Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 27 septembre 2020
Antananarivo | 10h22
 

Santé

Santé publique

Une recrudescence des cas de paludisme due aux intempéries

mercredi 12 février | Fano Rasolo

Selon les chiffres recueillis auprès du ministère de la Santé publique, une recrudescence du paludisme à été constatée, suite aux intempéries, qui ont durement frappé sept districts de Madagascar, en janvier dernier. « Cette tendance à la hausse a été remarquée dès novembre et décembre de l’an passé. En début novembre, le taux de prévalence du paludisme s’est élevé par rapport à la moyenne de cinq ans (2014-2018) et il a touché cent-sept (107) districts avec 29 626 cas confirmés. Cinq districts parmi les 107 ont été le plus touchés, à savoir, Vondrozo, Iakora, Ikalamavony, Kandreho et Vangaindrano. Cette hausse n’a cessé de croitre depuis le mois de janvier dans cinq autres districts (Midongy Atsimo, Befotaka, Ikalamavony, Nosy Varika et Iakora) où 50 à 60% des cas de fièvre ont été confirmés comme étant du paludisme », selon le communiqué du ministère de la Santé publique, hier.

« Cette recrudescence est due aux intempéries qui ont causé des inondations dans différentes régions de Madagascar. Les eaux stagnantes laissées par l’inondation ont favorisé la ponte des moustiques vecteurs du paludisme qui s’est rapidement propagé », selon le Dr Manitra Rakotondravony, directeur de la promotion de la santé au sein du ministère.

Une autre source auprès de ce ministère a indiqué que « Le seuil a été dépassé dans le district d’Amparafaravola, dans la région Alaotra Mangoro ».

Pour rappel, le district d’Amparafaravola a été l’un des districts les plus touchés par l’inondation de janvier dernier.

« Récemment, le district d’Amparafaravola a enregistré trois cent (300) cas confirmés de paludisme par jour dans les sept communes du district. Cette tendance est à la hausse par rapport aux anciennes statistiques. L’inondation a été considérée comme cause de cette hausse. Les enfants de moins de cinq ans sont les plus vulnérables face à cette maladie et les communes de Morarano Chrome, Sahamamy et Ranomainty ont comporté le plus de cas confirmés de paludisme », selon notre source auprès de la gendarmerie d’Amparafaravola.

Pour faire face à cette recrudescence, le ministère de la Santé publique s’est engagé à prendre en charge les malades dépistés, et à mettre en oeuvre des actions de prévention et de lutte contre ce fléau. Ainsi, l’aspersion intra-domiciliaire d’insecticides a été opérée auprès des ménages où des cas de paludisme se sont révélés. Il y a aussi la campagne officielle de distributions de moustiquaires lancée demain dans la commune rurale de Mahavelona (Foulpointe).

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS