Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
lundi 14 juin 2021
Antananarivo | 21h07
 

Agriculture

Agriculture

Une assurance agricole pour les petits producteurs

mercredi 12 mai | Mandimbisoa R.

Un système d’assurance pour les petits producteurs agricoles se profile à l’horizon. La société financière internationale (IFC), membre du Groupe de la Banque mondiale, a établi un partenariat allant dans ce sens avec le gouvernement malgache. L’objectif de ce partenariat est de développer des solutions d’assurance agricole à destination des petits exploitants afin de renforcer leur résilience face au changement climatique, d’améliorer leur productivité et de les aider à accéder plus facilement aux services financiers.

Dans le concret, cette institution de développement axé sur le secteur privé dans les marchés émergents de la Banque mondiale, va aider les compagnies d’assurance malgaches à concevoir des produits ciblés visant à protéger les agriculteurs contre les risques climatiques et d’autres catastrophes naturelles qui menacent leurs moyens de subsistance et pèsent sur la confiance des créanciers. L’assurance agricole devrait alors couvrir les effets néfastes des cyclones, sécheresses, inondations ou encore invasions de ravageurs comme les criquets.

« Les pertes économiques liées aux catastrophes naturelles s’élèvent en moyenne à 1% du PIB par an à Madagascar », analyse la Banque mondiale dans son communiqué relatif à ce partenariat. Par ailleurs, le secteur agricole contribue fortement à l’économie du pays, constituant environ un quart du PIB du pays et 64% du total des emplois. Les petits exploitants représentent environ 70% de la population agricole mais plus de la moitié d’entre considèrent que les difficultés d’accès aux services financiers constituent une contrainte majeure qui entrave leur productivité et leur revenus.

Le ministre malgache de l’Agriculture, de élevage et de la Pêche, Lucien Ranarivelo, estime que le développement d’une système d’assurance agricole va permettre de parvenir à l’autosuffisance alimentaire et à une croissance accélérée, inclusive et durable. L’assurance en soi constitue une solution pérenne permettant de développer les filières agricoles et incitera les banques et les institutions financières à soutenir les agriculteurs, via un accès renforcé au crédit, affirme Lucien Ranarivelo.

8 commentaires

Vos commentaires

  • 12 mai à 09:59 | arsonist (#10169)

    Ah ! Un intérêt pour les ambanivohitra comme mon village ?
    Je demande à voir .

    • 12 mai à 10:22 | Stomato (#3476) répond à arsonist

      Une fois de plus les experts (sic) internationaux lancent une idée dont la générosité n’égale que la méconnaissance crasse des responsables (re sic) du pays.
      Les "petites" exploitations agricoles ne sont pas vraiment équipées pour faire un contrôle quel qu’il soit sur la répartition et l’utilisation des ressources initiées par une quelconque structure multinationale !
      Il serait utile que ces structures prennent en compte les prélèvements effectués par les dahalo et leurs mentors.
      Mais ça c’est du fantasme, cela n’arrivera jamais.

  • 12 mai à 10:20 | Albatros (#234)

    Le principe peut être salué, reste à voir sa mise en place et qui profitera réellement de ce système !.
    Les assureurs et les banquiers sont rarement les perdants dans ce genre de système.
    La mutualisation des assurances face aux risques, reste un bonne chose pour les petits agriculteurs.

  • 12 mai à 10:25 | MALIBUC (#9345)

    En 2018 j’ai eu un accident avec mon véhicule contre un scooter.
    Au vu de l’individu (qui réclamait déjà de l’argent) et sur de mon bon droit, j’ai fait appel à mon assureur MAMA afin qu’il envoie quelqu’un sur place pour constater.......12 Mai 2021, 10h24......J’attends toujours.....

  • 12 mai à 11:33 | Vohitra (#7654)

    « Le ministre malgache de l’Agriculture, de élevage et de la Pêche, Lucien Ranarivelo, estime que le développement d’une système d’assurance agricole va permettre de parvenir à l’autosuffisance alimentaire et à une croissance accélérée, inclusive et durable »…un extrait de l’article du jour.

    Du jamais vu, c’est incroyable !

    Une assurance agricole reste à priori, dans cette proposition, un service financier offert dans le compte d’exploitation des ménages agricoles producteurs…or, le problème récurrent dans le système de production actuel, c’est une hypothétique relance de la production agricole chez le paysannat même ! Quelle délire en somme !

    Ici, le problème majeur en amont de la production, c’est le foncier, les intrants (semences et engrais, la protection des cultures…), l’irrigation, et les infrastructures de transformation et de connectivité…

    De délires en délires et de connerie en connerie dans la politique étatique en somme, la méconnaissance réelle de la situation est ici notoire !

    Qui oserait sécuriser la rentabilité d’une petite exploitation maximale de 2 hectares en contractant une assurance agricole alors que le système agraire reste encore réduit à une forte diversification afin de maintenir des stratégies anti-risque par rapport à des aléas divers liés à l’environnement de la production allant de la faiblesse du capital physique, du capital financier, de pression naturelle faute de maîtrise de ressources (eau, maladies, ravageurs, gestion de fertilité…)

    Ici encore la contamination de l’esprit est visible…étant un ancien de l’IFC, l’actuel gouverneur de la BCM avec ses inepties dans l’autre article…et le ministre dans son incapacité notoire à concevoir une politique agricole apte à faire une relance pragmatique de l’agriculture familiale…dans un pays où 81 % de la population habite en milieu rural et où plus de 70 % vive de l’Agriculture…

    Quand on est incapable, le mieux à faire, c’est de quitter et partir au lieu de s’accrocher et rester en place…comme disait Aznavour…il faut savoir, quitter la table…sans avoir l’air pitoyable !

  • 12 mai à 13:11 | lé kopé (#10607)

    C’est toujours le même système , sous couvert d’une initiative honnête, et pleine de bonne volonté , qui ne profite qu’aux riches , et ...aux Apparatchiks. De la poudre aux yeux pour endormir la plèbe ,et les indigents . Dormez tranquille , l’Etat travaille pour vous .

    • 12 mai à 16:52 | Stomato (#3476) répond à lé kopé

      >>Dormez tranquille , l’Etat travaille pour vous .<<

      En êtes vous sûr ?
      Ce pourrait plutôt être : Dormez tranquille , l’Etat travaille contre vous .
      En multipliant les impôts que vous devrez payer avant même d’avoir gagné de l’argent...

  • 14 mai à 09:51 | plus qu’hier et moins que demain (#6149)

    Assalaamo alaikoum

    Eid-ul-fitr moubarak à tous les musulmans et Bonne fête de l’Ascension aux chrétiens.

    Les petits agriculteurs malgaches ont plus besoins d’un fonds de stabilisation des prix de leurs produits que d’une assurance n’est-ce pas ?
    Généralement un système d’assurance est rentable pour l’assureur si ce dernier arrive à assurer plusieurs individus (collecter plusieurs primes) contre un minimum de sinistre (aléas climatique dans une culture agricole obéissant aux calendriers culturaux tenant compte du premier ) n’est-ce pas ? Comme d’habitude c’est du vol légalisé n’est-ce pas ?
    Pourquoi n’assure-t-elle pas les vols sur pied dans la culture de la vanille si les assureurs veulent vraiment aider les producteurs ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS