Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 15 juin 2021
Antananarivo | 16h39
 

Divers

MADAGASCAR

Un journaliste inquiété pour une enquête sur du braconnage

vendredi 25 juin 2010

Reporters sans frontières s’inquiète de la mise en examen, pour « diffamation par voie de presse, injures et diffusion de fausses nouvelles », du journaliste de la radio Mandomba an’i Melaky, Alphonse Afakandro. La gendarmerie de Maintirano (Ouest) a porté plainte contre le journaliste suite à la diffusion d’un reportage relatant les agissements de gendarmes locaux contre des pêcheurs de tortues de mer.

Arrêté le 10 juin 2010 par les forces de l’ordre, le journaliste a été auditionné le jour-même par le procureur de la République qui a ordonné sa remise en liberté provisoire jusqu’à la tenue de son procès le 27 juin prochain.

« Nous déplorons l’arrestation de ce journaliste qui n’a fait que dénoncer une pratique courante sur l’île : la complaisance des gendarmes face au braconnage des tortues, une espèce pourtant protégée. Cette affaire est symptomatique des difficultés qu’ont les journalistes pour rendre compte de la corruption des autorités locales et des atteintes à la nature et à l’environnement. Elle révèle aussi une face cachée de la presse malgache ; loin d’Antananarivo, les journalistes établis en province sont également inquiétés. Nous attendons du procès du journaliste qu’il aboutisse à l’acquittement de ce dernier », a déclaré l’organisation.

Selon le quotidien La Vérité, le journaliste a été arrêté « par une douzaine de policiers et de gendarmes, armés de kalachnikovs et de pistolets automatiques [...] Les hommes en treillis n’ont pas montré de convocation et encore moins de mandat d’arrêt ». Le journaliste venait de diffuser un reportage affirmant que des gendarmes avaient saisi des tortues de mer capturées par des pêcheurs de la localité et étaient repartis avec les espèces protégées. Les pêcheurs indiquaient que les gendarmes n’avaient jamais remis les tortues de mer à l’administration maritime, mais les avaient conservées pour les consommer.

En régions, à Madagascar, les correspondants de la radio et de la télévision nationale reçoivent régulièrement des menaces de la part des autorités locales dès qu’une information déplaît à ces dernières.

Les radios privées ne sont pas en reste. À Miandrivazo (Ouest), elles n’osent plus faire de revues de presse ni accueillir des invités de peur de subir les foudres des autorités locales. À Antanifotsy (Centre), les informations de la radio Vary sy Rano sont censurées depuis décembre 2009 par le chef de district, qui juge cette station privée critique vis-à-vis des autorités locales.

Reporters sans frontières a publié, le 3 juin 2010, un rapport intitulé « Des enquêtes à hauts risques : Déforestation et pollutions », rendant compte de l’augmentation des exactions à l’égard des journalistes qui s’intéressent aux dégradations de l’environnement. Téléchargez le rapport :http://fr.rsf.org/rapport-environnement-journalistes-deforestation-03-06-2010,37650.html
— -

Ambroise PIERRE
Bureau Afrique / Africa Desk

6 commentaires

Vos commentaires

  • 25 juin 2010 à 08:25 | BRUNEAU (#3303)

    MAINTIRANO - UN JOURNALISTE ARRÊTÉ

    Notre confrère, Alphonse Afakandro, de la radio « Mandomba an’i Melaky » a été arrêté hier suite à ses reportages sur les agissements des Gendarmes à l’encontre des pêcheurs de tortues de mer.
    Les hommes en uniforme ont porté plainte contre ce journaliste, mais il a bénéficié d’une liberté provisoire après son déferrement au Tribunal de première instance de Maintirano.
    Avec son franc - parler, ce journaliste est indésirable dans sa propre Région après avoir dénoncé l’existence d’un réseau mafieux dans lequel certains responsables sont impliqués.
    suite http://info-premier.blog4ever.com/blog/lire-article-414508-1803406-maintirano___un_journaliste_arrete.html

    • 25 juin 2010 à 09:12 | Bena (#2721) répond à BRUNEAU

      arrêter les journalistes et tout le monde avec violence et sans aucun mandat, c’est la méthode faty/fis de p.

      depuis la suspension de la constitution, la faty fait ce qu’elle veut, et cela fait des émules partout dans le pays.

      comme ce pays est bourré de collabos (comme la france en 1940), tout semble NORMAL.

    • 25 juin 2010 à 17:27 | esquimau (#497) répond à Bena

      Cher Monsieur.
      Vous avez surement raison ce n’est pas juste d’ interpeller des journalistes qui font leur métier afin d’informer sur les méthodes de certains gendarmes irresponsables les tortues de mer sont des espèces protégées. Les gendarmes et les personnes impliquées dans ce trafic devraient penser à leurs enfants un jour viendra ou l’espèce aura totalement disparue alors que feront ils ?
      Maintenant je ne sais pas si votre Pays est bourré de collabos mais si c’est le cas il faut les mettre dehors.

      Cordialement

  • 26 juin 2010 à 17:04 | Albatros (#234)

    Juste une petite question : La gendarmerie a-t-elle porté plainte pour fausse information ou pour divulgation de secrets concernant des agissements démontrant qu’i n’y avait pas de changement à Madagascar depuis mars 2009 pour les "forces de l’ordre" de Basile ?.

  • 27 juin 2010 à 10:53 | goba001 (#1662)

    Na iza na iza manao zavatra tsy mety, dia tokony ho saziana daholo, na iza na iza io olna io....na POLISY, Miaramila na Zandary azy.
    Ny tenako aloha, dia tsoriko eto, fa raha mahita abus de pouvoir ataon`ny mpitandron`ny filaminana izany, dia tsy h9isalasala ahy hitory, quitte a perdre du temps ou voir des menaces.
    Rehefa tsy mety ny fihetsikin`ny polisy na zandary ireny, aza misalasala mi-filmer dia manangona preuve, avy eo, ento any @ avocat na any ami`ny service de presse ao antanaanrivo. Izay polisy miseo azy mafy tonga dia anaovana plainte fa tsisy mirarahy an`izay fa aleo samy hirefotra eto fa izaho anga moa mifezaka.

  • 28 juin 2010 à 11:20 | kakilay (#2022)

    Nous jurons de ne plus critiquer toute autorité en place pour louer de toutes nos forces et kalachnikovs la mission civilisatrice et démocratique de notre imberbe jeune ancien ntaolo suprême de la révolution orange...

    Pour prouver notre bonne foi, nous jurons au nom de la sacro-sainte parole du plus grand des tgvistes.

    Que Dieu nous accorde sa confiance... Du peuple, on n’en a rien à foutre...

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS