Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 13 avril 2021
Antananarivo | 16h27
 

Politique

Suppression des avantages des députés

Une velléité pour décourager les candidats

lundi 27 août 2007 | Alphonse M.

Visiblement, les hommes du pouvoir n’ont pas ménagé leurs efforts pour que le parti présidentiel soit majoritaire à l’Assemblée nationale. En fait, des stratégies visant à affaiblir les concurrents ont été mises en place, selon les membres de l’opposition. Parmi ces stratégies électorales, à citer, entre autres, la suppression des avantages des députés lors de la prochaine législature. Aux yeux des opposants, il s’agit d’une « velléité du pouvoir dans le but décourager les autres candidats de ne pas trop investir durant la campagne électorale ».

Pourquoi le gouvernement de Charles Rabemananjara s’est-il empressé d’abroger les avantages en nature des députés lors du conseil du gouvernement du mardi 21 août dernier ? S’interroge le camp de l’opposition. A un mois des élections législatives, l’article 5 du décret n° 99-468 du 2 juin 1999 fixant les avantages en nature du président de l’Assemblée nationale, des membres du bureau permanent et des députés de Madagascar a été abrogé afin d’influencer les candidats et électeurs, nous a avoué un ancien député et non moins membre influent de l’opposition.

En tout cas, notre interlocuteur, plus déterminé que jamais, a affirmé qu’il n’a pas l’intention de baisser les bras. Toutefois, il n’a pas caché son inquiétude devant une telle attitude des tenants du régime.

Craintes de fraudes massives

Cet opposant au régime Ravalomanana est plutôt sceptique quant au bon déroulement des prochaines législatives. En clair, il craint des fraudes massives et des manipulations de résultats de vote en faveur des candidats officiels. A preuve, a-t-il continué, les autorités malgaches n’ont pas pris en compte ou, plus précisément, elles ont complètement ignoré les revendications de l’opposition et les suggestions des bailleurs de fonds et de la communauté internationale. Faut-il rappeler que le chargé d’Affaires Suisse a déclaré à notre journaliste que « l’utilisation du bulletin unique réduit de moitié les fraudes électorales ».

De même pour le chef de la délégation de Commission européenne Jean Claude Boidin qui a invité, d’une manière diplomatique, les autorités malgaches à utiliser le bulletin unique et la mise en place de la Commission Electorale Indépendante.

Lors de l’élection présidentielle en décembre de l’année dernière, les autorités malgaches se sont cachées derrière le manque de temps que ne leur aurait pas permis de mettre en place une telle structure devant combattre les fraudes électorales. En clair, la partie malgache n’a pas encore la volonté politique de tenir une élection libre, transparente et indépendante. Que diront les Etats membres de la SADC ainsi que l’ensemble de la communauté internationale et les bailleurs de fonds ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS