailleurs plus la couleur), ni baton. Il reste l’appel à la raison.

Oui, je sais, c’est une denrée rare, très rare. Aux malgaches d’ici et d’ailleurs d’y suppléer.

Notes

[1pompier.

21 commentaires

Vos commentaires

  • 19 février 2010 à 09:50 | RAKOTOZANANY (#3245)

    Mr Patrick est-il en panne d’idée ??.....ou jaloux !!!???
    Passer son temps à dénigrer son dynamique " collègue" Ndimby, je trouve que c’est minable. Si on n’a pas d’idée ou d’avis à proposer face à ce que l’on vit réellement, on la boucle ou on change de metier.
    Je suis désolé, c’est un peu cru ce que je dis, mais j’insiste : un éditorial est fait pour emettre son point de vue, sa réflexion sur la situation vécue par tout le monde et non à passer son temps à décortiquer inutilement ce que dit un collègue.
    Mais que voulez-vous, pour ceux qui n’ont pas encore compris : C’EST BIEN LE GRAND MAL MALAGASY

    AMEN.....

    • 19 février 2010 à 09:56 | Noue (#2427) répond à RAKOTOZANANY

      et pourquoi critiquer au lieu de répondre au sujet ?

    • 19 février 2010 à 10:54 | Ndimby A. (#444) répond à RAKOTOZANANY

      Mon cher Rakotozanany,

      Avec tout le respect que je vous dois, vous avez sans doute lu l’édito de travers. Il n’y a pas une ligne ou un mot dans lequel Patrick me dénigre ou me critique. Bien au contraire, il me semble même percevoir une pointe furtive d’hommage, et connaissant Patrick qui est avare de compliments, je prends à sa juste valeur la citation de mon édito d’hier dans son texte d’aujourd’hui, par ailleurs plus qu’excellent.

      Bien à vous

      Ndimby A.

    • 19 février 2010 à 12:16 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à RAKOTOZANANY

      RAKOTOZANANY

      "un petit rappel de courtoisie pour nos éditorialistes de MADA-TRIBUNE"

      L’éditorialiste est la personne qui écrit l’éditorial d’un jour de presse écrite ou qui exprime un commentaire dans un journal radiodiffusé ou télévisé et maintenant dans le forum sur internet.

      Son rôle est de clarifier ou de mettre en perspective un événement d’actualité ou une tendance,voire de refléter l’orientation (éventuellement la couleur politique) du journal.

      Il peut adopter un "ton personnel" et se montrer "critique",à la différence des autres rédacteurs qui doivent appliquer les principes de neutralité et d’ojectivité.

      Les thèmes que l’éditorialiste développe peuvent être ensuite détaillés dans d’autres articles.

      Les éditoriaux font partis du "PATRIMOINE CULTUREL" d’un pays.

      Basile RAMAHEFARISOA

    • 19 février 2010 à 12:48 | Nadia (#3387) répond à Ndimby A.

      Je vais vous faire un aveu , mais ne le dites surtout a personne : Si je n’étais pas si vieille et amoureuse d’un autre homme je demanderais la main a Ndimby. Alefa !! L’éditorial (dans son ensemble) de Madagascar Tribune est a applaudir des 4 mains ; c’est ma source de jouvence dans ce vaste merdier. Bon week-end a tous.

    • 19 février 2010 à 17:41 | rabri (#2507) répond à Nadia

      Nadia,

      Oui d’accord mais la 1° chose que Ndimby vous répond est : "Je veux bien ma chère Nadia mais avec mon EJACULATION PRECOCE répétitive, je ne sais pas si ........"

      A bon entendeur ....

    • 19 février 2010 à 18:40 | rabri (#2507) répond à rabri

      Précision : EJACULATION PRECOCE , c’est l’expression fétiche de Ndimby dans ses éditos !!!!

  • 19 février 2010 à 09:54 | Noue (#2427)

    - Dans un autre article de l’édition de ce jour, Georges Rabehevitra s’interroge sur l’incapacité d’Andry Rajoelina à reconnaître ses erreurs et celles de son entourage. Georges n’est certainement pas le seul à se désoler de l’autisme et de l’orgueil mal placé de notre classe politique, incapable de reconnaître ses erreurs.

    Ka matahotra kosa angamba radomelina kelifingotra lavanify fa MAHAFATY ny FATY zany hoe mi-se reconnaître ny hadisoany zany ee !

  • 19 février 2010 à 10:26 | nicoud (#1446)

    Au vu de ce qui se passe ces derniers jours( droits de l’homme à Genève, réunion de la GIC et de l’UA , condamnations de l’Union Européenne etc...) , c’est la 1ère fois qu’on parle haut et fort et en continu des exactions de la HAT , aussi je ne comprends pas cet aricle de Patrick qui veut atténuer , semble t -il ,les abus de la HAT ou lui accorder encore un certain crédit ????et pour persuader plus car il ne semble pas lui même persuadé par ce qu’il dit , Patrick appelle Ndimby à sa rescousse en citant ses phrases et il en appelle même à la rédaction entière de Tribune ..., ou veut il en venir exactement ??? n’est -il pas satisfait que des sanctions (à plus ou moins long terme) se mettent en place contre toutes ces atteintes aux droits de l’homme ? sortir Madagascar de cet impasse passe forcément par la fin de toutes ces arrestations et pour cela , il faut des sanctions, et ce n’est pas parce que la mise en place de ces sanctions seraient longues qu’il faut les dénigrer ? je trouve vraiment que cet article est à contre courant et sort au très mauvais moment : au point où on en est , cela consitue un frein à toute discussion et de fait l’intégralité de cet article est donc un contre sens .

  • 19 février 2010 à 12:09 | da fily (#2745)

    Patrick, j’admire chez vous cette constante mesure que vous pesez et soupesez à longueur de vos textes. Je vous sais certainement pragmatique et forcément archi-neutre. Votre attitude, ainsi que votre confrère Rabehevitra pour son inévitable pessimisme vous honore.

    Mais je crois que là, moi aussi j’ai envie d’envoyer balader mes bons sentiments d’être humain responsable et concerné. Andry le boulet ( excusez, c’est parti tout seul) de la nation doit partir. Vous parliez des faucons qui s’engouffreraient dan la brêches des sanctions à l’encontre de ce pouvoir, serais-je seulement faucon aussi, si j’insiste sur des sanctions concrètes à l’endroit des tenants de ce pouvoir ?

    Oui, Patrick et les autres, le bâton ou le sifflet peut donner des résultats rapides et acceptables quand la situation le demande. Crac, sur les doigts crochetés dans les sièges libèrera un peu de lest, nous en avons besoin.

    • 19 février 2010 à 12:22 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à da fily

      da fily

      "Quelle haine portent en eux "certains" qui ne cessent d’exhorter la prise de sanctions,lesquelles vont pourtant frapper Madagascar et tous les Malgaches".

    • 19 février 2010 à 15:16 | da fily (#2745) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Mister Basile,

      nonobstant votre droit d’ainesse, cela ne vous permet pas la déformation de mes propos. Je préconise une application sans délais de sanctions envers les tenants du pouvoir et NON envers les Malagasys. Faut-il en venir à des explications de ce genre pour se faire comprendre ? Seriez-vous maso, au point de prêter votre flanc aussi souvent, et volontaiement.

      C’en est un peu agaçant à la longue, cette constance que vous avez ( vous n’êtes pas le seul) à tourner les propos à l’avantage qui vous convient. Ca ne vous sert pas au niveau de l’objectivité, le faites-vous sciemment ? Avez-vous à ce point des tendances masochistes pour souvent répondre à coté de la plaque ?

      D’un coté, on peut trouver une satisfaction certaine de ne pas appartenir au clan des pro-hâtons, en regard de l’argumentation et des errements de certains en guise de réponse. Le mimétisme commence à prendre forme avec les h

  • 19 février 2010 à 12:45 | Citoyenne Malgache (#599)

    Quand Patrick A. se met à apprécier une phrase avec des mots aussi "conséquents", c’est le signe que la médiation a été efficace, et que les mouvances éditoriales sont prêtes à nous accompagner pour une transition "neutre, pacifique, inclusive et consensuelle".

    Il ne reste plus à nos politiciens qu’à vous suivre... tiens, où sont-ils ?

  • 19 février 2010 à 13:34 | RABERENE (#3227)

    Encore une fois merci !Patrick A.
    Merci pour l’objectivité,merci pour l’analyse..
    " Soa fianatsa e !..."

  • 19 février 2010 à 13:40 | Rabila (#1379)

    On a donné trop de crédit au nouveau homme fort de M/Car.

    En fait, Rajoelina est bien au pouvoir mais il n’a pas la main sur la direction des affaires du pays et n’a aucune vue sur l’issue politique où il a améné le pays.

    Andry Rajoelina est un pantin, il ne décide de rien. Ce n’est même pas un vrai putschiste avec des convictions bien définies. Le pouvoir lui est tombé dans les bras par défaut. Il n’y avait pas eu de vraies personnalités pour relever le défi de virer Ra8. L’amiral s’est déminé, tous les décus et oubliés de l’ancien pouvoir ont profité pour prendre le train.

    L’actuel pouvoir à M/car n’est qu’un ramis de loosers, de revanchards, d’opportunistes prédateurs. Ils prétendent de jouer au plus fin mais Ils n’ont aucun sens politique. C’est une erreur de l’histoire.

    Le seul coté positif de la chose, cette situation a revélé la frontière entre les vrais républicains (trés peu) et les politiciens de pacotille (la majorité).

  • 19 février 2010 à 13:55 | Mihaino (#1437)

    Je trouve cet edito intéressant et facile à lire et à comprendre ...

    Je suis très surpris que nous ayons 2 lectures différentes de ce texte ( pas nous tous mais certains certainement !!).

    SVP ! Qui peut m’expliquer le fonctionnement du bulletin unique ??Ma question reste tjrs sans réponse précise jusqu’à ce jour !!Merci d’avance !

  • 19 février 2010 à 15:47 | niry (#210)

    Patrick, méfiez vous de moi, grâce à vous, j’ai compris que j’étais un faucon antiHAT... A quoi peuvent donc servir les sanctions, si elles ne s’avèrent pas dissuasives ? Disons plutôt que les sanctions portent réellement leur fruits sur des personnes qui n’ont rien ou très peu en poche, ceux-là risquent effectivement de tout perdre : je pense à TGV et sa HAT...le travail de toute une vie.

    Quant à Gbagbo, Soro ou les dirigeants iraniens, à mon avis, il n’ont rien à se comparer au TGV. Ils sont réellement blindés eux, et se moquent éperdument d’éventuelles sanctions..

  • 19 février 2010 à 16:07 | PLUS QU’HIER ET MOINS QUE DEMAIN (#1532)

    "TSY NISY NAHAY AVY ANY ANKIBONDRENINY":Il faut apprendre à tenir une cuillère .... à gérer un état. Chez nous,jusqu’à ce jour à ma connaissance il n’y a pas encore d’école pour former des chefs d’état.Il faut apprendre sur le tas : cessez les critiques stériles et les qualificatifs qui déshonorent en premier ceux qui les lancent. Pensez toujours à notre qualité d’être superieurs, même les bêtes se reconnaissent entre eux alors que nous autres MAL GACHE nous n’avons pas honte de ce que nous écrivons sur le Forum. Aidons les jeunes à prendre leurs responsabilités car ce sont eux l’avenir de cette nation"FANDALOVANA NY ETO" "NY LOVA TSARA INDRINDRA DIA NY FANOMEZANA FAHALALANA NY TANORA".Donnez des conseils car les conseils honorent ceux qui les donnent et aident ceux qui les recoivent tandisque les critiques déshonorent l’expéditeur et démotivent le destinataire.Même à la maison si vous critiquez toujours vos enfants à chaque fois qu’ils fassent quelque chose ils finiront par ne plus rien faire.

    • 19 février 2010 à 20:33 | gasy (#2824) répond à PLUS QU'HIER ET MOINS QUE DEMAIN

      En réponse à PLUS QU’HIER ET MOINS QUE DEMAIN,

      Je trouve votre argument vraiment déplacé. Pour vous, il faudrait laisser des incompétents faire ce qu’ils veulent sous pretexte que ’tsy misy olona nahay hatrany an-kibon-dreniny ??. Certes cette affirmation est vrai mais je suis désolée dans le cas d’un chef d’État, la personne qui devrait être là devrait avoir un minimum de connaissances, d’aptitudes et de qualité. ON ne peut fermer les yeux devant toutes les bétises que fait le PT du moment à tout le peuple malgache. D’ailleurs, citez-moi une seule chose positive que ce soit-disant PT a fait de bien pour le pays à moins de l’engouffrer encore plus dans un trou.. alors excusez-moi, ce ne sont pas des critiques stériles. C’est plus que nécessaire de montrer au monde que le gouvernement qui est en place est incompétent. PAs besoin d’être intelliogent pour voir que le peuple souffre (les gens qui vient au milieu des ordures.. les pPN qui ne cessent d’augmenter.. peut-être vous vous trouvez dans une classe assez aisée et ne voyez pas le petit peuple souffir...épargnez-moi vos commentaires.. rien contre les jeunes mais on veut que ce soit qq’1 de compétent qui soit là. Et Rajoelina est loin et à des millions de kilomètres d’être la personne la qui devrait être à la tête de M/car. On n’a pas droit à des essais lorsqu’on est chef d’État .. , c’est du sort de la population qui est en jeu.. c’est quoi cette mentalité là..on a besoin d’être à la hauteur. Les chiffres, les statistiques sont des indices qui ne trompent pas... et depuis.. c’est le KO.. M/car a reculé de je ne sais combien de pas en arrière..mandrodana ny efa vita no hain’ny sasany atao.
      Ça fait pitié.. à la limite.. plutôt c’est enrageant..
      bien à vous.

    • 19 février 2010 à 20:39 | gasy (#2824) répond à PLUS QU'HIER ET MOINS QUE DEMAIN

      suite :
      ce ne sont pas des critiques stériles.. ce sont des faits alors il est impératif de les dénoncer. sa hoe : aleo izy hanao izay ataony eo, il a le droit aux erreurs..il apprends.. na dia efa manday am tany daholo aza ny vahoka dia aleo mijaly eo fa tsy manin io e.. ny malagasy mahari-pery.. aleo hihinan’...fatiny eo daholo..
      pfff.. votre comentaire est pitoyable

  • 20 février 2010 à 04:27 | el che (#344)

    Cher Patrick.A,

    Vous avez bien cerné la problématique des politiciens malagasy : l’incapacité de dialoguer positivement avec les adversaires politiques, de trouver des compromis nécessaires dans une démocratie. Les intérêts supérieurs de la nation sont vidés de leurs sens, car une fois au pouvoir, les dirigeants s’empressent d’honorer leurs intérêts personnels.

    Dans ce capharnaüm politicien, n’émerge aucune idée politique, mais des conflits de personnes. Dès lors, il n’est pas étonnant qu’un opportuniste quitte monsieur X, pour se rallier à monsieur Y, par pure convenance.

    En clair, la corruption est érigée en institution:si demain un nouveau président sera élu, absolument rien ne nous garantit que ce dernier se comportera en homme juste et intègre.

    C’est la raison pour laquelle je reste persuadé que seule la communauté internationale pourra éviter ses dérives, afin de moraliser la pratique de la politique, qui est délétère dans notre pays.

    Certes, certains crient au loup « Nous sommes un pays souverain, et ne voulons pas d’ingérence »

    Mais un peuple désabusé par ses propres dirigeants n’est pas un peuple libre !

    el che

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS