::::  Site web indépendant, sans attache avec le journal papier  ::::  Les dernières actualités  Actus Générales    Annonces personnelles  Annonces    ::::    Facebook    Twitter    Google+ Google+   ::::
Antananarivo | 07h49  :  16°C  :  Très nuageux
jeudi 28 août 2014
 

 > Editorial

Leçons du passé pour énigme du présent

lundi 21 novembre 2011, par Ndimby A.

Toujours pas de Gouvernement, trois jours après la date-limite annoncée. Une seule raison : la vocation naturelle du Grand Hâtif et de sa clique à l’arrogance unilatérale. Ils considèrent donc normal de chercher à imposer un noyau de copains et de coquins dans le Gouvernement d’union nationale. Les copains, parce qu’il ne faut pas trahir les compagnons de lutte de la première heure, qui ont montré leur fidélité et leur fiabilité par rapport aux besoins. Les coquins, pour éviter que ceux qui passent derrière ne s’aperçoivent des détails des casseroles qui traînent. Les trésors de guerre de guerre accumulés en deux ans et demi de transition ne sentent pas tous la rose, sauf celle de bois. Leur révélation serait gênante pour un régime qui a justifié son coup d’État par de nobles motivations : lutter contre la dictature, bâtir la démocratie, instaurer la bonne gouvernance, et surtout, mettre en place l’État de droit. Question pour un Boubou Be : ceux qui ont critiqué Tikoland peuvent-ils nous dire que Fozaland est préférable ?

La Transition coince, même si depuis deux ans et demi on nous annonce sa fin pour bientôt. Et contrairement aux naïfs qui ont chanté Hosanna après les signatures de Maputo ou de la Feuille de route, nous n’avons jamais pensé qu’elles pouvaient apporter une solution, tant que les putschistes militaro-civils ne se rendront compte qu’il leur est nécessaire de changer de comportement, s’ils veulent inverser le manque d’adhésion nationale et internationale envers leur acte de banditisme au regard de la Constitution.

Rappel historique de transitions réussies

Rappelons tout d’abord que Madagascar a déjà connu deux transitions qui ont plus ou moins réussi, dans le sens où elles ont débouché sur des élections ayant permis une alternance par la voie des urnes. Les élections furent certes contestées, mais pas au point de déboucher sur une crise politique, et surtout, elles furent moins contestées que toutes les autres qui furent organisées avant et après. Derrière ces élections réussies, la patte d’un même homme : le général Sylvain Rabotoarison.

La première est celle de 1991 – 1993, lorsque la crise générée par le mouvement des Forces vives a réussi à forcer le régime de Didier Ratsiraka à partager le pouvoir avec l’opposition et le Premier ministre à travers la Convention du 31 octobre 1991. La crise de 1991 n’était donc pas un coup d’État, car Didier Ratsiraka est resté Chef d’État jusqu’à sa défaite au second tour des élections présidentielles, même si ses pouvoirs ont quasiment été réduits à néant. Parmi les facteurs qui ont permis la réussite de cette transition figure la stature d’homme d’État des principaux protagonistes, chacun en ce qui les concerne (Didier Ratsiraka, Albert Zafy, Guy Willy Razanamasy). À ceci s’ajoute la lassitude après 16 ans de ratsirakisme, un contexte précédé par le vent de démocratie issu de la fin de la Guerre froide, mais aussi la présence de chefs militaires fiables, dignes, et capables de mettre les politiciens face à leurs responsabilités. Je citerai en premier lieu le Général Désiré Ramakavelo, qui fut autrefois un officier fort respectable, avant de se déshonorer à systématiser le soutien aux coups d’État, que ce soit en 2002 ou en 2009.

La seconde est celle de 1996 – 1997, après l’empêchement du Professeur Albert Zafy. La spécificité de cette transition est qu’elle a utilisé les voies de la Constitution, aussi bien concernant le vote des députés, que pour la validation par la Haute cour constitutionnelle (HCC). Ce fonctionnement correct des institutions a rendu inutile l’organisation de mouvements de rue pour renverser le Chef d’État. Il faut rajouter aussi la stature de démocrate d’Albert Zafy, qui malgré tout ce qu’on peut lui reprocher sur le plan économique, n’a pas fait de choix hasardeux pour se maintenir envers et contre tout au pouvoir. À commencer par des choix possibles mais déshonorants tels que la corruption de chefs militaires pour provoquer une mutinerie, la dissolution de l’Assemblée nationale ou le reformatage de la HCC.

Pourquoi la présente transition coince-t-elle ?

Selon le politologue Samuel Huntington, il y a trois processus de démocratisation pour un pays : la transformation, le remplacement, et le transplacement. La transformation est un processus à travers lequel le passage d’une dictature (ou d’une autocratie) vers une démocratie est décidé et organisé par les autorités au pouvoir (par ex., l’Espagne de Franco ou l’Afrique du Sud de l’Apartheid). Le remplacement est un changement obtenu à l’initiative des opposants, soit par le biais d’une révolution ou d’un coup d’État. Le transplacement implique une action conjointe entre pouvoir et opposition, que ce soit de manière formelle ou informelle.

Les théories de science politique enseignent très clairement que le manque de légitimité et de sérénité du changement obtenu par un remplacement ne permet pas de favoriser une adhésion au changement, ou d’obtenir un apaisement facile et rapide. Il est donc tout à fait normal que la présente transition continue à coincer, et ce pour deux raisons essentielles. Primo, les auteurs du coup d’État sont obligés par tous les moyens de justifier leur acte en culpabilisant au maximum le régime renversé. Car détendre la tension vis-à-vis de Marc Ravalomanana signifierait qu’on peut discuter ou collaborer avec lui, et par conséquence, que le coup d’État ne s’imposait pas, et donc était une erreur. Secundo, les auteurs du coup d’État (et leurs griots) refusent de reconnaître que c’en était un, alors que c’est un point fondamental. En effet, il explique le légitime rejet du pouvoir de Rajoelina sur le plan national et international. Pour les hâtifs de mauvaise foi (pléonasme ?), ce sujet de coup d’État ne mérite plus d’être discuté, car leur objectif est de faire appliquer la Feuille de route.

Or, si on applique la Feuille de route pour résoudre la crise, sans vouloir reconnaître que cette crise résulte d’un coup d’État, on risque alors de se retrouver de façon récurrente face au même problème. Le Grand Hâtif va continuer à croire à tort qu’il a une légitimité dans ses prétentions arrogantes et inappropriées concernant les clés de répartition au sein du Gouvernement [1]. De Maputo et son Acte additionnel d’Addis-Abeba (novembre 2009) aux difficultés d’application de la Feuille de route (novembre 2011), n’est-ce pas Andry Rajoelina qui est le facteur permanent de blocage en voulant imposer ses sbires aux postes-clés ? Le personnage a vraiment du mal à retenir les leçons de l’Histoire.

Par rapport au modèle de démocratisation élaborée par Huntington, on notera que la transition de 1991-1993 était un transplacement, tandis que celle de 1996 – 1997 était une alternance légale du point de vue Constitutionnel. La crise de 2009 perdure parce que les fractures ouvertes par la pratique détestable du coup d’État sont loin d’être refermées. En outre, la démonstration jour après jour que ce régime n’est bon à rien, sauf à emprisonner les opposants, éveille les appétits voraces de la classe politique. Si la gabegie et la corruption qui règnent depuis deux ans et demi permettent les enrichissements sans cause et sans arakaraka (chèques-carburant, bois de rose, racket sur les entreprises, commission sur les travaux publics etc.), normal que beaucoup veulent participer à la curée du pays. Et donc, logique que certains analphabètes des finances publiques rêvent d’un gouvernement de 60 ministres, tandis que d’autres ignares fantasment sur un Congrès de la transition de 600 membres. Quand l’intérêt supérieur de la Nation s’efface devant celui de la Ration, voilà ce qui arrive.

On notera également un point majeur qui a permis la réussite des transitions de 1991 – 1993, et de 1996 – 1997. Les autorités au pouvoir ont autorisé que Didier Ratsiraka, puis Albert Zafy, se présentent aux élections. Et ce, malgré l’opposition des Forces Vives pour cause de carnage à Iavoloha (tiens, tiens…) et des adversaires d’Albert Zafy, qui trouvaient inconvenant qu’un Président déchu par empêchement puisse encore se présenter. La vision de Guy Willy Razanamasy et du Norbert Lala Ratsirahonana de l’époque leur ont permis de comprendre qu’autoriser les candidatures de Ratsiraka et Zafy allait décompresser leurs frustrations d’avoir été écarté du pouvoir, et aussi calmer la rancoeur de leurs partisans en permettant au peuple d’avoir son mot à dire. Cela les a amené à accepter leur défaite électorale. Or, la transition actuelle coince car les auteurs du coup d’État ont pour but d’empêcher envers et contre tout que Marc Ravalomanana puisse se présenter, quitte à investir à outrance dans la politisation de la justice. Tant que la présence de Ravalomanana aux élections ne sera pas résolue, aucune solution d’apaisement ne pourra être espérée. Quant à ceux qui persistent à mettre en avant et de façon hâtive le procès du 7 février pour éliminer politiquement l’ancien Président, je les renvoie à l’édito « Les moutons et l’abattoir ».

Quelle solution à l’énigme ?

La meilleure solution est donc d’arriver à un système réel de transplacement, pour reprendre la terminologie de Huntington. Il faut en finir avec l’hypocrite et stérile écran de fumée pour maquiller le coup d’État derrière une pseudo-ouverture. Un transplacement sincère signifie un véritable partage du pouvoir. Une de mes connaissances, qui aime m’aborder quel que soit l’endroit et le moment pour m’asperger de ses théories fumeuses et de son haleine constamment avinée, soutient qu’il est normal que Rajoelina refuse de partager le pouvoir, qui est réservé uniquement au vainqueur. C’est une crétinerie digne d’un award, car véhicule un acquiescement béat d’un coup de force, autrement dit, la validation de la loi de la jungle, à un moment où l’humanité essaye de faire avancer le droit international.

L’arrogance unilatéraliste depuis 2009 n’a pas changé, et le maquillage apporté par la Feuille de route à la situation n’est destiné qu’à garder le grappin sur les postes juteux ou stratégiques (justice, mines, décentralisation, finances, forces de l’ordre etc.). Dans l’optique hâtive, l’opposition devrait déjà être bien contente de quelques strapontins : sports, commerce et autres portefeuilles sans grand intérêt en cette période. Une fois encore on s’aperçoit du caractère superficiel de tout ce que le DJ fait, beaucoup plus préoccupé par le paraître. Reste à espérer qu’Omer Beriziky ne cédera pas, et arrivera à être l’homme du transplacement, et non le comparse d’une mascarade qui n’a déjà que trop duré. Mais a-t-il la marge de manœuvre nécessaire pour les deux critères d’apaisement : d’une part composer un gouvernement réellement consensuel et inclusif, et d’autre part, faire en sorte que Marc Ravalomanana puisse se présenter aux présidentielles ?

Pour gagner sa crédibilité, Omer Beriziky doit donc prendre ses distances avec les ténors du clapier, afin de ne pas apparaître comme une simple marionnette d’Andry Rajoelina, ce qui serait peu favorable à une transition réussie. L’ennui c’est qu’Omer Beriziky doit convaincre des personnes ayant des objectifs inconciliables à embarquer dans son Gouvernement. C’est la situation de la fameuse énigme :

Un homme devait faire traverser une rivière à un loup, une chèvre et un chou dans une barque. Mais la barque est petite, et il ne peut embarquer qu’un des trois et lui-même à chaque traversée. Comment peut-il faire pour les faire traverser tous les trois sans laisser l’occasion au loup de manger la chèvre ou à la chèvre de manger le chou ?

Pour montrer notre bonne volonté dans la recherche de solution, nous proposons au Premier ministre de s’entraîner à gérer le zoo de la classe politique en cliquant ici.

P.-S.

Le ridicule ne tue pas. Après avoir été la risée de la Malagasy Blogosphère pour son comportement envers Mamy Rakotoarivelo au Colbert il y a quelques semaines, Son Excellence, si Excellence il y a, Jean-Marc Chataignier a tenté de se donner une image sympathique et proche du peuple malgache en effectuant un trajet en taxi-be. Coup de comm’ qui n’a séduit que les nigauds, qui furent cependant pluriels, même au sein de la presse.

Notes

[1] Finalement, le personnage n’a toujours pas mûri depuis Maputo. C’est sans doute pour cela que les anciens Constitutionnalistes avaient placé à 40 ans la possibilité de se porter candidat aux présidentielles, dans l’espoir que cela donnerait le temps d’avoir un peu de maturité, si ce n’est un cursus académique ou une expérience professionnelle acceptable.

   Imprimer cet article    Enregistrer au format PDF    Partager
 39 réactions Lire les commentaires
  • Leçons du passé pour énigme du présent
    21 novembre 2011 09:21, par ZOZORO (#5338)

    Première chose que je retiens,c’est « coup d’état en 2002 »... Vu sous cet angle, la révolution orange gagne un semblant de légitimité et peuvent prévaloir la démocratisation du pays.

    Et de deux, il y a toujours cette envie de vouloir tout comparer, calquer, transposer ou transplacer... Les mêmes causes produisent les mêmes effets seulement dans les mêmes circonstances... et surtout pas avec ce peuple malgache qui a la faculté supranormale de se courber. « Aleo maty rahampitso » quelque soit la condition de vie. Pour les malgaches, vivre = survivre... mais ils s’en foutent du moment qu’ils inspirent et expirent. L’essentiel c’est que l’autre reste en afrique du sud et que leur révolution reste le grand vainqueur.

    Et Mr A part de la théorie d’huntington. Mais avec les descendants malgaches, il faut plutôt parler de la maladie d’huntington. Cette dégénérescence du cerveau qui est génétique... Elle se manifeste vers 40 ans l’âge propice pour être candidat à la présidentielle. Ce qui expliquerait toute cette folie.

    Donc il y l’homme (Homer), la barque (m/car), le loup (lapinou), le chèvre (probablement Ra8 à cause de sa capacité à fournir du lait), et les choux (??? : plus de cerveau à cause de la dégénérescence ).

    Alors, mon scénario !
    Le loup bouffe l’homme, puis il bouffe le chèvre et une fois rassasié il ch.ie et se torche avec les choux... Et il embarque pour errer sans direction.

    • Leçons du passé pour énigme du présent
      21 novembre 2011 11:50, zenaboy (#2565) répond à ZOZORO (#5338)

      Salama Zozoro

      Raha tsihivina ny tamin’ny 2002, dia tsy nanaraka Lalam-panorenana ny zava-nitranga t@ 22/02/2002, na hiodi-kavia na hiodi-kavanana. Tsy misy mihintsy hoe Directeur de campagne (Atoa Rajemison) dia afaka manambara ny fandresen’ny kandidany. Tsy misy mihintsy hoe magistrats notsomponina tetsy sy teroa dia afaka mandray fianihanana. Raha toa ka manaiky hoe nety ny t@ 2002, dia tokony manaiky hoe nety ny t@ 2009 satria na i Ra8, na i Rajoelina dia samy nanana ny fomba-fijeriny. Mais « avoir ses raisons » = « avoir raison » ve ?

      Raha ny fahitako azy, ny firesahana ny 2002 nataon’i Dimby eto tsy « mi-légitimer » mihintsy ny 2009 araka ny voalazanao, fa « mi-délégitimer » miaraka ny 2002 sy 2009.

      Milay ilay scenario e !!!! Toran’ny hehy aho.

  • Leçons du passé pour énigme du présent
    21 novembre 2011 09:37, par RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    une erreur de désignation de premier ministre

    Sylvain RABOTOARISON à la place de JOB.

    Basile RAMAHEFARISOA

    b.ramahefarisoa gmail.com

    • Leçons du passé pour énigme du présent
      21 novembre 2011 09:57, Ikelimalaza (#5896) répond à RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

      Ce n’est pas une erreur, c’est ny Ray aman-dreny Andry Nirina Rajolena, lui-même, qui l’a désigné. Il n’est pas plus nul que rahuit, c’est lui-même qui l’a dit et je le crois.

      • Leçons du passé pour énigme du présent
        21 novembre 2011 10:50, lalatiana (#1016) répond à Ikelimalaza (#5896)

        Il n’est pas plus nul, non ... Il est est même meilleur. ...
        ANR, lui, s’est enrichi de manière colossale en seulement trois ans !!!!!...
        tsssssss ...

    • Leçons du passé pour énigme du présent
      22 novembre 2011 03:17, NY OMALY NO MIVERINA (#1059) répond à RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

      Pourquoi nous, forumistes, ne proposons pas notre gouvernement avec :
      - NDIMBY A. comme Premier ministre
      - Basile RAMAHEFARISOA, comme ministre de la sénilité,
      avec Manadafy RAKTONIRINA comme secretaire d’Etat ...
      - etc ...

      En insistant un peu, face à des abrutis de tout bord, on arrivera bien à « caser » un ou 2 de nous ... comme candides intello-techno-incorruptibles.

      Allez, un peu de courage pour plonger dans cette mare... et barboter avec tous ces oiseaux et p’tits animaux pour des échanges de valeurs, de culture, de connaissances et d’expériences ...

      Allez, soyons pas égoïste !

      Il manque l’HUMOUR dans notre devise nationale !!!
      Humour dont les Malagasy sont friands dans leurs expressions imagées où tout y passe : de la faune au flore en passant par l’être humain !!!

      MARINA ARY VE ?

  • Leçons du passé pour énigme du présent
    21 novembre 2011 10:59, par bezako (#486)

    C’est bien dommage que le DJ n’a pas la faculté intellectuelle assez élevée pour comprendre ce que vous écrivez, Monsieur Ndimby. Essayez d’écrire en français facile avec un style élémentaire pour que, lui aussi, il aura le privilège de retenir quelque chose de votre précieux travail d’analyse.
    En tout cas, je vous dis : chapeau !

    • Leçons du passé pour énigme du présentChapeau et mer
      21 novembre 2011 13:15, poiuyt (#584) répond à bezako (#486)

      Monsieur Ndimby :

      Chapeau et remerciements pour les qualités de vos écrits. Que Omer vienne se sourcer ici aussi, c’est un des rares endroits où la clarté peut se régénérer, brouillée par la désinformation quotidienne.

      Le jour où les putschistes seront forcés de recevoir Ra8, ils auront perdu les élections libres d’ors et déjà. Le jour où le peuple de Tana sera libéré, il ira demander des comptes à Ambohitsirohitra, partant d’Analakely ; il faudra ce jour-là que joel se cache. Cela fait quand même trois ans, et toujours rien de concret, sinon de la répression et du gangstérisme partout. Les gens tournent en bourriques !

      Y en a marre.

  • Leçons du passé pour énigme du présent
    21 novembre 2011 11:01, par betoko (#413)

    Ndimby, ne mettez pas tout sur la faute d’Andry Rajoelina . Déjà pourquoi nous sommes arrivé là à la révolte de 2009 ? Celui qui était au pouvoir s’est comporté comme un roitelet , tout lui est permi . vous nous posez la question si nous préferons Fozaland à Tikoland ? une simple constatation Tikoland était despote , fascite et arrongant , Fozaland a ouvert TVM et RNM aux opposants , plus de monopole des importations , d’accord que le nombre des pauvres ont augmenté , mais croyez vous qu’il n’y auarait plus jamais d’évolution dans le bon sens si la démocratie revienne , ce que nous souhaitons tous . Pour une fois, lors des prochaines élèctions , fini les pressions de toutes sortes sur les fonctionnaires et de plus pour une fois, le bulletin unic sera génèralisé . Vous ne faites que de la politique politicienne pour le reste

    • Leçons du passé pour énigme du présent
      21 novembre 2011 11:47, ASSISE (#1505) répond à betoko (#413)

      L’autre s’était comporté comme un roitelet, après qu’il fut élu Pdt ?

      L’autre voulait être Pdt à tout prix « Maintenant appelez moi Pdt ». Mais le Roi arrive toujours après le Pdt chez nous, j’espère qu’il ne l’est pas déjà le Pdt. Il faut demander à Mmes M. Ratsivalaka et L. Rakotomavo.

      Entre le Tikoland et le Fozaland rien de comparable, passons aux votes secret pour en savoir plus. Mais de là à dire que la TVM et la RNM sont ouvertes aux opposants, je ne suis pas convaincu (on me met juste le con, vaincu non). Là où la démocratie a été réclamée, qu’est-ce qu’il y a actuellement ? « LA FERME ».

      La guerre des RAMAROSON continue, pourtant ce n’est que celle de l’ère Ra8. Ramaroson « Tropicale » est dans le désarroi actuellement, n’arrive plus à suivre la concurrence, saine ou pas saine. Je suppose qu’il attend « UN CHANGEMENT », de QUOI ?

      Le monopole, si ce n’est pas lui, c’est qui ? Son-Sa-Ses : frère / soeur / mère / père / amis / amis de ses amis / armée, qu’elle est longue cette liste. La vérité ce n’est pas Lui, car il n’a rien à voir dans tout ça, il a juste le POUVOIR de gérer tout ça.

      GERER ?

      J’aimerais bien être là « présent » vivre la fin de cette histoire, sans les énigmes bien sûr.

    • Leçons du passé pour énigme du présent
      21 novembre 2011 11:56, zenaboy (#2565) répond à betoko (#413)

      « Tikoland était despote , fascite et arrongant » : MARINA. Ary i Fozaland ve tsy copié-collé amin’izany ?

      « Fozaland a ouvert TVM et RNM aux opposants » : LAINGA BE.

      « plus de monopole des importations » : MARINA. Indrindra hoa an’ny karana sy gasy akaman’ny HAT. Tsy misy contrôle intsony ny entana ka mitobaka daholo ny zavatra mankarary rehetra. Lasa zoridira i Madagasikara.

      « le nombre des pauvres ont augmenté » : ODDRRYYYYY. F’angaha tsy hoe ady amin’ny fahantrana no natao lokaloka tery @ 13 mey ? Raha ny isan’ny Hummer sy sy trano mariry ohatran’ny anana aloha dia marina fa nihena ny isan’ny mahantra e !

      • Leçons du passé pour énigme du présent
        21 novembre 2011 13:00, ZOZORO (#5338) répond à zenaboy (#2565)

        Marina anie ny voalazanao fa tsy mi-légitimer ny 2009 mihitsy Ndimby e ! Fa saingy izao, ny interprétation « foza » hafa foana. Ny filazana fa io mantsy dia manamafy ny hoe nanala jadona hono izy ireo !

        Arrogant : oui, despote : peut être bien, fasciste : non ! Je ne cesserais de répéter que les malgaches ont du mal avec les approches normatives d’où cette fausse impression de tyrannie...

        HINDY

        Des deux maux il faut choisir le moindre, je trouve que c’est trop disproportionné. Moi je choisirais une grippe plutôt qu’un cancer !

        Il est pas plus nul mais il est loin d’être aussi intelligent (à ne pas confondre avec malin et mesquin)..., il est juste d’une tout autre nullité rien à avoir avec le milkman.

        • Leçons du passé pour énigme du présent
          21 novembre 2011 13:27, Ikelimalaza (#5896) répond à ZOZORO (#5338)

          Nous n’avons aucune base solide pour une approche normative. Ne me parlez même pas de la culture de l’excellence, fihavanana ou fiaraha-mionona.
          On ne peut pas demander à un Babakoto de prendre une douche tout seul, de s’essuyer, de nettoyer son habitat, d’enterrer les débris, miettes ou matières fécales ET de penser... ha ha, de construire son avenir à long terme. Il ne faut pas rêver zozoro.
          L’approche mora du ray aman-dreny est le plus accepté et adopté par tous. Il distribue sans problème des prêts à porter sous forme de dons. Tant pis pour le sur mesure, le mal gache a besoin de consommer à grande vitesse n’importe quoi et tout de suite. Lui seul a compris.

          • Leçons du passé pour énigme du présent
            21 novembre 2011 15:03, ZOZORO (#5338) répond à Ikelimalaza (#5896)

            Oui, les malgaches sont une espèce à part...

            Ce serait plus facile d’apprendre à un babakoto de se torcher le derrière que de sensibiliser nos chauff(ards)eurs à mettre leur ceinture par exemple...

            L’approche Mora, hi hi... Mais le blem Ikelimalaza c’est que le GRANd mR a VEUT NOUS FAIRE AVALER LE HUNTINGTON.... Mais lui il ne rêve pas sans doute.

            Nous n’avons aucune base solide pour quoi que ce soit, sauf peut être pour détruire l’hotel de ville ou piller les magro... sur ce point « we are the champion » !

    • Leçons du passé pour énigme du présent
      21 novembre 2011 12:01, gasy_kely (#439) répond à betoko (#413)

      Betoko> J’aimerais bien avoir votre optimisme. Mais j’ai du mal à l’être et à croire à ce que vous dites.

      Je suis entièrement d’accord à l’analyse de Ndimby et à ses solutions. Et j’apprécie la démarche de faire un parallèle avec nos crises d’avant.

      Après le décalage, entre ce que le Président Rajoelina (il aime être appelé comme ça..) nous a promis et la situation actuelle, je ne peux que dire, que le Fozaland est pire que Tikoland. On ne bouffait que des trucs made in Tiko, certes, mais maintenant on ne bouffe presque plus rien.

      Sur ce qui est de la démocratie et de la liberté d’expression, certes Dada à fermer VIVA mais il a aussi autoriser VIVA. Les élections, si au moins President ne reviens par sur ses mots et confirment ce qu’il a dit avant : il ne se représentera pas, même ça, il n’a plus le culot de dire, alors élection sans tâche, rêve toujours.

      Ceci dit, Dada n’est pas exempt de reproche aussi. Bloquer tout le processus pour qu’il puisse rentrer, franchement c’est loin d’être pathétique (en tous les cas, c’est l’image que sa comm donne). Je me demande pourquoi il n’est pas plus inventif : par exemple, montrer qu’il est démocrate, en ne demandant aucun poste ministériel par contre rétablir l’assemblé nationale ELUE. Il aura un contre pouvoir contre l’exécutif et relancer sa base dans toute l’île.

      gasy kely tsy mahay !!!

    • Leçons du passé pour énigme du présent
      21 novembre 2011 12:33, HINDY (#1781) répond à betoko (#413)

      Moi je ne préfère ni Fozaland ni Tikoland. En effet le premier est en train de faire pire que l’autre.

      Fozaland est démocrate du bout des lèvres : il veut garder pour lui tout seul les ministères qui pourraient lui poser des problèmes s’ils sont dirigés par les opposants (Justice, Finances, ...)

      Le Fozaland me rappelle le Tikoland d’entan : Ils sont des démocrates si les opposants sont en dehors du processus.

      Donnons au Peuple sa souveraineté en lui permettant de choisir et de sanctionner les politiciens. Ceux-ci doivent pouvoir se présenter aux élections, sans exceptions. En effet, quand une Justice n’est plus crédible et ne fait pas l’unanimité, ses décisions, non plus, ne seront pas acceptées et ne feront pas l’unanimité. Surtout si ces décisions ont une connotation politicienne. Donc seule issue de sortie : laisser au Peuple le droit de sanctionner ou de choisir le MOINDRE MAL. En effet les bons choix sont plutôt restreints.

      • Leçons du passé pour énigme du présent
        21 novembre 2011 13:13, Boris BEKAMISY (#4822) répond à HINDY (#1781)

        Encore du blabla et d’enfantillage à la Ndimby ....incapable d’evoluer alors que le contexte politique malgache evolue avec une vitesse grand V....

        Si Ratsiraka sera effectivement de retour et que Zafy à travers JOB fait l’obstruction à Andry Rajoelina les seules questions valables aujourdhui sont :

        - Zafy et Ratsiraka( une fois à Madagascar) vont-il constiuer un boulevard pour le Retour de Ravalo à Madagascar et au pouvoir ?

        - Si oui , Est qu’une transion Ravalo/Zafy/Ratsiraka est viable et ça va aboutir à quoi , quel Schema pour la Nation ?

        - Sinon Zafy et Ratsiraka ont -ils des alternatives credibles sans ou avec Rajoelina ? lequelles ?

        Ce sont les seules questions valables ? à part ça c’est de l’enfantillage à la Ndimby qui se veut etre « grandiose » en nous rapellant/comparant toutes les anciennes transitions qui ont eu chacune des CONTEXTES POLITIQUES TRES TRES DIFFERENTS.....

        • Leçons du passé pour énigme du présent
          21 novembre 2011 13:40, zenaboy (#2565) répond à Boris BEKAMISY (#4822)

          Ny tenako moa tsy nahita fianarana lavitra sy manana saina lalina to an’Atoa Borisy ka dia mba nijerijery t@ Internet hoe iza ilay Huntington voalaza etsy ambony, ary nijery ihany koa hoe inona marina no atao hoe science politique.

          Tamin’izany fikarohana tsotsotra no nahitana fa ny politique comparée (toa ny philosophie politique, relations internationales, l’étude des comportements électoraux, l’administration publique et les politiques publiques) dia sokajy iray mazava ao amin’ny science politique (hoy Wikipedia). Koa tsy azoko inona no maha-tsy mety ny fampitahàna nataon’i Dimby androany. Ny tsy fijerevana ny leson’ny tantara ihany no mahatonga anareo ao amin’ny Fozaland mananao foana.

          Ny olana anisan’ny mampitarazoka ny krizy dia tsy mba mety miakatra ny débat, fa maro toa ny Bekamisy no mitabataba tsy am-piheverana, indrindra rehefa tsy takatry ny sainy. Any ka tsy mba mety misy analyse mitombona ny resaka politika fa na ny mpivarotra amoron-dàlana sy soferana taxi-be milaza aza politologue daholo. Dia izay avo-feo no mihevitra fa manana ny rariny.

          Aiza no tsy ho DJ no lasa chef d’État !!!!!!

          • Leçons du passé pour énigme du présent
            21 novembre 2011 13:59, Boris BEKAMISY (#4822) répond à zenaboy (#2565)

            Non Zenaboy....

            Vous pouvez continuer à philosopher si vous voulez....et personne ne vous interdit à comparer Ndimby et... Rossy ou Ndimby et Satrobory....peut-etre qu’ils sont comparables ....???

            Fa ny fanontaniana mipetraka koa anie dia izao ee ! Fa de nahoana loatra ara ny olona « intelligents » hoatry anareo ry Zenaboy sy Ndimby no tsy mety mitondra fanjakana mihitsy ee !

            Fa nahoana loatra no de mpivarodronono sy DJ mpipasoka kapila foana no avelanareo intelligents ’reo mitondra ity firenana ity - nefa ianareo hono mba hoe INTELLIGENTS ihany .....!

            Mba hampiasao amin’izay ny intelligence-nareo ee !

            • Leçons du passé pour énigme du présent
              21 novembre 2011 14:22, zenaboy (#2565) répond à Boris BEKAMISY (#4822)

              Tsotra ny valiny.

              Tsy tafiakatra teony mpipasoka kapila-nao raha tsy nisy ny besandry sy ireo mitelina saka beloha. Toa anao, mieritreritra fa Andriamanitra latsaka an-tany i Rajoelina, ka tsy manaiky mihintsy fa misy hadisoana vitany

              • Leçons du passé pour énigme du présent
                21 novembre 2011 14:37, Boris BEKAMISY (#4822) répond à zenaboy (#2565)

                Tsotra ny valiny.....ka tadidio....

                Ary dia tsy ho tafaverina eo intsony mihitsy ianao raha toa ka ny VOLA sy ny ronono maimbo sy yaourt masiso ary ny mpitaninandroMagro ihany no antenainao hampakatra anao eo .........

                Tsy maintsy mila bekintana ianao RAHA TEO HO EO, nefa Begalona iza sisa no mbola hanaiky hoerebirebenao eo .....ireo Bekintana ireo izay efa niaritra ny Esoeso sy ny fanambanianao azy...!

                • Leçons du passé pour énigme du présent
                  21 novembre 2011 15:08, ZOZORO (#5338) répond à Boris BEKAMISY (#4822)

                  Vous me vexez Boris...

                  C’est quoi ce saut d’humeur. Et la toilette émotionnelle ???? Votre gros intestin est peut être trop près de votre coeur... Vous n’exister qu’à travers le milkman.

                  Et le libre arbitre dans tout ça ? Si yaourt succulent et du lait de qualité il faut, alors ainsi soit-il !

                  • Leçons du passé pour énigme du présent
                    21 novembre 2011 15:42, Boris BEKAMISY (#4822) répond à ZOZORO (#5338)

                    Zozoro....

                    Mais où est-ce Saut d’humeur ?

                    je ne fais que pondre une VERITE à Zenaboy en descendant un peu à son niveau .....pour lui faciliter la comprehension !

                    Je ne savais pas Zozoro qu’il est interdit de parler de Milkman et son Yaghourt masiso...alors qu’il est toujours d’actualité ....il venait de jouer sur Mamy Rakotorivelo pour mener une vie dure à JOB....et ils sont actuellement à Mahazoarivo pour ça...!

                    Alors que tout le monde est sur la route qui mene vers Iavoloha à ce moment meme.....

        • Leçons du passé pour énigme du présent
          21 novembre 2011 19:15, Tanindrazana (#3224) répond à Boris BEKAMISY (#4822)

          Mr Bekam

          J’ai bien peur que vous vous perdiez dans ce que doit etre l’evolution....ou plutot, une (R)-evolution a grande vitesse. Le contexte actuel est simple : on vit dans un bourbier indescriptible sans lueuer d’espoir et que l’explication de notre cher Ndimby est loin, tres loin de votre enfentillage. Sa perspicacite et clarite est trop directe a tel point que certaine tete comme celle de Boris et de son president n’arrive pas a comprendre. D’ailleurs, meme avec de tres simples vocabulaires, ils ne comprendront meme pas.... En tout, cette revolution orange est un echec total pour notre pays et que les initiateurs, dont Rajoelina au top de la liste, ont tellement de cornes tordues a la tete qu’ils ne savent plus comment agir dans le bon sens....En tout cas, rien ne marche et que tout est chaotique. Si on n’arrive pas a mettre en place ce gouvernement, la raison est toute simple comme Ndimby l’avait mentionne : Les trésors de guerre de guerre accumulés en deux ans et demi de transition ne sentent pas tous la rose, sauf celle de bois. Leur révélation serait gênante pour un régime qui a justifié son coup d’État par de nobles motivations : lutter contre la dictature, bâtir la démocratie, instaurer la bonne gouvernance, et surtout, mettre en place l’État de droit. " Tout ceci pour vous dire que RAjoelina n’est pas du tout sincere et n’accepte pas du tout qu’il a perdu la bataille.

          La solution est simple Mr Rajoelina pour nous peuple Malagasy : Mettons ensemble les regles de jeux une bonne foi pout toute et que ceux qui veulent participer se mettent au depart, qui qu’il soit. ...Que le meilleur gagne ! La vraie DEMOCRATIE commence..... Sinon, au risque de vous decevoir un peu plus : le peuple en a marre de vous et de votre clique.... votre entetement, meme a vec l’aide inconditionnel de la France ne pesera pas lourd aux souffrances endurees par ce peuple Malagasy avides de PAix, de developpement, de justice et de vraie DEMOCRATIE.

        • Leçons du passé pour énigme du présent
          22 novembre 2011 03:50, NY OMALY NO MIVERINA (#1059) répond à Boris BEKAMISY (#4822)

          Dès le départ, nous nous sommes trompés de train (TGV si vous voulez ...)et avons pris la mauvaise destination.

          En plus, nous avons embarqué avec nous, dans la même voiture ou wagon, des resquilleurs notoires surveillés, suivis, ...« des compagnons de voyage » très encombrants ...

          Le problème de la transition vient de cette situation initiale naïve et irréfléchie , ni plus, ni moins.

          Il n’y a aucune thèorie, ni aucun précédent historique à appliquer dont la plupart de nos politiciens ignorent ou s’en balancent.

          Là, on est vraiment dans le « ady gasy ».

          Le dénominateur commun de nos politiciens sont seulement festifs : la courtoisie dans les réceptions, inaugurations, collations des ambassades, ... Une fois sortis de là, c’est le bordel, la honte, ...

          Et, il n’est jamis trop tard pour changer.

  • Leçons du passé pour énigme du présent
    21 novembre 2011 13:43, par manantena fa niova (#4971)

    Lire Ndimby est toujours un régal.

    « ...Parmi les facteurs qui ont permis la réussite de cette transition figurent la stature d’homme d’État des principaux protagonistes, chacun en ce qui les concerne (Didier Ratsiraka, Albert Zafy, Guy Willy Razanamasy. »

    On n’est pas obligé d’être pro-Deba ou pro-Zafy, mais l’honnêté intellectuelle ne permet pas d’ignorer leurs qualités.

    Ces hommes d’Etat, malgré l’échec de la politique qu’ils ont choisie (celle de Rajoelina étant limitée au putsch) sont des patriotes, et leurs diplômes ne viennent pas de pochette-surprise.
    L’Intelligence ne permet pas d’être obtus, et quand on en est doté, après un échec, on se remet en question en analysant SES propres erreurs, même sans l’avouer à haute voix.

    Ils ont aussi leurs défauts, pas des moindres, mais ils ont le sens de l’honneur, donc n’agissent pas dans le sens contraire de ce qu’ils disent à haute voix :
    Zafy veut la RECONCILIATION NATIONALE,
    Ratsiraka veut le SOMMET des Chefs à Tana,
    ils s’y tiendront.
    L’officier supérieur a sûrement été très offusqué par ces réunions à l’étranger, d’où ses silences qui l’ont rendu douteux.

    Ravalomanana n’aurait pas dû se faire entendre aussi souvent, mais la guerre intestine de sa mouvance l’y a obligé.

    Ce qui est marrant aujourd’hui, c’est de voir certains pro-TGV et légalistes avoir la même analyse sur la venue de Deba.

    • Leçons du passé pour énigme du présent
      21 novembre 2011 15:28, ZOZORO (#5338) répond à manantena fa niova (#4971)

      Manantena fa niova

      L’espoir fait vivre les idiots...

      Intelligences.... ??? comme si cela arrangeait tout ! Quoi ? vous voulez paraitre intelligent et dire que vous avez mieux compris que les autres et s’extasier devant Ndimby comme si vous étiez de la même trempe !

      Allez ! Passez votre chemin l’ombre de Basile !

  • Leçons du passé pour énigme du présent
    21 novembre 2011 14:14, par bezako (#486)

    Fozaland ou tikoland ?
    Samy rasty reo fa rehefa lanimbahoaka tsy maninona fa atelina. Izany no atao hoe demokrasia. Tsy mampaninona izay hadalana hataon’ni Rajoelina eo rehefa safidy malalaka no mahatonga azy eo. Eo indrindra no olana satria tsy manaiky ny hisian’ny safidy malalaka izy. Firifiry ny mpitondra ratsy, manjakazaka fa rehefa teny ierana malalaka, na mangidy aza atelina ihany satria malalaka ny safidy nametraka azy. Mazava, ry Bekoto ?

  • Leçons du passé pour énigme du présent
    21 novembre 2011 14:26, par herbert leon (#5976)

    Cher Mr Ndimby, J’ai une autre voie de sortie. Je ne suis ni pro-HAT ni pro-3mouvances, mais essayons de voir les choses objectivement sans vouloir toujours dramatiser.
    Voilà 1000 jours que les hommes politiques de tous bords se démènent et se bloquent : aucun résultat positif constaté ce 21 novembre 2011.

    La raison de cet echec des politiques s’explique par l’inexistence d’un dialogue réel entre eux. Tout s’était fait superficiellement par FFKM puis SADC interposées. Les débuts de résolution politique (du Hintsy jusqu’au au Paon d’Or) n’ont pas eu les effets escomptés car peut être que les thèmes abordés l’étaient partiellement et en tout cas hors sujet. Il n’y a pas eu de vrais débats jusqu’à ce jour. Tous les PM qui se sont succédés étaient les victimes directs de ce non-débat entre politiques.

    Ratsiraka et Ranjeva ont proposé chacun de leur coté un sommet des 4 chefs d’Etat. Ne regardons pas les initiateurs de l’idée du sommet. C’est inutile et cela causerait des états d’ame subjectifs.
    Par contre c’est au cours de ce sommet qu’il serait possible de mettre en oeuvre la « conciliation » déjà clamée depuis plusieurs mois par l’équipe de Ranjeva. C’est également ce sommet qui consacrera le caractère malgacho-malgache des résolutions qui y seraient prises dont peut être une ou plusieurs des propositions annoncées par Ratsiraka depuis l’echec de Gaborone.

    En tout cas, si ce sommet des 4 chefs d’Etat est la solution, le consensus aboutirait à l’annonce par eux mêmes, du retrait momentané des hommes politiques de la Transition. Ils annonceraient aussi alors la remise des pouvoirs à un Exécutif unique dirigé par un Chef issu de la haute technocratie (Président ou PM - peu importe l’appellation) qui formera un gouvernement réduit (15 à 20 ministres maximum) de technocrates et qui gèrera la Transition pendant une durée et avec un programme multisectoriel déterminés jusqu’aux élections.

    C’est du domaine du raisonnable. C’est aussi une porte de sortie honorable pour ANR qui s’enfonce de plus en plus dans ses contradictions et qui a de plus en plus beaucoup de mal à dénouer les noeuds tres serrés de son entourage « économique ».

    Cela permettrait également de libérer le gouvernement des contraintes politiciennes d’éventuels ministres plutot enclins à préparer leurs propres élections au lieu de réaliser le programme défini à l’avance. Car dire que les ministres futurs candidats aux futures élections devront quitter le gouvernement 60 jours avant chaque échéance, relève d’une vue de l’esprit et d’une naiveté que ces politiciens manipuleraient sans difficulté. Les moyens de l’Etat (en faillite) serviront à préparer leurs élections (voitures, fonds détournés, conseillers techniques et chauffeurs nouvellement recrutés etc...).

    Ce gouvernement de technocrates sera le gage d’une neutralité minimale car il fonctionnera en suivant un programme de gouvernement que le sommet des 4 aurait déjà approuvé (consensus) et qui pourrait être une émanation détaillée et complétée de la fameuse FdR. Un clin d’oeil à la CI.
    Ce gouvernement ne dépendra plus des hommes politiques juste après la nomination du chef de l’executif unique (PM ou Président) qui pourra nommer librement à son tour les 15 ou 20 technocrates. Et même s’il n’est plus assujettis à la logique des politiciens, ce PM nouvellement nommé, saura désigner ses ministres selon des critères de compétence d’abord avec des dosages d’équité à sa propre discrétion (hommes/femmes, regions, etc.... par exemple).

    Pour tout cela, il est indispensable de pousser le cours des évènements dans ce sens du sommet des 4 et de la formation d’un gouvernement de technocrates.

    L’idée de la mobilisation des « LEO POLITKA avec KLAXONS A FOND » vient de là. Elle a été un peu timide ce matin à 10h. Les gens avaient un peu peur du ridicule au début, mais c’est compréhensible. Lorsqu’on demande à la majorité silencieuse de s’exprimer, elle redoute le ridicule, les critiques, et aussi la répression.
    Mais tout ira en s’amplifiant je suppose.
    Il y a encore mardi 22 et mercredi 23 aux mêmes heures (10h, 12h, 14h, 16h et 18h pendant 5 mn) pour améliorer la mobilisation. C’est un peu la formule des « indignés » à la malgache disent certains. Peu importe répondrai-je. Pourvu que cela fasse avancer les choses.
    Les scooters ont d’ailleurs avancé qu’ils viendraient etoffer la mobilisation. Une manière de dire que même étant jeunes, ces scootermen (motocyclistes) ne cautionnent pas tout ce que ces jeunes de la transition ont commis. Ils ont bien constaté que ces jeunes dirigeants se sont bien enrichis tandis que eux mêmes continuent à vivre dans de grandes difficultés.

    Bon courage à tous et parlez en à vos connaissances.

    • Leçons du passé pour énigme du présent
      21 novembre 2011 14:42, manantena fa niova (#4971) répond à herbert leon (#5976)

      Entièrement avec vous, herbert léon !

      Voilà une vraie voie de sortie. Croisons les doigts pour sa réussite !

    • Leçons du passé pour énigme du présent
      21 novembre 2011 19:46, Tanindrazana (#3224) répond à herbert leon (#5976)

      Mr Herbert Leon,
      Je suis d’accord sur certains points mais au fonds tout devrait se passer comme suit :

      1- Puisque Rajoelina n’est ni elu ni accepte par tous, oublions qu’il est le president de cette fausse transition. De toute les facons c’est lui qui a cree tout ce chaos. Considerons Rajoelina comme un simple citoyen.
      2- Quoique Ravalomanana , Ratsiraka aient ete presidents, ils devraient revenir avec une idee de reconciliation et non de predominance.
      3- Puisque, tous les dirigeants d’antant et aujour’dhui sont impliques plus ou moins dans ces differentes crises, ils devront participer a les resoudre.
      4- On doit definir qui devront participer a ce sommet d’avance et de quoi on va discuter durant ce sommet.
      5- La reconciliation doit passer avant la mise en place de toutes structures etatiques.
      6- On n’aura pas besoin de president pour cette transition : le Premier Ministre choisi sera l’homme fort du pouvoir et doit etre en charge de l’application des resolutions emanant de ce sommet
      8- De ce sommet doit decouler les decisions d’elaboration des nouveaux regles de jeux politiques a MAdagascar.
      7- l’election doit etre organisee avec la participation forte des Nations Unies et dans un delai tres court.
      8- LIberte de presse et de parole
      9- Cessation de toutes poursuites judiciaires et de pressions administratives.
      10- Autorisation du nouveau gouvernement a prendre des mesures rapides pour apaiser la souffrances de la population.
      11- Refuser toute immiction etrangere dans la vie politiqe de la Nation.

      12- Liberation sans conditions des detenus politiques.
      13- Compensation des victimes directes de cette crise.

      Ce ne sont que des propositions. Mais si Rajoelina reste encore dans son enetetement arrogant, rien ne marchera et tout sera encore inutile.

  • Leçons du passé pour énigme du présent
    21 novembre 2011 14:26, par rasoulou (#4222)

    Si je comprends bien : RAJOELINA et son équipe sont acculés au mur, les
    membres de la HAT seront Morts ensemble ou Vifs ensembles pour le gain du coup d’Etat :
    - Ou ils finiront en prison ensemble suite à un éventuel procès contre eux-même sur les faits de coup d’Etat en 2009 ( MUTINERIE, HAUTE TRAHISON, INSURRECTION, REBELLION, COMPLOT,.....) et Ra-8 serait disculpé à leurs dépens.
    - Ou ils (HAT) finiront gagnants suite à un arrangement avec tous le monde (Feuille de route), tout en gardant les avantages de 2009, d’où l’enjeu d’avoir sous les coudes le Ministère de la Justice.Comme la justice est extrêmement politisée à Madagascar, les juges peuvent décider des sorts de la HAT et de Ra-8, RAJOELINA et Cie essaieront de jouer les jusqu’au boutiste(s), s’ ils ne veulent pas finir sur un échafaud. Les juges interprètent la Loi en fonction de la balance politique.

  • Leçons du passé pour énigme du présent
    21 novembre 2011 15:33, par da fily (#2745)

    Ouais, Ndimby ou pas on est dans la mélasse, notre JOB a nous s’est vu essuyé un revers lifté pour le sortir du court. Mais je voudrais croire, ce mot est inique dans ce contexte, je continue de voir en JOB la solution qui pourrait se faire, peut-être pas service-gagnant, mais final au tie-break, à condition qu’on le laisse aller à terme.

    Allons, ce n’était donc qu’un essai, non transformé bien sûr, et nous re-voilà 1 partout la balle au centre. Si les politiques se servaient des bourdes ou maladresses du passé pour en faire des leçons, ça se saurait Ndimby, le plus récent hoquet de notre histoire qui a presque 3 ans maintenant, use et abuse des vicissitudes et transgressions passées. Apparemment le plus jeune protagoniste qu’on ait jamais eu a été convaincu que le procédé actuel est le seul qui vaille pour arriver au trône : je vous laisse remetre le vaincu et le c.on à la place de votre choix, tant est de qui dépend votre réussite ou désavoeu actuels, of course. La date limite de péremption étant passée pour l’autre GVT, celui-ci avorté dés proposition, on va encore continuer à faire appel aux politiques ? Pourquoi ? Pour quelle utilité ? Pourquoi ne pas confier la tâche d’expédier les affaires courantes et la construction des prochaines élections à des personnes qui peuvent, savent, maîtrisent le sujet des affaires étatiques tout simplement, Herbert L. l’a proposé, c’est on ne peut plus viable, et ça a le mérite de définir une certaine transparence.

    Là avec la chêvre, le chou, le loup et Rajoelina comme capitaine de barcasse, on peut s’attendre à schéma simplissime : le capitaine laisse la chêvre manger le chou, ensuite il donne la chêvre à manger au loup, puis il propose au loup de tirer au sort pour savoir celui qui embarquera, mais le jeu est truqué et le loup finira suicidé par noyade en regardant le capitaine s’éloigner du rivage...conte de nos contrées.

  • Leçons du passé pour énigme du présent
    21 novembre 2011 15:35, par ZOZORO (#5338)

    Boris

    La baisse de taux de crysie dans le sang avec un grand H...

    Je viens vous confirmer. Les haut plateaux sont fan de Kabary. Kabary par définition c’est l’art de tourner autour du pot !

    Mais les temps sont revolus, enfin... pour certain.

  • Leçons du passé pour énigme du présent
    21 novembre 2011 16:51, par ravao de tanà (#6162)

    Je ne crois pas que les deux transitions que vous avez citées étaient vraiment efficaces. La preuve !
    Tsy ohatran’izao mihintsy ny firenena raha nahomby izany. Amboarimboarina , sarotsaromana, afenipenina …daholo ny zavatra ratsy sy maloto rehetra (marimaritra iraisana, hypocrisie bien malgache !!!!), dia miseho masoandro sy manao don-tandroka indray rehefa misy ny occasion.
    Tous ceux qui ont fauté doivent payer !
    AMNISTIE = IMPUNITE = RECIDIVE (retour au pouvoir)
    C’est et ce sera TOUJOURS le cercle vicieux malgache tant que l’injustice règne et la mentalité n’évolue pas.
    La légitimité et la sérénité du changement que vous relatez M. NA, ne seront JAMAIS obtenues tant que le peuple (que vous occultez dans votre édito) se sente lésé (indigné), sinon ce sera un superficiel apaisement dont une simple étincelle peut faire péter à tout moment. L’essentiel dans l’histoire est –il l’adhésion du peuple ou bien l’arrangement entre politiciens (si on peut les appeler ainsi), le partage du pouvoir (postes clés)…bref le transplacement que vous prôniez ? Simulacre de démocratie qui ne concerne en rien le peuple qui compte pour du beurre ? Il n’est pas si mouton que ça comme vous le prétendiez M. NA, méfiez-vous !)
    Et qui c’est qui gagne dans tout cela ? Ceux qui s’exilent avec leur trésor de guerre, ou bien ceux qui restent pour colmater les dégâts en profitant de la situation pour amasser à leur tour (futurs exilés), ou bien le peuple malgache ? Ne nous étonnons donc pas du nombre de nos pseudos politiciens (dont on a déjà vu la plupart à l’œuvre), tellement le métier est rentable !
    C’est normal que la situation depuis des décennies se dégrade car nos problèmes ont toujours été traités sur la forme (toujours de façon subjective) et jamais sur le fond. Et pendant que les malgaches se bouffent le nez, les malfaiteurs en profitent pour les piller.
    Les leçons du passé ? Les malgaches sont bien rodés, ne vous inquiétez pas. Ils s’indignent et s’insurgent quand il le faut.
    Ravao de Tanà.

    • Leçons du passé pour énigme du présent
      21 novembre 2011 17:43, ASSISE (#1505) répond à ravao de tanà (#6162)

      Mbola hipoaka indray ny saro-bilany izany raha izao fanamboarimboarina azy izao. Sa tsy izany no tianao ho lazaina eto ?

      Ny tantara dia mbola mitohy ?

  • Leçons du passé pour énigme du présent
    21 novembre 2011 18:12, par ravao de tanà (#6162)

    Mahari-pery ny malagasy. Ils vont voir de ce qu’il en est de ce nouveau gouvernement, il avisera ensuite. Qui vivra verra !

  • Leçons du passé pour énigme du présent
    21 novembre 2011 22:12, par herbert leon (#5976)

    Une fois de plus, le nouveau gouvernement est déjà contesté car plusieurs ministres nommés ont boycotté la cérémonie. Ont ils été nommés à leur insu donc ?
    Wait & see

La météo à Madagascar

 

Nous suivre

     
Publicité sur Madagascar-Tribune.com

 

Le Petit Futé

 

  • Version pour Smartphone
  • m.madagascar-tribune.com

  • Version pour IPhone
  • iphone.madagascar-tribune.com

    Visiteurs connectés : 217  



    Mettre en page d'Accueil | Ajouter á mes Favoris | Newsletter | © Madagascar-Tribune.Com | Propulsé par Vahiny |  Motorisé par SPIP

    Découvrez aussi : Xbox 360