Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 21 avril 2019
Antananarivo | 14h21
 

Entreprise

Vie d’entreprise

Pour une approche coopérative dans la résolution des problèmes

mercredi 24 août 2011

Afin d’atteindre ses objectifs de développement durable et manifester
son attachement à une coexistence pacifique au niveau de ses sites
d’intervention, le projet Ambatovy mise sur une approche coopérative
avec les communautés pour résoudre les problèmes liés à ses activités.
Depuis 2010, le projet Ambatovy travaille à apporter des réponses aux
doléances des parties prenantes sur sa manière d’opérer

En prévention des conflits, un mécanisme de gestion des plaintes et
des inquiétudes émanant des communautés a été mis en place pour
traiter les problèmes dans les meilleurs délais. Ce mécanisme de
gestion des plaintes privilégie avant tout le dialogue et intègre les
principes de l’IFC (la Société Financière Internationale), une
institution du Groupe de la Banque Mondiale qui promeut les
investissements privés durables visant à réduire la pauvreté et
améliorer les conditions de vie des populations. Une manière pour
Ambatovy d’assumer ses responsabilités et de renforcer les relations
de confiance avec la communauté.

Des registres de doléances sont disposés ainsi au niveau des bureaux
du Projet à Antananarivo, Moramanga et Toamasina ainsi qu’au niveau de
plusieurs communes entre Moramanga et Toamasina en passant par
Brickaville. Ces registres sont également disponibles auprès des
agents sociaux notamment le long du pipeline et sur tous les sites
d’intervention du Projet.

En outre, une adresse e-mail doleances@ambatovy.mg et trois numéros
d’appels gratuits 032 32 033 33, 033 65 333 33, 034 30 333 33 sont mis
à la disposition des personnes affectées par les activités du Projet
afin de discuter de leurs problèmes et inquiétudes.

Campagne de sensibilisation

10 fokontany (Ampasimazava Est et Ouest, Canada 23/11, Canada 23/12,
Dépôt Analakininina 23/41, 23/42, 23/44, 23/45, 23/42, 23/442)
longeant la voie ferrée reliant le Port de Toamasina à l’usine de
Tanandava ont été sensibilisés trois semaines durant sur les intrants
utiles à la production de briquettes de nickel et de cobalt.

Il s’agissait pour Ambatovy via l’Ong SEEDS, avec la collaboration de
Madarail, d’entamer des actions de communication et de sensibilisation
sur l’absence de risque sanitaire et écologique par rapport au
transport ferroviaire du soufre, du calcaire et du charbon vers
l’usine. La population a été informée sur les produits, leur
utilisation sans dommage sur l’environnement. « Si le soufre sert à
traiter le litchi dans la vie quotidienne, le charbon de terre est une
source d’énergie fossile utilisé pour produire de l’énergie thermique
comme le charbon de bois, tandis que le calcaire est utilisé dans la
fabrication de craies
 », tels sont en substance, les messages passés
à 700 habitants qui ont participé aux séances publiques de
sensibilisation et au niveau de 2 800 ménages visités.

Recueilli par Valis

1 commentaire

Vos commentaires

  • 24 août 2011 à 11:01 | Basile RAMAHEFARISOA (#417)

    ONG SEEDS ???

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS