Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 21 septembre 2019
Antananarivo | 20h25
 

Répondre à un commentaire

15 août à 15:37 | diego (#531)

Bonjour,

FINENGO, ce que vous racontez est insignifiant, pour Madagascar, je vous explique pourquoi. Si on était deux adversaires politiques, personne ne connaît votre proposition en fait....

Vous parlez des gouvernements et des responsables politiques malgaches depuis 16 ans je pense, ils délirent.

Depuis 16 ans, il n’y a pas un seul grand Investissement étatique à Madagascar. C’est à dire, Ravalomanana, R. Hery et Rajoelina ont été incapables de concevoir un seul grand investissement au court de leurs mandats respectifs, Rajoelina a encore une chance de corriger cette lacune. Pour les gens qui contestent ce que j’affirme, qu’ils énumèrent, ne serait ce que ces trois hommes ont pu réaliser dans la Capitale, les grands investissements sont connus, datés, Ravalomanana aurait pu commencé, ses successeurs auraient pu finir, par exemple....impossible à réaliser quand le pays connaît, au moins 10 gouvernements pendant cette période.

Désolé mais dire tous pourris, politiquement ou économiquement, n’a aucune signification. Vous étalez tout simplement vos sentiments. Les sentiments n’ont pas leurs places en politique.

Et encore, si vous prenez le temps d’expliquer comment sortir de la situation « tous pourris », les malgaches comprendraient !

En disant tous pourris, vous méprisez vos compatriotes, vous n’avez tout simplement aucun estime pour les élites malgaches et les Institutions politiques malgaches.

Politique n’est pas la perfection, le droit n’est pas la vérité, et c’est ce qui fait défaut à Madagascar, et il n’est pas le seul. Il n’y a pas un seul jeune pays en Afrique, qui a été colonisé qui connaît aujourd’hui une stabilité politique durable, épargné par une crise Constitutionnelle, et une crise économique sur deux fronts, conjoncturelle et structurelle.

Il faut comprendre que les origines des crises politiques, constitutionnelles, et le sous-développement des pays africains et Malgaches s’expliquent sur trois fronts :

- un, l’héritage colonial,

- deux, faiblesse de l’Etat et des Institutions ;

- et enfin, trois, l’absence des investissements étatiques.

En maîtrisant ces trois fronts, on comprendrait bien mieux pourquoi c’est si difficile de développer l’Afrique et Madagascar, mais aussi, les solutions possibles pour en sortir, autrement dit, les classiques solutions dont il est encore très difficile à mettre en place tant que les Institutions politiques ne sont pas solides à Madagascar et en Afrique :

- l’alternance au pouvoir n’est possible que si les pays ont des partis politiques solides, et fiables, un peu différent de tous pourris, voyez-vous !

Le droit ne sera pas respecté tant que les pays sont incapables d’élire légitimement leurs représentants :

- c’est le droit qui conditionne tout dans un pays indépendant, le droit privé et le droit public !!!!

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS