Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 21 novembre 2018
Antananarivo | 06h12
 

Société

Société

Effusion de sang suite à une tentative de vindicte populaire à Andapa

mardi 30 octobre | Arena R.

Alors que le lynchage à mort de trois policiers à Fenoarivo Est reste encore d’actualité, un autre cas de vindicte populaire qui s’est soldé par la mort de deux personnes et la blessure grave de six autres, à Andapa, est révélé au grand jour. Mais cette fois-ci, ce sont les forces de l’ordre qui ont tiré sur la population après qu’une foule s’en est prise à la caserne de la gendarmerie. Les victimes : un homme âgé d’environ 25 ans et une jeune mère de 19 ans, enceinte.

Le drame s’est passé la semaine dernière, suite à un meurtre de deux jeunes filles dans la commune Andasibe Mahaverika. Le présumé auteur de ce crime sordide survenu le 18 octobre dernier a été interpellé par les forces de l’ordre une semaine plus tard, le 24 octobre. Après enquête et sur un fond d’une rumeur de vindicte populaire, il a été immédiatement transféré à Sambava. Mais la foule, notamment les proches des deux victimes, s’est rendue en grand nombre à la gendarmerie d’Andapa, réclamant une justice populaire.

Dans un premier temps, les gendarmes ont tenté de raisonner la population en leur annonçant le transfert du présumé meurtrier à Sambava et en expliquant que la vindicte populaire est interdit par la loi. Une partie de la foule consciente de cette situation s’est résignée mais une autre a commencé à jeter des galets à l’endroit du bureau de la gendarmerie. Les forces de l’ordre ont par la suite ouvert le feu sur la foule, causant ainsi cette effusion de sang.

Un jeune homme a dû être amputé d’une jambe à cause de ses blessures par balles dues aux tirs des forces de l’ordre, les autres blessés ont reçu des balles dans le dos ou encore sur les bras. Leurs proches, comme ceux des deux individus décédés, réclament alors des réparations. Ils exigent par ailleurs que justice soit faite concernant le meurtre des deux jeunes filles dans la commune d’Andasibe Mahaverika.

Comme l’affaire du lynchage à mort des trois inspecteurs de police à Fenoarivo Est, ce cas d’Andapa suscite beaucoup de questionnements sur la confiance entre la population et la justice, d’une part et les forces de l’ordre, d’une autre. Le Premier ministre, Christian Ntsay, a déjà reconnu qu’ « il s’agit d’une interpellation de l’Etat dans la mesure où nous avons besoin de restaurer la confiance entre l’Etat et la population. Aujourd’hui, plus que jamais, nous avons besoin de continuer les efforts pour que la justice soit plus équitable, pour que les forces de sécurité soient des plus professionnelles ».

Le renforcement de la lutte contre la corruption et le rétablissement de la vérité et de la justice qui pourront garantir le retour à la sécurité semblent être les solutions adéquates et évidentes pour limiter les dégâts irréversibles que les vindictes populaires peuvent causer. Mais pour l’instant, en dépit de la gravité de la situation et de l’incapacité du gouvernement en place à endiguer le fléau, aucune mesure ou disposition quelconque ne semble pas être prise. Pire, aucun des candidats qui se présentent à l’élection présidentielle n’ose aborder la question et en proposer des solutions efficaces.

8 commentaires

Vos commentaires

  • 30 octobre à 09:08 | arsonist (#10169)

    Tsy misy vondrona tokana itambarana mpikambana itokisana sady toavin’ny mponina any amin’ny faritra rehetra manerana ny Nosy, ka izay no mahatonga izao fisaratsarahan’ny hetsi-bahoaka izay antsoina hoe « fitsaram-bahoaka » izao.

    Kanefa raha misy ny toy izany vondrona voalaza izany, dia ho azony atao tsara ny mitarika sy mandravona sady mandrindra ireny hetsi-bahoaka rehetra ireny, mba ho ny tombon-tsoa iraisana sy ny fahafahana ary ny fandrosoana ho an’ny mponina rehetra manerana ny Nosy no hany tanjona kendrena amin’ireny hetsi-bahoaka ireny.

    Izany hoe hitambatra sy hiray hina no sady hisy mpitarika marina ka hitokisana sy ho toavina ny tolon’ny mponina manerana ny Nosy.

    Raha ny toy izay no tafajoro dia ny hery mitambatrin’ny mponina any amin’ny faritra rehetra manerana ny Nosy no hifanandrina amin’ireto tamba-jotra mpampaory sady mpandrigana aim-bahoaka no koa mpangalatra sady mpangorona ho azy manokana ny harena vao-janahary eto anivon’ny Nosy sy any andranomasiny izay samy lovan’ny mponin’ny Nosy daholo-daholo ireto.

    Kanefa indrisy fa mbola nofy lavitra dia lavitra ny fisiany izany fitambaran’ny tolon’ny mponina manerana ny Nosy ka tarihina vondrona tokana mpikambana itokisana sady toavin’ny mponina rehetra ihany.
    Ny toy izany anefa no nahatonga ny firenena maro hafa any Ivelany ho tena afaka tanteraka tokoa.

    • 30 octobre à 09:19 | arsonist (#10169) répond à arsonist

      Faly manabaty sy manambany ny firenena gasy ery (fa tsy ny Gasy mpanao politika fotsiny akory) ny tsy Gasy sy ny Gasy sasany, fa hoe moramoraina sady bonaikabe fotsiny isika Gasy.

      Raha toa ka moramoraina sy bonaikabe ve isika dia hisy akory ireny fitsaram-bahoaka manerana ny faritra rehetra eto anivon’ny Nosy ireny ?

      Misaratsaraka sy mitsitokotoko ny fomba fiadintsika, ka io no tokony hahitsy dia hatambatra ho iray.

  • 30 octobre à 09:46 | DadatoaDany (#10284)

    Ny mahatonga io :
    - ny kolikoly : na dia nahafaty olona folo aza ka mahavita manolotra trano be iray ho an’ny juge, dia afaka. Raha mahavita manolotra vola ho an’ny fitondrana, dia mahazo ny tranon’i Monja Jaona. Aleo tsy miandry juge
    - ary ny absence de l’état : tsy misy fanjakana, fa variana manodinkodina

    ps. : misy diso ny teny frantsay n’i Arena. efa saika tsy tsy hiteny fa efa nahita hafa tatsy à article hafa tatsy. Tsy mety raha mpanao gazety, encore moins sur un édito. Moi je peux faire des fautes, pas grave ; pas vous

  • 30 octobre à 13:55 | rakoto-neutre (#8588)

    Ny lalàna malagasy mihitsy no tokony misy fanitsiana, fa tsy maka tahaka be fahatany ny an’ny firenena sasany zay tsy mitovy fomba faripiainana, fomba amam-panao sns...
    Na ny Filoha Malagasy aza manitsaka ny lalana fototra, ny lalampanorenana mamela azy ho tsy maty manota (immunité).
    Dia manaraka ny sisa (le bon exemple vient d’en haut), zany rehetra zany dia feno kolikoly sy fitsabahana andraikitra (intervention). Zany no an’isany mahatonga ny olona tsy matoky ny fitsarana intsony.

  • 30 octobre à 14:16 | Tsix (#10296)

    Efa tena simba tanteraka ny fiaraha-monina malagasy. Na dia mandray andraikitra ary ny mpitandro ny filaminana dia mbola amro ireo izay maniry zavatra ratsy eto amin-tsika. Asa na misy ambadika poitika izao zavatra na tsia.

  • 30 octobre à 14:51 | dahalo (#8794)

    Raha mbola misy foana mpitasra sy mpitandro filaminana manakarena manefoefo de tsy hanana fahatokisana azy ireo ny vahoaka.
    Ary raha mbola mievy tena ho ambonin’ny lalana foana ireo olona voalaza ireo de tsy hisy raharaha vanona izany eto fa vao maika aza hitombo ny fanjakan’ny Baroa.
    Ny mpitandro filaminana efa mihevitra ny tenany ho tsy refesy mandidy any ka na polisy na zandary barrette iray defa manao ny olontsotra ho tsinotsinona ary mamingavinga olona tsisy ohatr’izany vao maika moa fa ireo sokajina hoe mpitsara defa tsy tenenina intsony fa efa mievitrin’ny tenany ho efa tompon’i madagasikara ary tsy azo toherin-teny mihintsy.
    Raha tiana hiverina ny fanajana ny lalana sy ny fatokisan’ny vahoka indray ny fitsarana de diovy io corps ny magistrats io fa ireo no voalohany tsy competent @ toerana nametrahana azy ka mahatonga ny gabo rararaka, de toy izany koa ny polisy sy ny zandary, diovy tanteraka ary tsy tokony akinina @ fiavina intsony ny fampidirana ireo polisy sy zandary ireo fa izay no mahatonga ny tsy maty manota eto amintsika

  • 30 octobre à 15:33 | SNUTILE (#1543)

    Les personnes qui réclament de venger leur mort sont les membres de la famille.
    Il est temps de leur donner l’approche de la justice en les inscrivant comme des juges civils complémentaires. C’est à dire leur faire participer à l’enquête de l’autorité, puis aux séances du jugement des présumés.

    La famille des victimes doivent choisir leur représentant avec leur inscription et identification en plus d’un avocat commis d’office ou de leur choix. Leur nombre est limité et permis par la loi commune sur arrêté ou voté en assemblée nationale.

  • 31 octobre à 09:26 | râleur (#3702)

    Voilà où ont amené 5 ans d’interminable transition et 4 ans avec Hery.

    Andry et Hery, ainsi que leur bande de mafieux, n’ont pensé qu’à se servir, via les bois de rose et autres frauduleuses transactions

    Les coupables de cet assassinat du pays sont là, en plus ils sont candidats pour continuer leurs crimes

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 162