Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 16 juillet 2019
Antananarivo | 07h02
 

Politique

Politique

Rencontre Macron-Rajoelina à Nairobi

vendredi 15 mars | Arena R.

Le Chef de l’Etat malgache, Andry Rajoelina s’est entretenu avec le président français, Emmanuel Macron, à Nairobi, hier. Cette rencontre s’est déroulée en marge du sommet des Nations Unies pour l’environnement tenue au Kenya. Il s’agit de la première rencontre entre les deux chefs d’État depuis le retour au pouvoir d’Andry Rajoelina

Au menu de cette rencontre : la sécurité, la protection des côtes malgache. Il parait toutefois que la question des Iles Eparses n’a pas été abordée, malgré la déclaration tonitruante d’Andry Rajoelina, quelques jours plus tôt, sur sa volonté de s’inspirer de l’exemple de l’archipel des Chagos pour réclamer le retour de ces îles aux Malgaches. En tout cas, la communication de la présidence sur cette rencontre ne l’a pas mentionné.

Sur Twitter, Andry Rajoelina s’est particulièrement félicité du renforcement des liens solides et constructifs entre les deux pays et a salué le leadership d’Emmanuel Macron sur le climat. Entre la France et Madagascar, du moins entre les deux dirigeants des deux pays, un climat de bonne entente semble alors régner.

90 commentaires

Vos commentaires

  • 15 mars à 09:04 | poiuyt (#584)

    André Joēl et bataille iles éparses ?
    Non sens. Foutaises. Enfumages !

    • 15 mars à 11:01 | vazaha (#9399) répond à poiuyt

      Deux mois après son investiture, ANR lance son roadshow diplomatique. Ça.differe de l’ex qui a mis 4,5 années avant de pouvoir nommer 4 ambassadeurs sur une petite vingtaine de pays à pourvoir.
      L’ambassade à Maurice sera bientôt conduit par un nouvel ambassadeur. ANR a trace les taches qui l’attendent.
      La prochaine rencontre a l’Elysee déterminera les nouvelles relations avec la France. Les sujets sont nombreux. Ils ont commencé par la sécurité côtière et la reforestation . C’est déjà un vaste programme face aux multiples projets qui vont en découler.
      L’avantage c’est qu’on ne reste pas dans le vague. Les axes sont concrets et directs. Bien sûr tout le monde attend les discussions sur les îles malgaches. Comme je l’avais dit il y a 2 ou 3 jours, je pense qu’il y a une solution gagnant gagnant sans que Mada perde sa souveraineté. Les enjeux sont de taille et dépassent de très loin le seul tête à tête franco-malagasy.

    • 15 mars à 14:27 | jules (#2904) répond à poiuyt

      Apres sarko, le chien chien de la france vient lècher la main de maitre !

    • 15 mars à 14:29 | jules (#2904) répond à poiuyt

      Est ce que le dj va rembourser le fric qu’a couté son coup d’état. Ben oui bien sur, et qui c’est qui va l’avoir dans le fion ? Les malgaches of course !

    • 15 mars à 15:20 | Ra neutre (#9733) répond à poiuyt

      Comme d’hab, que du bruit ( sa marque de fabrique à ANR) et ce n’est que le début. Mais rassurez-vous, ce sujet reviendra sur le tapis dans 5 ans.

    • 15 mars à 18:01 | Isandra (#7070) répond à poiuyt

      Jules,

      Vous êtes en train d’insulter le peuple Malagasy qui a élu ce président que vous traitez de chien(pour le Malagasy traité de chien "amboa razana", c’est une injure grave).

    • 20 mars à 13:56 | Ibalitakely (#9342) répond à poiuyt

      Tout ce que l’on sait d’abord c’est que le fondateur de l’EM s’il rentre le soit disant rédacteur de l’IEM c‘est pour la frantsafrika ni + ni -. & il fait bien attent° mais par contre pas comme Rasarikaozy qui se précipite à dire en 2009 que André RAJOËL a fait un coup d’État puis … de venir en janvier 2019 [10 ans après] à Mavoloha pour on ne sait quoi !!

    • 20 mars à 13:57 | Ibalitakely (#9342) répond à poiuyt

      ... s’il a rencontré ...

  • 15 mars à 09:36 | punchline (#9673)

    Photo révélateur,l’autre serre les fesses, l’autre relax.
    Qu’est e qu’ils se sont dit ? rien : Ils se sont rencontré dans le couloir des toilettes.

    Et Ndimby , il est où, il a disparu, c’est à l’image de tous ces pseudo FREEDOM-FIGHTER malgache, dès qu’ils sont battus , ou leurs candidats sont battus, tant qu’il ne s’agit pas d’election, ils n’ont rien à dire, ABATTUS car BATTUS

    et Borisy BEKAMISY ? seulement 5 Côtiers, 1 par/province dans le gouvernement de ANDRY le COTIER-PHILE, m^me ROSSY est ecarté, retour à la case départ(DEPITE)

    • 15 mars à 10:03 | Jo Brandon (#9919) répond à punchline

      Désolé, mais on n’a rien compris. Vous voulez dire quoi exactement ?

    • 15 mars à 10:19 | sakalava (#9382) répond à punchline

      salut puchline, bien envoyé, j’adore votre post

  • 15 mars à 10:00 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    A première vue, il n’y a pas d’alcool sur la table mais encore et toujours des bouteilles en plastique : Est-ce bon pour le climat ?
    Les sourires qui s’affichent sur leurs visages en disent long sur le climat du dialogue même si rien n’a filtré.

    • 15 mars à 11:02 | DanBe (#2256) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Ah ah
      Il y a 3 bouteilles en verre et une en plastique...
      La bouteille en plastique est près du Pdt Français.

    • 15 mars à 14:12 | Jipo (#4988) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Oui et un stylo avec du papier : pour celui qui sait écrire ...

  • 15 mars à 10:55 | kartell (#8302)

    Qui pourrait être surpris par une pareille précipitation qui frise l’addiction car à peine l’empereur des gilets jaunes vient réactiver sa francafrique en Afrique de l’Est que notre champion du renouveau vient quémander un soutien médiatiquement sans ambiguïté ?.
    On peut ainsi mesurer l’importance de son parrain facilitateur qui lui a offert sur un plateau cette entrevue en ouvrant les portes d’une présidence française qui hier était restée constamment fermée ou qui se limitait au strict minimum diplomatique...
    Cet empressement manifeste en dit long sur l’urgence que semble vouloir imprimer Rajoelina aux relations bi-latérales restées en stand-by hier et pour lesquelles il escompte apparemment leurs donner une autre dimension et un nouveau départ..
    Au delà de cet opportunisme présidentiel, une telle promptitude démontre l’état désastreux d’un pays qui nécessiterait des soins d’une urgence extrême et en s’adressant au « médecin« historique, Rajoelina l’appelle et l’incite aux soins palliatifs urgents ...
    Mais avec un tel comportement, le nouveau pouvoir tente de recentrer une politique Malagasy hier séduite par la concurrence du plus offrant et du moins regardant sauf qu’avec cet appel de détresse, Rajoelina dévoile sa volonté de redonner au colonisateur une place qu’il avait désertée après de multiples vexations....
    Reste à savoir si la France est prête à relever cette offre à haut risque et ce n’est pas le passé qui pourrait rassurer, ni son présent avec un contexte économique et surtout social très dégradés...
    La France ne viendra pas faire des miracles qu’elle est déjà bien incapable de faire dans son propre pays mais en réaffirmant sa bonne écoute à Rajoelina, elle démontre qu’une nouvelle page de la bi-latéralité vient d’être ouverte sans que l’on puisse savoir jusqu’où cela nous mènera réellement....

    • 15 mars à 11:36 | Isandra (#7070) répond à kartell

      Kartell,

      Je vous conseille vivement à lire l’IEM si vous voulez savoir la nouvelle politique diplomatique de ce nouveau régime.

      Dans ce document, vous pourrez lire comme constat que "la 1ère république est marquée par des relations internationales limitées au niveau de la France" , que l’IEM évitera à tout prix, il prône une nouvelle politique diplomatique.

      - On y propose sur la base d’un nouveau principe : le renforcement des relations des pays émergents.
      - Et son objectif diplomatique, c’est de changer l’image de Madagascar, "éternel demandeur d’aide et assistance et engager des négociations "gagnant-gagnant".

    • 15 mars à 12:26 | kartell (#8302) répond à kartell

      @ Isandra

      Il y a peu, vous traitiez « maman » de marâtre alors qu’aujourd’hui, votre nouveau champion voudrait en faire sa nourrice mais quoi de plus normal lorsqu’on sait qu’il est farouchement allergique au lait Tiko !.....
      Le vieux bouc-émissaire serait-il devenu ce nouvel amant fréquentable ?....
      Le gagnant/gagnant laisse rêveur car pour qu’il puisse l’être, il faudra que les deux pays jouent dans la même catégorie vu que la courte-échelle ne profite qu’à celui qui tend le bras !....
      L’utilisation abusive des clichés nuit gravement à la clairvoyance, vous devriez faire attention de ne pas tomber dans le panneau....publicitaire !.

    • 15 mars à 12:56 | vatomena (#8391) répond à kartell

      Mais dans quel état ’ le médecin historique ’ retrouve son malade ; Les malades ,ils étaient 9 millions ,aujourd’hui ils sont 22 millions ! Le contribuable français a encore sur le dos toute l’ancienne Afrique coloniale et ,à celà, s’ajoute une invasion migratoire qui réclame des droits sociaux aux français . Les anciennes possessions françaises en Asie ne coutent plus rien à l’ancienne métropole .Ils savent faire vivre leur Indépendance. Ah ,Le Vietnam !

    • 15 mars à 12:58 | Isandra (#7070) répond à kartell

      Kartell,

      Vous vous trompez grave !

      C’est pour ça que je vous conseille tous les jours à lire l’IEM. Rajoelina compte adopter un nouveau type de relation avec la France, basé sur un nouveau principe avec leitimotiv "gagnant-gagnant", c’est valable aussi avec les autres pays.

      Il y a de traitement de faveur envers la France, c’est parce que pour le moment, elle est notre première partenaire, vue notre histoire. Toutefois, c’est fini, la vieille relation "dominant-dominé",...c’était dans une autre époque.

    • 15 mars à 13:24 | kartell (#8302) répond à kartell

      @ Isandra

      Vous confondez les choses, la France n’est demandeuse de rien, elle répond à un appel pressant aidée en cela par un parrain qui a une écoute de choix à l’Elysée...
      La préoccupation principale de Paris aurait été l’insécurité subie en particulier par ses ressortissants et celle de Tana de sécuriser celle de ses côtés ouvertes à tous les vents des trafics ...
      On est très loin d’une demande de réclamer une restitution des confettis qui semble d’ailleurs avoir été le deal pour la rencontre ait lieu, très médiatisée ici mais passée sous silence à andafy !....
      Il est clair que le chef d’orchestre n’était pas celui que vous croyez et en matière de diplomatie, cela fait toute la différence qui semble vous échapper totalement !....

    • 15 mars à 14:08 | Isandra (#7070) répond à kartell

      Kartell,

      Je n’ai jamais dit que la France est demandeuse, même si elle tire profit de notre relation bilatérale.

      Cette rencontre entre dans le cadre de notre relation bilatérale suivie souvent par des coopérations sur certains domaines, notamment, les sécurités, etc. Aucun partenariat n’est possible, sans coopération.

      Et je vous précise que c’est MT qui a choisi n’a relaté que cette rencontre entre Macron et le Président, même si ce n’est pas la seule rencontre du président, mais, ce n’est pas l’initiative de la présidence pour sa publicité.

      Voici un extrait d’une publication de la présidence :

      "En marge des deux Sommets, le Président de la République Andry Rajoelina et le Président français Emmanuel Macron se sont également rencontrés ce jour. Les questions sur la sécurité à Madagascar ont été au cœur de cette entrevue entre les deux chefs d’Etat. Le président Andry Rajoelina s’est également entretenu avec d’autres personnalités notamment la Présidente par intérim du Groupe de la Banque mondiale et directrice générale de la Banque mondiale Kristalina Gueorguieva."

    • 15 mars à 15:23 | kartell (#8302) répond à kartell

      @ Isandra

      Détrompez-vous car en dehors de Macron, Rajoelina n’a côtoyé que des deuxièmes couteaux du prêt financier international car Nairobi n’est pas New-York ou Washington d’autant que son « homologue » français a beaucoup perdu de sa pertinence des premiers jours de son élection ce dont Rajoelina devrait impérativement en tirer les leçons ....
      Quand à cette publicité faite à « l’insu de son plein gré » de cette rencontre éclair, sans être dans le secret, on peut imaginer que la présidence s’est réjouie de voir se médiatiser cette rencontre permettant de mettre sous le tapis du passé ses propos enflammés tenus récemment à Maurice .....

    • 15 mars à 16:22 | Tsisdinika (#3548) répond à kartell

      kartell,

      la France n’est pas demandeuse, soit. Mais certains Français, très certainement.

      Je vous cite quelques intérêts français ici à Madagascar qui monopolisent l’économie :

      - Le "Lobby du Gasoil", pour reprendre une expression de Ketakandriana Rafitoson, c’est-à-dire les fournisseurs d’énergie d’origine thermique, ceux-là même qui se sucrent sur le dos de la Jirama à l’aide de contrats léonins ayant cours depuis une dizaine d’années. Ce sont les Fraise, Enelec, Galana (Rubis) et Jovena.

      - Le lobby du MID, les banques françaises Société Générale, BOA, BNI (bi-national), BMOI (BPCE) qui refusent le retour à un taux de change fixe sous peine de boycott des Bons de trésor par adjudication.

      - Le lobby du BTP public, Colas-Bouygues et Sogea-Satom.

      Tout ce beau monde, pour garder une rente des plus juteuses, n’hésitent pas à envoyer au front leur agent le plus dévoué, un ancien de la banque Rotschild, celui qui ne porte pas de cravate de couleur orange sur la photo et qui a horreur des gilets de couleur jaune.

  • 15 mars à 11:21 | Vohitra (#7654)

    Miarahaba Tompoko,

    Vaky tratra sy miepa-tanana ary tena mihafy mafy mihintsy anie izahay aty vao mahavita mandoa hetra e, raha azo atao dia mba zavatra maika sy hahazoana tombotsoa goavana ho an ny maro an isa anatin ny fotoana fohy no mba hivoahanareo any ivelany any, tsarovy fa heriponay sy hatsembohanay no handoavana ny saran ny fivezivezenareo any ampita any isaky ny mihetsika io.

    Ny aty efa sahirana sy vesaran ny ngidin ny fahantrana nefa ianareo toa be filaza fa kely fitondra mody, toa lasa be lazao lava izao fotsiny.

    Mankasitraka e !

    • 15 mars à 11:40 | Isandra (#7070) répond à Vohitra

      Vohitra,

      Ny fiarovana ny morontsiraka izany tsy hahazoanareo tombontsoa ?
      Ny famoronan’asa tombanana 100.000, izay nanaovany fifanarahana tany Maorisy ?

    • 15 mars à 12:57 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Isandra,

      Ny vahoaka noana rehefa maintso ahitra ny andro, ilay karama farany ambany 200.000 Ariary koa mbola tsy azo nefa ny fiainana mihasarotra isanandro e. Ianareo angamba efa milamina e, ny fofon ny emergence efa ren ny vavoronareo sahady

    • 15 mars à 13:15 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Izahay ramatoa Isandra efa noana lava tsy vokin ny tombatombana efa tsy misy farany izao a.

      Mitady ho fotsy varavarana mihintsy ny ao aminareo izany an !

    • 15 mars à 15:48 | Isandra (#7070) répond à Vohitra

      Vohitra,

      Ianao ihany aza no miteny hoe efa noana lava, tsy vao izany vao noana fa efa ela. Ka miandry kely amin’ny fanarahana ny fenitra ve tsy hoandry.

      Angaha izy ity hatao bondongerina fotsiny, tsy maintsy soratana ny budget, ary resahana ny olona voakasika tahakan’ny Patron, sns.

  • 15 mars à 12:04 | Jipo (#4988)

    Bonjour .
    Plus facile de fanfaronner devant le président par intérim Mauricien, un de ses Saints, plutôt que s’ adresser à Dieu lui même ...
    Occasion : occultée, inopportune, ratée ou simplement esquivée : seul le frimeur/parvenu des bals poussières en détient la vérité, en tous cas, sur ce coup là, il a " montré " ce qu’ il avait dans la culotte 😳, un vermicelle transparent et 2 graines de couscous , azafady ça fait un peu kely-be pour ne pas dire très light .
    Allez circulez une photo suffira ! quant au prix ... ?

  • 15 mars à 12:05 | Isandra (#7070)

    Hors sujet.

    J’ai lu sur la page facebook de Malama fils de Manandafy que ce dernier est décédé, aujourd’hui à 10h locale.

    C’est une figure emblématique de la politique Malagasy qui vient de nous quitter.

    Sincères condoléances pour la famille.

  • 15 mars à 12:30 | Milaza (#10526)

    Félicitation Mr le président Andry RAJOELINA sur la grand succès pour notre nation pendant votre visite à MAURICE et KENYA. C’est l’amour de la patrie et les peuple Malgache qui vous a pousser a prendre l’initiative de chercher les moyens pour le développement de Madagascar dans un bref délai

    • 15 mars à 13:03 | vatomena (#8391) répond à Milaza

      Tous les moyens de développements ont été dans le passé donnés ou offerts à Madagascar .Des experts du monde entier sont venus chez nous sans aucun résultat. De quel coté sont toutes les incapacités ..? Humiliation ,on va chercher secours et investissements aupres de la toute petite ile de Maurice !

    • 16 mars à 09:08 | lanja (#4980) répond à Milaza

      .il ne fait que continuer ce qu’il a commencé depuis 2009,
      La vitesse du TGV vous convient, mais des gens meurent de faim et d’insécurité dans le train,
      par respect pour eux, calmez vous, vous aurez le temps de féliciter et d’applaudir à l’arrivée

  • 15 mars à 13:09 | reviv (#9830)

    Punchline,
    je ne vous apprends rien quand je dis qu’il ne faut surtout pas confondre la quantité avec la qualité.

    il est préférable d’avoir peu mais fiable et efficace que d’avoir bcp trop mais ce ne sont que des coquilles vides.
    la loi des grands nombres est à prendre avec bcp de précaution car elle est utilisée à des situations précises.

    je ne peux pas en dire plus car vous êtes un homme sensé, seulement je vous invite à lire l’article ci-dessous paru sur express Mada ce 15/03/2019 illustrant parfaitement la décadence de nos régions livrées au pillage et au moins offrants.

    Région Sud Ouest – Six bâteaux chinois pêchent illégalement.

    • 15 mars à 14:37 | Jipo (#4988) répond à reviv

      Cela fait partie des nouveaux accords (gagnant/ gagnant) avec nos nouveaux zamis shintoïstes .
      Pile je gagne et face tu perds 🐟 🦐 🦀 🐠🚢 😑 .
      Je vois bien le GIGN Malagasy envoyé / hélicoptère et Go Fast, pour mater ces pirates et les arraisonner avec confiscation du matériel pour se doter d’ une flotte à moindre cout 😏 .

  • 15 mars à 13:36 | dahalo (#8794)

    On attend la retombée de toutes ces rencontres car apparemment le financement de l’IEM est encore incertain aujourd’hui.

    • 15 mars à 13:48 | Vohitra (#7654) répond à dahalo

      La retombee ?

      Il y aura du kilalaky, malesa, salegy a gogo au podium du 26 juin prochain surement

    • 15 mars à 14:39 | Jipo (#4988) répond à dahalo

      Faute d’ Eparses, ce sera des figues !
      Vous espérez quoi : du vola encore ?

    • 15 mars à 15:54 | Isandra (#7070) répond à dahalo

      Dahalo marina,

      Pour vous, si seuls les financements qui doivent motiver une rencontre...? C’est un raccourci à la dahalo.

  • 15 mars à 14:10 | I MATORIANDRO (#6033)

    NNNNddddrrrryyyy ty pozy e !!!!!

    NNNNttttssssoooo naleee !!!!!

    Hafa ihany Dada miresaka @ menasofina indrindra fa reto mpanjanaka reto !!! DDDDDDaaaaaaaddddddddaaaaaa aaaaaaa, aiza re enao e ????!!!!

    Misy zavatra tokony hampitokiky ve ny miresaka @ olona mitovy laharana @ tena e ???!!!

    Samia velonaina

    • 15 mars à 16:09 | Isandra (#7070) répond à I MATORIANDRO

      Matoriandro,

      Io ny filoha io, mifanaraka tsara amin’ny politikany gagnant-gagnant ny fihetsiny.

      Fa mba avereno jerena kely ny paozin-dRavalo nihaona t@ Jacques Chirac, fa hoatran’ireny zazakely nahazo kilalao ireny, sady amin’izay ny fanaovan’ny itsy farany aza hoatran’ny boikely vao ampianarina miasa. Sa indray hoe mody Ikotofetsy.

    • 15 mars à 20:13 | I MATORIANDRO (#6033) répond à I MATORIANDRO

      Tena tsisy saina mintsy zany raha olona an !

      I zaka siraka lazainao zany tongan’i dada teto madagasikara fa tsy izy no te- andeh hisolelaka any andafy.

      Avoahy eto hoe zany sary zany iarahan’ny olona mifamptazana !!!

      De in zao le win-win lazainao io ? Inona ?

      I’m frustrated and vicious.

      Samia velonaina

  • 15 mars à 15:39 | Vohitra (#7654)

    Rwanda : recit d un genocide planifie

    Un journaliste, David Servenay, avait partage ses investigations a propos des massacres de un million de Tutsis en 1994.

    Les milices Hutus avaient pu acquerir des armes par le biais de la complicite des banques francaises dont PARIBAS....

  • 15 mars à 15:40 | reviv (#9830)

    jipo,
    Je vois bien le GIGN Malagasy envoyé / hélicoptère et Go Fast, pour mater ces pirates et les arraisonner avec confiscation du matériel pour se doter d’ une flotte à moindre cout 😏 .

    - en effet jipo,
    pourtant ils ont été avertis de ne pas tomber dans ces promesses d’ivrogne mais pour eux c’est le salegy, kilalake bal poussière qui ont pris le dessus 🎻🥁

  • 15 mars à 15:41 | cacatoès (#9758)

    Hita foana hoe miforo-body amin’ny frantsay foana ny gasy !! Refa mahitan’ilay prezida gasy sy ilay macaron chacaron miresaka dia ilay gasy mandahatra be fa ilay anakiray manao tsy taitra fotsiny !!!
    Mampitay amelaka ilay chacaron na dia tsy pro rajorery aza zahay !!!!
    Zany no efa no soratako teto fa ny afrikana ihany sisa no azo tsindrina aloka fa ny akoatra tsy meteny tsony ny firenenao !!!!!

  • 15 mars à 15:42 | reviv (#9830)

    Vohitra,
    La retombee ?

    Il y aura du kilalaky, malesa, salegy a gogo au podium du 26 juin prochain surement

    - vous avez oublié le tsapiky

    • 15 mars à 16:35 | Vohitra (#7654) répond à reviv

      Bien sur, et du kaoitry surtout car le champion est dans la course pour les legislatives

  • 15 mars à 16:41 | punchline (#9673)

    Décès de MANANDAFY, c’ est le n-ième victime de l’évènement de 2009 . Car bizarrement, il a disparu depuis cet évènement, lui qui était toujours dans tous les coups, à chaque soulèvement politique,ou réorganisation politique, et ceci depuis 1972.
    Mes condoléances à la famille

    • 15 mars à 17:02 | betoko (#413) répond à punchline

      Qui est décédés ?Manandafy ou son fils ?
      Si c’est Manandafy le père ,son décès ne m’attriste point et pour cause ,c’était un de ceux qui avait mis Madagascar dans la mer...de Sociologue de son état il a pu manipuler tout le monde y compris Débat .Un seul exemple ,la malgachisation de l’enseignement et aussi ses mis à sac des soit disant mpagorokarena

    • 15 mars à 18:48 | punchline (#9673) répond à punchline

      C’est Manadafy Père qui vient de passer de vie à trépas.
      certes il n’a pas fait que des choses agréables, et celles là il faut en parler , car tout cela a eu des impacts sur la vie de bon nombre des Malgaches
      Mais il y a aussi sa famille, qui n’y est pour rien, celle ci il faut la respecter.
      est ce le moment d’en parler ?
      je n’en sais rien, toujours est il , qu’ il faut séparer le jugement qu’on a sur l’homme, et respecter le deuil de la famille.

    • 15 mars à 19:09 | lysnorine (#9752) répond à punchline

      Misy lahatsotra tamin’ny...73 taona lasa manaraka, azo hitarafana ny famindran’Itpkl Manandafy teo amin’ny pôlitika. Tsarovana fa « mpitolona » toa mpiandany tamin’ny Marxisme/Maoïsme izy tamin’ireny 1972 (« révolutionnaire marxiste-maoïste » ) dia nivadika tanteraka tamin’izany taty aoriana rehefa nirotsaka hofidina prezidà tamin’ny 1989, ka lasa mpanindrahindra ny « Fanalalahana mihoa-pampana » (« ultra-libéralisme »).

      Ny Rariny-La Justice, 6e année, n°61, Mardi 19 Novembre 1946
      Tsy dia tia ny manam-pahaizana ny Malagasy

      « Diso izay milaza fa tsy tsia ny manam-pahaizana ny Malagasy. Samy hafa anie ny hoe : Instruit sy ny Intelligent. Ny tena tian’ny Malagasy dia ny olona manana ny TOETRY NY RAZANY izay TSY MBA MAHAY MIVADIKA . Ka [izany] toetra izany no mahaliana ny Malagasy noho ny fahaizana aloha.

      « Fantatry ny Malagasy loatra mantsy IREO MANAO AZY HO BE FAHAIZANA ISAN-KARAZANY , KA MAMPIADY HAFETSENA, MAHAY MANARAK’ONJA LOZANTANY : Tamin’ny andron’ny fanenjehana komonista izy, dia filohany. Nony MIOVA ny toe-draharaha, izy indray no misolantsolana amim-pahaizana tonga filohany amin’ny hevitra komonista manao syndicat, manao politika, manao itsy sy manao iroa. Henika azy daholo ny lafy valo, ka raha tsy manam-pahaizana izy tsy mahavita izany. Tsy izany anefa no ilain’ny MALAGASY fa efa LEONY IZY tamin’ny NAFITSOK’IREO MANAM-PAHAIZANA AZY. Ka ny TOETRA (caractère) no tiany ho VOATSAPA ALOHAN’NY FAHAIZANA alohan’ny fahaizana. Raha ireo kosa no tafaraka dia ho tapitr’ohatra izay manana azy. Mbola ho avy ihany izany REHEFA FOANA ireny MPAHAY MIOVA SORATRA ISAN-KARAZANY ara-pahaizana ireny. Manao tsobon-dranon-dRamiangaly daholo mantsy ny manam-pahaizana. Jereo raha misy fanenjehana, raha tsy ireny manam-pahaizana ireny no voalohany handa amim-pahaizana ny nekeny sy ny nivolambolanany. Efa fay loatra ny Malagasy ka raha te-hahazo azy amin’izao fotoana izao dia tsy maintsy mampiseho toetra tsara ka ny asa no itsarana azy. »

  • 15 mars à 16:49 | lysnorine (#9752)

    Re : « Au menu de cette rencontre : la sécurité, la PROTECTION des côtes malgache(s)
    [ ajouter : surtout ’’CONTRE L’INVASION DE LA CHINE et une pénétration de la RUSSIE voire de l’IRAN’’]

    « Zoom Afrique du 7 mars 2019 »
    Thu Mar 7, 2019 2:2PM
    https://www.presstv.com/DetailFr/2019/03/07/590413/Guerre-au-Mali-limposture-de-Paris-

    DJIBOUTI
    Après la visite du président allemand, c’est AU TOUR du président français Emmanuel Macron de se rendre dans la CORNE DE L’AFRIQUE . Les ENJEUX sont DE TAILLE , car ces dernières années, PARIS A PERDU GROS suite à l’INFLUENCE CROISSANTE DE LA CHINE ET DE LA RUSSIE sur le continent africain. Mais ce n’est pas tout, par MANQUE DE FONDS D’INVESTISSEMENT, le Quai d’Orsay a aussi volontairement laissé son pré carré au profit des ANGLO-SAXONS. Les États-Unis se montrent de plus en plus dans l’Afrique de l’Ouest et centrale, alors que dans la Corne de l’Afrique, ils ne gardent qu’une présence militaire importante en Somalie.

    Le président français Emmanuel Macron s’envolera donc pour DJIBOUTI le 11 mars au soir avant de rallier l’Éthiopie le 12 puis le Kenya le lendemain. ENJEUX STRATÉGIQUES, ÉCONOMIQUES, CULTURELS et climatiques seront au menu de cette première tournée présidentielle dans la Corne de l’Afrique.

    Une visite express d’une quinzaine d’heures à Djibouti, le temps pour le chef d’État de rencontrer son homologue djiboutien Ismaïl Omar Guelleh et de se rendre sur la base française qui héberge le plus gros contingent de soldats français à l’étranger (1 400 soldats). Un déplacement stratégique : Djibouti accueille des BASES MILITAIRES des grandes puissances comme les États-Unis, le Japon, l’Allemagne, l’Italie ET AUSSI LA CHINE. L’Élysée annonce que ce pays est très symbolique pour l’Hexagone et rappelle que c’est un partenaire historique de la région. Depuis que Djibouti a laissé la CHINE venir s’installer militairement dans le pays, le président Omar Guelleh S’EST MIS LE MONDE OCCIDENTAL À DOS ....

    Ce voyage est donc plus stratégique que symbolique, car Paris S’INQUIÈTE de l’influence grandissante de la Chine et du NET RECUL DE SA PRÉSENCE SUR PLACE . Un point sur lequel PLUSIEURS DÉPUTÉS ont tenté d’attirer l’attention au retour d’une mission à Djibouti. Ainsi, le 26 septembre dernier, Marielle de SARNEZ , la présidente de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale, a tiré la sonnette d’alarme. « Je pense qu’il est absolument VITAL de RENFORCER LA PRÉSENCE FRANÇAISE , a souligné la députée. Stratégiquement, nous avons besoin d’une remobilisation sur les trois axes MILITAIRE, économique et CULTUREL. » ­À l’Élysée, on reconnaît la dimension STRATÉGIQUE de ce déplacement : « On va AUSSI EN AFRIQUE DE L’EST parce que c’est une région assez concurrentielle, notamment avec la CHINE . »
    ....
    . Quoi qu’il en soit, outre le côté économique, les enjeux sont TRÈS STRATÉGIQUES pour la France, qui tente tant bien que mal de se repositionner en Afrique. [Ledit REPOSITIONNEMENT NE S’APPLIQUE PAS À MADAGASCAR et ne concerne pas les Malagasy , bien sûr, étant donné qu’un ressortissant Français a été élu à la tête de cet État. ]

    • 15 mars à 17:15 | betoko (#413) répond à lysnorine

      A ceux qui ont le moyen ,il y a un business à faire à Djibouti ,c’est d’exporter de la viande et fruits et légumes car toutes ces militaires étrangers doivent bouffer tous les jours Seul possibilité faut être bien introduit dans le cercle de l’épouse de leur président de la république

  • 15 mars à 17:08 | Tsisdinika (#3548)

    Le langage corporel des deux indique que Rajoelina, assis au fond du fauteil, veut prolonger la discussion, tandis que Macron, assis au bord de son fauteil, veut partir !!!

    • 15 mars à 17:22 | Jipo (#4988) répond à Tsisdinika

      EXACTEMENT , fine observation , de rajouter que macron avait de quoi noter quelques observations, ou doléances ,contrairement à son homologue juste capable comme son prédécesseur d’ afficher un râtelier d’ auto-satisfaction, qui semble être devenu la marque de fabrique de tous ces arrivistes/parvenus .

    • 15 mars à 17:44 | Isandra (#7070) répond à Tsisdinika

      Les détracteurs n’ont plus à dire sur le fonds, du coup, il se tardent sur le corporel,...

      C’est vraiment pathétique comme attitude...! C’est simple ! Pourquoi ne pas vous taire, vous n’êtes pas obligé ?

  • 15 mars à 17:56 | Rahasimbery (#8396)

    I)
    MADAGASCAR : FRENCH SUPPORT POLITICAL CONSENSUS LEADING TO ELECTIONS
    Date :
    2009 June 23, 16:07 (Tuesday) Canonical ID :
    09PARIS848_a
    Original Classification :
    CONFIDENTIAL,NOFORN Current Classification :
    CONFIDENTIAL,NOFORN
    Handling Restrictions
    — Not Assigned —
    Character Count :
    9856
    Executive Order :
    — Not Assigned — Locator :
    TEXT ONLINE
    TAGS :
    FR - France | KDEM - Democratization | MA - Madagascar | PGOV - Political Affairs—Government ; Internal Governmental Affairs | PINR - Political Affairs—Intelligence | PINS - Political Affairs—Internal Security | PREL - Political Affairs—External Political Relations
    Concepts :
    — Not Assigned —

    Enclosure :
    — Not Assigned — Type :
    TE - Telegram (cable)
    Office Origin :
    — N/A or Blank —

    Office Action :
    — N/A or Blank — Archive Status :
    — Not Assigned —
    From :
    France Paris
    Markings :
    — Not Assigned —
    To :
    African Union | Secretary of State | U.S. Mission to European Union (formerly EC) (Brussels) | United Nations (New York) | United States Africa Command

    B. PARIS 815
    Classified By : Acting Minister Counselor for Political Affairs Andrew Y oung, 1.4 (b/d).
    1. (C/NF) SUMMARY : France continues to favor a political consensus among contending parties that would lead to credible elections, Presidential AF-advisor Remi Marechaux said on June 23. However, neither Rajoelina, Ravalomanana (who is recruiting mercenaries in France), nor Ratsiraka are making any conciliatory gestures. The international community needs to continue pressuring them. SADC’s recent policy shift is helpful, as is its naming of Joaquim Chissano as SADC mediator for Madagascar ; the next International Contact Meeting should take place in Antananarivo. Marechaux denied rumors indicating that France was providing a military plane to the HAT ; he said that bilateral relations were in a "gray zone," with the new French Ambassador not yet having presented his credentials. Marechaux said that France was abiding by the EU’s strictures against "no new non-humanitarian assistance," which the EU was enforcing strictly. The GOF is trying its best not to embroil itself in the dispute over control over Madagascar’s embassy in Paris. Marechaux labeled French businessman and behind-the-scenes fixer Robert Bourgi as an opportunist with little experience in Madagascar, who was asked to involve himself by Franco-Malgache insider Patrick Lelu (phonetic).
    END SUMMARY.
    CONSENSUS LEADING TO ELECTIONS IS NECESSARY

  • 15 mars à 17:57 | Rahasimbery (#8396)

    II)
    2. (C) Remi Marechaux, AF-advisor at the French presidency, discussed Madagascar on June 23, noting up front that "our policy is similar to yours and the international community’s — there must be a political consensus among the contending parties that will allow for credible elections." Marechaux said that SADC’s recent shift in policy — its renunciation of reinstalling Ravalomanana by military means, its general re-alignment with the rest of the international community, and its naming of Joaquim Chissano as SADC mediator for Madagascar — was most helpful. Marechaux remarked that the next meeting of the International Contact Group should be in Antananarivo, which he said would demonstrate support for the new SADC mediator.
    RAJOELINA
    3. (C) That said, Marechaux said that outside pressure was necessary to prod the three main parties — Rajoelina, Ravalomanana, and Ratsiraka — into forming a consensus, In Marechaux’s view, each of them was responsible for the lack of progress. Rajoelina was surrounded by HAT hard-liners who would oppose an agreement and subsequent elections because this would ultimately lead to their losing power. Some of these hard-liners wanted to go it alone and form, in their view, a permanent government, regardless of internal and international opinion. Marechaux said that France had been advising the HAT camp not to pursue the hard-liners’ approach.
    4. (C) Marechaux said that Rajoelina himself was not helping matters by remaining somewhat coy about his own intentions to run. Marechaux said that despite declarations that Rajoelina would not run and his promises not to amend the constitution to eliminate the age issue, it was not clear what Rajoelina’s intentions were. All of this was complicated by the "totally untransparent" prosecution and conviction of Ravalomanana and the prohibition against his running for office, which the HAT had handled in a completely clumsy manner. Marechaux thought that even if Rajoelina ran, it was not clear that he would win, given the concentration of his support in the capital and lack of it elsewhere. RAVALOMANANA
    5. (C/NF) As for Ravalomanana, Marechaux said that he remained obsessed with making a come-back and being reinstalled in power, despite the "fantasy nature" of such an ambition. Marechaux confided that Ravalomanana was continuing to try to recruit mercenaries, including within France. Marechaux said that some of those in France whom Ravalomanana had attempted to recruit had contacted the GOF, in part because Ravalomanana, in making his sales pitch, had claimed that "the Elysee (i.e., French Presidency) is supporting me." Marechaux said that the Presidency denied these claims and then referred Ravalomanana’s case to other branches of the GOF responsible for monitoring this kind of activity. Marechaux said the Presidency was not pleased that PARIS 00000848 002 OF 003 Ravalomanana was recruiting mercenaries in France or claiming that the French supported this activity.
    6. (C) Marechaux said that assumptions that France was "anti-Ravalomanana" were much exaggerated. Ravalomanana might not like France much (although not enough, apparently, to refrain from claiming France supported him) but France had developed a modus operandi in dealing with him. He was helpful on Mayotte, which the French valued. Marechaux said that Rajoelina feared Ravalomanana’s return because Ravalomanana had sufficient personal wealth and resources to carry out a comprehensive campaign that Rajoelina would find difficult to counter, much less overcome. Marechaux commented that one of the HAT’s bad decisions was to shut down Ravalomanana’s extensive business empire, which resulted in sudden unemployment for many and thus a ready-made host of Ravalomanana supporters.

  • 15 mars à 17:58 | Rahasimbery (#8396)

    III)
    7. (C) Marechaux remarked that Ratsiraka had also injected himself into the turmoil by proposing that he, as Madagascar’s senior military man, be considered to run any military-based transitional body. Marechaux said that Ratsiraka, while ambitious, probably could be placated into dropping out if either side promised to give him a house and other emoluments in recognition of his past accomplishments. Marechaux confided that France had promised that it would medevac Ratsiraka if the need arose. Marechaux said that Ratsiraka, in essence, needed to have his ego stroked and then would likely exit center stage.
    DIPLOMATIC "GRAY ZONE" AND EU AID STRICTURES
    8. (C) Marechaux said that French relations with Madagascar had entered into a bit of a gray zone, with the new French Ambassador not having presented his credentials, so as not to legitimize the HAT. France was adhering to the EU’s restrictions on not providing new non-humanitarian assistance to Madagascar. Marechaux indicated that the EU was interpreting this ban quite narrowly. He said that France had wanted to provide 1.5 million euros (about 2.1 million USD) for a small project to clean up waste and pollutants at a certain site in Antananarivo. The EU blocked this as "development assistance" despite the obvious public health aspect to the project.

    NO FRENCH PLANE FOR MADAGASCAR
    9. (C) Responding to issues raised in ref A e-mail, Marechaux said he was not aware of France’s providing Madagascar with a military plane, and he doubted that any such project was in train. However, he said he would investigate and contact us if necessary. He noted that there had been an earlier program to provide Madagascar with small surveillance planes that were used to spot cattle rustling, which he said was an endemic problem. He speculated that any such plane to be delivered might be in connection with that (non-military) program. But he repeated that he had no knowledge of any such transfer of a plane either now or in the recent past.

    MADAGASCAR’S EMBASSY IN PARIS
    10. (C) Marechaux said that the GOF was trying not to become involved in the dispute at Madagascar’s Embassy in Paris where factions within the Embassy were fighting for control over the Embassy and its buildings. The police have been told to provide protection and maintain law and order outside the grounds of the Embassy but not to enter the facility, except in exigent circumstances such as a fire or gunshots and the like. Marechaux said that fights among Embassy staff had broken out over whether Ravalomanana’s or Rajoelina’s portrait adorned the walls, with supporters of both factions changing locks and trying to assert control. Marechaux said that one of the Embassy counselors has been designated by Antananarivo as charge d’affaires, a.i., but that a woman with no diplomatic credentials who had recently shown up had been sending diplomatic notes and otherwise acting as if in charge. (NOTE : We believe this woman to be Rakotomanga Hajanirina, according to what Malgache Ambassador Narisoa told us on June 16. END NOTE.) Marechaux regretted this situation but said that the Embassy, even before Ravalomanana’s ouster, was largely out of the loop concerning bilateral relations, with most issues managed by the French Embassy in Antananarivo working with the central government.

    (C/NF) ROBERT BOURGI
    PARIS 00000848 003 OF 003
    11. (C/NF) As had his colleague Romain Serman (ref B, paras 7-11), Marechaux expressed discomfort with private businessman and behind-the-scenes fixer Robert Bourgi’s apparent involvement in Madagascar. He said that Bourgi had no prior experience with Madagascar but had been asked to get involved by Patrick Lelu (phonetic), a Franco-Malgache businessman and advisor to several leading Malgache figures. Marechaux said that Bourgi, looking for new business after the death of Gabon’s President Bongo, was eager to seek new opportunities in Madagascar. Marechaux repeated that Bourgi was not in any way associated with the GOF and was interested only in exploiting his own opportunities.

    Crise politique de 2009 à Madagascar in wikileaks.org (https://wikileaks.org/plusd/cables/09PARIS848_a.html)

  • 15 mars à 18:11 | lysnorine (#9752)

    Re : Tsisdinika 15 mars (2019) à 16:22 répond à kartell ^

    « [...] Je vous cite quelques INTÉRÊTS FRANÇAIS ici à Madagascar qui monopolisent l’économie :

    « - Le "Lobby du Gasoil", pour reprendre une expression de Ketakandriana Rafitoson, c’est-à-dire les fournisseurs d’énergie d’origine thermique, ceux-là même qui se sucrent sur le dos de la Jirama à l’aide de contrats léonins ayant cours depuis une dizaine d’années. Ce sont les Fraise, Enelec, Galana (Rubis) et Jovena.

    « - Le lobby du MID, les banques françaises Société Générale, BOA, BNI (bi-national), BMOI (BPCE) qui refusent le retour à un taux de change fixe sous peine de boycott des Bons de trésor par adjudication.

    « - Le lobby du BTP public, Colas-Bouygues et Sogea-Satom. »

    quelque complément :

    1) Concession à Ravinala Airports [ société formée par le Groupe ADP, Bouygues Bâtiment International, Colas et Meridiam Africapour ] pour 28 ans des aéroports d’Ivato et de Nosy Be [https://www.colas.com/fr/presse-mediatheque/communiques-de-presse/ravinala-airports-societe-concessionnaire-des-aeroports-dantananarivo-et-de-nosy-be-madagascar-formee-par-le-groupe-adp-bouygues-batiment-international-colas-et-meridiam-africa-conclut-son-financement-et-demarre]

    voir aussi dossier madagate
    « Madagascar aéroports. Et l’emprise étrangère se poursuit sournoisement »
    Mardi, 18 Octobre 2016
    http://www.madagate.org/madagascar-informations-politiques/a-la-une/6025-madagascar-aeroports-et-lemprise-etrangere-se-poursuit-sournoisement.html

    2) Domination également des FRANCO-KARANA dans les secteurs VITAUX des TÉLÉCOMMUNICATIONS et de l’ÉNERGIE, et IMPORTATIONS de « RIZ POURRI »

    [« Vary avy any Pakistan Manjaka ny kolikoly, POIZININA ny Malagasy »
    https://www.tiatanindrazana.com/pages/modules.php?id=36590
    07/03/2019
    « Raha ny angom-baovao marim-pototra natao dia manodidina ny 320 taonina ny vary nohafarantsika avy any Pakistan tamin’iny volana febroary iny, saingy ny ANTSASA-MANILAN’IREO dia efa SIMBA (brisures) hatrany amin’ny 25% avokoa
    « Misy AN-JATONY TAONINA koa aza efa TSY AZO HANINA intsony raha ny lalàna any Pakistan satria ...sakafo natokana ho an’ny BIBY, nefa mbola aondrana eto amintsika ihany ka AFANGARO amin’ireo vary lazaina fa tsara.. » .]

    • 15 mars à 18:40 | Stomato (#3476) répond à lysnorine

      « Madagascar aéroports. Et l’emprise étrangère se poursuit sournoisement »

      Quand le porte de la maison ne ferme pas il est facile d’y entrer.
      Dans un autre article de ce jour sur MT il est fait allusion de travaux d’accès à l’eau, travaux faits par Madagascar ? Que non ils ont été faits par la Corée !

      Vous avez raison de vous plaindre, mais ne vous en prenez qu’à vous si vous n’êtes pas content(e)s de ce que font les étrangers !
      Quand on se sent morveux, on se mouche, et si on ne sait pas se moucher on demande aux grandes personnes comment on fait !

  • 15 mars à 18:24 | FINENGO (#7901)

    @ Isandra (#7070)
    Madagascar veut jouer le jeu de Gagnant-Gagnant avec la France dis-tu.????????
    Pauvre Dame, il va falloir que tu saches, que le jeu de Gagnant-Gagnant ne peut et ne pourra se faire que quand on joue dans la même cour.

    Comme tu le sais très bien Dame Isandra, la France et Madagascar ne jouent pas dans la même cour, et que jamais la France ne jouerait ce jeu.
    La France n’est plus le partenaire des années 1960.
    Et Par ailleurs toutes Puissances étrangères Présentes à Madagascar, pas une ne joue le jeu de Gagnant-Gagnant au jour d’aujourd’hui et je dirais même depuis l’indépendance du Pays.

    Aussi bien la Chine, le Canada, les Etats Unis d’Amérique, l’Allemagne sans oublier la France et même l’Ile Maurice.Tous ces Pays même si ils y investissent à Madagascar, c’est pour récupérer 10 à 20 fois, voir plus, de ce qu’ils auraient investi ou donné.
    Tout simplement Personne n’investi à perte à moins d’être malade dans sa tête, pour ne pas dire un Grand KON.
    Ne pas confondre un ONG à un Etat Dame Isandra. Et encore un ONG peut être utilisé comme espion. Je le confirme. Et ceci ne date pas d’aujourd’hui.

    Ceci n’a jamais été un secret pour personne, sauf pour des vendeurs de rêves, voir des imbéciles de ton Genre Dame Isandra.

    • 15 mars à 18:42 | Stomato (#3476) répond à FINENGO

      >>Tous ces Pays même si ils y investissent à Madagascar, c’est pour récupérer 10 à 20 fois, voir plus, de ce qu’ils auraient investi ou donné.<<

      Et ce retour sur investissement doit être réalisé en eux ou trois ans ou ne pas être fait.
      En fait juste le temps nécessaire pour que les malgaches réalisent qu’ils se sont fait avoir par les gouvernants qui ont signé les investissements.

  • 15 mars à 19:50 | reviv (#9830)

    je remets ce sujet car l’alerte a été sifflée depuis 2018 sous le gvt Hery rajaonarimampianina et cette affaire perdure encore...

    " 6 bateaux chinois sont suspectés de pêche illégale dans la Région de Toliara.
    PAR SERVICE COMMUNICATION · 29 MAI 2018

    28.05.2018, Source Presse : http://www.newsmada.com/2018/05/28/fari-dranomasina-toliara-sambo-sinoa-enina-mampiasa-harato-15-km/
    Selon les sources d’une presse nationale, 6 bateaux chinois pêchent dans la région de Toliara aujourd’hui. Il a été rapporté que les 6 bateaux utilisent de grands filets jusqu’à 15 km de long et charrie tous les poissons sur leur chemin. Ils transportent les produits pêchés vers l’océan où il y a probablement un autre navire qui les ramasse et les transportent vers un autre lieu. (…) "

    - je pose une question,
    qu’attend ce gvt pour mettre fin à cette malheureuse affaire ?
    qui est le vrai coupable ?

    les populations de cette région sont en désarroi total et très excédées de ne pas consonmmer du poisson depuis très longtemps et ne supportent plus le pillage sans fin et sans limite de leurs ressources halieutiques.

    • 15 mars à 19:59 | Jipo (#4988) répond à reviv

      Avec quoi voulez-vous fiancer les Miami beaches , avec des ariary ?
      Bien sur que le gouvernement est reponsable, mais comme le pognon est investi sur leurs comptes ou pour leurs intérets, vous ne croyez quand meme pas qu’ ils vont affréter des barques pour aller arraisonner les chalutiers chinois ?
      Pour tout vous dire ils s’ en tapent le coquillart comme de leur première culotte , ce qui les intéresse, c ’est la frime, encore la frime et toujours la frime, pour cela un 4#4 est plus important qu’ un navire de guerre et courir apres les poissons " volants " ou nageants ...

    • 15 mars à 20:19 | I MATORIANDRO (#6033) répond à reviv

      io ngamba le win-win lazain’inandra koh !!! Tsy maintsy arahina ny fifandimbiasam-panjakana. aleo ataony mihinan’ i.a any e.

      I’m frustrated and vicious.

      Efa ho avy zao le vary lo omen’ny karana de mihinam-potsiny aloha ireo mpanonofy sy kamo be tenda any antsiraka.

      samia velonaina

  • 15 mars à 20:37 | reviv (#9830)

    ok pour la frime et le bling bling ridicule.

    mais jipo, persévérer n’est pas un vain mot et la nature a horreur du vide.
    ils ont qd même réussi à arraisonner le navire "flying ping feng " au large de toamasina.

    la prise de responsabilité doit être similaire non ?
    sinon, il y a anguille sous roche pour preuve les calamars et les poulpes en manquent énormément...

    .

  • 16 mars à 07:47 | vazaha (#9399)

    Je me demande que veut on a vouloir dire du mal tout le temps ? Règlement de compte ? Haine ? Différence de point de vue ? Envie d’etre Au pouvoir ?
    Si ce n’est aucun de tout ça, il faut faire des propositions pour que ça aille mieux.

  • 16 mars à 08:22 | lysnorine (#9752)

    Re : Vohitra 15 mars (2019) à 15:39

    « Rwanda : recit d un GÉNOCIDE PLANIFIÉ... »
    « Les milices Hutus avaient pu acquerir des armes par le biais de la complicite des banques francaises dont PARIBAS.... »

    « SAKARAHA, novembre 1946 : Prélude à la mise en marche du génocide du peuple Malagasy PRO MDRM déclenché le 29 Mars 1947 par les nervis du gouvernement colonialiste de la France et les hommes de main des grands féodaux colonialistes à Madagascar [dont des descendants continuent toujours de demeurer et de dominer à Madagascar].

    NB Le scénario des événements vécus par le témoin et les victimes, décrit dans les pages qui suivent, reproduit fidèlement ce qui se passera TROIS MOIS PLUS TARD, à partir du 29 mars 1947, dans les « zones dites en dissidence » - pour reprendre la terminologie officielle et durant les temps forts de la « rébellion » en 1947 et en 1948..

    1) Ny Rariny- La justice, 6e année, n° 64, Mardi 10 Décembre 1946
    « Les Barbares
    « Le Drame de Sakaraha (District de Tuléar), lors des élections [législatives du Dimanche 10 Novembre 1946] »

    « Dès ma descente à SAKARAHA, le Dimanche 3 novembre (1946), j’appris que la ville m’attendait comme REPRÉSENTANT de M. RASETA (député MDRM sortant de la côte ouest, candidat à sa réélection).

    « En effet, le lendemain matin, lundi 4 Novembre, M. PASCAL Roger, chef de poste à Sakaraha vint perquisitionner à l’hôtel où j’étais descendu. De prime abord, il me taxa d’ANTI-FRANÇAIS [c’était considéré comme un crime, et par conséquent il était prohibé d’avoir ou de manifester un tel sentiment !]. Je m’aperçus que tous ses gestes étaient PROVOCANTS. Obéissait-il à un ORDRE supérieur ?

    « Les scènes décrites ci-après fixeront les lecteurs sur le DRAME BARBARE que j’ai vécu à SAKARAHA :

    « Après sa visite domiciliaire sans mandat, le chef de poste [PASCAL Roger] parcourut les environs de la ville. J’appris qu’il avait donné ORDRE AUX CHEFS DE VILLAGE d’avoir à fournir DIX HOMMES par village. À QUELLE FIN ?

    « En tout cas, vers dix-sept heures, des hommes suspects ARMÉS DE SAGAIES rôdaient autour de la cas qui m’abritait. Des VA-ET-VIENT de chez le CHEF DE CANTON prouvaient clairement que ce fonctionnaire concourrait [concourait] à a réalisation de l’entreprise. Alarmé par la situation, je quittai mes vêtements modernes et m’habillai à la mode du pays en lamba. Un ami vint me trouver en secret et et me prévint que CENT CINQUANTE HOMMES ARMÉS étaient déjà prêts pour ENVAHIR LA VILLE de Sakaraha. J’étais le point de mire car il fallait empêcher par tous les moyens ma campagne électorale. Les partisans de RASETA devaient se tenir sur leurs gardes. Tout fut mis en œuvre pour me faire disparaître de Sakaraha.

    « La population des environs ayant REFUSÉ de participer à la FORMATION de la bande armée, le CHEF DE CANTON RÉUNIT les OUVRIERS ENGAGÉS [« au service d’Européens ou assimilés »] de Sakaraha auxquels étaient ADJOINTS les PORTEURS et les PARTISANS [ces derniers sont les NATIFS anti-indépendantistes, anti-MDRM., pro PADESM & féaux de l’administration coloniale ou des colons]. Chose curieuse, les PARTISANS chargés de la sécurité de la ville DEVENAIENT les BRIGANDS DÉVASTATEURS du pays. Le chef de poste [PASCAL Roger] ignorait que j’étais tenu au courant de tout le PLAN qu’il avait conçu. Au CHEF DE BANDE qui devait ATTAQUER la ville par l’Est, il dit : « ...tâche de mener à bien l’assaut venant de l’Est ». À dix-neuf heures, toute la population de Sakaraha était en alerte. À vingt heures, tandis que les BANDITS ARMÉS DE SAGAIES surveillaient les abords de ma case, ACCOMPAGNÉS DU CHEF DE CANTON lui-même, je réussis dans mon déguisement à passer de case en case tous les quarts d’heure pour dérouter mes assaillants, tout en suivant de près les péripéties de la scène.

    Le signal fut donné par un coup strident de sifflet. Le CHEF DES ENGAGÉS GASTON, conduisit l’ASSAUT venant du Nord. Les CASES furent DÉFONCÉES les unes après les autres en commençant par l’Est. Les maisons étaient PILLÉES, c’était un vacarme de coups de HÂCHES [haches] qui s’abattaient sur les portes et les fenêtres se mêlant à des CRIS DE DÉTRESSE des femmes et des enfants qui se sauvaient.

    À vingt et une heure trente, pendant que les parties adverses cherchaient à qui de gagner la bataille, la cloche de l’Église sonnait le tocsin. Mais c’était trop tard, car les bandits avaient déjà eu le temps d’envahir la moitié de la ville.

    DEVANT LE BUREAU DU TRANSUD, ORDRE FUT DONNÉ DE NE RIEN TOUCHER, IL EN FUT DE MÊME POUR LES BÂTIMENTS DE LA ROCHEFORTAISE ET DES P.T.T.
    (à suivre)

    • 16 mars à 08:28 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      Re : Vohitra 15 mars ...Rwanda GÉNOCIDE PLANIFIÉ
      « SAKARAHA, novembre 1946 : Prélude à la mise en route du génocide Malagasy de 1947-1948
      (suite)

      « De vrais bandits choisiraient-ils leurs proies ?

      « À vingt deux heures, en raison du tocsin qui prolongeait ses appels, les gardes indigènes — trois heures seulement après les attaques — vinrent enfin au secours de la ville ravagée. Le CHEF DE POSTE [PASCAL Roger] à la tête de la section s’avança et donna les ORDRES FORMELS DE NE PAS TIRER : ’’Si quelqu’un tire, je le mettrai en prison ’’. Malgré cette menace un milicien tira en l’air. Sur-le-champ, il fut ramené sous escorte à la caserne et coffré sous tôle.

      « Un bandit qui sortit d’une case avec son butin fut hâché [haché] au coup et tomba raide mort ; un autre sagayé est également mort .

      « Le CHEF DE POSTE ayant INTERDIT TOUTE INTERVENTION DES MILICIENS s’élança au devant des bandits et LEUR INTIMA L’ORDRE DE PARTIR.

      « Deux bandits attrapés vivants furent amenés au chef de poste par le fokonolona. Le lendemain matin quand le médecin demanda les deux blessés pour recevoir un pansement, ces derniers étaient DÉJÀ RELAXÉS par le chef de poste.

      « Le calme fut rétabli une heure après.

      « Dans la même nuit, une camionnette ’’Stude Baker’’ peinte en rouge fut attaquée par des bandits se tenant à l’entrée de la ville à coup de fronde. Mauvaise coïncidence...Le véhicule appartenant à un indien fut pris pour la voiture de RASETA également de couleur rouge. Immédiatement la camionnette fila sur Tuléar et le propriétaire porta plainte à l’autorité. Le lendemain matin, mardi 5 novembre, le chef de poste et le chef de canton furent étonnés de me voir encore faire ma propagande, et de dire : ’’Comment se fait-il que ce phénomène soit encore là’’.

      « Mardi, dans l’après-midi, de NOUVEAUX BANDITS au nombre de TROIS CENTS HOMMES, cette fois, furent pris parmi les MÊMES CATÉGORIES d’individus que plus haut citées. »
      ANDRIA
      (à suivre)

    • 16 mars à 08:40 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      Re : Vohitra 15 mars ...« Rwanda GÉNOCIDE PLANIFIÉ »
      « SAKARAHA, novembre 1946 : Prélude à la mise en route du génocide Malagasy de 1947-1948 »
      (suite et fin)

      2) Ny Rariny- La Justice, 6e année, n° 65, Mardi 17 Décembre 1946
      « Les Barbares
      Le Drame de Sakaraha (District de Tuléar), lors des élections » [législatives du Dimanche 10 Novembre 1946]
      (suite)

      « Les femmes et les enfant évacuèrent leurs cases emportant leur linge pour gagner la caserne des miliciens, lieu où ils seraient au moins en sécurité. Je quittais alors vêtements et chaussures et m’enroulai un vieux lamba. Je gagnai la caserne à travers les sentiers et m’approchai d’un groupe de femmes BARAS. Je me mis au centre du groupe et entamai la conversation avec ces femmes sur les évènements en cours. À vingt heures, des PARTISANS lancés à mes trousses rôdèrent aux abords de la caserne, tandis que je m’allongeai sur une natte, caché par les femmes qui m’entourèrent dans la cour de la caserne.

      « Deux camions vrombissaient venant de Tuléar, c’était le soi-disant renfort comprenant des militaires de l’infanterie sous le commandement d’un Lieutenant.

      « La deuxième TENTATIVE DE MASSACRE avorta par suite de l’arrivée de ces militaires.

      « La nuit fut calme ; mais la situation prêtait à confusion : on dormait les yeux ouverts. Mercredi matin, le chef de poste rassura les habitants de son intervention en cas de nouvelles attaques déclenchées par les bandits, ASSURANCE DOUTEUSE SUR LAQUELLE PERSONNE NE COMPTAIT.

      « Comme j’étais toujours en vie, une surprise mêlée de fureur s’empara du chef de poste et de ses collaborateurs.

      « La femme d’un ANTANDROY prévenu de la mort de son mari BANDIT le pleura et déclara à ceux qui étaient présents : ’’MON MARI NE SERAIT PAS MORT EN BANDIT S’IL N’AVAIT PAS OBÉI AU CHEF DE POSTE’’. Elle ajouta : ’’Il a encore un frère qui saura le venger’’.

      « Un autre bandit attrapé vivant par le fokonolona AVOUA PUBLIQUEMENT que c’était le CHEF DE CANTON qui l’avait forcé de faire le bandit et que ce fonctionnaire avait donné cinq mille francs (5 000) à partager aux cent cinquante bandits ; qu’en plus de cela le CHEF DE POSTE avait promis d’abattre DEUX BŒUFS [si] les bandits réussissaient à abattre le représentant de RASETA.

      « Le mercredi matin 6 Novembre, le chef du district délégué central de Tuléar, accompagné du commissaire divisionnaire et d’un agent de la brigade mobile procèda à une enquête sommaire.

      « Un camion de M. Vally Mamoda commerçant indien de Sakaraha se préparait à rejoindre Tuléar emmenant sa famille et les repésentants de l’autorité cités plus haut. Je m’embarquai dans le camion juste au moment où il démarra. Le propriétaire m’offrit une place, n’ayant pas su que j’étais le représentant de RASETA.

      « Dans le véhicule se demandèrent des yeux, d’un côté : le chef du district, le commissaire divisionnaire et son agent ; de l’autre côté : les autres passagers et moi.

      « Enfin, j’arrivai sain et sauf à Tuléar après mon séjour mouvementé à Sakaraha où je faillis laisser ma peau.

      « Depuis ces TROUBLES VOULUS PAR L’ADMINISTRATION, la population de Sakaraha abandonna la ville, les uns pour Ihosy, les autres pour Tuléar.

      « Le vote à Sakaraha donna seulement DEUX (2) voix pour RASETA. C’est une farce comme on le voit plus haut.

      « M. le chef du du district délégué, pour couvrir son subordonné, M. Pascal Roger, déclara dans un kabary à la population que C’EST LE PARTI RASETA QUI AVAIT PROVOQUÉ CES TROUBLES. Mais malgré cette disculpation, les gens étaient FIXÉS. »
      ANDRIA.

      « N.D.L.R. — Ce Monsieur du district nous paraît être un pince-sans-rire. En effet, nous lui adressons nos remerciements pour ses aveux, ’’jamais aucun trouble n’aurait été provoqué par l’Administration s’il n’y avait pas eu de parti RASETA ; mais TOTOLEHIBE’’.

      « Lire en langue malgache dans le N° 63 de notre organe, l’article : ’’LES BLANCS BARBARES À BETROKA’’ : Scènes sauvages dirigées par les blancs.

      « Il y en a encore d’autres.

      « Nous comptons sur l’esprit de justice dont est animé le Haut Commissaire de la République française de COPPET, ainsi qu’il nous en a souvent donné verbalement l’assurance.

      « Que la paix et l’ordre règnent et QUE LA TRAGÉDIE CESSE ! » [Non seulement elle n’a pas cessé mais a pris progressivement de l’ampleur pour aboutir à 89 000 morts (au moins) selon les réponses mêmes du général GARBAY, commandant en chef des forces de terre, de mer et de l’air, affectées à la défense de Madagascar et Dépendances à une commission d’enquête de l’Assemblée de l’Union française (fin 1948)]

  • 16 mars à 12:52 | vatomena (#8391)

    La mise en place du génocide planifié des malgaches en 1946 ? Quelle information !!
    Information tout à fait contradictoire avec le fait que l’administration coloniale faisait tous les efforts pour persuader la population de se faire soigner gratuitement aux différents postes de l’assistance médicale indigène au lieu de courir chez les guérisseurs locaux auto proclamés. C’est bien la médecine pastorienne qui a sauvé la population malgache .Madagascar ,le premier pays au monde où la variole a été éradiquée .Girard et Robic,les bienfaiteurs , n’étaient pas des malgaches Ils venaient d’un lointain pays : la France.
    Où on apprend au passage qu’à Sakaraha une grosse partie de la population était contre l’Indépendance.... Et ,c’est l’arrivée des militaires qui arretera le massacre comme ce fut sur la cote Est un an plus tard avec des renforts,en 1947

  • 16 mars à 13:28 | vatomena (#8391)

    ’’’M de Chevigné ,pour asseoir sa réputation de pacificateur ,aura l’audace de lancer une évaluation des victimes de l’insurrection dont les effets seront désastreux : cavalièrement il avance le chiffre excessif de 80 000 dont 75 000 tués par leurs compatriotes. Et ce chiffre va servir de relais à une escalade de plus en plus éloignée de la réalité.’’’’Le professeur Fremigacci fera la rectification nécessaire.
    5000 morts au plus par faits de guérilla .La grande mortalitée étant du aux misères physiologiques endurées par les familles réfugiées dans la foret. Dans ce triste épisode guerrier, ce sont des malgaches qui ont tué le plus de malgaches .Les colons ont été massacrés les premières heures ,les premiers jours .Ensuite ils se sont mis sous la protection des renforts qui arrivaient de France.La rébellion tournait à la guerre civile /Mdrm ,Jina ,Panama contre le Padesm

  • 16 mars à 23:47 | Behantra (#9165)

    Lys a

    Tena oatrany tsy tatin’ilay menamena raha vao mikasika na kely aza io 1947 io

    Andraso anie tairoko kely e !

    • 17 mars à 00:37 | lysnorine (#9752) répond à Behantra

      @ Behantra
      MAZOTÒA !

      Be loatra ny fafy lainga sy habobo hamitahana ny taranaka ankehitriny - na an-tsoratra na an-tsary- na avy amin’ny Vazaha na avy amin’ny Malagasy mikasika iny hoe « fikomian’ny Malagasy tamin’ny 1947 » iny, taorianan’ny 1975 indrindra indrindra, tamin’ny andron’ny « Tolom-piavotana » sy ny « Boly Mena » .

      Raha ampiasainay eto ny teny frantsay hoe « GÉNOCIDE » dia ny heviny TSOTRA fotsiny no fandraisana azy fa tsy misy miraharaha izay vokatry ny « NAMARITAN’NY FITSARANA NY NAZI TANY NUREMBERG (Nôvambra 1945-ôktôbra 1946) » azy, sy ny lalàna notefen’ ny « eran’izao tontolo izao » avy eo, mba tsy hanadinoina ny nanjo ny JIOSY nandritra ny fitondran’i HITLER :
      « génocide (n.m.)
      « 1.extermination physique, intentionnelle, systématique et programmée d’un groupe humain ou d’une partie d’un groupe humain en raison de ses origines ethniques, religieuses ou sociales ».
      Ary mazava tsara fa ny Vahoaka Malagasy mpomba ny MDRM no nokendren’ilay « GÉNOCIDE » haripaka tamin’izany, hanomezana lesona ny Malagasy. Tsy latsaka noho ny ain’ny Jiosy tsy akory ny ain’ireo Malagasy ireo, indrindra ny BETSIMISARAKA alikisa natao vono moka tamin’iny morontsiaka atsinanana iny.

    • 17 mars à 00:39 | lysnorine (#9752) répond à Behantra

    • 18 mars à 09:13 | lysnorine (#9752) répond à Behantra

      @ 16 mars (2019) à 23:47
      « Tena oatrany tsy tatin’ilay menamena raha vao mikasika na kely aza io 1947 io
      Andraso anie tairoko kely e ! »

      Lahatsoratra fampahatsiarovana ireny tantara « 1947 » ireny mba HANAITRA ny taranaka ankehitriny sy ho avy .

      1) Intervention du député Pierre Juge* à l’Assemblée nationale française
      [député communiste du Tarn-et-Garonne]

      2e SEANCE DU 4 AVRIL - 1951
      Journal Officiel de la République Française
      Débats parlementaires
      Assemblée nationale, pp. 2677, 2678.
      M. Pierre Juge. Mesdames, messieurs, à l’occasion de la discussion du budget des territoires d’outre-mer, je désire présenter quelques observations et poser à M. le ministre [MITTERAND] quelques questions sur la politique suivie par le Gouvernement et celle qu’il entend poursuivre, plus particulièrement à Madagascar .

      J’ai eu l’honneur de faire partie d’une délégation qui, à la veille du dernier voyage de M. le ministre, est allée attirer son attention sur quelques cas particuliers et sur les problèmes de RÉPRESSION qui, en général, sont posés aussi bien en Afrique noire qu’à Madagascar.

      M. le ministre avait bien voulu promettre à la délégation qu’il se pencherait avec toute la sollicitude nécessaire sur les situations douloureuses que nous lui avions fait connaître.

      Or, après le passage de M. Mitterrand dans la Grande-Ile, j’ai eu beau consulter les différentes déclarations faites par lui, je n’ai nulle part trouvé trace de son désir de mettre un terme au RÉGIME POLICIER, COLONIALISTE — donc RACISTE — qui sévit à Madagascar.

      PENSANT METTRE UN TERME À LA CAMPAGNE D’INDÉPENDANCE qui fait son chemin et qui fut concrétisée par la remise au ministre d’une PÉTITION signée de personnes de RELIGIONS et de CASTES BIEN DIFFÉRENTES, et dont l’idée dominante est de conduire Madagascar à « s’administrer elle-même et à gérer démocratiquement ses propres affaires », M. Mitterrand fit une déclaration qui cause encore bien des remous.

      Aux paroles d’INDÉPENDANCE et d’AUTONOMIE dans le cadre de l’Union française, M. le ministre répondit en ces termes :

      « Il suffit de suivre les nouvelles du monde pour comprendre que ces mots perdent chaque jour un peu plus de leur sens et même un vieux pays épris de liberté humaine et de liberté politique, comme la France, est obligé aujourd’hui d’aliéner une partie de sa souveraineté au profit d’un groupe supérieur. » [...]

      Un procès récent, qui a eu un retentissement auquel ne s’attendaient sans doute pas ceux qui l’ont suscité, a mis à nu l’écrasante responsabilité de certains membres de l’administration, d’anciens ministres, dans cette tragique affaire qu’un journaliste* a si bien nommée « une affaire Dreyfus à l’échelle d’un peuple ».

      [*C’est Mario ROQUES professeur au Collège de France, président pour la partie française du « Comité Franco-Malgache » créé par des personnalités françaises et les députés Ravoahangy et Raseta en Février 1946, qui a qualifié ainsi le simulacre de procès du MDRM. Le Dr Raseta était son président du côté Malagasy]

      Vous venez encore parler de rébellion, mais vous n’avez pas eu un mot pour les INNOCENTES VICTIMES des événements tragiques de mars 1947.

      Plus de 20.000 hommes et femmes sont jetés dans les PRISONS et CAMPS DE CONCENTRATION . Proportionnellement à la population de la France, cela représente 210.000 personnes. Quant aux victimes, leur nombre s’élève à 89.000 d’après le GÉNÉRAL GARBAY.

      M. le Chevigné, lui, haut commissaire à l’époque, parlait de 75.000 à 100.000 morts — il n’en est pas à 20.000 cadavres près !

      Or, rien n’a été fait pour en finir avec le scandale qui consiste à maintenir en prison des milliers de Malgaches dont LA PLUPART SONT ARRÊTÉS SANS CONNAÎTRE LE CHEF D’ACCUSATION et dont la DÉTENTION , dite PRÉVENTIVE , dure depuis TROIS ANS .

      Comment en serait-il autrement lorsqu’on sait que le code français n’est même pas applicable à Madagascar, que la PROCÉDURE JUDICIAIRE CONFIE L’INSTRUCTION D’UNE AFFAIRE CRIMINELLE À LA POLICE ?

      L’assistance d’un avocat n’est pas obligatoire, mais la PRÉSENCE DU COMMISSAIRE DE POLICE EST PERMANENTE . Sur 37 justices de paix, 3 seulement sont pourvues d’un titulaire, le reste étant entre les mains des administrateurs. C’est ce que certainement vous appelez « la séparation des pouvoirs ».
      Voilà le vrai visage de votre COLONIALISME, ce que vous baptisez naturellement : PRÉSENCE FRANÇAISE À MADAGASCAR .

      On comprend alors pourquoi vous ne voulez pas accorder le régime politique aux députés malgaches transférés à Calvi et que le peuple malgache continue à considérer comme ses élus. On comprend pourquoi vous ne voulez pas établir les écrasantes responsabilités des personnes qui comme M. DE CHEVIGNÉ, portent la responsabilité de la mort de milliers de Malgaches. Vous les couvrez par votre silence et, de ce fait, vous vous en faites le complice.
      (à suivre)

    • 18 mars à 09:18 | lysnorine (#9752) répond à Behantra

      Intervention du député Pierre Juge (4 Avril 1951)
      (suite et fin)
      . Pourtant, des accusations sérieuses ont été apportées au cours du PROCÈS intenté à notre collègue LOMBARDO, conseiller de l’Union française. L’EXÉCUTION FROIDE, MÉTHODIQUE avant le procès de Madagascar, de TÉMOINS GÊNANTS n’est-elle pas établie dans cette lettre adressée par M. de Chevigné lui-même au ministre de l’époque et dans laquelle il indiquait notamment :

      « A la VEILLE DU PROCÈS , pour lequel, j’ai pris les dispositions nécessaires pour garantir l’ordre » — l’ordre cher à M. de Chevigné, s’entend — « les quatre exemples demandés » — il s’agissait de quatre exécutions — « faciliteraient grandement ma tâche.

      « J’ai d’autant moins scrupule à les demander que les culpabilités sont éclatantes. Si le procès s’ouvrait sans que ces exemples » — c’est-à-dire ces exécutions — « aient été faites, la PUISSANCE D’INTIMIDATION de l’autorité française en serait grandement diminuée. Il sera d’ailleurs inopportun de procéder à des exécutions pendant les débats. » Et il ajoutait : « Je ne demande dans cette affaire rien d’exorbitant. »

      Quatre exécutions anticipées n’avaient pour M. de Chevigné, rien d’exorbitant, puisqu’il portait la RESPONSABILITÉ DE LA MORT DE 100.000 MALGACHES .

      M. de Chevigné ne s’est-il pas rendu coupable d’un CRIME SANS PRÉCÉDENT dans les annales judiciaires françaises EN FAISANT EXÉCUTER TROIS JOURS AVANT LE PROCÈS LE PRINCIPAL TÉMOIN oin, M Samuel RAKOTONDRABÉ ? N’a-t-il pas violé les injonctions de M Vincent Auriol, président du conseil supérieur de la magistrature qui écrivait :

      « Le Président de la République, statuant en conseil supérieur .de la magistrature a décidé :

      « Pour ce qui est de M. Rakotondrabé, le Président a rejeté le recours et conclu à l’exécution de la peine. TOUTEFOIS, si le prévenu est poursuivi devant la cour civile pour des faits différents et plus graves, suivant l’expression de Roland, et si sa présence est utile au procès, il conviendrait de SURSEOIR à l’exécution comme cela fut fait pour Joël [SYLVAIN].

      « S’il n’est pas poursuivi et si son audition n’est pas indispensable, exécuter la peine.

      « Enfin, il appartient à M. le haut commissaire de voir si l’on peut procéder à des exécutions à la veille du procès de Tananarive. »

      Ni les tribunaux, ni le Gouvernement n’ont montré beaucoup d’empressement à faire toute la lumière sur cette affaire monstrueuse dont le bilan se solde par près de 100.000 morts ou détenus.

      M. Vincent Auriol, en tant que président du conseil supérieur de la magistrature, ne s’est pas inquiété du sort des malheureux condamnés. Il a certes d’autres préoccupations, pris, lui aussi, par le désir des voyages aux frais des contribuables français. (Applaudissements à l’extrême gauche. — Protestations à gauche, au centre et à droite.) [...]

      M. Pierre Juge. Je précise, monsieur le président, que je n’ai fait état que de déclarations parues dans la presse, que tout le monde connaît et sur lesquelles M. de Chevigné a eu tout loisir de s’expliquer.

      J’ajoute que, tout dernièrement, a eu lieu un procès où M. de Chevigné était cité comme témoin, mais il n’a pas cru bon de venir s’expliquer. Voilà les faits, tels qu’ils sont.

      Quant à M. de Chevigné, disais-je, il fut frappé naturellement d’une sanction : sa promotion au grade de commandeur de la Légion d’honneur et au titre de gouverneur honoraire des colonies.

      Le peuple malgache pourrait s’étonner d’un tel scandale ? mais IL NE CONFOND PAS LES VALETS SANGUINAIRES DU COLONIALISME FRANÇAIS AVEC LE PEUPLE FRANÇAIS qui, lui, ne considère pas comme terminé le procès de Madagascar.

      Quant à vous, monsieur le ministre, vous vous faites le complice d’une telle politique de répression. Aussi, afin de connaître votre position, puisque, généralement, soit devant la commission, soit devant l’Assemblée, vous n’êtes guère loquace sur tous ces problèmes, je veux vous poser quatre questions précises.

      Premièrement, oui ou non, des milliers de Malgaches sont-ils emprisonnés depuis trois ans, sans avoir vu leur dossier ni même le visage du juge d’instruction ?

      Deuxièmement, oui ou non, des détenus sont-ils contraints au travail forcé ? L’administrateur de Nossi-Bé ne déclare-t-il pas lui-même : « Lorsque je n’ai pas de prisonniers, je ne peux pas travailler sur les routes » ?

      Troisièmement, oui ou non, l’exécution du témoin principal du procès de Tananarive a-t-elle eu lieu EN DÉPIT DE L’AVIS DONNÉ PAR LE CONSEIL SUPÉRIEUR DE LA MAGISTRATURE ?

      Quatrièmement, que pense faire le Gouvernement pour CHÂTIER LES VRAIS COUPABLES et LIBÉRER LES INNOCENTES VICTIMES DE CETTE SANGLANTE PROVOCATION ?

      Telles sont les questions que je voulais poser en conclusion de cette intervention. Quel que soit votre désir de les éluder, monsieur le ministre, soyez persuadé que, pas plus vous que votre Gouvernement, vous ne pourrez indéfiniment faire taire, la vérité, étouffer la justice.

      Conscient de sa force, affaibli passagèrement par les ASSASSINATS COLLECTIFS PRATIQUÉS en 1947, le peuple malgache continuera sa marche sur la voie de l’indépendance. Il est assuré de notre soutien et de notre solidarité dans sa lutte contre un colonialisme- féroce. Sa lutte et celle du peuple français sont communes. Notre victoire sera celle des forces de progrès sur les forces d’oppression. (Applaudissements à l’extrême gauche.)

    • 18 mars à 10:36 | lysnorine (#9752) répond à Behantra

      Lahatsoratra fampahatsiarovana ireny tantara « 1947 » ireny mba HANAITRA ny taranaka ankehitriny sy ho avy .(Tohiny)

      2) Fanambaran’ny mpitsara POISSON, juge de paix à compétence étendue de Mananjary
      2.1. Intervention du député socialiste S.F.I.O. André Philip à l’Assemblée Nationale française, 22 Septembre 1948 [JORF, Débats parlementaires, jeudi 23 septembre 1948, p.6827]
      PROCÈS DE MADAGASCAR
       

      Enfin, monsieur le ministre, pour marquer encore notre inquiétude, je citerai maintenant une lettre d’un ADMINISTRATEUR DES COLONIES de Madagascar, en congé, parvenue ce matin à l’un de nos collègues. 

      « MAGISTRAT INSTRUCTEUR moi-même AU COURS DE LA RÉBELLION, non seulement je n’ai pas pu procéder aux informations par l’opposition ouverte que me firent un chef de district et un lieutenant, mais j’ai dû ASSISTER AU MASSCRE D’UNE CENTAINE DE PERSONNES ARRÊTÉES LE 1er AVRIL 1947 . Ces personnes n’étaient pas des rebelles, mais des SUSPECTS.

      « Par surcroît, les menaces de mort ne me furent pas ménagées jusqu’à la veille de mon départ en congé. Par contre, il n’apparaît pas que le chef de district et le lieutenant aient été appelés à s’expliquer et à rendre compte d’une pareille attitude. 

      « Quant à moi, administrateur des colonies, détaché au service judiciaire pendant quatre années consécutives à Madagascar, j’ai encouru la réprobation de mes camarades pour avoir oublié que j’étais un administrateur avant d’être magistrat, pour avoir respecté le serment de magistrat prêté devant la Cour. Pour m’être refusé à la démission de la loi, j’encours encore, à l’heure actuelle, des risques particulièrement graves que je ne saurais accepter et, dans le cas de mon retour à Madagascar, je demande que ma sécurité soit protégée. »
       
      M. Jean Binot. Voilà un homme d’honneur (Applaudissements à gauche, à l’extrême gauche et sur divers bancs au centre)

      2.2 « Tari-dalana n° 18 ,24 Martsa 1950
      [RALAIARIJAONA : Ny Zava-malaza, 1945-1950, Société Imprimerie –Antananarivo, 4 rue Galliéni, Soarano, Tananarive]

      Nivoaka tamin’ny gazety TARI-DALANA ny filazana nataon’Atoa POISSON , Administrateur des Colonies, izay natao Président du Tribunal de Paix à Compétence Étendue, sady Juge d’Instruction en matière criminelle, tao amin’ny District-Mananjary – Ifanadiana – Nosivarika, tamin’ny fotoan’ny tabataba teto Madagasikara. Ho an’ny Assemblée de l’Union Française izy io :

      « ...Tamin’ny 30 MARS (1947) tany Mananjary, ireo mpikambana tao amin’ny Antoko M.D.R.M. dia tsy mba nihetsika fa raha nikomy izy ireo dia ho faty tokoa izahay satria tsy nisy taminay na dia iray aza niomana hiaro tena.

      « Rehefa nambaran’Atoa Poisson fa tamin’ny 1 AVRIL (1947) ny mpikambana iray eken-teny eo amin’ny M.D.R.M. Atoa RAMAHAVALISOA, Agent d’Affaires, dia tonga nanatona azy sady nanome toky fa ny eto MANANJARY kosa dia TSY HANAO NA INONA NA INONA HANOHERANA AN’I FRANTSA dia nohamafisiny fa androtr’io ihany izy (Ramahavalisoa) sy ireo namany AN-JATONY dia NOTAZONINA noho ny didin’ny Chef de District. Dimy ambinifolo eo no isan’ny vehivavy tamin’ireo.
      « Nambaran’Atoa Poisson fa rehefa afaka andro vitsivitsy dia NOTIFIRINA DAHOLO Ramahavalisoa sy ny namany.

      « Nivakian’Atoa Poisson bantsilana koa ny FANIRIAN’Atoa BERNARD M. CHEF DU DISTRICT -n’i Mananjary izao ady izao ka : IZAO VONOAN’OLONA IZAO DIA EFA VOAOMANA HATRY NY ELA . Ao ambody filao manelanelana ny tanana sy ny moron-dranomasina ao no nandevenana ny fatin’ireny mpigadra ireny...(Tari-Dalana N°18, 24 Mars 1950)

    • 18 mars à 11:07 | lysnorine (#9752) répond à Behantra

      @ behantra 16 mars (2019) à 23:47

      « Tena oatrany tsy tatin’ilay menamena raha vao mikasika na kely aza io 1947 io
      Andraso anie tairoko kely e ! »

      Lahatsoratra fampahatsiarovana ireny tantara « 1947 » ireny mba HANAITRA ny taranaka ankehitriny sy ho avy .

      Fandraisanay anjara momba « io 1947 io » tamina forum hafa tamin’ny 26 Mey...2004

      « 21063 Re : Re : Vola Frantsay sy ny an’koloniany/honitra ?

      lysnorine
      26 mai 2004

      https://fr.groups.yahoo.com/neo/groups/serasera/conversations/messages/21063

      Tsarovana fa HERIN-TAONA TALOHAN’ ny nitsidihan’i Chirac an’i Madagasikara –Jolay 2005 – izany no namoahanay ity post ity miaraka amin’ny taratasy nalefan’Itpkl Ralaiarijaona ho azy tamin’ny 1998.

      « [...] Efa nasehonay teto ihany ity lahatsoratra manaraka ity izay anisan’ny faramparany nosoratan’Itompokolahy Ralaiarijaona, tompon’ny gazety « Maresaka ». Nampanantena i Chirac tamin’ny valin-teny nalefan’ny « CHEF DE CABINET-ny » ho an’ Itompokolahy Ralaiarijaona fa nasainy hodinihan’ny ministeran’ny Raharaham-bahiny, hono, ilay fangatahiny ny mba hibabon’i Frantsa ny HELOKA BEVAVA vitany tamin’ny fandripaham-bahoaka (« GÉNOCIDE ») nataony teto Madagasikara tamin’ny 1947-1948. Ny minisitra frantsay tompon’andraikitra ny amin’ny zon’olombelona angamba no tokony nasain’i Chirac nandinika izany raharaha izany . TSY NISY TOHINY INTSONY NY RESAKA hatramin’izay (1998). Tsy mahagaga akory ! Vao mainka aza fankalazana makotrokotroka niaraka tamin-dRatsiraka ny "FANDRESENY" no nampanaoviny ny ambasadaoron’i Frantsa teto Madagasikara tamin’ny 29 Marsa 2000, ary ORINASA VAZAHA MAROMARO NO NAMATSY VOLA NY LANONAM-BE (ROSSY mpihira no anisan’ ny mpanentana) natao tamin’izay, tamin’ny alalan’ny DOKAM-BAROTRA. Ambonin’izany, folo taona lasa izay, tompo-marika niaraka tamin’ny fitondrana "Hutu" tatsy Roandà i Frantsa tamin’ny fanaovana jinja fary ny "Tutsi" sy ny namany. Fanta-poko, fanta-pirenena izany , ary be ny porofony. Kanefa dia mbola nisy mpitsara frantsay indray niezaka tato ato ny nanadio an’i Frantsa sy nanombotomboka ny Filohan’i Roandà ankehitriny -ny jeneraly Paul KAGAME- ho rangory fototry ny afo ! Hoy François MITTERAND filohan’i Frantsa : "DANS CES PAYS-LÀ, UN GÉNOCIDE C’EST PAS TRÈS IMPORTANT », araky ny tsiambaratelo nataony tamin’ny olona akaiky azy tamin’ny « été » 1994 ary navoakan’ny gazety frantsay "Le Figaro" tamin’ny 12 Janoary 1998. Tsaroana fa tsy namelan’ny tia tanindrazana frantsay mihitsy i Maurice PAPON , ilay "préfet" nanao haza lambo ny JIOSY frantsay nandritra ny Ady Lehibe Faharoa, raha tsy voaheloka tamin’ny fitsarana na dia ampolo-taonany taty aoriana aza. Ny Jiosy moa dia TSY MITSAHATRA MITAKY ONITRA tamin’izay rehetra voalaza fa nirai-tsikombakomba tamin’ny "Nazis" nandritra ny Ady Lehibe Faharoa ( ny banky Sohisy, ohatra). Ary tsy vao ela loatra izay no naneken’ i Frantsa fa, hay, tena " génocide" marina no nianjady tamin’ny Arimenianina tamin’ny 1915 [LOI n°2001-70 du 29 janvier 2001 relative à la RECONNAISSANCE DU GÉNOCIDE ARMÉNIEN de 1915 (J.O. du 30 janvier 2001)]. Koa tokony alentiky ny vahoaka malagasy tia tanindrazana ao an-dohan’ny Frantsay sy i Chirac fa tsy hitsahatra ny hitaky ny rariny sy ny fanonerana ny "GÉNOCIDE" nataon’i Frantsa tamin’ny 1947-1948 izy toy ny Jiosy sy ny Arimenianina. "Important" aminy izany hoe "génocide" izany !
      (à suivre)

    • 18 mars à 11:16 | lysnorine (#9752) répond à Behantra

      @ Behantra 16 mars à 23:47
      « Tena oatrany tsy tatin’ilay menamena raha vao mikasika na kely aza io 1947 io »

      « L’EVENEMENT DE MARS 1947 : 54 ANS DÉJÀ (article de RALAIARIJAONA paru en français dans "Tribune de Madagascar" du Mardi 27 Mars 2001 et en malagasy dans "Telonohorefy" du Vendredi 30 Mars 2001)

      « Après 54 ans, la lumière n’est pas encore faite sur ce triste EVENEMENT qui a ensanglanté la Grande Île : plus de 100 000 Malgaches y ont perdu la vie selon la déclaration du Haut-Commissaire de Chévigné lors d’une conférence de presse tenue en 1949.

      « Nous aimons citer ici l’exemple typique de la région du Lac Alaotra, administré à l’époque par le Chef de District Lechevanton. Aucun mouvement de "Rébellion" n’a été signalé dans cette région du Centre Nord alors que. tous les membres du MDRM ont été arrêtés, amenés dans des wagons à MORAMANGA et exécutés à la mitrailleuse sans aucun jugement. De qui émane l’ordre de cette exécution ? de l’Administration Civile ? de l’Autorité Militaire ? Personne ne le sait.

      « De même, quand, lors de l’élection législative du 10 novembre 1946, le Dr RAVOAHANGY et J. RABEMANANJARA candidats du MDRM totalisaient à eux deux 72 328 voix et que. les victimes se chiffraient à plus de 100 000 morts pour la CÔTE EST Est et une partie du Centre de l’Île, théâtre de la soi-disante rébellion, on peut imaginer l’ampleur de la TUERIE.

      « 54 ans sont passés mais nous continuons à réclamer la recherche des responsables de ce MASSACRE et la publication de tous les documents ayant trait à cet EVENEMENT : la durée légale de 50 ans fixée par la législation française pour leur publication étant déjà dépassée.

      « De toute façon, l’EXÉCUTION SOMMAIRE SANS JUGEMENT est un mépris aux Droits de l’Hommes et nous disons sans ambages Que. la TUERIE perpétrée par l’Administration Coloniale française en mars 1947 est un acte de GENOCIDE, un CRIME CONTRE L’HUMANITE.

      « Allant dans la droite ligne de la teneur de la LETTRE que nous avons envoyée au président Jacques CHIRAC le 29 juin 1998, lettre bien reçue et transmise au Ministre des Affaires Étrangères selon Annie LHERITIER, CHEF DE CABINET de l’Elysée, dans une correspondance datée du 1er juillet 1998, nous redemandons à la France de reconnaître et de regretter ce CRIME ABOMINABLE commis par l’Administration Coloniale sur le Peuple Malgache, ceci afin de créer un sincère lien d’amitié entre nos deux Pays.

      « Si nous regardons autour de nous, le Vatican a officiellement demandé pardon aux religions victimes des excès des Croisés ; l’Episcopat français a regretté son inertie envers les Juifs victimes du Vichysme ; le Gouvernement allemand est prêt à indemniser pour près de 600 millions d’Euros les familles des déportés français durant la 2ème Guerre Mondiale, une décision qui n’entame mais raffermit plutôt l’amitié et la coopération germano-françaises ; l’Etat de l’Alabama (USA) étudie actuellement comment indemniser les familles des esclaves Noirs de cet Etat fédéral et tout dernièrement la France a reconnu le GENOCIDE arménien de 1915.

      « Notre attitude sans aucun esprit de revanche ne milite en fait qu’en faveur du rétablissement de la VERITE et de la JUSTICE.
      RALAIARIJAONA, Ancien Membre du MDRM.

      Tohizao no tohin’ilay tantara tamin’ny dian’i Chirac teto Madagasikara tamin’ny Jolay 2005 [Efa nody mandry ela Itpkl Ralaiarijaona]

      « Madagascar : Chirac rappelle une page noire de la colonisation. »
      Par Antoine Guiral — 22 juillet 2005 à 03:03
      « Le chef d’Etat, en visite dans la grande île, rend hommage aux victimes de 1947. »
      https://www.liberation.fr/france/2005/07/22/madagascar-chirac-rappelle-une-page-noire-de-la-colonisation_527251
      « [...] A Madagascar, où il a reçu hier à son arrivée, au nord-ouest de l’île, un accueil triomphal de la part de près de 100 000 personnes, le chef de l’Etat a abordé à deux reprises une des pages les plus sombres de l’histoire de la colonisation française du XXe siècle : les MASSACRES s de 1947, qui auraient fait de 15 000 à 100 000 morts...

      Hommage. « Il n’y a aucune raison de ne pas tenir compte de l’histoire. De vouloir ignorer tel ou tel aspect d’une évolution. Nous devons être conscients des bons et des mauvais moments et les assumer. ça ne veut pas dire nourrir indéfiniment de l’aigreur et de la haine. L’histoire est ainsi faite d’affrontements et de réconciliations. Elle n’est pas faite automatiquement d’oubli », a affirmé le chef de l’Etat lors d’une conférence de presse à Majunga, aux côtés du président malgache Marc Ravalomanana. Dans la soirée, à Antananarivo, Jacques Chirac s’est montré encore PLUS PRÉCIS au cours d’un DÎNER avec son homologue. Sans aller jusqu’à exprimer explicitement de la repentance, il a évoqué « le caractère inacceptable des RÉPRESSIONS ENGENDRÉES PAR LE SYSTÈME COLONIAL ». Et en visant ceux qui, en France, ont la TENTATION DE MINIMISER certains méfaits de la IVe République dans les colonies, il a rendu « HOMMAGE » aux victimes de 1947car « rien ni personne ne peut effacer le souvenir de toutes celles et tous ceux qui perdirent INJUSTEMENT la vie ».
      « CONTRAIREMENT À L’ ALGÉRIE , où les régimes successifs entretiennent la MÉMOIRE DES MEURTRISSURES DE LA LUTTE D’INDÉPENDANCE, Madagascar, confrontée à une extrême pauvreté généralisée, semble avoir d’autres priorités que de s’appesantir sur l’histoire. ’’Tout ça C’EST DU PASSÉ, moi je regarde l’avenir. [...] Je suis né en 1949, pas en 1947. On ne peut pas oublier ce qui s’est passé mais moi je pense d’abord aux générations futures », a ainsi assuré le président malgache aux côtés de CHIRAC un brin INTERLOQUÉ.... ».

  • 16 mars à 23:47 | Behantra (#9165)

    vatomena
    La colonisation est un crime contre l’humanité

    • 17 mars à 05:37 | vatomena (#8391) répond à Behantra

      Behantra —Vous avez certainement raison puisque Macron l’a dit haut et fort .L’Indépendance retrouvée a été bénéfique aux pays asiatiques mais pas pour nous et d’autres pays africains devenus pays de mendiants à la charge de l’humanité et honte ,encore à la charge de l’ancien maitre colonisateur chez qui on s’enfuit

    • 17 mars à 05:37 | vatomena (#8391) répond à Behantra

      Behantra —Vous avez certainement raison puisque Macron l’a dit haut et fort .L’Indépendance retrouvée a été bénéfique aux pays asiatiques mais pas pour nous et d’autres pays africains devenus pays de mendiants à la charge de l’humanité et honte ,encore à la charge de l’ancien maitre colonisateur chez qui on s’enfuit

  • 17 mars à 05:42 | vatomena (#8391)

    Behantra — ce qui se passe chez nous aujourd’hui est également crime contre l"humanité ! ces daholo qui pillent tout , ces éleveurs qui exécutent sans jugement sur la place publique ,ces forces de l’ordre qui incendient sans ordres reçus ,tous ces malades laissés sans soins....

    • 17 mars à 10:21 | kartell (#8302) répond à vatomena

      Oh là là ! dans quelle galère vous vous engagez !...
      La confusion de certains est phénoménale lorsqu’ils revisitent une histoire devenue un fourre-tout de leurs frustrations rétroactives ainsi que celles d’un quotidien qui les conduit à se cacher que le pire n’est pas devant leurs yeux mais hier !...
      D’une tolérance qui frise la complicité, ils refusent de dénoncer tous les excès d’un quotidien où l’entre-soi permet toutes les excuses possibles...
      Convaincre est devenu mission impossible tant l’endoctrinement est proche du sectaire qui comme vous le savez est fleurissant dans un pays où beaucoup se raccrochent aux branches pourries de l’illusion pour se persuader de croire encore à quelque chose.....

  • 17 mars à 20:18 | vatomena (#8391)

    Kartel - ce pays est tout particulier ; C’est le pays des non coupables. Et il devient le pays de la mystification.
    Dans la nuit du 29 Mars 1947 , on attaque des petits colons qui étaient au sommeil pour les massacrer et les découper en morceaux . Toute la population de la cote Est savait ,était complice. Aucun n’a prévenu les sacrifiés. L’horreur est allée jusqu’à éventrer des femmes enceintes pour jouer au ballon avec le foetus . Imaginez la scène .! Apres quoi on s’indigne qu’il y eut répression ,pacification ;

    Je ne sais pas si pour la colonisation de Madagascar il faut parler de crimes contre l’humanité .Le président Macron le pense et le dit .Quand Galliéni abolit l’esclavage ,fonde une académie malgache,ouvre une école de médecine,crée l’aide médicale indigène gratuite ,lance des grands travaux qui se poursuivront apres lui ,je me demande s’il était génocidaire ou be fo !

  • 18 mars à 11:21 | Behantra (#9165)

    Misaotra Lys a !

    Soa ihany faha eo ianao

    Ho ela velona e !

  • 18 mars à 13:12 | fandresena (#299)

    Quoi qu’il en soit : la colonisation est un crime contre l’humanité. Macron a raison !!! Tous ce qui sont matériels sont nuls. L’important c’est la souveraineté national ! Mais ce qui en est pire c’est la néo-colonisation... Bon courage !!!

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS