Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 24 mai 2018
Antananarivo | 05h18
 

Politique

Société civile, politique et opposition

La Sefafi remet les points sur les « i »

jeudi 15 février | Ny Aina Rahaga

La Sefafi ou Observatoire de la vie publique est venu remettre les points sur les « i » et rappeler les vrais rôles de tout un chacun entre la société civile, la société politique et l’opposition à Madagascar. Bien des fois, l’on se trompe sur la perception et la qualification et surtout le rôle de chacun de ces composantes de la vie publique, conduisant à de fausses interprétations et même à des manipulations.

Tout d’abord, la Sefafi insiste sur la définition de la société civile et son rôle qui tend à être déformé voire utilisée à d’autres fins que celles d’une vraie société civile. « La principale caractéristique de la société civile est de récuser toute finalité politique. Autant le but de l’action politique consiste à gérer l’intérêt général de la nation, indépendamment des intérêts particuliers et parfois contre eux, autant la société civile ne se préoccupe, par le biais de ses multiples composantes, que d’objectifs spécifiques : ceux des entreprises, des diverses associations, des confessions religieuses, des défenseurs des droits de l’homme, des ONG, etc. » fait savoir la Sefafi. Le fait est malheureusement que certaines associations usent de la qualification de société civile à des fins purement politique. « Vouloir exercer le pouvoir implique la création d’une organisation dévouée à cette ambition et capable de mobiliser les électeurs. C’est la raison d’être des partis politiques, particulièrement prolifiques dans la Grande Île. Mais ces partis, qui ne sont pour la plupart que des groupuscules réunissant quelques parents ou amis, se confondent souvent avec des associations relevant de la société civile et qui dissimulent leurs ambitions avant de faire apparaitre leurs calculs politiques. Cette configuration ambiguë constitue la principale menace pour la crédibilité de la société civile. Celle-ci est alors perçue, par le citoyen, comme l’étape préalable d’un engagement politique qui n’ose pas encore se déclarer ouvertement », continue-t-elle dans sa déclaration.

Sans aucune éthique

La société politique vit et subit les mêmes affres de cette méconnaissance ou de cette manipulation souligne la Sefafi, et même pire que cela. Alors que le système démocratique fait apparaitre par la voie des urnes deux entités politiques de point de vue différent avec des idéologies et des programmes différents, c’est loin d’être le cas à Madagascar. A l’issu des votes et des élections, une entité monte au pouvoir et devient titulaire d’un mandat alors que l’autre est appelé à jouer son rôle d’opposition. L’absence d’éthique qui fait défaut chez les hommes politiques malgaches fait pourtant que le schéma est totalement différent. « Celui qui n’est pas élu doit continuer à défendre son programme dans le cadre d’une opposition démocratique, si du moins il est fidèle à ses convictions. Nos politiciens, qui n’ont aucune éthique, font l’inverse : à peine élus, eux qui se prétendent les représentants de leurs électeurs, retournent leur veste, renient leurs engagements, repoussent leurs alliés, nouent de nouvelles alliances opportunistes et tournent le dos au peuple », déclare la Sefafi. Avant de continuer que selon l’article 78 de la constitution : « L’opposition a droit à un poste de vice-président à l’assemblée nationale et préside au moins l’une des commissions ». Mais aucun des députés qui contestent le pouvoir du Président élu n’a voulu ni pu endosser le titre officiel d’opposant, pourtant reconnu par la constitution pour la première fois dans l’histoire du pays. La raison en est simple : « l’opposition, pour nos politiciens, est une salle d’attente où se retrouvent les candidats à des postes plus importants et plus lucratifs. Afin de s’assurer un avenir politique, sous n’importe quelle bannière, et en prévision des jours difficiles (mitsinjo ny vodiandro merika), il est de bon ton de ne se faire aucun ennemi, même si cet esprit de consensus se réalise au détriment de toute éthique ». La société politique ainsi que ceux qui certaines associations qui se réclament être de la société civile devraient donc se remettre en question. Le fait étant que ces pratiques malsaines ont amené le pays au fond d’un gouffre de pauvreté politique, économique et social très profond. A l’aube des élections, il serait temps d’envisager de nouvelles pratiques politique afin de réellement commencer à redresser le pays.

51 commentaires

Vos commentaires

  • 15 février à 09:44 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    La critique est facile mais l’action est difficile et ce n’est pas en copiant et collant ce qui a réussi ailleurs qu’on va s’en sortir.
    Notre pays a sa spécificité, ses traditions et ses potentialités que nous devons en tenir compte dans tous les domaines notamment pour son développement.
    Voici ma proposition pour développer notre pays et il suffit d’y mettre la volonté politique et une organisation administrative et économique cohérente pour y parvenir.
    La solution est simple, même les Etats-Unis et les pays de l’UE commencent à y revenir :
    - Produire et acheter localement relève du patriotisme économique (préférence nationale).
    Tant qu’un pays (voire un ménage) n’adopte pas cette politique d’emprunter pour produire et acheter localement et exporter éventuellement son surplus, il ne s’en sortira jamais et c’est pareil à celui qui fait bouillir du lait de vache (il faut qu’il reste toujours dans la marmite sinon on n’a plus rien et le lait de vache c’est l’emprunt effectué).
    Ce modèle de développement peut s’appliquer à toutes nos collectivités décentralisées à travers un état des lieux de leurs atouts (points forts-opportunités) et handicaps (points faibles) sans oublier évidemment les avantages comparatifs comme base de la coopération inter-collectivité.
    On n’a besoin que d’un seul mandat de 5ans pour mettre en place cette base de développement rapide et durable.

    • 15 février à 10:19 | Stomato (#3476) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Dans l’ensemble de bonnes propositions et analyses, mais un peut trop du genre YAKA FOKON et YAPLUSKA !

      >>Notre pays a sa spécificité, ses traditions et ses potentialités que nous devons en tenir compte dans tous les domaines notamment pour son développement.<<

      Il faudrait une liste exhaustive de ces spécificités, en les datant. Car certaines peuvent être assez anciennes et en total décalage avec des données actuelles, la plupart importées.

      >>La solution est simple, même les Etats-Unis et les pays de l’UE commencent à y revenir :<<

      Hum, s’il existait UNE solution simple, nul doute qu’elle aurait été trouvée depuis longtemps.
      Je pense que les malgache ne sont pas aussi stupides que votre phrase le laisse supposer.

      >>- Produire et acheter localement relève du patriotisme économique (préférence nationale).<<

      Ça se mange le patriotisme économique ? (Reprise d’une phrase "historique").

      >>Tant qu’un pays (voire un ménage) n’adopte pas cette politique d’emprunter pour produire et acheter localement et exporter éventuellement son surplus, il ne s’en sortira jamais et c’est pareil à celui qui fait bouillir du lait de vache.<<

      Tout à fait dans l’optique YAPLUSKA !
      Je ne vais pas lister ici les très nombreux efforts réels faits par de nombreux malgaches, surtout des femmes mais cela dépasserait votre entendement !, pour produire de quoi nourrir leur famille très nombreuse (dès qu’il y a à manger !) mais qui ne peuvent "exporter" vers la ville leur production par manque de moyens de transports (route et véhicules) et qui de plus en plus souvent se font voler leurs récoltes avant même qu’elles soient à maturité !

      >>Ce modèle de développement peut s’appliquer à toutes nos collectivités décentralisées à travers un état des lieux de leurs atouts (points forts-opportunités) et handicaps (points faibles) sans oublier évidemment les avantages comparatifs comme base de la coopération inter-collectivité.<<

      Là vous êtes en plein délire. Ce modèle était appliqué par les colons, il a été refusé.
      Ce modèle a été appliqué, et l’est encore par des ONG, lesquelles sont de plus en plus critiquées.

      >>On n’a besoin que d’un seul mandat de 5ans pour mettre en place cette base de développement rapide et durable.<<

      Quelle bonne nouvelle !
      Dire qu’en 50 ans aucune tête formée sont les cieux différents de la planète n’y ont pas pensé à votre solution !

      Mais au moins vous tentez des recherches de solutions au m*rdier dans lequel se trouve le pays.
      Je constate depuis de lustres (AKA années) que le machisme génétique des malgaches interdit de fait de donner des responsabilités aux femmes.
      Il faudrait des femmes (laissées tombés par les géniteurs de leurs enfants) aux postes de responsabilité, pas seulement responsabilités politiques mais aussi responsables opérationnelles.
      Mais ce jour là les poules auront des dents. Et comme disait un curé de mes amis, ce jour je ne le verrai pas, mais mes petits enfants peut-être.

    • 15 février à 10:40 | betoko (#413) répond à plus qu'hier et moins que demain

      On importe plus rien alors , comme nous aviez imposé Didier Ratsiraka fans les années 70 . C’est ce que Mao avait fait aussi et ces deux chefs d’état se sont trompés
      Vous qui êtes de confession musulmane , savez vous qu’un grand danger guette Madagascar avec l’arrivée massive des pakistanais de confession musulmane intégriste , les quels enseignent le coran rigoriste dont des petits malgaches des brousses apprennent bêtement sans rien comprendre. Qui nous dit que d’ici peu de temps ils seront endoctrinés et seront de djihadistes en puissance . Un avocat de Tana qui était allé en mission dans la région de Majunga ma disait hier qu’il a vu des gamins en train de brûler un drapeau américain

    • 15 février à 10:41 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Stomato,

      Je vois bien que vous avez mis du temps pour me critiquer sans aucune contre-proposition et vous voulez que j’entre dans les détails alors que je ne suis même pas candidat à quoi que ce soit.
      Je trouve que mes propositions sont suffisamment claires et pouvaient être une source d’inspiration pour tous ceux qui veulent développer notre pays et je ne les monnaie même pas.

    • 15 février à 10:45 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Bonjour Betoko,

      Le problème chez nous c’est la survie mais pas l’image ni la pensée des autres.

    • 15 février à 10:51 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Stomato avec sa mauvaise foi habituelle n’a pas pris en compte dans ces critiques l’introduction de ma proposition : « Voici ma proposition pour développer notre pays et il suffit d’y mettre la volonté politique et une organisation administrative et économique cohérente pour y parvenir. »

    • 15 février à 11:12 | Isandra (#7070) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Pqmd,

      Mais, n’oubliez pas la politique démographique, car la forte croissance démographique non maîtrisée appauvrit le peuple :

      http://www.midi-madagasikara.mg/societe/2016/03/22/forte-croissance-demographique-a-madagascar-des-causes-liees-a-la-pauvrete/

      Les ONGS devraient vulgariser davantage leur planning familial, l’Eglise devrait prêcher davantage l’abstinence et la fidélité ,...

    • 15 février à 11:26 | Bena (#494) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Éthique Sefafi : tout foutre en l’air dès qu’on propose le nonos (Jean Eric Rakotoarisoa, Horace Gatien entre autres, ex ténors Sefafi).

    • 15 février à 12:31 | plus qu’hier et moins que demain (#6149) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Isandra,

      Madagascar c’est combien d’habitant au km2 ? 42Habitants au km2.
      Il ne faut jamais gober tout ce qui vient de l’exterieur.

    • 15 février à 13:26 | Isandra (#7070) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Pqmd,

      Nuance, j’ai dit, il faut la maîtriser, cela ne veut pas signifier forcément qu’il faut stopper la croissance démographique, non et non, je ne veux pas avoir le même problème que l’Europe pays vieillissant,...

      Toutefois, nous devons mettre en place une politique laquelle la régule en fonction de nos efforts et notre croissance économique,...car la forte croissance démographique non maîtrisée, laquelle n’est pas proportionnelle à la situation économique appauvrisse la population,...

  • 15 février à 10:42 | arsonist (#10169)

    Le manque d’éthique des politiciens gasy est mentionné à plusieurs reprises dans les déclarations de la SEFAFI et dans cet article de MT.com ainsi que dans celui du numéro de Midi Madagascar de ce jour.
    Ce qui est étonnant, ce n’est pas ce manque d’éthique des politiciens gasy.
    Puisque tout le monde le sait depuis plusieurs décennies déjà.
    Ce qui est étonnant d’abord c’est cette expression édulcorée choisie. Chez les membres de la classe politique gasy, il ne s’agit pas seulement de « manque d’éthique ». Il s’agit d’ « absence totale d’éthique ». Il y a une grosse différence de sens entre ces deux expressions.
    Il est étonnant aussi que c’est maintenant seulement qu’un groupe de citoyens gasy dénonce publiquement cette tare profondément enracinée dans la classe politique gasy. Tare chez les politiciens gasy et que pourtant le monde entier connaît depuis au moins 40 ans.
    Il est étonnant enfin que des Gasy illuminés, en particulier des fidèles inconditionnels de certains Gasy chefs politiques, font actes de mensonge, d’époustouflante mauvaise foi et de prêche fortement teintée de foi à la chose divine. Et ils font cela sans vergogne aucune. [Vous verrez, certains d’entre eux vont encore venir aujourd’hui sur ce site pour tenter comme d’hab de défendre l’indéfendable et de diffuser leur funeste propagande].
    Il faut vraiment être extrêmement naïf pour croire qu’une équipe de politiciens gasy pourrait sortir un jour cette Grande Île et ses populations de leur actuel état de misère noire.
    Une équipe de politiciens gasy ne pourra qu’aggraver les choses. Comme d’hab.

  • 15 février à 10:51 | Isandra (#7070)

    "Nos politiciens, qui n’ont aucune éthique, font l’inverse : à peine élus, eux qui se prétendent les représentants de leurs électeurs, retournent leur veste, renient leurs engagements, repoussent leurs alliés, nouent de nouvelles alliances opportunistes et tournent le dos au peuple ».

    Vouliez vous designer quelqu’un, certain Hery ?

    A peine élu, sa première décision, retourne sa veste, renie ses engagements, repousse ses alliés et ses amis de lutte(Mapar) sans lesquels il n’aurait jamais songé être Président, noue de nouvelle alliance très opportuniste PMP, TIM et tourne le dos au peuple(La majorité du peuple l’a élu du fait qu’il a été présenté comme porte fanion de la révolution orange).

    L’Ethique en politique n’existe guère depuis l’arrivée de Ravalo dans la politique, il utilisait la politique pour développer ses entreprises, de ce fait, nombreux chefs d’entreprise se bousculent pour faire la politique, bien qu’ils ne s’y connaissent rien,...

  • 15 février à 11:29 | FINENGO (#7901)

    @ Betoko
    Je cite :
    Vous qui êtes de confession musulmane , savez vous qu’un grand danger guette Madagascar avec l’arrivée massive des pakistanais de confession musulmane intégriste , les quels enseignent le coran rigoriste dont des petits malgaches des brousses apprennent bêtement sans rien comprendre. Qui nous dit que d’ici peu de temps ils seront endoctrinés et seront de djihadistes en puissance . Un avocat de Tana qui était allé en mission dans la région de Majunga ma disait hier qu’il a vu des gamins en train de brûler un drapeau américain.
    =========================================
    Betoko, ce n’est qu’aujourd’hui que les arrivées en masse des Pakistanais et ceux de la Tunisie ainsi que du Golf vous interpelle ???
    Même le Roi du Maroc, c’est prononcé à ce sujet.
    Sans compter que l’ Etat Malgache est très cher payé pour les recevoir.
    Et quand on est pourri par l’argent, et pour enrichissement personnel, comme le font les Dirigeants Malgaches, ça ne pourra pas se passer autrement. C’est la réalité Malgache Monsieur Betoko.
    Là ils brulent le Drapeau Américain, et j’espère que demain ils bruleront le Drapeau Français, pour que la France puisse prendre une disposition tranchante et sans équivoque en vers Madagascar.
    Certainement que d’ici 5 ans on aura des Terroristes de Nom RAKOTO quelque chose ou RAZAFI.... quelque chose sur les places de France et de l’ Europe. Et en Premier lieu dans les Grandes villes Malgaches déjà pour qu’ils se fassent la main.
    Ce que je vous dit là, n’est pas un souhait, non, pas du tout. Mais c’est la réalité Malgache, en étant dirigé que par des Pourris de tous bords et de tout temps, depuis 1975.

  • 15 février à 11:32 | RAMBO (#7290)

    Sefafi, oppositions, Gouvernement....Chacun à son boulot !
    Lisez ceci..

    Les autorités malgaches se remobilisent contre la pauvreté. Devant un parterre de représentants de l’État, du secteur privé et de la société civile, le président malgache Hery Rajaonarimampianina a exposé sa stratégie de croissance et de transformation du pays à l’horizon 2030. Pour le numéro 1 malgache, il s’agit d’un nouveau pacte social par lequel le pays entre dans une nouvelle dynamique de croissance inclusive, et qui vise à doubler la richesse par habitant d’ici là.

    « L’objectif est clair : mettre fin au paradoxe malgache, celui de la pauvreté malgré des potentiels économiques immenses. Pour cela, il faut libérer les forces productives nationales, améliorer le climat des affaires, lutter contre la corruption, et promouvoir un État efficace et au service du peuple. Je propose en fait un nouveau pacte national », a indiqué Hery Rajaonarimampianina.

    Selon lui, ce plan qui est une réforme de l’Etat, en fait un ’’véritable’’ partenaire de la population malgache et fixe le cap pour atteindre une ambition collective tout en faisant une rupture avec ’’les erreurs du passé’’.

    Dénommé ’’Plan Fisandratana 2030’’ (émergence et renaissance, en malagasy), le plan est axé autour de quatre pôles de développement économique et s’appuie sur un programme de développement infrastructurel dans les domaines tels que le transport, l’énergie et la santé. Selon un communiqué de la présidence malgache, ce programme doit permettre de soutenir l’éclosion dans les secteurs prioritaires notamment, l’agriculture vivrière, l’exploitation durable des produits agricoles et forestiers rares, la pêche et l’aquaculture, l’industrie légère, les mines, les pierres précieuses et le tourisme.

    « Fruit d’une analyse approfondie des mécanismes sociaux et économiques à l’œuvre dans la Grande Île, le plan Fisandratana 2030 prolonge le Plan National de Développement (PND 2015-2019) et s’appuie sur les acquis des quatre dernières années pour optimiser les relais de croissance et les potentiels du pays », précise le communiqué qui ajoute que le plan repose aussi sur une ambition collective portée par les acteurs du développement et ’’l’ensemble de la nation malgache’’.

    Multiplier le PIB par 3,5 d’ici 2030
    A travers le ’’Plan Fisandratana 2030’’ dont les priorités sont l’éducation, la formation professionnelle, la santé et la nutrition, le président Hery Rajaonarimampianina s’est fixé des objectifs précis. Il s’agit de « créer 5 millions d’emplois à l’horizon 2030, de multiplier le PIB par 3,5 et d’arriver à la 70e position du classement mondial de l’Indice de Développement Humain (IDH) », note le communiqué de la présidence.

    Ce plan pourrait ainsi permettre au pays de rompre avec une mauvaise réputation qui veut qu’il soit le cinquième pays le plus pauvre du monde avec en 2016 un PIB par habitant de 382,2 dollars et de 9,5 milliards de dollars pour une population de 24,5 millions d’habitants, dont 81,8% vivaient sous le seuil de la pauvreté en 2010, selon les données de la Banque mondiale.

    Notons que le président Hery Rajaonarimampianina est entré le 25 janvier dernier dans sa cinquième année au pouvoir. Sa présentation du plan Fisandratana 2030 a été faite devant plus de 1.200 personnalités du pays.

    Sylvain Vidzraku « La Tribune Afrique »

    • 15 février à 11:53 | Isandra (#7070) répond à RAMBO

      Rambo,

      Qui dit vrai, Holijaona R a publié ceci :

      Le Président Hery Rajaonarimampianina, dans sa vision veut faire de Madagascar un pays « émergent » d’ici 2030. Pourtant dans son allocution et dans les divers documents d’explication il est dit que : « d’ici 2030, le RNB sera de 1000 US$ ». C’est donc loin des 1242 US$ exigés pour ne plus faire partie des PMA et par conséquence faire partie des pays émergents en 2030.

      Conclusion : en 2030 Madagascar fera encore partie des Pays les Moins Avancés et non un pays « émergent » comme le décrit le programme FISANDRATANA 2030.

      Holijaona Raboana

      Président-fondateur de l’association Emergence de Madagascar

      Sera 1000$ ou 382,2X3.5=1.337$...?

      Je n’entre pas encore dans les détails le « comment réaliser » par ex : 5.000.000 emplois, etc. Chaque chose a son temps,...

  • 15 février à 11:39 | reviv (#9830)

    dont acte pqhmd,
    mais qd vous dites qu’il est facile de critiquer, vous vous êtes( un peu) laissé aller.
    car, ici sauf peut-être qq exception, on vient tous pour critiquer.
    il faut savoir qu’apporter une critique à qqchose est déjà un début de recherche de solution de ce qqchose.
    Et une critique n’implique pas forcément du négatif.
    Le sefafi ici, à travers son post ci-dessus, pointe bien la défaillance du système politique ou plutôt le rôle joué par les politiciens malgaches dans la grande île, mais là encore, il faut une école car la politique n’est pas une improvisation.

    En revanche, si la révélation faite par betoko est avérée, alors il y a dangers supplémentaires pour un pays qui est déjà fragilisé par la paupérisation de ses populations.

  • 15 février à 11:59 | Vohitra (#7654)

    Bonjour à tous,

    On ne peut que partager les grandes lignes des constats émis par la SEFAFI, seulement elle a une tendance à focaliser ses critiques et remarques au niveau des structures, les associations et partis politiques, alors que le problème se situe, à mon humble avis, au niveau des mentalités et attitudes innés, pour ne pas dire endémiques, aux femmes et hommes qui composent ces structures.

    La société civile a toujours été utilisée comme tremplin par des personnalités ayant des ambitions politiques pour se faire connaître auprès du public et des autorités, au début, ces personnalités mettent en avant des attitudes remplis de bonne foi se focalisant sur les choses publiques partagées en ne manifestant que des intérêts pour le bien et devenir des éléments vulnérables dans la société, pour arriver par la suite à devenir des partenaires incontournables pour les partis politiques afin de véhiculer leurs visions et objectifs, et finalement des porte paroles attitrées et acteurs majeurs défendant des enjeux et jeux politiques liés à la gestion du pouvoir et autorité. L’espace d’expression des idées a dépassé le cadre associatif pour venir ainsi s’épancher sur des milieux destinés à la défense des intérêts particuliers ayant des points focaux la capture et maîtrise de l’appareil d’Etat. Et plus tard, le cadre politique qui avait accueilli ces personnalités étant devenu trop exigu pour contenir leurs ambitions, elles se lancent dans la création de leurs propres marques déposées politiques, reflets de leurs égos et finalités, leurs pensées dominatrices et envahissantes vis-à-vis d’une société crédule et sans défense…

    Ainsi, ces hommes et femmes qui avaient veillés au départ aux soucis, attentes et aspirations des minorités vulnérables se sont métamorphosés au fil du temps en créatures dangereuses accaparant et détournant à leur profit la volonté de la majorité à asseoir une justice sociale et équitable…

    Bref, la société civile Malagasy, qui avait pris son envol vers la fin des années 80 sous l’impulsion des églises et autres structures pour la défense des droits de l’homme et droits fondamentaux, est devenue et reste encore un terreau fertile pour l’essence et l’émancipation d’une mentalité prédatrice, pourvoyeuse d’une nouvelle race de bourgeoisies kléptocrates…
    Et le label de départ qui accroche toujours est celui de la défense et promotion de la démocratie…

    SEFAFI, KMF-CNOE, CCOC…CINDH, combien parmi ces vaillants femmes et hommes politiques étaient issus de leur rang depuis ?

    Et on aura encore et toujours, ça c’est une certitude compte tenu du contexte qui prévaut, besoin du service de notre honorable société civile pour faire vaciller cet énorme parti-Etat-conglomérat qui étouffe la nation Malagasy…

    • 16 février à 05:36 | rayyol (#110) répond à Vohitra

      Tout est extrêmement vrai La Question comment change t on cette façon de voir ou mentalité. Comment injecte t on une nouvelle façon de penser a tout ces dinosaures
      Du sang nouveau avec des idées nouvelles .C est ce dont Madagascar a besoin Le seul espoir la nouvelle generation mais celle ci n est pas préparée n a aucun espoir Le seul terreau qui présentement se met en place est celui du désespoir de toute cette jeunesse terreau d une vraie révolte facilement exploitable
      Les convaincre ne sera pas difficile .J avait un peu d espoir mais c est présentement reduit a Zero
      .Hery n est définitivement pas l homme de la situation
      Pour le moment aucun ne se profile a l horizon le vide total c est ce qui est vraiment dangereux
      Tous des dinausaures

  • 15 février à 12:17 | reviv (#9830)

    Il ne suffit pas d’écrire de la litanie rambo,
    Cela ressemble plus a de mensonges qu’à autre chose,
    En 5 ans voire 9 ans de gouvernance aléatoire,
    aucun résultat palpable pour la majorité rempante et les faits sont têtus.
    sauf la prolifération de la corruption > impunité et impunité > corruption,

  • 15 février à 12:57 | Isandra (#7070)

    L’éthique OUI, rien à dire là-dessus, mais, ce que nous devons façonner, c’est un vrai homme d’Etat, de préférence, doublé du charisme, qui saura mobiliser toute la force vive et utiliser pleinement nos atouts au service de l’émergence de notre pays,...

    "La perception d’un intérêt commun, ensuite.

    Quoiqu’ayant participé aux luttes parfois sévères qui parcourent la vie politique des temps ordinaires, l’homme d’État saisira les affaires dont la résolution aura un impact fort sur la cohésion sociale minimum nécessaire à toute société. Il saura mesurer ce qui peut relever d’une légitime victoire politique d’une majorité sur son opposition et ce qui constituera une atteinte aux valeurs essentielles, fondatrices du consensus social. Il consentira alors à mettre en réserve ses convictions personnelles ou partisanes et donnera droit à la préservation de l’indispensable consensus social. Bien qu’habité de fortes convictions personnelles, l’homme d’État a l’intelligence de l’éthique sociale et politique transcendante."

  • 15 février à 13:03 | kartell (#8302)

    Bonjour,

    Cet état des lieux a le mérite d’être fait, mais, il n’est qu’une répétition lancinante des situations antérieures dont on a, jamais, su tirer un quelconque enseignement !
    La preuve ?, c’est que nous assistons à une course à la présidence avec les mêmes « acteurs » depuis 2002, le renouvellement n’est pas d’actualité, il n’a pas sa place dans le pays alors qu’il fait partie de toute démocratie qui se respecte et qui est respectée !….
    Le décorticage de la spirale infernale est une bonne chose, encore faudrait-il qu’elle puisse entrainer une prise de conscience qui n’aura pas lieu !…..
    Notre société civile semble incapable de se renouveler, elle conserve jusqu’à l’usure, ses têtes d’affiches dans l’absence totale d’un contre-pouvoir et de perspectives d’avenir, à former les futures élites qui sont, exclusivement, issues d’un entre-soi, prédateur !…..
    Aujourd’hui, nous sommes englués dans des discours, soit moralisateurs, soit zélateurs qui se cantonnent à un virtuel qui ne débouche que sur des frustrations d’une société bernée qui ne voit rien changer !….
    Parlons moins et agissons plus, mais, nous ne savons pas comment faire !.
    Visiblement, cela a l’air très compliqué et cela n’intéresse pas grand monde !...

  • 15 février à 13:09 | arsonist (#10169)

    Une des plus grandes faiblesses du Gasy est sa déplorable et habituelle méconnaissance du fait que, hors la poésie, ce que l’on dit doit avoir de solides assises fortement bien accrochées à la réalité des choses de la vie.
    Dans les paroles de sa belle chanson « Ne me quitte pas », Jacques Brel met en musique sa belle poésie. Son public se rend bien compte que « les perles de pluie de pays où il ne pleut pas » ne peuvent pas exister dans la réalité. Mais c’est de la poésie. Et Jacques Brel n’était pas un politicien.
    De même l’orateur classique gasy, du genre G.A. (et en même temps ancien journaliste à qui on vient tout juste de rendre hommage),
    quand il fait oralement devant les deux familles rassemblées la liste des supposés mérites du jeune homme qui demande la main de la jeune fille,
    ne s’embarrasse pas de vérifier l’exactitude de ces mérites qu’ils énumérent , car son seul et unique souci en moment précis est la poésie de son discours qui doit être agréable à l’oreille de son auditoire.
    Le politicien gasy, lui, est déjà très loin d’être un poète. Mais de plus il se croit peut-être en train de discourir pendant une folklorique réunion. Alors il ne dit que des mensonges et fait aux personnes qui les écoutent des promesses impossibles à réaliser mais agréables à entendre. Or, agir à l’endroit des populations, en conformité à l’éthique de justesse et d’honnêteté morale, doit être le propre de l’homme politique. Malheureusement, c’est loin d’être le cas du Gasy politicien.
    Déjà on s’aperçoit que le mot éthique lui-même est interprété de façon bizarre par les illuminés fidèles des Gasy chefs politiques.
    Une de ces illuminés juge contre l’éthique l’acte de l’autre Gasy, devenu chef politique,
    et qui a quitté son ancienne équipe dont le « charismatique » a été jugé mauvais par la CI.
    Par contre, un de ces illuminés trouvent conforme à l’éthique le fait de piller le riz dans un entrepôt du port de Toamasina.
    Il semble que pour ce genre de Gasy l’éthique est une fonction dépendant de façon exclusive de leurs aléatoires intérêts personnels.

    • 15 février à 13:43 | arsonist (#10169) répond à arsonist

      Voyons les choses avec clarté et avec justesse.
      Être reconnu pays émergent suppose atteindre un niveau économique comparable à celui des pays du BRICS.
      Et quel Gasy vivant à l’heure actuelle serait aussi naïf pour croire que de son vivant cette Grande Île, dont les populations vivent à l’heure actuelle dans la misère la plus noire, atteindrait le niveau de développement de ces 5 pays du BRICS ? Combien d’années d’efforts considérables a-t-il fallu à chacun de ces 5 pays pour atteindre leur niveau de développement actuel ?
      Alors « Émergence » et « Fisandratana » ne sont que délires de politiciens gasy qui croient à tort ou à raison que les populations gasy sont totalement dépourvues de jugeote, et qu’il est possible de voler ad vitam aeternam ce qui reste encore de richesses dans cette Grande Île.

  • 15 février à 13:12 | reviv (#9830)

    Je signale avant toute chose que je ne suis spécialiste de rien et encore moins de la politique politicienne,
    mais j’ai des yeux pour voir, des oreilles pour entendre et un peu de voix pour un peu pas bcp parler de ce que je vois et j’entends.

    La pratique d’ oppositions est galvaudee dans le contexte de politique local,
    Le sefafi le dit.
    J’observe qu’avant les élection, tous les partis politiques ( à gogo ) déclarés pour participer aux élections sont des concurrents bec et ongles et bataillent fort pour faire gagner son camp et c’est normal
    Mais dès qu’ un (parti) sort gagnant, immédiatement après, avec une célérité deconcertante, les autres concurrents se métamorphoses puis se rallient au gagnant qu’ils ont combatti politiquement pour obtenir de places sans tenir compte de leurs pauvres électeurs.
    Voilà ce que l’on appelle faire de la politique dans la grande ile.
    Quelle incoherence !!!
    Et pendant ce temps, le pays coule et avec son peuple.
    Et le sefafi le dit

    Pourquoi ceci ?
    Car en partie, à cause du non respect de l’éthique politique et des lois purement livresques et la population dans son ensemble n’y peut rien*( pour rester correct au niveau du vocabulaire utilisé ) par respect.

    Il faut mettre un terme sur cette pratique déviante.
    mais comment ?

  • 15 février à 13:24 | RAMBO (#7290)

    Isandra
    Raboana est un opposant à Hery...évidemment pour nous c’est Hery qui est à l’origine du projet Fisandratana30 .C’est Hery qui a raison.

    • 15 février à 13:28 | RAMBO (#7290) répond à RAMBO

      Sera 1000$ ou 382,2X3.5=1.337$...? Cette équation n’est pas claire !

    • 15 février à 14:21 | Isandra (#7070) répond à RAMBO

      Rambo,

      Vous avez écrit que le PNB par habitant sera multiplié par 3,5 en 2030. Comme le Pnb par habitant est de 382,2$ en 2016, donc multiplié par 3,5, il sera 1.337$ selon votre perspective en 2030.

      Alors que Raboana a révélé que "Le Président Hery Rajaonarimampianina, dans sa vision veut faire de Madagascar un pays « émergent » d’ici 2030. Pourtant dans son allocution et dans les divers documents d’explication il est dit que : « d’ici 2030, le PNB sera de 1000 US$ ».

    • 16 février à 05:55 | rayyol (#110) répond à RAMBO

      Hery est intelligent il voit le problème Mais il manque de ce que l on nomme structure ou ossature
      C est un peureux qui n ose pas
      Veut trop bien faire mais ne fait rien Pour faire une omelette il faut casser des œufs
      N a pas les gots d un dirigeant n inspire pas cette crainte a ses troupes il faut savoir récompenser mais aussi punir .Le contexte a besoin d un homme fort qui sait dégager les incompetents qui sait brasser toute cette m-rde qui instaure la crainte dans son entourage la crainte d être mit a l écart
      Tu performe ou tu dégages tu peux faire une erreur mais 2 c est trop( next ) un meilleur
      Il n a pas su s entourer de fidèles compagnon il n a pas ce sens Je l ai dit des le debut c est un excellent comptable mais c est tout .

  • 15 février à 13:24 | rainikoto (#5666)

    Ce qui étonne, c’est l’importance que donne les médias à cette nébuleuse chapeautée par les jésuites qu’est le sefafi. Est ce que les médias sont rémunérés pour relayer les sefafinades qui ne sont généralement que des évidences que tout un chacun connaît depuis bien avant. Les pseudos analyses soporifiques sont guidés par un curé en mal de reconnaissance dans son pays d’origine ( mais qui est bien soutenu financièrement par les jésuites lyonnais) ; les doutes sur les objectifs non avoués de tous ces buzz à répétition n’ont plus lieu d’être : l’histoire récente montre bien que ce sefafi a grandement aidé à foutre le bordel qui ne cesse de s’amplifier depuis 2009 àn Madagascar..

  • 15 février à 13:40 | reviv (#9830)

    Et j’ajoute que, au moment de campagne ou propagande électorale,
    il est triste (voire honteux) de voir des candidats ou partis politiques distribués des tee-shirt avec des inscriptions ou qqchose de ce genre à leurs électeurs.
    C’est l’équivalent même du mépris en direction de ces personnes.
    Ils sont certes pauvres mais ils méritent autre chose et leur dignité du humain.
    donc à proscrire,

  • 15 février à 15:25 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    « Vous qui êtes de confession musulmane , savez vous qu’un grand danger guette Madagascar avec l’arrivée massive des pakistanais de confession musulmane intégriste , les quels enseignent le coran rigoriste dont des petits malgaches des brousses apprennent bêtement sans rien comprendre. Qui nous dit que d’ici peu de temps ils seront endoctrinés et seront de djihadistes en puissance . Un avocat de Tana qui était allé en mission dans la région de Majunga ma disait hier qu’il a vu des gamins en train de brûler un drapeau américain » betoko 413

    Ces Pakistanais et Indiens sont des Djamaat Tablighi (Association Islamique pour la prédication : Tafika Masina Silamo) et ils font leur devoir religieux en sortant 40j par an hors de leur pays pour mettre à l’épreuve de l’adversité leur foi donc c’est du pain béni pour notre politique touristique.
    Brûler un drapeau américain se voit presque tous les jours à la Télévision et l’attribuer à ces djamaat relève de la mauvaise foi manifeste d’autant plus que le Pakistan et les Etats-Unis sont des pays partenaires et amis depuis longtemps.

    • 15 février à 17:07 | Jipo (#4988) répond à plus qu'hier et moins que demain

      Bjr .
      Comme vos prières : vos devoirs religieux, non seulement, on en pond un tous les matins, mais vous le faites chez vous et nulle part ailleurs.
      Allez donc faire votre bowdel en Biramnie , pôv arriérés , dans l’ attente qu’ on vous envoie un drone / la kaaba 💥
      Votre obscurantisme fanatik & dictatorial, rien à cirer : seuls des Al Sissi vous conviennent !

  • 15 février à 16:38 | RAMBO (#7290)

    Isandra
    Ce plan pourrait ainsi permettre au pays de rompre avec une mauvaise réputation qui veut qu’il soit le cinquième pays le plus pauvre du monde avec en 2016 un PIB par habitant de 382,2 dollars et de 9,5 milliards de dollars pour une population de 24,5 millions d’habitants, dont 81,8% vivaient sous le seuil de la pauvreté en 2010, selon les données de la Banque mondiale.

    C’est le journaliste qui a écrit ce paragraphe selon les chiffres de la Banque mondiale . L’objectif du Fisandratana 30 c’est 1000$ mais sachez que le nombre de population n’est pas tout à fait connu à ce jour, faute de recensement et les 9,5 milliards de $ sont visiblement arrondis.
    Le Président a certainement ses chiffres lui aussi...pour le savoir c’est simple. Il suffit de calculer à l’inverse comme suit 1000/3.5=285,71$... Peut-être la Banque Mondiale a surestimé ses données ?
    Sachez aussi qu’un Président dans un discours de présentation fixe un objectif de manière simple pour que tout le monde puisse comprendre.1000 est un seuil facile à retenir. Ce qu’il faut aussi retenir c’est qu’actuellement les 1000$ / hab n’existent pas c’est un désir...l’idéal serait de l’atteindre d’ici 2030...grâce à la mise en application de F30.

    • 15 février à 17:25 | Jipo (#4988) répond à RAMBO

      L’ Ethique comme la honte ne fait pas partie de l’ ADN Malagasy, c ’est une idéologie, un sentiment importé, colonialiste, dévalorisant .
      Seul compte le paraitre , la frime, le m’ as-tu vu, le reste n’ est que littérature , pour des stalone, ou la localisation de ce qui aurait du servir de cerveau se situe sous la ceinture et dans l’ enveloppe charnelle, il n’ y a pas de place pour la réflexion .
      Le fait que les opposants n’ osent pas se déclarer officiellement dans l’ opposition, ( ce qui devrait être obligatoire sous peine de radiation : immédiate ! ) montre bien les failles laissées ouvertes à dessein de votre système étatique, et politique , au lieu de ça demander des 4#4, et passeports diplomatiques ou que sais-je d’ autres ?
      Voilà le genre de réformes prioritaires à mettre en place, avec les déclarations de patrimoine, mais jouer les majorettes avec une paire de ciseaux est bien plus gratifiant ou prétendre mettre en place des objectif en 2030 comme s’ il espérait avec son catastrophique et minable bilan etre encore là ???
      de l’ irresponsabilité des plus totale & ça prétend diriger ...
      Oui stalone il y a des pruneaux qui se perdent !

    • 15 février à 17:28 | Isandra (#7070) répond à RAMBO

      Rambo,

      Je n’ai d’autre choix que de me réjouir d’avoir lu toutes ces propositions ambitieuses, bien que celles de certains soient un peu mirobolantes,...

      Cette fois, la bataille électorale se focalisera autour de projet,...avec la fameuse formule « programme contre programme ».

      Que le meilleur gagne !

      N’oubliez pas que nous sommes en 2018, ne pouvons plus promettre la lune, genre « minoa fotsiny ihany » ou « 4L pour tous », etc

    • 15 février à 18:59 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090) répond à RAMBO

      Isandra,
      Programme contre programme .
      je dirais plutôt mensonges éhontés et grossiers contre mensonges éhontés et grossiers !
      Hery a été plus malin que Rajoel avec son objectif à 2030 ,comme cela il a l’équivalent de 3 quinquennats pour ne pas réussir et ainsi ,s’il reste au pouvoir,plus personne ne se souviendra de ces fausses promesses .
      Quelle calamités ces miteux hommes politiques, expression d’une minorité dirigeante de m.erde

    • 15 février à 19:20 | RAMBO (#7290) répond à RAMBO

      Il existe une petite ïle d’Asie du Sud Est qui a eu son indépendance en 1965, c’est à dire 5 ans après nous...En ce moment, Singapour est devenu un « paradis terrestre » selon les gens qui ont visité ce pays. Mais quel est donc « le truc » qui fait que Singapour devient une ïle prospère et paisible ?
      .
      Selon Graduate Institute Publications
      Dès 1966-70, les autorités ont commencé à oeuvrer, investissements extérieurs aidant, en matière d’emploi, de logements, d’éducation et de santé. L’électorat a suivi et a connu l’exceptionnelle métamorphose du paysage urbain de Singapour en moins de 15 ans.

      Ici s’arrête l’éventail des conditions sociales préalables au développement de Singapour que les autorités jugeaient indispensable de créer pour réussir. Cette stratégie fut complétée par une série d’incitations économiques favorables à l’investissement étranger : maintien du statut de port libre, liberté de circulation des personnes et des biens, absence de contrôle des changes, niveau faible des salaires et des prélèvements obligatoires, exemptions fiscales, soutiens aux exportations, reconversion de la base britannique, modernisation accrue des infrastructures de communication et de transport, lancement de vastes programmes d’investissement publics,...En matière de défense nationale, Singapour adopte les système Suisse et Israélien....cela permet d’ allouer moins d’argent contrairement à l’armée régulière.

      Si nous lisons bien cet extrait de presse, le mot « investissement étranger » revient souvent...et tout le monde le sait que ce sont les Chinois qui tiennent le haut du pavé à Singapour...mais les autres ethnies profitent largement des retombées exceptionnelles des investissements étrangers .
      La question maintenant c’est de savoir pourquoi après 58 ans d’indépendance nous n’arrivons pas encore à décoller économiquement.
      La période Tsiranana n’est pas une référence parce que c’est la France qui était le pilier de l’économie Gasy. La politique de la France initiée à l’époque par De Gaulle était simple : « Madagascar est une zone d’influence française donc garder Madagascar sous le giron français permettait de maintenir les intérêts économiques de la France...bref ce n’était pas trop le développement du pays qui importait pour la France mais seulement de considérer Madagascar comme fournisseur de matières premières...Les voies ferrées, les ponts, les infrastructures bâtis par la France servaient avant tout à désenclaver les régions fertiles de notre ile que de vraiment développer notre pays . Mais n’empêche que certaines franges de la populations Gasy avaient pu profité de ce système dit communément ’ néocolonial ».
      Certaines élites Gasy séduites par le système socialo communiste des années 70 avaient réussi à mettre fin à ce système en 1972 et l’arrivée au pouvoir du Capitaine de Frégate D.Ratsiraka conduit ces bolchevistes à la tête de notre pays. Il est indiscutable que ce fut le tournant que tout le monde considère comme le début de la descente en enfer pour notre pays. Et c’est vrai. Tandis que les Singapouriens avaient su mettre en place rapidement la politique de reconversion des structures coloniales britanniques..Ratsiraka et les bolchevistes Gasy détruisaient tour à tour ce que les colons français avaient laissé. Ce qui est terrible c’est que cela durait plus de 20 ans ..c’est trop long.
      Je ne vais pas m’étaler sur les régimes qui se sont succédés depuis...Après toutes ces longues années de désastre c’est maintenant que notre pays essaie de se ressaisir sous l’impulsion de Hery Rajaonarimampianina et avec le F30. Ce qui est difficile mettre en oeuvre dans la politique d’investissement de ce pays c’est cette méfiance généralisée vis à vis des étrangers. Mpivarotra tanindrazana hono. Pour attirer les investisseurs étrangers, le Président a fait feu de tous bois et sillonnait le monde et les Chinois étaient en première ligne pour investir massivement ici.Le Président Chinois est venu en personne chez nous c’est exceptionnel...mais les Gasy n’ont pas la même mentalité que les Singapouriens. La cohabitation inter communautaire est une des sources de développement à Singapour alors qu’à Mada cela pose problème. Il y a même un leader politique qui affiche clairement qu’il n’aime pas non seulement les sinoa et les karana mais aussi les français. C’est une erreur politique parce que les Bailleurs de Fonds servent à financer les investissements publics tandis que les investisseurs privés étrangers sont vraiment sources d’emplois . C’est un fait incontestable partout dans le monde.
      Pourquoi je vous dis tout çà ? C’est parce qu’il y a des modèles économiques qui marchent. C’est à nous de voir à quel niveau réside le blocage. A mon avis cette méfiance vis à vis des étrangers est l’une de facteurs de blocage. Mataho-bazaha ny Gasy...Quand je dis vazaha ce ne sont pas seulement les européens mais les étrangers en général. Français, Chinois, Turcs, Comoriens, Mauriciens, Américains ...les Gasy ont peur de ces gens là. Est-ce que c’est par rapport au fait que nous sommes des îliens ou c’est le traumatisme de la colonisation ?
      Il est indéniable que sans les investisseurs étrangers , notre pays seul ne s’en sortira pas...je me rappelle bien des bolchevistes dans les années 70 qui nous incitent à utiliser les savony gasy masiso alors que eux ils font leurs courses à La Réunion. Et je vous le dis en vrai, les nationalistes de tout bord, en majorité pro Ravalo constituent encore un danger pour notre pays. Pas de karana, pas de sinoa, pas de français... pas de Banque Mondiale, ni de FMI disent-ils alors que c’est la Banque Mondiale qui a rendu milliardaire leur Dada. Hery Rajaonarimampianina a compris depuis longtemps cette situation mais ce rejet systématique des étrangers pose un réel problème chez nous.
      A suivre...

    • 16 février à 06:04 | rayyol (#110) répond à RAMBO

      Hery est un bon conseiller mais un très mauvais dirigeant
      Je le voit tres bien comme soutien d un president fidel ami mais pas du tout en charge
      Chacun sa place il faut savoir laquelle nous convient Et il n y est pas du tout c est evident
      Ceci est malheureux quel gaspillage mais le veritable homme fort n est pas encore ne
      Ou il tarde a se faire connaître

  • 15 février à 17:40 | diego (#531)

    Bonjour,

    Les politiciens doivent avoir une bonne connaissance de Droit malgache pour sortir un jour de cette humiliation, occupant le 5e place des pays pauvres au monde.

    Madagascar ne sortirait jamais de la pauvreté si ses politiciens et ses dirigeants ne maîtrisaient pas le droit du pays. Cela va de soi, mais beaucoup des Malgaches, il y a de travail à faire, n’arrivent pas encore à cette conclusion.

    Madagascar a un droit perfectible, mais peut affirmer sans aucune prétention, qu’il est assez moderne. En tout cas, le pays a un système politique de son temps.

    On peut donc affirmer que les problèmes sont bien les acteurs politiques.

    Mais enfin, on ne peut pas développer et faire évoluer un pays dans lequel le « Droit » est peu maîtrisé et constamment bafoué par ceux qui détiennent le pouvoir :

    - la majorité des politiciens malgache a un esprit et mentalité moyenâgeux.

    Dans la situation politique actuel, le pays ne peut pas aborder sérieusement l’économie, parler des réformes, la lutte contre la pauvreté ou encore la lutte contre la corruption.

    • 15 février à 20:36 | ALIBABA SANS LES 40 (#10090) répond à diego

      Rambo,
      Pour une fois avec ton copié/collé tu n’a pas tort.
      Cette bande de sales fripouilles qui dominent ce pays veulent la jouer en solitaire au moment même ou la mondialisation est au plus fort dans le reste du monde .
      Aucun pays et cela a été prouvé par la chute du bloc soviétique ,ne peut se permettre de s’isoler de cette manière !
      Même les chinois y sont venus avec la réussite que l’on connait !
      Alors comment s’étonner que rien ne marche en ce pays .
      Je le dis et le répète le problème est dans la tète des quelques milliers qui dominent ce pays .
      La solution est la rééducation par le travail de tous ces cerveaux lamentables !
      Place aux progressistes et au innovateurs .
      De toutes les manières la situation actuelle bloquées par ces parasites ne peut qu’aboutir a un bain de sang .
      Le peuple Malgache n’a finalement que deux choix
      1 ne rien faire et finir dans la guerre .
      2 se révolter par la violence pour avoir la paix et le développement .
      Dans toutes les hypothèses le sang coulera à cause de l’immobilisme de cette bande de parasite a l’esprit suranné !

  • 15 février à 20:09 | lysnorine (#9752)

    Momba ny « Société civile, politique et opposition »

    « Tout d’abord, la Sefafi insiste sur la définition de la société civile et son rôle »

    TSY MISY ILANA izany « société civile » izany HISALOVANA amin’ny adidy aman-andraikitry ny FANJAKANA izay LANIM-BAHOAKA aloha ˗˗ na tiana na tsy tiana ˗˗
    Ny Fanjakana sy ny mpitondra azy no mitantana ny raharaham-pirenena sy miahy ny TOMBON-TSOAM-BAHOKA. Tsy nisy vahoaka kosa nifidy izany « société civile » izany fa manendry tena izy ireo HITSABAKA amin’ireto sehatra tanisainy IRETO, ka mikendry ny HANERY NY MPITONDRA FANJAKANA LANIM-BAOHAKA hanaraka ny heviny :

    « La société civile ne se PRÉOCCUPE (?), PAR LE BIAIS de ses MULTIPLES COMPOSANTES , que d’OBJECTIFS SPÉCIFIQUES : ceux des ENTREPRISES, des DIVERSES ASSOCIATIONS , des confessions religieuses, des défenseurs des droits de l’homme, des ONG, etc. »

    Mazava ho azy ny MIAFINA ao ambadiky ny hoe « société civile » dia tsy inona tsy akory fa : itony antsoina hoe « GROUPES DE PRESSIONS » miahy ny tombon-tsoa manokana ho any ORINASA ˗˗ avy any ivelany voalohan’indrindra ary MPAMATSY VOLA AZY IREO ˗˗ mpihaza tombom-barotra sy tombon-karena eto Madagasikara sy ny ONG isan-karazany˗˗ mbola ny any ivelany ihany koa ny mamatsy vola azy ireo ˗˗ mba hampitanjaka ny Fanjakana sy handroba ny harem-pirenena. Vao omalin’ny omaly no nampahatsiahivinay teto ny FANAZAVANA momba izany nataon’ny prôfesôra Richard A. WERNER, dia ny ‹DEBT FOR EQUITY SWAP› [lysnorine 14 février (2018) à 21:06 ao amin’ny « Team building gouvernemental-Le premier ministre veut du concret »
    http://www.madagascar-tribune.com/Le-premier-ministre-veut-du,23613.html#comment358016]

    « On tombe rapidement dans ce PIÈGE DE L’ENDETTEMENT, et alors on vous dit : « Bon, maintenant on va faire un ‹DEBT FOR EQUITY SWAP› (2), car.VOUS NE POUVEZ PLUS PAYER VOS DETTES . A présent, NOUS PRENONS VOS TERRES ET VOS RESSOURCES NATURELLES , etc. »

    « (2) Debt-for-Equity Swap : Remboursement d’une créance, dans laquelle les créanciers d’une entreprise reçoivent des parts sociales – dans le cas des pays en voie de développement, des PARTS DE RESSOURCES NATURELLES D’UN ÉTAT , par exemple des terres ou des ressources minières. »

    Amin’ny teny indraim-bava dia « groupes de pressions au service d’intérêts corporatistes ˗˗ étrangers en particulier » ny « société civile » sy ny forongony rehetra, ary MANAO PÔLITIKA DAHOLO. Miaiky izany rahateo izy : « certaines associations usent de la qualification de société civile à des fins purement politique (s) ». TSY SASANTSANY IHANY FA IZY REHETRA !.

    Momba ny fiarovana ny zon’olombelona dia misy LALÀM-PANORENANA, LALÀNA, SOLOMBAVAM-BAHOAKA, FITSARANA, ka isan’ny voalohany andraikitry ny FANJAKANA no mampanaja azy koa rehefa tsy mahavita izany ny mpitondra azy dia esorina (amin’ny lalana fifidianana !)

    Ny FOTO-PINOANA isan-karazany dia matanjaka dia matanjaka eto, efa karazana « société civile » manokana, ka tokony harahan’ny Fanjakana maso akaiky dia akaiky.
    Tsara raha mba masahan’ny mpitondra fanjakana malagasy ny lalàna ROSIANINA nataon’i PUTIN, izay NAHAROMOTRA ny « Tandrefana ». Firenena lehibe sy matanjaka anefa i Rosia !

    Zahao :
    (1) « Russie : les ONG « AGENTS DE L’ÉTRANGER » selon une loi signée par Vladimir Poutine »
    http://www.huffingtonpost.fr/2012/07/21/russie-les-ong-agents-de-etranger-loi-vladimir-poutine_n_1691436.html

    (2) « Poutine promulgue une loi sur les ONG étrangères “indésirables” »
    http://www.lapresse.ca/international/europe/201505/23/01-4871937-poutine-promulgue-une-loi-sur-les-ong-etrangeres-indesirables.php

    « Le texte, voté par les deux chambres du Parlement et promulgué en moins d’une semaine, “prévoit que l’activité d’une organisation non gouvernementale étrangère ou internationale, REPRÉSENTANT UNE MENACE AUX FONDEMEMNTS CONSTITUTIONNELS de la Fédération de Russie, la CAPACITÉ DE DÉFENSE du pays ou la SÉCURITÉ DU GOUVERNEMENT, puisse être reconnue “INDÉSIRABLE”, a rappelé le Kremlin dans un communiqué.[...]

    « Les députés ont invoqué le besoin d’arrêter “les ORGANISATIONS DESTRUCTRICES ” travaillant en Russie, où elles peuvent menacer “les valeurs de l’État russe” et FOMENTER des “RÉVOLUTIONS DE COULEUR”, du nom donné aux mouvements pro-occidentaux ayant secoué plusieurs ex-républiques soviétiques au cours des dernières années. »

    (3) « Vladimir Poutine : « Les USA ont tenté de s’ingérer dans les élections russes à plusieurs reprises » , 16 juin 2017 »
    https://francais.rt.com/international/39824-vladimir-poutine-usa-ont-tente-ingerence-dans-elections-russes

    « Autre outil employé selon lui par les Etats-Unis pour influencer l’opinion russe : les ONG. Ces dernières seraient en effet “fréquemment financées par un certain nombre de structures d’Etat américaines, notamment le département d’Etat”, a expliqué Vladimir Poutine, ajoutant que Washington employait cette STRATÉGIE PARTOUT AILLEURS DANS LE MONDE . ».

    (hofaranana)

    • 15 février à 20:21 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      Momba ny « Société civile, politique et opposition »
      (tohiny sady farany)

      Farany, mahatsikaiky, ihomehezana, - tahaka ny andalana maromaro ao amin’ny Lalàm-panorenana ankehitriny ihany - ity momba ny sata-na mpanohitra ao amin’ny Antenimieram-pirenena ity
      Averinay eto fa : TSY MISY izany MPANOHITRA izany eto amin’ny sehatra fanaovana pôlitika eto Madagasikara satria bambaray daholo ny pôlitikan’ny mpilalao amin’ny zavatra tena mamba (Ekônômia-Fambolena sy ny fampandrosoana ny toe-karena, Vola, fifandraisana amin’ny any ivelany mpampanjanam-bola sy ny fanalalahana mihoa-pampana, ny PPP. na Public Private Partnership, faran’izay MAMOHEHATRA, sns., sns)

      Hoy izahay, efa tamin’ny 2016 : lysnorine, 17 décembre (2016) à 20:33, ao amin’ny « Hajo Andrianainarivelo réclame la place officielle de l’opposition »
      http://www.madagascar-tribune.com/Hajo-Andrianainarivelo-reclame-la,22747.html?id_article=22747&id_objet=22747#formulaire_forum

      « Rehefa manohitra ianao manko dia angamba ny pôlitika fitantanana ny tany sy ny fanjakana amin’ny lafiny samihafa no toherinao ka VELARINAO MAZAVA TSARA ny hoe :

      « (1) Inona no toherinao amin’ilay PÔLITIKA nosoritana sy tanterahan’ny eo amin’ny fitondrana amin’izay fotoana izay, sy ny FOTO-PINOANA (idéologie) mbany VINAVINAN-KEVITRA (théorie) ― indrindra indrindra eo amin’ny fitantanana ny tokantranom-pirenena (ekônômia, volam-pirenena, volam-panjakana, fifandraisana amin’ny any ivelany) ― FANAMBANINY IOMPANAN’io pôlitika toherinao io ?

      « (2) Inona kosa aza no PÔLITIKANAO HAFA sy ny FOTO-PINOANA (idéologie) mbany VINAVINAN-KEVITRA (théorie), hatolotrao sy hazavainao tsara ka ampahafantarinao ANTSORATRA ny vahoaka ― tahaka ireny « Boky Mena » nataon’Ingahy Ratsiraka ireny ka lany eran’ny vahoaka malagasy tamin’ny 1975 ? Amin’izay fotoana izay ihany vao afaka mitsara ny be sy ny maro raha tena mpanohitra marina ianao ka inona no azony antenainy ho vokatry ny pôlitika HAFA arosonao.

      « Ny antitranterina amin’izany dia TSY TSANGAN’OLONA no tokony hotoherina mba hahazoana mitafy ny akanjon’ny hoe « mpanohitra », fa TSANGAN-KEVITRA »

      Koa mahagaga ny mbola hampandanian’ny SEFAFI « labozia » amin’io resaka. Manaitra koa ary tsara hofotorina izao nolazain-drainikoto 15 février à 13:24, etsy aloha :
      « Ce qui étonne, c’est l’importance que donne les médias à cette NÉBULEUSE chapeautée par les JÉSUITES qu’est le sefafi. »
      Ny tsy azo lavina aloha dia izao : nanohana ny FANONGANAM-PANJAKANA tamin’ny 2009 ny Eglizy Katolika ary ny VATICAN no isan’ny Fanjakana nanaiky voalohany indrindra ny maha-ara-dalàna ilay Fahefana Avo nanongam-panjakana
      « Rehefa manohitra ianao manko dia angamba ny pôlitika fitantanana ny tany sy ny fanjakana amin’ny lafiny samihafa no toherinao ka VELARINAO MAZAVA TSARA ny hoe :

      « (1) INONA no TOHERINA amin’ilay PÔLITIKA nosoritana sy tanterahan’ny eo amin’ny fitondrana amin’izay fotoana izay, sy ny FOTO-PINOANA (idéologie) mbany VINAVINAN-KEVITRA (théorie) ― indrindra indrindra eo amin’ny fitantanana ny tokantranom-pirenena (ekônômia, volam-pirenena, volam-panjakana, fifandraisana amin’ny any ivelany) ― FANAMBANINY IOMPANAN’io pôlitika toherinao io ?

      « (2) Inona kosa aza no PÔLITIKANAO HAFA sy ny FOTO-PINOANA (idéologie) mbany VINAVINAN-KEVITRA (théorie), hatolotrao sy hazavainao tsara ka ampahafantarinao ANTSORATRA ny vahoaka ― tahaka ireny « Boky Mena » nataon’Ingahy Ratsiraka ireny ka lany eran’ny vahoaka malagasy tamin’ny 1975 ? Amin’izay fotoana izay ihany vao afaka mitsara ny be sy ny maro raha tena mpanohitra marina ianao ka inona no azony antenainy ho vokatry ny pôlitika HAFA arosonao.

      « Ny antitranterina amin’izany dia TSY TSANGAN’OLONA no tokony hotoherina mba hahazoana
      mitafy ny akanjon’ny hoe « mpanohitra », fa TSANGAN-KEVITRA »

      Koa mahagaga ny mbola hampandanian’ny SEFAFI « labozia » amin’io resaka « statut de l’opposition » io .

      Manaitra koa ary tsara hofotorina izao nolazain-drainikoto 15 février à 13:24, etsy aloha :
      « Ce qui étonne, c’est l’importance que donne les médias à cette NÉBULEUSE chapeautée par les JÉSUITES qu’est le sefafi. .. l’histoire récente montre bien que ce sefafi a grandement aidé à foutre le bordel qui ne cesse de s’amplifier depuis 2009 à Madagascar.. »

      Ny tsy azo lavina aloha dia izao : nanohana ny FANONGANAM-PANJAKANA tamin’ny 2009 ny Eglizy Katolika ary ny VATICAN no isan’ny Fanjakana nanaiky voalohany indrindra ny maha-ara-dalàna ilay Fahefana Avo nanongam-panjakana

  • 15 février à 22:05 | reviv (#9830)

    re_lysnorine,

    Difficile de vous suivre et lire des post à caractère hiéroglyphe où se mêlent des majuscules et des liens à foison un peu contradictoires et le sempiternel rejet de l’autre ponctué de haine des étrangers en leur jetant à chaque occasion l’opprobe à tout va,

    Certes, la société civile n’a pas de mandat électoral, n’étant pas elle-même des élus mais tous les élus ne sont pas des agneaux non plus.

    Et ne pas ignorer que la société civile est composee de citoyens pouvant donner leur avis sur tout ce qui leur semble non conforme au fonctionnement des affaires publiques et même dire stop qd ça devient trop ridicule à titre consultatif bien sûr.
    Et à ce titre, elle remplace le vide laissé par l’absence des opposants crédibles attitrés
    sinon c’est la dictature assurée des vainqueurs.
    En revanche on peut être d’accord ou pas, c’est le jeu.......

    Bref, ne vous enfermez pas trop lysnorine, on n’est pas seul dans ce monde hein,
    soyez un peu plus ouvert d’esprit et indulgent, le contraire est à fortiori un signe de mal être.
    le pseudo en dit long.

    Crdlt

    • 16 février à 00:47 | lysnorine (#9752) répond à reviv

      re reviv 15 février à 22:05

      Tsy voatery mamaky izay soratan’ity mpanoratra ity akory ianao ary ny Malagasy tompon-tany, mpirai-tanindrazana aminy rahateo no tena iresahany, koa izay hevitr’izy ireo mikasika ny Tanindrazana iombonana no tiany mba hiseho fa tsy ny an’ny olon-kafa firenena tsy akory izay tsy misy tokony hahoan’ny Malagasy tompon-tany.

  • 15 février à 22:26 | FINENGO (#7901)

    @ RAMBO

    Je cite :
    Il existe une petite ïle d’Asie du Sud Est qui a eu son indépendance en 1965, c’est à dire 5 ans après nous...En ce moment, Singapour est devenu un « paradis terrestre » selon les gens qui ont visité ce pays. Mais quel est donc « le truc » qui fait que Singapour devient une ïle prospère et paisible ?
    ============================================
    Oui RAMBO, je vais te le dire en deux mots pourquoi.
    Ils ont la volonté que les Dirigeants Malgaches n’auront jamais.
    C’est si simple que ça.
    Et ça ne vaut pas un poste de plus de 70 lignes que tu nous a mis.
    Que veux tu justifier exactement ..???
    Les échecs de ton HERY bien-aimé.????
    Une Tare, restera une Tare.
    Comme une M.erde, restera une M.erde.

  • 16 février à 02:15 | reviv (#9830)

    « re reviv 15 février à 22:05Tsy voatery mamaky izay soratan’ity mpanoratra ity akory ianao ary ny Malagasy tompon-tany, mpirai-tanindrazana aminy rahateo no tena iresahany, koa izay hevitr’izy ireo mikasika ny Tanindrazana iombonana no tiany mba hiseho fa tsy ny an’ny olon-kafa firenena tsy akory izay tsy misy tokony hahoan’ny Malagasy tompon-tany. »

    à lysnorine,
    Ekena, marina tokoa ny voalazanao fa tsy voatery mamaky an’io soratanao ny aty,
    Kanefa mba nandray andraikitra ny aty, amin’ity lohatsoratra ary fampita-kevitra atao ny sefafi mikasika* ( makasika ) ny raharaham-pirenana.

    Aoka hazava fa tsy mpikambana ao ny aty na koa manao mpisolovava fa fandraisana anjara fotsiny amin’maha olom-pirenena ny aty.

    Ka tsy hitanereo ve fa ny fomba fanao ao an-trano mihitsy no tsy mahomby nefa tsy asianareo resaka na iray aza fa de hoe ny vahiny ihany no manambotry ny firenena.

    Mora dia mora ny manomé tsiny ny hafa nefa ny eo antokontany feno fako de odia tsihita fa ahoana ?
    Mety misy ny mahamarina ny voalazanareo, fa tsy mety kosa ny fanakianana befatany any amin’olon-kafa.
    Tsy ny mpivahiny rehetra anié no ratsy, mba atovy lavidavitra ny fisainana fa toa fanakianana ny mpivahiny befahatany no fotovevitra arosonareo..
    Fa de fa tsy afaka miaro-tena vé ny firenena !

    Ianareo milaza fa tsy mila mifandray ny any ivelany.
    Efa mahaleo-tena ara ekonomika sy sosialy mbahoaka marina vé ny tananà ?
    fa na dia izany aza tsy maintsy mifandray amin’ny hafa ihany na mandroso na tsy mandroso.
    Ny famokaram-bary efa manahirana ary hafarana avy any ivelany satria laro de maro ny anton’izany.
    Ao ny hainandro, ny dibo-drano, ny fiovan ’ny toendrano rehetra.
    Ao koa ny hakivian’ny ntatsaha amin’ny fandriampahelena tsy voa fehy ny mpitondra.

    tsy vitan ’ny bodongero, na bokonozatse fa tsy maintsy miezaka foana.

    Izay ary é fa dia soava mandry

  • 16 février à 09:32 | lysnorine (#9752)

    @ reviv 16 février à 02:15 :
    Araka ny voalazanay etsy aloha tsy misy tokony hiraharahain’ny Malagasy tompon-tany firy izay fanehoan-kevitry ny olon-kafa firenena mikasika ny raharaham-pirenen’ny Vahoaka Malagasy, ny fitantanana ny fanjakany sy ny Volany, ny fampandrosoana ny toe-kareny, sns., sns.. Tsikaritra tokoa fa rehefa tsy mahita avaly ny famelabelarana aseho eto izy ireo ̶ tsy azoazony fa manasongadina ny toe-javamisy, kanefa odian’ny tsy hita fa matetika ange « copier-coller » avy amina olon-kafa firenena tahaka azy ireo famelabelarana ireo ary olona manana ny maha-izy azy ̶ tsy zaza navelan’ny mpanjanantany tsy akory ̶ ,dia tsy manan-kolozaina afa-tsy ny hoe fankahalana vahiny fotsiny avy amin’izany hoe « nationaliste » tery saina izany ! :

    « fanakianana ny mpivahiny befahatany no fotovevitra a »
    [koa]« Ianareo milaza fa tsy mila mifandray [amin’] ny any ivelany. »

    Tsy namaky na nandinika tsara ny nosoratanay ka METY mikasika fifandraisana amin’ny any ivelany angamba ianao fa tsy marina ireo filazanao ireo. Koa miala tsiny indrindra amin’ny mpamaky raha voatery mamerina ny sasany amin’izy ireo eto izahay mba hanarenana ny familiviliana ny hevitray :

    « lysnorine 22 novembre 2016 à 08:16 répond à Jipo ^
    « Reprendre le CONTRÔLE DE LA CRÉATION MONÉTAIRE »
    ao amin’ny « Le Roi Mohammed VI en visite d’Etat-Liens historiques forts, renouveau de la coopération
    http://www.madagascar-tribune.com/Liens-historiques-forts-renouveau,22684.html#comment326638

    « Ambaran’izany avy hatrany ny FANDRAVANA TANTERAKA - miaraka daholo ! - ny RAFITRA REHETRA misy ankehitriny eo amin’ny ny fitantanana ny volam-pirenena malagasy, ny fandaminana ny tranom-bola sy ny fampisamboram-bola amin’ny ekônômia, fifehezana ny volam-panjakana eo amin’ny firafitry ny fidirany sy fivoahany ao amin’ny vatam-bolany isan-karazany rehetra, sns., omban’ny FANATSAHARANA avy hatrany ny PÔLITIKA FANAOVANA VARO BOBA ny HARENA AN-KIBON’NY TANY sy FIVAROTAN-TANINDRAZANA ARA-BAKITENY amin’ny orinasa vahiny avy any ivelany. Mazava ho azy fa mifanindran-dalana amin’izany ny FITSIPAHANA NY PÔLITIKA ASESIKY ny FMI sy ny VOLA HAMPISAMBORINY, ary RAHA ILAINA dia ny FISINTAHANA aminy sy ny Banky Mondialy. Lesona anankiray koa tsara tsoahana avy amin’ny prezidà amerikanina vao voafidy - Donald TRUMP-, dia ny FIALANA amin’ny OMC (Organisation Mondiale du Commerce), izay tandra vadin-koditr’izany fananganana rafitra vaovao izany ».

    Ny azo notsoahana avy amin’izany dia izao : tsy ilain’ny Fanjakana na ny mitambitamby « investissements étrangers » na ny FISAMBORANA VOLA VAHINY amin’ny mpampisambola any ivelany satria manam-pahefana MAMOROM-BOLA tahaka ny ataon’ny banky tsotra mpampisambotra azy vola ny Fanjakana, rehefa tafaverina aminy ny « CONTRÔLE DE LA CRÉATION MONÉTAIRE »

    Mifandraika amin’ny nambaran’ny prôfesôra Richard A. WERNER vao nataonay tatitra teto izany : fandrebirebena ny hoe mila TAHIRY mafonja vao afaka manao « investissement » hampandroso ny toe-kareny ny tany iray, ka satria TSY AMPY io TAHIRY aty aminareo tany mahantra, dia vonona izahay aty ivelany HAMPISAMBO-BOLA anareo.
    lysnorine, 14 février à 20:59, 21:06
    http://www.madagascar-tribune.com/Le-premier-ministre-veut-du,23613.html#comment358016

    « Horizons et débats :
    « Dans votre exposé, vous avez attiré l’attention sur le modèle économique spécifique IMPOSÉ aux pays en voie de développement au cours de la décolonisation POUR quand même CONTINUER à LES TENIR SOUS CONTRÔLE . Quelles sont les CRITIQUES que vous adressez à ce modèle ?

    « [...] on a dit à ces pays : “Vous voulez CROȊTRE, vous DÉVELOPPER . De quoi a-t-on besoin dans ce cas ? On a besoin d’économies. Mais il y a peu d’épargne dans les pays en voie de développement. Bon, là justement, nous pouvons vous aider. Ce qui vous manque, vous pouvez l’emprunter auprès de nos banques.” »

    « [...] les pays en voie de développement peuvent EMPRUNTER À L’ÉTRANGER l’argent indispensable à une nécessaire CROISSANCE, s’il n’est pas disponible localement. Naturellement, les banques internationales étaient là pour le leur prêter. Cependant la RÉALITÉ était bien DIFFÉRENTE :
    « premièrement, ce n’est pas vrai, ON N’A PAS BESOIN DE CET ARGENT-LÀ POUR LA CROISSANCE, CAR ON PEUT PRODUIRE DE L’ ARGENT PAR LA CRÉATION LOCALE DE CRÉDIT. »

    (Hofaranana)

    • 16 février à 09:48 | lysnorine (#9752) répond à lysnorine

      @ reviv 16 février à 02:15
      (Tohiny sady farany)

      Mbola misy fandalinana ity resaka lehibe dia lehibe ity nataon’ny Prôfesôra Richard A. Werner ao amin’ny lahatsoratra iray mitondra ny lohateny hoe : “Shifting from Central Planning to a Decentralised Economy : Do We Need Central Banks ? ”
      https://www.globalresearch.ca/shifting-from-central-planning-to-a-decentralised-economy-do-we-need-central-banks/5568753

      Nanatsoahanay ireto andalan-tsoratra ireto izay tsy midika hoe « tsy mila mifandray [amin’] ny any ivelany » fa tsy mila misambo-bola amin’ny any ivelany.

      1. Banks are not financial intermediaries, but CREATORS OF THE MONEY SUPPLY

      4. We DO NOT NEED TO SAVE or BORROW FROM ABROAD in order to expand investment and growth
      A basic argument by economists has been that we first need to accumulate scarce savings in order to fund investments and hence enjoy economic growth – or alternatively borrow those savings from abroad by taking a loan from the international banking community. But this argument is based on the ERRONEOUS BELIEF that banks are merely financial intermediaries that require savings first in order to be able to lend money out. In reality, increased domestic investment requires neither savings nor borrowing from abroad. DOMESTIC BANKS CAN FUND DOMESTIC INVESTMENT WITHOUT PRIOR SAVINGS BECOMING AVAILABLE. [...]

      That money is not in fact a scarce resource, but A TOOL that can and should be employed by governments as benefits communities and nations is also true for developing economies and emerging markets : the “Third World Debt Crisis” was unnecessary, since for most purposes the affected countries DID NOT NEED TO BORROW MONEY FROM THE FOREIGN BANKERS IN ORDER TO GROW THEIR ECONOMIES. [...]

      Momba ny hoe :
      « Ka tsy hitanereo ve fa ny fomba fanao ao an-trano mihitsy no tsy mahomby nefa tsy asianareo resaka na iray aza [...] ny eo antokontany feno fako de odia tsihita fa ahoana ? »

      Tsy nahita ireto nosoratanay ireto (santionany kely fotsiny) angamba ianao matoa nanoratsoratra ireo fanakianana ireo :

      (1) Momba ny nahaverezana 60-70 tapitrisa US$ tamin’ilay ozinina hanaovana zezika simika tany Toamasina [lysnorine 14 février à 20:53 ,
      http://www.madagascar-tribune.com/Le-premier-ministre-veut-du,23613.html#comment358016

      (2) momba ny Air Mad
      lysnorine, 1er février à 08:10 [ « Le terrible duo : ressources naturelles / pauvreté »
      http://www.madagascar-tribune.com/Le-terrible-duo-ressources,23577.html?id_article=23577&id_objet=23577#formulaire_forum

      « Ce que notre post a mis en cause, c’est la POLITIQUE IMPOSÉE au cours des trois dernières décennies par les prétendus « bailleurs de fonds », quels qu’ils soient, de véritables « USURIERS », en dernière analyse. Cette POLITIQUE est MISE EN ŒUVRE par LEUR VALETAILLE, propulsée et toujours maintenue au pouvoir PAR LEURS SOINS, contre vents et marées, depuis plus d’une quarantaine d’années, POLITIQUE génératrice d’une pauvreté endémique, entretenue efficacement par une corruption devenue STRUCTURELLE.

      « Deux petits exemples, tirés du processus de dénationalisation/francisation d’Air Mad, peuvent illustrer le TRAVAIL de sape de CETTE VALETAILLE :

      « 1 :- La location exorbitante auprès d’Air France [suivant les termes d’un contrat ACMI- Aircraft, Crew, Maintenance & Insurance] – de deux Airbus A 340-300, ȃgés de 14 et 12 ans, anti-économiques, par le pouvoir putschiste issu du coup d’état de 2008-2009 patronné par la FrançAfrique [...]
      « 2 – La cession d’Airmad à Air Austral, à des conditions qui prêtent à sourire, alors que, de toute évidence, Ethiopian Airways était l’option qui servirait le mieux les intérêts de la compagnie nationale. Mais c’était sans compter feu Léon Rajaobelina,. ancien baron de l’AREMA, membre éminent de son comité central à l’époque de la « Révolution » de Ratsiraka et de son « Livre Rouge », un des grands piliers permanents de la « cinquième colonne » de la France [et du FMI] à Madagascar. »

      (3) momba ny tokony ho nahavitan-tena ara-bary hatry ny ela
      lysnorine 15 décembre à 08:20 répond à Ibalitakely, ao amin’ny « Conférence des bailleurs-Les fonds des promesses de financements : Pas encore dans la poche selon le ministre des Finances »
      http://www.madagascar-tribune.com/Les-fonds-des-promesses-de,22738.html?id_article=22738&id_objet=22738#formulaire_forum

      « Momba ny vary, dia ny VOLY VARY MARO ANAKA na SRI (Système de riziculture intensive/System of rice intensification) ihany ary tsy mampiasa afa-tsy masomboly MALAGASY voaJanahary (sahabo ho 5000-dimy arivo ! no voaisan’ny FOFIFA) , dia ampy fa tsy misy ilàna ny masomboly avy any ivelany indrindra ny notefitefena (OGM) sy ny fomba hafa andanian’andro ankehitriny ary nandritra ny am-polo taona maro izany .

      « Raha mba nanomboka nanely ny SRI tamin’ny TELO POLO (30) taona lasa (1983-1984) ny governemanta nifandimby teto, hatramin’ny nahitan’ny maopera zezoita Frantsay Henri de Laulanié io fomba fambolem-bary io, - izay tsy tambo isaina ny firenena any ivelany no mampiasa azy - dia efa ela no nahavita tena ara-bary i Madagasikara sy afaka nanondrana betsaka any ivelany ! [...]

      « Tsara hotsakotsakoina koa ny momba ny “Nerica” izay aletra eto Madagasikara :
      “Le riz Nerica - un AUTRE PIÈGE pour les PETITS PRODUCTEURS AFRICAINS GRAIN” (2009)
      https://www.grain.org/article/entries/112-le-riz-nerica-un-autre-piege-pour-les-petits-producteurs-africains%5D

      « KILEMA mazàna fahita amin’ny MPANAPAKA MALAGASYna ny avara-pianarana amam-pahalalana Malagasy tsy mampandroso ny firenena fa mamono maha-faty azy, dia “Varivarian’ny lavitra, ka tsy mahita ny ambany maso”, “fatra-pitady ny tsy hita ka manary ny hita maso”

  • 16 février à 11:16 | reviv (#9830)

    à lysnorine,

    Mais, vous comprenez ce que je vous dis ou non ?
    Et pourtant j’ai fait un effort pour vous en vous l’expliquant en malagasy.
    Nothing, soit vous faites expres et auquel cas, les échanges sont stériles,
    soit vous jouez au tourner rond, donc c’est puéril.

    Vous cherchez de la crédibilité ?
    Non, sans blague, vous ne le serez jamais avec vos « scoop » sans nous dire vos solutions,
    vos posts à lithanie, copiés et recopiés ici à volonté sans tête ni queue ne convainquent que vous.

    Je persite et signe que c’est d’abord à l’interne et à côté de vos yeux que le malheur des malgaches est très profond.

    A ce sujet, je vous invite à visionner et à bien écouter ce que dit sur
    l’émission spéciale de TVPlus hier soir le 15/02/2018 par le Ra Willy président de Tambalamaitso.

    https://www.youtube.com/watch?v=Fdc8vx0ttkg

    • 16 février à 17:35 | lysnorine (#9752) répond à reviv

      @ reviv, 16 février à 11:16

      « Mais, vous comprenez ce que je vous dis ou non ? [...]
      « soit vous faites expres et auquel cas, les échanges sont stériles, soit vous jouez au tourner rond, donc c’est puéril. »

      Tena nofintinao tsara amin’ireo fehezan-teninao ireo ny maha-fisainan-jaza maroroka no fiavian’ny hevitra sy fanakianana mba arosonao eto : Tsy mihaino tsara ny fitenenana azy fa mody marenina. Koa tsy ilaina ny hiadian-kevitra amin’ny hevi-jaza ezahinao atao letrezana eto, fa fandaniana andro fotsiny : Araka ny fahendren’ny Ntaolo Malagasy :

      « Ny hendry mody voky, fa ny adala homana ihany »

  • 16 février à 18:27 | reviv (#9830)

    Et ben,

    aucun mot sur tout ce que Ra Willy dévoile dans cette émission sur vos polifika et les grosses combines assassines dont vous êtes le spécialiste,

    D’ailleurs, je débusque que vous aussi faites partis des polifikas qui ont dépecé la grande île.
    Et vous avez le kilo de mettre vos tristes oeuvres sur le dos de bouc-émissaire étranger.

    A tenez, que pouvez-vous dire car la barbichette est toujours là devant, derrière et autour de vous.
    Maintenant, vous êtes mis à nu et au pied du pilori.

    Vous n’êtes qu’un gros malade minable et fanatique raciste,
    affameur de petites gens et qui se déguise en brebis.

Publicité


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 127