Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 27 octobre 2020
Antananarivo | 15h33
 

Médias

Médias

Le torchon brule entre le ministère de la Communication et l’Ordre des journalistes

vendredi 17 janvier | Mandimbisoa R.

L’Ordre des journalistes malgaches (OJM) monte au créneau. Par rapport aux événements de ces derniers temps, ayant mis en cause des journalistes, son président, Gérard Rakotonirina, a tenu une conférence de presse hier. Il a ainsi déclaré que l’Ordre a pour obligation de défendre les journalistes, dans le traitement et les pressions qu’ils subissent, afin de préserver au mieux la réalisation de leurs tâches dans l’exercice du métier. Cela n’implique pas une interférence dans l’organisation interne au sein des organes ou services où ils travaillent, précise-t-il.

En effet, l’Ordre des journalistes a remis en question l’accusation de détention d’armes illégale d’un journaliste chroniqueur d’une chaîne de télévision privée de la capitale qui a conduit à la perquisition du domicile du mis en cause dimanche dernier. « Maintenant, on accuse les journalistes de détenir les armes alors que ce sont les journalistes qui aident les forces de l’ordre à dénoncer et à mettre un terme à ce fléau qui nuit à la sécurité dans le pays », regrette-t-il. L’enquête faite sur le journaliste en question a permis de prouver son innocence.

L’OJM a également touché mot du non-renouvèlement des contrats des employés ECD au sein de l’ORTM. Des journalistes qui ont accompli plus six ans de services auprès de la télévision nationale ont vu leur contrat s’arrêter, une situation qui a indigné l’OJM. Pourquoi le ministère n’a pas pris en compte leur situation et les a mis à la porte comme de vieux torchons, soutient l’OJM. Gérard Rakotonirina a également pointé du doigt le projet d’affectation massive des journalistes au sein de l’ORTM.

Dans ce climat délétère, de tension et de friction, un conseiller technique du ministère de la Communication, journaliste et vice-président de l’Ordre des journalistes à Antananarivo, a démissionné de son poste auprès du cabinet du ministère. Il avait estimé qu’il y a incompatibilité entre le rôle qu’il joue en tant que collaborateur du ministère et en tant que vice-président de l’ordre des journalistes. « Je reste avant tout journaliste », a-t-il déclaré.

9 commentaires

Vos commentaires

  • 17 janvier à 09:46 | bebera (#9622)

    les ECD restent avant tout des emplyés à COURTE DUREE... régits par un contrat. Un contrat est basé sur l’accord entre les deux parties, si une partie estime qu’il n’est plus besoin de le renouveller, c’est tout à fait possible.
    L’integration dépend de la disponibilité des postes budgétaires.Avec l’austérité que l’Etat s’est engagé, il estime que si ces individus ne remplissent plus les condititions d’utilité à leurs postes , on peut mettre fin à leur contrat.
    Si ces personnes ne sont pas integrées depuis belle lurette, ce n’est pas la faute à eux mais aux responsables antérieurs qui les ont récrutés pour les laisser pourrir là. Le Ministère actuel ne peut plus renouveller ces contrats puisque les postes ne sont plus utiles.

    • 17 janvier à 21:05 | Bary RAMBELO (#7158) répond à bebera

      Bonjour,
      Les textes en vigueur, sauf erreur de ma part, disposent que si un contrat de durée déterminée, cas de contrats des ECDs, a été renouvelé 2 fois, le 3ème est automatiquement de durée indéterminée, soit contrat ELD, soit intégré dans la FOP.

      Les ECDs ignorent cette disposition et les responsables du personnel sont soit incompétents soit malhonnêtes, car dans ce cas, il n’y a pas de non renouvellement de contrat, mais de rupture de contrat que l’ Administration doit motiver sinon dommages et intérêts. Et cela dure depuis de dizaines d’années

  • 17 janvier à 11:28 | Ibalitakely (#9342)

    Soa ihany i Harifidy fa tsy nataon-dry zalahy tahaka ny fanaony t@ 2009 ka sady mitondra fitaovana (basy, ...) izy ireo no milaza manao fisavana [tranon-dRalitera teny Mamory Ivato ohatra] dia avy eo ireo fitaovana nentiny ireo ihany no lazainy (@ mpanao gazety) fa hita & tratra tao amin’io trano io. Ny resaka ECD indray, maninona raha vao tonga tao @ io ministera io [jiona 2018], izany hoe efa ho roa taona izao, dia na noraisina ho mpiasa fonctionnaires raikitra izay ECD rehetra voakasika [misy fetrany ihany koa ny maha ECD olona iray, dia tokony efa nisy fepetra noraisina izany raha mahatsiaro ho tompon’andraikitra ambony ny tena] na ohatra koa tany dia efa nolazaina fa rehefa tapitra ny contrats dia tsy ho avaozina intsony. Fa izao dia ny madinika dakadakana ny bekintana atosatosaka. Tia ifidy azy eo ka !!

    • 17 janvier à 11:31 | Ibalitakely (#9342) répond à Ibalitakely

      & raha tsy diso koa aho ny ministera tsirairay tokony manana ny antsoina hoe (sces na direct°) resources humaines avokoa na ny tahaka izany.

    • 17 janvier à 12:37 | bebera (#9622) répond à Ibalitakely

      janvier 2019 ilay ministre no voatendry, mbola tsy 2 taona izany. nanomboka volana jolay 2019 ny fijerena manokana ireo ECD ary misy aza ireo efa ela no nampidirina ho mpiasam-panjakana raikitra tanteraka , azo hamarinina. ireo nofaranana contrats ireo kosa dia olona tsy hita lava anaty birao

    • 17 janvier à 15:06 | Ibalitakely (#9342) répond à Ibalitakely

      à #(7622),
      Tena diso fitadidy aho izany satria ny ministry ny serasera ohatra toa vao nitsangana ny governetenamanta Ntsay C. [07/2018] dia efa tao izy. Raha misy diso izany dia ahy irery.

    • 17 janvier à 15:08 | Ibalitakely (#9342) répond à Ibalitakely

      voir à #(9622).

  • 17 janvier à 16:16 | kartell (#8302)

    Il est vrai qu’aujourd’hui le pouvoir peut se passer d’un certain nombre de journalistes, il fait sa com lui-même et ainsi, il n’en a plus besoin pour informer des faits et gestes d’un président frisant la télé-réalité puisqu’il dispose de petites mains issues du monde de sa publicité qui le lui rendent bien...
    Un doublon qu’il a vite fait d’écarter de son univers d’autant que ce qu’il l’indispose surtout, ce sont ces critiques à l’encontre de son inaction gouvernementale...
    Rendre le monde médiatique qu’il l’entoure incolore et inodore à ses insuffisances notoires reste son objectif premier..
    Le constat qui semble s’imposer prend des allures préoccupantes dans lequel nous assistons très progressivement et de manière homéopathique à l’installation par un pouvoir qui recase les siens dans tous les rouages d’un état monocolore jusque dans les moindres recoins d’une république phagocytée et confisquée par une com présidentielle devenant macrophage ....
    Il est bien sûr trop tôt pour dire jusqu’où iront ces petites manœuvres mais elles s’installent doucement, sans l’air d’y paraître, mais les faits sont là pour pointer du doigt une diversité de pensées et de critiques qui vont finir par être regrettées, un peu tardivement...

  • 17 janvier à 17:15 | Vohitra (#7654)

    A l’époque où elle était la figure de proue de l’opposition face au président de la transition de l’époque, elle n’avait cessé de marteler sur les ondes la nécessité de laisser l’opposition s’exprimer sur la place d’Ambohijatovo, d’ailleurs baptisée à l’époque place de la démocratie…

    Aussi, est-ce que Son Excellence Madame le Ministre milite toujours dans ce sens actuellement ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS