Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 15 juin 2021
Antananarivo | 16h39
 

Divers

Descente des étudiants dans la rue à Antsiranana

Un mort et des blessés

jeudi 29 avril 2010

Ce mardi 27 avril 2010, les étudiants de l’Université d’Antsiranana sont descendus dans la rue parce que, de leur point de vue, les promesses faites à leur endroit par rapport à leurs revendications n’ont pas été tenues. Lors de leur marche, ces étudiants se sont trouvés en face des éléments des forces de l’ordre qui les ont empêchés de poursuivre leur marche. Jets de pierre et coups de fusil ont fait parler d’eux et c’est ainsi qu’un étudiant de l’université d’Antsiranana a trouvé la mort.

Le lendemain, mercredi 28 avril 2010, la confusion a continué. Le cortège funèbre de cet étudiant mort la veille, a traversé sans encombre une partie de la ville. C’est lorsqu’il a emprunté la rue du devant le site du FIP qu’il a essuyé les assauts aux fusils des forces de l’ordre. Six personnes ont été blessées. Deux sont gravement blessés.

Des sources privées indiquent que ces deux blessés sont dans un état très grave. Blessées à la tête, ces deux personnes sont entre la vie et la mort à l’hôpital d’Antsiranana. Le ministre de la HAT, en charge de l’Enseignement supérieur, intervenant pourtant à la radio nationale dans la nuit de ce mercredi 28 avril, dément. Le ministre de l’Enseignement supérieur, Tongavelo Athanase, a déclaré qu’aucun des blessés n’est étudiant à l’université d’Antsiranana. Il admet cependant qu’il y a deux blessés dans un état critique car ils ont reçu des balles dans les membres inférieurs et supérieurs.

Craignant des émeutes sans doute, une délégation gouvernementale conduite par le vice président de la HAT, Patrick Mounibou, et le ministre de l’Enseignement supérieur est arrivé à Antsiranana pour appeler à l’apaisement et présenter les condoléances auprès des familles de l’étudiant décédé. Dans leur déclaration à la radio nationale, ces deux responsables n’ont pas manqué de dénoncer les manœuvres politiques politiciennes qu’ils croient trouver derrière ces mouvements ou ces malheureux événements. Le président de la Commission sécurité et défense de la HAT, Alain Ramaroson lui aussi, intervenant à la radio nationale n’a pu s’empêcher de pointer du doigt des manœuvres de déstabilisation dans ce qui se produit à Antsiranana. Il a lancé un appel au calme et à la paix sociale en ce moment crucial que traverse le pays.

Recueilli par Valis

7 commentaires

Vos commentaires

  • 29 avril 2010 à 09:20 | nawack (#3945)

    Oui c’est la faute aux autres, des manœuvres dilatoires de politiciens derrière ! donc, normal si ils crèvent, pas de notre faute hein, faut pas nous en vouloir, nous appliquons la loi !

  • 29 avril 2010 à 14:26 | niry (#210)

    Tout ça pour noyer le poisson dans l’eau à chaque fois : à chaque manifestation de mécontentement : ils disent toujours que ce sont des manoeuvres politiques !! les promesses non tenues des paramédicaux, les promesses non tenues au SECES, les promesses non tenues aux étudiants, les promesses non tenues au 13 mai..
    Vous êtes pathétiques à la HAT, des loosers, vous n’avez jamais rien su faire de bien, et vous n’arriverez jamais à faire mieux que rien..A commencer par Ramaroson..Vous n’arriverez pas à mentir à tout le monde, tout le temps..

    Et pendant ce temps, les morts s’accumulent. Ca gronde, ca gronde, les familles en ont marre de votre incompétence et de vos condoléances sournoises !!!!!!

    • 30 avril 2010 à 11:36 | imrannh (#4147) répond à niry

      vous avez raison niry.
      il nous manipule tous.
      il nous monte les un contre les autres.

  • 29 avril 2010 à 16:34 | ianona (#169)

    MISEHO HO AZY FOANA NY MARINA

    Fantatra amin’izay izao fa ny HAT no tena MPAMONO OLONA :

    Tsy menatra ny manome baiko mitifitra .

    KA IZA IZANY NO NANOME BAIKO NAMONO OLONA TENY AMBOTSIROHITRA ??

  • 29 avril 2010 à 16:46 | Rakotoasitera Fidy (#2760)

    Mais que fait donc le lietina kolonely ? pourquoi il ne fout pas en prison tous ces mécréants ??

    A moins que ce ne soit lui qui ait donné l’ordre tirer dans le tas

    Mais quels maladroits : que deux morts et cinq blessés .. mais il fallait tous les massacrer bon sang !!!!!

  • 29 avril 2010 à 20:50 | SNUTILE (#1543)

    - Fallait-il vraiment un mort et des bléssés par balle ou crosse de fusil ?
    - Pas de bourses. Est-ce l’argent qui prime au lieu d’appeler l’aide des parents et des amis pour avoir de la nourriture ?
    - C’est pas aujourd’hui seulement que Madagascar meurt de faim ou se serre la ceinture alors que dans les champs ils doivent bien y avoir encore à manger, mais depuis la révolution 1976 ?
    Et maintenant que faire après tout. Quel bilan peut-en tirer Nos futurs ingénieurs de ce massacre populaire, pour le futur ?

  • 29 avril 2010 à 21:58 | SNUTILE (#1543)

    J’ajoute
    L’express de Madagascar donne plus de détails. Condoléance à la famille jeune étudiant :
    - http://www.lexpressmada.com/display.php?p=display&id=35820

    A la lecture de cet article Madagascar a encore beaucoup à apprendre sur tout : quel retard en 2010 dans cette marche vers une démocratie ?

    L’argent prime sur les fruits de la terre. Hors c’est l’agriculture qui a fait les grandes nations pourqoi s’attaquer aux paysans et pourquoi tuer un jeune d’avenir qui ne sait même^pas ce qu’il fait ?
    - Messieurs les députés c’est à vous de donner les explications et les préventions à ces débordements, il ne suffit pas d’être élu. Expliquer leur d’où provient une bourse scolaire ? puisqu’on parle d’argent quel fruit du PIB, PNB, des gestions, des répartitions, etc..?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS