Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 26 août 2019
Antananarivo | 02h12
 

Editorial

Un pas en avant, deux pas en arrière

vendredi 16 août | Fanambinantsoa

On revient en arrière mais on avance ; c’est l’image qui se dégage des propos du Premier ministre au sujet du Plan Sectoriel de l’Education (PSE). Il disait qu’après avoir examiné la situation, qu’après avoir écouté toutes les parties impliquées et consulté les commentaires sur les réseaux sociaux, le gouvernement a décidé qu’il faut revenir à l’ancien calendrier scolaire ; cependant on continue la mise en œuvre du PSE et on reprend aussi l’ancien cycle scolaire (Primaire, Secondaire du Premier cycle et celui du Second cycle) et on maintient le CEPE. En d’autres termes la prochaine rentrée scolaire sera le mois d’octobre pour s’achever le mois de juillet. Les étapes franchies dans l’élaboration et la mise en œuvre du PSE sont ainsi toutes remises en cause et/ou abandonnées ; mais on avance pour reprendre les anciennes habitudes. Marche-t-on alors à reculons ?

Le chef du gouvernement a fait comprendre qu’il a très bien entendu les complaintes des parents et des enseignants. Il a également souligné que Madagascar ne peut pas faire exception par rapport au reste du monde qui vit leurs grandes vacances scolaires les mois de juillet et août jusqu’au mois de septembre. Il n’a pas dit que les élèves malagasy qui souhaitent poursuivre leurs études en France ou en Europe ne doivent être victimes de retards d’inscription ou d’une année blanche si les grandes vacances seront fixées durant la saison pluvieuse comme prévu dans le PSE. Mais il a dit que l’ancien calendrier n’a jusqu’ici présenté aucun obstacle majeur au déroulement de la scolarité des enfants malagasy ou des parents. Il a fait fi des saisons de pluies, de cyclones et des crues que les enfants de la brousse doivent affronter pour aller à l’école. Il a oublié les dégâts causés par les cyclones et qui rasent les habitations pour réduire les écoles publiques, édifices religieux et bureaux administratifs en refuge aux sans-abris. Il a tout simplement pris en considération les appels et attentes des parents et élèves et aussi des enseignants des grandes villes. « Tsy nahitana olana ny fampiarana ny taom-pampianarana hatrizay » a-t-il déclaré pour traduire et légitimer les préoccupations des citadins et salariés ou fonctionnaires pour des études futures à l’étranger de leurs progénitures.

Certains parents et enseignants des écoles privées de la capitale trouvent aussi que l’ancien calendrier sied bien à la vie rurale et aux traditions ancestrales. Les grandes vacances coïncident avec la période des récoltes et des festivités et événements traditionnels tels la circoncision et le « famadihana », toujours, et très pratiqués par les paysans. Il serait alors injuste pour ne pas dire inique de les priver de leurs périodes festives et des moments de réjouissances de leurs grandes familles ancestrales. Pour l’instant, personne et encore moins les dirigeants ne discutent sérieusement et publiquement des contenus des programmes. Le ministre de l’époque PSE est apparemment ailleurs.

Un pan de l’économie domestique du paysan

Par ailleurs, parlant au nom des paysans-parents d’élèves, des responsables d’école en zone rurale avancent qu’une rentrée scolaire en pleine saison culturale nécessite bien trop d’efforts de la part des paysans sachant que c’est la période des vaches maigres. Mais ceux-là oublient de noter que les enfants sont plus en sécurité en étant au village et ils peuvent aider dans les travaux domestiques et des champs, constituant dès lors une main d’œuvre moins onéreuse pour le ménage. C’est tout bénéfice par rapport à l’appel à la main d’œuvre extérieure à la famille ou à la grande famille en usant du « vali-tanana » (ou échanges de bons procédés) sachant, pour ne prendre que le coût d’une journée de 8h d’un laboureur vaut 4 000 Ariary si une repiqueuse vaut 3 500 ariary, plus le déjeuner. D’habitude, les paysans font appel à au moins trois (3) repiqueuses pour une rizière d’environ 150 m2. Or, il n’y a pas qu’une étape pour faire du paddy : labour, préparation des pépinières et des rizières, apport d’engrais, semis, enlever les jeunes plants de riz, repiquer…. ! Tout ce processus se déroule en saison pluvieuse. C’est vers la fin des pluies que les récoltes s’effectuent, et que le paysan/agriculteur peut souffler et jouir des fruits de son sueur et labeur.

15 commentaires

Vos commentaires

  • 16 août à 11:33 | Vohitra (#7654)

    Miarahaba Tompoko,

    Miroso ho ay amin’ny fihemorana isika, marina tokoa ny voalazan’ny mpanolotra lahakevitra.

    Betsaka ireo efa nambara sy navoitra izay mikasika ny tokony hitazonana ny vanimpotoana hanatanterahana ny taompianarana voasoritra ao amin’ny drafitra PSE izay.

    Nandray ny fanapahankeviny ny lehiben’ny governemanta sy ny mpikambana ao aminy. Tomponandraikitra feno sy tanteraka amin’izany izy, ary handeha hapetraka amin’ny anaran’ny praiminisitra izay drafitra ho toy ny fanatanterahana io drafitra io.

    Tomponandraikitra tokoa izy rehefa :

    -  Marefo sy tsy ampy sakafo sy saozanina ny kilonga manovo fahalalana satria tsy misy vokatra
    -  Misy very sy lanin’ny voay na hiharandoza vokatry ny rano miakatra ny mpianatra
    -  Rehefa midonaka tevehin’ny hafanana tafahoatra ny zaza ka rendremana ampianarana
    -  Rehefa tsy voavory ny hoentimanana amin’ny kojakoja ho fampitaovana ny zaza mianatra ka tsy mandefa ny ankizy hianatra ny raiamandreny
    -  Rehefa ambany ny tahan’ny ankizy milatsaka antsekoly mba ho fanampiana ny ankohonana hianjadian’ny tsy fisiana mandritry ny maintso ahitra
    -  Rehefa betsaka ny mpianatra voan’ny aretim-pivalanana vokatry ny fisotroana rano maloto satria lavitry ny trano fonenana ny sekoly

    Fanapahankevitra sy safidy ny azy, azy ny fahefana, azy ny voninahitra sy ny hery, aleo ary hiantsorohany izay vokatry ny fanapahana noraisiny.

    Omaly alina reha nijery fahitalavitra tsy miankina iray ny tena dia zendana sy torakovitra tokoa raha nahita ity ramatoa iray nilaza fa tokony hotazomina ihany izao vanimpotoana fianarana misy izao satria hoy izy “ rariny loatra raha mandeha vakansy miaraka amin’ny raiamandreniny ny mpianatra “. Dia izany ve no fotopisainana sy tsangankevitra hanaovana sorona ny zanaky ny tantsaha maroanisa e ?

    Tsy misy fitsinjovana mihintsy ireo Malagasy maro iray rà aminy ireto andian’olona ireto, mipetraka ny saranga tsy mitovy, mipetraka ny fifanipahan’ny tanandehibe sy ny ambanivohitra, ary miharihary tsy takona hafenina fa tsy mahafantatra ary tsy miezaka ny hahafantatra akory ireo tantsaha ny mpitondra.

    Aiza re no misy vary vakiambiaty miakatra volana aogositra, mba lazao re raha misy izany a ? ny vary jeby any Marovoay aza efa voajinja daholo amin’izany !

    Tandremo ary moa e !

    “ ny heloka nilaozana tonga hitsiny, fa ny rariny itompoana tonga raiben-keloka “

    “ tsy mety raha tsy mena-milahatra toa nify sosona “

    Mankasitraka Tompoko

    Répondre

  • 16 août à 12:52 | titynana (#10701)

    Ry rahavavin’i Bravo, marina ny nanoratanao !

    Répondre

  • 16 août à 13:47 | I MATORIANDRO (#6033)

    Mandroso mihemotra tokoa ary otran’ny hafa2 noho ny an’’ikala harena ny fanoratrao.

    Mbola manamafy ny anaram-bositra entin’izy ireo h@ 2009 ireto mpitantana sy ny mpifidy azy reto !!!

    Mpanenjika hono tozoro afara kanefa ry zareo mihemotra !!!

    Tsy azon’izy ireo an-tsaina mihintsy hoe tsy misy mpanenjika any aorian’izy ireo fa tena mifanatrika aminy ary mandositra ireo heveriny fa mpanohitrra izy ireo !!!

    Tsy misy asa mandroso fa dia ravaina izay efa nanapahana hevitra ; na ireo hevitra natsangan’izy ireo aza diaa izy ihany no manohitra azy !!!

    Tsy misy asa mandeha fa ny asa efa natomboky ny hafa no isalovaniny sy lazainy fa izy no tompony !!! LLLLOOOOZZZZAAAA !!!!

    Lazainy fa hanarina ny 50 taona tsy vitan’ny hafa ry mpandravatafaraitsitomponandraikitra kanefa dia mihemotra sy mihisatra ilay fiaran-dalam-by regarega entin-dry zareo !!!

    Heverin’ny lemizo fa toy ny any texas fanaovana ady anaty ankata ilay firenena manakarem-be de ahilika ny gasy madinika ka omena vahana ireo vahiny tsy vanona mpangoron-karena sy mpanalika ny malagasy !!! Ireto farany moa dia mivarotra tanindrazana koa ka mifindra lasy aty an-drenivohitra mandany ny azo t@ ilay vidin-tany t@ kelçimaso ary manao sehatra fitanterana sy varobarotra tsy dia mankaiza loatra.

    Mandroso mihemotra hatrany ny fanapahan,-kevitra rehetra izay raisina ary mbola mangina sy mijery tsara ireo nomena akanjo fingotra ary efa manomboka gaga sy talanjona @ fanilikilihana an-kolaka na mivantana atao azy ireo miampy ny taim-bava ataon’ireo nahavoafitaka.

    Mandroso mihemotra torak’izany ny kitoatoa atao isan’andro vaky mihiratra.

    hatreo aloha fa mbola maro angamba ireo mbola hanoratra.

    samia velonaina.

    Répondre

  • 16 août à 15:38 | Phifi12 (#10712)

    Amiko aloha ny taom-pianarana ny période tsy maninona raha tsy miova fa ny fandaharam-pianarana no tena mila hatsaraina,

    Répondre

  • 16 août à 19:58 | Isambilo (#4541)

    Ntsay a tort. Ceux qui se préoccupent d’envoyer leurs enfants à l’étranger ont gagné, c’est à dire une extrême minorité.
    C’est une stupidité énorme de faire croire que le calendrier scolaire est le même partout.
    La Réunion est un département français, dans la même zone climatique que Dago ...et quelle est son calendrier scolaire ? Ntasy ferait mieux de voyager un peu. Par exemple auprès du conseiller culturel de l’ambassade de France à Dago.
    Quand on est premier ministre on ne s’informe pas auprès des réseaux dits sociaux, on s’informe auprès des pros de l’éducation.

    Répondre

  • 17 août à 09:30 | Isambilo (#4541)

    Je veux modérer mes propos.
    Christian Ntsay ne peut pas ne pas savoir qu’il y a d’autres calendriers scolaires dans l’Océan Indien, et en premier lieu à La Réunion.
    Ses propos ne font que traduire la situation d’un homme pris entre deux tendances. Celle des partisans du PSE, établi après des études poussées et correspondant à la situation de Dago. Et celle d’une toute petite minorité obsédée par ses petits intérêts.

    Répondre

  • 17 août à 11:50 | Ibalitakely (#9342)

    Ilay milaza hoe misy fitsinjovana ny mpianatra mandeha handrato fianarana any ivelany, asa mba firy isan-jaton’ny ankizy izany, fa rehefa voavely tsara ve ny rano tsy ho 90% ny zaza Malagasy no ho lasa amin’izany, tavela eo ny sisa mpanampy ray aman-dreny mikarakara vary & vokatra hafa.

    Répondre

  • 19 août à 12:21 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Le problème est ailleurs :
    - L’hostilité au changement légendaire pour une société donnée.
    - Quant aux salles de classe utilisées comme refuge par les sans abris, il est grand temps de construire des tranompokolona solides dans les endroits sujets au cyclone et à l’inondation.
    Il suffit juste de poser la bonne question pour avoir la solution idoine.
    L’éducation chez nous est-elle un MOYEN ou un OBJECTIF ?
    La réponse à cette question sera déterminante car si c’est un objectif il faut se donner les moyens pour l’atteindre et si c’est un moyen il faut fixer les objectifs à atteindre.

    Répondre

  • 23 août à 03:21 | bipbip (#10717)

    De toute façon quelque soit la décision, il y aura toujours des personnes qui seront contre. Les parents d’élèves du monde rural sont contre le nouveau calendrier contrairement à ce que l’on veut nous faire croire. Une rentrée de classe en période de soudure, aucun paysan ne le souhaite. Alors arretez vos hypocrosies !

    Répondre

  • 23 août à 15:47 | Jo Brandon (#9919)

    Parlons toujours concret !
    L’honnêteté intellectuelle manque cruellement dans les grandes villes.
    Il faut rendre à César ce qui est à César. Il faut reconnaître que l’ancien ministre Rabary a fait un bon boulot. Le PSE a été conçu à partir des réalités concrètes vécues par la majorité absolue des Malgaches. Les grandes vacances doivent avoir lieu de Décembre à Février/Mars, pendant l’été malgache, et non pendant l’été français.
    M. Ntsay : avez-vous demandé leur avis aux parents d’élèves et aux enfants d’Antanambao Manampotsy ou de Kiranomena ou d’Andilamena ou de Morarano Maritampona ? J’en doute fort car ils s’en foutent complètement d’un calendrier français.
    Savez-vous pourquoi un petit pays de rien du tout comme l’Ile Maurice est développé ? La raison est simple : l’éducation et l’enseignement OBLIGATOIRES sont assurés gratuitement par l’Etat jusqu’à l’équivalent de la Terminale. Alors qu’ici, votre nouveau calendrier va empêcher les enfants d’aller au-delà de trois années d’études.

    Répondre

  • 25 août à 11:30 | el che (#344)

    Que se soit en Algérie, en France, en Arabie, en Russie ou en Chine, la plupart des pays africains, la période de vacances scolaire est quasiment identique. Pourquoi faire de Madagascar une exception, par ce que exceptionnelle en matière d’éducation ?

    Répondre

  • 25 août à 13:12 | Maestro (#7313)

    @ Lu quelquepart

    Copié /// collé
    TGV sans rail condamné à se travestir.

    Elle est passée où la promesse de métro au temps des communaux de Andry Rajoelina ?

    Elle est passée où cette promesse tant écriée sur les cinquante mille logements (50.000) qui depuis bientôt sept mois, ni débroussaillage des futurs sites ni fondation sont en vue ?

    Il sont passés où les promoteurs tant annoncés et exhibés ? Il y avait bien des étrangers, exposés comme des vulgaires marchandises pour montrer que les annonces ainsi proclamées seront réalisées.

    Où sont elles les promesses d’un changement rapide et conséquent ?

    Réponse, les prémices tardent à s’ériger, les fondations introuvables, les promoteurs et investisseurs aux abonnés absents.

    . À défaut de IEM, BARÉA en compensation,

    BARÉA, BARÉA, ALEFA BARÉA, l’engouement et l’amour des malgaches à son équipe nationale sont revenus pour qu’ensemble, ils n’ont raté aucun match, chaque succès et étapes franchies ont été une occasion pour manifester leur joie et faire la fête dans les rues sans que l’autorité locale n’intervienne, une révolution est en marche, comment ce sera quand le descendra dans les rues pour exprimer leur colère ?

    Répondre

  • 25 août à 13:13 | Maestro (#7313)

    Suite

    C’est fou que le football puisse entrainer tout un peuple à oublier l’essentiel, ce n’est pas la première fois que le football avait été utilisé par les politiciens pour masquer leur incompétence, pour cacher leur inaction, le football est l’un des leviers social pour éveiller l’unité nationale, le football enivre, le football solidarise.

    Des voix s’élèvent, pas de politique dans le sport, pas de politique dans le football, rien à faire, les politiciens sont là, ils s’incrustent, pour la simple raison que cette épopée est devenue une affaire nationale, une politique nationale pour le pouvoir en place. C’est vrai et ceci est un fait, A.Rajoelina n’est pas adulé par la population tananarivienne, un autre fait vient s’ajouter à cela et l’opinion en est dissuadée : A.Rajoelina est l’élu légalement de l’HCC*, pas l’élu légitime du peuple, de là il est condamné quérir une légitimité populaire, le football en est un des moyens pense-t-il.

    Pourrait-on parler de la genèse de ce succès ?

    On a toujours tendance à oublier les artisans principaux d’un succès, la vie est ainsi faite pour que les opportunistes ne ratent aucune occasion pour s’apprroprier l’oeuvre des autres, c’est l’un des plus vieux métier du monde, travestir, helas oui travestir les succes des autres pour soi.

    "... TSY MAHALALA MENATRA IO..." jeunes chanteurs malgaches sélectionnés pour l’occasion.

    Répondre

  • 25 août à 13:14 | Maestro (#7313)

    Suite

    Depuis que lui même le premier buteur de la CAN, Anicet, en 2017 boudait sa présence pour jouer avec le BARÉA , depuis qu’à même cinq personnes dormaient dans un 20m2, depuis que les joueurs étaient orphelins de mécènes sauf la Commune urbaine d’Antananarivo par sa mairesse, les Mbola Rajaonah, Briand Randrianirina, feu John Elite, et le ministre du sport Anicet.R, sous l’impulsion du Président de la République de l’époque Hery Rajaonarimampianina, personnes, niet, nada, rien, personne n’a entendu parler ni de loin, ni de près l’aide de Andrianirina Rajoelina, pour que Lova Ramasimanana tente de sauver la mise en travestissant les faits, personne n’est dupe jeune homme.
    C’est vrai en 2017, Hery Rajaonarimampianina avait d’autres priorités, lui même n’avait jamais pensé que cette équipe de BARÉA allait connaître une telle éclosion, remettre les choses sur les rails, après une période de transition catastrophique étaient ses priorités :

    . Reprendre et rétablir nos relations avec les bailleurs de fonds.

    . Rétablir l’ordre social, grèves par-ci, grèves par-là.....

    .....

    Du coup tant bien que mal, le couple présidentiel aidait, souvent par des soutiens personnels, il aidait le foot, la pétanque, le judo, l’athlétisme, le basket etc... On voyait Mbola Rajaonah partout, visiblement pour exécuter les instructions de son patron politique.

    Parenthèse, vous les politiciens malgaches, le jour où vous vous rendrez compte que le sport est une priorité, Madagascar embrassera le développement, un peuple sain est un peuple productif, une des façons pour alléger les dépenses sanitaires. Le sport fait parti des produits marketing les plus porteurs, le sport est un vecteur de développement.

    Répondre

  • 25 août à 13:15 | Maestro (#7313)

    Suite

    Bref,

    Andrinirina Rajoelina en bon opportuniste et c’est ce qu’il fait d’ailleurs depuis son élection, s’approprie des bienfaits du travail effectué par son prédécesseur Hery Rajaonarimampianina. Ce dernier lui avait laissé un héritage, un taux de croissance positif de 5,2% avec une projection au conditionnel du même ordre pour l’année 2019. Cela traduit un résultat positif, comme en 2009, tout cela en pratique est un pari difficile à relèver pour Andrinirina Rajoelina, dans la mesure où on est à mi-parcours de la fin d’exercices où rien n’est claire, où son inaptitude est flagrante.

    La venue de la banque mondiale, la visite de la BAD, et la confirmation de poursuivre, les efforts impulsés par le gouvernement de Hery Rajaonarimampianina par les relations bilatérales avec les gouvernements chinois et japonais, sont insuffisantes pour projeter un taux de croissance positif supérieur à 5,2%.

    A.Rajoelina a du mal à définir les éléments fondamentaux qui stimulent le développement. Les acquisitions en matériels reçus avec dédain ne le sont pas. À l’oeil nu ses maladresses sont visibles : "... TSY MAHALALA MENATRA..." Il n’a pas de honte à inaugurer en se targuant comme étant le seul et unique initiateur des projets concus, conclus et actés par H. Rajaonarimampianina sa bête noire, comme si l’ombre de ce dernier le suit et qu’il a du mal à s’en dépatouiller.

    L’IEM ne décolle point et le TGV de l’imagination de A.Rajoelina reste au quai, A.Rajoelina est en fait un travesti du temps moderne, les actions ne changent pas, rien ne bouge, rien ne progresse, seule la communication fleurit le reste, et le peuple bave.

    *HCC : Haute Cour Constitutionnelle.

    Andrew Berthold

    Répondre

Réagir à l'article

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, merci de vous connecter avec l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS