Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 27 octobre 2021
Antananarivo | 07h23
 

Sport

Tennis

Mamy Rasolojaona : Un livre blanc en guise d’adieu

mardi 11 novembre 2008 | Rata
Mamy Rasolojaona (au milieu) se dit "globalement satisfait" de son mandat)

Mamy Rasolojaona est le premier président de fédération à se défiler pour le prochain mandat olympique. Avant de quitter toutefois l’instance fédérale malgache, il va livrer ses impressions à travers un "livre blanc". " On peut le considérer comme un bilan de mes quatre années à la tête de la fédération du tennis", déclare l’auteur du livre à la fin de l’assemblée générale ordinaire de la FMT, vendredi et au cours de laquelle il a déclaré officiellement son retrait." Je vais me consacrer à mon secteur de prédiléction à savoir la communication" précise l’ancien PCA de Telma.

Les problèmes et solutions

Concernant son ouvrage, "ce livre peut aider mon successeur à accélerer le développement du tennis de haut niveau avec comme objectif les J.O. 2012". D’après l’intéressé, ce document révèle les problèmes rencontrés pour son réel développement et contient également les solutions préconisées. Sur la colonne des problèmes, le manque de pool d’entraîneurs de haut niveau figure en tête. "Tout repose sur Ravalitera (ndlr : actuel Dtn) alors que travail est un vaste chantier qui nécessite la contribution de bon nombre de personnes ayant les mêmes compétences que lui". Outre ce problème de techniciens, le futur ex-Président de la Fmt reconnaît également la difficulté financière pour les joueurs malgaches de déplacer à l’étranger. "Or c’est en participant aux manifestations d’envergure comme les championnats d’Afrique ou les tournois de jeunes qu’on peut avancer" reconnaît-il.

Un Mamy pourrait en cacher un autre

En guise de solution, il préconise la création d’un centre international du tennis et l’accueil par la Grande île des rencontres internationales de haut niveau. Des projets ambitieux et réalisables si l’Etat assure la grande partie de ses réalisations. "Sans la contribution de l’Etat, on ne pourra jamais parler de développement du sport",intervient inopinément un parent d’un joueur, las de payer les déplacements internationaux de sa progéniture. Convaincre le ministère des Sports de mettre la main à la poche semble ainsi la tâche primordiale du prochain homme fort du tennis malgache, si on se réfère aux solutions avancées par Mamy Rasolojaona. Ce dernier, malgré notre insistance, n’a pas voulu dévoiler le nom du prétendant à la présidence de la fédération. Mais la rumeur circulant ces derniers temps donne des indices comme quoi "Un Mamy pourrait en cacher un autre".

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS