Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 29 mai 2022
Antananarivo | 08h12
 

Sport

Athlétisme • Centre d’entraînement Alarobia

Vers un arrêt définitif ?

vendredi 19 octobre 2007 | Rata

Dépeuplé ! La vie au centre d’entraînement d’Alarobia tourne au ralenti. Les pensionnaires qui s’y trouvaient et qui lui ont donné sa raison d’être répondent absents. On ne rencontre plus dans ce haut lieu de l’athlètisme malgache que les quelques rares techniciens de la fédération dont le siège se trouve au-dessous de la tribune du stade. L’effervescence qui y régnait, vers la fin des années 90 ou tout dernièrement lors de la préparation des 7e jeux des îles de l’Océan Indien, semble faire partie des souvenirs lointains. On n’entend plus le bruit des pointes, des sifflets, des cris de joies que lors des compétitions officielles ou autres réunions, à l’instar du stage de la Confejes. Quelles sont les raisons de ce silence et de cette quiétude inquiétante ? Personne, du moins du côté fédéral, ne veut donner des explications. Les membres de la fédération nationale semblent avoir perdu leur langue. Toutefois les bribes d’informations collectées convergent sur deux points, problème de local et surtout de financement.

C’est ce dernier volet qui constitue sans doute la raison principale. Le budget de fonctionnement de cet unique centre d’entraînement de la Grande île avoisine annuellement les 100 millions fmg. Un budget bouclé auparavant par le fond propre de la fédération Malagasy à travers ses sponsors et l’appuis techniques nationaux émanant de la Confejes. Or depuis 2003, la fédération, selon les indiscrétions, n’a plus reçu sa quote-part de cette entité francophone qui la verse pourtant auprès du ministère des sports malgache.

A ce problème financier s’ajoute celui du local, servant de dortoir aux athlètes masculins, qui a été repris par le propriétaire du stade, à savoir, la CUA qui l’a affecté à d’autres fins.

Devant ces problèmes surmontables, la prise de responsabilité de tout un chacun est plus que souhaitable. C’est uniquement la seule voie pour éviter l’arrêt des activités de ce centre qui a pu tout de même former et sortir des athlètes de haut niveau tels que Berlioz Randriamihaja, Riri Josveh, Tezavelo et des espoirs à l’image de Olga Razanamalala... Excusez du peu.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS