Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 21 novembre 2017
Antananarivo | 10h37
 

Société

Mananjary

Demande de liberté provisoire de Raleva rejetée

mardi 24 octobre

La persécution et la criminalisation des défenseurs des droits humains et de l’environnement tendent à se banaliser dans le pays. Clovis Razafimalala, militant écologiste qui a dénoncé les trafics illicites de bois de rose, Raymond Mandiny, un autre militant écologiste d’Ambanja en ont eu pour leur frais. Des voix critiques qui s’élèvent contre des projets potentiellement destructeurs pour leur pays.

Raleva vient d’être ajouté à cette liste, membre du groupe Justice et Paix et de l’antenne régionale de l’Observatoire Indépendant des Droits Economiques, Sociaux et Culturels à Madagascar (OIDESCM) coordonné par le CRAAD-OI, a été arrêté et mis en détention préventive à Mananjary parce qu’il avait osé demander à voir les papiers officiels autorisant des opérateurs chinois à reprendre une exploitation aurifère arrêtée auparavant par le Chef de Région et l’ONE dans sa commune de Vohilava.

Raleva entame son 18ème jour d’emprisonnement, et on apprend que la Chambre de détention préventive a rejeté sa demande de liberté provisoire. Aucune date n’a été fixée ni pour une éventuelle instruction, ni pour le procès proprement dit. Tout cela se fait sans qu’aucune explication n’ait été donnée, ce qui démontre la volonté manifeste des responsables concernés de punir Raleva pour avoir exercé ses droits d’expression et à l’information, et d’étouffer tout mouvement de protestation des communautés riveraines contre l’exploitation aurifère illégale des opérateurs chinois.

En effet cette exploitation ne disposait pas de tous les permis nécessaires et utilisait un produit qui ressemblait beaucoup au mercure, particulièrement dangereux pour l’eau, le sol, les cultures environnantes et la santé des populations riveraines. Le motif d’inculpation de Raleva - usurpation de fonction du Chef de district - est plus que discutable, puisque le Chef de District était présent dans la réunion publique où Raleva a pris la parole.

Depuis sa détention, plusieurs communiqués et des centaines d’appels à la libération immédiate et sans condition de Raleva ont été adressés aux autorités compétentes par le CRAAD-OI et ses alliés du Collectif TANY, d’Amnesty International, de Frontline Defenders et du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement. Ces derniers exhortent les autorités à remplir d’urgence leurs obligations de respecter et de garantir la réalisation des droits fondamentaux de Raleva, et de faire cesser les menaces que les conditions carcérales font peser sur son état de santé déjà fragile.
 Ils appellent également toutes les personnes de conscience, et les organisations qui œuvrent en faveur des droits humains et de la justice sociale à renforcer la lutte pour la libération de Raleva, qui a été reconnu comme prisonnier de conscience par Amnesty International.

6 commentaires

Vos commentaires

  • 24 octobre à 11:15 | che taranaka (#99)

    AKORY LAHALY,

    SOLIDAIRE DE RALEVA ET DE SES COMBATS

  • 24 octobre à 17:39 | Jipo (#4988)

    Bonsoir.
    « Prisonnier de conscience » mais avec des « dirigeants » irresponsables, complices et coupables, pour ne pas dire des bandits, comment voulez-vous que le droit soit respecté, je ne dis pas : entendu ...
    Encore une dérive à inscrire au palmarès déjà bien fourni de cette bande d’ incapables et de bandits !
    Libertalia et la peste sont à la têtes de l’ état, une révolution pour ne pas dire guerre civile a tous les ingrédients pour éclater !
    Le problème est qu’ il faudrait les condamner et non les laisser s’ enfuir comme jusque’ à présent ...

  • 26 octobre à 10:52 | Albatros (#234)

    Et un scandale de plus ! Un !.

    Mais que fait Rambo ?!.

    • 26 octobre à 11:15 | I MATORIANDRO (#6033) répond à Albatros

      Mbola milelaka ny maloton’le tompomenakeliny izy !!!

      Samia velonaina !

    • 27 octobre à 01:46 | Albatros (#234) répond à Albatros

      @ Matoriandro

      Désolé !. Bien qu’étant un fervent amoureux de Madagascar, je ne maitrise pas la langue de votre beau pays. Je n’ai donc pas pas compris votre post !.

  • 27 octobre à 17:09 | andriamasy (#10091)

    Les chinois sont les nouveaux maîtres de Madagascar ? Ou bien ils le sont parmi tant d’autres ?
    Attention danger mortel ! Chez eux Ils ont tout pollué, ils exportent même l’air qu’ils respirent. Alors ils s’en vont polluer ailleurs. Qui a permis tout cela ? A combien nos dirigeants évaluent-ils la terre de leurs « ancêtres » (mauvais prix ? Bons prix ?) savez-vous qu’en France, les chinois achètent aussi la terre à 5000euros voire 10000euros le mètre carré ? Alors à vos machines ? Dirigeants, Avez-vous au moins partager cet argent ? qu’on en profite tous avant de mourir empoisonné par le mercure ou autre saloperie.
    Seuls les justes mourront injustement.

Publicité

Vols, Hôtels, Séjours

Les meilleurs prix


Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS 
 
 

Visiteurs connectés : 407