Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 30 mai 2020
Antananarivo | 02h02
 

Météorologie

Fortes pluies

Quatre personnes tuées dans un effondrement de maison à Ambohidrapeto

vendredi 3 janvier | Mandimbisoa R.

Deux enfants en bas âge, trois ans et trois mois, ainsi que leur parents ont trouvé la mort avant-hier à Ambodihady Ambohidrapeto. Toutes les quatre étaient coincées dans les gravats de leur maison qui s’est écroulée à la suite de l’effondrement d’un mur de soutènement bordant leur domicile. Le drame s’est déroulé vers 22h, à la suite des premières fortes pluies qui se sont abattues dans la capitale ces derniers jours.

Au total, huit personnes se trouvaient dans la maison dont les grands-parents qui habitent à l’étage. Ils ont été alertés par un grand bruit suivi d’un fracas d’éboulement. En descendant, pour voir ce qui s’est passé, ils ont été ébahis par l’effondrement d’une partie de leur maison à l’intérieur de laquelle se trouvaient leur deuxième fils et sa femme ainsi que leurs deux enfants. Les deux autres personnes qui se trouvaient dans cette maison ont pu sortir.

Dans un premier temps, les grands-parents et les deux autres survivants ont tenté d’ouvrir la porte de la chambre dans laquelle se trouvait la petite famille, en vain. Elle était bloquées par un amas de terre. Les survivants ont dû demander l’aide des voisins. Ces derniers se sont dépêchés pour essayer de sauver les victimes. La commune d’Ambohidrapeto ne disposant pas de service de secours, ce sont les pompiers de la Commune urbaine d’Antananarivo qui ont été dépêchés sur les lieux.

Les riverains se sont mobilisés très vite. Ils sont parvenus à dégager les décombres en une trentaine de minutes. Malgré tout, les victimes étaient déjà décédées. Les voisins qui ont déterré les corps témoignent que l’image était trop frappante. Le père de famille étendait ses bras comme pour protéger sa femme et ses deux enfants des décombres. Touchés à leur tête, ils ont succombé rapidement.

Le propriétaire du mur de soutènement qui s’est effondré ayant occasionné ce drame se serait arrangé avec la famille des victimes et aurait pris en charge toutes les dépenses nécessaires, des funérailles à l’enterrement. Néanmoins, une enquête devrait être ouverte par rapport à ce drame qui risque de se reproduire dans d’autres endroits si des mesures ne sont pas prises, notamment en cette saison de pluie.

En tout cas, avec les fortes pluies survenues ces derniers jours, les habitants des quartiers dit à risques commencent à s’inquiéter. En effet, dans la même nuit de ce drame à Ambohidrapeto, une maison en bois a été détruite à cause d’un éboulement d’un bloc rocheux à Amboninampamarinana. L’ éboulement n’a pas fait de victime, toutefois, quatre familles ont dû être évacuées.

9 commentaires

Vos commentaires

  • 3 janvier à 09:14 | lancaster (#10636)

    C’est un drame du à l’absence de service d’urbanisme un peu partout dans ce pays.
    Le permis de construire doit être accordé ou non par des personnes compétentes sur la base de dossiers techniques et plans de la construction élaborés par de vrais professionnels inscrits à l’ordre national des architectes.
    Selon la loi en effet, toute construction de plus de 150m2 doit être étudié et élaborée par un architecte diplômé issu d’une école reconnue par l’Union internationale des architectes.
    Pour les moins de 150m2, le propriétaire est libre. Toutefois , il faudrait instituer des principes-type de construction dans les services communaux partout dans le pays, pour aider ceux qui ont des construction de moins de 150m2 ou des aménagements genre murs de soutènement ou clôture ou extension d’une maison existante.
    Notons que 150m2 c’est tout de même un Appartement de 4 pièces avec cuisine et salle d’eau.

    C’etait Des commentaires juste pour changer un peu de nos blablas quotidiens sur des sujets politico-socio-economiques.

    • 3 janvier à 10:48 | Turping (#1235) répond à lancaster

      Lancaster ,
      Ce que vous dites est dans une partie vraie . N’oubliez pas que le drame qui venait de se produire concerne d’abord sur la délivrance d’un permis de construire sur une zone dangereuse ,en dessous d’une falaise rocheuse du genre ambanin’Ampamarinana à Mahamasina où il ne fallait pas du tout construire.Donc ,la faute se situe d’abord sur l’incompétence de la commune qui avait délivré ce permis sur une zone dangereuse (idem sur les zones inondables ).
      - Après concernant la construction de toute construction de plus de 150 m2 selon la loi que beaucoup de gens ne respectent à la lettre surtout sur les zones urbaines ,on ne le conteste pas .
      Personnellement ,j’en ai construit pour une surface de 450m2 à Madagascar ,sur une colline sans passer par un architecte chevronné mais par des artisans maçons très expérimentés ,avec un permis de construire ,tout était ok .C’est le problème d’adduction en eau qui pose plutôt problème avec la JIRAMA ou pour creuser un puits sans craindre à l’inondation.En bref ,c’est juste pour vous dire que le bétonnage sur les zones qui ne présentent pas de risque suffit pour être tranquille.
      Revenons sur le sujet principal : Sincères condoléances aux familles des familles victimes .

  • 3 janvier à 09:29 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Avec des discussions à l’image de celles des passagers du Titanic où le chacun pour soi a pris le dessus sur toute autre considération, aussi bien dans notre pays que sur ce faux-rhum : Que peut-on attendre ? Sinon qu’on fait les mêmes erreurs pour espérer obtenir des résultats différents alors qu’on avance inéluctablement vers la perdition comme le Titanic ( certains privilégient ses origines/ses noms de famille, d’autres ses connaissances, ses richesses du moment, ses bijoux, alors qu’ils sont sur le même bateau que Dieu est seul maître à bord face à l’iceberg voire la mondialisation pour notre pays).

    • 3 janvier à 09:31 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Mes sincères condoléances aux familles des victimes.
      Qui pense à encore aux autres en ce moment pour ses actes, ses pensées et voire même ses prières ? Evidemment personne.

  • 3 janvier à 09:58 | lancaster (#10636)

    À Mada, seules les 6 chefs lieu de province disposent d’un (début de) service de pompier. Des fois, les pompiers des aéroports interviennent quand ils le peuvent ou le veulent.

    L’etat Doit faire un effort particulier pour doter les villes chefs lieu de région au moins de services pompiers.

    Pour Tana particulièrement, de grosses banlieues comme Itaosy ou Andoharanofotsy ou Avaradrano , Alasora, Ambohitrimanjaka, Ambohidratrimo/Ambohimailala/Ivato avec un total de près de 1 million d’habitants, doivent absolument disposer de services pompier ou s’organiser avec la CUA avec contributions financières des communes concernées.

  • 3 janvier à 10:30 | Vohitra (#7654)

    Manolotra ny fiaraha-miory ho an ny fianakaviana mana-manjo, ary mirary fiononana ho an ireo mbola nahazo famindrampo avy amin ilay Nahary hanohy ny dia hamakivaky ny taona 2020.

    Mankahery ary mirary fahasalamana ho enti-manarina ny takaitra napetraky ny lahatra ka hananjara amin ny fahasoavana indray amin ny ho avy

  • 3 janvier à 11:45 | lancaster (#10636)

    Bonjour Mr Turpin
    Une construction de 450 m2 ? Sans passer par un architecte agréé à Mada ? Alors même que la stipule que pour des constructions de plus de 150 m2, la signature des plans par un architecte est obligatoire et conditionné l’obtention du permis de construire.
    Comment avez vous fait ?
    Cordialement.

  • 3 janvier à 11:49 | Turping (#1235)

    Rebonjour Lancaster,
    Par contre le plan de la maison a été fait par un architecte mais non pas la construction avec son équipe ,ce que je voulais dire......Car pour demander un permis de construction à la commune ;il faut un plan . Vous avez cité la commune d’Alasora elle y est ;
    Cordialement

  • 3 janvier à 14:28 | nez_gros (#10715)

    1)-1er coupable la pluie ;2ème-coupable : la présidence et le gouvernement(où sont ils, quelles ont été les mesures prises face à cette pluie diluvienne)

    Ils s’en foutent les gouvernements, ils font la fêtes, ils preparent la reception d’iavoloha, m^me pas un mot pour la famille de victimes.

    mes condoléances à la famille, et mes empathies envers les sinistrés

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS