Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 21 novembre 2019
Antananarivo | 14h11
 

Politique

Marc Ravalomanana à Diégo

Veiller aux impacts de la déclaration de l’amiral

mardi 14 octobre 2008 | Eugène R.
Le chef de l’Etat, chef suprême des forces armées.

La nomination du général de Brigade, André Lucien Rakotoarimasy au poste de chef de l’Etat-major général de l’Armée malagasy (Cemgam) ouvre au président de la République une nouvelle série de tournées dans l’île. Nommer à ce poste de haut commandement un sortant de la 8è Promotion de l’Académie militaire d’Antsirabe est une autre « Révolution » au sein de l’Armée après la nomination d’un civil (le professeur d’Université Cécile Manorohanta) au ministère de la Défense nationale, affirme-t-on quelque part. Une affirmation confirmée par l’amiral Didier Ratsiraka lorsqu’il a martelé par téléphone depuis Paris que « le fait de placer un officier de la 8è Promotion de l’Académie militaire à la tête de l’Etat-major général de l’Armée porte atteinte à la hiérarchie et au respect de la discipline ». Le Chef suprême des Forces Armées, Marc Ravalomanana est désormais là non seulement pour faire accepter cette « Révolution », mais aussi pour veiller aux éventuels impacts de cette déclaration de son prédécesseur.

Revaloriser l’Armée

Hier, le Chef de l’Etat était dans la partie nord de l’île, plus précisément à Antsiranana. Il était accompagné par le ministre de la Défense nationale, Cécile Manorohanta et le nouveau chef de l’Etat-major de l’Armée, André Lucien Rakotoarimasy. Le choix d’Antsiranana comme premier endroit de la descente présidentielle après l’adoption de cette « Révolution » au sein de l’Armée peut s’expliquer par le fait qu’en 2002, le plus meurtrier des affrontements entre militaires « légalistes » et ceux pro-Ravalomanana s’est déroulé dans cette partie de l’île. Le colonel Coutiti croupit jusqu’à présent en prison. Le président Marc Ravalomanana a promis hier la « revalorisation » de l’Armée. C’était une déclaration. Nos militaires attendent sa concrétisation. En tout cas, la lutte contre l’insécurité tant urbaine que rurale devrait être une priorité du régime. L’on attend actuellement les premières actions que mèneront ensemble dans le cadre de cette lutte la Police nationale et la gendarmerie, désormais placées sous la coupe du secrétaire d’Etat chargé de la Sécurité Intérieure.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS