Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 25 octobre 2020
Antananarivo | 16h34
 

Economie

Assemblée nationale

Le ministre de l’Économie confirme une forte baisse du taux de croissance

mercredi 3 juin | Mandimbisoa R.

Le taux de croissance économique pour cette année est largement revu à la baisse, a confirmé mardi le ministre de l’Économie et des Finances, Richard Randriamandranto lors de la présentation du rapport d’activité de son département ministériel devant les députés au Centre de conférences international (CCI) d’Ivato. Initialement prévu à 5,5% (Loi de finances initiale pour cette année 2020), il sera porté à 0,8% (projet de loi de finances rectificatives). Cet important changement qui ne sera pas sans conséquence sur l’économie nationale en général est attribué à la crise sanitaire qui sévit dans le pays.

La fermeture de l’espace aérien malgache au reste du monde, la fermeture des ports et la cessation de certaines activités commerciales pendant plus de deux mois maintenant, pour tenter de limiter la propagation du virus, ont en effet eu d’importants impacts sur l’économie nationale. Malgré tout, l’épidémie semble avoir gagné du terrain dans le pays et ses impacts pourront davantage s’alourdir.

Quoi qu’il en soit, ce sera alors le taux de croissance économique le plus bas que le pays n’a jamais connu depuis 2010 (0,62%, selon la Banque Mondiale), une année après le début de la crise politique ayant causé un changement brutal au niveau de l’administration dans le pays où ce taux était de l’ordre de – 3,98%. Il faut toutefois noter que sur le papier, l’économie malgache n’a cessé de s’améliorer depuis la fin de la plus longue transition que le pays n’a jamais connue (2009-2014), pour atteindre 5,2% en 2019.

Le Grand Argentier malgache a également révélé qu’une forte baisse est constatée au niveau de la caisse de l’État. Cela à cause de la baisse des recettes fiscales. C’est le cas notamment des recettes douanières qui vont chuter à 178 milliards d’ariary (projet de Loi de finances rectificatives) contre une prévision de 7 036 milliards d’ariary (Loi de finances initiales 2020). Initialement, les recettes fiscales intérieures pour cette année devaient connaître une hausse de 27,3% et la performance des recettes douanières était prévue à 13.9%.

Le ministre Richard Randriamandranto a par ailleurs déclaré que conformément aux consignes du Chef du gouvernement, à partir de maintenant, le financement du Programme des investissements publics (PIP) sera effectué au niveau de chaque district. Ceci semble tout à fait logique et naturel dans la mesure où le régime actuel mise sur la décentralisation, avec notamment la mise en place des gouverneurs à la tête des régions.

Dans le cadre du plan d’Émergence de Madagascar, ce membre du gouvernement a également indiqué que des négociations sont en cours avec les investisseurs internationaux pour permettre d’effacer totalement les dettes de Madagascar. Ces dettes s’élèvent à 36% du Produit intérieur brut (PIB) que le ministre estime à un niveau « bas » par rapport à celles du continent africain (46% du PIB) ou encore la France (100% du PIB) et le Japon (200%). Il a rappelé que l’État malgache a déjà bénéficié d’un allègement partiel de ses dettes auprès du Fonds monétaire international (FMI) quelques mois plus tôt.

8 commentaires

Vos commentaires

  • 3 juin à 09:29 | manga (#6995)

    Monsieur le Ministre,
    Quoi que vous disiez, vous avez pleinement l’occasion de brandir le droit de veto, connu singulièrement sous le nom de Covid19, dont nul na pas pu éviter.
    Certes, mais quand vous nous avez un chiffre correspondant à 1.5 il n’y avait même pas eu un mois de cela, on s’en est gratte la tête du fait de l’optimisme que vous avez réservé à cette rubrique qui n’est autre que le poumon de toute activité confondue.
    Soyez-en rassure, notre estimation tend vers le négatif. Ce qui fait de nous les plus heureux à vous entendre.
    Toutefois, Auriez-vous vous l’amabilite de nous révéler l’utilisation de ces fonds octroyés par nos bailleurs traditionnels, et qui serviront (à ce qu’il nous semble) à renflouer la caisse ?
    Comme si nous sommes dans un casino ou le terme "rien ne va plus..." demeure de rigueur.
    1/4 de ces fonds ont été déjà transférés en EVASAN dans les meilleurs hôpitaux des paradis fiscaux, dit-on.
    Et en ce qui concerne le PEM dont vous faites foi, nous nous demandons si ce n’est qu’ un conte de fée, du moins un compte de faits.
    Le CoVid nous tape très fort à nous agoniser perpétuellement, et nous dirigeant toujours vers des rêves à ne pas réellement croire au réveil.
    Nous n’avons ni le détail ni le calendrier, sauf que nos doutes planent sur un second mandat qui risque de tout chambouler.
    Nous comptons sur l’efficacité du bâton magique que vous allez vous servir pour remonter la pente.

  • 3 juin à 11:45 | olivier2 (#9829)

    Cher Papa Noel Fmi

    La cigale ( le criquet endémique ) ayant chanté tout l’été, se trouva fort dépourvue quant la faillite fut venue..

    ô Fmi donne moi l’arzent, car OMS n’en a plus pour le moment..

    Poésie endemixxx...

     :)

    • 3 juin à 14:44 | FINENGO (#7901) répond à olivier2

      @ olivier2 (#9829)

      Bonjour.

      C’est de la faillite endémique.
      Que même le FMI ne pourra pas résoudre.
      Mdr

  • 3 juin à 14:38 | dominique (#9242)

    Le pays est très bien géré aucun problème et pour la monnaie ça va super bien avec une arrivée a 4270 Ary pour 1 Euros donc tout est parfait on continue comme za ...Doucement le matin et pas trop vite en après midi pour la faillite complète on verra plus tard ..

  • 3 juin à 15:15 | ANTICASTE (#10704)

    Mince, aurait-ils oubliés les gars de la caste endémix que les virements massifs d’argents issus des dons internationaux dans les paradis fiscaux pouvaient provoquer une baisse de la monnaie endémix aussi !
    Mais non non bwana c’est pas nous !!

  • 3 juin à 15:50 | kartell (#8302)

    Difficile de donner la moindre crédibilité à ces statistiques qui reflètent surtout les possibilités sanitaires potentielles à tester, à détecter les contaminés dans une société où ce genre d’activités est loin d’être une habitude mais plutôt une nouveauté : merci l’oms !...
    Aujourd’hui, nous sommes plongés dans l’incertitude la plus totale à savoir si ce n’est que nous assistons qu’à l’emballement du phénomène ou plutôt à son pic pour une décrue miraculeuse ...
    Au vu des conditions météo, il serait légitime de penser que le pire serait encore devant nous d’autant que ce confinement venu d’en haut présente de sérieuses lacunes ..
    Le quotidien est également bouleversé avec des voix de plus en plus nombreuses qui tentent de se faire entendre pour tirer la sonnette d’alarme, voir le tocsin de la faim et du chômage forcé...
    Le 5/5 est loin d’être de mise avec un pouvoir qui le joue Colisée à fond préférant le pare-feu à la lance d’incendie et à l’échelle de pompiers ...
    Mais au-delà de ces écueils contrariants au possible, le pouvoir se le joue seul contre tout et annonce malgré tout un défilé à huis-clos pour célébrer un 26 juin plutôt poussif mais peu importe pour lui, pourvu qu’il ait l’ivresse de la commémoration,phénomène addictif dans la profession...
    Rajoelina souhaitait, à l’entendre,apporter sa touche personnelle et indélébile à ce soixantième anniversaire d’une indépendance dont on attend enfin ses profits plutôt que ses pertes ...
    Difficile dans ces conditions,de match à huis-clos, de pouvoir mesurer l’engouement populaire potentiel que suscitera cette mise en scène toute présidentielle..
    Cela permettra au doute inévitable de mobiliser la suspicion pour jauger la popularité d’un président englué dans ses décisions et des projets très personnels...
    Pourtant, les bruits de fond se font de plus en plus sentir pour annoncer une vie politique gangrenée par un manque de crédits notoires,avec un président désireux rompre avec un fmi trop exigeant préférant se tourner vers des marchés prêteurs plus opaques,avec une récolte de riz sans transporteurs, ni négociants présents sur le terrain et avec une récolte de vanille soumise aux aléas d’une conjoncture internationale à la baisse et à la qualité ..
    Bref,le rebrassage des cartes est en train de plonger notre société covidée dans une pénombre incertaine, tandis que le Colisée braconné occupe une place récréative dans un quotidien qui peine à entrevoir son avenir tant le matin pour le soir est déjà une projection du futur !....

  • 3 juin à 18:26 | André (#8563)

    On attend maintenant ....
    le stupide commentaire de Shalom
    il a du caca de zebu dans les oreilles
    il va encore nous raconter une connerie .... a mourir de rir
    on attends...

  • 3 juin à 19:43 | Behantra (#9165)

    E n fait : cela n’a guère changer depuis Ratsiraka

    Et je doute fort que ces soit disant gouverneurs puissent innover quoi que ce soit

    Madagasikara est un pays sous développé et je pense qu’il le restera encore longtemps

    Voyez cette chute vertigineuse des recettes douanières

    Depuis Ratsiraka

    1) Effacer les dettes
    2) Emprunter ... pour avoirs de nouvelles dettes

    Et rebelote

    Car nous sommes incapables de mettre en place et faire fonctionner des structures solides , fiables , non gangrenées par des incompétents

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS