Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 19 octobre 2021
Antananarivo | 19h09
 

Editorial

De Tana à Conakry : la liberté est en deuil

lundi 4 mai 2009 | Ndimby A.

« Les leaders du coup d’Etat (…) ont rapidement suspendu la constitution du pays, et se sont engagés à organiser des élections (…) ». « Human Rights Watch a recueilli les récits de victimes et de témoins (…), presque tous commis par des soldats lourdement armés portant des bérets rouges et se déplaçant dans des véhicules tant civils que militaires officiels sans plaques d’immatriculation ». « Human Rights Watch a aussi documenté de multiples cas d’extorsion de la part de soldats au cours de contrôles d’identité de routine ; le viol d’une jeune fille de quinze ans commis le 31 mars par un soldat ; et plusieurs cas d’intimidation de magistrats (…) ». « (…) les victimes ont toutes affirmé à Human Rights Watch que depuis le coup d’Etat, l’armée avait de plus en plus pris la responsabilité de certaines tâches de police, notamment des enquêtes criminelles ». « Toutefois, il n’a été présenté à aucune des victimes de document officiel justifiant ces actions, par exemple un mandat d’arrêt ou de perquisition ».

Pas de panique : les phrases ci-dessus n’ont pas été écrites au sujet de Madagascar, du moins pas encore. Elles ont été extraites d’un rapport de l’ONG américaine Human Rights Watch (HRW) au sujet des abus perpétrés par les militaires après le coup d’Etat de Décembre dernier en Guinée. Toutefois, il est extrêmement inquiétant de constater certaines similitudes entre ce qui se passe à Antananarivo et ce qui se passe à Conakry. L’éditorial de ce jour sera le plus court possible, afin de vous encourager à prendre le temps de lire cet article de HRW intitulé « Guinée : Le gouvernement doit discipliner les soldats ». Selon les griots qui chantent les louanges de la HAT, il n’y a pas eu de coup d’Etat à Madagascar, mais un tolom-bahoaka validé par la Haute cour constitutionnelle. Or, selon Nicolas Sarkozy et Barack Obama, qui président deux États ayant quand même un tout petit peu plus d’expérience que Madagascar en terme de pratique démocratique, ce qui s’est passé à Madagascar était un coup d’Etat. Quelle parole est alors la plus crédible : celle des putschistes ou celle de Présidents démocratiquement élus au suffrage universel et suivant la Constitution en vigueur dans le pays ? Coup d’Etat, droits de l’homme, libertés civiles et publiques, vérité : de tous temps et en tous lieux, cela n’a jamais été compatible.

A la fin de la semaine dernière, le monde entier a célébré deux journées mondiales, porteuses de symboles pour la liberté : le 1er mai, journée du travail et le 3 mai, journée mondiale de la liberté de la presse. Encore deux des ces innombrables journées du folklore onusien, et qui sont censées « éveiller les consciences sur des problèmes internationaux ». Pour l’aspect historique, rappelons que le 1er mai commémore la grève sanglante du 3 mai 1886 aux usines McCormick de Chicago (USA), pour l’instauration de la journée de huit heures (répression de la liberté syndicale). Quant à la Journée mondiale de la liberté de presse, elle a été instaurée par l’Assemblée générale des Nations Unies en décembre 1993 après la tenue du Séminaire pour le développement d’une presse africaine indépendante et pluraliste.

Un peu à l’image des Nations unies que le Général de Gaulle appelait de façon ironique « le Machin », les journées des Nations unies sont grandiloquentes mais d’une efficacité souvent discutable par rapport aux objectifs. Sur le site web de l’ONU qui vient d’ailleurs d’être relooké, les cinq piliers de son action sont mis en valeur dans le menu du haut : « Paix et sécurité », « Développement », « Droits de l’homme », « Action humanitaire », « Droit international ». Comment alors comprendre que le Président de l’Assemblée générale d’une organisation aux buts aussi nobles, se discrédite en invitant l’auteur d’un coup d’Etat, arrivé au pouvoir grâce à l’appui d’une junte, et qui s’y maintient par le feu et le sang des opposants à travers les coups de force de gros bras en treillis ? Les violations des droits de l’homme à Madagascar furent quasi-quotidiennes ces dernières semaines, mais l’ONU n’a pipé mot, à part dans une phrase noyée dans le dernier communiqué conjoint du groupe de contact à Addis-Abeba. Alors les Nations unies, remparts pour les Droits de l’homme et les libertés à Madagascar : laissez moi ricaner. Surtout quand on compare, d’un coté leur silence assourdissant lors des répressions à Ambohijatovo ou des arrestations des leaders légalistes, et de l’autre coté leur empressement à placer Andry Rajoelina sous leur protection le 9 mars 2009 quand il avait failli être arrêté par l’Emmo-Nat. Pourquoi l’ONU et la France n’ont rien fait de tel pour Manandafy ?

Des journées vides de sens

Pour en revenir à la journée du 1er mai, sans doute rares seront les « journées du travail » qui seront aussi amères à Madagascar. A cause de la crise politique qui a suivi le mouvement insurrectionnel mené par Andry Rajoelina, près de 250 entreprises ont fermé depuis Janvier 2009, et entre 10.000 et 15.000 personnes ont perdu leur emploi. Les pertes des entreprises se chiffrent en milliards, des secteurs comme le tourisme sont touchés de plein fouet. Toutefois, que l’on se rassure : en matière d’emploi, la crise n’est pas perdue pour tout le monde. En effet, beaucoup des membres de la HAT qui vivotaient avant le coup d’Etat se sont soudainement retrouvés avec un salaire confortable de plus de quatre millions d’Ariary par mois. Et puis ces fameuses images de bidasses allant faire leurs emplettes dans une grande surface, leur cerveau en bandoulière : la baisse du pouvoir d’achat ne concerne apparemment pas tout le monde. En attendant, le pauvre Malgache qui a servi de marchepied sur la Place du 13 mai va voir son niveau de vie tomber peu à peu en décrépitude. Ali Baba, Ali Baba, comment s’appelle celui-là ?

Quant à la journée du 3 mai, célébrée par la presse malgache au Solimotel, elle a permis d’entendre les belles déclarations d’intention de Zaza Ramandimbiarison, Directeur de cabinet de la HAT. Celui-ci nous a promis que le régime actuel ne fera rien pour entraver la liberté de la presse. Ce discours prête à sourire. Non pas que M. Ramandimbiarison ne soit un homme de parole, loin de là : il est sans doute une des rares personnes dignes d’estime qui fréquentent actuellement les couloirs d’Ambohitsirohitra. Mais ce discours n’était pas crédible pour deux raisons.

Primo, on se demande bien ce que vaut la parole de Zaza Ramandimbiarison, qui malgré toutes les qualités morales pour lesquelles nous le reconnaissons comme tel, ne pèse pas lourd face aux cousins Dalton en treillis. Intellectuel, technocrate, humaniste, nourri aux vertus du libéralisme pendant les nombreuses années durant lesquelles il a vécu aux Etats-Unis, M. Ramandimbiarison représente l’aile modérée et respectable de l’entourage de Andry Rajoelina (toutefois, malgré son caractère pas toujours facile, pour que le portrait soit complet). Cependant, il est noyé dans un océan de revanchards, d’opportunistes, « de vieilles planches qui prétendent faire de nouveaux meubles », et pire, de brutes épaisses dont le mode d’expression préféré est la voix des armes et celle des insultes les plus méprisables. Pour le moment, ce sont ces « faucons » qui règnent à Ambohitsirohitra et sur la ville, ce qui tend même à confirmer que Andry Rajoelina pourrait n’être qu’un homme de paille sous leur contrôle. Dans ce contexte, peut-on croire la réalité des promesses de M. Ramandimbiarison envers la presse, même si sa bonne foi ne peut être mise en doute ?

Secundo, le bilan du coup d’Etat perpétré par Andry Rajoelina est désastreux sur le plan de la liberté de la presse à Madagascar. Le drame le plus marquant aura été le cas de Ando Ratovonirina, journaliste-reporter d’images de la télévision RTA, mort par balles dans l’exercice de ses fonctions. Rappelons qu’il couvrait la marche vers Ambohitsirohitra organisée par des « stratèges », qui y voyaient peut-être le moyen de provoquer les martyrs dont leur tolom-bahoaka avait besoin. Mais d’autres journalistes seront également agressés dans l’exercice de leurs fonctions sur des lieux de reportages ; idem pour les reporters en herbe qui se font repérer par la soldatesque en action en train de prendre des images de leurs abus. Des stations audiovisuelles ont été fermées, sous les mêmes prétextes fallacieux dont usait Bruno Andriantavison sous l’ère Ravalomanana. Maintenant, les membres de la presse malgache commencent à filer doux, de peur de se faire kidnapper manu militari par des soudards dont le vin n’est sans doute pas le pire vice, ou de voir leurs locaux menacés d’incendie (comme ce fut le cas de nos collègues de Midi-Madagasikara, jugés pendant la crise pas assez "coopératifs" avec les révolutionnaires). Et bien entendu, l’opposition n’a toujours pas accès à l’audiovisuel public, malgré les récriminations outrées entendues sur la Place du 13 Mai quand les leaders insurrectionnels cherchaient des prétextes pour entrainer la foule dans son sillage. Alors HAT = liberté d’expression ? Nul besoin de démontrer que cette équation n’est qu’une gigantesque farce, du moins jusqu’à preuve du contraire. Demandez à Manandafy, à Ihanta, à Razily, au Pasteur Rasendrahasina, ou éventuellement à Haja (la bouquiniste morte à Ambohijatovo) et à Ando, le journaliste de RTA.

J’entends d’ici la voix de certains cerveaux mal irrigués, qui vont s’exclamer face aux dénonciations des dérives du pouvoir de Transition : « peut-être, mais sous Ravalomanana était-ce la bonne gouvernance » ? « Peut-être, mais sous Ravalomanana les Malgaches étaient-ils heureux » ? « Peut-être, mais Ravalomanana n’a-t-il pas fait tirer à Ambohitsirohitra » ? Peut-être, mais sous Ravalomanana les Malgaches étaient-ils libres » ? Questions non seulement incongrues mais étonnantes : ces gens-là ont-ils renversé Marc Ravalomanana pour faire un copier-coller de ses défauts, ou bien les belles promesses de lendemains meilleurs n’étaient-elles que des leurres, comme personnellement nous l’avons toujours subodoré ? « What a Wonderful World » nous chantait Louis Armstrong : sans doute parlait-il d’un monde où Madagascar sera rayé de la carte pendant quelques années, le temps de ce régime de transition. Au moins.

24 commentaires

Vos commentaires

  • 4 mai 2009 à 07:16 | lalatiana (#1016)

    Bonjour Ndimby, Bonjour à tous ...

    Je voudrais réagir ici et apporter ma pierre ici, sur le sujet de la liberté de la presse et sur le pouvoir et des médias, parce qu’un fait récent a éveillé mon attention quant à la portée du contrôle de l’information par le pouvoir HAT.

    La sortie du « ministre » des Affaires étrangères de la HAT Hasina Andriamanjato qui l’a vu, au retour d’Addis-Abbeba, se plaindre d’un traitement fallacieux (*) de l’information par RFI, m’a paru pour le moins comique si ce n’est réjouissante.

    D’autant que jusque là, la présentation des évènements de Madagascar opérée par les médias français et au premier chef les structures de France Monde (France 24, RFI) ou même par l’Afp nous avait nous-mêmes semblé jusque là curieusement partisane et favorable à la scandaleuse prise de pouvoir par le TGV, au point que leur attitude ait pu laisser à une très grande partie des acteurs concernés la désagréable sensation d’une collusion de la diplomatie française avec les putschistes.

    De fait, ceci pourrait être perçu comme un renversement de situation. Les maîtres es désinformation du pouvoir HAT, et en particulier « notre » « cher » « ministre » Augustin, craignent peut être d’avoir perdu la main sur l’information sur le net (*) . Nouveau phénomène notable de ces évènements : après avoir vu l’illustration d’une opération de manipulation et de désinformation - par médias radios, TV et presse interposés - réussir à renverser le gouvernement Ravalomanana en ayant mobilisé les opinions internationales et une frange de la population malgache, on a aujourd’hui l’illustration de la puissance du Web 2.0 en termes d’impact socio-politico-médiatique.

    A travers des dizaines voire des centaines de blogs, de forums, de portails citoyens, Internet a en effet relayé et amplifié l’audience du mouvement légaliste en diffusant très largement opinions, photos, vidéos qui ont installé un mouvement de rejet inespéré du pouvoir HAT, d’abord en permettant à la foule de citoyens de la « majorité silencieuse » d’exprimer et de partager leur colère mais aussi de fédérer leurs actions, puis en favorisant l’éveil d’une possible nouvelle conscience politique malgache.

    Celle-ci est porteuse d’espoir, parce que l’information que les médias acquis à la HAT - il est à ce sujet honteux que des prétendus journalistes masquent systématiquement les faits avérés tels que les manifestations « légalistes » et leur répression – n’ont pas pu juguler la diffusion de l’information et que la rumeur s’efface peu à peu.
    Celle-ci est porteuse d’espoir parce les initiatives foisonnent ici et là, qui se préoccupent non plus seulement de la lutte pour un retour à la constitutionnalité, mais se préoccupent aussi désormais de faire naître les projets qui dessinent le futur du pays.
    Celle-ci est porteuse d’espoir et on ne peut que remercier les éditorialistes qui ont peut-être fait naître, puis alimenté et nourri cette conscience « électronique » des citoyens démocrates malgaches.

    On nous dira avec raison : Internet n’est pas accessible à la grande majorité des malgaches. Mais il reste fondamental. Et notre présence sur le net ne s"avère que plus crucilae ...

    ... Pour que naisse et vive notre démocratie ...

    http://madagoravox.canalblog.com

    http://www.madagoravox.org

    (*) Un éditorial de « la Vérité » - portail attaché au pouvoir TGV - se lamente (les pauvres chéris) du déséquilibre des rapports de force en terme d’audience entre les légalistes et les organes de « PROPAGANDE » (je cite) du pouvoir.

  • 4 mai 2009 à 08:07 | tsy tia tabataba (#366)

    Merci beaucoup Mr Ndimby A. Votre analyse est très pertinente, mais seriez-vous entendu ?

  • 4 mai 2009 à 09:27 | Basile RAMAHEFARISOA (#417)

    Ndimby A....a jeté son masque.TANT MIEUX !!
    Basile RAMAHEFARISOA(2)22ramahefarisoa

    • 4 mai 2009 à 11:39 | ramahirata (#1024) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Au fait Basile , toi qui ais donné ton mail, ton âge, etc. etc. (avec COURAGE selon tes dires ) ; en parlant de masque JE T’INVITE à T’INSCRIRE sur FACEBOOK-TOP-MADA.

      Au plaisir de te voir là-bas !

      Ramahirata.

    • 4 mai 2009 à 12:38 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à ramahirata

      Merci de vote invitation !!M’inscrire au FACEBOOK-TOP-MADA ne m’intéresse pas :"NALAZA BE ANDROANY,ARY EFAHATRY NY ALINA FA HOE MATY i manandafy.ISAN’NY NAHITANA IZANY VAOVAO IZANY TAO AMIN’NY TRANONKALAN’NY TOP-MADA,ARAKA NY SARY HITANAO ETO AMBANY.I constant raveloson NO ISAN’NY NAMOAKA NY FEO.
      Merci de votre invitation ramahirata !!

    • 4 mai 2009 à 12:54 | Rakitoza (#689) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Eh ben Tonton Bazy, qu’avez-vous vu derrière le masque, parce que moi j’ivoirien (ou je guinéen).

      La seule chose que je vois, c’est la dénonciation des abus de l’armée à Tana et à Conakry.

      Mais Tonton Bazy, bien au chaud dans ses pantoufles et en train de siroter sa camomille en France, à 10.000 kms de Tana, n’a plus la vision nécessaire malgré les lorgnettes qu’il doit certainement chausser en même temps que son dentier.

      Ceci étant dit, Tonton Bazy : je vous aime bien. Vous avez le courage et la constance de vos opinions, même si je suis loin de les partager.

      Rakitoza Fenofika(7)77rakitoza

    • 4 mai 2009 à 13:41 | ramahirata (#1024) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      lol , nataoko ho tena mahasahy ! kay tsy mahasaky mivoaka andro toy ny kankana.

      Je comprends votre peur de vous montrer. Un peu plus de courage de votre part m’aurait étonné.

      Merci pour l’excuse "bidon"

      lol

    • 4 mai 2009 à 18:53 | pelanoro (#1576) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Pourquoi n’osez-vous pas s’inscrire sur Facebook de Top Mada, pour ne pas être découvert ?
      Etonnant de votre part, moi qui admire votre bravoure et votre franchise.
      Et selon vous, Ndimby a jeté son masque ? Donc vous pensez le connaître ?
      ou c’est juste une intimidation ?
      Qu’importe ! En tout cas son article est très objectif.

      Dites-moi, Basily, je pense que ça ne vous intéresse pas d’aller à la place de la République samedi prochain, même rien que pour voir. Parait que ça va être chaud. Mon cousin est tout content d’y aller même s’il n’est pas de la région parisienne.
      On voit que même des malgaches qui vivent en France ne se défilent pas malgré tout, car Madagascar est leur TANINDRAZANA. On n’oublie jamais d’où on vient ; En tout cas, ça nous apporte du soutien et ça nous encourage.

      Essayez aussi de jeter votre masque, les forumistes se feront un plaisir de vous connaître.

  • 4 mai 2009 à 09:29 | Citoyenne Malgache (#599)

    Eh ben... Le jeu des 7 erreurs entre Conakry et Tana ?

    Pour rester dans le même registre du copier-coller, vous rappelez-vous de
    l’article "Madagascar : La France veut imposer un DJ" de Abdoulaye Villard Sanogo sur Abidjan.net en date du 14 mars(http://news.abidjan.net/article/?n=323421)

    "Incorrigible France ! En 2003, elle a imposé à la Côte d’Ivoire,
    des mécaniciens, frigoristes, loubards et cuisiniers comme
    ministres dans le gouvernement formé après la réunion de
    Linas-Marcoussis (France). Ce schéma, on le devine, avait pour
    principal but de bloquer le fonctionnement des institutions de
    l’Etat ivoirien.

    [...] Pendant ce temps, ses ressources sont pillées systématiquement, ses caisses se vident, sa jeunesse
    s’abandonne à la facilité. Le but est atteint.

    Pourquoi alors ne pas reproduire ce schéma de la réussite
    ailleurs, sur le même continent ? Madagascar offre de belles
    opportunités. Un président de la République qui applique un
    programme nouveau, de décolonisation, ouvert sur le monde
    entier et non attaché seulement à l’ancienne métropole.

    Plus grave, ce pays a d’importantes ressources minières et
    pétrolières dont l’exploitation se fait aussi par la Chine. Il n’en
    fallait pas plus pour que le président Marc Ravalo-manana ait
    en face de lui une rébellion. Savez-vous qui la dirige ? Un discjockey
    (DJ : prononcez didjé). C’est-à-dire, un animateur de
    boîtes de nuit. Pour que, quand elle aura réussi à l’imposer à la
    tête de l’Etat, rien ne puisse marcher et que tout revienne
    dans les mains de la métropole.

    La manipulation est si pernitieuse qu’elle a atteint l’armée qui est aujourd’hui divisée.
    On n’attend plus que le ralliement totale de la police, de la
    gendarmerie et de la garde républicaine pour que le pouvoir
    malgache tombe dans les mains du “didjé”, Andry"

    That is not a wonderful world. Jouons plutôt la marche funèbre.

    • 4 mai 2009 à 10:01 | Basile RAMAHEFARISOA (#417) répond à Citoyenne Malgache

      C’est pathétique !!!citoyenne malgache,vos remarques sur la FRANCE.Il ne faut pas oublier que Madagascar et la France ont beaucoup d’intérêts communs à défendre ensemble.Que les relations bilatérales s’améliorent avec un esprit 50/50 !Que la coopération décentralisée entre les 22 régions se concrétisent dans tous les domaines !Que les échanges-populaires s’améliorent pour un progrès social même avec des pouvoirs d’achats déséquilibrés !
      Basile RAMAHEFARISOA(2)22ramahefarisoa

    • 4 mai 2009 à 10:26 | racynt (#1557) répond à Citoyenne Malgache

      - Bonjour Ndimby et bravo pour cet article qui reflète bien la situation actuelle notemment sur le parallèle entre Tana et Conakry.
      - Comme Nj au début je mettais en doute l’implication de la France dans ce coup d’Etat mais les faits de ces derniers jours viennent vérifier cet hypothèse qui semble être la plus probable : révision des contrats miniers, gisement de pétrole... et je pense que tous ceci n’est que la partie visible de l’iceberg , le plus gros reste à venir.
      - Un forumiste nommé Phillipe pour défendre son pays nous a avancé des chiffres relatant la pauvreté des malgaches (PIB, PNB...) afin de nous prouver qu’il n’y a rien d’intéressant à prendre à Madagascar vu notre extrême pauvreté ! S’il n’y a donc rien à Madagascar , pourquoi la France fait -t-elle des contrats avec ces putschistes ? On parle de pétrole d’une valeur de 12 milliards pour TOTAL. Dis-donc, c’est rien 12 milliards de dollars US Phillipe , n’est ce pas ?
      - D’ailleurs Phillipe pour défendre son argument à rajouter que les soucis de la France sont ailleurs et non à Madagascar , ce qui la préoccupe le plus en ce moment c’est la crise mondiale qui a causé beaucoup de pertes d’emplois ... . Mais Phillipe oublie que cette fragilité de la France est une raison de plus qui la pousse à chercher des intérêts ailleurs afin de redresser son économie
      - En passant, il n’y a pas si longtemps un livre était sorti sur Bernard Kouchner , qui relate son implication dans des sales affaires principalement en Afrique notamment dans la guerre civile au Rwanda , ... Pareil j’ai aussi mis en doute les faits relatés dans ce livre mais avec ce qui se passe actuellement à Madagascar, je pense bien que l’auteur ne s’est pas trompé ! Quand Kouchner s’abjecte devant les caméras du monde entier pour soutenir les enfants africains victimes de famines, en dénonçant les autorités de ne rien faire , ce n’est ni plus ni moins une démagogie !

      - Et comme Anne Roumanof l’a dit :

      Kouchner s’est fait connaitre en vendant du RIZ

      Grâce à ça il a réussi à se faire plein de BLÉ

      Mais maintenant il est dans la SEMOULE

      Kouchner n’est pas prêt de sortir de la semoule si il continue !

    • 4 mai 2009 à 11:37 | dieg (#2041) répond à Citoyenne Malgache

      Citoyenne Malgache

      France-Madagascar c’est presque un siècle d’histoire commune.

      France-Madagascar ceux sont 2pays cousin.

      il faut qu’on arrive à comprendre à Mada ,qu’on ne peut pas effacer notre histoire et si on renie notre histoire cela nous aidera pas à avancer.

      Ra8 etait proAméricain,maitenant qu’il est dans la merde et Mada dans la merde ,est ce que les Américain se plie en 4 pour nous sortir de là ?.

      pourquoi il n’est pas invité aller vivre au USA ?

      Ratsiraka detestait la France ,il a pratiqué le comminisme sauvege,et des année après il est revenu avec la France.

      Le premier problème de la France concernant ce conflit c’est qu’il a 20mille français qui habite à Mada.et si la France sera obligée de les rapatrié, cela lui coûte trop chèr.

      Parce qu’elle sera obligé de les loger et les nourir durant plusieur année et tout le monde sais que la caisse de l’état Français est vide.

      maintenant c’est vraie que la France s’active en douce concernant ce conflit,est ce qu’il a le choix ?.elle a beaucoup à perdre.

      vous parlez de la cote d’ivoire,quand ça allait très mal,la France a décidé d’y aller tout seul,il n’a pas attendu l’ordre de l’ONU,et il a tiré sur la foule faisant des mort.

      des année après des Ivoirien disent que si la France n’est pas intervenu,ça allait faire comme le Rouanda.

      donc si on veut être tout le temps contre la France,c’est d’abord pot de terre contre pot de fer.

      car la France a tellement d’expérience sur les coflit Africain ,et il a tellement d’influence sur les bailleur de fond.donc on perd nos temps.

      Si vous voulez detesté la France, fait le en douce ,et ne pas crié sur le toit ce sera plus efficace.

      Ra8 l’a crié sur le toit et tu sais comment il est devenu.regarge aucun pays n’en veut ,sauf chez le sauvage qui a 60femme et 600enfant(roi swiziland)

    • 4 mai 2009 à 12:37 | racynt (#1557) répond à dieg

      - J’avoue Dieg que tu n’as pas tord mais ce que tu n’as peut-êtes pas penser c’est que les Français connaissent si bien les malgaches à un tel point qu’ils ne pensent à aucun moment que le peuple malgache réputé pacifique va s’en prendre à ses ressortissants ! Et que une fois qu’ils seront bien intimidés par les massacres perpétrés par TGV , ce peuple finira par se résigner, c’est ce qu’ils cherchaient !
      - Par contre tu as raison quand tu dis qu’on est des "atody miady amam-bato".

    • 4 mai 2009 à 14:00 | lalatiana (#1016) répond à Basile RAMAHEFARISOA

      Tiens,

      Ce bon vieux Basile est toujours là avec son hochet ... ????

      LOL ... Quel constance !!!

      Basile : que faudrait il dire pour que vous changiez de camp et que vous nous offriez votre énergie et votre capacité d’engagement ... Parce que, objectivement : Quel gâchis, de vous voir dépenser une telle énergie pour une mauvaise cause ...

       :-)

  • 4 mai 2009 à 09:30 | poiuyt (#584)

    Bonjour. Il ne faut pas trop leur donner tord, c’est dans la normalité. On ne peut pas agir vers un objectif, et créer en même temps la réaction ; ce serait insensé. Si ils en sont toujours là, c’est qu’ils sont toujours faibles, comme au premier jour, il ne faut pas oublier. Alors il faut persévérer, Courage !

    Par contre, c’est l’inertie du putchiste qui fait penser ces derniers temps. Pourtant, il avait entamé sa "pipotialisation" en provinces. A t-il enfin réalisé que cela ne sert à rien, qu’il était un outil, et aujourd’hui il est un fonctionnaire qui fait les affaires courrantes. Si c’est cela, ô le pauvre.

    En a-t-il trop sur ses épaules ? oui, si l’on pense que les mutins sont libérés à eux-même, car cela devrait être un souci majeur pour qui veut s’éterniser un tant soit peu.

  • 4 mai 2009 à 09:37 | Rabila (#1379)

    Ce sont les dommages collatéraux d’un coup d’état où l’illigitimité pousse à l’autoritarisme.

    Un coup d’état se fait par un leadership fort (De Gaulle) ou par la force brutale (Pinochet).

    Andry Rajoelina plus tous les membres de la HAT ne feront pas un seul De Gaulle des années 55/57. Ni un Pinochet...

    C’est finalement un coup d’état mou fait par des opportunistes qui auront du mal à maitriser les soldats, ils ont ouvert la boite de pandore. Partisans par définition, ils auront du mal à sortir le pays de cette crise.

    La nouvelle république qu’ils appellent de leurs voeux sera :
    - une république de la combine
    - ou une république vita gasy
    - ou une république akondro

    Une république de la combine : les vainqueurs se partagent le gateau. Les postes politiques et l’économie. Il aura des cocus dont les soldats de base et la majorité silencieuse.

    Une république vita gasy. On fait des réformes de circonstance. Celles que le temps, les ressources intellectuelles disponibles, le génie politique et le consensus ont permis de pondre : peu.

    Une république akondro, et on revient comme avant. Toutes les institutions resteront à la remorque du pouvoir executif. La justice indépendante restera une utopie. L’injustice continuera de régner. Les églises se sentiront obliger d’interferer dans la vie politique. L’opposition comptera peu, délaissée. Et on commence une autre spirale de progrés démocratique. Une spirale qui copie un cercle.

    En tout cas, il sera difficile de remettre les soldats dans leur caserne. Surtout si la prochaine étape sera la remise en question l’utilité de l’armée.

  • 4 mai 2009 à 10:42 | rom1 (#1140)

    le ton monte cher ami...j’aime bien...

    continuez...

  • 4 mai 2009 à 11:10 | ramahirata (#1024)

    Bravo Ndimby , n’en déplaise à certains qui sont restés cois, sans réaction devant de telles véracités.Ils se reconnaîtront,et pourquoi donc ?

    Que voulons-nous ? les croquemorts (mpivaro-dambamena) ne peuvent que cautionner ces actes et s’en frotter les mains.Et ils n’osent pas faire tomber leur masque quoique c’est d’une évidence !

    Ramahirata.

  • 4 mai 2009 à 12:52 | Andriambavilanitra (#1698)

    Thomas Jefferson a dit : "Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux."

    Pour Madagascar, j’inverserai : "un peuple prêt à sacrifier un peu de sécurité pour un peu de liberté ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux"....

    Aujourd’hui, être pro ra8 ou pro HAT n’est pas pour moi le débat, mais surtout comment nous allons nous sortir de ce bourbier dans lequel nous nous sommes foutus ? car honnêtement, la HAT ne serait pas là ou elle est si, Ra8 n’a pas fait des erreurs, et si TGV n’a pas été soutenu par un "groupe" anticonstitutionnel et par une partie des tanatariviens.

    Les événements qui se sont déroulés quotidiennement nous interpellent, surtout pour ceux qui ne sont qu’observateurs car éloignés de Mada. Mais concrètement comment agir ?
    Car si je reprends le titre de l’article de Ndimby " MAnoratra foana fa eh eh eh !!! nous pouvons nous insurger, apostropher, critiquer, mais nous n’éradiquerons jamais les Capsat par nos écrits...ne réouvrirons jamais la parole aux médias muselés, ne sortirons jamais les personnes emprisonnées arbitrairement, ne retrouverons jamais Razily ou les autres personnes disparues....

    Alors, on se remet finalement aux personnes qui se sacrifient pour nous "représenter", je dis bien se sacrifier, car apparemment s’exprimer sur les méfaits de la HAT devient un délit, et passible d’emprisonnement.
    La journée de la liberté de la presse du 3 Mai, n’aurait pas du être célébrée car c’est une liberté bafouée à Mada....

    • 4 mai 2009 à 13:55 | lalatiana (#1016) répond à Andriambavilanitra

      Bonjour Andriambavilanitra,

      Pas d’accord du tout avec vous ... mais pas d’accord du tout ... :-)

      Voir mon post :

      http://madagoravox.canalblog.com/archives/2009/05/02/13588967.html
      "Danse avec les loups ... ou hurle avec les chiens ..."

      Bien cordialement à vous ...

    • 4 mai 2009 à 16:52 | racynt (#1557) répond à Andriambavilanitra

      Thomas Jefferson a dit : "Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux."

      Andriambavilanitra, je pense que tu te trompes lourdement quand tu inverses le contenu de la phrase car sans vouloir être prétentieuse , si tu analyses bien cette phrase, Thomas Jefferson veut peut- être dire :

      "qu’un peuple qui est prêt à sacrifier un peu de sécurité pour un peu de liberté mérite l’un et l’autre"

      je peux me tromper mais je crois que c’est le sens de cette phrase que tu as inversé et je suis tout à fait d’accord avec Thomas Jefferson car quand on est lâche, il ne faut pas se plaindre qu’on a pas assez de liberté ! Tout le monde veut la liberté mais à quel prix ?

  • 4 mai 2009 à 13:07 | nyaina (#950)

    Bien dit Ndimby et merci !
    excellent édit

  • 4 mai 2009 à 15:41 | mdhary (#1580)

    Cette journée de la liberté de la presse ne devrait pas en effet être célébrée à Madagascar. Depuis les évènements, la presse s’est souvent faite la voix d’un parti ou d’un autre sans toujours être objective. Comme il est dit dans Reporters sans frontières " Trop souvent, l’information a été négligée, bradée, manipulée. La propagande l’a emporté. Un précédent alarmant." Ceci s’explique surtout par le fait que les médias sont entre les mains des hommes politiques. Alors avant de demander aux Nations Unies de dénoncer des actes contraires aux Droits de l’Homme, balayons devant notre porte : y-a-t-il eu des réactions des ONG et associations malgaches censés défendre les Droits de l’Homme ? Ont-ils rendus visite aux prisonniers politiques que ce soient les parlementaires ou Razily dont on ignore encore aujourd’hui encore le lieu d’incarcération ?
    Par ailleurs, je suis d’accord avec vous pour dire que ce 1er Mai 2009 est un jour non seulement triste, amère mais aussi désespérant, lamentable. Ironiquement, cela correspond à la venue de ces soit-disants investisseurs saoudiens qui font miroiter des dollars, du travail aux pauvres naifs que nous sommes.
    Derniere remarque : pourquoi tant de tolérance vis à vis de Zaza Ramandimbiarison ? Qu’à-t-il de mieux ou de plus que les autres ? Pourquoi ne dénonce-t-il pas les exactions que l’on constate depuis la prise de pouvoir de la HAT ? Digne d’estime ? Pour le moment son silence équivaut à la caution de ces actes.

  • 4 mai 2009 à 15:53 | Mandimbisoa (#2104)

    Miarahaba,
    Tout simplement MISAOTRA TOMPOKO ô !!!

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS