Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 20 août 2019
Antananarivo | 13h01
 

Médias

Médias

Une réforme de la code de la communication médiatisée en gestation

jeudi 21 mars | Arena R.

La suspension de la délivrance de nouvelles licences d’exploitation de radio et de télévision et d’extension de licences existantes n’est pas encore levée. C’est ce que l’actuelle ministre de la Communication, Lalatiana Rakotondrazafy, a déclaré hier. En dépit de nombreux changements de régimes et de gouvernements sur le sol malgache, bien que des professionnels du métier du journalisme soient arrivés à la tête du ministère, cette décision prise à l’époque Transition, n’est pas encore prête de se renouveler.

Cette suspension qui date de 2010 est « momentanée », lance le ministère de tutelle dans un communiqué du 18 mars dernier. Cela durerait jusqu’à l’adoption d’une nouvelle législation en la matière. Quand ? La journaliste fervente militante de la liberté d’expression devenue ministre estime que ce sera vers l’ouverture d’une nouvelle session parlementaire à Tsimbazaza, c’est-à-dire, après les élections législatives qui auront lieu le 27 mai prochain.

L’objectif serait d’assainir et de mettre à jour la situation administrative de toutes les stations audiovisuelles sur tout le territoire. En attendant, les stations qui ne sont pas en conformité avec la loi en vigueur doivent régulariser leur situation dans un délai imparti.

Le ministère de la Communication prépare actuellement une réforme du code de la communication médiatisée à Madagascar. Cette réforme fait partie de l’un de cheval de bataille de Lalatiana Rakotondrazafy lorsqu’elle a pris les rênes du ministère au début de l’année. A l’époque, elle avait également promis de ne plus fermer aucune station de télévision et de radio pour se démarquer de ses prédécesseurs.

L’équipe juridique et politique du ministère de la Communication serait déjà à pied d’œuvre dans le cadre de l’élaboration voire de l’amendement de la loi de communication. La ministre révèle qu’elle fera antérieurement appel aux patrons de presse, aux journalistes, aux professionnels des médias et aux acteurs de la communication pour débattre de l’élaboration de ce projet de loi. Celui-ci devrait être soumis au parlement après l’élection des nouveaux députés.

Faut-il rappeler que Lalatiana Rakotondrazafy était parmi les journalistes du mouvement pour la liberté d’expression (MLE) ayant milité contre l’adoption du code de la communication actuellement en vigueur que les professionnels des médias ont toujours qualifié de « liberticide ».

5 commentaires

Vos commentaires

  • 21 mars à 15:58 | Jipo (#4988)

    @rena rien que le titre suffit à voir que ce code liberticide ne l’ est pas assez pour vous puis que vous asseyez dessus plus que copieusement !
    RELIRE , en connaissez-vous la définition ???
    " la code de la communication " 😱 un adjectif vaovao qui s’ accorde avec le verbe communiquer ...

    • 21 mars à 16:59 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à Jipo

      Jipo, un lapsus ne serait jamais un sujet de débat sauf pour vous avec votre mal être légendaire.

    • 21 mars à 23:50 | Jipo (#4988) répond à Jipo

      Ce n’ est pas un lapsus : mais une confusion des genres , un peu comme quand vous trompez de trou avec vos femmes : prenant le chemin boueux quand la rivière est rouge ...

  • 21 mars à 16:18 | tanguy37 (#7699)

    si toi parler français !!toi pas ecrire bien !! : le code de la communication !!!!
    surtout pour la communication,c’est mieux !!

    • 21 mars à 19:52 | vazaha (#9399) répond à tanguy37

      Le code ou la code ? Comme disait l’autre, le pont ou la pont c’est pareil. C’est le tatezana. Sacré R8.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS