Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mercredi 21 août 2019
Antananarivo | 14h07
 

Politique

Vous avez dit : crédibilité ?

samedi 2 février 2013 | Miary

Le docteur Simão, émissaire de la SADC s’est voulu clair et pédagogue ce vendredi lors d’une conférence de presse ce vendredi 1er février : « La CENIT a un mandat clair qui est inscrit dans la Feuille de route, et ce mandat, c’est d’établir et déterminer un calendrier électoral. Donc c’est la seule institution avec le pouvoir pour déterminer et fixer un calendrier électoral. Donc, il faut protéger et sauvegarder cette indépendance et ce mandat de la CENIT. On peut avoir différentes institutions, et même personnalités, (qui) peuvent avoir des opinions sur l’organisation des élections. Mais la décision, elle, doit être prise seulement par la CENIT. Et tout le monde, partis politiques, institutions du gouvernement,entités nationales et même la communauté internationale doivent respecter la décision prise par cette institution ».

Avec le léger accent du Dr Simão, nous avons été obligés de réécouter les enregistrements sonores pour avoir la parfaite assurance que celui-ci avait bien prononcé CENIT et non pas SADC… Sur le fond, il est à craindre que le contraire n’aurait pas été une énorme surprise. Ainsi la décision semble claire : si ce n’est pour la pure forme, il n’y aura plus d’examen par la CENIT de la proposition du Président de la Transition de faire passer les élections législatives avant les présidentielles.

Pour faire bonne mesure, le Dr Simão ajoute : « Il y a cette proposition du Président de la transition de faire l’inversion de l’ordre des élections. Ça risque de créer des problèmes à la crédibilité de la CENIT. Parce que si la CENIT accepte cette proposition, donc la perception qui va être créée, c’est qu’elle a cédé à une pression d’une entité externe à la CENIT. Et ce n’est pas bon pour l’image et l’indépendance de la CENIT ».

Ce type de raisonnement est éminemment criticable. En effet cela consiste à dire : si vous dites oui, tout le monde dira que vous avez subi les pressions. Nous posons la question : et si vous dites non, n’avez vous pas aussi et tout autant subi des pressions ? Car les apparences sont là : le Docteur Simao a froncé les sourcils et voilà-t-il pas que la CENIT se range au diktat sans examen au fond de la question. Il aurait été mille fois préférable que la décision soit prise en fonction des questions de fond plutôt que de la peur du "qu’en dira-t-on !".

La CENIT prouverait son indépendance en soumettant à un examen critique et raisonné entre d’une part la proposition d’inverser l’ordre des élections et d’autre part celle des présidentielles en premier lieu. Ce seront les arguments apportés qui conduiront à l’une ou l’autre des solutions et non des préjugés et des questions d’amour propre.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS