Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 23 octobre 2018
Antananarivo | 21h04
 

Editorial

Sexe, mensonges et mode panique

vendredi 28 septembre | Patrick A.

Oyez, oyez, bonnes gens et chers concitoyens : nos dirigeants ont décidé que la photographie de nos intentions électorales devait être traitée de la manière que la pornographie.

Cachez ce sondage que vous ne sauriez voir…

Au vu de la méfiance envers les sondages électoraux qui est inscrite dans nos lois, et surtout au vu de la panique qui a frappé les décideurs lorsque la revue Politikà et la Fondation Friedrich Ebert ont entrepris d’en publier un, l’on arrive même à la conclusion que les sondages sont considérés comme bien plus dangereux et intrusifs que d’autres pénétrations. Rarement autant de pressions auront été exercées pour couvrir ces chiffres que l’on ne saurait voir.

« Par de pareils objets, les âmes sont blessées, Et cela fait venir de coupables pensées » [1]. L’opportunité de publication des résultats de sondages d’opinion peut faire débat. Les démocraties établies ont des positions très divergentes sur la question. Sur les vingt-sept pays de l’Union européenne, seize restreignent d’une manière ou d’une autre la publication des sondages en période électorale. Cependant, seuls trois pays de l’Union européenne – l’Italie, la Slovaquie et le Luxembourg – en interdisent la publication plus de sept jours avant le scrutin.

À Madagascar, la loi organique n°2018-008 relative au régime général des élections et des référendums est allée beaucoup plus loin en son article 118 en interdisant la publication de sondages et de tous commentaires s’y rapportant pendant un mois entier, soit la durée de l’ensemble de la campagne électorale jusqu’au jour du scrutin.

L’exposé des motifs de cette loi ne prend même pas la peine d’expliquer ce choix. Notons également — dans l’attente des discours qui vont vanter la vision, la capacité d’anticipation et la qualité des entourages des 36 candidats — qu’en dépit de toutes les controverses autour de l’adoption de ce texte (controverses qui, rappelons le, avaient quand même fait un mort et paralysé le pays pendant plusieurs semaines), cette disposition particulière est parfaitement passée sous les radars.

Pourquoi cette peur ?

En absence d’exposé de motifs et de débats préalables, nous ne connaîtrons jamais clairement le raisonnement derrière ces restrictions. Cependant, l’argument le plus fréquemment avancé dans les pays attachés à la démocratie est que les résultats de sondages ne font pas que refléter l’opinion des personnes consultées à un moment donné ; ils risquent aussi d’orienter les opinions d’autres personnes. En clair, le vote peut être influencé par ce que ces personnes ont appris (ou pensent avoir appris…) à la lecture d’un sondage, ce qui peut fausser la sincérité du scrutin.

Curieusement, c’est un tout autre argument qu’a mis en avant le président de la Commission électorale pour expliquer ses inquiétudes par rapport à la publication d’un sondage. « On va accuser la CENI de manipulation si le résultat des sondages ne correspond pas à ceux du scrutin », a-t-il affirmé. Au delà de la formulation maladroite qui pourrait laisser penser que c’est aux sondages de se conformer à un scrutin dont le résultat serait déjà connu et non l’inverse, on notera donc que, selon lui, il y aurait une masse critique de personnes qui pourrait être persuadée qu’un mois de campagne électorale ne saurait avoir aucun impact sur le vote.

Dans cette curieuse logique, la campagne électorale ne servirait donc à rien. Dans ces conditions, pourquoi ne pas purement et simplement la supprimer ? Et tant qu’à faire, ces élections, avec toutes les incertitudes qu’elles apportent, apportent-elles vraiment plus d’avantages que d’inconvénients ? Ne faudrait-il pas s’en passer ?

Au royaume de l’absurde, deviendrait-il soudainement nécessaire d’expliciter la frontière entre le sérieux et le sarcasme dans les phrases précédentes ? Il faut croire que oui, puisque ceux qui nous dirigent n’ont eu d’autre recours que d’évoquer « la sauvegarde de l’ordre public, de la dignité nationale et de la sécurité de l’Etat » comme justificatifs du rétablissement d’une censure parfaitement arbitraire vis-à-vis de l’intention de la revue Politikà de rester en conformité avec la loi en publiant un sondage en dehors de la période électorale.

Il y a donc une vérité qui blesse

Toutes ces hypocrisies ne cachent pas grand chose : ce n’est nullement l’ordre public ou la sécurité que l’on s’est senti obligé de préserver ; c’est plutôt l’égo de certains candidats et leurs efforts pour trouver des financements électoraux afin de redresser la barre. Car avec 36 candidats en lice, il est bien difficile d’afficher ne serait-ce qu’un minimum syndical de 10% des intentions de vote pour pouvoir avoir des chances de motiver d’éventuels donateurs.

Au final donc, ces réactions de panique auront eu un petit mérite : celui de mettre en exergue auprès des électeurs que ces élections contiennent une grosse dose d’incertitude. Mauvaise nouvelle pour une classe politique habituée à tout décider en petit cercle clos.

Notes

[1Molière, Tartuffe, Acte III, scène 2

30 commentaires

Vos commentaires

  • 28 septembre à 10:00 | arsonist (#10169)

    Tiens ! Tiens ! Paraphraser Molière !
    Les instruits et en même temps réfléchis seraient-ils de retour au staff de MT.com ?
    Espérons !

    • 29 septembre à 09:07 | loulou (#10109) répond à arsonist

      Les gasy sont des tartuffes olympiques !
      Ilsont peur qu’un sondage (je cite :) « En clair (sic)... puisse influencer le vote par ce que ces personnes ont appris (ou pensent avoir appris…) à la lecture dudit sondage ! »
      Et là on a droit à un échantillon de ce qu’on appelle l’implacable logique ancestrale malgacho-malgache : « ... ce qui peut fausser la sincérité du scrutin. » !! MDR !
      Le 10000 ou 20000 ariary distribué gracieusement au corps électoral avant l’élection, les T-shirts à l’effigie des candidats, les casquettes ornées de slogans débiles, etc... tout ça ne risque PAS d’influencer l’électeur, _ça n’a rien à voir c’est un cadeau sans arrière pensée dans la grande tradition du fihabanania ... c’est de la gnognotte à côté d’un sondage sournois du fait qu’il reflète impartialement la réalité de l’opinion à un moment t.
      De toute façon expliquer ça à un gasy lambda comme il y en a des toinnes sir MT-bouffons, c’est comme expliquer la structure d’un monoïde à un chimpanzé !

      Y a MDR bwana !

    • 29 septembre à 10:02 | arsonist (#10169) répond à arsonist

      Ny fiverenan’ireo mpahalala sady mahiran-tsaina no nosoratako.
      Dia nihevitra angaha ilay taikiringy ity fa isan’ireo voatonona ireo izy tenany.
      Diso be.

    • 29 septembre à 11:45 | arsonist (#10169) répond à arsonist

      [Traduction du net, pour rire]

      J’ai écrit le retour de ceux qui étaient ignorants et intelligents.
      N’avez-vous pas pensé que l’engouement était qu’ils n’étaient que ceux mentionnés ?
      Stupide.

  • 28 septembre à 11:29 | tsimahafotsy (#6734)

    Ça fait plaisir de voir le retour de Patrick A. excellent éditorialiste de MT !
    A quand le retour des autres « anciens » éditorialistes ?

  • 28 septembre à 11:47 | Ibalitakely (#9342)

    A mon humble avis il ne suffit pas de se comparer aux autres pays, car premièrement dans ces pays de l’union européenne il n’y a pas 46 prétendants dont 10 seulement seraient disqualifiés pour rester tjrs avec 36 candidats en lice. Puis au même titre que la façon dont candidats be vola [$40 000 ou be mpamatsy vola « achètent » des médias ou des artistes qu’ils achèteront les agences de sondage. Assurément aussi ces sondages seront tous les jours à la une des quotidiens & des audio visuels. Pas plus longtemps que cette semaine des médias y compris tv plus récitaient que les étudiants des universités publiques & privées soutiennent ANR ??

  • 28 septembre à 14:03 | aniba (#10369)

    Les sondages ont toujours constitué la bête noire de ceux qui se trouvent en difficulté, élective, mais, s’il faut prendre garde aux manipulateurs, toujours possibles, ils permettraient de donner un ordre de grandeur, aux tendances du moment.
    Refuser de s’y soumettre, c’est donner aux perdants, l’illusion d’un espoir, qui, de toute manière, ne se concrétisera jamais, sauf, pour entretenir un climat délétère d’un pourrissement d’une élection, perdue d’avance.
    C’est aussi, refuser de voir l’évidence de la défaite en considérant les électeurs, trop influençables, sauf, que chacun sait, que le choix du plus grand nombre est déjà fait.
    En vérité, refuser ces sondages, c’est renoncer à considérer l’électeur, comme adulte, et, croire qu’il suffit d’interdire pour faire changer d’avis .
    Entretenir l’illusion, c’est celle qui anime, aussi, votre quotidien et ces élections sont la mise en pratique de ce que théorise le pouvoir durant un quinquennat, on les redoute parce qu’elles démasquent, pour un court instant, la magie abusive du pouvoir.
    Aujourd’hui, les tenants du pouvoir peinent à convaincre et en interdisant ces sondages, ils croient pouvoir surmonter leurs handicaps, sauf que, le temps du grand nettoyage est arrivé, mais, que la lessive utilisée, à cet effet, sera très vite obsolète.

  • 28 septembre à 14:30 | LOVAXEL (#10217)

    et ce sondage disait quoi au juste ?

    • 2 octobre à 00:03 | Mihaino (#1437) répond à LOVAXEL

      - Andry aurait un % important : C’est faux et absurde !
      - Ra8 en 2è position : C’est ridicule
      - Hery aurait un % faible : A vérifier au 1er tour .
      Un sondage se trompe toujours même dans les Pays développés !
      Nous n’avons pas encore la culture ni l’habitude d’être enquêtés ! Un sondage reste un sondage et ne donne que la photo à l’instant T précis mais pas la photo du 07 Novembre 2018 ! Le trend ou tendance évolue à T + x (x=30 jours par exemple).Les statistiques ne sont que des chiffres récoltés avant le scrutin mais non après le vote secret de l’isoloir .
      Que le meilleur gagne !

    • 2 octobre à 01:52 | saricine (#2893) répond à LOVAXEL

      Mihaino
      Bonjour

      Vous protestez contre les supposés chiffres issus du sondage de FÈS et compagnies, c’est votre droit, votre opinion.
      Par contre, vos arguments pour expliquer l’absurdité du résultat n’est pas convaincant. Vos arguments laissent juste sous entendre une opposition aux noms des candidats cités dans le sondage, rien de plus.

      Mihaino, à mon sens, l’erreur si on peut le dire comme ça de la FES est de se précipiter pour sortir des éléments de sondage qui est de faible puissance ( très inférieur à 10 000, c’est à dire trop inférieur à 1pour cent des électeurs) probablement non multicentrique, et surtout cette procédure n’est pas à l’abri de nombreux biais. FES s’est basé juste sur les quelques pourcentages qui n’ont pas exprimé leur opinions (45-47% ??)
      Pour les citoyens malagasy lambda, cette version de sondage de l’EFS et l’interdiction déclarée par l’Etat se classent de facto dans une sorte de foutage de gueule car les deux entités n’ont pas respecté le temps nécessaire pour la population de s’integret et d’assimiler c’est ce qu’on appelle processus démocratique, débat contradictoire et responsabilisation citoyenne...

    • 2 octobre à 01:56 | saricine (#2893) répond à LOVAXEL

      Erratum

      Lire :...s’integrer, FES (Friedrich Ebert Stiftung)

  • 28 septembre à 14:45 | papangue (#9623)

    Hi all,

    Tout ce borde.ly aurait pu être évité si on avait laissé Ra8 finir son mandat comme dans n’importe quel pays démocratique.
    Mais tout se passe autrement à Mada, pays avec une main d’ouvre importante et considéré par les employeurs comme habiles, avec des ressources naturelles abondantes, le pays se morfond dans les bas-fonds des pays les plus pauvres du monde, à se battre pour la dernière place du pays le plus pauvre du monde.

    Le peuple a baissé les bras, lassés des errements chaotiques de ces 60 ans de dépendance en tout genre, des turpitudes des classes dirigeantes, les fameux poritra des années 20XX, plus prompt à s’enrichir par tous les moyens, surtout les plus illicites au vu et au su de tout le monde. Et ce n’émeut personne.

    Aujourd’hui les malgaches ne mangent plus de viande, la viande rouge est trop chère, même pour les fêtes, le malgache est devenu vegan de force, et mangeant chacun son tour dans la journée : une fois c’est le premier enfant, à midi le second, le soir peut être le tour de la mère … ainsi de suite.

    1 million en danger de mort de famine, et l’ancien PDT qui a reçu une palme car il a démissionné, chose rare en Afrique, c’est sûr que vous d’ici, ça parait super … mais non !
    Tout ce pour dire que, non le sondage ce n’est pas ce n’est pas ca la démocratie, à Mada, ils ont questionné des gens au téléphone donc, déjà le principe prête à confusion et interprétation.

    Il faudrait faire beaucoup de warning avant après les publications, mais ces warnings seront ignorées, préférant les interprétations des fameux résultats : en occident 40 % e moyenne des personnes interrogées refusent de répondre.

    Le recul démocratique n’est pas le même en Occident et à Mada, déjà le petit peuple ne rentre plus dans son rôle, aux dernières élections présidentielles, le taux de participation était très faible. Le peuple ne prend plus son rôle de contrôle de l’élite, se contente de regarder ce qui se passe, au lieu d’être un acteur majeur dans le processus démocratique.

    On sait en Occident que ces sondages ne sont pas neutres, qui les a commandés ? Pourquoi ?
    Les sondages transforment ainsi le citoyen en un consommateur d’idées, de slogans et d’images politiques. La politique tend à être perçue à travers les schèmes de l’économie : les hommes politiques deviennent des produits.

    Les pourcentages publiés sont « pondérés » par des critères hautement discutables dont les résultats des élections précédentes,les sondages ne reflètent donc pas la réalité d’opinion à un moment donné, encore moins à Mada.

    Ainsi, le sondage impose les problématiques de la classe dominante : c’est ce que Pierre Bourdieu appelle la puissance d’injonction du sondage.

    On devrait avoir accès au texte intégral questions posées, la date des sondages, la marge d’erreur choisie etc
    Confondre les sondages et la campagne et surtout démocratie est donc fallacieux.
    Fallait-il censurer ? NON

    • 28 septembre à 15:23 | arsonist (#10169) répond à papangue

      Sarkozy , l’alors locataire du palais de l’Elysée , ne pouvait pas attendre que Ravalomanana finisse son mandat !

      Comme le même Sarkozy ne pouvait pas attendre que le Libyen Kadhafi meurt de lui-même .

      Avec tous les résultats générés en Europe, en Libye , en mer Méditerranée et à Mada par cette excessive impatience de Sarko à l’égard de tout ce qui se dresse sur son chemin .

    • 28 septembre à 15:29 | Isandra (#7070) répond à papangue

      papangue

      « Tout ce borde.ly aurait pu être évité si on avait laissé Ra8 finir son mandat comme dans n’importe quel pays démocratique. »

      Vous avez raison, cependant, c’est Ravalo lui-même qui avait signé l’écourtement de son mandat, en abusant son pouvoir.

    • 28 septembre à 16:54 | betoko (#413) répond à papangue

      Laisser Ra8 finir son mandat dites vous ? Mais personne ne l’avait obligé de démissionner Heureusement qu’il a démissionné
      A lire dans Madagate.org ses abus de pouvoir
      Savez vous qu’il était mis en prison à cause des taxes impayées ?

  • 28 septembre à 15:59 | LOVAXEL (#10217)

    Isandra a raison
    pour les croyants le meurtre est interdit, le tyrannicide toléré
    et là il est partit avec sa tirelire et revenu avec...

    • 28 septembre à 17:14 | betoko (#413) répond à LOVAXEL

      En 2002 ,le peuple en avait assez de Didier Ratsiraka et tout le monde courrait vers Ra8 croyant trouver en lui le messi le sauveur Il a pris le pouvoir par un coup d’État Non ce n’était pas un coup d’Etat mais c’est grâce à un mouvement populaire ( même chose en 2009)
      Arrivé au pouvoir sa première déclaration adressée à tous les malgaches fut ’ Ataovy toy NY aza lambo « Cette déclaration voulait dire tuer tous les partisans de Didier Ratsiraka ,en quel que sorte »pas de quartier
      Aucun chef d’État d’un pays démocratique n’oserait jamais s’exprimer de cette façon
      On voit bien que c’est un arriviste inculte imbu de lui même et n’est pas allé loin dans les études

  • 28 septembre à 16:29 | tsimahafotsy (#6734)

    Dans le crâne des australopithecus-politicus gasy, rien de nouveau.
    Toujours un train de retard !
    Ils reproduisent ce qu’ont fait les vazaha des années 1960.
    En France, championne du monde des sondages en 2017 année électorale,
    durant la décennie 60-70, des propositions de loi ont été déposées pour interdire les sondages politiques.
    Les politiciens français avaient dénoncé ce que l’ académicien Maurice Druon avait appelé une « pollution de la démocratie ».
    D’après cet académicien, les instituts de sondage bafouent les règles élémentaires de la démocratie et de la liberté d’expression.
    Conclusion de Maurice Druon :
    « Nous sommes une démocratie. Mais pour combien de temps encore ? »
    Comme quoi, le fait d’être académicien n’empêche pas d’être k.o.n.

    Pour les parlementaires français, cet élément nouveau ( le sondage d’opinion) fait peser de gros menaces sur la sérénité des électeurs.
    Les politiciens avaient peur du grégarisme de l’opinion
    et de la théorie, qui n’a jamais été vérifiée scientifiquement,
    selon laquelle les électeurs se fient à l’opinion majoritaire.
    Les mêmes phobies des politiciens gasy de 2018 !
    Comme quoi il est vérifié que pour être politicien, être k.o.n est un avantage !
    L’état de k.o.n permet de dire et de faire n’importe quoi !
    Ailleurs, la différence entre un politichien et un homme d’Etat, se voit !
    A Madagascar non car il y a pléthore de candidats politi-chiens à la fonction suprême, mais vacuum d’homme d’Etat !

    Une société humaine moderne ne peut pas se passer des sondages d’opinion, car c’est le thermomètre de la société.
    Mais ce thermomètre est en passe d’être supplanté par les blogs et par tout un espace public qui se constituent sur internet.
    Les citoyens ordinaires n’attendent plus que les instituts de sondage leur posent des questions pour donner leur avis.
    Nous assistons là, à un changement qualitatif majeur.
    Jusqu’à présent la question venait d’en haut et la réponse d’en bas.
    Ce sont les sondages.
    Aujourd’hui les questions et les réponses émanent d’en bas par l’intermédiaire des blogs et des différentes formes d’expression politique sur le net.

    C’est un élément à prendre en compte dans le débat allant dans le sens de la démocratie populaire et participative.
    Çà ne vous rappelle pas quelque chose sur le fokonolona de Ratsimandrava ?

  • 29 septembre à 06:02 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum
    Ils n’aiment pas la voile intégrale pour les musulmanes mais ils préfèrent se voiler la face pour un sondage : C’est un saut dans le vide ou un saut à l’aveuglette pour les candidats et les organisateurs des élections qui se considèrent tous comme des intellectuels.
    Bon retour à Patrick A. et le retour de Dimby ne saurait pas tarder car nos deux compères ne pourront pas rester en dehors de la confrontation électorale actuelle pour un pari qui leur est cher depuis toujours.

    • 29 septembre à 10:05 | arsonist (#10169) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Ni voiler intégralement les femmes.
      Ni voiler la face pour les sondages.

    • 30 septembre à 15:18 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Arsonist, je ne veux pas répondre à quelqu’un qui a tout perdu(la guerre mais pas la bataille et l’âme pour devenir agnostique) lors des événements de 2009 comme vous.

    • 30 septembre à 16:01 | arsonist (#10169) répond à plus qu'hier et moins que demain

      C’est peut-être les croyants islamistes qui ont tout perdu , non ?
      Qu’est-ce vous autres les islamistes avez gagné depuis le XVI-e siècle , la Renaissance européenne ? Rien !
      Depuis votre guerre contre les Juifs suite à la création de l’état d’Israël et votre basculement dans le terrorisme, quoi d’autres avez-vous gagné dans le monde, vous les islamistes ? Votre haine de tout ce qui n’est pas musulman et la haine de toutes vos victimes et de leurs proches contre vous autres.

    • 1er octobre à 05:27 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Arsonist, c’est votre vision erronée de la réalité sur l’Islam. Une religion qui suscite à la fois l’engouement(des convertis en masse) et la haine(des occidentaux et d’autres pays comme Israël et la Birmanie sans oublier les diviser pour mieux régner des britanniques sur l’ex empire ottoman) : NY hazo avo halan-drivotra.

  • 29 septembre à 11:12 | LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR (#1331)

    - Dans l’ordre des choses
    Normalement, ce sont les 2 candidats ANR et Ra8 victimes du Ni Ni en 2013 qui devraient se retrouver au 2 ème tour de éléctions présidentielles.

    -  Ny Zana-borondolo ve hitera-boromanga ?
    Hélas, le Président de remplacement élu en 2013 par ANR n’a pas fait ses preuves durant 5 ans ! Ni socialement, ni économiquement. D’ailleurs, le « mentor » du Président sortant est devenu un habitué des stratégies illusoires, totalement inadaptées. Hier la combinaison empruntée à « Poutine/Medvedev » n’a pas marché pour lui-même et aujourd’hui, en faisant du faux « Macron » sans Macron et avec un programme venu d’ailleurs, qui pourrait encore le croire ?

    -  Aujourd’hui est-il vraiment comme hier ?
    Hier c’était, hier, aujourd’hui est un autre jour ! En 10 ans, la donne politique a profondément changé. Le pays s’est dégringolé économiquement. Malheureusement, certains de nos politiques n’en sont même pas conscients. Dommage qu’aucuns de nos rares analystes politiques de premier ordre ou journalistes avisés n’osent avancer quoique ce soit de chiffrer sauf peut être Razarapiera jusqu’ici.

    -  Cette fois ci, une analyse politique pertinente est-elle si difficile et si risquée que cela ?

  • 29 septembre à 13:07 | Isambilo (#4541)

    Tiré du Monde du 29/09/2018, Hery Rakotomanana déclare : « Dans le contexte malgache, il est encore difficile de réaliser un sondage du fait de la disparité du niveau d’instruction et de la perception ».
    A quand la « démocratie censitaire » ?

  • 30 septembre à 09:35 | benantsa (#10178)

    Nul besoin de sondage pour se rendre compte que le président sortant et le HVM, parti artificiel composé de faux jetons retourneurs de veste et grands amateurs de mallettes bien garnies, n’ont plus la cote. Pas besoin de chiffres pour pouvoir affirmer cela. Il suffit d’écouter autour de soi et dans tous les milieux, en ville et dans les campagnes, de lire aussi et pas seulement les médias traditionnels mais également les blogs, les forums. Rien de scientifique dans tout cela mais tellement évident. La peur tripale et la propagande aussi mensongère que nauséabonde des tenants du pouvoir en perdition n’y feront rien. On se dirige de plus en plus clairement vers une bipolarisation...13-25. On est pas sorti d’affaire pour autant, loin de là ! Il y a aussi les lendemains qui déchantent.

  • 2 octobre à 08:50 | benantsa (#10178)

    D’après le sondage interdit :
    Le candidat 13 a plus de 6 fois le pourcentage du 12
    Le candidat 25 a plus de 4 fois le pourcentage du 12
    Petit sondage mais en phase avec la réalité du terrain !

  • 2 octobre à 12:06 | komi (#10299)

    Miteraka fikorontanan saim-bahoaka fotsiny ny fanaovana izany sondage izany fa raha tena lehilahy ireo kandidat milaza ho matanjaka ireo dia aleo ho tsarain’ny vokam-pifidianana eo. Io ihany no ahafahana mandrefy ny fitiavan’ny vahoaka anao

    • 2 octobre à 12:39 | benantsa (#10178) répond à komi

      Votre blabla n’est même pas komique mais plutôt soporifique...

  • 11 octobre à 07:53 | nanchy (#10442)

    ouhlala !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 265