Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 19 octobre 2019
Antananarivo | 12h13
 

Sport

Madagascar aux J.O.

Records en scandales battus

mercredi 20 août 2008 | Rata

Pauvre en médailles, riche en scandales ! C’est le triste bilan du voyage olympique de la délégation malgache à Beijing. Mais cette fois-ci, au banc des accusés figurent les dirigeants sportifs, notamment ceux du Comité Olympique Malagasy (COM).

Un intrus sur la liste

« C’est la première fois qu’aucun encadreur technique, ni coach, ne figurent sur la liste des partants aux Jeux Olympiques », note un ancien Président d’une fédération sportive qui trouve aberrante la mobilisation d’une dizaine d’accompagnateurs pour six athlètes. Une composition de la délégation que le C.O.M. n’a jamais divulguée, et ce, à 24 heures de l’embarquement. Il a fallu, selon les informations recueillies de Pékin, la demande du ministre des Sports, Jean Louis Robinson, pour que les responsables du comité National sortent la fameuse liste tellement attendue. Et là, d’après toujours les témoins oculaires, quelle ne fût leur surprise en voyant une personne inconnue au bataillon qui s’est proclamé « judoka « devant le ministre des Sports. C’est la réponse de l’intrus pris au dépourvu par la question du ministre des Sports qui voulait savoir un peu plus sur sa qualité. « Heureusement que son oncle, qui n’est autre que le Président du C.O.M., Mamy Rakotoarivelo, est venu à son secours pour rectifier ses dires en le présentant comme étant un accompagnateur », révèle nos sources. Un népotisme flagrant.

Un favoritisme

L’autre scandale concerne les participants au camp de jeunesse. En principe, comme lors des fois précédentes, une sélection au niveau de toutes les fédérations sportives aurait dû être faite afin de désigner les représentants de la jeunesse malgache à ce camp. Mais apparemment cette pratique n’a pas été appliquée dans la mesure où certaines fédérations n’ont reçu la moindre sollicitation pour présenter leurs candidats. Sur ce volet, coïncidence ou non, les deux heureuses élues viennent respectivement du Karaté et de l’haltérophilie dont les présidents, pur hasard, sont des hauts responsables du C.O.M. Un favoritisme tout court.

Aucune considération

Enfin en dernier et non des moindres, le cas des athlètes. Traités comme des Princes sous d’autres cieux, les sportifs malgaches semblent pourtant les derniers soucis du comité national.

À preuve, avant le départ, il n’a pas jugé utile de regrouper les trois athlètes présents au pays, en l’occurrence, Soloniaina Razanadrakoto, Tojohanitra Andriamanjatoarimanana et Ramilijaona Nirinaharifidy. Une fois arrivés à Pékin, ces derniers, à l’instar de leurs compatriotes, Erick Rajonhson, Elie Norbert et Berlioz Randriamihaja, n’ont pas été dotés d’équipements de compétition. Ainsi, aperçu sur la Tv Nationale, Berlioz a couru le 110 m haies avec sa tenue sportive habituelle. Aucune considération pour ces sportifs alors que sans eux, ces membres du C.O.M et leurs familles n’auraient pas bénéficié de ce privilège de voyager aux frais de la princesse. "Dans notre malhonnêteté, restons un peu honnêtes", aime souvent répéter le past-président de la boxe Malagasy, Harvel Marcellin. Une remarque qu’il avait adressée un jour à ses pairs.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS