Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 28 mai 2022
Antananarivo | 22h50
 

Sport

Omnisports • Nouveau ministre

Un brin d’espoir pour les sportifs !

lundi 29 octobre 2007 | Rata
Sitôt nommé, Ramiaramanana Patrick bravait la poussière au rallye de l’Asa Tana 3.

La nomination de Patrick Ramiaramanana au poste de ministre des Sports, cummulée avec la culture et loisirs, suscite une lueur d’espoir pour le milieu sportif malgache. Divers points confortent cet optimisme. Contrairement à ses prédécesseurs, le nouveau ministre est proche du Président de la République et figure parmi les rares « Tiko boy’s » nommés dans l’exécutif. Et sa nomination peut être interprétée comme la volonté de Marc Ravalomanana de mettre en avant le sport malagasy comme il l’avait annoncé au Palais d’Iavoloha à la veille des 7e Jeux des îles.

Second point favorable pour l’ancien Maire de la capitale, c’est le fait d’avoir été un dirigeant, même plus, de club multidisciplinaires. Son bref passage à la Mairie a conduit à la renaissance ou à la création d’une équipe de football, de volley-ball, de badminton, de rugby, de judo et bien d’autres au sein de la commune urbaine (Uscaf, Uscav, Uscar...). Une initiative qui a fait tâche d’huile au niveau des autres communes à l’instar de celle de Mahajanga et de Toamasina.

« En étant dirigeant, c’est quelqu’un qui connaît vraiment les problèmes quotidiens du sport. Je suis persuadé qu’il peut faire quelque chose » selon Ahmad, le président de la fédération malgache de football, interrogé samedi au stade de Mahamasina, sitôt la composition du gouvernement dévoilée.

Au lendemain de sa nomination, Patrick Ramiaramanana était déjà sur terrain en assistant à l’arrivée finale de la 6e manche du championnat de Madagascar des rallyes. Devant l’insistance des quelques journalistes présents, il s’est plié à une causerie plutôt qu’à une conférence de presse. « Je vais réunir d’ici peu les forces vives du monde sportif pour savoir un peu plus sur leur tableau de bord : stratégies, moyens et objectifs » annonce d’emblée le nouveau locataire de la place Goulette. Concernant sa politique générale, il est convaincu que tout se base sur la collaboration quadripartite, le ministère, les fédérations, les régions et les communes. Il a cité comme exemple la réhabilitation du stade Rabemananjara à Mahajanga. Une approche innovatrice qui tend à résoudre une partie des aléas de la pratique et du développement du sport aux quatre coins de l’île. Par ailleurs, il a touché mot sur la déstabilisation dont est victime quelques associations nationales. « L’important c’est de rechercher ensemble les solutions pour améliorer leur gestion et non de les démettre de leur fonction » préconise Patrick Ramiaramanana.

Les attentes du milieu sportif à l’endroit de ce dernier sont nombreuses, entre autres, le statut des athlètes de haut niveau, la prise en main de l’Etat quant au déplacement des représentants sportifs à l’échellon international, le rôle exact du Tafita et surtout l’octroi d’une avantage fiscale aux sponsors. Sur ce volet, on estime que Ramiaramanana est en mesure de convaincre son homologue des finances, Hajanirina Razafinjatovo, un Tiko Boy’s, de grignoter une miette l’assiette fiscale pour le développement du sport.

Avec un programme réalisable, un entourage truffé de gens compétents et non de lèche-bottes, plus d’uns sont convaincus que Patrick Ramiaramanana peut faire décoller, pour de bon, le sport malagasy.

C’est le mal qu’on lui souhaite.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS