Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 19 juillet 2019
Antananarivo | 15h53
 

Environnement

Projet WISCO à Soalala

Un port dans la Baie de Baly : tortues et aire protégée en cause

jeudi 19 avril 2012
JPEG - 97.6 ko
Le DG du projet WISCO Soalala montrant les maquettes du futur port au CR Boeny.

Une délégation du projet WISCO Soalala dirigée par son directeur général Luo Yuan Jun a rencontré le chef de la Région Boeny Jean Christophe Noël Rasoloniaina à son bureau le mercredi 18 avril 2012. Après quelques mois de silence, les Chinois du projet WISCO reviennent pour parler du projet et de reprise des travaux entrepris. Beaucoup de points concernant le projet d’exploitation du minerai de fer de Soalala ont été abordés ce jour, entre autres, la construction de la route qui relie la commune d’Ampohipaky, site du gisement, au chef lieu du district qu’est Soalala. Cette route sera praticable toute l’année et le trajet entre ces deux localités s’effectuera en moins de 2 heures. Les travaux y afférents ont été arrêtés à mi-parcours l’année dernière en raison du mauvais temps, a-t-on appris à l’issue de cette rencontre.

Par ailleurs, l’exploitation de 30 tonnes de minerai de fer à envoyer en Chine pour une étude d’évaluation de la richesse de la réserve de la Soalala fait partie également du calendrier de cette année.

Ces Chinois de WISCO sont également en quête d’un site favorable pour la construction d’un port à Soalala selon toujours l’exposé de la délégation du groupe WISCO. Le port sera gigantesque, d’une capacité de 150 000 tonnes, le plus grand du pays, et nécessite un site côtier avec un tirant d’eau d’au moins 18 m. Les alentours de la Baie de Baly semblent, d’après ces opérateurs chinois, répondre aux critères d’implantation de cette grande infrastructure.

L’appel d’offres pour les travaux d’exécution de ce port est déjà lancé en Chine, a fait savoir le DG du WISCO. Il a ajouté que le projet envisage de construire une route d’acheminement de la production du site d’extraction vers ce futur port pour l’embarcation en Chine. Cette route pourra traverser le domaine du Parc National de la Baie de Baly à l’image de la RN4 partageant la réserve d’Ankarafantsika de part et d’autre de l’axe. Notons que ce site de la Baie de Baly abrite une aire protégée de MNP (Madagascar National Parks). C’est là où il y a les fameuses tortues Angonoky et il n’en reste plus que quelques 500 individus vivants d’après un dernier rapport du MNP qui essaie de les protéger farouchement du trafic avec l’aide de l’organisaiton DURRELL et de la population locale.

Le choix entre l’huile lourde et le charbon de terre pour faire tourner la future centrale thermique qui va produire 150 mégawatts d’électricité fait également l’objet des études de faisabilité du projet WISCO de cette année 2012.

Ces constructions, selon le calendrier présenté par la délégation chinoise, auront lieu au début de l’année 2013. Pour faire face à ces grands travaux qui se dérouleront d’une façon très rapide selon toujours la délégation du WISCO, des experts nationaux et chinois viendront sur place dans les mois à venir pour donner des formations préalables à la population locale afin de les préparer à leur recrutement prioritaire dans la construction.

À l’issue de l’exposé des Chinois, une signature de l’autorisation de la reprise des travaux au mois de mai prochain par le chef de la Région Boeny a eu lieu. Ce dernier a bien souligné qu’il sera sur terrain lors de cette reprise pour évaluer de près la faisabilité et les futurs impacts et insertions sociaux des projets de construction suscités, en l’occurrence le port et l’axe routier au beau milieu du Parc de la Baie de Baly. Des débats sur l’écologie et le développement en perspective.

Recueilli par Valis

8 commentaires

Vos commentaires

  • 19 avril 2012 à 10:18 | jansi (#6474)

    Cet article est bien triste pour Mada. Nous nous faisons avoir systématiquement par ces étrangers qui viennent extraire nos richesses et les exporter sans valeur ajoutée.
    La construction d’une route dite "praticable" (donc non bitumée), voilà la contrarpartie pour Mada. Nul besoin de préciser que cette route c’est celle qui servira au transport des minerais. Des infrastructures pour la population, pas besoin !
    De même pour le port. Qu’est ce qui empêche les autorités de négocier ou d’exiger un port mineraliers certes mais aussi pour d’autres prestations (passagers et containers).

    Concernant l’appel d’offres, il faudrait le lancer depuis Mada sous forme d’appel d’offre international où les netreprises malgaches bénéficieront de la clause dite de "préférence" à compétences et qualités techniques égales.

    En d’autres termes, un programme large et cohérent de développement (infrastructures economiques et sociales) de la zone d’extraction (ou d’autres zones pourquoi pas) devrait être conçu par la partie malgache puis présenté aux chinois pour accord et mise en oeuvre. Sans parler des ristournes , taxes et redevances officielles que les chinois devraient remettre aux caisses de l’Etat qui ne devraient pas se limiter à 2% comme pour l’or.
    L’exploitation de nos richesses doit en priorité enrichir notre pays avant tout autre considération. Les étrangers sont là car nour les avons autorisés à venir travailler chez nous.
    Surtout ne pas laisser le chef de région "se débrouiller" tout seul face aux faucons chinois.

    • 19 avril 2012 à 10:31 | che taranaka (#99) répond à jansi

      JANSI,

      y a-t-il beaucoup de GASY comme vous..???

      car vous êtes intelligent,lucide et sage....et patriote...

      je suis TOUT A FAIT D’ACCORD AVEC VOUS....!

    • 19 avril 2012 à 10:33 | che taranaka (#99) répond à che taranaka

      JANSI,

      mais là aussi RAJOELINA a déjà eu ses commissions ( 100 millions de $)..

      il laissera le Chef de région négocier avec les faucons...

      le chef de région sera responsable devant la Nation mais pas lui...!

    • 19 avril 2012 à 17:14 | justice_sociale (#3810) répond à jansi

      bonjour,

      Quelle que soit sa compétence en la matière, sa motivation et son désir de développement, qu’il soit chef de région ou chef de je ne sais quoi, ces individus n’ont pas à négocier tout, à décider tout seul à huis clos la vente de nos richesses.

      Et le ratio de 2% l’illustre parfaitement.
      A ce prix, c’est nous prendre comme moins que rien car le slogan qui consiste à du ’‘ à prendre ou à laisser’’ est un pur produit du chantage fait aux pays pauvres.
      Comment peut-on en arriver à des absurdités pareilles ?
      Il est inadmissible de brader son pays sous un prétexte fallacieux.

      une ou des routes construites sont toujours utiles dans un pays où cela fait défaut mais n’ignorez non plus que ces infrastructures ont une durée de vie assez courte.
      Aux premières gouttes de pluies et de ruissellements d’eaux, elles se dégradent vite et nos ressources se dégradent avec car elles aussi ne sont pas intarissables. réfléchissons.....

      Faut pas se contenter d’exploiter pour avoir en échange ξ % et quelques portions de routes sans se soucier des trous béants que cela laisse, ni sans tenir compte de l’environnemental, de bcp de problèmes annexes et surtout de la pollution que cela engendre.

    • 20 avril 2012 à 15:47 | Ssava (#6226) répond à jansi

      T’en fais pas, Jansi ! Ce que tu ignores sans doute, c’est que ces minerais de fer ne renferment pas que du fer !!! Il y a un métal plus précieux à l’intérieur des ..., mais chuuuuuutttttt, les Chinois sont nombreux, très nombreux, trop nombreux ! Et ils font du Kung-Fu ! Le Moraingy des Malagasy mampiraingiraingy ny Malagasy...

  • 19 avril 2012 à 10:27 | che taranaka (#99)

    Mes amis,

    comme nos richesses sont maintenant en train d’être exploitées par les uns et les autres..nous devons être vigilents par rapport aux différents aspects de ces exploitations et leurs impacts sur notre "monde"...

    trois fois hélas..nous avons un grave problème politique et de gestion nationales...actuellement..et ceux -ci ne sont pas propices pour défendre nos intérêts...

    d’autres pays dans le monde sont victimes de problèmes sociaux et de problèmes écologiques..et donc de problèmes politiques à cause de l’exploitation de leurs richesses..

    les sols et les sous-sol sont vidés et le pays reste pauvre..pire la GUERRE CIVILE en est la conséquence....!

  • 19 avril 2012 à 19:12 | jansi (#6474)

    Tos les malfrats profitent du caractère sadasada de ce fitondrana.

  • 19 avril 2012 à 21:05 | gang’s (#4016)

    Bonsoir,
    Je me dis que les conditions pour une exploitation de cette ressource minière n’est pas suffisante, les malgaches doivent penser aussi aux dégâts causes par la disparition des herbes, des vers de terre, la taxinomie de tout être vivant, visible ou invisible, Madagascar est sacre, les dollards, ça va ça vient,comme tout d’ailleurs, faire mariner la sauce mariniere, il nous faut mariner plus la sauce, ne plus se contenter des pacotilles, voila, juste pour me présenter un peu, je suis juste malgache, voila

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS