Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 14 décembre 2019
Antananarivo | 07h49
 

Sport

Football : Aurélien Andriamalazaony

« Les Eléphants trop puissants »

vendredi 17 octobre 2008 | Rata

A l’unanimité, les témoins de la rencontre perdue par les Barea à Abidjan face aux Eléphants de la Côte d’Ivoire (0 - 3) ont reconnu la supériorité de la sélection hôte. "Sur tous les plans, tactiques, physiques et engagements, les malgaches ont été dépassés par la situation", a constaté Aurélien Andriamalazaony, membre du comité exécutif de la Fédération Malagasy et chef de délégation à Abidjan. Une hégémonie que les footeux malgaches ont cru émoussée en voyant la prestation de la Côte d’Ivoire lors du match aller à Mahamasina (0 - 0). Mais ils se sont trompés car le sélectionneur des Eléphants et la fédération locale ont vraiment mis le le paquet à la joute retour."On ne peut pas comparer les Ivoiriens de Mahamasina à ceux du Stade de Champroux", conforte Aurélien Andriamalazaony.

Sur la composition même de l’équipe, celle de samedi a vu la participation de tous les étoilés de la Côte d’Ivoire évoluant aux championnats Européens, à l’exception de Didier Drogba. Des vedettes hyper motivées et transcendées par le soutien d’un public entièrement acquis à leur cause.

Les 500 dollars

A part cette différence flagrante de niveau entre les protagonistes sur terrain, celle de gabarit aussi tourne largement en faveur des locaux. "Et la surface réduite de l’aire de jeu n’a fait que favoriser encore un peu plus les 11 mastodontes de la Côte d’Ivoire", d’après toujours le chef de la délégation. Face à ces lacunes, ce membre de la Fédération Malagasy préconise aux techniciens locaux éparpillés aux quatre coins de l’île de détecter et de former des joueurs de grand gabarit.

Sur un autre plan, Aurélien Andriamalazaony, lors de l’entretien, a touché mot sur les 500 dollars offerts par le Président Gbagbo aux Barea à l’issue de la rencontre. Il a revélé que le chef d’Etat Ivoirien a réiteré sa reconnaissance envers l’équipe nationale malagasy qui a accepté, l’année dernière, de disputer une rencontre officielle à Bouaké. "En jouant ce match à Bouaké, vous êtes le symbole de notre réconciliation nationale", a confié Laurent Gbagbo à la délégation malgache. Voilà une précision qui mettra sans doute fin aux appréhensions de certains et aux orgueils mal placés des autres.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS