Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 27 octobre 2021
Antananarivo | 07h23
 

Sport

Football : Coup d’œil dans le rétroviseur

Un rêve s’est envolé

mardi 30 décembre 2008 | Rata

Désillusion ! Pour la énième fois, la sélection nationale n’a pas encore passé le cap de la phase éliminatoire pour la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), jumelée pour 2010 avec la coupe du Monde en Afrique du Sud.
C’est l’un des faits navrants qui a marqué la saison 2008 du ballon rond de la Grande île.

Et pourtant tout a été fait, sur papier, pour que les Barea terminent, au pire, deuxième de leur groupe, derrière l’imprenable Côte d’Ivoire et devant le Mozambique et le Botswana. Une place qui les aurait qualifiés au second tour des éliminatoires.

Un océan de désespoir

Une planification a été élaborée au niveau du comité exécutif de la Fédération. Au programme, un regroupement mensuel ponctué par un match amical- test jusqu’à la première rencontre officielle de la CAN. Entre temps, une tournée Africaine, passant de Nairobi au Zanzibar, figure en bonne place du menu, tout comme l’assistance technique d’un entraîneur étranger. Les premiers regroupements entamés et achevés, les Barea s’envolent pour l’île Maurice avec trois entraîneurs nationaux - intérimaires afin de disputer le tournoi triangulaire dans le cadre de la célébration de l’indépendance du pays hôte. Deux matchs, deux victoires, Madagascar remporte le trophée du vainqueur. Alors que la sélection malagasy vient de terminer et de gagner son premier match du tournoi, la nouvelle sur la dissolution de la fédération malagasy par le ministère tombe comme un couperet. L’échauffourée au stade de Mahamasina lors de la rencontre avortée mais ajournée entre l’Ajesaia et Costa Do Sol (Mozambique) constitue l’un des griefs expliquant la dissolution. Un aller-retour à la chambre administrative, la FMF retrouve ses droits et la FIFA lève la suspension qui a privé Madagascar de tout contact footballistique avec d’autres pays. Le mal est fait !

Brin d’espoir

Ce n’est qu’à une dizaine de jours de sa première sortie officielle, contre le Botswana, que l’équipe nationale reprend le chemin des entraînements. Le miracle tellement attendu a eu lieu en terre adverse où les Barea ont réussi à arracher un nul vierge prometteur. La suite de la compétition n’a fait qu’agrandir l’espoir des footeux, même les plus sceptiques. Mamisoa et sa bande sont parvenus à tenir en échec au stade de Mahamasina les Eléphants de la Côte d’Ivoire. Le trio d’entraîneurs, Mika - Soamady- Haja, sort du stade la tête haute, à la fin de cette rencontre mémorable. Et pourtant une semaine après, il subissait la foudre des spectateurs et de la FMF "pour avoir raté, face au Mozambique (1-1), une victoire considérée, à tort ou à raison, à la portée". Limogés, ces entraîneurs qui n’ont pas enregistré la moindre défaite à la tête des Barea, furent remplacés au pied levé par Franck Rajaonarisamba. Le moral n’y était plus ! Vaincus à Maputo (3-0), les Barea refont surface en surclassant les Botswanais, 1-0 à Mahamasina, avant de sombrer complètement en terre ivoirienne (0-3). Ce bilan négatif stoppe net l’évolution de l’équipe nationale malagasy vers la poule des "calibrés" du continent. Le rêve s’est envolé.

Malgré cette déception, les Barea se sont tout de même illustrés dans une compétition régionale, le Cosafa Cup. C’est à l’édition 2008, qu’ils ont accompli leur meilleur parcours à ce tournoi de l’Afrique Australe en accédant dans le carré final. Une lueur de bougie comparée aux rayons de soleil attendus.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS