Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 23 avril 2019
Antananarivo | 20h47
 

Dossier

Crise politique

Pluie de communiqués de presses

vendredi 13 février 2009 | Patrick A.

Pour des raisons essentiellement techniques, le site madagascar-tribune.com n’offre pas encore la possibilité pour ses lecteurs de réagir à nos articles ou d’exprimer leurs propres opinions directement sur le site.

Nos équipes techniques travaillent à la mise en oeuvre de cette nouvelle fonctionnalité. Nous nous efforçons également de définir une méthodologie et des moyens adaptés pour traiter les messages qui seraient injurieux, diffamatoires ou contraires à la loi ou à notre déontologie.

La "position" de madagascar-tribune.com

En attendant, nous recevons beaucoup d’e-mails exprimant des déclarations ou opinions face à la situation.

Il nous est impossible de tous les publier, ni même de tous les résumer : la ligne éditoriale de madagascar-tribune.com n’est pas de devenir une simple plate-forme où chacun peut dire ce qu’il a à dire, trop souvent en n’entendant que ce qu’il veut écouter.

Nous essayons dans nos articles d’écouter un large spectre de personnes, de sélectionner ce qui nous parait important et d’apporter au lecteur motivé des clés d’analyse.

Certains lecteurs nous reprochent de "soutenir Ra8, un assassin, un voleur qui manipule le peuple pour parvenir à ses fins". D’autres au contraire estiment honteux que nous osions qualifier Andry Rajoelina de "Président de la Haute Autorité de la Transition" alors qu’il a "abandonné la seule responsabilité pour laquelle il a été élu".

Nous laissons chacun libre de juger, et précisons seulement que nous essayons de prendre un peu de recul par rapport aux événements, mais encourageons nos lecteurs à s’efforcer eux-mêmes de le faire, y compris par rapport à nos propres articles.

L’objectivité réelle n’existe sans doute pas, il n’y a que la recherche d’objectivité.

Les précisions reçues

Christian Rasolonjatovo, responsable communication du Restaurant Papango réfute les déclarations faites sur la place du 13 mai selon lesquelles des personnes se seraient introduites dans le restaurant Papango pour attenter à la vie d’Andry Rajoelina. En effet, le restaurant est fermé et en chômage technique depuis le 28 janvier.

Le FJKM exprime sa désapprobation des pertes en vies humaines et ses condoléances envers les familles des victimes. Cette église déplore la création de troubles, pillages, le climat de confrontation et de discrimination, les rumeurs et fausses nouvelles. La FJKM réaffirme sa neutralité, sa seule mission étant d’approfondir la volonté divine et de se conformer à la Bible. Aussi s’efforce-t-elle, au sein du FFKM, de prêcher la réconciliation et de tenter de rapprocher les parties pour dénouer la situation dont souffre le pays. Elle demande aux chrétiens de prier pour la Nation.

Les propositions de solutions institutionnelles

Dans un communiqué cosigné par plusieurs universitaires en Europe, la Communauté Scientifique (courriel : snarison @ yahoo.fr) souhaite un gouvernement neutre de transition, en attendant les élections éventuellement anticipées du Président de la République. Selon ce communiqué, "en aucun cas, ni le Président actuel, ni le Prétendant au pouvoir ne doit prendre les rênes du pays, et doit suivre l’exemple de la Ministre de la Défense qui a démissionné".

Une personne (courriel : mazava @ live.fr ) reproche au TGV une stratégie qui oscille entre anarchie et recherche de semblant de légalité, et propose un référendum sous la supervision du FFKM pour ou contre le maintien de Marc Ravalomanana.

L’association "Comité pour la sauvegarde de l’état de droit et de la république", enregistrée dans la banlieue de Paris (courriel : avcmad @ yahoo.fr), estime que les priorités sont de créer une commission d’enquête sur les violences, de procéder aux élections des chefs de région, et s’il y a lieu de mettre en place un gouvernement représentatif du résultat de ces élections. En attendant, il faut selon ce communiqué subventionner pendant 6 mois les produits PPN et surveiller les meneurs principaux de ce mouvement.

L’association Madagascar Terre de Liberté Internationale (courriel : madaterliberte @ orange.fr) dénonce les manipulations de revendications qui mettent la vie des citoyens en danger, estime que la présence de quelque 45.000 citoyens à Mahamasina devrait faire réfléchir les protagonistes, et en tant que "Démocrate respectueux de l’État de Droit" encourage le Président de la République à assumer ses responsabilités Constitutionnelles.

Les demandes de jugement

L’association DUR Madagascar (courriel : r.ralainirina @ yahoo.fr) présente ses condoléances aux victimes, demande à ce que Marc Ravalomanana soit traîné devant la justice et déclare "poursuivre la lutte aux côtés des milliers de malgaches qui ont le courage de dire "Non" à la dictature."

Dans le même ordre d’idée, mais sur un ton plus radical, une personne (courriel : r.naina @ free.fr) demande l’application de la peine de mort pour les "massacres" et les "vols" qui ont été commis.

D’autres comme johnmuryp @ gmail.com demandent à ce que l’on n’oublie pas aussi de juger ceux qui ont incité aux pillages, ceux qui ont mis le feu lors des pillages, et ceux qui ont délibérément mis en danger la vie de leurs concitoyens.

Les appels aux citoyens

Un groupement d’éducateurs (Vondron’ny mpanabe - 033 11 524 23) appelle tout un chacun à ne pas perturber l’année scolaire et à créer le climat paisible nécessaire à une saine éducation.

Dans plusieurs textes parvenus à la rédaction, le Collectif Solidarité Madagascar a dénoncé les tentatives de coup d’État d’Andry Rajoelina mais aussi la mauvaise gouvernance du régime actuel. Elle appelle à signer une pétition sur http://solidarite-madagascar.com/

Un groupe de citoyens (courriel : raherz2000 @ yahoo.fr ) demande également aux citoyens de s’unir pour signer une pétition appelant les deux protagonistes à s’asseoir directement et sans conditions autour d’une table.

Plusieurs simples citoyens comme hraharivelo @ yahoo.fr demandent aux familles des victimes de se regrouper pour déposer des plaintes au niveau local et international.

Les opinions

Une autre personne (courriel : ravelonrian @ yahoo.fr) trouve que Didier Ratsiraka et Marc Ravalomanana ont en commun d’être des politiciens binaires et extrêmistes. Tant que les valeurs que sont l’autocritique, la remise en question personnelle et collective, la justice et l’équité sociale, la liberté individuelle et collective n’auront pas pénétré la société malgache, les mêmes cycles de crise risquent de se reproduire.

Un autre communiqué appelle à se méfier de l’ombre de Rolland Ratsiraka et Jean Lahiniriko derrière le mouvement TGV. Ces hommes et leurs alliés chercheraient à obtenir des postes pendant la transition pour se constituer un trésor de guerre pour se trouver en position de force pour les élections et empêcher une vraie démocratie de naître.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS