Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 9 juillet 2020
Antananarivo | 11h58
 

Scanner

Journée-test

samedi 17 janvier 2009 | R. C.

Jamais deux sans trois. Troisième journée-test ce samedi pour le jeune maire d’Antananarivo. Après l’échec de la mobilisation du 11 janvier, et celui de l’ultimatum du 13 du même mois, il redémarre, ce matin, son mouvement désormais visant au renversement du pouvoir en place. Les lieux choisis, la démarche adoptée, les propos tenus ne laissent plus place en effet au doute quant aux intentions de Rajoelina Andry et consorts. Pour cela, ils utilisent toute la panoplie ayant déjà servi dans d’autres mouvements : émissions radiophoniques appelant au soulèvement populaire, séances de prières pour le salut de la Nation, des véhicules surmontés de matériels de sonorisation convoquant la population à un rassemblement public, etc. Un véritable retour en arrière qui rappelle, tout naturellement, une ambiance de déjà vue, et une atmosphère déjà connue. Dans cette équation, les variables n’ont pas apparemment changées sauf une : la réaction du pouvoir !

Signe de faiblesse

En « laissant faire » la mairie ce matin, la préfecture de police dégage sa responsabilité tout en laissant la porte semi-ouverte à la négociation. De même, le pouvoir ne laisse rien filtrer qui puisse trahir ses intentions. La seule ligne de conduite connue jusqu’ici, c’est qu’il ne rouvrira pas de sitôt la station de télévision fermée. Ce qui est sûr, c’est que l’exécutif guette le moindre signe de faiblesse de la part du camp d’en face. Dans ce cas, si l’« inauguration de la place de la démocratie » de ce jour n’atteint pas ses objectifs, il passera à la vitesse supérieure ; si elle mobilise, il attendra le meilleur moment avant de sévir. Puisqu’une chose est sûre, Iavoloha ne laissera pas indéfiniment perdurer cette situation qui lui empoisonne la vie depuis un bon bout de temps.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS