Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 24 octobre 2021
Antananarivo | 06h00
 

Sport

Le sport

Une affaire d’Etat

vendredi 27 juin 2008 | Rata

L’espoir renaît dans le milieu sportif Malagasy ! Le président de la République, lors de son allocution à la Nation dans le cadre de la célébration de l’Indépendance malgache, persiste à dire que « le sport figure parmi les priorités de l’Etat ». Une affaire d’Etat en quelque sorte. Une manière pour lui de confirmer ce qu’il avait déjà annoncé à l’endroit des athlètes à la veille des Jeux des îles 2007 et de conforter les propos de son ministre des Sports, Jean Louis Robinson. Mieux, Marc Ravalomanana a donné un aperçu de son programme de développement du sport qui repose sur trois axes. La construction ou la réhabilitation des infrastructures sportives, l’appui aux dirigeants sportifs et le soutien financier et/ou matériel du milieu. « Il ne faut plus que Madagascar traîne dans la queue du peloton et n’enregistre que des déconvenues », a martelé le président de la République. Et à lui d’ajouter que « le sport est la vitrine d’une nation ».

Saint Thomas

Ce n’est pas la première fois que le président Ravalomanana manifeste sa volonté de développer le sport en général, et le football en particulier. En 2002, en faisant allusion à la participation du Sénégal à la phase finale de la Coupe du monde, il avait déclaré que « s’il y est parvenu, pourquoi pas nous ? ». Deux années plus tard, il revient à la charge aux J.O. d’Athènes. Mais depuis, c’est le black out total. Et il a fallu la débâcle prévisible, sous ses yeux, des Barea de Madagascar à domicile face aux Eléphants de la Côte d’Ivoire pour que le Président s’intéresse de nouveau au sport. Le limogeage du technicien de l’époque, le Français Jean Paul Rossignol, et l’arrivée de l’Allemand Franz Gerber, témoignent de ce réveil de la présidence Malagasy. Entre temps, l’Etat s’est cantonné dans des actions ponctuelles.

Après cette déclaration, toutes ces gesticulations sans lendemain ne seront plus de mise. Tout le monde est sur le starting-block, mais certains doutent encore en se rappelant de la phrase de l’apôtre Thomas, « Je ne crois que ce que je vois ».

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS