Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 16 décembre 2019
Antananarivo | 16h17
 

Editorial

Amnistie and Co

vendredi 27 janvier 2012 | Miary, Patrick A.

Et c’est reparti pour un tour. Semblant d’« accord » à Prétoria, mais de toute évidence et comme à l’accoutumée, différences de compréhension et d’interprétations sur son contenu. L’on se gardera alors de prêter une importance exagérée aux déclarations multiples des acteurs malgaches, et l’on se réfèrera uniquement au maigrichon communiqué de la SADC joint ici.

Concrètement, on y lit un « appel » à adopter une loi d’amnistie avant le 29 février, « pour faciliter la mise en oeuvre des points encore en suspens dans la Feuille de route » ; ainsi qu’un engagement de la SADC de travailler d’ici à cette date sur les plaintes concernant la mise en oeuvre de la Feuille de route, notamment les plaintes portant sur la formation du gouvernement.

Pour le reste, le communiqué pourrait se résumer de la façon suivante : la Feuille de route, toute la Feuille de route et rien que la Feuille de route. Et silence dans les rangs. Y compris dans les médias, avec un appel à eux lancé de cesser les rumeurs et les désinformations assimilables à une violation des articles 22 et 23 de feuille de route. LOL : dans ce genre de figure de style, il y avait déjà eu un précédent qui avait au moins l’avantage d’être par moments comique.

Pendant un mois donc, la question de l’amnistie devrait dominer l’actualité. Une bonne première base de réflexion serait de lire le rappel fait par Sahondra Rabenarivo en décembre dernier et les commentaires qui ont suivi. Ces quelques cadrages techniques suffiront-ils à éviter une foire d’empoigne sur le sujet ? L’on est sérieusement en droit d’en douter.

Le problème est qu’une partie du public et de la classe politique a une peur instinctive de Marc Ravalomanana ; une autre partie a également une aversion instinctive d’Andry Rajoelina. Ces réactions ne sont pas totalement irrationnelles ou fondées sur la défense d’intérêts très particuliers : les deux hommes se sont révélés les plus « morpions » des Présidents, et à entendre leurs discours, l’on doute qu’ils puissent facilement changer.

Le réalisme politique appelle évidemment à une amnistie des actes politiques. Il serait impossible de s’opposer au principe. Mais il y a un problème : l’étymologie du mot amnistie, qui est proche de celle d’amnésie. Ce n’est pas la première fois qu’il y a amnistie à Madagascar ; mais qui oublie ses erreurs est forcément condamné à les répéter. Comme nos deux hommes sont impénitents, l’amnistie à eux appliquée pourrait avoir un arrière goût d’impunité.

Le pardon, certes ; l’oubli en prime ?

Pour prendre le sujet le plus brûlant, Marc Ravalomanana doit-il être amnistié ? Si oui, il devrait en principe pouvoir rentrer au pays et redevenir un citoyen comme tout le monde et jouir de ses droits civiques et autres. Si la réponse est non, c’est que la feuille de route n’est pas respectée et la crise n’est pas finie.

On voit qu’ainsi posée la question ne peut recevoir l’approbation de l’ensemble de la classe politique, en définitive la seule à vraiment décider, car les positions sont désormais très tranchées. Car l’amnistie est inséparable de la notion de pardon des fautes. On ne peut pardonner que sous deux conditions minimum :

La première est de connaitre exactement les fautes à pardonner. On ne peut se contenter d’un mea culpa vague et général. La deuxième est une forme sincère de réparation des fautes. Dans le cas le plus brûlant la question est : comment délimiter les fautes commises par Marc Ravalomanana ou Andry Rajoelina (si faute il y a) et quelle forme de réparation doit exister. Comment se pose la question de l’impunité ?

Il est utopique d’espérer une réconciliation dans les coeurs, si les deux points soulevés ne reçoivent pas des réponses satisfaisantes, car toute crise qui a eu lieu à Madagascar a eu pour origine un sentiment de frustration grave. Trancher la question de l’amnistie dans un délai très court nécessite d’avoir en tête la liste des questions à résoudre. Gare alors aux fausses appréciations.

22 commentaires

Vos commentaires

  • 27 janvier 2012 à 08:19 | mpihomehy (#5162)

    Les "différences de compréhension et d’interprétations" ne constituent aucune surprise, étant donné le niveau d’éducation te chacun d’entre eux :
    - professeur
    - docteur honoris causa
    - baccalauréat -/+
    - amiral de piscine

  • 27 janvier 2012 à 08:27 | râleur (#3702)

    L’amnistie est l’acte judiciaire qui annule une condamnation qui a été prononcée.

    Cela ne veut pas dire pour autant que de nouvelles poursuites ne puissent être lancées, via une plainte contre X par exemple, pour crimes et assassinats. Cette plainte serait recevable car il n’y pas prescription et ferait donc l’objet d’enquête et d’instruction.

    Et là, tous ceux qui étaient de près ou de loin, acteurs de cette tuerie devront répondre de leurs actes abominables.

    Mais je reste persuadé que les tenants du Pouvoir actuel ne veulent pas d’un nouveau procès. Pourquoi ?

    • 27 janvier 2012 à 08:59 | stand up (#2470) répond à râleur

      Parce qu’ils y étaient pour quelque chose, de grandes choses même !!!!!!

  • 27 janvier 2012 à 09:17 | debile profond (#6180)

    • 27 janvier 2012 à 09:47 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à debile profond

      L’Amnistie ......c’est plutot un match de rugby entre les malamaheads ....arbitré par les Singes de Tsimbazaza (ST)

      Vous savez dejà où se penche le coeur de l’Arbitre !!

      ST ou CT c’est pareil !!

  • 27 janvier 2012 à 09:54 | ericraza (#4709)

    Ny soniany vita moa aza tsy nasiany HASINA ko maika fa izay recommandations ny SADC izany ? Izaho aloha tsy mino é !!!
    Mafy loatra ny tahotra andaniny (Ravalo) sy ny ankilany (Basin’ny miaramila) !!!

  • 27 janvier 2012 à 10:26 | rasoulou (#4222)

    Il faut chercher une thérapie collective pour les peines subies par les Malgaches ,causées par les torts de Ra8 : abus de pouvoir, et les écarts de Rajoelina : coup d’Etat de 2009.
    LES DEUX HOMMES SONT MAUVAIS POUR MADAGASCAR.

  • 27 janvier 2012 à 11:11 | debile profond (#6180)

    Un bon a rien peut être une bonne personne dans le fond

    on ne demande rien a un bon a rien

    parce qu’on sait qu’il n’est bon a rien

    et cela vaut mieux ainsi

    en ne demandant rien a un bon a rien

    tout va très bien

    Andry Nirina Rajoelina lui n’est PAS un bon a rien

    « LUI il est mauvais a tout !!! »

    énorme différence.

  • 27 janvier 2012 à 11:52 | bema (#828)

    "Retour à la case départ" ou "reparti pour un tour" est devenu notre recette presque quotidienne et l’amélioration de la situation de la population est toujours au second plan.C’est vraiment triste car pour un simple citoyen, l’ Intérêt Supérieur de la Nation, le fameux ISN,est le Bonheur de son peuple et le rôle de tout politicien digne de ce nom est d’y arriver ou du moins d’apporter sa contribution pour y arriver. A tous les échelons, ne devrions -nous pas nous poser des questions ? Ne donnons pas l’occasion aux autres de s’immiscer à nos affaires internes car ils ne connaissent pas notre spécificité.Misaotra Tompoko

  • 27 janvier 2012 à 14:13 | kakilay (#2022)

    Admettons que la justice qui a condamné Ra8 soit compétente, juste parce que impartiale... et donc pas politique.

    Mais arrêtes ton char ! :
    c’est ton hypothèse qui est fausse...
    ou tendancieuse !

    • 27 janvier 2012 à 15:24 | Boris BEKAMISY (#4822) répond à kakilay

      Kakilay....

      La fausse Hypothese n’est pas l’Huile de Table ( lire monopole ) d’un camp....

      Admettons qu’on peut dissocier les affaires concernant un President de la Republique de la politique .......surtout pendant l’ere Ravalo où boire de l’eau ou prendre un pot d’Yaghourt meme etait devenue un geste politique....

      Vous buvez "eau vive" mais non pas "classiko" donc vous etes un ennemi politique .....de Ravalo

      Admettons que juger un tel president puisse etre dissocié de la politique...c’est nous vendre un yaghourt pourri....avec un certain LYRISME à la Kakilay...

  • 27 janvier 2012 à 14:32 | debile profond (#6180)

    Les services de sécurité dans la région disent qu’ils sont conscients d’une stratégie en 6 points mis au point par Paris et Antananarivo pour empêcher Ravalomanana de revenir. Selon ces sources, M. Rajoelina, ses chefs de la sécurité et la France ont décidé de :

    Déployer des forces de sécurité fidèles à M. Rajoelina à l’intérieur de l’aéroport international d’Ivato à Antananarivo.
    Déployer les partisans de Rajoelina en dehors de l’aéroport à dos et de déstabiliser le estimées 100 000 Ravalomanana soutenue attendue à l’aéroport pour l’accueillir.
    Faire des déclarations menaçant les partisans de Marc Ravalomanana avec l’arrestation.
    Menacer d’arrêter Ravalomanana à l’arrivée.
    Lobby de la communauté internationale pour convaincre la SADC de ne pas laisser revenir Ravalomanana.
    En dernier recours, émettra un avis à tous les navigants (NOTAM) pour nier les droits d’atterrissage à toutes les compagnies aériennes. Ceci a effectivement fermé l’espace aérien du pays.

    source : http://t.co/6xPi3QJt

  • 27 janvier 2012 à 15:52 | da fily (#2745)

    Forumistes et éditorialistes, vous ne vous posez donc pas la question pourquoi maintenant tous les 6 mois et depuis 2 ans, NOUS en sommes à ressasser encore la même question du Grand Pardon ?

    Même si nous connaissons la génèse de toute cette tragédie qui conduit le pays dans les affres de l’absurdité, nous semblons n’avoir ni la capacité ni le désir de résoudre ce lourd problème, quoi de plus évident de voir des entités et personnes étrangères vouloir le faire, du moins vouloir nous aider à le faire ? Nous sommes tous devenus juges et parties, à n’importe quel degré que ce soit, la logique ou le bon sens n’y pourront rien. Et se voiler la face derrière notre sacro-sainte spécificité bien malagasy pour faire taire certaines vérités ou en occulter d’autres est faire preuve de crasse malhonnêteté, justement celle actuelle dont use et abuse nos dirigeants en place. On ne sent ni perçoit aucune bonne volonté, pas de démarches d’aplanir les crispations et pire, un aplomb dans l’imposture qui confère à l’inconscience. Il est pourtant temps d’arrêter de faire subir le pire et la descente aux enfers à la population, non ? Doit-elle être punie pour son assentiment pour ce qu’elle croyait juste ?

    • 27 janvier 2012 à 16:54 | Jipo (#4988) répond à da fily

      bonsoir , qu ’elle le doive ou pas , l’ addition est en plus de très lourde , particulièrement salée .
      En tirera-t-elle leçon ? rien n’ est moins sur .
      D ’ou le comportement des dirigeants , à nous prendre pour ce que la majorité incarne , des moutons justes bons à être :" tondus/razés ", et Madagascar ne déroge pas à cette règle .

    • 27 janvier 2012 à 19:21 | Jipo (#4988) répond à Jipo

    • 27 janvier 2012 à 21:48 | da fily (#2745) répond à Jipo

      lé fay a koz tout zot là lé pi bon ! ban’ boug la Réunion li fé parey aou lé meyèr, ou lé pire ?

      l’amnistie est-elle vitale pour nous ? Pas forcément mais pour envisager une réconciliation, il est toujours bien de tendre la perche, et les malagasys sont sensibles à ça.

      L’amnistie est-elle souhaitable ? Je crois que oui pour faire tomber les murs qui sont en train d’être bâtis, car la fracture est palpable

      L’amnistie est-elle envisageable ? Oui, à la condition que ceux qui détiennent les rouages et tiennent les rênes, sachent enfin pourquoi il est urgent de se mettre autour d’une table.

      L’amnistie est-elle incontournable ? Non si nos politiques sauront faire baisser la pression et conduire véritablement la transition vers les élections.

    • 28 janvier 2012 à 01:23 | Jipo (#4988) répond à da fily

      Qui aime bien châtie bien , je reconnais là le sniper bushman, en quête d ’un os à ronger ?
      No body’ s perfect as U know , l ’ art de l ’ argumentation que personne ne peut vous enlever , n ’ est pas l ’ apanache de tout un chacun , n’ est pas Kakilay , Lalatiana Tojo ou Hanibal, encore moins Rabetafika entre autres , qui veut .
      Sans faire l ’ avocat du diable , défendre l’ indéfendable à la Verges, n ’ est ce pas ce que l’ on apprend en philo à savoir thèse -antithèse -synthèse ?
      C’est ce à quoi me fait penser la manière dont vous parlez de l ’ amnistie que vous retournez comme une crèpe pour me dire quoi au juste ?
      L’ amnistie : vitale oui et non
      envisageable oui mais ...
      Souhaitable ? c ’est selon ...
      Si j’ ai posté ce lien c ’est que j ’ y adhère , et que si le fait que cette décision vienne de vos voisins et qu’ elle touche la fierté Malagasy , et bien tant mieux , ça ne peut lui faire de mal , et si vous voulez le prendre pour vous personnellement ( aussi justifiée soit-elle ) et bien tampis .
      je pense que c’ est tres bien que ce soit la SADC qui vous l ’impose , et croire que le rajoel ( comme vous le laissez sous entendre ) va ou peut avoir une étincelle de lucidité , pour le bien de la Nation et oublier ses querelles perso , je pense que vous revez , quant à : "se mettre autour d ’une table " c ’est comme si vous demandiez au dj de s’ assoire sur des braise ardentes sans broncher , quant au : wait & see , il a bientot épuisé ses dernières cartouches . Concernant Ravalo, et sa tentative de " tendre la main " en revenant samedi et dont je salue le courage , ne peut rien devant un écervelé tel que le dj ,et si les Malgaches n ’ y sont pas insensibles, c ’est tant mieux ; que cette réconciliation ne peut qu ’ être imposée , puisque un des intéressés y est totalement réfractaire , et pour cause ...
      Un bébé capricieux ça se corrige . / comme dirait l’ autre .
      Et si j ’ étais sur place , ça fait longtemps que je serais passé chez les " Rebelles, les terroristes , les integristes , ou les djihadistes " et vous le savez .
      Oui vous m ’invitiez à " marcher , " & je cours , c ’est vrai , mais comme vous le savez également le coté provoc n’est pas pour me déplaire .
      Mais sur ce sujet c ’est vraiment pour le plaisir d ’ argumenter puisque nous sommes d ’ accord .
      Pour ban la réunion ça fait 25 ans mi la fini allé.
      Par contre j ’ étais à tana sous Ravalomanana et ai été agréablement surpris
      du changement , en plus des articles que je lis / Madagascar , et les Amis avec qui je suis en contact à Tana , j ’ essaye tant bien que mal de me tenir au courant de ce qui s’ y passe .
      Pour terminer , avec des putchistes , je serais sans raison gardée , intraitable , particulièrement devant un " résultat" pareil , et rejoindrais volontiers l ’ intrus qui plie sans rompre .
      Allé nous retrouve .

    • 28 janvier 2012 à 01:44 | Jipo (#4988) répond à da fily

      Pour une fois je serais d ’ accord avec le post suivant de Iarivo , que je trouve plus réaliste , que vos souhaits , qui bien que nobles dans la démarche , n ’ en demeure pas moins irréalistes , voir utopiques , avec les intéressés, qui semblent tous formatés dans le même moule depuis l ’indépendance, tous incapables de discuter autour d ’ une table , sans s ’ entre déchirer .
      L ’amnistie doit etre le détonateur ou le dénominateur commun pour passer à l ’ étape suivante , à savoir rompre ce cercle infernal dans lequel s ’est enfoncée la situation avec un effet d ’ inertie ,s’ aggravant chaque jour un peu + .
      et dont l ’ idéal serait d’ éliminer ,le plus intransigeant , voir tetu , mais là ce serait de l ’ incitation au meurtre , et seul un " déséquilibré "pourrait s’ en sortir, honorablement , à moins qu ’un policier ...

  • 27 janvier 2012 à 23:05 | iarivo (#5822)

    #
    Pour prendre le sujet le plus brûlant, Marc Ravalomanana doit-il être amnistié ? Si oui, il devrait en principe pouvoir rentrer au pays et redevenir un citoyen comme tout le monde et jouir de ses droits civiques et autres. .../...
    #

    Le véritable fond du problème ne repose pas sur la question de savoir si une personne, en l’occurrence Marc Ravalomanana, est véritablement responsable des actes délictuels ou criminels qui lui sont reproché mais bien plus au fait qu’une TRES large composante de la classe politique malagasy ainsi que de la société civile, confessionnelle et militaire a décidé de le rejeter, de l’exclure, de l’évincer de ses fonctions de Chef de l’Etat malagasy en raison des actes politiques qu’il aurait commis durant l’exercice de sa mandature présidentielle.

    Les évènements sanglants de février 2009, l’achat du "Force One II", le projet de "vente" d’un million d’hectares de terrain à Daewoo, etc..., n’ont été que des excuses (catalyseurs) pour justifier ce coup de force.

    Marc Ravalomanana est ainsi devenu un personnage indésirable dans la sphère politique, économique et financière malagasy.

    - Dans une telle optique, une amnistie est totalement inconcevable autant qu’une réconciliation impossible et utopique.

    Pour ses opposants, Marc Ravalomanana doit être purement et simplement sanctionné, et le mouvement orange, avec Andry Rajoelina à sa tête, mis en place dans ce sens ira jusqu’au bout de ses objectifs ... contre vents et marées !

    Iarivo,
    Légaliste un Jour, légaliste TOUJOURS !

  • 27 janvier 2012 à 23:42 | iarivo (#5822)

    #
    .../... Si la réponse est non, c’est que la feuille de route n’est pas respectée et la crise n’est pas finie.
    #

    Quelle que soit ses imperfections, ses insuffisances ou le non respect de certains de ses termes, la "Feuille de route" sera malgré tout appliqué, et aboutira à des élections transparentes, fiables, consensuelles, inclusives... et surtout reconnues pas la Communauté internationale !

    Les médiateurs de la SADC ne pourront accepter un échec à leur mission et pour cela seront, sont prêt à "tolérer" d’éventuels non respect de certains articles de la "Feuille de route" ou de leur application.

    Il faut se rappeler que cette "Feuille de route" avait été mise en place, en toute urgence, fin septembre 2011, au moment même où la HAT allait mettre en application son ultimatum d’organiser unilatéralement ses propres élections ...

    Par cette "Feuille de route", les médiateurs de la SADC ont voulu ainsi reprendre la main dans le processus de résorption de la crise à Madagascar et un échec leur serait impardonnable !

    - Pensez-vous vraiment que la HAT, au lieu de concrétiser leur ultimatum, aurait préféré signer cette Feuille de route si elle n’avait pas reçu, en contrepartie, au moins des garanties tel que le non retour de Marc Ravalomanana sur la scène politique malagasy ???

    Iarivo,
    Légaliste un Jour, légaliste TOUJOURS !

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS