Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 23 janvier 2022
Antananarivo | 12h17
 

Editorial

Le chantier prioritaire de l’enseignement

mercredi 27 novembre 2013 | Jean-Pierre Domenichini

Dans son éditorial du 25 novembre, c’est avec beaucoup de science et de conscience que Ndimby a présenté l’éducation comme un chantier prioritaire. Sans doute le corps enseignant se rangera-t-il derrière ses propos sans se rendre compte des corrections nécessaires à ce qu’offre aux enfants et aux adolescents une institution de papier, une ombre d’institution sans consistance qui fait penser à ces personnages d’un mythe malgache présentant des corps d’hommes sans squelette et affaissés sur le sol pour récolter des ignames, qu’aperçoit Rafaralahy sur le chemin qui mène chez Dieu. Notre enseignement vend du vent et ceux qui y réussissent des examens auraient pu tout aussi bien réussir sans aller à l’école. Notre histoire nous raconte les succès de nombreux souverains comme Andriamanelo, Ralambo, Andriamasinavalona et Andrianampoinimerina, qui étaient tous analphabètes. L’étaient aussi bien leurs conseillers comme Andriamampandry, un Trimoanala conseiller d’Andriamasinavalona, et tous ceux qui formaient le conseil de gouvernement d’Andrianampoinimerina. L’intérêt de l’école n’est pas de donner les moyens de remplir les formulaires administratifs, mais de leur donner des connaissances qui leur permettront d’aller plus vite dans toutes les situations qu’ils rencontreront dans la vie actuelle.

Le chantier est si hénaurme, pense-t-on, que seul Ubu aurait pu penser le résoudre. Et pourtant, c’est bien ce que devrait mettre en œuvre un vrai chantier dans ce domaine.

1. Le problème de la langue. Je constate, depuis que j’enseigne en classe de seconde, que des élèves qui, disent-ils, ont fait du français dès l’enseignement primaire, sont incapables de suivre un cours en français. Et tout aussi bien incapables de prendre par écrit une phrase simple qui leur est dictée en français élémentaire. Qu’il faille enseigner en malgache pour arriver à développer le pays, c’est ce qu’avait bien montré les Journées internationales sur « Le langage, premier outil de/du développement » (6-13 juillet 1992, Académie Malgache) où Bakoly D.-Ramiaramanana avait réuni une centaine de communicants. Sous le président Zafy – Fulgence Fanony étant ministre –, ce fut même dans la foulée l’objet d’une loi qui insistait sur la langue maternelle. Dès que Zafy fut « empêché », le nouveau ministre annula les effets de la loi par une simple circulaire. On revint sous Ravalomanana à un peu plus de raison. Arriva un ministre hâtif, ultérieurement Zefira à l’élection présidentielle, il refit la même décision sans qu’il y ait eu, à ce que j’ai vu, un effet majeur sur la langue d’enseignement en lycée.

2. Ndimby évoque « une leçon de géographie donnée (en français) par une institutrice FRAM, avec un accent et des fautes qui auraient fait retourner Jean-Joseph Rabearivelo dans sa tombe ». Ce n’est pas nouveau. Je me souviens qu’en 1970, alors que j’inspectais une leçon de géographie au CEG de Brickaville, la professeure – une contractuelle originaire d’Ambohimanarina –, accumulait les fautes et confondait les genres. J’étais assis au fond d la salle et, à chaque faute de français de cette jeune dame, les élèves se retournaient vers moi. Contrairement à ce qu’ils attendaient, je suis resté impassible, même si je bouillais intérieurement. En cinq ans, ça ne m’est arrivé qu’une fois. Ndimby laisse entendre que la connaissance du français de cette autre dame représenterait la majorité, sinon la totalité des enseignants FRAM. Ce serait malheureusement possible. Mais il y a pire. Je viens d’assister à un colloque scientifique à l’étranger. L’un des intervenants parlait de Madagascar sans connaître son sujet et en affirmant des contrevérités. Le débat ensuite a montré qu’il ne donnait pas à ses phrases le sens que toute l’assemblée avait compris. C’est qu’il ne comprenait pas le français qu’il parlait. Et ce Professeur de l’Université d’Antananarivo est responsable de recherche et dirige des DEA. Oserais-je dire que j’avais honte ? En particulier, un collègue étranger a, quant à lui, posé une question : Les étudiants qu’il a, les forme-t-il ou les déforme-t-il ?

3. Les effectifs scolaires comptant 60 élèves par classe – on m’assure qu’ils atteignent souvent 80 – ne permettent pas un travail suivi pour faire progresser tous les élèves. L’enseignant n’a pas le temps de faire faire des travaux qui apprennent aux élèves à réfléchir et à résoudre un problème. S’il y a des notes, c’est pour remplir le bulletin scolaire. Pour beaucoup de professeurs, elles ne sont le plus souvent que la vérification d’un travail de mémoire. Si l’élève répète bien ce qu’a dit le prof, il a de bonnes notes, même si un examen plus précis dévoile qu’il n’a pas travaillé et n’a pas compris. Le modèle de l’enseignement est celui des missionnaires du 19e siècle. C’est un enseignement où l’enseignant est une sorte de catéchiste ou d’évangéliste. Ce n’est pas cet enseignement qui formera des adultes qui réfléchiront et qui innoveront. Mais l’on ne peut demander plus à un enseignant tant que les effectifs dépasseront 40 par classe.

4. La plupart des élèves ne peuvent recevoir quelques connaissances que de la parole du professeur. Il n’y a pas de manuel et encore moins de manuel en malgache. Certains élèves favorisés peuvent disposer de manuel en français qui, s’ils ne correspondent pas aux programmes malgaches, leur apportent une autre vision de la discipline. Ce recours n’est que quelque secours que pour les adolescents qui pratiquent quelque peu le français en famille.

5. Ndimby évoque le problème du calendrier scolaire : « le côté ridicule de programmer de grandes vacances scolaires à Madagascar en juillet et août, alors qu’on devrait les déplacer pendant la saison des cyclones pour protéger les enfants malgaches ». Je me permettrai de rappeler ici que, dans notre latitude, je sais un pays avec de hautes terres et des régions en bord de mer où le calendrier des vacances différait autrefois selon que l’on était dans l’une ou l’autre région. Et l’élève qui suivait sa scolarité en bord de mer et qui allait passer ses vacances dans les hauts, y trouvait ses cousins à l’école. D’expérience, je sais qu’il est difficile de suivre un cours en janvier, quand on habite Farafangana, tant il y fait chaud en ce mois. Serait-il envisageable de décider d’un tel calendrier ? J’en doute. Cela provoquerait des critiques définitives, car c’était le calendrier scolaire du temps de la colonie dans les années 1950.

6. Ndimby envisage « des possibilités d’orientation vers une filière professionnalisante qui pourra proposer des métiers de secrétariat, de comptabilité, ou même des métiers « manuels » (menuisier, éleveur, agriculteur, mécanicien, etc.) ». C’est une proposition à retenir, surtout celle qui concerne les métiers de l’agriculture, ceux de l’élevage et les métiers des artisans ruraux. Élever le niveau des connaissances techniques dans les campagnes, c’est aussi élever le niveau de ressources et le niveau de vie. Il y aurait beaucoup à réfléchir pour définir les programmes d’enseignement qui s’orienteraient en ce sens.

Si le chantier de l’enseignement n’est pas prioritaire et si des solutions ne sont pas rapidement trouvées, on risque d’aller vers le chaos. En 1972, la contestation a surtout concerné Antananarivo. Demain, la contestation sera géographiquement beaucoup plus étendue. Et ce ne sera pas pour célébrer l’ancienne reny malala. Les futurs ministres de l’Éducation, même s’ils viennent de la diaspora, devraient commencer à y songer.

131 commentaires

Vos commentaires

  • 27 novembre 2013 à 09:06 | I MATORIANDRO (#6033)

    Miarahaba ! Eny e, misaotra @ ilay resaka fanabeazana atokanareo eto @ty sehatra ity fa ny tena tiana asiana teny dia ny resaka fanabeazana ara-panatanjahan-tena any an-tsekoly. Inona moa no mahatonga ny fanatanjahan-tena ankapobeny hikorosy fahana ohatran’zao dia tsy inona fa ny fanaovana tsinontsinona ny resaka fanatanjahan-tena any an-tsekoly sy ny fitiavan-tena nataondratsiraka t@ fotoan’androny, ny tiako ho lazaina dia ilay resaka coefficient any @ fanaovana adina ara-panatanjahan-tena ho fanampin’reny hetsika fifaninana nasionaly eo @ fanatanjahan-tena an-tsekoly ireny.
    - Fa maninona raha averina ho coefficient eliminatoire mihitsy ny fanabeazana ara-panatanjahan-tena dia @zay miezaka mandavan-taona ny tanora sy ny ankizy @ io sehatra ?
    Soso-kevitra efa nataoko matetika t@ haino aman-jery zay azo nidirana io fa tsy misy mihaino ! Samia velon’aina !

    • 27 novembre 2013 à 10:35 | Tsisdinika (#3548) répond à I MATORIANDRO

      Tsipahiko marindrano io hevitrao io satria tsy fanatanjahan-tena mihitsy akory no andeha hanilihina mpianatra iray hamerin-taona. Tsy resaka ezaka fotsiny io fa misy toe-pahasalamana tokony ho jerena koa. Ny sakafon’ny ankizy ankehitriny dia tsy zarizary, ny rivotra maloto... maninona raha asiana ezaka aloha ny amin’ireo ?

      Raha te hanandratra ny fanatanjahan-tena isika, misy an-dry zalahy ambany tanana mahery amin’ny resaka rugby ohatra nefa lesoka amin’ny ambiny. Tsy aleo ve izy ireny no ampiana tosika amin’ny talentany na izay misongadina amin’izany any an-tsekoly fa tsy ny mpianatra no terena ho tompon-daka ? Amiko ny fanatanjahan-tena any an-tsekoly dia fitaizam-batana ihany fa tsy hitadiavana "performance" tsy akory.

    • 27 novembre 2013 à 10:42 | I MATORIANDRO (#6033) répond à Tsisdinika

      Dia tohizo fa tsara io fandavanao io sy ny fanaovanao hevitra antendron’orona io ! Samia velon’aina !

    • 27 novembre 2013 à 10:53 | Isandra (#7070) répond à Tsisdinika

      Ka ny ho amin’izany indrindra no nanaovana ilay kianja na Rugby, goavana mba ahafan’izireny miofana tsara, mba hahatonga ny ambany tanana hisongadina amin’io lafiny io, rehefa tsy hianatra hiany.

      Aza gaga amin’ny valin-resak’io anankiray etsy ambany io ianao, fa tsy mba nizarina ho toherina izy ireny ka raha vao toherina dia tezitra toa an’i Dadany ihany,...Raha tsy efa mamo indray izy io , avy nandray vazony. Aleo izy handeha hatory amin’izay.

    • 27 novembre 2013 à 11:23 | Isambilo (#4541) répond à I MATORIANDRO

      Tsy mifanipaka mihintsy anie izany hevitra roa izany e ! Avelao aloha ny resaka ambany tanana fa tsy mitondra lavitra satria tsy mitombona. I Lalabe anie ka avy ao Ankadifotsy e ! Ary Isotry mbola tsy nety afa-bela tamin’ny mena valahana.

    • 27 novembre 2013 à 11:42 | I MATORIANDRO (#6033) répond à Isandra

      Mahafinaritra ry namana a ! Ny toaka dia natao ho sotroina ary tsy volanao no lany @zany ! Reraka foana ny mpanenjika e ! Mankasitraka sy mankatelina e ! Zahay mahatanty tsikera mihitsy ka, fa ataovy mitombina tsara de manomeza soso-kevitra fa tsy manao jonjorombina sy voalobo-jaza isan’andro, marain-tsy harivA eto ! Samia velon’aina !

    • 27 novembre 2013 à 12:33 | Isandra (#7070) répond à I MATORIANDRO

      Soavà mandry ary ko,...! Samia velonaina, aza adino ny mifoha avy eo, sao tsy mifoha ao intsony izay vao lasan-drizalahy moramora ny fitondrana,...

    • 29 novembre 2013 à 20:05 | lanja (#4980) répond à I MATORIANDRO

      Fa jamba angaha ianao tsy mahita ireo zanaka malagasy 90%, mandeha tongotra mamonjy fianarana , sady @izay tsy ampy sakafo , hafa be mihitsy ianao ,hatokana ho an’ ny be ozatra izany ny diploma ,mba fantatrao ve hoe nahavita nihazakazaka ve ny mathématicien anglais isaac newton, raha éliminé izy , mety mbola tsy nisy ny avion fa aza dia mirediredy

  • 27 novembre 2013 à 09:20 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    ="Un petit rappel pour nos anciens et jeunes :
    a)- 1968="la révolte pour l’enseignement,en FRANCE,c’est par le "Q" à Nanterre plus la guerre du Vietnam".
    b)-1972 ="la malgachisation à outrance à Madagascar",c’est l’idée des anciens soixante-huitards de FRANCE.Point barre !

    2013,ne nous trompons pas d’objectifs pour l’éducation et l’enseignement des jeunes Malgaches.
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 27 novembre 2013 à 18:47 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      FAUX !!!
      La malgachisation à outrance est l’ oeuvre de votre mentor ratsy hiraka et personne d’ autre . /
      Le résultat est devant vos yeux !

    • 27 novembre 2013 à 22:10 | Boris BEKAMISY (#4810) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Ce n’est pas du tout pour repondre à Basile, Non merçi ,je voudrais juste placer mon POST là oui effectivement là !!

      Au niveau de la forme , l’auteur a le merite de reussir la structuraction ou le tissage de son produit (l’article) comme un vrai professionnel de la litterrature meme si ( de l’avis de BB) l’usage de l’outil NDIMBY en tant que poncif a été fait d’une maniere maladroitement redondante pour amortir la performance qualitative de sa ponte du jour !

      Au niveau du fond , Notre lettré EDITORIALISTE du jour et les forumistes dans leur folklorique caranaval derriere l’auteur sont allés trop loin dans sa fuite en avant en prenant UN RACOURCI cher au Pseudo-intellos malgaches pour ramener le VASTE CHAMP de l’EDUCATION/ENSEIGNEMENT sur un SENTIER BATTU TRES REDUICTIF :l’enseignement d’une Langue maternelle ou etrangere !

      On dirait que les analystes malgaches se noient à chaque fois dans l’OCEAN d’une CONFUSION pour meler le pinceau de l’OBJECTIF avec ceux de l’OUTIL ne sachant pas trop distinguer un RESULTAT de la METHODE pour confondre la VISION la prenant pour une STRATEGIE !

      A l’echelle d’une VISION DE DEVELOPPEMENT D’UNE NATION , la MAITRISE d’une langue ne peut pas etre un OBJECTIF en soit , ce n’est qu’un des OUTILs STRATEGIQUEs dans le VASTE DOMAINE de l’EDUCATION/ENSEIGNEMENT dont la Vision , les Objectifs strategiques , la matrice des Resultats restent à defirnir pour le cas de Madagascar pour eviter l’ACTUELLE CONFUSION en donnant la part belle à la question relevant du volet lingustique !

      Bref la question de l’ENSEIGNEMENT à Madagascar est à l’image meme du Pays, il s’agit d’un Bateau Ivre ne savant pas quelle direction prendre ,voilà pourquoi nos PSEUDO-INTELLOS ne sont pas du tout capables d’aller au delà de l’enjeu lié à la maitrise d’une langue dès qu’ils abordent le vaste secteur de l’EDUCATION/ENSEIGNEMENT et son rapport à la VISION DE DEVELOPPEMENT GLOBAL de Madagascar !

      je vois dejà certains nombres de forumistes qui vont tout de suite plonger dans un orgasme convulsif et devastateur au moindre intervention de BORIS BEKAMISY ici au forum !

      A vos DELIRES !

    • 28 novembre 2013 à 13:27 | Tsisdinika (#3548) répond à Boris BEKAMISY

      Ce genre de brassage d’air est fort utile par ces temps de forte chaleur.
      Merci Boris.

    • 28 novembre 2013 à 13:58 | Boris BEKAMISY (#4810) répond à Tsisdinika

      Je vous en prie Mpandinika !

      De prendre Bekamisy pour un Ventillateur ou une bouche d’oxygene pouvant reveiller les lecteurs plongés dans leur coma intellectuel qui ne voit autre chose que le bout de leur NEZ en reduisant systematiquement le vaste chantier de EDUCATION/ENSEIGNEMENT en un simple ENJEU LINGUISTIQUE !

      Les autres forumistes voir l’ Editorialiste connu des forumiste, au sommet de leur DELIRE accusent systematiquement BEKAMISY comme la principal element etiologique de base de leur DYSPNEE CONFUSIONNELLE ou leur ORGASME INTELLECTUEL IDIOPATHIQUE !

      Non , je peux etre votre Oxygene , dixit le MPANDINIKA

    • 28 novembre 2013 à 22:31 | Tsisdinika (#3548) répond à Boris BEKAMISY

      Je comprends que vous vouliez absolument participer au débat mais vous n’argumentez guère et le peu que vous faites, vous le ramenez dans votre "zone de confort", la médicine, en faisant un peu étalage de vos connaissances, même si c’est hors-sujet. Vous accusez tout le monde de vous rendre responsable de ceci ou celà mais la vérité c’est que vous aimez bien parler de vous-même et surtout qu’on parle de vous.

      Pour en revenir justement aux spécialités de chacun, l’auteur de l’article est un enseignant. Il a fait des observations de classe et son constat est sans appel. Moi-même ai été enseignant pendant quelques années et j’ai eu l’occasion de faire des observations de classe. Boris, en tant que gynéco, a j’en suis sûr fait beaucoup d’observation mais pas une seule fois de classe ! Si au moins vous apportiez votre pierre à l’édifice...mais non, vous restez dans une posture de dénigrement gratuit qui n’a pour finalité que d’attirer l’attention sur votre personne.

    • 29 novembre 2013 à 07:24 | Boris BEKAMISY (#4810) répond à Tsisdinika

      Ai-je parler de Médecine Tsimandinika ?

      Vous prenez tout au premier degré comme tous les ANALPHABETES !

      Quand à votre leçon de MODESTIE ,garde la pour vous meme, MODESTE n’est plus un prenom en Vogue et je m’apelle BORIS !!

      Si en tant qu’enseignant votre domaine de compétence est clos et circonscrit dans la thematique LINGUISTIQUE , arretez alors de nous agiter le SECTEUR LARGE de l’EDUCATION/ENSEIGNEMENT , parle nous plutot de la problematique de la langue d’Enseignment à Madagascar et les vaches seront bien gardées !

      Mba mandiniha amizay fa izany ihany no tsy mampandroso ity firenena ity !

    • 29 novembre 2013 à 09:44 | Tsisdinika (#3548) répond à Boris BEKAMISY

      Autant à votre endroit, cantonnez-vous à votre domaine. En tant que gynéco, je trouve bizarre que vous soyez pendu sur ce forum toute la sainte journée. À se demander si vous n’aviez pas d’autres chats (femelles ;-) à fouetter !!!!

    • 29 novembre 2013 à 21:01 | varanasi (#7504) répond à Boris BEKAMISY

      Eh oui Boris, vous avez raison sur certains points. Cependant, l’auteur de l’article, à ce qu’on dit est un enseignant, rapporte des faits sur la méthode, normal qu’on réagit aussi sur ce point d’où nos échanges sur la langue d’enseignement. Mais puisque vous avez soulevé la question, voici mon point de vue :

      Quels sont les buts de l’enseignement à Madagascar ?

      Pourquoi les parents envoient leurs enfants à l’école ?

      Les réponses sont variées. Pour que leurs enfants ne soient pas des "badauds", qu’ils sachent lire, écrire et faire des calculs basiques ? Pour qu’ils acquièrent les outils ou les capacités intellectuelles nécessaires pour gagner leur pain ? Ou encore pour atteindre un but précis ou une carrière définie ? D’autres raisons ? Notre système d’enseignement à généralement pour but de cultiver et de booster les capacités intellectuelles pour faire assimiler ou acquérir des "connaissances" aux élèves.

      Cependant, l’Etat ne propose qu’un seul type d’enseignement standardisé : l’enseignement général ! Supposons que les méthodes marchent et que les élèves réussissent les différents examens du CEPE au Bacc qui sont les critères d’évaluation de ces élèves. Malheureusement, quelques années après, la majorité de ces "diplômés" auront oublié les logarithmes et exponentielles, la guerre froide, les "hevitra ara-drafitra sy fitodika", le civisme, les règles grammaticales de certaines langues apprises, la révolution Meiji, les résistances et condensateurs, Descartes et William James... Encore un échec de la méthode ? Pas forcément puisqu’ils ont quand même décroché leur diplôme. Quoi alors ?

      Je voudrais rappeler que pour la plupart d’entre nous, "être intelligent" c’est avoir de bonnes capacités de raisonnement logico-mathématiques, de mémoire ou linguistique, et encore ceux qui sont meilleurs en maths que les autres sont souvent considérés comme les plus "intelligents" (ceux en série scientifique qu’en série littéraire ...). Ce sont ces points de vue complètement erronés ajoutés à la standardisation de notre système éducatif que je considère comme les principaux facteurs de l’échec de l’enseignement. En effet, l’éducation façonne tous les élèves dans un même moule de "normes" favorable à ceux qui sont meilleurs à ces types d’intelligence sus-citées. Et les autres ?

      Sans vouloir corriger ceux qui pensent que les "plus intelligents" sont ceux qui sont forts en maths, un certain Howard Gardner suggère l’existence de plusieurs types d’intelligence chez l’Homme (cf. http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_des_intelligences_multiples#Intelligences_multiples_et_cr.C3.A9ativit.C3.A9s_multiples ) . Un meilleur système devrait donc s’affranchir de la standardisation actuelle pour des établissements permettant à chacun de développer ses "talents", pour pouvoir donner le meilleur de lui-même et ainsi être plus productif. Ainsi, des écoles (collège par exemple) spécialisés dans différents domaines pourraient être crées, nous permettant aussi de rattraper notre retard : école de performance sportive, musicale, littéraire, arts, technique manuelle... les lycées techniques spécialisés dans leur forme actuelle seraient alors des extensions de ces "collèges spécialisés". Du coup l’enseignement primaire précédant le collège devrait permettre d’acquérir des bases et de déceler les "talents" de chaque élève pour mieux l’orienter.

      « Chaque être humain est un génie. Mais si l’on juge un poisson sur sa capacité à grimper aux arbres, il passera sa vie entière à croire qu’il est stupide. » Albert Einstein.

    • 30 novembre 2013 à 05:25 | Boris BEKAMISY (#4810) répond à Tsisdinika

      Tena Tsimandinika tokoa IANAO !

      Là vous jouez bien le role qui correspond à votre KONpétence

      Vous assurez maintenant le GROS BRAS /Concierge qui fait entrer ou sortir les gens à MT-COM que vous pensez reservé aux ANALPHABETES de votre .....echpès !

      Non , j’y suis je reste pour vous embetter en faisant le FOCUS sur LES HIDEUSES CONTRADICTIONS SYSTEMATIQUES des pseudo-intellos malgaches !

      Vous allez donc souffrir !

    • 30 novembre 2013 à 05:33 | Boris BEKAMISY (#4810) répond à varanasi

      Etre intelligents pour les BORNES qui peuplent ce forum c’est tout simplement MAITRISER l’Orthographe de la langue de.... Jipo et de Merah !

      Mais cela ne les empechent pas d’agiter à longeur de journée UNE FRANCOPHOBIE que je trouve IDIOPATHIQUE

      Dans un tel Pays où le niveau de reflexion de ceux qui se prennent pour des INTELLIGENTS est ainsi meprisable.....ON NE PEUT PAS NE PAS ETRE QU’EN CRISE CYCLIQUE !

    • 30 novembre 2013 à 13:36 | varanasi (#7504) répond à Boris BEKAMISY

      Pour ce qui est des gens du forum, vous avez le droit de dire et de penser ce que vous voulez. Personnellement, je ne vous rejoins pas la-dessus. Certains sont peut-être comme vous le dites mais certainement pas tout le monde.

      Pour en revenir à vous, je constate que vous n’êtes que la grande gueule de service qui s’en prend à tout le monde sans pour autant faire avancer le débat ou relever le niveau de reflexion que vous trouvez méprisable.

      Il n’y a qu’un mot pour qualifier les gens comme vous sur un forum : TROLL

    • 30 novembre 2013 à 20:22 | Boris BEKAMISY (#4810) répond à varanasi

      TROLL ?
      Appellez -moi comme vous voulez , ce ne sera pas la premiere INSULTE que j’essuis sur ce forum, Si vou erigez les INsULTES comme indicateurs de votre defaillance intellectuelle , ça ne regarde que vous meme car jamais une INSULTE honore son auteur !

      Vous voulez un DEBAT INTELLECTUEL mais tres facilement vous vous laissez vous ridiculiser en vous plonger dans une VULGARITE !

      Vous etes loin de faire exception dans le paquet de pseudo-intellos notoire !

    • 1er décembre 2013 à 16:54 | ramaso (#7441) répond à Tsisdinika

      Je voudrai vous devoiler que le texte ci dessus n´est pas de BB.son poste commence a partir de:bref la question de L´ENSEIGNEMENT a MADA. est a l´image meme du pays, il s´agit d´un bateau ivre NE SAVANT PAS...Le vrai auteur a commence a ecrire :Au niveau de la forme l´auteur a le merite de reussir la structuration ou le tissage de son produit(l´article) comme un vrai professionel de la litterature meme si (DE L´AVIS DE BB)...Tsisdinika relisez son post.Puis d´oü tenez vous qu´il est dans la medecine ?

  • 27 novembre 2013 à 09:35 | Isambilo (#4541)

    Ce professeur qui ne comprend pas ce qu’il lit ne serait pas cet "antthropologue" qui écrivait dans Taloha que les zébus auraient pu venir à Dago à la nage, par hasard (il y a aussi un article stupide d’Allibert dans le même numéro) ?
    Randrianja avait déjà fait un article sur le niveau des enseignants des universités malgaches (je ne peux citer le texte sans la permission de l’auteur).

    • 27 novembre 2013 à 10:06 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Isambilo

      Vous n’êtes pas obligé de demander l’autorisation de "X","Y" et "Z"...vous mentionnez ==juste==la date et le support..Point barre !
      Basile RAMAHEFARISOPA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 27 novembre 2013 à 10:19 | claude (#3141) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Tsotra ny fanontaniana :

      " Teny malagasy sa teny frantsay no ahafahan-tsika samy malagasy mifankahazo sy mifampita hevitra kokoa ?"
      Ny valin’izay fanontaniana izay no tokony atao teny fampitam-pahaizana na manao ahoana na manao ahoana ny vidiny !!!

    • 27 novembre 2013 à 10:26 | Isambilo (#4541) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Je respecte tout simplement la consigne de l’auteur à la fin de son article. S’il veut son autorisation c’est qu’il estime que son article n’est pas définitif. Je respecte les droits des auteurs.
      Tapez randrianja sur votre moteur de recherche et vous trouverez le texte en pdf.

    • 27 novembre 2013 à 10:36 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à claude

      Claude,
      j’avoue :
      - "je comprends très bien notre langue maternelle,malheureusement ,je regrette de n’avoir pas fait d’effort pour l’écriture.Il me faut des heures .....pour écrire une phrase.
      POUVEZ-VOUS ME PARDONNER DE MA FRANCHISE ?
      - "Ironie du sort",j’avais pris le Malgache ,à mon oral de BEPC, qui s’était passé au Lycée Galliéni,Antananarivo ;
      Cordialement.
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 27 novembre 2013 à 10:37 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Isambilo

      - "Merci ISAMBILO".

    • 27 novembre 2013 à 10:45 | I MATORIANDRO (#6033) répond à claude

      Ataovy coefficient 2 mitovy daholo ny teny vahiny rehetra fa ny teny Malagasy atao coefficient 3 ! Samia velon’aina !

    • 27 novembre 2013 à 10:52 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Isambilo

      Isambilo,
      Beaucoup n’aiment pas que je fasse du copier/coller mais cela ne me dérange pas.
      En voici pour la citation.
      Souvent,on utilise=="auteur-date"== et =="entre-parenthèses"==.
      En régle Générale :
      - Toute citation intégrale(-mot pour mot-) est placée entre guillemets.
      - Le numéro de page de toute citation intégrale doit être indiqué dans la citation(-source d’information-),qu’il s’agisse d’un texte,chapitre,tableau ou figure (-organigramme,graphique,schéma etc..-).
      - Le lecteur désireux de lire la référence complète (-complète dis-je-) se réfère à la fin du travail.

      Copier/coller.
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 27 novembre 2013 à 11:46 | gasy_kely (#439) répond à claude

      Si la question est simple à poser, la réponse est difficile.

      1. Utilisons le "malagasy", une très bonne idée surtout que c’est notre langue maternelle. Mais quid de la documentation ? Devons nous travailler à tout refaire en Malgasy et avoir des traductions : "takamoa" que personne n’utilise dans la vraie vie.

      2. Utilisez le Français. Pas chose facile non plus, surtout quand la majorité des profs "comprennent" mais ne le "communiquent" pas bien. Même si les "nationalistes" vont encore crier au scandale, à l’état actuel des choses, si on veux un système éducatif efficace (assez de ressource pédagogique, favoriser la communication avec l’extérieur) dans les 5 ans à venir c’est la meilleure solution.

      3. Sautez un grand pas et tout mettre en Anglais. A l’heure d’Internet, c’est pas déconnant, mais il faut au moins compter 5 ans, pour avoir des profs de ce nom pour enseigner. Aura-t-on la patience d’attendre, après des années d’errements.

      Gasy kely tsy mahay !!

    • 27 novembre 2013 à 12:09 | claude (#3141) répond à gasy_kely

      "Utilisons le « malagasy », une très bonne idée surtout que c’est notre langue maternelle. Mais quid de la documentation ? Devons nous travailler à tout refaire en Malgasy et avoir des traductions : « takamoa » que personne n’utilise dans la vraie vie."

      - hoy aho hoe "quelqu’en soit le prix"
      - avadika manomboka any @ T1 ary miakatra isan-taona mandrampahatonga hatreny @ universite mba ahafahan’ny mpamorona teny maharaka @ famokarana teny malagasy.
      - Aparitaka eny @ sarababem-bahoaka ireo teny voaforona
      - Ampitomboina ny ivon-toerana mampianatra teny vahiny ary ampiana ny olona te hanohy fianarana any ivelany na ireo mifanerasera arak’asa @ vahiny mba ho afaka mianatra amin’izy ireny.

      Fantatro fa tsy ho mora izany saingy mila firaisan-kina ary "tsy misy mafy tsy laitran’ny zoto"

    • 27 novembre 2013 à 12:13 | claude (#3141) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      POUVEZ-VOUS ME PARDONNER DE MA FRANCHISE ?

      Mais bien sur que oui.

    • 27 novembre 2013 à 14:01 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à gasy_kely

      Il y a un français qui manipule à l’aise notre langue et je me fais vraiment petit devant "eux",
      - C’est lui-même qui me défend devant les =="AUTRES"==

      Mais je n’ai pas honte,du tout !

    • 27 novembre 2013 à 15:33 | varanasi (#7504) répond à claude

      "hoy aho hoe « quelqu’en soit le prix »
      - avadika manomboka any @ T1 ary miakatra isan-taona mandrampahatonga hatreny @ universite mba ahafahan’ny mpamorona teny maharaka @ famokarana teny malagasy.
      - Aparitaka eny @ sarababem-bahoaka ireo teny voaforona

      Tsy mitovy hevitra aminao amin’io manomboka T1 io aho. Indrindra fa hoe "mba ahafahan’ny mpamorona teny haharaka amin’ny famokarana" : izany hoe tsy maharaka rizareo, ary tsy voavaha koa ny olana momba ny teny sahala amin’ny "takamoa" voalaza tery ambony raha toy izany ny fomba fiasa.

      Ny soso-kevitro ary efa somary novelabelariko tary @ilay Edito an’iNdimby dia mila mianga avy any ambony, avy eny amin’ny oniversite no midina : atomboka amin’ny famoahana ny voka-pikarohana sy ny famelabelarana izany amin’ny teny Malagasy, ny lehibe mantsy afaka misaina kokoa noho ny ankizy ka tsotra kokoa ny ahitana ny teny mahalaza ny zavatra iray tiana ho tenenina noho ny manery fotsiny ny ankizy hampiasa voambolana "novokarina" tsy voatery ho fampiasa andavanandro tahaka ny tamin’ny Repoblika faha-II, "takamoa, varingarina, sns, sns..."

      Rehefa vonona koa ny mpianatra sy mpikaroka eny amin’ny oniversite dia ho voatahiry amin’ny vokatr’izy ireo ny voambolana hita, ary hanana tahirin-kevitra mitombo tsikelikely isika. Araka izany dia tsy ny Akademia irery intsony no hikaroka ny teny fa ireo tena mpampiasa azy ka tsotra kokoa ny ahitana ny teny mety indrindra.

      Tsy dia hipetraka koa ny olana amin’ny mpampianatra tsy voatery hahafehy tsara ny teny enti-mampianatra nefa hanabe ankizy T1 miakatra tsikelikely nefa samy mahafantatra isika fa raha vao any amin’ny fototra any no diso na misy tsy mety ny ataon’ny mpampianatra dia sarotra ny manarina ny lesoka aty aoriana.

      Soso-kevitra tahaka ny soso-kevitra rehetra ireo nomeko ireo, afaka raisina afaka tsy, afaka tsikeraina sns...

    • 27 novembre 2013 à 16:35 | leclercq (#4410) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Manao ahoana hianareo !!!
      Hianao izany dia be vava tsy hita intsony eto rehefa milaza hoe : MADAGASCAR AUX MALGACHES " nefa hianao tsy mahay miteny gasy intsony
      inona no dikan’izany ry rangaha basile ? miteniteny faona izany hianreo iny nefa tsy misy dikany intsony na indray aza ! mba miheritrereta
      ihany alohany mitena fa mahamenatra é !!! dorénavant écrivez donc en Malgache , ça vous prendra peut -être des heures mais cela vous permettra de réfléchir avant de balancer n’importe quoi sur le forum .
      PS : veuillez pardonner ma franchise !!
      Bakoly

    • 27 novembre 2013 à 16:52 | Razaka (#7817) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Bonjour ;

      C’est pareil pour moi aussi Basile.
      Je peux parler Malagasy, mais je mettrai des heures à l’écrire, surtout avec les vocabulaires utilisés dans nos discussions ici.
      Je pourrai parler une autre langue que le français mais ici, je suppose que c’est le français qui est le + utilisé comme langue étrangère.

      J’ai quitté Madagascar à l’âge de 10 ans en 1992 ( au décès de ma Mère). Donc je ne l’ai pas trop choisi non plus.

      Bonne journée Vous Tous

    • 27 novembre 2013 à 18:09 | Isandra (#7070) répond à claude

      Ny fanaovana ny fampianarana amin’ny teny gasy dia hampisy elanelana bebekokoa ny manana sy ny tsy manana, ary koa ny tambanivohitra sy ny avy eny an-drenivohitra,... satria ireo mpanankarena dia tsy maintsy handefa ny zanany eny amin’ny ecole d’expression française, fa ireo tsy manana sy ny eny ambany vohitra kosa dia hionina amin’ny teny gasy izay atolotran’ny fanjakana.

    • 27 novembre 2013 à 20:53 | varanasi (#7504) répond à Isandra

      Raha ny elanelana be eo amin’ny manana sy ny tsy manana dia tsy ny teny enti-mampianatra mihitsy no mampitombo azy. Porofoy hoe tsy manana sy vendrana kokoa ny mianatra amin’ny tenin-drazany noho ny amin’ny teny frantsay. Porofoy koa hoe vendrana kokoa ny avy any ambanivohitra noho ny any an-drenivohitra. Ary ny tena mampiomehy dia ny fanohananao ny ’’ecoles d’expression française’’. Rehefa ’’ecole d’expression française’’ izany dia mahay kokoa ny ankizy. hahahaha hay ve izany no mba takatry ny sainao ? Ianao io izao nianatra tamin’ny ’’ecole d’expression française’’ e ? Hitako no tsy mahavita manoratra teny gasy tsy dia misy diso vendrana be tahaka ny ’’hionina’’ ’’atolotran’ny’’ ’’ambany vohitra’’. Fa tsy olana izany akory, tsy dia zava-dehibe satria aminareo hay moa ny fahaizana teny frantsay no hitsarana hoe mahay ny olona iray, na hoe mahay teny frantsay dia mahay kokoa noho ireo tsy dia mahay izany teny izany.

    • 28 novembre 2013 à 00:44 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Razaka

      A l’âge de 10ans,
      Courage RAZAKA !
      "Nos mères veillent toujours sur NOUS".
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 28 novembre 2013 à 00:46 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à leclercq

      - "Misaotra tompoko !
      Basile RAMAHEFARISOA-1943.
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 28 novembre 2013 à 09:09 | Isandra (#7070) répond à varanasi

      Tsy milaza mihitsy izaho hoe, mahay kokoa ny @ teny vahiny, fa aoka isika hijery n’y zava-misy :

      - Ny boky tsara sy mandaitra mifanaraka amin’ny toetr’andro rehetra dia @ teny frantsay, eny fa na dia ny géographie s’y histoire n’y Madagasikara aza, indrindra moa raha te hampiasa teknolojia toy ny internet dia tsy maintsy mampiasa teny vahiny. Noho izany izay mahafehy ny teny vahiny no mahazo tombony bebekokoa,...

      - Faharoa manarak’izany ny ankabezan’ny mpampiasa dia mitaky fahafehezana teny vahiny, farafaharatsiny teny frantsay. Tsy dia mahafehy anio anefa raha tsy zatra nampiasa azy io, na ara-pitenenana, na ara-tsoratra,...

      Izany no ilazako hoe mahazo tombony kokoa ny izay mianatra sy mampiasa teny frantsay,...

    • 28 novembre 2013 à 11:29 | Tsisdinika (#3548) répond à Isandra

      Manararaotra ity tosakevitr’Isandra ity aho hampatsiahy ilay voalazako tamin’ny lahatsoratr’i Ndimby momba ny mahazava-dehibe ny hanavahana ny fampianarana araka ny tontolo sy fiaraha-monina iantefana sy ny tanjona tian-ko tratrarina sy mety amin’izany tontolo sy fiaraha-monina izany. Fintinina amin’ny teny frantsay hoe "enseignement à deux vitesses" izy io.

      Marina ny voalazan’Isandra fa mety mahazo tombony kokoa ny zaza miaina antanandehibe rehefa mahafehy teny vahiny ary ampianarina amin’ny teny vahiny satria amin’ny teny vahiny ny ankamaroan’ny tahirin-kevitra momba ny fivoarana. Samy manana ny fivoarana tandrify azy anefa ny tontolo antanandehibe sy ny tontolo ambanivohitra. Rehefa tsy ilaina any ireo kojakoja sy fitaovana heverintsika fa tena ilaina aty antanandehibe dia tsy azontsika lazaina fa tsy mandroso sy mahantra ny any. Tahaka izany koa, raha tsy manana omby sy tanimbary ary angadin’omby ny tandrenivohitra iray, tsy hisy hilaza azy ho mahantra mihitsy. Raha atao teny vazaha dia hoe "on ne peut manquer de ce dont on n’a pas besoin".

      Noho izany, raha toa ka fepetra tsy azo ivalozana amin’ny sehatrasa maro antanandehibe ny fifehezana teny vahiny, tsy manana lanjany firy izany amin’ny sehatrasa ambanivohitra. Tsy asa birao fa asa vatana no tena mibahana any. Ny tombony amin’ny ambanivohitra indray anefa dia misy fahaiza-manao sy fahalalana vaovao mety hiainga avy eny raha toa ka mamantam-bonona amin’ny fikarohana vitan’ny vazaha fotsiny ny an-drenivohitra. Afaka manangana siansa ho azy manokana ny eny ambanivohitra mampiasa ny tenin-drazany ary tokony fampitaovana amin’ny lalan-tsaina hanatratrana (methodologie) izany sy fanatevenana ny voambolana ampiasaina amin’izany (terminologie) no imasoan’ny fampianarana ambanivohitra. Diso hevitra izay milaza fa tsy ampy voambolana ny teny malagasy. Isika no efa manana ny teny frantsay ao an-doha dia kamo isika handray ilay dikany amin’ny teny gasy. Raha raisina ohatra ilay hoe "takamoa" dia aleontsika ihany mampiasa ilay hoe "ampoule" nefa mihomehy sy maneso ery isika raha miteny hoe "apoule" na tahatahaka izany ny tsy nampianarina loatra ny teny frantsay. Sahala amin’ny "ringiby" sy ny "saripontin" ihany io.

      Mety efa natao tamin’ny andron’ny Fanagasiana ihany izany voalazako izany saingy ny lesoka tamin’izy io dia tsy notohizana teny amin’ny Ambaratonga Ambony ny ezaka fanagasiana tetsy ankilany ary tsy nety niezaka ny hiteny gasy ny mpampiasa tetsy andaniny fa nitaky teny frantsay na dia sehatra tsy voatery nilana izany aza. Fotoana izao hanomezana tombony ho an’ny Malagasy te hiteny gasy sy hivoatra mampiasa teny gasy. Rehefa mahafehy ny tenin-drazany ny zaza dia mora ho azy ny mifehy teny vahiny.

    • 28 novembre 2013 à 11:52 | vivi (#7781) répond à claude

      Miala tsiny @ao aho ry gasy kely fa efa natao teto @ firenena izany ary niainako koa.Fa ny tsapa dia ny gasy kely mitovy aminao ihany no tsy tafavoaka any ivelany satria tsy ampy fahalalana teny vahiny.Ny vola rahateo moa tsy ampy eo ampelatanana ahafahana miantoka ny fianarana any ivelany.Fa ny zanaky ny Deba kosa dia mianatra any amin`ny sekoly vahiny ary mahafehy tsara an`izany teny izany ka tsy olana mihitsy ny hanohizany ny fianarany any ivelany.Ary ny tena loza aza rehefa miverina eto an-tanindrazana ireny zanaky ny Deba ireny dia mahazo karama be (na dia tsy mifanaraka @izany aza ny fahaiza-manaony ) satria voaofana tany andafy.Fa ny zanaky ny gasy kely kosa dia hitrongy vaomana foana. Sanatria laviko izany hevitrao fa tsy hampandroso ny firenena izany !!

    • 28 novembre 2013 à 12:28 | Isandra (#7070) répond à Tsisdinika

      Marina izay voalazanao momban’ireo avy eny Ambanivohitra raha toa ka hionina fotsiny, amin’ny tsena eto an-toerana izy ireo, na amin’ny famarotana izany na amin’ny lafiny fividianana.

      Kanefa raha te hivelatra bebekokoa amin’ny lafiny matianina(professionnel) kokoa izy ireo, dia tokony hijery ny tsena any ivelany izay sady mety ho ambony kokoa ny vidiny amarotana azy no, mora kokoa ny hividianana ireo fitaovana hampiasaina,...Manampy ireo koa ny fifanakalozana traik’efa amin’ireo mpaboly vahiny, mba hanatsarana ny vokatra, fa tsy hionina amin’ireo nentin-drazana. Tsy maintsy manova ny fomba fijery raha te hivoatra, sy manaraka ny fivoarana maneran-tany(la mondialisation oblige)...tsy vita anefa ireo raha tsy mahay sy mahafehy ny teny vahiny, ka voatery ny tambanivohitrantsika hiakina foana amin’ireo tandrenivohitra amin’ny faneraserana amin’ireo olona any ivelany.

    • 28 novembre 2013 à 13:24 | Tsisdinika (#3548) répond à Isandra

      Ka eo indrindra indrindra no miditra ny fifampiankinana eo amin’ny ambanivohitra mpamokatra (producteurs) sy ny antanandehibe mpanao taoraharaha (services). Ankoatra ny eny amin’ny "zone" sy ny harena tankibon’ny tany ** ary ny mpanampy an-trano dia tsy misy vokatra aondrantsika aloha hatreto afatsy ny vokatry ny tany.

      Tsy maintsy misy ny fizarana ny andraikitra sy ny hairaha. Tsy midika velively io fa tsy afaka ny hifandray avy hatrany amin’ny any ivelany ny tantsaha. Afaka manakarama mpandika teny izy raha ilaina (tsy henatra mihitsy izany satria ilay vazaha koa tsy mahay miteny gasy nefa tsy mahatsiaro menatra). Torak’izany koa ny tandrenivohitra, afaka ny miditra an-tsehatra eny an-tsaha izy ka "mivarotra" izay fahalalany na herin-tsandry.

      ** Diso ilay fiteny hoe "harena an-kibon’ny tany". Ny atao hoe "harena" dia zavatra azo amidy avy hatrany na atakalo, sns. Raha zavatra mbola an-kibon’ny tany izany dia tahaky ny any an-kibon’ny omby ihany. Izy efa voatrandraka niala tao no azo lazaina fa harena. Harena mandany harena tahaka ny fiara drodroka ihany io. Metimety kokoa ilay fiteny hafa hoe "otrikarena", izany hoe zavatra taratra fa mety hisy fa tsy voatery ho tanteraka.

    • 28 novembre 2013 à 13:48 | Isandra (#7070) répond à Tsisdinika

      Miala tsiny fa tena mahatsiaro aho hoe, mbola tavela any amin’ny taonjato faha-20 ianao izany...

      Amin’izao andron’ny internet izao, amin’ny ankapobeny dia tsy mila mifanena na mifankahita vatana intsony(discussion à vive voix) ny mpivarotra sy ny mpividy, fa ny émail sy ny site web dia ampy handafosana, hividianana, ary hakana toro-hevitra raha ialaina, mampihena be dia be ny saram-pamokarana ireny ; ka noho izany. Manaiky aho fa ny service toy ny internet dia an’ireo avy eny antanan-dehibe amin’ny ankapobeny no mamantsy ireny, fa ho lafo be amin’ireo tantsaha ny haka mpadika teny isak’izay mihetsika,...Aleo angamba mba alefa lavitra amin’izay ny fisainana.

      Fampandrosoana no hatao, omena ireo fitaovana rehetra tokony ilaina ny amin’izany ny mpamokatra rehetra tsy ankanavaka na antanandehibe io na eny ambanivohitra : na resaka fiofanana izany, famantsiam-bola, fampitaovana, eny na ny tsena aza,...

    • 28 novembre 2013 à 13:53 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      (Discussion de vive voix)...

    • 28 novembre 2013 à 21:50 | Tsisdinika (#3548) répond à Isandra

      Io lazainao io no tonga amin’ilay fitenenana hoe ny tokonana aza tsy afaka ka ny avara-patana no maninona moa izy izay... Ny tsena anatiny no tokony imasoana mialoha vao tokony hieritreritra hiatrika fifaninanana iraisam-pirenena. Tsy resaka habetsahana no miasa any fa kalitao. Lesoka be anefa io ho an’ny ankamaroany. Io mandingana zana-tohatra lava io no mahavoa antsika.

      Manaraka izany, taiza ianao no nahita tsena tsy misy mpanelanelana nefa olona tsy mifankahalala no hifampiraharaha ? Na mpandika teny io na mpanera (na trader na broker no fiantsonao azy), na farafaharatsiny "apporteur d’affaires", tsy maintsy misy ny mpanelanelana amin’ny ankapobeny. Eny fa na ny site web lazainao aza (ohatra Alibaba) dia mila mandoa vola. Alefaso lavitra ny eritreritra fa aza hadinoina ny ambany maso sy ny azo tanterahina ndrao ho nofinofy revolisionera ihany ny anao.

    • 29 novembre 2013 à 01:11 | Cacatoès (#7049) répond à Razaka

      Azafady fa mba gaha ihany aho mamaky anao sy Babaz hoe tsy mahay manoratra teny gasy.

      Ny tena tsikarotro dia ny olona lehibe any europa any an tsy mahay tsara teny gasy. Tsy milaza akory aho hoe dadany be fa mba mahay miteny sy manoratra tsara ihany.
      Za mbola tsy nahay niteny no tonga taty zamerika havaratra taty fa ny dadako no miteny gasy aminay foana dia zao manoratra gasy zao no sady mahay miteny fiteny hafa koa.

      Io dia raha manana finiavana tay hanoratra sy hiteny dia mandeha io.

    • 29 novembre 2013 à 17:49 | Razaka (#7817) répond à Cacatoès

      Manao ahona Tompoko
      Mitovy aminao ihany aho, satria tsy teto Europe ihany aho no nipetraka.
      Efa mianatra teny gasy fona aho izao.

      Misaotra nao ;
      Amini manaraka indray

    • 30 novembre 2013 à 03:10 | Cacatoès (#7049) répond à Razaka

      Marina zany ! Mahazotoa razaka mianatra ny tenitsika fa ilaina foana io refa makany dago tsika ! Sady ilaina koa io refa misy zavatra tsy tiana ho fatatry ny olona aty hivelany aty.

      Betsaka manko ny gasy no tsy miteny teny vahiny dia mila mahay miteny tsara soa tsy misy mahazo eo my tenenina.

      Ie aminy manaraka ary e, dia bon week-end ianao.

    • 30 novembre 2013 à 15:03 | mpamely (#7910) répond à varanasi

      Misy tsara ny hevitrao fa ny tsikera dia ilay hoe tokony miainga avy any ambony any @ université ny fanavaozana raha tsy diso aho !

      Tokony miainga avy aty ambany sy avy any ambony izy io fa tsy tokony handeha ila, ary tokony omen-danja kokoa ny avy aty ambany satria marobe ireo zaza malagasy tsy afaka mandiha fianarana mihoatran’ny ambaratonga voalohany !

      Ny teny malagasy , frantsay ary anglisy dia tokony ampianarina manomboka @ T1 ary mila fampiharana mihaino teny vahiny ny fampianarana fa tsy boky fotsiny ihany.

      Ny fampianarana teknika dia tokony manomboka ambaratonga faharoa fa tsy hiandry 3 è vao hanomboka !

      Afaka misafidy enseignement général na technique ny ankizy eo @ 6è !

      Mila jerena koa ny calendrier, mety misy mitombina ihany ireny resaka hoe ataovy fahavaratra ny vacances !

      Farany mila vola be izany rehetra izany ka dia tokony ho ny fampianarana sy ny fanabeazana no hanopanan’ny filoha voafidy eo (Jean Louis Robinson no irinay)vola be indrindra !

    • 30 novembre 2013 à 16:40 | varanasi (#7504) répond à mpamely

      Momba ny hevitrao amin’ny miaraka avy any ambony sy ny fototra aho. Marina izany. Io fanavaozana avy any amin’ny fototra resahanao io miaraka amin’ny fampianarana teny frantsay sy anglisy dia efa fandaharan’asan’iRavalo tamin’ny fotoan’androny raha tsy diso aho. Ny nananmpiako io resaka miainga avy any ambony dia ny tsy hitrangan’ny fanagasiana bontolo tahaka ny tamin’ny Repoblika faha-2 ary koa ho an’ireo mpampianatra sy mpikaroka ary mpianatra eny amin’ny oniversite izay tsy vonona mihitsy amin’ny fampiasana ny teny malagasy nefa anisan’ny zava-dehibe koa ny tokony hisian’ny fanovana eny.

      Ny momba ny fampiasana boky sy fitaovana hafa ’’méthode’’ ihany afaka hiadin-kevitra tsara sy havaozina rehefa mazava ny karazam-panavaozana hatao.

      Ary farany ny momba ny fampianarana na fanofanana teknika dia mitovy hevitra koa isika amin’io fanombohana azy amin’ny ambaratonga faharoa io. Noresahiko tamin’izaho namaly ny resak’i Boris ery ambony io (’’collèges spécialisées’’) ary tsy tokony mijanona fotsiny amin’ny karazana sekoly teknika efa misy amin’izao fa eo koa ny mozika, ny fanatajahan-tena, ny zava-kanto... Nefa moa araka ny voalazanao hoe mila vola izany rehetra izany dia mila faritana isam-paritra ny laharam-pahamehana ka atomboka araka izany.

  • 27 novembre 2013 à 10:10 | iarivo (#5822)

    Le problème de l’enseignement et de l’éducation nationale à Madagascar est important autant que délicat, nul n’en doute !

    L’utilisation du malagasy comme langue d’enseignement ainsi que la malgachisation ont été abordé de multiples fois par différents régimes et le seront encore.

    A noter que les élèves de la génération Ratsiraka ont été largement victimes de la malgachisation à outrance voulu par le régime rouge, beaucoup d’entre clame haut et fort les lacunes que cela leur a laissé.

    Il est vrai que beaucoup d’insuffisance persiste dans la maîtrise de la langue française autant que pour la langue malagasy qu’anglaise mais la recherche de solution et de différentes méthodes pour l’améliorer viendront lorsque le pays aura retrouver sa stabilité politique.

    Nous parlons de mauvaise maîtrise de la langue française, certes, mais qu’en est-il véritablement de la "démocratie", de la "république", des "libertés fondamentales" ou tout simplement de la notion de "citoyenneté" ?

    Parce que la crise que nous subissons actuellement est une crise POLITIQUE, et non pas culturelle, sociale, économique ou autres même si ces derniers peuvent en être à l’origine ou la conséquence.

    A une crise politique seule une solution politique peut lui être appliqué et tout débat sur les domaines culturels, sociaux ou économiques sont pour l’instant totalement superflus ...

    Avant de penser au développement de Madagascar et du peuple malagasy, il faudra d’abord impérativement mettre en place une superstructure institutionnelle qui puisse permettre cela, et dans le temps et dans l’espace.

    Les prochains mois, voir les prochaines années, seront consacré prioritairement à la mise en place d’une bonne gouvernance dans un Etat de droit accompagné par des Institutions républicaines, démocratiques et laïques fortes et respectées par tous.

    Depuis 1975 nous avons eu des dirigeants "folkloriques" pour ne pas dire farfelus, qui se comportaient comme des mpanjaka (rapport suzerain/vassal) pour s’appropriaient d’une manière ou d’une autre les richesses du pays.
    En 1991, 2002 et 2009 il y a eu des sursauts patriotiques, cela perdurera aussi longtemps que cela sera nécessaire.

    • 27 novembre 2013 à 11:00 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à iarivo

      IARIVO,
      - "NE DÎTES PAS TOUJOURS LE REGIME ROUGE".
      CE SONT LES MALGACHES D’UNE GENERATION QUI A BENEFICIE DE LA CULTURE FRANCAISE mais==AVEC== une certaine volonté d’indépendance linguistique mal calculée.
      - "FAIRE UNE REFORME INTEGRALE DE L’ENSEIGNEMENT et DE L’EDUCATION NE S’IMPROVISE PAS".
      C’est un travail de longue haleine (-se dit d’un travail qui demande du temps et des efforts-).
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 27 novembre 2013 à 14:47 | Isandra (#7070) répond à iarivo

      C’est vrai, nous devrions discuter profondément la mise en application de la vraie démocratie à Madagascar avec tous les éléments y afférents..., laquelle pourrait être la colonne de notre tranquillité,... notre paix sociale,...

      Toutefois, je me demanderai, est-il opportun ou carrément possible actuellement d’y instaurer la vraie démocratie, vu le taux élevé des ignorants(analphabètes) qui dépasse presque la moitié de la population active, de plus, la plupart de ceux qui savent lire et écrire n’ont reçu que des enseignements de base qui ne leur permettent pas d’analyser adéquatement des choses complexes telles que la démocratie,...la liberté, etc...

      J’allais dire, ce taux élevé des analphabètes pourrait être crisogène...,facteur de blocage,...du fait que la majorité n’arrive pas à choisir pertinemment, convenablement,...

  • 27 novembre 2013 à 10:24 | da fily (#2745)

    Las, article juste et critique.

    Si l’on parle de réforme, apparemment c’est un euphémisme, et ne nous demandons pas pourquoi nous en sommes là avec nos politiciens qui ne sont que le reflet, aussi, de cet enseignement bancal, obsolète et creux... je relève particulièrement : "une ombre d’institution sans consistance..." voilà tout est dans cette phrase.

    L’acculturation est en route, avec l’exemple de ce "prof" qui professe sans le savoir des inanités, punaise je me pince ! mais c’est possible ça ?

    Je ne sais si vous avez une écoute en haut-lieu monsieur Domenichini, mais j’ose espérer que le prochain ministre de l’éduc’ remettra notre école sur les bancs !

    • 27 novembre 2013 à 10:41 | hrrys (#5836) répond à da fily

      Iarivo,je me demande prq nos académiciens ont pu traduire parfaitement la bible et qlq leçons des maths et physiques mais

    • 27 novembre 2013 à 10:47 | hrrys (#5836) répond à hrrys

      en ce qui concerne les autres matières ils n’arrivent pas à traduire même un seul mot.Du côté logistique et infrastructure je

    • 27 novembre 2013 à 10:51 | hrrys (#5836) répond à hrrys

      préfère me taire, je me souviens bien le trou à rat de la fac degs d’Ankatso ce demi-tonneau surnommé "cimétière de droit"

  • 27 novembre 2013 à 10:47 | Mihaino (#1437)

    Cher Collègue JP. Domenichini,
    Je n’ai pas tellement réagi sur l’édito du 25/11 de Ndimby intitulé "L’éducation , chantier prioritaire " puisque la plupart des intervenants ont eu des réactions intéressantes et instructives et que plus de 2900 visiteurs ont été attirés par l’article !!

    A titre personnel , j’avoue que Randrianja Solofo , vous même et bien d’autres chercheurs n’ont jamais cessé d’analyser et de proposer bcp de solutions afin d’améliorer notre système éducatif . Il est bien dommage que tous nos Responsables anciens et actuels n’aient eu ni le courage
    ni la volonté politique d’apporter les vraies Réformes de notre enseignement du Primaire au Supérieur ??!!Inutile de rappeler l’influence et la prédominance du système français car il suffit d’observer toutes les écoles privées créées partout dans l’île avec le slogan " METHODE FRANCAISE ". L’enseignement est devenu un véritable BUSNESS dont les créateurs et fondateurs sont en majorité les fonctionnaires (professeurs) payés par l’ETAT ???!!!
    Pour terminer , le dernier point (6) de votre édito est d’une importance capitale à mon humble avis et je suis entièrement d’accord avec vous .
    Cordialement,

    • 27 novembre 2013 à 11:13 | hrrys (#5836) répond à Mihaino

      Mihaino ceux qui ont reçu le diplôme de l’ANS ont fait d’autres travail faute de postes bugétaires les autres ont créé qlq etb

    • 27 novembre 2013 à 11:21 | hrrys (#5836) répond à hrrys

      privés agréés.Je ne veux pas vs etayer ici combien sont les salaires de nos maitres FRAM, nos enseignants..Lamentable !

    • 27 novembre 2013 à 14:26 | Mihaino (#1437) répond à hrrys

      D’accord avec vous que ’faute de postes budgétaires , les diplômés ont fait d’autre travail et que certains ont créé qqs etbs".
      C’est pourquoi, j’étais très prudent en écrivant que les créateurs & fondateurs sont en MAJORITE des profs fonctionnaires .J’en connais bcp et ils recrutent même leurs collègues de la même filière pour dispenser les mêmes cours qu’à l’Université ! Ils se reconnaîtront facilement .

      Enfin, les parents d’élèves sont très curieux de connaître la différence entre " écoles agréées par l’Etat et écoles conventionnées ou autres ... ?" Diplômes reconnus par la Fonction publique pour passer les différents concours et Certificats ou Attestation de fin d’études non reconnus et n’ayant aucune équivalence / diplômes officiels ??? Ces écoles privées demeurent de véritables industries et toutes leurs enseignes et tous leurs prospectus utilisent ces fameux diplômes comme slogans publicitaires ?!! MERCI pour des explications claires et nettes ....
      Cordialement,

  • 27 novembre 2013 à 11:40 | Isambilo (#4541)

    Il y a très peu de temps, les enseignants de l’université de Tananarive ont bénéficié d’une mise à niveau en français. Il faut maintenant s’attaquer au secondaire, puis au primaire.
    Domenichini a abordé la question des manuels et là on se mord la queue si on prend l’exemple de l’histoire : la plupart des travaux universitaires sont en français et en anglais pour ce qui concerne Madagascar. Si nos universitaires ne maîtrisent même pas le français, comment vont-ils enseigner l’histoire de l’Anosy sans passer par Flacourt ? Et je ne parle même pas de Mariano qui est en portugais.
    Mais attention à ne pas gnéraliser. Il ya un nombre conséquents de chercheurs malgaches qui publient dans des revues avec comité de lecture (Taloha a aussi un comité de lecture paraît-il mais il doit être parti en vacances depuis longtemps et Radimilahy ne peut pas tout faire).

  • 27 novembre 2013 à 11:52 | gasy_kely (#439)

    Je suis d’avis à ce que l’éducation soit une "priorité" nationale. Encore faut-il qu’on traite le sujet de la meilleure façon. Je pense que les 2 éditoriaux sont déjà des bons débuts. Si les états des lieux sont fait, concrètement, on fait comment maintenant ?

    Gasy kely tsy mahay !!

  • 27 novembre 2013 à 12:17 | zaka (#1418)

    L’éducation fait partie des créneaux prioritaires malgaches, C’est malheureusement un vaste projet qui génère en permanence des problèmes qu’on ne peut régler hélas d’un seul revers de main. Des correctifs sont en permanence nécessaires, lesquels soulèvent des polémiques récurrentes (voyez ce qui se passe en France avec les différents ministres de l’éducation nationale quelque soit leurs bords politiques). Je ne comprends pas très bien votre allusion à cette allégorie malgache (et non pas un mythe) « des corps d’hommes sans squelette et affaissés sur le sol pour récolter des ignames, qu’aperçoit Rafaralahy sur le chemin qui mène chez Dieu ». Je comprends encore moins vos propos qui suivent , quand vous déclarez que « Notre enseignement vend du vent et ceux qui y réussissent des examens auraient pu tout aussi bien réussir sans aller à l’école ». A vous entendre, il faudrait tout simplement fermer toutes les écoles, collèges et lycées. Tous les candidats aux examens seront des candidats libres.
    - Vous concluez votre premier paragraphe par « l’henaurmité » du chantier,, que vous confierez volontiers à un personnage rocambolesque et fantasque comme Ubu,,,n’est ce pas du non sens puisque vous excellez en la matière.
    Vous critiquez sans distinction et sans nuance la qualité du maniement de la langue française par les malgaches auxquels vous dispensez votre enseignement. C’est probablement de bonne guerre mais vous ne réglez pas le problème pour autant. Je concéderais avec vous que l’enseignement du malgache n’est pas un subterfuge pour le développement du pays. Par contre, pour moi, maitriser la langue malgache est un atout majeur sur le plan culturel. Voyez le nombre croissant des écoles qui enseignent la rhétorique malgache (l’art du Kabary).
    - Votre anecdote concernant cette enseignante du CEG de Brickaville qui a eu le privilège de béneficier de votre inspection « J’étais assis au fond d la salle et, à chaque faute de français de cette jeune dame, les élèves se retournaient vers moi ». Cela signifie t’il que les élèves maitrisaient plus la langue de Molière que l’enseignante elle-même. Vous enchainez après sur une autre anecdote relatant les contre vérités d’une intervenante malgache lors d’un colloque scientifique. Je vous rassure tout de suite, étant moi-même assidu de ces réunions, les intervenants qui débitent des sottises ne sont pas des exceptions. Ce n’est pas pour autant que j’accable la totalité de l’Institution Académique. Vous semblez en effet insinuer que L’Université de Madagascar est un peu à l’image de cette malheureuse intervenante. Vous n’avez pas de surcroit à avoir honte. Soyez plutôt fier de vous.
    - Je déplore avec vous la redondance de l’effectif scolaire. Hélas, dans un pays comme Madagascar, on ne peut pas faire mieux. Développer les conséquences d’un surcroit d’effectifs est inutile,, surtout quand vous dites que le rôle de l’élève est d’ânonner ce qu’on lui avait répété, et le professeur est un évangeliste qui s’ignore,,, absurde. Vous faites de la caricature.
    - Quand au calendrier scolaire,, c’est un vaste débat. C’est en effet calqué sur le modèle français, pour des motifs de vacances. Au début ce sont les vacances des coopérants français, peut être qu’à présent, il s’agit des vacances de ceux qui viennent du continent européen, et de la France en particulier,,, et n’oubliez pas la diaspora.
    - Tout le monde sait que l’enseignement est la priorité des priorités. Pour cela, il faut avoir les moyens techniques humains et logistiques. C’est un éternel sujet de discussion qui donne lieu à des remaniements perpétuels, car il s’agit d’une thématique dynamique qui évolue avec le temps , le progrés technique, les modes de pensée,, et tout un ensemble de facteurs divers et sans cesse complexes. Vous abordez un problème qui nécessite toute une encyclopédie,,, quelques mots dans un article me semblent purement désuets.

  • 27 novembre 2013 à 12:29 | Vohitra (#7654)

    Miarahaba Tompoko, Mbola Tsara, Tsarava Tompoko,
    Kitro hifaharana ary andry hiankinan’ny fivoarana sy ny fandrosoana eo amin’ny Firenena iray ny fanabeazana, tsy mandeha ila anefa izany anjara toerana lehibe misy azy izany fa tsy maintsy miara-dia hatrany amin’ny fitaizana, asongadina manokana amin’izany ny fitaizana ho isam-bahoaka mba hampidirana miandalana ny mpianatra ho tomponandraikitra eo anivon’ny fiarahamonina.
    Heveriko ampanetren-tena fa azo atao tsara ary tokony himasoana ny fanomezan-danja ny tenim-pirenena eo am-panombohana ny fanabeazana fototra, ary azo atao tsara ny manaitra ny fitiavana ny tenim-pirenena vahiny eo amin’ny mpianatra dieny any amin’ny dingana garabola saingy tsy tokony hatao hanan-danja sahala amin’ny fifehezana ny tenim-pirenena izany hatreo amin’ny dingana ambaratonga faharoa fototra.
    Heveriko fa ny olom-pirenena feno sy ho taranaka mpandova ny hasim-pirenena dia ireo mahafehy ny tenim-pirenena.
    Tsy azo odiana tsy hita anefa fa mbola misy ireo ampahan’olona mametraka adihevitra sy olana mikasika ity tenim-pirenena ity, ny teny malagasy ofisialy no tiana hambara : misy ireo mihevitra fa ny malagasy ofisialy dia teny merina, noho izany tsy tokony atao fototra eo amin’ny fandrantoana fahalalana, ka aleon’izy ireo misafidy avy hatrany ny ny fanovozam-pahalalana hatrany am-piandohana amin’ny teny frantsay, misy moa dia mihevitra mihintsy fa io malagasy ofisialy io dia mivoy ny fampahafantarana ny tantaram-panjakana teto ankibon’Imerina.
    Nanokatra adihevitra fotsiny aho teo raha sitrakareo,
    Misaotra mialoha Tompoko.

    • 27 novembre 2013 à 13:49 | Mihaino (#1437) répond à Vohitra

      Miarahaba anao Atoa VOHITRA,
      Marina mihitsy ireo voalazanao ary na dia mbola kely aza izaho dia tadidiko ary tsy miala ato an-tsaiko ilay hiran’ny tarika Odéam Rakoto hoe :" Rankizy malagasy ô ! Mianara taratasy , vonjeo ny lakilasy, soa manarangarana ao am-pianarana ......"
      Misy koa ny fiteny matetika lazain’ny ray aman-dreny hoe : " Ny fianarana no lova be azonay omena anareo zanaka fa tsy harena velively na volabe" !
      Ny fianarana asan-tànana marobe dia tsara amiko satria tsy ho lasa mpiasam-panjakàna (foksionera ?)na ho mpiasa-birao na ho mpivarotra daholo ny Malagasy rehetra afaka taona vitsivitsy ! Tsara banjinina dieny izao ny ho avy ny tanora ary jerena tsara ny talenta misy rehetra ....
      Mirary soa Tompoko,

    • 27 novembre 2013 à 14:29 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Raha ny mikasika ny mety ho vanim-potoana fialan-tsasatra ho an’ny mpianatra indray dia heveriko fa tokony ho laharam-pahamehana tsy hiandrasana fotoana lava ny hanovana azy, ary atao indroa miantoana mielanelana :
      - ny voalohany lehibe dia ny volana janoary sy febroary : betsaka ireo mpianatra madinika voatery miampita riandrano na kamory na renirano rehefa hanfha hamonjy fianarana, ary miparitaka miely ny voay amin’io vanim-potoana io ka mampidi-doza ; etsy andaniny koa, maintso ahitra io ka tsy zarizary ny sakafo, torovana sy reraka ny mpianatra, eo ihany koa ny fiavin’ny loza voa-janahary
      - ny faharoa fohy dia ny volana septambra : mba hahafahan’ny fianakaviana malagasy mifampitsidika manerana ny nosy, sy hahafahany manatanteraka ireo fomba malagasy isam-paritra ho fitandroana ny fihavanana sy ny nentin-drazana araka izay hifanajana eo amin’ny fiaraha-monina.
      Tokony hamafisina sy asiana fanohanana goavana ny hay ara-pedagojia eo amin’ireo mpampianatra rehetra eny amin’ny ambaratonga fototra, atao maimaimpoana tsy misy sarany aloan’ny raiamandreny ny fanabeazana fototra.
      Tokony hofaritana mazava ny fahaiza-manao (savoir faire acquis) isaky ny dingana vita (primaire, secondaire).
      Farany, inona moa ny olana raha atao mitovy ny karama omena ny mpampianatra eny amin’ny ambaratonga fototra sy ny an’ireo manamboninahitra lefitra ao amin’ny mpitandro filaminanana, ary omena tambinkarama izy ireo mifandanja amin’ny tahan’ny fahafaham-panadinana isaky ny dingana vita ?

  • 27 novembre 2013 à 13:13 | vuze (#918)

    Ndimby par çi, Ndimby par là... Vous n’avez qu’à lui envoyer un mail ou l’appeler si vous voulez lui parler...

    Une phrase a retenu mon attention : "On revint sous Ravalomanana à un peu plus de raison."

    Et voilà, tout cet éditorial pour glisser subrepticement cette phrase....

    • 27 novembre 2013 à 15:23 | QUOUSQUE TANDEM (#543) répond à vuze

      « On revint sous Ravalomanana à un peu plus de raison. »
      Il faut quelquefois se rendre à l’évidence !

    • 27 novembre 2013 à 16:44 | vuze (#918) répond à QUOUSQUE TANDEM

      Oui, vous avez raison, surtout sur MT.com...

  • 27 novembre 2013 à 13:32 | alika mirenireny (#3197)

    salama,
    suis en train de feuilleter un article sur les jardins scolaires du temps de la colonisation à Mada
    Peut étre un espoir,
    Etat gasy est sans doute en faillite, et les experts certifiés de ONU sont a son chevet
    Effectivement , la formation , des instits FRAM ,est déficiente (nulle en fait ), mais ils étaient payés sur fond aide ONU,(40 000) jusqu’à peu,
    bonne aubaine ?
    Une ville comme Détroit,exposée incurie,faillite, de l’état, cherche des solutions à sa misére, et, paradoxalement, son sort peut rejoindre celui des gasy
    Formidable laboratoire de la pauvreté , les ficelles qu’ils mettent en oeuvre ,pourraient trouver un écho à Mada
    Notemment sur la question de agriculture urbaine


    Marie-Christine Deleigne « Les jardins scolaires des écoles du premier degré à Madagascar (1916-1951) », Histoire de l’éducation 4/2010 (n° 128), p. 103-128.
    URL : www.cairn.info/revue-histoire-de-l-education-2010-4-page-103.htm.
    ----------------
    http://www.terraeco.net/A-Detroit-ceux-qui-restent,50734.html


    méme a La Réunion, l’on songe à mettre une béche dans les mains des "foloches " locaux pour leur redonner guout à la vie ?

  • 27 novembre 2013 à 13:34 | betoko (#413)

    Comme nous disait Gasy Kely , qu’est ce qu’on fait maintenant ?
    j’ai beaucoup d’anecdote concernant l’enseignement du français à Madagascar , mais la plus triste est celle ci , cela s’est passé en 1975 à Majunga . La prof de français d’origine bordelaise entre en classe, et la plus part des élèves se sont levés en disant au prof , votre cours de français on s’en moque , rentrez chez vous à Bordeaux , maintenant on ne parle et on n’étudie que la langue malgache .Et la prof a pleuré en leur disant qu’on vous a trompé , ce n’est que quelques années aprés que leurs anciens élèves ont compris que justement cette prof avait raison et on les a trompé . Pour votre information le mari de cette dame française était chirurgien dentiste à Majunga , originaire d’Ampandrana et il était dans la même classe que Monsieur Jean Pierre Fremigacci au lycée Gallieny . Je ferme la parenthèse
    Maintenant on fait quoi ? Pour commencer , remettre à niveau tous les instits des Fram et aussi les profs des lycées jusqu’à’ la fac .Quand je vois des profs de fac à Ankatso qui se servent du livre BLED avec le quel j’ai étudié la conjugaison en classe de CM2 dans les années 60 , cela me dépasse .
    Que les budgets suivent et qu’on envoie des inspecteurs partout dans toute l’île et avec des conseillers pédagogiques , qu’on revalorise les salaires des instits qu’ils seront fonctionnaires et de plus être payés par les parents d’élèves , L’enseignement doit être gratuit depuis la maternelle jusqu’ en classe terminale , afin qu’il n’y aurait plus des instits qui vont d’abord cultiver leur champ avant de rejoindre son poste , qu’enfin qu’on prépare des profs pour qu’ils obtiennent le CAPES et aussi l’agrégation , les diplômes genre maîtrise ou doctorat ne suffisent plus . Je suis entièrement d’accord que c’est un très vaste chantier et cela ne peut pas se faire en 5 ans . D’accord cela ressemble à ceci Y A QU’à , IL FAUDRAIR QUE ....
    Pendant le règne du Marc Ravalomanana , de temps en temps je cite les écrits de Monsieur Fremigacci sur des forums , qu’est ce que j’ai reçu comme insulte , du genre , qui est ce prof vazah qui ose parler de Madagascar , certainement il ne connais même pas l’histoire de son pays La France , cette remarque viennent des francophobes genre GTT ,je vois que le ton a changé , merci à tous

  • 27 novembre 2013 à 14:25 | Tia tanindrazana (#349)

    Merci à Mr JP Domenichini pour cet article. Beaucoup de suggestions, des bonnes comme celles de Ndimby (à déplaire à vuvuzela).

    L’éducation et l’enseignement sont tellement importants pour le pays d’autant plus qu’ils sont victimes directes des actions de destructions et de laissez aller total depuis le putsch de 2009.

    - Il y a le fond (les programmes scolaires, les méthodes pédagogiques, la finalité éducative et/ou professionnelle, ..)
    - et la forme (le calendrier scolaire, la langue d’enseignement aussi et encore, etc)

    Le prochain président (JLR , nous espérons) et le gouvernement qu’il formera (PM issu de la mouvanse ra8, nous espérons) devront déployer d’énormes moyens financiers et de projets politiques en faveur de l’enseignement et de l’éducation.

    Il est préférable de débuter avec le cycle primaire puis remonter petit à petit vers les cycles secondaires et universitaires. Certes, il faut s’occuper de l’ensemble à la fois car le mal est partout, mais pour les actions de réformes ou de refondation ou de reconstruction ou de rebâtissement, il faut agir sur le long terme et le faire avec le cycle du primaire est primordial car malheureusement la majorité des malagasy n’arrivent pas à scolariser leurs enfants au-delà de ce cycle.

    Développer la formation professionnelle sans oublier l’enseignement général, bien former les enseignants pour que les élèves puissent bénéficier de leurs qualités, favoriser la langue nationale tout en développant la maîtrise du français et surtout de l’anglais (plusieurs heures par semaines dès le cycle primaire) pour que les élèves malgaches deviennent de multi linguistes comme les élèves des pays du nord de l’europe par exemple (c’est un peu de l’utopie mais vaut mieux rêver que mourir idiot).

    Bref, des multiples pistes à creuser, souvent elles ont l’apparence contradictoires mais il faut savoir jongler et manier comme un équilibriste, dans la fluidité, l’harmonie et l’efficacité !

    Bon, il y a de l’espoir !

    Vive Madagascar en progrès, en paix et démocratique !

    • 27 novembre 2013 à 15:13 | betoko (#413) répond à Tia tanindrazana

      Et si Jean Louis Robinson ne sera pas élu , est ce que l’enseignement fait partie des prioritaires de Hery Rajaonaripampianina ? Est ce que sans Jean Louis Robinson , personne ne s’occupera des problèmes de l’enseignement chez nous ? il n’a pas le monopole du savoir , et doit on multiplier les débits de boissons à Madagascar s’il serait élu ( JLR)
      Justement , je viens d’entendre Raharinaivo de TIM toute à l’heure sur radio Antsiva , il disait que cette élection présidentielle aurait dû se dérouler en 2010 si Marc Ravalomanana avait accepté l’acte additionnel d’Addis Abeba et de Mapouto . Mais il est tellement obstiné que tout a capoter .... Un pavé dans la mare de la mouvance Ravalomanana

    • 27 novembre 2013 à 16:42 | vuze (#918) répond à Tia tanindrazana

      Question : Qui est champion toutes catégories de la démagogie éternelle ?

      Réponse : Tia Tanindrazana.

    • 27 novembre 2013 à 18:00 | Mihaino (#1437) répond à betoko

      Bonjour Betoko ,
      Laissez-moi rigoler un peu avant de vous répondre sur 2 points précis de votre plaisanterie insidieuse :

      - Multiplier les débits de boissons n’est pas prioritaire ni nécessaire car vous savez pertinemment que dans toutes les villes (voire petits villages) de nos 22 Régions existent plusieurs épiceries vendant toute une gamme de toaka (gasy ou vazaha peu importe pour les fêtards) .Tout gouvernement ici ou ailleurs reste HYPOCRITE car les TAXES sur l’alcool , valables aussi pour les cigarettes, alimentent en partie non négligeable la Caisse de l’Etat ! Hery R. en sait qqchose !

      - Mr Raharinaivo, un des plus proches du Pdt Ravalomanana Marc représente la véritable image d’un politicard opportuniste qui retourne sa veste sans foi ni loi . Etant traître , il figure parmi les froussards qui ont la peur bleue du retour de RA8 et qui radotent sans cesse que tout est toujours de la faute de RA8 .Bref, il est tristement connu par les électeurs et ne mérite ni la confiance ni de l’estime !...Tous ses anathèmes et ses diabolisations actuelles dans les médias (presse et/ou audiovisuelles, privées ou publiques) ne font que rehausser l’image , la notoriété de RA8 ex-ami mais devenu ennemi juré à toujours NOTAMISER ???!!!

      Enfin, je vous invite à bien relire toutes les réactions de Cohen, de Turping , d’Iarivo , de Kakilay et d’autres dans cette colonne car elles sont très utiles et pertinentes et ouvrent à des débats de haut niveau ...
      Wait and see ....

    • 27 novembre 2013 à 18:13 | Tia tanindrazana (#349) répond à vuze

      Démagogie ??

      Iny indray ny tsy hitako.

      C’est peut-être de la pédagogie ?

      Pas champion du monde de la pédagogie éternelle tout de même, soyons fier de Madagascar mais pas si orgueilleux à tel point quand même !

      Ah ! il faut apprendre aux enfants malagasy la musique dès la classe primaire : toutes les musiques y compris le vuvuzelà de nos amis sud africains !

    • 27 novembre 2013 à 18:37 | vuze (#918) répond à Tia tanindrazana

      ça je veux bien le croire que ce sont vos amis, les Sud Africains... depuis qu’ils hébergent l’ignoble...

    • 28 novembre 2013 à 00:55 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à betoko

      Betoko !
      Vous me faîtes rire avec cette histoire de l’après-midi du vendredi de l’annonce du "Résultat officiel" du premier tour de l’élection présidentielle.
      Il s’est fait pièger.Point barre !
      Basile RAMAHERAISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 29 novembre 2013 à 07:41 | Boris BEKAMISY (#4810) répond à Mihaino

      NUL ce Mihaino !

      à chaque fois qu’il tente de defendre son gourou Ravalo ou JLR ,il les defend MALADROITEMENT

      - Là comme si Raharinaivo est le SEUL à quitter le navire Ravalo dans l’ocean de la politique politicienne malgache ,Mihaino devrait questionner plutot pourquoi tant d’IMPLOSION PETARADANTE à ce niveau depuis 2007 (deuxieme mandat)

      - je trouve RIDICULE cette tentative de parler de DIABOLISATION dès qu’on aborde l’alcoolisme averé de celui qui veut representer les Malgaches dans la fonction supreme et en meme temps qui prend les plaisir de DIABOLISER les autres quand il parle de BNI , de bois de ROSE et de la nebulleuse 16 Milliard du Tresor......ect

      Encore une fois c’est NUL ,RIDICULE ça n’a rien avoir avec un DEBAT INTELLECTUEL qu’on attend d’un auto-proclamé UNIVERSITAIRE qui à chaque fois argumente comme un tireur de POUSSE-POUSSE !

  • 27 novembre 2013 à 15:12 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Bonjour et bonne journée à tous.

    Ce sont les moyens financiers ou budgétaire qui font défaut et il faut les gérer avec parcimonie d’où la nécessité de les classer par ordre de priorité :
    1°SECURITES : Sécurité alimentaire et sécurité civile.
    2°SANTE : Santé pour tous.
    3°EDUCATION :
    a- Alphabétisation et éducation citoyenne/civique d’abord.
    b- Renforcement des capacités pour tous et par tout (agriculture/élevage/pêche/artisanat/ etc..) pour assurer un retour sur investissement à court terme.
    c- Mise en place progressive d’un enseignement intégré aux contextes socio-économiques et culturels malgaches.

    Si les 2 premiers peuvent bénéficier facilement des financements extérieurs, le 3ème est loin de l’être surtout si elle est trop nationaliste donc à appliquer avec modération en partant de l’essentiel/de la base/de l’indispensable sans pour autant perdre de vue notre capacité à les réaliser.

  • 27 novembre 2013 à 15:19 | kakilay (#2022)

    Comme on naît rien du tout,
    on devient par l’enseignement.

    C’est en cela
    que l’éducation est le problème politique par excellence.
    Son éducation est le reflet
    de la vision de ce qu’est un homme
    d’une société à un moment donné.

    Qu’est ce qu’un homme Malagasy (comme vision) ?
    et son programme d’éducation se dessinera en fonction.
    L’homme est un projet, dirait Sartre.

    Quand des parents jugent
    qu’il n’est besoin d’avoir une instruction
    pour bien vivre,
    ils prendront des décisions en fonction.

    Et ceux qui pensent le contraire aussi.

    Car au-de là du vivre,
    il y a le "bien" vivre.
    Choix de société donc :
    politique par excellence disais-je.

    Grand chantier donc.
    Mais un grand voyage
    commence toujours par un pas.

    L’enseignement Malagasy
    doit répondre à deux problèmes en même temps :
    Démocratisation de l’enseignement,
    formation de l’élite ou d’une élite.
    L’une ne doit se faire aux dépens de l’autre.
    Et vice et versa, dirait l’Autre.

    Et pour commencer :
    Une langue, des langues....

    • 27 novembre 2013 à 15:39 | hrrys (#5836) répond à kakilay

      je viens d’assister à une réunion organisée par les enseignants de ma fille,je suis étonné de voir un parent qui défend bec et

    • 27 novembre 2013 à 15:44 | hrrys (#5836) répond à hrrys

      ongles ses idées que étant un établissement français il n’est plus necessaire d’enseigner la langue maternelle ,à mon avis ce

    • 27 novembre 2013 à 15:50 | hrrys (#5836) répond à hrrys

      parent a encore la mentalité de COLONISÉ ou le COMPLEXE DES COLONISÉS il faut distinguer la langue d’ENSEIGNEMENT aux autres

    • 27 novembre 2013 à 16:27 | kakilay (#2022) répond à hrrys

      L’homme est-il fait pour l’établissement français
      ou l’établissement français est-il fait pour l’homme ?
      Le lycée français à Madagascar
      n’a-t-il pas mis dans ses programmes
      l’enseignement du Malagasy ?
      Etre fidèle à l’étiquette
      ou être fidèle au devenir de l’enfant ?

      D’une manière générale :
      qu’est-ce qui est essentiel,
      et qu’est-ce qui est accessoire ?

      Personnellement,
      j’utilise aussi une bouteille d’eau vive,
      pour transporter d’autres liquides...
      l’étiquette ne détermine pas la fonction :
      ou
      on ne mange pas la carte du menu...

    • 27 novembre 2013 à 20:37 | reglisse (#6117) répond à kakilay

      Bonsoir monsieur Kakilay,

      Si vous supprimez le mot "français" de votre mail, vous aurez la réponse à vos questions !

      Bien à vous !

    • 29 novembre 2013 à 07:02 | kakilay (#2022) répond à reglisse

      Bonjour à vous,
      Effectivement,
      c’était une fausse question de ma part,
      car j’ai entendu que le Malagasy
      est enseigné au lycée français de Tana.

      J’espère qu’ils ont eu des raisons pour prendre cette décision.
      A moins qu’ils aient oublié le mot "français".
      L’erreur est humaine.
      La raison aussi.

  • 27 novembre 2013 à 15:42 | Cohen (#6972)

    Je voudrais parler de deux points souleves ici : l’apprentissage des langues etrangeres et le systeme politique de l’education, puis finir par des commentaires. (veuillez m’excuser pour les accents... :=)
    1- Le probleme d’apprentissage de langues n’est pas unique pour Madagascar. Plusieurs choix peuvent s’averer porter des fruits mais il n’y a pas que le choix politique, tous les frous-frous qui viennent avec pour l’application du choix politique sont aussi importants, comme le bon etat de santé des ecoliers, calendrier scolaire, outils et manuels, infrastructure, et surtout formation des instructeurs. Quand je revois mon cas personnel, petit ecolier de l’ecole primaire privee protestante dans une region d’Avaradrano, du temps du ministre Laurent Botokeky, je me souviens toujours que ma maitresse d’ecole etait tres jolie, parlait et maitrisait bien le francais et cela donnait envie de bien etudier. Quand on passait au niveau secondaire, toujours dans la meme ecole privee, je n’aimais plus le francais car mon maître d’ecole etait vraiment nul. Et mon niveau de francais degringolait avec son bas niveau de francais. Mais on avait toujours des livres et des recitations a memoriser (presque la moitie des oeuvres de La Fontaine), plus les etudes de textes agonisantes… Lorsque je frequentais le college Paul Minault a Ambohijatovo Atsimo, mon francais etait toujours de bas niveau mais on se debrouillait quand meme, la plupart des enseignants etaient d’ailleurs des missionnaires europeens (francais, neerlandais, britaniques, et suisses). Je maitrisais et aimais egalement la langue Malgache parce que les enseignants de la langue malgache etaient motives et n’avaient pas honte de la langue (Ravoajanahary, Rajaonarison, Dox passait de temps en temps).
    Je suis medecin neuroscientiste et l’utilisation et l’usage du cerveau est le sujet que je traite depuis plus de vingt ans, en passant par les maladies comme Alzeihmer, ou les etudes de neurotransmitters. L’apprentissage de langues, que ce soit maternelle ou etrangere se developpe tres rapidement en bas ages et c’est ce qui devrait se passer pour n’importe quel(le) ecolier(e) qu’il/elle soit Malgache ou Chinois ou Arabe etc… Le cerveau “cherche” a servir de tout ce qui se passe autour de lui pour se developper : donc l’environnement est primordial : tres bon instructeur, minimum de materiels educatifs, mais surtout un tres bon etat du corps : rassasie mais non pas affame, et avoir mange le necessaire/qualite mais pas la quantite.
    J’avoue que je n’ai pas du tout la moindre notion actuelle de ce qui se passe sur le terrain –j’avais quitte l’ile en 1975- mais je pense qu’apres moult essais et tentatives infructueux, malheureusement a cause de la politique, une ou deux generations sont devenues des cobayes de laboratoire. Un autre aspect que l’on ne doit pas oublie est que la langue maternelle mouds la base de notre connaissance cervicale, pour toute la duree de notre vie entiere. Cette periode est tres courte, encore foetus jusqu’a l’age de trois ou quatre ans. Lorsque les neurones ne se developpent plus assez quand on vieillit,(il en meurent quelques millions chaque jour) cette base de connaissance cervicale reapparait petit a petit. Il y a des moments ou je demandais a mes enfants comment on exprime une phrase en anglais parlant car je dois presenter un discours dans un colloque scientifique, ou tout simplement expliquer quelque chose a mes etudiants. Et c’est pareil pour ma femme –d’origine juive- car nous deux etions eleves dans d’autres horizons que nos enfants -leur langue maternelle est l’anglais-. Et maintenant il y a des jours ou je pense et trace mon fil de raisonnement plus facilement en hebreu (proche de la langue malgache) qu’en francais. Tout cela pour dire que forcer les ecoliers Malgaches a apprendre le francais, ou le chinois ou l’anglais “a la place” de la langue maternelle est tres mauvais. Par contre, apprendre les deux langues (ou trois : une maternelle, deux vehiculaires) ne fais que developer tres rapidement tout le systeme nerveux de l’enfant et cela des le plus bas age : il ou elle vas maitriser et sa langue maternelle et ses langues etrangeres. Le cerveau juste n’aime pas qu’on neglige sa base maternelle (maternelle c’est definie par le foyer familier et ses proche environnants). A Madagascar l’environnement maternel inclut le foyer, les grands parent, le village etc... donc impossible de forcer a remplacer cette langue maternelle avec le francais ou l’anglais. Cette base doit servir a communiquer et a apprendre. Sinon l’enfant ne saurait maitriser ni l’un ni l’autre : sa vie est presque foutue.

    2- On ne doit pas adopter un systeme unique a Madagascar, je veux dire appliquer a la lettre sur tout le territoire de Madagascar les memes regles. Le ministere doit clarifier une “feuille de route” si vous voulez, comme bases essentielles, et chaque regions devrait avoir son propre systeme pour l’application des objectifs du ministere central.

    Aux Etats-Unis, chaque grande ville a son propre district et intendance pour l’ecole publique (primaire, secondaire, et lycee). Presque chaque comtee, l’equivalent de regions a Madagascar possede une ecole superieure de la region (community college), une institution de deux ans, qui voit tous les besoins sur sa region. Si les etudiants veulent poursuivre des etudes universitaires, ils font un transfert et ne passent plus que deux ans dans les universites. Ainsi une ecole superieure a Ambositra n’aurait pas le meme curriculum qu’une ecole superior a Analalava.

    Madagascar a beaucoup de gens intelligentes et honnetes qui pourront vraiment travailler pour faire relancer l’education de masse et trouver la bonne “feuille de route” contenant des objecifs fiables, developpables, et rentables a long terme.

    Pour finir cette longue “gazety” je voudrais parler de cette anecdote : il y a 12 ou 13 ans, j’ai rencontre quelqu’un du ministere de l’education nationale faisant un stage de 2 mois dans l’Etat de la Pennsylvania, USA, visitant differentes ecoles secondaires. Cette personne avait dit qu’une fois arrivee a Anosy, son rapport de stage va juste decorer les armoires, car meme son hierarchique superieur va lui demander si elle avait fait un beau sejour, rencontre beaucoup de gens et vu des choses interressantes. On ne discutera meme pas de son stage et de son rapport, car on continuera ce que “le ministre” veut executer. Quand le nouveau gouvernement et son ministre de l’education nationale continueront encore avec de pareille “toe-tsaina lomorina mirefarefa amin’ny tany” (bassesse de facon de penser), Madagascar ne decollera jamais de l’etat ou il se trouve actuellement.

    Cohen

    • 27 novembre 2013 à 16:40 | vuze (#918) répond à Cohen

      Cohen, retournes dans ton pays, la Palestine...

    • 27 novembre 2013 à 17:40 | Isambilo (#4541) répond à vuze

      Antisémite ,mais bon catho de l’âge de pierre ???
      Mais pour qui vous prenez-vous pour traiter les gens comme ça ? Qu’avez-vous de plus que lui ? Certainement pas l’intelligence, encore moins l’humanité

    • 27 novembre 2013 à 17:45 | Isambilo (#4541) répond à Cohen

      J’ajouterais la musique jusqu’à 6 ans (voir le "crible phonologique "de Troubetzkoy).

    • 27 novembre 2013 à 17:53 | vuze (#918) répond à Isambilo

      Et voilà, j’attendais impatiemment le Panurgien de base qui allait réagir sur ma provocation... Je comprends maintenant pourquoi Boris s’amuse bien sur ce forum car il suffit qu’il agite un tout petit peu des questions d’origine et voilà que tous les pseudos intellectuels arrivent avec leurs grands sabots !!

       :-)

      PS : Rien à faire de Cohen, c’est juste un "mauvais" clin d’œil méchant à l’infâme colonisation d’Israël qui se déroule tous les jours...

    • 27 novembre 2013 à 18:22 | Isambilo (#4541) répond à vuze

      Panurgien de base peut-être mais ne faisant pas partie de la meute de Pavlov à laquelle vous semblez appartenir.
      Cohen a bénéficié des leçons des meilleurs lettrés malgaches à ce qu’il semble. Il a appris quelque chose à l’école, lui.

  • 27 novembre 2013 à 15:42 | Turping (#1235)

    L’enseignement ,la reforme du système éducatif est une grande priorité pour les malgaches surtout pour ceux qui n’ont pas les moyens de payer la scolarité.
    >Pour ce faire ,l’éducation devrait-être la priorité de l’état et ceux qui se battent prétendre diriger le pays .
    Une solution possible:l’égalité de chance et la gratuité de l’enseignement et l’exigence jusqu’à l’âge de 14ans par exemple.
    Il faut qu’on sache que près des 80% de la population sont analphabètes ,illettrées,etc....les paysans ont besoin de comptabiliser leurs dépenses ,recettes ,etc....
    Deuxième aspérité du sujet que j’essaie de vous partager c’est le côté pratique.
    Si on ne met pas en exergue le côté "théorie" ,le reste c’est du blasphème toujours au détriment du peuple malgache .Les dirigeants devraient être responsables de la mise en route du vrai changement et des reformes.
    Or ,c’est de ce côté là que le pays, Madagascar n’avance pas car la priorité de nos dirigeants ,c’est de se remplir les poches ,les conflits d’intérêts,les intérêts personnels ;la corruption ; le népotisme ,la gloire personnelle....pour dire le déluge après moi.
    Comment voulez-vous prétendre être le donneur de leçon alors qu’en constatant le quotidien ,rien ne change ?
    >Dès que vous sortez de chez vous ,rien n’appartient plus à personne .
    >Les petites routes avec les nids de poule ,les états délabrés de la route ,les ordures qui s’entassent,personne ne s’en occupe !
    Où est l’état , la commune (le fokontany) pour réparer ,boucher les trous etc....l’argent récolté est-il détourné ou aucun projet n’a jamais été élucidé dans chaque commune de chaque quartier ,etc....?
    >Personnellement ,l’éducation n’est pas qu’une sorte d’utopie mettant en question uniquement le problème éducatif que s’il n’y a pas d’applications concrètes et d’impacts dans la vie quotidienne .
    D’abord ,il faudrait commencer par le changement de mentalité afin que l’élitisme de nos dirigeants ne serve que s’occuper de leur intérêt personnel ,de leur entourage ....qui ne cherchent que s’enrichir uniquement pour décrocher le pouvoir ,ou une place gouvernementale .....la vraie problématique est là car les malgaches en général dans la majorité se battent pour leur survie sans attendre de leurs dirigeants.
    Masina ny Tanindrazana !
    Bientôt de retour en France dans une semaine.
    J.P Domminichi /En tant qu’enseignant comme vous en France dans le domaine scientifique : Prof de Maths :de 6ème au BTS et aussi de la Biologie ,je suis sensible au sujet.
    Je commence à construire et à bâtir à Madagascar depuis l’année dernière ;tout va bien .
    A+

  • 27 novembre 2013 à 15:57 | efa ela (#4563)

    Bonjour à tous et à M. D.

    "4. La plupart des élèves ne peuvent recevoir quelques connaissances que de la parole du professeur. Il n’y a pas de manuel et encore moins de manuel en malgache."

    Le livre - quelle que soit sa nature et sa destination - est hélas sinistré dans ce pays.
    Mais, si on a la chance de circuler dans des villages, on constate que le "son" est omniprésent.
    => Pourquoi je pas mettre le paquet là-dessus ?

    Des mémoires pour micro-lecteurs sont en vente dans des quantités de points de vente.
    Si vous avez un peu de sous, vous pouvez y acheter de la musique à gogo...

    Proposition concrète :
    Utiliser ce média pour familiariser avec une langue étrangère à la fois les enseignants du primaire, les parents intéressés et, bien sûr, ...les jeunes.
    C’est tout à fait possible, et je puis fournir des maquettes.

    Précision :
    ça impliquera que quelques dizaines de personnes se collent à réaliser des enregistrements bilingues (français/malagasy, par exemple) adaptés aux situations (qui sont très diverses, rappelons-le).
    => Y a-t-il des volontaires ?

    legoutdeslangues(at)free.fr

  • 27 novembre 2013 à 18:30 | rabri (#2507)

    "Qu’il faille enseigner en malgache pour arriver à développer le pays, c’est ce qu’avait bien montré les Journées internationales sur « Le langage, premier outil de/du développement » (6-13 juillet 1992, Académie Malgache) où Bakoly D.-Ramiaramanana avait réuni une centaine de communicants"

    OUI OUI OUI et j’adhère totalement à cette démarche parce que si on veut que nos apprenants assimilent bien tout ce qu’on leur transmet, il faut que :
    1) l’enseignant arrive à TRANSMETTRE et à faire provoquer DES DISCUSSIONS ENTRE APPRENANTS ; l’enseignant transmetteur devient par moment aussi un enseignant encadreur ; c’est ce qui a toujours manqué dans notre système éducatif surtout en public car la 1° consigne qu’a un enseignant en début d’année de la part de ses supérieurs a tjrs été de terminer le programme, qui signifie tout simplement : cours magistral —> apprentissage par cœur par les apprenants —> évaluation par des notes

    2) à part ses enseignants et ses camarades, l’apprenant arrive à discuter avec d’autres personnes ressources ( parents, professionnels concernés de près ou de loin par la matière concernée, ....) = bon éveil de l’esprit critique et responsable

    Concernant les manuels, l’enseignant n’est pas toujours obligé de les exiger car déjà à ce niveau les inégalités apparaissent ( l’école n’étant plus donc un facteur d’égalité). Les supports d’enseignement peuvent bien être des éléments proches de l’environnement des apprenants, communs et à la portée de tous ( jardin scolaire, cantine scolaire, tsikonina, centre de santé de base, ....). Il n’est pas difficile de former un enseignant à répérer tous les évènements qui touchent de près ou de loin l’environnement de l’école et qui peuvent générer des éléments-supports de l’enseignement et çà le valorise en même temps, au lieu tjrs d’apprendre par cœur toutes les phrases de ses vieux cahiers ou livres pédagogiques avant leur transmission.

    Conclusion : l’utilisation de la langue maternelle comme langue d’enseignement couplée avec des supports d’enseignement tirés de l’environnement proche des apprenants FAVORISE L’ AVENEMENT DE FUTURS CITOYENS AVEC DES TETES BIEN FAITES PLUTOT QUE DES TETES BIEN PLEINES comme jusqu’à maintenant

  • 27 novembre 2013 à 19:57 | manantena fa niova (#4971)

    5- ".....Je me permettrai de rappeler ici que,.. Serait-il envisageable de décider d’un tel calendrier ? J’en doute. Cela provoquerait des critiques définitives, car c’était le calendrier scolaire du temps de la colonie dans les années 1950.

    L’école du temps de la colonie n’avait pas que du mauvais :
    - ce calendrier évoqué ici
    - les atelier et jardin scolaires
    - l’enseignement de la lecture (sauf dans les écoles européennes où les enfants apprenaient par la méthode Boscher) : tous les enfants Malgaches apprenaient la lecture avec "Lala sy Noro"...

    C’est l’Indépendance qui a changé tout le système de l’enseignement avec les accords de coopération. Le diplôme CESD pour enseigner à l’école primaire a changé en CAE, puis CAP..., et le Malgache est devenu matière à option en classe de 4ème au même niveau que le Grec, si classique, et autres langues vivante étrangère qu’on n’a pas pris en 6ème...

    Ces accords de coopération ont même produit 2 formations de médecins appelés à soigner les mêmes malades, d’où cette grève de l’Ecole de Médecine de Befela, source de la Révolution de 72, plus tard récupérée par des profs soixanhuitards de France, ayant abouti à la révolution socialiste aboutissant au djouché nord coréen...

    La malgachisation à outrance de l’enseignement a été le désastre pour les générations, elle a aussi engendré des "colonisés hatrany @ tsinay mainty". Beaucoup d’étudiants bousiers sont restés à l’étranger après étude, rares sont ceux qui y sont restés dans les années 60-70. La faute revient aux responsables pédagogiques qui élaboraient les programmes ; c’étaient des nuls qui n’avaient en tête que leurs idées staliniennes. Les Frantz Fanon et autres (très limite) ont fait disparaître La Fontaine, Molière, Voltaire, Rousseau et autres du programme de Français.
    Les récitations des fables de la Fontaine comme les "Rodrigue as-tu du coeur" étaient bannies, mais il suffisait que les élèves remplissent leurs feuilles d’extraits de livre rouge ou vert, pour obtenir de bonne note...

    En Anglais, on ne devait plus parler ni de "butter and bacon" (soit disant parce que les petits Malgaches n’en mangeaient pas), mais de "vary sosoa et kitoza", ni de "return tickets" pour train encore moins de voyage en avion, pour ne parler que des taxis brousse et posy... ; bref, l’apprentissage des langues étrangères qui doit apporter une ouverture de vue, est devenu un outil pour réduire complètement la vision des jeunes.
    Au lycée, sur les thèmes, quand ce n’était pas les idées révolutionnaires, les profs devaient aussi apprendre tous les vocabulaires sur le proxénétisme et les drogues...

    De plus, cette MALGACHISATION n’a guère atteint les universités, pour cause...et on ne peut s’étonner d’entendre des étudiants sortant de leur premier cours dire "loza ry reto fa ny tsy fahaizako teny frantsay no nidirako hanao Malagasy, nefa io prof io kay mampiasa teny frantsay ranoray rehefa mampianatra gramera malagasy !"

    C’est la révolution socialiste qui, en éradiquant toutes les formations intermédiaires, BTS, agro, école normale d’instit et autres, a fait fleurir toutes ces écoles privées se targuant "d’expression française", aboutissant à ces enseignants FRAM que toutes les écoles privées ne peuvent pas enrôler.

    Auparavant, on a choisi d’être enseignant ; de nos jours : "THOSE who can DO, THOSE who can’t TEACH" !

    Tous les linguistes s’accordent sur la nécessité de la langue maternelle pour l’apprentissage d’une langue étrangère. Il faut que tous les parents qui ne parlent pas français chez eux (surtout ceux qui disent : "vous, les enseignants, nous parlez du malgache pour enseigner nos enfants alors que vos enfants ont l’avantage de vous entendre parler le français"), acceptent que l’école primaire élémentaire doit se faire dans la langue maternelle de leurs enfants. Si l’enseignant devait encore passer par la langue de Voltaire pour apprendre les rudiments de l’hygiène, l’enfant risque d’être bloqué et finir par ne retenir ni le français ni la nécessité d’avoir les mains propres avant de manger.

  • 27 novembre 2013 à 20:05 | Jipo (#4988)

    Bonsoir .
    Je ne peux que m’ étonner que personne ne se soit encore penché sur ce vieux dictionnaire Malagasy/ Frantsay violet et blanc de 1974 et qu’ aucun n’ a pris soin de remettre à l’ ordre du jour , que des enfants vous proposent encore de nos jours dans les escaliers de Tana.
    Moins encore d’ en faire une nouvelle version avec frantsay/Malagasy , ne serait-ce que pour promouvoir , la Langue et permettre à ceux qui veulent l’ apprendre de le faire correctement .
    Alors de parler d’ éducation , mieux vaut tard que jamais , mais le faire c ’est mieux , car depuis l’ indépendance en parler ne fait pas avancer les kabary/ le sujet .
    Etant à la Reunion en 1980 , des créoles ont entrepris afin de préserver la langue d’ en faire un dictionnaire, Creole/ Français et vice et versa , le délai imposé / les Malgaches étant arrivé à terme, d’ en parler , particulièrement en période électorale, peut toucher certaines âmes sensibles , mais non suivi de faits , c ’est un peu comme théorie sans pratique .
    Quand Domenichini parle d" enseignement de l’ élevage ou agriculture, si vous permettez un peu d’ humour je propose Remenabila comme maitre de conférence pour le premier et dj comme directeur de thèse pour le second .
    Faisant lui même des fautes de syntaxes dans sa langue maternelle, normal qu’ il soit au fond de la classe ...

    • 27 novembre 2013 à 20:16 | Jipo (#4988) répond à Jipo

      Sans oublier de préciser que cette situation est bien l’ oeuvre de ce tristement célèbre rasyhiraka, que certains adulent encore , ces mots " pas trop de culture française pour les petits Malgaches " résonnent encore à mes zoreils .
      Il a induit sciemment ( puisque considéré comme intelligent ) cette analphabétisation à outrance sur tout le territoire national, puisqu’ il est plus aisé de " gouverner " des analphabètes que le contraire .
      Sur ce " plan " mission accomplie bravo & merci didier .

    • 27 novembre 2013 à 20:17 | Jipo (#4988) répond à Jipo

      ratsy hiraka ( mauvais messager )

    • 27 novembre 2013 à 20:42 | alika mirenireny (#3197) répond à Jipo

      salama,
      peut étre :
      Diksionera Malagasy-Frantsay
      nataon’ i F. S. Hallanger
      Antananarivo : Trano Printy Loterana, 1974

      les gasy ferus de leur langue que je connais, préfèrent :
      Vakoka fitahirizan-teny Malagasy nalahatra araka ny hevitra ifandraisany ary voadika amin’ ny teny frantsay
      Régis Rajemisa-Raolison

      Effondré que vous méprisiez le dernier dico,
      Rakibolana ho an’ny ankizy

      http://www.rfi.fr/emission/20100704-le-premier-dictionnaire-malgache-bako-rasoarifetra-enseignante-chercheuse-archeolo

      une nouvelle version est sortie,
      a mobilisé l’énergie formidable d’un véritable ruche, et des moyens considérables,unesco, ville de paris, des goufres de pognon
      en principe doit étre distribué a tout instit sur Madagascar
      comme toute initiative sur Madagascar risque d’étre condamnée a un oubli,ombrageux
      fatalité ?

    • 28 novembre 2013 à 02:54 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Jipo

      Toujours de la haine pour l’Amiral Didier RATSIRAKA.
      Commencez à préparer votre "bagage".
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 28 novembre 2013 à 14:03 | Jipo (#4988) répond à alika mirenireny

      Merci pour ce lien .
      En effet je ne le connaissez pas et en suis ravi .
      Votre ressenti " effondré & mépris " sont purement anticipé et infondés et pas lieux d’ etre .
      Merci .

    • 28 novembre 2013 à 14:06 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Comment éprouver autant d’ admiration pour un fossoyeur pareil !
      A l’ égal des dictatures , du racisme, et de tout ce qu’ il y a de plus médiocre et méprisable .

  • 28 novembre 2013 à 02:51 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    Chantier prioritaire.. ;
    - "L’élection d’un Président de la République Malgache le 20 Décembre 2013".
    - "Les militants de base du "HIARAKA ISIKA" demandent au leader du parti,le Général Camille VITAL,de soutenir le Docteur Jean Louis ROBINSON ,lors du second tour de l’élection présidentielle du 20 Décembre 2013.
    La déclaration a été signée par des coordonateurs du Parti Hiarka isika,issus des différents "DISTRICTS" de Madagascar :
    - Ambohidratrimo,
    - Ampanihy,
    - Mandritsara,
    - Befandriana,
    - Ambatondrazaka,
    - Mahanoro,
    - Ambatoboeny,
    - Anosibe An’ala,
    - Kandreho,
    - Toliara,
    - Ambalavao,
    - Port-Bergé,
    - Vavatenina,
    - Beroroha,
    - Bekily,
    - Beloha,
    - Morafenobe,
    - Miarinarivo Itasy,
    - Brickaville,
    - Besalampy,
    - et Benenitra.

    - "LE SOUTIEN" du Général Camille VITAL à Jean Louis ROBINSON sera capital pour le candidat du "AVANA" pour la partie Sud de Madagascar".

    - "Ce soutien du Général Camille VITAL à Jean Louis ROBINSON permet à l’opinion publique ==de conclure==qu’il s’agit d’un début de réconciliation nationale".
    source :
    - La Nation.mg

    Copier/coller :
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 28 novembre 2013 à 13:58 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Surtout avec le rat zoel, votre mentor ...

  • 28 novembre 2013 à 03:08 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    NON et NON.......
    Patrick RAJOELINA
    Futur Ambassadeur de Madagascar à Paris ;
    - "IL Y A BEAUCOUP DE MALGACHES, à MADAGASCAR,pour occuper ce poste prestigieux.

    MADAGASCAR AUX MALGACHES.

    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 28 novembre 2013 à 11:08 | Mihaino (#1437) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Bonjour Basile ,
      Rien d’’étonnant à cette nomination Basile ! C’était bien prévu, prévisible et minutieusement calculé par Patrick RAJOELINA dès l’instant où il a déclaré haut et fort qu’il soutenait Hery RAJAONARIMAMPIANINA et son programme (non encore chiffré) au 1er tour ??!!....

      Rien n’a changé dans notre gouvernance , dans notre mentalité , dans notre vision de la politique ...Il faut toujours caser un ami ou une amie dans "un poste prestigieux" tant qu’on est aux affaires . "J’y suis, j’y reste" formule célèbre de Julien Lepers (Questions pour un champion).
      - Annick RAJAONA ? nommée en SUISSE , en remplacement de C.VITAL !
      - Patrick RAJOELINA ? nommé en FRANCE , poste vacant à prendre à la hâte !
      Attendons-nous à d’autres nominations bizarres prochainement !
      Wait and see ...

    • 28 novembre 2013 à 18:51 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      03h08 !!!
      Au lit papy . /

  • 28 novembre 2013 à 05:22 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059)

    L ’enseignement et l’éducation sont prioritaires partout dans le monde.

    C’est le 1° ascenseur social dans toute société pour se "booster", pour sortir de son historique. Et les exemples dans l’histoire des civilisations du monde ne manquent pas.
    Barak Obama, Nicolas Sarkozy, ... en sont des exemples actuels.

    C’est bien de penser et de s’occuper de la priorité de l’enseignement, surtout à M/car, où l’espérance de vie a considérablement régressé ce qui exponentialise la jeunesse de la population.

    Ni démographe, ni sociologue, ni urbaniste, ...Concrètement, vu la masse des jeunes à M/car, il est temps de s’occuper de leur avenir.
    A les nourrir, à les donner des moyens décents pour vivre et s’épanouir, à les soigner, à les éduquer, à les faire réussir dans leurs entreprises, ...
    Penser à leur trouver du boulot, à les nourrir et à les loger car ce sont de futurs adultes ...

    Là, on en est loin faute de moyens, de politique sociale, familiale, infantile et d’éducation inadaptée et inadéquate.
    Il est plus urgent pour nos responsables politiques d’avoir son 4 x 4 et les fringues qui vont avec au lieu de servir l’origine de leurs privilèges ...

    Et nous étonnons pas que les jeunes descendent dans la rue pour manifester ... et bousculer les institutions en place.

    Pour être bref : a-t’on pris des dispositions préalables pour le devenir de ces millions de jeunes ? Ce seront de futurs adultes d’ici 5 - 10 - 15 ans ...
    qui vont procréer qu’on le veuille ou non, ...

    Ni nouveaux quartiers (pour les loger), ni nouvelles écoles (pour enseigner),ni entreprises (pour leur travail), ni voiries adaptées (égouts, routes, ...) pour cette augmentation de population , ...

    C’est comme si on vit à 15 dans une pièce + cuisine (normalement pour 2 personnes). Normal que les évacuations sont vite bouchées ... et vive la promiscuité, l’insécurité ...

    Aucune protection et couverture sociale qui profitent aux opportunistes sans scrupules (écoles, lycées, cliniques, cabinets médicaux privées, hôpitaux "maranapenitra", ...) qui laissent plus de 90 % de la population loin de la satisfaction de leurs besoins primaires, loin de la porte de l’ ASCENSEUR SOCIAL.

    Et ’faut pas s’étonner des émigrations non contrôlées (Femmes de ménage ou "esclaves" au Liban, médecins et professeurs sous-payés en Europe, étudiants miséreux en Chine, ...).
    Pire, on perd nos avoirs, investissements et capitaux intellectuels. dont Ravalomanana Marc, docteur "honoris causa" (spécialité indéterminée ???).

    J’ai rien contre Ravalomanana. Seulement tout pouvoir ne lui convient pas du tout. Il veut être comme Khadafi et autres ..., Président de la République, Chef des Armées, Président de la FJKM, P.D.G. de sociétés ... les "Fifohazana " ne le suivent plus, ses 1°lieutenats l’ont quitté ... Il n’est plus qu’entouré que de seconds ...

    Pour conclure, ni Ravalomanana, ni Rajoelina, ni Jean louis Robinson, ni Hery Rajaonarimampiaina ne peuvent résoudre cette question d’enseignement qui suppose d’autres priorités qu’ils ne peuvent pas occultées.

    Tant que c’est ainsi, même 1 000 milliards de dollars ne suffisent pas pour sortir les Malagasy de cette situation de pauvreté et de mendicité !
    C’est fait pour les voyages, les courses dans les capitales du monde (Place de la Madeleine, Rue de Rivoli, Champs Elysées à Paris, ..., dernier 4 x 4
    sur le marché, ...) de quelques "privilégiés".

    Moi, à Tanà, je prends maintenant le bus ! C’est moins cher et ne me stresse pas pour les embouteillages et parkings ... En prime, je passe inaperçu ... TRANQUILLE et PEINARD ! Bien sûr, y a quelquefois la queue ... mais c’est une apparence d’ordre ... ! ’faut se glisser, donner quelques coups d’épaule discrètement ... ! Ce sont les us et coutumes ... non écrits ! Pas la peine de se prendre la tête ...

    Avantages non négligeables : je partage les discussions avec les voyageurs au lieu d’entendre ma femme "gueuler" pour un parking que j’ai loupé !!!
    Très intéressant ! Cà change du forum de M.T. ... ! C’est terre-à-terre et c’est très concret ...

    Très rigolo et à prendre avec philosophie ...
    A priori, tout est ordonné mais la suite ... "tantely afa-drakotra". Bus quasi plein, ... 20 personnes veulent rentrer là-dedans ... Personne ne se soucie de la sécurité ... Il est arrivé que ma tête s’appuyait entre les seins d’une grande dame ... J’ai eu chaud ... aux oreilles !!!

    J’invite M Basile et autres à vivre cette réalité ...

    Cà fait partie de l’enseignement, de l’éducation et du concret.

    Génial ! Non ?

    faute

    • 29 novembre 2013 à 17:29 | Razaka (#7817) répond à NY OMALY NO MIVERINA

      Bonjour ‘’NY OMALY NO MIVERINA’’

      Je rejoins vos critiques ’’CONSTRUCTIVES’’ me semblent sur le fait que si aucun Programme ne prenne sérieusement le redressement de l’Éducation en général et aussi tout ce qui gravite autour des jeunes qui ne sont autre que l’avenir de notre Nation, alors je ne comprendrais plus rien. J’espère de tout cœur que ce ne soit jamais le cas sans notre futur immédiat.

      Alors …

      Je voudrais juste parler d’un petit Constat en matière de Démographie, de Développement économique et humaine qui va impacter en partie notre Agriculture et surtout la Jeunesse qui n’est autre que l’avenir de notre Nation.

       (A) Démographie — Éducation Enseignement — Développement
      Actuellement il y a plus de 22 Millions d’habitants à Madagascar, dont 41% ont moins de 15 ans ce qui fait environ plus de 9 Millions de personnes ! !
      Or l’âge médian de la population est de 19 ans, ce qui nous emmène à dire aussi que plus de 3 Millions de jeunes ont entre 15 et 19 ans.

      ** L’Avenir des 3 Millions de Jeunes entre 15ans et 19ans relève d’une 1ère spécificité. Pourquoi ?
      Dans 4 ans, ils auront entre 19ans et 23ans.
      Pour ceux qui suivent une scolarité + ou – normale il y aura peut-être moins de problème. Par contre pour ceux dont la scolarité est précaire, mauvaise ou qui n’existe peut-être pas, l’AFFAIRE est plus qu’Urgente. Car certains se doivent de préparer rapidement leurs vies actives quand d’autres doivent être même déjà sur le Marché du Travail (Ah le mot est lâché : ‘’Marché du Travail’’ il faut qu’il soit meilleur obligatoirement).
      Car dans ces âges, en général, chaque personne peut ressentir encore plus l’Estime d’être Utile pour elle-même et aussi pour la Société dans laquelle elle évolue (c’est tout à fait naturel). Si problème est à ce niveau, la personne pourrait avoir à faire, à un Conflit de Valorisation de Soi. Ce qui pourrait le pousser à se ranger dans un Groupe (Clan), mais non systématique selon le ressenti de chacun. C’est aussi le début du Clivage.
      Ce conflit est aussi dû en partie par le regard et le jugement hâtif de l’autre (c’est inéluctable chez l’être humain). On se fait tous juger, nous même, ici même…
      Je constate ce phénomène de peur du jugement de l’autre, même chez des jeunes futurs Ingénieurs en classe de Master dont je suis leur tuteur de stage dans le Service où je travaille. Alors qu’ils seront de futurs cadres supérieurs d’un Pays dit riche. Ne me prenez pas non plus que je serais un Sociologue ou un Psychologue, je n’ai pas été formé à cela à l’Université et à l’École. Je parle juste par expérience.
      Vous comprendrez la suite d’un tel conflit chez nos jeunes, surtout mis au-devant de ce fait, socialement. Cela entraînera tout un tas de problèmes dont le Politique je dirais, doit prendre sa grande part de responsabilité.

      ** Pour ceux qui ont moins de 15ans (9 Millions) et par rapport aux risques encourus en cas d’échec scolaire, le choix des programmes est crucial et la masse d’argent à y investir est colossale. Il y a de quoi à très bien réfléchir et surtout très rapidement ! À moins que ce n’est déjà fait dans le Programme des 2 Candidats (j’espère) !

      De ce constat, l’Éducation & l’Enseignement sont des Éléments Initiateurs d’une LOGIQUE De Développement Durable pour notre Pays.
      Et vu le pourcentage de la population rurale malgré que 33% vivent en Ville, malheureusement il y a trop de jeunes ruraux qui ne font presque rien, puisque le Taux d’Activités de la branche agricole est loin d’être à 100% faute de matériels et de moyens surtout.

      L’Éducation et l’Enseignement représentent un Investissement important à Moyen et à Long Terme, Il y a donc en plus, un TIMING à mettre en œuvre, par rapport au Jalonnement des Autres Priorités Logiques pour le redressement du Pays.
      Et c’est bien là où je veux en venir (plus bas), car c’est l’une des équations complexes à résoudre pour le bonne Coordination de tout un Programme Gouvernemental.

       (B) Développement et Croissance
      On ne peut pas se développer, sans un Moyen Nécessaire (je dirais même ET SUFFISANT).
      Le Gouvernement n’aura certainement pas tous les moyens financiers pour aller s’occuper de tout, surtout tout de suite. Si un Planning adéquate n’est pas mis en œuvre, on risque de désordonner l’avancement d’une révolution économique à engager.

      On doit investir efficacement pour avoir une meilleure Croissance.
      Or c’est la Croissance qui emmène à nouveau de l’Argent et de nouveaux Moyens pour mieux se
      Développer. C’est une Dualité inséparable.
      Or dans tout ce qui est Développement, il y a l’Agriculture, dont le pourcentage des personnes concernées est Considérable dont des Jeunes (déjà évoqué plus haut).

       Des Stratégies (il y en d’autres car je ne parle pas de TOUTES ici en tout cas)
      L’efficacité du futur Gouvernement à s’en sortir repose donc notamment sur sa capacité à prioriser les Secteurs à développer.
      ** Il faudra pouvoir former des Jeunes dont leurs compétences doivent être en adéquation aux Investissements déjà ciblés pour le redressement du Pays. Cela créera des Emplois et les futurs salariés puissent consommer pour la Croissance (à condition d’une meilleur Rétribution équitable des Employeurs).
      ** (A) & (B) m’emmènent à constater que l’Agriculture doit être une Affaire sérieuse et à encadrer surtout sur les 2 dimensions Développement et Croissance.
      Dans sa croissance, que la démarche ne soit un fléau pour l’Environnement.
      Et dans son Développement, que les Ressources ne profitent qu’à l’intérêt général du Pays.
      Ce Ministère devra donc revenir à un très grand Spécialiste en la matière au-delà des clivages politiques politiciens. (au même titre que l’Éducation Nationale). L’Agriculture se doit d’avoir au moins un ‘’Groupe de Recherche et d’Analyses’’, peut-être à mettre en Synergie avec les Universités.
      ** Il faudra se donner les moyens de développer le Secteur des Services, comme le Tourisme, vecteur RAPIDE de devises que notre Pays en a plus que besoin.
      ** Le 1er Ministre OU le Présidant doit informer le peuple de façon pédagogique et périodique (sans démagogie) sur l’avancement de certaines Phases de son Programme. Cela incitera le peuple à s’intéresser à la politique (pour une Gouvernance transparente et surtout pragmatique)

      Bonne continuation à Vous en tout cas

  • 28 novembre 2013 à 05:40 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    ="Affaire du vendredi 22 Novembre 2013"=
    "AFFAIRE de l’INSTITUT en Hautes Etudes Politiques".

    Docteur Jean Louis ROBINSON se fait piéger...bêtement par ses pseudos-accompagnateurs.

    Le candidat Jean Louis ROBINSON ne voulait pas rencontrer les étudiants d’un Institut Supérieur en Hautes Etudes Politiques,ce vendredi 22 Novembre 2013,juste,après l’annonce ==du résultat officiel==du premier tour de l’élection présidentielle,mais==ses accompagnateurs==(- ????-) avaient insisté pour qu’il honore "son" invitation.
    =="Déjà c’est une erreur flagrante une telle réunion==AVANT==l’ouverture officielle de la campagne.officielle pour le second tour de l’élection présidentielle du 20 Décembre 2013"==

    Bonne route ,Docteur Jean Louis ROBINSON.

    Que la meilleure équipe gagne les élections présidentielle et législatives du 20 Décembre 2013.
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 28 novembre 2013 à 11:33 | vivi (#7781) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Salama daholo e !
      Mahafinaritra ny ady hevitra indrindra raha ny mpanao gazety no mba mamoaka lahatsoratra tahak`itony. Fa tena olana goavana eto amintsika tokoa ny tsy fahaizan`ny mpampianatra eto amintsika ny teny frantsay sy ny teny gasy koa aza.Tsy misy intsony angamba ny fanofanana (formation et recyclage) atao @izy ireny hany ka ny fanononana (prononciation ) ny teny vahiny aza dia diso tanteraka.
      Mba tsara koa raha averina ny ’inspecteur " ny fampianarana izay nisy taloha mba ahafahan`izy ireo miezaka sy mitandrina ny asany.
      Amin`ny fitondrana vaovao ho avy eo, tsara dia tsara koa raha isika malagasy no mba mamolavola ny filan-tsika sy ny tanjona amin`io resaka fampianarana io fa tsy izay sitrapon`ny mpamatsy vola foana no tanterahina.
      Eny fa na dia ny fotoanan`ny fialantsasatra : Juillet/Aout dia tsy mifanaraka @ tokony ho izy satria ririnina ny andro fa ny lohataona ( vokatra jirofo,letchis,...,sns) no tokony ho izy : Octobre/Novembre/Decembre.
      Tena ilana fandininihana lalina.Misaotra e !

    • 28 novembre 2013 à 11:44 | Vohitra (#7654) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Bonjour à vous,

      De mon humble avis, personne n’est à blâmer ce jour là, tout s’était bien passé de manière convenable aux souhaits de l’hote de l’évènement donc il n’y a pas lieu de polémiquer la-dessus, il faut se rappeler que l’évènement a eu lieu dans un cadre strictement privé et l’hote n’a pas formulé aucune décéption ni de désagrement ni de perturbation quelconque.

    • 28 novembre 2013 à 18:26 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Vohitra

      Vohitra
      Ce qui me choque dans cette affaire c’est "l’exploitation médiatique de Madagate et consort".
      Pour Moi,je me pose la question de la sincérité des "ORGANISATEURS" de cette "Réunion" hors date officiele de l’ouverture de la campagne présidentielle pour le second tour du 20 décembres 2013 et l’insouciance (-la légéreté-) des pseudos-accompagnateurs du Docteur Jean Louis ROBINSON.

      BONNE ROUTE DOCTEUR.
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 29 novembre 2013 à 02:35 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      C’est tirer par les cheveux !

      J. L. Robinson est adulte, capable, libre de ses actes et peut bien refuser toute invitation.

      Il est loin de se faire piéger. Son service de protocoles ("accompagnateurs" selon vous) aurait bien pu reporter cette rencontre pour un autre jour "sans Hery Rajaonarimapianina à coté ou en face".

      De telle réunion n’est nullement une erreur de la part de Science po. Ce n’est qu’à titre d’info, de la part de ces futurs cadres qui veulent avoir des réactions à chaud.

      Cà ne rentre pas encore dans le cadre de la campagne officielle pour le 2° tour de la présidentielle.
      C’est une prestation qu’on peut refuser poliment.

      J. L. Robinson doit se préparer à de telles réunions (E.N.A.M., ACMIL, etc ...) où Hery Rajaonarimampianina excelle en tant qu’expert comptable et ancien ministre des finances ...

      C’est tout !

    • 29 novembre 2013 à 08:01 | Boris BEKAMISY (#4810) répond à NY OMALY NO MIVERINA

      BABAZ dans son planete Mars est toujours ainsi ,

      Quand un journaliste malgache tres souvent STAGIAIRE essaie de noircir son papier quelque part pour parler d’un Jean Louis ROBINSON qui s’est fait pieger et HOP le Vieux BABAZ prend le plaisir de GOBER sans discernement cette afirmation qui releve du meninge du journaliste STAGIAIRE !

      - Le BABAZ qui clocharde le long des rues parisienne a du mal à se situer sur le CONTEXTE du JOURNALISME à Madagascar !

      - Aussi , tendre des pieges à l’adversaire font partie des JEUX POLITIQUES et la FAUTE revient toujours à celui qui se laisse pieger tres FACILEMENT faut de DISCERNEMENT et INTELLIGENCE ,moins à celui qui tend le piège !

      - Je vous laisse donc verser vos larmes pour votre " HEROS NAIF "qui se laisse pieger tres tres FACILEMENT !

      Moi BB ,Je felicite plutot celui qui a reussi à tendre le PIEGE !

    • 30 novembre 2013 à 03:09 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à Boris BEKAMISY

      BB,
      C’est MOI,Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com
      qui parle de =="se faire piéger"==Point barre !
      Je n’ai pas à gober une quelconque confirmation mais ==une supputation personnelle==.
      Basile RAMAHNEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 30 novembre 2013 à 20:18 | Jipo (#4988) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      C koi moa qui gobe tous les ragots qui lui sont rapportés : Longtarin du 9/3 a encore " gobé " ...

    • 30 novembre 2013 à 20:22 | Jipo (#4988) répond à Jipo

      Chut jipo : 03h09 , tu vois pas qu’ il rêve ayant confondu MT avec son somnifère .

    • 30 novembre 2013 à 21:09 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111) répond à NY OMALY NO MIVERINA

      Qui sont-ils ces fameux accompagnateurs ?
      A ma connaissance,le Docteur Jean Louis Robinson a décliné l’invitation. de cet institut (-Institut d’études polirtiques- paraît-il ????-’)
      Basile RAMAHEFARISOA-1943
      b.ramahefarisoa@gmail.com

    • 2 décembre 2013 à 00:36 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059) répond à RAMAHEFARISOA Basile

      Eh oui, c’est çà ... !!!

      "Ces accompagnateurs" ont fait boire Jean Louis Robinson plus que d’habitude pour le traîner à se présenter à l’I.E.P. ...

      Il manquait le canon d’une arme sur ses cotes ...

      Jean Louis Robinson n’a qu’à bien choisir ses relations pour l’accompagner un peu partout ...

      Voilà un bon enseignement "prioritaire" pour J. L. R. sur sa sécurité ...

      Vous êtes vraiment marrant, M. Basile !!! Un farfelu !

  • 28 novembre 2013 à 13:23 | alika mirenireny (#3197)

  • 1er décembre 2013 à 13:20 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    - "L’organisation de l’enseignement obligatoire,à tous les degrés,est ==un devoir==de l’Etat".
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 2 décembre 2013 à 03:08 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059)

    J’étais ancien élève de M et Mme Domenichini qui sont très attachés à M/car (à peu près 40 dans la classe au Lycée Gallieni dans les années 1965 ... !!!).
    N’empêche, ce qui est vrai, l’éducation et l’enseignement sont le seul ascenseur social pour sortir de la pauvreté quel que soit le pays et le régime politique.

    A l’échelle mondiale, La France est le 1° pays au monde à comprendre que pour s’épanouir, il faut "mondialiser" sa culture en particulier, l’éducation et l’enseignement en général.

    Comme le Christ a dit à ses disciples :
    "Mandehana, ataovy mpianatra ny firenena rehetra".

    C’est un des moyens le plus pacifique et efficace du monde pour lutter contre toute discrimination, exclusion.

    La France du XXI° siècle est autre que celle du XIX° et du XX° par la mondialisation.

    Concernant M/car, y a beaucoup à faire en matière d’éducation et d’enseignement compte tenu de notre démographie très jeune.
    Qu’on le veuille ou non, il faut qu’on s’occupe de nos jeunes, enfants, petits enfants, ... : les nourrir, les soigner, les éduquer, les former, leur donner du travail, les loger, leur donner comment circuler, se divertir,...

    Ils vivent, dynamiques, actifs, ...

    Et on ne s’est pas donné les moyens ... D’où la fuite de nos cerveaux !

    C’est un très long et difficile débat depuis 1972 ...
    Et c’est normal que ce problème est chronique dû aux "raiamandreny adala" (Gouvernances) qui mettent en pratique une gestion politique immature, inconséquente et irresponsable.
    Du socialisme inadapté on aboutit à la mondialisation en passant par des capitalismes démagogues et des transitions non identifiés ...

    Very ny olona, mivoraka ny ankizy !

    Concernant les prochaines échéances électorales ...
    Normal que çà démarre dans la timidité pour plusieurs raisons :

    - DUREE : 21 jours. Donc "ce qui veut aller loin ménage sa monture". C’est long et cela suppose une bonne santé physique, morale, financière, ... Cà va se précipiter dans les 10 derniers jours.

    - CONTEXTE : élection présidentielle couplée avec l’élection législative. Donc chaque candidat présidentiel est en observation des comportements des candidats aux législatifs pour affiner leurs assiettes électorales et tactiques de campagne.

    - STRATEGIE : tous les 2 se préparent sérieusement aux débats audiovisuels, perfectionnent leurs points forts, essaient de résoudre leurs lacunes sur des questions socio-économico-politiques. Et ils ne vont jamais dévoiler d’avance le fil conducteur et l’esprit de leurs programmes.

    De ces paramètres qui vont intéresser les opérateurs économiques, les candidats députés, les intellectuels, les férus de la politique et divers responsables, les soutiens, ... vont se profiler le bon profil et la sihouette du futur Président de la République.
    Et il suffit de peu de choses (...) pour modifier tout pronostic et toute prévision !!!

    Donc, pour le moment, rien ne sert de se précipiter.
    Ni les "Mpisikidy", ni les "Mpanandro" n’es savent rien.

    Pendant quelques jours, les 2 candidats, "illustres" inconnus, remercient ses électeurs et se présentent " AU PLUS PRES" des électeurs pour marquer et imprimer dans la conscience collective leur physique, leur regard, leur apparence, leur sympathie, ...
    Sans négliger les vrais demandeurs et consommateurs des P.P.N., les agriculteurs et les jeunes, ...

    Une démarche logique et méthodique.

    Ce bien avant les débats d’idées (à la télé, aux radios, ...) qui vont dévoiler leur intelligence, leur connaissance des problèmes et soucis de la Nation, leur sagesse etc... et surtout leur aptitude à diriger, à gouverner, à prévoir et à décider le choix adéquat aux attentes des Malagasy et non d’une majorité parlementaire ou d’une (quelques)mouvance(s) ou lobbies.

    Président de Madagascar et de tous les Malagasy.

    Ce qui balaierait d’un revers de main tout problème sur le "Fihavanana".

    Moi, en attendant, j’observe, j’écoute, j’essaie de comprendre car tout change à tout moment.

    Veloma !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS