Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 15 juin 2021
Antananarivo | 14h45
 

Divers

Foibe Taosaritanin’i Madagasikara

Vers une nouvelle voie de navigation maritime à Mahajanga

samedi 13 octobre 2012

Depuis le lundi 08 octobre 2012 et jusqu’à ce jour, le Foiben-Taosarintanin’i Madagasikara (FTM) en partenariat avec l’Agence portuaire maritime et fluviale (APMF) effectue un levé de données des fonds marins à Mahajanga. L’idée est de faire une étude sur le fond marin de cette zone pour mieux la connaître et aider à la prise de décision dans l’amélioration de la navigation.

Pour l’heure en effet, la baie de Bombetoka est grandement menacée par l’ensablement provenant du fleuve Betsiboka et l’entrée de grands bateaux au port de Mahajanga devient de plus en plus difficile, voire impossible. Aussi, des techniciens du FTM effectuent-ils des levés au niveau du chenal Nord Est en face d’Antsahabingo et de la Petite plage d’Amborovy, en mesurant la profondeur et identifiant les éventuels dangers pour la navigation, sur quelques points, jusqu’à 500 mètres au large.

De nouveaux matériels de performance du FTM, venant de l’Afrique du Sud, composés d’un échosondeur muni d’un GPS, sont utilisés pour assurer la collecte des données. Les données obtenues seront traitées en vue de contribuer à l’élaboration de la nouvelle carte marine de la zone de Mahajanga, laquelle rehaussera le niveau de sécurité de la navigation et réduira en même temps les incidents et accidents de transport maritime. Ravoahanginiaina Théodore, directeur des relations publiques et institutionnelles au FTM, a précisé qu’au niveau international, les données collectées seront également intégrées dans la carte électronique de navigation (ENC) de Mahajanga, dressée par le Service hydrographique et océanographique de la marine française (SHOM). Selon les conventions internationales en matière de données cartographiques et hydrographiques, le partage d’information est, en effet, primordial. Dans le cadre du transport maritime, il participe beaucoup à la sécurisation de la navigation.

Le directeur général du FTM, Razafindrabe Franck Thierry, a profité de sa rencontre avec le chef de la Région Boeny, au bureau de ce dernier, pour lui faire passer les messages de sensibilisation aux différentes autorités sur la nécessité de préserver les bornes géodésiques en tant que patrimoines nationaux. Il a expliqué qu’elles sont indispensables pour un développement harmonieux des différents secteurs dont le foncier, les travaux routiers, l’octroi de carrés miniers et blocs pétroliers on shore, et les aménagements du territoire. Il a ajouté que le réseau géodésique permet également de localiser les antennes, d’éviter l’empiètement de terrains, ou l’empiètement de carrés miniers sur des aires protégées. Or il semble au FTM qu’aucun citoyen ne se rend compte ni de l’existence ni des utilités importantes des bornes géodésiques.

En ce qui concerne Mahajanga, celle-ci dispose à Antanimalandy d’une borne géodésique d’ordre zéro, c’est-à-dire une borne de très grande précision, située sur le château d’eau de la JIRAMA. A l’heure actuelle, cette borne d’ordre zéro a disparu après la réhabilitation de ce château. Pour sa prochaine mission à Mahajanga, le FTM a programmé avec le chef de la Région Boeny, une réunion de sensibilisation avec toutes les autorités locales et les responsables des services déconcentrés locaux à propos des bornes géodésiques. En outre le FTM élabore à l’heure actuelle un projet de création d’une cartographie électronique de Mahajanga.

Recueilli par Valis
(Source : Unité de communication de la Région Boeny)

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS