Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 19 octobre 2021
Antananarivo | 11h57
 

Communiqué

Communiqué

Le habitants de Nosy Mitsio toujours plus inquiets de perdre leurs droits sur leur île

jeudi 22 avril

LES HABITANTS DE NOSY MITSIO TOUJOURS PLUS INQUIETS DE PERDRE LEURS DROITS SUR LEUR ÎLE

Cinq mois après la Lettre Ouverte à Monsieur Le Président de la République [1], les habitants de Nosy Mitsio dans le Nord-Ouest de Madagascar, ne cessent d’exprimer leurs inquiétudes sur les impacts d’un projet touristique de grande envergure d’un investisseur européen sur leur île.

Monsieur Le Ministre de l’Aménagement du Territoire ayant eu la courtoisie de répondre à la Lettre Ouverte, nous réitérons nos sincères remerciements à son égard. Nous avions cependant déploré le caractère incomplet de cette réponse.

Si elle apporte une explication au blocage de tous les dossiers des communautés locales concernant les procédures de demande de titres, en revanche elle n’aborde pas du tout un aspect fondamental : le sort réservé aux habitants actuels de l’île.

Monsieur Le Ministre a affirmé que « depuis 2019, aucun bail ni acte de cession n’a été approuvé ». Mais des membres des communautés locales ont déclaré [2], avoir été approchés par une équipe chargée de l’étude d’impact environnemental d’un projet, fin novembre 2020 selon les précisions reçues. C’est ainsi qu’ils ont eu connaissance de la construction de plusieurs villas ou bungalows à l’endroit même de leurs lieux d’habitation et de travail. C’est pour cette raison qu’ils ont refusé le projet comme ils l’ont affirmé dans les interviews attachés à notre réponse du 23 décembre [2]. En quoi consiste donc ce projet ? Quel est le nom de l’investisseur ?

Le caractère partiel des réponses, par ailleurs contredites par certains faits sur le terrain, et le silence des autorités nationales sur le sujet Nosy Mitsio d’une manière générale, contribuent à exacerber

  • la peur des habitants de Nosy Mitsio de perdre leurs terres héritées de leurs ancêtres et tout ce qu’ils ont construit pendant des années en termes de développement durable,
  • leur sentiment d’être considérés comme des citoyens de seconde zone qui ne disposent pas des mêmes droits que les autres citoyens malagasy.

En omettant de préciser l’existence ou non d’un nouveau projet, la réponse de Monsieur Le Ministre a également suscité diverses interprétations de la part des signataires de la pétition de soutien [3] aux habitants de Nosy Mitsio :

  • Certains font remarquer que la déclaration de Monsieur Le Ministre selon laquelle « aucun bail emphytéotique d’une durée de 99 ans n’a été conclu sur la totalité de l’île » n’empêche pas la possibilité d’un bail d’une durée inférieure, renouvelable, sur une grande partie de l’île.
  • D’autres ne remettent pas en cause la véracité de l’information selon laquelle « depuis 2019, aucun bail ni acte de cession n’a été approuvé concernant les terrains sis à l’île Mitsio » mais soulignent que ceci n’exclut pas l’existence d’un nouveau projet, qui a nécessité préalablement à son approbation définitive, l’étude d’impact environnemental mentionnée par les habitants de l’île.
  • L’exemple de plusieurs petites îles dans le Nord-Ouest et le Nord-Est de Madagascar, destinées par les dirigeants successifs au tourisme de luxe, alimente les hypothèses et les inquiétudes émises à propos de Nosy Mitsio et de l’avenir de ses habitants actuels. En effet, sur l’une d’elles, les habitants refusent les tentatives d’expulsion dont ils font l’objet depuis des années, une autre serait désormais privatisée [4].

De leur côté, les habitants de Nosy Mitsio craignent que le silence assourdissant actuel soit seulement un calme avant la tempête et ont tenu à affirmer de nouveau leur attachement à l’île qu’ils ont héritée de leurs ancêtres et leur opposition à un projet qui les obligerait à quitter Nosy Mitsio [5]

Les organisations signataires de ce communiqué

  • rappellent que la Constitution met en exergue la bonne gouvernance dans la conduite des affaires publiques, grâce à la transparence dans la gestion et la responsabilisation des dépositaires de la puissance publique [6].
  • soulignent que la Déclaration des Nations unies sur les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales, adoptée par l’Assemblée Générale des Nations Unies le 17 décembre 2018 [7], demande aux États de prendre toutes les mesures nécessaires pour faire en sorte que les acteurs non étatiques […] les organismes privés, ainsi que les sociétés transnationales et les autres entreprises commerciales, respectent et renforcent les droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales.
  • et réitèrent leur requête auprès des hautes autorités de l’Etat, de faire preuve d’une totale transparence sur le nouveau projet touristique ainsi que sur ses impacts positifs et négatifs sur les habitants actuels de Nosy Mitsio.

20 avril 2021

Centre de Recherches et d’Appui pour les Alternatives de Développement - Océan Indien (CRAAD-OI)
craad.madagascar@gmail.com ; http://craadoi-mada.com

Collectif pour la défense des terres malgaches – TANY
patrimoine.malgache@yahoo.fr ; http://terresmalgaches.info ; www.facebook.com/TANYterresmalgaches

12 commentaires

Vos commentaires

  • 22 avril à 08:17 | arsonist (#10169)

    Pour se remplir encore plus ses poches
    le dedaka poerapoera werawera Bokassa gasy a déjà réussi le tour de force de vendre l’âme des Madagougouesques

    https://www.madagascar-tribune.com/Covid-19-Bilan-epidemiologique-26720.html#forum467890

    alors
    vendre la terre des ancêtres n’est qu’un jeu d’enfant pour lui !

    • 24 avril à 14:53 | bekily (#9403) répond à arsonist

      Bien sur !!!
      aubaine +++ pour les affairistes du tourisme : les droits coutumiers ancestraux des habitants = de la merde !!!
      Dans peu de temps même Nosy Be sera KAPUT , avec l’exploitation à venir de métaux rares en face !!!!
      OU SONT LES OPPOSANTS ORIGINAIRES DE LA COTE ??????
      INCAPABLES DE DEFENDRE L’ECONOMIE RENOUVELABLE SUR LA COTE ????

      * Le tourisme = la côte !
      * tourisme = ressource renouvelable à conserver et DEFENDRE contre les prédateurs économiquesv (Ravatomanga, Rzajoelina, Indierns de toute sorte, Rajaonarimampianina etc...)

      * tourisme à PRESERVER CONTRE LES DORO-TANETY : QUE FONT LES GOUVERNEMENTS SUCCESSIFS ????

      les hauts plateaux n’ont aucun atttrait touristique ...mise à part les putes de "glacier" et encore il y a de
      + en + de prostituées originaires de la côte dans les bars de Tana !!!! Elles ont plus de seins et de fesses !!!

  • 22 avril à 10:15 | Albatros (#234)

    Quelques extraits de l’article que je souhaite mettre en exergue :

    - "Le caractère partiel des réponses, par ailleurs contredites par certains faits sur le terrain, et le silence des autorités nationales sur le sujet Nosy Mitsio d’une manière générale, contribuent à exacerber, la peur des habitants de Nosy Mitsio de perdre leurs terres héritées de leurs ancêtres...., leur sentiment d’être considérés comme des citoyens de seconde zone qui ne disposent pas des mêmes droits que les autres citoyens malagasy."

    - "Certains font remarquer que la déclaration de Monsieur Le Ministre selon laquelle « aucun bail emphytéotique d’une durée de 99 ans n’a été conclu sur la totalité de l’île » n’empêche pas la possibilité d’un bail d’une durée inférieure, renouvelable, sur une grande partie de l’île."

    - "L’exemple de plusieurs petites îles dans le Nord-Ouest et le Nord-Est de Madagascar, destinées par les dirigeants successifs au tourisme de luxe, alimente les hypothèses et les inquiétudes émises à propos de Nosy Mitsio et de l’avenir de ses habitants actuels."

    Certains ont pu reprocher (peut être à juste titre !) à un ancien Président d’avoir voulu "vendre" les terres malgaches aux étrangers, évitons que l’actuel Président fasse de même.

    Je soutiens la démarche de TANY.

  • 22 avril à 10:25 | Albatros (#234)

    Hors sujet, mais je souhaitais faire cette mise au point sur l’interprétation de la "Charte des Commentaires", vis à vis des "Petits mains" qui se reconnaîtrons !.

    Extrait de la "Charte des Commentaires" :

    "Les tentatives d’usurpation d’un pseudonyme déjà employé ne sont pas tolérées." !.
    Comment ne pas penser à l’utilisation par PLUSIEURS personnes du......... (#70..) !.

    Cela permet aussi de contourner un autre paragraphe de la "Charte" à savoir :

    "Pas de saturation ni de harcèlement par la répétition....." !.
    Le fait d’utiliser à PLUSIEURS un pseudo peut être assimilé à une tentative de "saturation" du site !. Non ?!.

    Sur ce, bonne journée à tous et surtout aux habitants de Nosy Mitsio qui sont bien loin des "problèmes" que peuvent avoir les participants à ce forum !.
    Eux sont dans la vraie vie avec des vraies galères quotidiennes pour survivre !.

  • 22 avril à 12:56 | vorona (#8254)

    Et si la création "bordée" d’un centre touristique permettait de créer aux Mitsios, des emplois, la construction d’école, de petite habitations en dur en lieu et place de celles d’une majorité de ces pêcheurs qui vivent dans des cabanes misérables !
    Il serait bon d’avoir sur le sujet un avis de ceux qui résident et vivent sur place et non d’un pseudo représentant "intéressé" et de personnes étrangères aux îles Mitsios et dont beaucoup donnent un avis en méconnaissant la situation de ces iliens éloignés de tout (2 à 3 heures de bateau rapide pour joindre Nosy Be) !
    "On attire pas les mouches avec du vinaigre"

  • 22 avril à 13:22 | Vohitra (#7654)

    Tsy noterena ianao na novozonana hanoratra sy handrafitra izany IEM izany fa sitrapo sy Firaisampo anao samirery sy izay niaraka taminao io.

    Ka aoka ny Tanindrazana Malagasy tsy amidy sy atao takalo amin ny vahiny mihintsy.

    Aleo ny Malagasy tompontany hisitraka ny lova nomen i Zanahary azy ary hivelona amin ny Tanindrazany .

    Madagasikara efa foin i Zanahary ho an ny Malagasy ! Ary Madagasikara tsy lova sy fananana napetraky ny Razanareo akory !

    • 22 avril à 13:32 | Isandra (#7070) répond à Vohitra

      Vohitra,

      Tsy novozonana tokoa izy nanoratra an’ izy, saingy lany eran’ny maro an’isa io ka izany no tsy maintsy hampiarana azy na faly Ingahindriana na tsia, ary nanome fahefana an’i Rajoelina koa ny Malagasy maro an’isa handray fanapahan-kevitra amin’ny toeran’izy ireo mba handrindrana ny fiaraha-monina.

      Rehefa tsy faly amin’ izay Ingahindriana dia milevena velona,...

    • 22 avril à 13:52 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Oadray !

      Efa donendrina tsy mahay mamaky teny akory ve itony foza itony e ! Efa ireo ny mponina any Mitsio fa maneho ny ahiahiny sy ny tsy fankatoavany ny fakana ankeriny ny Tanindrazany koa mbola inona indray no mbola lazainao eto fa nanome alalana azy hivarotra ny Tanindrazana ny vahoaka !

      Sady tsy mahazo resaka mihintsy itony foza itony no mbola marary saina !

  • 22 avril à 15:20 | Albatros (#234)

    @ Vorona (#8254) post de 12:56

    Bonjour Vorona.
    Je suis entièrement d’accord avec vous en ce qui concerne "l’avis de ceux qui résident et vivent sur place". Comme eux, et ce malgré mon éloignement physique, je souhaiterai que le "Pouvoir" malgache tienne compte de leur avis !.
    C’est justement ce qu’ils réclament !. Et que cela soit fait en toute transparence.

    Bien sûr, qu’un développement touristique de leurs iles, soit une possibilité, pour eux, de voir des écoles, des dispensaires, etc... s’implanter sur leur territoire de vie, mais cela ne peut se faire qu’avec leur avis après une étude objective des bénéfices et des inconvénients qu’ils peuvent espérer de ce changement de vie.

    Pas dans l’obscurité des bureaux ministériels feutrés !.

    Y a-t-il eu une création "bordée" pour la création du Colisée du Rova ?.
    Là encore je n’ai rien contre le Colisée lui même, cela peut-être une très bonne chose pour les habitants de Tana d’avoir un tel centre pour des manifestations culturelles, mais l’implanter dans l’enceinte du Rova avec les problèmes d’accès que cela va engendrer pour le peu de places disponibles ne me semble pas correspondre aux besoins, et aux souhaits, des habitants.

    Je ferai les mêmes remarques pour le développement de la Baie de Diégo, pour les Tsingy de Bemaraha, pour le Canal des Pangalanes, etc....

    Oui !, au développement de ces joyaux de Dago mais avec l’accord des populations locales après étude TRANSPARENTE des projets !.

    Non !, au dépeçage des richesse de la Grande Ile par une poignée de profiteurs malgaches et/ou étrangers.

    Cordialement.

    • 22 avril à 15:59 | vorona (#8254) répond à Albatros

      Les populations locales (Mitsios, Canal, mines, etc..) n’ont jamais été "écoutées" par d’autres personnes que celles qui se sont empressées de déformer et détourner leurs propos et les transmettre modifiées à des responsable sous une forme qui leur plaisait et faisait penser à ceux ci qu’ils voyaient juste ! Et dans beaucoup de cas on a donné sciemment à ces populations des informations erronées et tendancieuses volontairement dirigées pour une réponse plus suggérée que consciente de ces populations et réponses qui flattaient les égos des divers décideurs !

    • 22 avril à 16:16 | Albatros (#234) répond à Albatros

      @ Vorona.

      Si je vous comprends bien, les informations de TANY sont "orientées" et seuls les "sages" du gouvernement savent ce qui est bon pour les populations locales !.

  • 24 avril à 15:23 | bekily (#9403)

    La "COTE" est bouffée par tous les bouts !!!!
    * feux de brousse qui détruit l’environnement ??? surtout la côte !!!!!!!!!!!
    * EXPLOITATIONS SAUVAGES DE MINERAIS ??? surtout le côte !!!!!!!!!!!
    * tourisme : économie DURABLE : la côte surout !!!
    * KERE perpétuel : côte SUD
    * risque de désertification par manque d’eau : cöte NORD !!!!
    ===> destruction écologique et destruction économique concernent surtout la côte
    OPPOSANTS ET INTELLECTUELS CÔTIERS = SILENCE RADIO !!!!!
    jamais de boycott !!!!!!!!!!!!!

    comment ? pourqoi ???

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS