Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 5 juin 2020
Antananarivo | 02h52
 

Santé

Santé publique

Un hôpital specialisé en greffe d’organes sera mis en place à Madagascar

vendredi 10 janvier | Fano Rasolo

Un hôpital consacré aux transplantations d’organes sera bientôt implanté à Madagascar, selon une décision prise en conseil des ministres, mercredi, à Iavoloha.

Un comité incluant des entités juridiques, sociales, scientifiques et des professionnels en éthique médicale et sociale est actuellement en train d’élaborer un projet de loi afférent à ce mode de traitement, selon le ministre de santé publique, le Pr Julio Rakotonirina. Le projet de loi sera présenté au ministère de la santé publique qui le soumettra au conseil de Gouvernement. Ensuite, il passera au niveau du Conseil des ministres et sera soumis au vote de l’Assemblée nationale et du Sénat. L’implantation de cet hôpital sera prévue pour 2023, les spécialistes en la matière seraient déjà prêts d’après le ministre.

« Il s’agit d’un hôpital spécialisé qui permettra de pratiquer des greffes d’organes dans notre pays. Un grand nombre de malades nécessitant une transplantation d’organe sont contraints d’aller à l’extérieur, le remplacement d’un organe abîmé, comme le foie ou les reins, ne pouvant pas se pratiquer chez nous. Or le coût d’une évacuation sanitaire est très élevé », explique le ministre.

En tout cas, ce nouveau projet de loi risque d’alimenter une fois de plus les folles rumeurs sur les vols d’organes dans le pays. Mais le ministre rassure : « Avant toute greffe, il y a des conditions médicales, chirurgicales et biologiques à considérer. Le trafic d’organes est impossible à Madagascar, à cause de la complexité des conditions de conservation. Il faut aussi faire des examens préliminaires pour connaître si l’organe est compatible au receveur, car il y a le phénomène de rejet. »

« Beaucoup de conditions sont à remplir avant de pouvoir réaliser cette prouesse médicale. Il y a des considérations sociales, morales et d’ordre médical à observer. Par exemple, un individu pourra-t-il ou non accepter de donner son organe », poursuit le Pr Julio Rakotonirina.

Lors de ce dernier conseil de ministre, la réhabilitation des infrastructures des hôpitaux publiques de la capitale et la dotation en équipements médicaux dans les services d’urgence ont été évoquées.

61 commentaires

Vos commentaires

  • 10 janvier à 09:24 | manga (#6995)

    Tovonana indray ny hôpitaly manara-penitra : velirano fahafiry ?

    • 10 janvier à 09:25 | manga (#6995) répond à manga

      Faha 13 ho an’izay tsy mahalala...

    • 10 janvier à 11:49 | saint-augustin (#9524) répond à manga

      C’est commenter pour commenter, c’est misérable.

    • 10 janvier à 12:08 | Vohitra (#7654) répond à manga

      Face à la réalité et le contexte troublant, le « saint » a fini sa mutation en esprit démoniaque…

    • 16 janvier à 10:05 | rawera (#10329) répond à manga

      Salama daholo e.
      TSARA BE FA RATSY
      Tsara satria miendrika fandrosoana.
      Ratsy ary tena ratsybe satria milaza ny hiaraha-mahita aho e. Tsorina e, fa ny fitaovana farany izay bitika ilaina amin’ny andavan’andro aza hifampitadiavana, raha ara-pahasalamana no asian-dresaka, torak’izany koa ny fanafody. Ny areti-po izao no hitako mirongatra kanefa ….mba efa hitanareo ve ny zava misy ao amin’ny HJRA na Befelatanana. Mampandositra ny dokotera mihitsy aza. TSY MISY ANIE E. Dia aleon-dry zalahy, mivatsy, miatotena, mividy ho an’ny tena na lafobe toy ny inona aza satria tsy mahafatiantoka velively, dia manao ny azy any antrano, ary tena volaben’ny mpakafo mihitsy. Mazava ho azy fa natao ho an’ny olona tsy sahirana arabola.
      Ny hoe AZA MARARY IHANY E FA TSY MAINTSY MATY, "INCONTOURNABLE" hoy ny vazaha. Izany foana no mahatonga anay hiteny hoe : FA INONA ANIE NY TENA PRIORITES ETO E. NY TRANO VE SA NY FIANARANA VE SA NY LALANA VE SA NY FAHASALAM’NY VAHOAKA VE SA NY SOSIALIMBAHOAKA ? Tena samy maika ireo fa ataovy ny safidy e. Izahay aloha dia NY SOSIALIMBAHOAKA, NY FITSABOANA ARY NY FAMPIANARANA.
      Diso ve izahay raha miteny hoe toa lasa fisehosehoana fotsiny ity IEM ity. Sanatria tsy fanarabiana na fanaratsiana fa hitamaso hita poko hitapirenena ny zava misy, dia copain copain ny ady eo. Jereo anie e !
      Misaotra Tompoko
      Mahereza ry Namako o

  • 10 janvier à 09:59 | lysnorine (#9752)

    Remarque :
    « Un hôpital [PRIVÉ, À BUT LUCRATIF, PROBABLEMENT DOMINÉ PAR DES INTÉRÊTS ÉTRANGERS] consacré aux transplantations d’organes sera bientôt implanté à Madagascar...

    « L’implantation de cet hôpital sera prévue pour 2023, les spécialistes en la matière [NON MALAGASY à côté des « mercenaires » nationaux ! ]seraient déjà prêts d’après le ministre.

    Le professeur ministre de la Santé PUBLIQUE ignore les VRAIES PRIORITÉS en matière de Santé PUBLIQUE comme celle évoquée dans : « Tendance à la hausse des cas de PALUDISME
    mardi 7 janvier 2020 », https://www.madagascar-tribune.com/Tendance-a-la-hausse-des-cas-de-paludisme.html

    « 43 000 cas confirmés de paludisme ont été communiqués par cent douze (112) districts pendant les semaines 40 à 44 de l’année 2019, c’est-à-dire DÈS LE DÉBUT DU MOIS D’OCTOBRE JUSQU’AU DÉBUT DU MOIS DE NOVEMBRE, selon le bilan du ministère de la Santé publique. »

    • 10 janvier à 10:11 | elena (#3066) répond à lysnorine

      Effectivement, on a le temps de mourir du palu, de la peste et du choléra avant de se faire greffer un organe. Encore un truc pour les pauvres, ça !

    • 10 janvier à 13:31 | bekily (#9403) répond à lysnorine

      complètement d’accord ,
      les priorités malgaches s’appellent = PALUDISME, PESTE, HYGIENE, malnutrition, NATALITE DEBRIDEE ....
      La transplantation est une cause de "BUSINESS" de bmédecins véreux , pour des étrangers avec des organes arrachés CRAPULEUSEMENT SUR LES MISEREUX MALGACHES ....comme cela se fait en INDE !!!!
      attention aux DISPARITIONS NON EXPLIQUEES chez les pauvres !!!

    • 10 janvier à 13:31 | bekily (#9403) répond à lysnorine

      complètement d’accord ,
      les priorités malgaches s’appellent = PALUDISME, PESTE, HYGIENE, malnutrition, NATALITE DEBRIDEE ....
      La transplantation est une cause de "BUSINESS" de bmédecins véreux , pour des étrangers avec des organes arrachés CRAPULEUSEMENT SUR LES MISEREUX MALGACHES ....comme cela se fait en INDE !!!!
      attention aux DISPARITIONS NON EXPLIQUEES chez les pauvres !!!

  • 10 janvier à 11:26 | ratiarison (#10248)

    Ny FAHANTRANA MBOLA manerana any MADAGASIKARA ny PALU***MBOLA mandripaka aaaany ANTSIMO**** DIA AM- pandrevena @ny revin-drongony indray iel faha 13***Alefa ry Andry DJ à ??

  • 10 janvier à 11:27 | ratiarison (#10248)

    Ny FAHANTRANA MBOLA manerana any MADAGASIKARA ny PALU***MBOLA mandripaka aaaany ANTSIMO**** DIA AM- pandrevena @ny revin-drongony indray iel faha 13***Alefa ry Andry DJ à ??

  • 10 janvier à 11:30 | Mike Andriantsoa Mic Mec (#10716)

    Mankasitraka an’ Atoa Filoham-pirenena Andry Rajoelina sy Atoa Praiminisitra lehiben’ny Governemanta Ntsay Christian sy ireo tompon’andraikitra isan’ ambaratongany voakasik’ izany toan’Atoa Minisitry ny fahasalamana Pr Julio Rakotonirina @ firosoana @ fanatanterahina izao Veliranon’ny sehatra ara- pahasalaman’ny Vahoaka Malagasy tsivakivolo izao satria tokoa dia ny fahasalamana no voalohankarena ary tena mahatsiaro manana Raiamandreny andry iankinana izahay Vahoaka Malagasy manana anareo ireo koa misaotra tompoko.

    • 10 janvier à 11:54 | ratiarison (#10248) répond à Mike Andriantsoa Mic Mec

      INtony tokoa no tena bandy foza-orana ny ao @ny ati-dohany+ny ROGONY BE LAOTRA Na koa tena vady keliny i DJ***MAHEREZA RY LETY fa ANTANANARIVOefa lasa VENISE+MIAMI ihany FAVY n’y revin’IAHALAHY***MAZAVÀ E ??

  • 10 janvier à 11:46 | FINENGO (#7901)

    C’est un leurre ou une réalité ??????????
    Si c’est un leurre ça ne surprendra personne.
    Mais si c’est une réalité, que ce Monsieur le Professeur Julio Rakotonirina se met devant la réalité du Pays.
    Une toute Petite et simple question : Comment pourra t’on assurer le bon déroulement d’une greffe d’organe avec la situation de la JIRAMA ?
    On va me répondre : Des Groupes électrogènes conséquents.
    Et je réponds : Des Groupes électrogènes de bonne qualité de 100KVA minimum et bien entretenus.

    En somme je m’arrête là.
    Vu la complexité de la mise en oeuvre d’un tel service et connaissant la capacité de l’ Etat Malgache a ne pouvoir résoudre les petits problèmes du quotidien des Malgaches, ne serait ce que le soin médical de base, et que les 99,99% des hôpitaux ne sont que des mouroir, on se demande si les Gouvernants de ce ¨Pays ne marcheraient pas sur la tête.

    • 10 janvier à 12:06 | ANTICASTE (#10704) répond à FINENGO

      Finengo ,
      Ce serait possible si ce ramassis d’abrutis de la caste mettaient en priorité le secteur de la santé contre les salaires de centaines de généraux et d’officiers supérieures qui ne servent qu’a les protéger !
      Je ne parles pas non plus des ponctions sauvages dans le trésor Malgaches au profit d’une minorité !
      Faut voir les différences d’affectation des dépenses dans le budget de Madagascar à partir de la prise de pouvoir de Ratsiraka !
      Tout était préparé d’avance ,c’était un plan mûris par tous les ancien collabos des Français !
      Le pognon ,il le voulait pour eux seul ,il ont réussit pour le malheur de ce pays

    • 10 janvier à 13:18 | kartell (#8302) répond à FINENGO

      L’état bling-bling est en train de vivre son apogée dans une société où dans certains hôpitaux de province, il faut fournir le stylo pour que l’aide-soignant note la température du malade après avoir été sommé d’aller acheter le thermomètre !...
      Avec une médecine du quotidien défaillante, souvent inexpérimentée,on vient nous servir dans une certaine forme de frime la création d’une clinique pour transplantation !..
      Qui va financer ce petit bijou ?..
      Qui pourra accéder à ces transplantations coûteuses par définition ?...
      D’ou proviendront les transplants du local ?,j’en doute et alors de prisonniers chinois peut-être ?....
      D’autant que l’existence d’une telle clinique ne pourra à l’avenir qu’empiler les rumeurs lyncheuses vécues hier à Nosy-Be et aussi ailleurs !.
      Qui seront les clients de cette clinique pas comme les autres ? : certainement pas la classe dirigeante et ses ayants-droit qui privilégieront toujours le soin à andafy, alors qui ?...
      Cette clinique devra-t-elle à chaque fois, attendre une cagnotte des réseaux sociaux pour opérer ?.
      Le deuxième point important est médicinal : pour que cette clinique soit viable au niveau technique, il faudra qu’elle puisse faire des transplantations très régulièrement ce que l’on peut douter aujourd’hui....
      Au delà de cette annonce de pure forme, de nombreuses questions restent sans réponse et si le sommet du corps médical se lance dans de telles initiatives de com, on peut se poser la question de ceux qui sont à l’origine d’une pareille opération !....
      Vous avez comme moi, certainement une petite idée ....

  • 10 janvier à 11:47 | Vohitra (#7654)

    Miarahaba Tompoko,

    Fa angaha efa manomboka sahady indray ny fampielezankevitra mikasika ny fifidianana amin’ny 2023 ?

    Izy ity izany raha tomorina akaiky dia toa tsy miresaka velively hoe “hopitalimpanjakana” handraisana sy hitsaboana ny Malagasy tsy vakivolo amin’ny sandany takatry ny sahirana, heverina izany izy ity fa toerampitsaboana tsy miankina mampidibola natao hahazoana tombony, sanatriavina kosa ve dia hoe hahazoana tombombarotra, ary tsy nambara hoe aiza izy ity no haorina, mety efa misy sy miasa ary mitsangana izy ity fa ilaina fanavaozana sy fametrahana fitaovana arifomba, ary matoa ny minisitra no miresaka azy dia ny fanjakana no tompomarika momba izany…

    Ary angamba mety ilay hopitaly goavana manarapenitra sy manaraka ny fomba fiasa sy fanao etsy Ilafy ve ?

    Miainga any indray ary ve ny 3P, fiaraha-mientana eo amin’ny fanjakana sy ny tsy miankina ?

    Sao kosa dia ny fanavotana ny ain’ireo menavava sy ny zaza latsaky ny dimy taona iharan’ny tsy fanjariantsakafo lalimpaka miantra aman’aina aloha no mahamaika e ?

    Sao dia mba ny hitsinjovana ny ain’ny olondehibe velona mitsipozipozy vesaran’ny aretina mandripaka ny maro eny antsaha aloha no tokony atao lahatampahamehana e ?

    Ho ataonao inona izay 2023 any fa izao aloha ny ain’ny vahoaka no tandindomindoza e, ny asanao izao 2020 izao mbola betsaka sy mavesatra koa ny 2023 sahady no resahanao ! mety firy amin’ny vahoaka no efa ripaka amin’izany 2023 izany raha izao no mitohy e !

    Mankasitraka Tompoko o

    • 10 janvier à 12:07 | ratiarison (#10248) répond à Vohitra

      IZAO aloha angamba no IZY ra-VOHITRA o ? Tsy ferana @ny REVINY : Messie LE PROFESERA****akory hatao fa TSY Ho ELA dia Ho FENO MANARAM-PENITRA i MADAGASIKARA TSIKA****IZY IZAO NO eo dia avelao AN-DREVY HO HITAN’NY HAVANY EO ???? Samy tsara LEROA

    • 10 janvier à 12:16 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Salama Ratiarison a,

      Ny vola nanjavona efa napoakan’i Berthin sy ny tariny nampididoza teto mikasika ny kitrotro tsy hita izay natao hamerenana azy, dia izao rediredy tsy misy farany izao no atao...

      Tokony mikaroka sy mitady izay hamerenana ilay vola 618.000.000 MGA sy ilay 1,5 tapitrisa dolara dia izay i lery vao tokony hiresaka fa mandrebireby ny vahoaka efa sahirana eto...

      Ity rano maloto feno tay efa miakatra ity tsinjovina izay tsy hiparitahan’ny valana’aretina ramose profesora a !

    • 10 janvier à 12:45 | saint-augustin (#9524) répond à Vohitra

      Bonjour Vohitra,Je vois qu’il y a solidarité entre vous !
      Commenter que pour commenter ne fera pas avancer notre pays.Je voudrais des commentaires qui font débat mais pas tirer sur ce qui bouge et sembler avoir des avis sur tout ,même sans avis.
      Vous serez d’accord si cela vous arrive que l’état ne vous octroie pas l’Evacuation Sanitaire
      parce que le coût peut lutter contre la pauvreté et contre le paludisme ?
      Nous avons des médecins compétents et même travailler avec des médecins étrangers pour quoi pas ?L’ Allemagne il y a quelques temps encore travaillait avec la ville de CHICAGO et LONDRES pour leur Transplantation.

    • 10 janvier à 14:28 | Isandra (#7070) répond à Vohitra

      Vohitra,

      Tsotra ilay resaka, izay tian’io izy no lanim-bahoaka.

      Ilay zavatra raha teo tsy ratsy no tsy mankany ampaosiny ny vola, fa hanasoavana vahoaka.

      Raha te hampiatra izay ao antsainareo, milatsaha hofidina amin’ny manaraka eh, miatrika vahoaka.

    • 10 janvier à 15:22 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Ramatoabe ketraka ara-tsaina,

      Rehefa sahirana ny Firenena, dia ilaina ny fahaizana mitsinjara sy mampiasa ny volambahoaka ka dia :

      - hatao vaindohan-draharaha aloha izay tena hita fa maika sy laharampahamehana

      - izay hita fa misy fiantraikany mivantana any amin ny maroanisa ao anatin ny fohy ezaka sy antonony no imasoana.

      Tsy haitraitra na sitrapo no handaniana ny herimpon ny vahoaka izay efa tena mitofezaky ny fahantrana sy ny fahasahiranana, ary tadidio fa herimpon ny vahoaka ny volampanjakana fa tsy hoe volan ny anadahindrenin Isandra akory.

      Tsy ny saina ketraka vokatry ny hagegena mihintsy akory no hahatsinjo fa ny fitantanana mahomby sy matotra no mitondra any amin ny fivoarana.

      Olona sembana ara tsaina ihany no hahavita hilaza izany hoe " izay tian io " izany ao anaty fahasahiranana...

    • 10 janvier à 15:35 | Isandra (#7070) répond à Vohitra

      Vohitra,

      - hatao vaindohan-draharaha aloha izay tena hita fa maika sy laharampahamehana
      - izay hita fa misy fiantraikany mivantana any amin ny maroanisa ao anatin ny fohy ezaka sy antonony no imasoana.

      Samy manana ny famaritany an’ireo io,...Noheverin’ny fitondrana fa maika sy laharampahamehana koa io, mba hampihenana ny fahafatesan’ny classe moyenne, izay classe ten mpamokatra.

      Fa mba miatreha vahoaka, dia ampiharo izay famaritanareo ny laharampahamehana anareo any.

    • 10 janvier à 16:57 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      « …mba hampihenana ny fahafatesan’ny classe moyenne, izay classe ten mpamokatra. » hoy ny rediredy mahavalalanona ataon’ny efa vaky henatra.

      Fa mba firy isanjato amin’ny tahan’ny mponina Malagasy izany lazainy fa saranga antenantenany izany amin’izao zavamisy izao ?

      Ny 77.6 % ny Malagasy izao no tena mahantra sy fadiranovana, ary ny 92 % no mivelona amin’ny fidirambola latsaky ny 2 dolara isanandro…

      Mazava tsara ary izany izao fa ny fanomezana fahafahampo ny 8 % no mahamaika ny sasany, efa mahatsapa angamba izy vitsy an’isa mpambotry Firenena sy mpampahory vahoaka ireo fa atsy ho atsy dia ho tratry ny ankivy ny fivoahan’izy ireo hivoaka hitsabo tena any ampita any, na koa mba hanafenana ny tombontsoa manokana sitrahan’izy ireo amin’ny fitavanana ny volambahoaka…

      Vao tsy ela ny antotanisa no namboraka fa 6 % monja amin’ny vahoaka Malagasy no misitraka ny aroriaka ara-tsosialy eto amin’ny Firenena…

      Moa tsy manomboka miharihary toa ny vay ankandrina ary ve izao fa atao anjorom-bala ny maroanisa fadiranovana hitsinjovana ny vitsy manankatao ?

      Tsy izao ve izany no antsoina hoe fitondrana miroso any amin’ny fanilihana sy fanavahana ankitsirano ny mponina ao aminy mahantra ?

    • 10 janvier à 18:20 | Isandra (#7070) répond à Vohitra

      Vohitra,

      Diso be mihintsy ianao amin’izany. Ny taux de pauvreté amin’ity taona ity 75%, raha arakan’ny BM. 

      Ny ataoko hoe classe moyenne, dia karazan’ireo ireo olona mameno ny plage-n’ny Mahajanga, foulpointe, Nosy be, Sainte marie, sns. Ireto aloha tsy manana statistique raikitra aho.

      Fa hafa kosa ireo mandeha any Maurice, Frantsa, Réunion, Chine, sns ireo angamba no 8%.

      Sady ity anie tsy hoe investissement be hoatran’ny avion force one eh ! Iray ihany aloha amin’ny voalohany.

    • 10 janvier à 19:07 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Indrisy !

      Efa entin’ny saina misavoritaka sy atidoha ivangongoan’ny lainga sy fitaka dia indro indray fa mamorona antotanisa terena hifanandrify amin’izay takatry ny sainy ianjadian’ny vesatry ny hagegena !

      Ny tarehimarika navoakan’ny maridrefy ofisialy farany, miainga amin’ny tatitra farany, amin’ny fomba ofisialy io navoaka io, dia 77.6 %, dia entina indray ny tombatombana 75 % ampitahaina amin’ny maridrefy…

      Dia tsy vitan’izay, fa ohatrany hoe mirehereha ve ity ketraka ara-tsaina ity amin’izany taha 75 % ny mponina Malagasy mahantra sy fadiranovana izany !!!

      Dia milaza indray ity ketraka ity fa saranga antonony hono no afaka hanao fialantsasatra any Nossibe, Sainte-Marie, Foulpointe…

      Dia tsy tahotra tsy henatra indray koa dia mamorona saranga vaovao mifanaraka amin’ny hagegeny tsotra izao mba hanafenana tsy hilazana fa ireo saranga manankatao 8 % sisa ihany anie ireto afaka manao fialantsasatra sy fialamboly lafovidy ireto e…

      Tena olona mirediredy tsy misy farany mihintsy, efa zoma indray ny andro ity, ilay antsoiny mazana hoe zoma magnifique firobohany sy ny zanak’atidohany ao anaty dzama sy vodka…handravahany ny takariva amin’ny fomba hafa manavanana azy…

    • 10 janvier à 19:35 | Isandra (#7070) répond à Vohitra

      Vohitra,
      Tsy statistiques babanao io ka izay tianao tenenina no izy.

      Tsy hoe rehefa atao lava ny lela arahana ompa dia manana ny marina izay. Ianareo no ketrakan’ny fikarohana hevitra hanilihana an-dRajoelina any, kanefa tsy mahomby any.

      Ity ny statistiques farany raha tsy mahay :https://www.banquemondiale.org/fr/country/madagascar/overview

    • 10 janvier à 20:00 | Vohitra (#7654) répond à Vohitra

      Efa kôndrana sy mitôkitôky mihintsy ity ramatoa ondrakondrafana iray ity…

      Io ambony io aho milaza hoe « maridrefy, fandrefesana, tatitra ofisialy », izay nambaran’ny Banky iraisampirenena fa tamin’ny taona 2012 no nisy farany, ary vao afak’omaly no nambara fa hanao indray ny fandrefesana vaovao mikasika ny fahantrana sy ny tahan’ny fahantrana izy ireo miaraka amin’ny INSTAT amin’ilay famatsiambola 2 tapitrisa dolara…

      Ary tsy mitovy mihintsy ny fandrefesana ny harinkarena faobe sy ny fahantrana, iry voalohany dia misy rakitra sy tahiry ary fandrefesana ara-tarehimarika mivoatra azo jerena isantaona ny rohy sy fivoarany…

      Ajanony izy io rehefa tsy zaka fa aza mirediredy eo, samihafa ny tombana sy fandrefesana, ankehitriny, efa roa taona aza no nanaovana ny fandrefesana mbola tsy mivoaka ny tarehimarika ofisialy momba ny isan’ny mponina…

  • 10 janvier à 12:18 | ANTICASTE (#10704)

    Pour un hopital spécialisé dans les greffes d’organes ,il faut de la matière première !
    Avec la mentalité esclavagiste de la caste dirigeante ,nous comprenons facilement ou ils vont prélever ces organes !
    Voila nous comprenons tous cela ,attirer les riches étrangers et leurs fournir de bons organes de gens mort jeune (pas forcément naturellement ) !
    Aprés le golf voila la chirurgie pour milliardaire ,le secteur agricole ou de la pêche ou même des mines ,ils s’en foutent complètement !
    Va falloir suivre les cadavres surtout ceux des prisonniers ou ceux mort de fusillade déclenchée par les militaires !

  • 10 janvier à 12:58 | Besorongola (#10635)

    C’est triste de constater qu’à Madagascar un malade d’insuffisant rénal n’a pas d’espoir faute de soin comme la dialyse ou la greffe . Dans les pays riches c’est une technique bien rôdeé comme opérer une appendicite mais la difficulté c’est le suivi post greffe … Un boîte de comprimés anti rejet coûte près de 200 euro et il en faut 2/jour à heure fixe à vie sinon il y a un risque de rejet . L’anti rejet a pour but de réduire la défense naturelle du greffé pour éviter que le corps considère le greffon comme un corps étranger et le rejette... ces médicaments à prendre à vie s’appellent immunosuppresseurs c’est à dire supprimer les immunité du corps du greffé..Une fois installé et si tout va bien, la durée de vie d’un greffon est de 15 à 20 ans et rarement plus et demande une hygiène de vie draconienne au greffé ( pas de sel pas de sucre pas de pamplemousse, ni orange amer ni grenade ni mille pertuis (infusion) ni carambole) et si le sujet est jeune on peut projeter une nouvelle greffe, l’âge limite en France c’est 75 ans et un peu plus si le malade est en bonne santé … La dialyse est la solution intermédiaire en entendant la greffe pour les insuffisants rénaux et en France une séance de dialyse coûte 250 euros et il en faut 3 séances par semaine . Faîtes le compte pour les Malgaches alors qu’en France c’est la Sécurité Sociale qui prend en charge tous les soins à 100%. A Madagascar comme les machines à dialyser sont des dons internationaux ils arrivent à peu près entre 100 et 200 euros selon l’établissement ( privé ou publique )… Le plus cher c’est chez Ravatomanga à Ilafy qui peut aller jusqu’à 600 euros la séance mais la qualité du service ressemble à celle donner en Europe mais même à ce prix là c’est exagéré à mon avis...Mais attention les consommables coûtent aussi chers comme les aiguilles et les dialysats ( produits à mettre dans la machine ) et heureusement les prix chinois sont imbattables et même les européens commandent ces consommables en Chine ( encore eux et toujours eux … Rajao avait raison de se rapprocher d’eux encore une fois ).
    J’ai confiance aux chirurgiens Gasy qui sont souvent formés en Europe et qui maîtrisent bien l’acte mais c’est au niveau du suivi post greffe qui m’inquiète ..çà coûte très cher . Souvent il faut un hélicoptère ou un jet rapide pour acheminer l’organe d’un point de prélèvement jusqu’à l’ hôpital ...il faut que le greffon soit plongé dans de l’Azote ( froid) pour le maintenir en bon état et un délai maximum de 4 heures est nécessaire .
    Tout çà nécessite une organisation énorme et plusieurs services devraient être mis en place … Pour le cas de Madagascar beaucoup de personnes nécessitent des soins mais les gens de la campagne sont rarement diagnostiqués et meurent sans savoir ce qu’il avaient comme maladie … les personnes diagnostiqués et en phase terminale ( les reins ou le foie ne fonctionne plus du tout) qui ont le moyen font de la dialyse pour les rénaux mais même les Gasy les plus riches ont du mal à payer et les autres attendent la mort .certains Malgaches font la dialyse lorsque ’ils ont un peu de moyen et leur état de santé se dégrade tous les jours Les saéances minimum de 3 fois/semaine sont nécessaire pour mener une vie normale. Ceux qui ont le moyen vont en Inde où la greffe coûte entre 30 et 40 milles euros mais une fois rentrés à Madagascar il faut un suivi avec les comprimés au quotidien qui coûtent hyper chers .
    C"est une bonne chose si ce projer se réalise parce que cela fait quand même un moment que les néphrologues Gasy ont envisagé ce projet et sous Rajao ( encore lui) le projet était sur son bureau mais pour la continuité de l’Etat comme beaucoup des projets de Rajoelina en ce moment c’est sous ce dernier que çà va se faire si Dieu le permet… Rendons à César ce qui est à César et à Dieu ce qui est à Dieu.
    Sur ce , bonne journée à toutes et à tous … c’est un spécialiste qui vous parle sur ce sujet.

    • 10 janvier à 13:18 | ANTICASTE (#10704) répond à Besorongola

      Besorongola,
      Avant que la santé collective soit un probléme de compétences d’équipements ou d’organisation c’est avant tout un problème de volonté politique !
      Tous ce qui existaient de plus performant en matière de santé a été volontairement saboté car ce n’était pas la priorité des dirigeants (la caste) qui on pris le pouvoir en 1972/73 !
      Ces gens là on voulut revenir au système qui prévalait avant 1896 !
      Nous savons aujourd’hui la catastrophe induite par ce choix ahurissant !
      En matière de santé ,Madagascar faisait office de modèle ,qu’est qu’il en reste ?
      La mentalité de rentier tropical a fait le reste ,un hôpital ,comme une piste ,un pont ne se mange pas disent-Ils !
      De plus les hauts membres de la caste se déplace facilement en avions ,car ils ne paient pas leurs billets d’avions ,peuvent aller facilement se faire soigner à la Réunion ou ailleurs !
      Donc chasser ces gens qui tiennent le pouvoir,encore aujourd’hui en vous racontant des choses abracadabrantesques et revenez à la raison pure et simple !
      Vous verrez ainsi tout changera

    • 10 janvier à 16:37 | Turping (#1235) répond à Besorongola

      Besorongola ,
      Bien vu , concernant la "dialyse " ,c’est très coûteux en se posant la question si 0,1% des malgaches ont les moyens de se faire dialyser sans la sécurité sociale et les prises en charge !? la transplantation c’est encore une paire de manche , un combat loin d’être gagné car tout ce qui relève du problème sanitaire n’est pas à la portée de tout le monde .Déjà ,pour qu’on puisse transplanter ,il faut des donneurs pour faire le don d’organe .Pour ce faire il faudrait un centre hospitalier ou unité spécialisée pour recueillir les dons d’organes ,les biens conserver ,etc.....le transport d’organes à transplanter depuis le prélèvement nécessite une course à la montre par des praticiens ;médecins compétents mais non pas par les "mpaka fo omena an’ny biby olona selon la légende ". Donc ,le transport des organes prélevé par l’hélicoptère demande une opération délicate et coûteuse également .Les conservations cellulaires doivent être respectées également .Donc ,pas d’embouteillage !Nous pouvons toujours rêver.

    • 10 janvier à 16:40 | saint-augustin (#9524) répond à Besorongola

      Bonjour,le développement d’un pays est multidirectionnel.On doit pas empêcher ce qui ont des idées de le développer et de le concrétiser .
      Vous savez bcp de malgaches sont dcd faute de greefes et c’est le Ombiasa qui fait le reste.
      Je voudrais que notre pays soit une excellence en Médecine de pointe .Les Facultés de Medecine dans toute l’île sont pleins à craquer.
      Que les vocations naissent !

    • 10 janvier à 17:08 | Vohitra (#7654) répond à Besorongola

      Le chiant,

      Personne ne dit ici que cette idée est mauvaise en soi, pas du tout, mais compte tenu de la situation économique fragile de notre pays, et du fait que la grande majorité des pauvres du pays est encore confrontée à des résurgences et extension des maladies épidémiques, inhérentes au contexte et cadre de vie lamentable, caractéristiques des pays pauvres et à majorité rurale…

      Aussi, des priorités s’imposent pour épargner la vie de la grande majorité chez qui le taux de mortalité est élevé faute de pouvoir faire face aux dépenses de soins coûteuses compte tenu de leur revenu très bas…

  • 10 janvier à 14:02 | Isandra (#7070)

    Bien sûr, il faut aider les pauvres, mais, il faut penser aussi les gens dans une classe entre les pauvres et les très riches qui n’ont pas les moyens pour se soigner à l’étranger.

    Penser aux pauvres ne veut pas dire qu’on doit négliger les gens de classe moyenne, c’est la classe qui créer plus nos richesses.

    • 10 janvier à 14:08 | Isandra (#7070) répond à Isandra

      Et compte sur cette classe qui "empêche les derniers de cordée(les pauvres) de tomber dans le ravin".

    • 10 janvier à 16:52 | ANTICASTE (#10704) répond à Isandra

      Isandra,
      Vous vous mettez à défendre les pauvres maintenant ?
      Vous êtes vraiment prêtes à tout pour défendre l’indéfendable !
      Si votre clan veux changer ,c’est simple il faut arrêter de privilégier l’Armée et les riches et mener une vraie véritable politique sociale !
      Système de santé pour tous ,réhabilitation du système éducatif ,entretien et renouvellement des infrastructures collectives ,abolition des privilèges ,etc,etc !
      Voyez c’est simple !
      Bien sur en parallèle il faut stopper les décaissements frauduleux dans les caisses de l’état et de poursuivre tous les trafiquants en tous genres !
      Je vous dis très simple suffit de le vouloir !
      Ah ,les projets présidentiels ,bling bling ,ne sont pas nécessaires dans ce type de politique !

  • 10 janvier à 14:07 | Besorongola (#10635)

    Anticaste.
    Vous dîtes : Donc chasser ces gens qui tiennent le pouvoir, encore aujourd’hui en vous racontant des choses abracadabrantesques et revenez à la raison pure et simple !
    Vous verrez ainsi tout changera...
    Je na sais pas quel âge vous avez mais avant 72/73 les années que vous citiez, il y avait le même discours vis à vis des côtiers mis par les français au pouvoir néocolonialiste, période pendant laquelle les français régnaient en maître à Madagascar .Matériellement c’était les entreprises françaises qui finançaient l’économie et toutes les décisions politiques majeures avaient été prises à Paris.. Les bourses d’études ont été octroyées uniquement pour les enfants de la caste dirigeante de l’époque qui étaient souvent côtiers .. Les appels d’offre pour les entretiens des infrastructures revenaient souvent aux entreprises françaises et çà marchaient bien parce qu’ils avaient les moyens . Les chefs de services et les directeurs étaient des français même s’il y a des Malgaches compétents pour occuper le poste et les étudiants Malgaches qui avaient finis leurs études étaient automatiquement sous responsabilité d’un français J e connais un cas précis concernant un proche qui a fini ses études en Allemagne et qui était rentré au pays , directement il était sous la responsabilité d’un français qui a la poigne mais n’a pas fait des études . Une fois rentré en France en
    75 ce directeur français d’une grande compagnie française de l’époque n’a pas trouvé mieux qu’un poste de gardien d’immeuble dans la région parisienne . C’est cette situation qui ne pouvait pas durer qui a poussé les étudiants et le gauchos Malgaches à se tourner vers les communistes comme les Russes et les Coréens du Nord et la Chine ... Après l’arrêt du fameux accord de coopération avec la France et la sortie de la Zone Franc (CFA) , les français sont partis sans aucune résistance parce que les Mig coréens et les armes Soviétiques comme le fameux Kalachnikov commençaient à envahir le pays et la suite nous connaissons tous ..
    Ceci pour vous dire que votre combat est noble malgré votre manière radical de le mener ... A l’époque aussi c’était un combat anti caste dirigeante sous Tsiranana qui était vu comme la marionnette de la France ... Donc à chaque période difficile le combat change tout simplement de camp mais le fond du problème reste le même c’est toujours la caste qui détient le pouvoir qui a le privilège et c’est comme çà depuis que la race humaine existe .
    Après les conséquences varient selon la caste au pouvoir ..il y en a qui est plus gourmande que les autres et l’intérêt de la majorité est mise à mal .... Après 1972 les Malgaches ressemblent à des chevaux sans bride , affranchis de l’esclavage et veulent vivre exactement comme l’ancien maître et la conséquence est catastrophique ...Bref vous pouvez toujours chasser la caste dirigeante de ce moment mais rassurez- vous celle qui va la remplacer ne sera pas mieux et vous serez déçus comme aujourd’hui.

    • 10 janvier à 16:02 | lysnorine (#9752) répond à Besorongola

      « Je na sais pas quel âge vous avez mais avant 72/73 les années que vous citiez, il y avait le même discours vis à vis des côtiers mis par les français au pouvoir néocolonialiste, période pendant laquelle LES FRANÇAIS RÉGNAIENT EN MAÎTRE À MADAGASCAR »

      Beaucoup d’exagérations et de contrevérités qui trahissent une méconnaissance profonde des réalités du régime d’avant la « prétendue » révolution de mai 1972 (imitation du mai 1968 « français ») et ne font que rapporter les litanies proférées par les « pseudo-marxistes » [Ambaniandro essentiellement] de l’AKFM (mais authentiques progéniture de la « cinquième colonne » franco-colonialiste à Madagascar) et des « gasy d’andafy » de l’AEOM (Association des étudiants d’origine malgache). Relevons quelques-unes :

      - « TOUTES les DÉCISIONS POLITIQUES MAJEURES AVAIENT ÉTÉ PRISES À PARIS.. » : Exemples ?

      - « Les BOURSES D’ÉTUDES ont été octroyées uniquement pour les enfants de la caste dirigeante de l’époque qui étaient souvent côtiers »
      FAUX : beaucoup d’Ambaniandro étaient boursiers en France et ont RENIÉ leur engagement de travailler un minimum de 15 ans dans l’administration Malagasy, et restaient en France où ne se posaient pas alors les problèmes de séjour et de carte de travail.

      - « Les appels d’offre pour LES ENTRETIENS DES INFRASTRUCTURES revenaient souvent aux entreprises françaises » parce qu’IL N’Y AVAIT PAS D’ENTREPRISES MALAGASY ayant leur envergure et capacité. CE QUI EST TOUJOURS D’ACTUALITÉ...en 2019/2020 :
      cf RÉHABILITATIONS sempiternelles de routes au grand bonheur des entreprises étrangères de travaux publics par suite de l’incapacité de la partie Malagasy à les maintenir comme il se doit, état lamentable de la JIRAMA ou d’Air Madagascar, COLLECTE DES ORDURES anarchique dans la capitale, etc...

      - « Les CHEFS DE SERVICES et les DIRECTEURS étaient des FRANÇAIS » [FAUX]

      - « Je connais un CAS PRÉCIS concernant un proche qui a fini ses études en Allemagne et qui était rentré au pays , directement il était sous la responsabilité d’un français qui a la poigne mais n’a pas fait des études » :

      il aurait été intéressant que vous précisiez LE DOMAINE ET LE MINISTÈRE et SERVICE EN CAUSE.

      - « C’est cette situation qui ne pouvait pas durer QUI A POUSSÉ LES ÉTUDIANTS ET LE GAUCHOS MALGACHES à se tourner vers les communistes comme les Russes et les Coréens du Nord et la Chine . »

      Comme nous venons de le rappeler, il s’agissait en l’espèce de « pseudo-marxistes », plus précisément des « gasy d’andafy » de l’AEOM (Association des étudiants d’origine malgache), appartenant généralement aux FAMILLES DE LA CAPITALE, PRIVILÉGIÉES par le colonialisme français. Est-il besoin de rappeler qu’aucun Malagasy ne pouvait aller faire des études en France pendant la colonisation – MÊME À LEURS FRAIS - qu’après avoir eu la bénédiction du Bureau des Affaires Politiques sur le rapport favorable des MPITSIKILO au sujet de leur « LOYALISME » vis-à-vis de la MÈRE-PATRIE !

      - « Après l’arrêt du fameux accord de coopération avec la France et la sortie de la Zone Franc (CFA) , les français sont partis sans aucune résistance »

      D’après nos sources fiables, le président Georges POMPIDOU s’était étonné de l’attitude agressive de Didier Ratsiraka lors des négociations, alors qu’il avait donné personnellement des instructions claires pour que TOUTES les revendications des Malagasy soient satisfaites et qu’il avait déjà fait donner des ordres au général BIGEARD pour qu’il s’abstienne de créer de « false flags » comme l’exécution de quelques Comoriens – alors citoyens français – pour justifier une intervention de l’armée française à Madagascar. Signalons que Didier Ratsiraka était un familier de Jean-François Deniau, chef de la délégation française aux négociations franco-malgaches, secrétaire d’état chargé de la Coopération dans le gouvernement de Pierre MESSMER.

    • 10 janvier à 16:29 | ANTICASTE (#10704) répond à Besorongola

      Besorongola,
      Lysorine ,vous a en grande partie répondu !
      Se servir des motivations de générations qui ont eu certes un combat juste a mener contre la colonisation ,n’est plus de mise aujourd’hui !
      La domination menée sur le peuple aujourd’hui est totalement intolérable !
      Aucun argument sérieux ne peut défendre cette dictature sans foi ni loi !
      Vous dites ,remplacez les par une autre caste et vous aurez le même résultat ,encore faudrait-il pouvoir débarrasser de celle qui est au pouvoir ,donc c’est un argument spécieux !
      Ne cherchez pas a défendre l’indéfendable ,le peuple souffre et a la moindre catastrophe climatique ou autre ce sont des centaines de milliers qui mourront !
      A terme c’est votre peuple en entier qui est en danger de mort ! Allez vous ,comme en France ,remplacez la population d’origine par une autre étrangère ?
      Un élite vit grâce à un peuple et inversement ,plus de peuple ,plus d’élite !
      Mais je subodore que certains ne comprennent pas cela !

  • 10 janvier à 15:36 | lysnorine (#9752)

    Il est certainement plus utile pour la nation Malagasy que le professeur de médecine ministre de la Santé PUBLIQUE propose au gouvernement auquel il appartient une POLITIQUE qui accorde une PRIORITÉ la solution de problèmes tels évoqués par l’UNICEF ci-dessus

    https://www.unicef.org/french/infobycountry/madagascar_2436.html

    « Madagascar-Contexte »

    « Parce QUE DE NOMBREUSES FEMMES N’ONT PAS ACCÈS À DES SOINS DE SANTÉ DE QUALITÉ, LA MORTALITÉ MATERNELLE RESTE D’UN NIVEAU ALARMANT. Plus de la moitié de l’ensemble des naissances se déroulent sans l’assistance d’une personne médicalement qualifiée.

    « 48 % des enfants malgaches sont victimes de MALNUTRITION CHRONIQUE ; 13 % d’entre eux souffrent de malnutrition aiguë.

    « Seulement environ 50 % des ménages ont ACCÈS À L’EAU POTABLE et seulement 3 % disposent de latrines. L’EAU CONTAMINÉE ET UN ASSAINISSEMENT MÉDIOCRE augmentent considérablement le risque que les enfants contractent des maladies diarrhéiques. »

    • 10 janvier à 17:01 | Turping (#1235) répond à lysnorine

      Lysnorine,
      Vous avez écrit : "Les BOURSES D’ÉTUDES ont été octroyées uniquement pour les enfants de la caste dirigeante de l’époque qui étaient souvent côtiers »".
      - Enfin ,j’espère que l’anticaste " castré(e) va finalement admettre que la caste dirigeante au pouvoir central d’Antananarivo depuis l’indépendance octroyée sous dépendance n’a pas été dirigée uniquement par les hauts plateaux mérina ,comme sous prétexte d’avoir mis ce pays dans le gouffre .Il ignore également que la progéniture de la 5ème colonne de la France néocolonialiste politiquement a mélangé la caste issue de différentes ethnies (côtiers -merinas ) mais non pas que des merinas uniquement .La preuve ,même le 1er Ministre actuellement Ntsay vient du Nord .

    • 10 janvier à 17:19 | ANTICASTE (#10704) répond à lysnorine

      Turping ,
      Vous ais-je traité d’eunuqe ,non ?
      Pourtant ce n’est pas l’envie qui me manque !
      Quand à la pseudo révolution marxiste de 72 73 ,sont but était justement de se débarrasser de cette caste côtière crée artificiellement par les colons !
      Quarante six ans après la gestion calamiteuse de 3 présidents mrn et d’un autre aux ordres ,nous constatons la réussite de ce projet !
      Prendre le pouvoir pour ruiner Madagascar aux profits de quelques milliers d’individus ,cela s’appelle comment ?

    • 10 janvier à 17:42 | Vohitra (#7654) répond à lysnorine

      Un hors sujet,

      Quelques extraits d’un article partagé hier par Lysnorine :
      « Journal officiel de Madagascar et dépendances, 13 novembre 1901.
      « Samedi dernier, le mariage de Mlle RAVOLOLONA, PETITE-FILLE DE M. RASANJY, gouverneur principal de l’Imerina, avec M. RAJAOFERSON, a célébré en grande pompe au temple d’ANALAKELY, »

      Et oui, je ne raterai jamais l’occasion de pointer du doigt et d’accuser les agissements de certains, je précise bien, de CERTAINS (une minorité très puissante financièrement) faisant partie des castes roturières Tsimiamboholahy et Tsimahafotsy de l’Imerina, qui collaborent et constituent la colonne vertébrale des bandits et truands Merina qui conseillent et organisent le pillage et dépeçage du pays derrière la petite frappe aux dents longues…

      Actuellement, pour ceux qui savent ce qui se passe et réellement existant au temple FJKM Analakely, la prééminence et domination de cette caste Tsimiamboholahy réunie au sein d’une association…qui regroupe une grande partie des descendants de …Rasanjy

    • 10 janvier à 18:58 | Turping (#1235) répond à lysnorine

      @ anticaste ,
      Avant et après 1972 ,pendant et après l’ère Tsiranana le quota (côtier /merina ) au pouvoir existe toujours même si ce n’est pas dans la proposition paritaire et équitable .
      - Après la chute de Tsiranana ;le Général Ramanantsoa issu d’une famille aristocrate accéda au pouvoir ,la preuve il avait comme Ministre des affaires étrangères Didier Ratsiraka ,Zafy Albert y était également (Ministre des affaires sociales et de la santé),tous deux devenus présidents .Donc ,à ma connaissance Ramanantsoa ne voulut mener en 1972/73 une guerre d’exclusion à l’encontre des côtiers ,c’était plutôt le cas inverse qui s’était produit(la politique néocolonaliiste après avoir mis le PADESM au pouvoir était de vigueur pour déstabiliser la situation) . Le Colonel Rajaonarison Bréchard (côtier ) avait perpétré un coup d’état avorté le 31 Décembre 1974 à l’encontre du Général pour évoquer la guéguerre ethnique (côtier/:merina ) ,une situation difficile qui le conduisit à la démission 36 jours plus tard en confiant sa succession au feu Colonel Ratsimandrava le 05 Février 1975 ,assassiné 6 jours plus tard .
      Lysnorine vous a écrit la politique néocoloniste de la 5ème colonne de la France depuis ,ce qui explique tout aussi avec les dérives perpétrées par Ratsiraka au pouvoir ,finalement qui s’était réfugié à Neuily après les déroutes et les mésaventures hasardeuses après sa chute ,ce qui explique aussi les décadences au pouvoir de ceux qui l’ont succédé depuis 2002 .N’oubliez pas que l’arrivée de Rajoelina l’actuel président au pouvoir et le retour de Ratsoiraka depuis son exil ,la politique de la françafrique joue un grand rôle .La causalité et les impacts ,politico -politicienne même si les présidents qui se sont succédé sont tous responsables de la décadence ,les faits qui nous expliquent les faits sont vastes plutôt multifactoriel .
      - A mon avis personnel après avoir constaté les faits ,la décadence de ce pays aux enfers débute depuis l’accession de Ratsiraka au pouvoir en 1975 à l’issu des votes effectués au sein du directoire militaire présidé par le Général Gilles Andriamahazo .
      En faisant le compte :
      Les côtiers sont restés 38 ans à la présidence contre 22ans (merina) .
      alors que vous divaguez sans cesse que la décadence a été constaté depuis que les merinas des hauts plateaux (mrn ) sont arrivés au pouvoir .Par ailleurs ,vous fustigez l’esclavagisme en pointant du doigt aux merinas ,la période avant 1896 .... .Je ne soutiens pas forcément Rajoelina au pouvoir ,en le critiquant mais à vous lire c’est très choquant comme l’a dit Zanadralambo comme si votre mission castrée c’est de faire l"apologie mensongère.Tout le monde est responsable sans distinction ,.....ceux qui se gavent sur le dos du peuple (merinas / côtiers ) ,dommage au détriment de l’intérêt général.La politique de la françafrique néocoloniale a fait aussi des ravages !
      On est là pour discuter intelligemment !

    • 10 janvier à 19:43 | Vohitra (#7654) répond à lysnorine

      Je crois qu’il est utile de faire des remarques pour ne pas s’embourber dans une globalisation réductrice et malséante…

      Les côtiers sont ceux et celles qui vivent dans les zones littorales du pays, une zone qui s’étende sur plus de 5.000 kilomètres de long…ainsi, on peut bien y inclure les étrangers, les karana, les Comoriens, et toutes les ethnies du pays sans distinction qui y vivent…y compris les Merina et Betsileo…

      Aussi, il est préférable de parler de l’homme politique, de sa façon et manière, le plus souvent odieuse et destructrice jusqu’ici dans sa gestion du pays…

      Ce n’est pas que Ratsiraka est Malagasy Betsimisaraka qu’on va mettre dans la boue l’ensemble de l’ethnie Betsimisaraka…

      Et ce ne sont pas le fait que Ravalomanana et Rajaonarimampianina sont des Malagasy Merina que l’ensemble de l’ethnie Merina soit responsable de leur égarement et dérive respective sur le plan politique…

      Et ce n’est pas que l’autre est un fils, je ne dirai pas prodigue, fruit d’un mixage de Sahamadio et Betafo qu’on va responsabiliser les Vakinankaratra et Betsileo de ses écarts dangereux et malversations, et autres pillages systématiques du pays…

      Bien entendu, durant la première République, ce n’étaient pas les Malagasy Tsimihety qui avaient dirigé le pays mais le Dadabe Tsiranana Phillbert, un digne fils du pays Tsimihety…

    • 10 janvier à 21:09 | Besorongola (#10635) répond à lysnorine

      Lysnorine.

      Ce Monsieur ci-dessous semble bien connaître ce qui s’est passé … et pourtant il n’était pas ni à Aragon ni à Cachan où étaient entassés les étudiants Malgaches de France que vous citiez comme pseudos Marxistes de l’époque, côtiers et Ambaniandro compris..Qu’ils sont pseudos ou vrais n’a aucune importance ce qui compte c’est qu’il y a eu solidarité entre les étudiants sur place et les étudiants à l’extérieur et ils ont réussi leur coup.

      Les flammes ont embrasé le ciel de la capitale ce 13 Mai 72.
      Ph. R. Standley
      13 MAI 1972. Les jeunes lycéens Malgaches et les Accords de Coopération.
      Publié le 13 mai 2014
      par Mouvement des Citoyens Malagasy de Paris
      Les Lycéens. Dès le mois de décembre 1971, quelques jeunes des trois Lycées de la capitale (Galliéni, J. Ferry et J. Rabearivelo), se sont entendus pour constituer le noyau du début. Par groupe de trois (un ou une représentante par établissement) et douze lycéens en tout, ces jeunes (de 16 à 21 ans) n’ont pas hésité à sillonner la ville et frapper à toutes les portes pour expliquer et démontrer l’absurdité de ces « accords de coopération franco-malgache », qui freinent et rendent impossible le développement du pays (intelectuellement, économiquement …).
      – L’enseignement en français et le programme scolaire (primaire, secondaire et universitaire) furent vigoureusement dénoncés, car facteurs d’aliénation « mentale » selon nos lycéens.
      – La présence massive de la France dans tous les domaines, publiques et privés -secteurs économiques et militaires- était ressentie comme une forme d’asservissement qui ne dit pas son nom. Bref, remontés et véritables « petits guerriers » révolutionnaires et idéologues, nos jeunes étaient encensés et respectés par la majorité . Paradoxe de la situation : ils étaient de surcroit « bien élevés » et « éduqués » (à la malgache). Jamais ils n’ont mis en avant leurs identités et ne le feront pas. A partir du mois d’avril (grèves et manifestations), et le seul que tout le monde connait -un étudiant (capacitaire) de la Faculté de Droit- était le « préposé au micro » pour animer les manifestants : Le chef du service d’ordre du mouvement. Une sorte de DJ à cette époque.
      La presse (Gazety Hehy, Imongo, Basy vava, Sahy, Maresaka, Gazety vaovao…), les associations, collectifs, comités, clubs et même les ministères les avaient reçus « gentiment ». Intrigués, les interlocuteurs adultes les écoutaient calmement. Le message était clair mais ces derniers n’accordaient guère de crédit et d’importance aux demandes et revendications de ces jeunes : « Ces accords qui nous lient à la F/ce doivent être « revus, eradiqués ». Vous les adultes, pourriez vous nous aider, car un mouvement est en marche et demande l’adhésion et le soutien de tout le monde… ». Tous les établissements secondaires et autres lycées, techniques et professionels furent visités, sollicités. Deux délégués pour chaque établissement étaient désignés et ils feront partie de la Grande Assemblée Générale des Etudiants (1ère Réunion à Ambohijatovo, l’actuel ministère des Sports).
      Et les jeunes du debut, débordés par l’ampleur du succès, et l’enthousiasme général, ont fait appel à leurs ainés (Ankatso, Befelatanana) pour continuer ensemble la lutte. D’inquiétants personnages, des profiteurs et plus tard des traitres s’immiscèrent d’une manière insidieuse au sein de la Direction. Ils furent tout de même repérés mais c’était trop tard.
      « Expliquer et convaincre » tout le monde, avec des communiqués, des messages et tracts sans équivoque qui sonnent la Révolte de la jeunesse de la capitale. La Société Civile, les politiques (sauf le parti du pouvoir, le psd), les populations, les jeunes comme les adultes ont suivi et accepté les arguments. Tous ont finalement compris l’urgence des mesures à prendre pour couper les liens bilatéraux « économique, militaire… » avec la France. Un appel en faveur d’une prise de conscience citoyenne des malgaches, épris de justice et d’une vraie liberté.
      Car l’indépendance (1960) n’est en réalité, pour ces jeunes audacieux, qu’une vitrine bien lisse et propre pour cacher les bases de la politique Françafricaine.
      Qualifiée de « néo colonialisme », cette indépendance était effectivement « virtuelle », car des conditions et des « chantages » furent imposées aux malgaches (et les anciennes colonies africaines), ce sont les fameux « accords de coopération ». Des accords abjetcs et humiliants (tena fanandevozana : véritable esclavagisme) qui conduisirent à la Révolte de Mai 1972.
      Nosy Lava. Quatre (4) des douze lycéens du début furent arrêtés, avec environ deux cent autres délégués, lors de la réunion du 12 Mai au soir à Ankatso, et déportés à Nosy Lava. Le jour du 13 Mai, ils étaient ailleurs (Arivonimamo, Antsohihy, Analalava, Nosy Lava). De retour le 16 Mai au soir, les délégués déportés déclinaient chacun à tour de rôle leur identité… devant l’hotel de ville encore fumante.

  • 10 janvier à 15:58 | Turping (#1235)

    La problématique c’est de se poser la question : Qui peut aller se faire transplanter un organe à part les gens minoritaires très riches ?
    En regardant la majorité dont la plupart des malgaches n’a pas de protection sociale ni de prise en charge pour se soigner , cet hôpital au profit du milliardaire Ravatomanga ne sera consacré qu’aux très riches et encore il faut se poser la question si la vraie compétence sera au rendez_vous !?
    - Le paradoxe : alors que ce qui a été dit : plusieurs personnes meurent encore du paludisme ,des maladies bénignes sans avoir les moyens pour se faire soigner .
    En sortant du blabla politicien ne visant que les intérêts restrictifs , Madagascar a besoin des unités de soins spécialisées en transplantation à condition que la majorité de la population puisse y accéder ,se soigner ,....ceci évite systématiquement les évacuations sanitaires en cas d’urgence très rapide .
    - Les maladies comme ;l’ insuffisance rénale ,cardiopathie ,malformations ,accidents ;etc....tout ce qui concerne le problème sanitaire relève d’utilité publique s’avère toujours nécessaire.
    Exemple : Comme ce qui se passe ailleurs ,il existe des patients qui attendent depuis longtemps des greffes ,.... les accidentés de la route qui sont morts cérébralement , et avant leur mort y en a sûrement qui acceptent de se faire prélever des organes pour sauver des vies .Même si cette mentalité n’est pas ancrée dans les coutumes et us malgaches ,c’est encore un combat loin d’être gagné,une idée loin de faire l’unanimité .
    - Un deuxième exemple : de son vivant un patient qui souffre de problème rénal peut se faire transplanter par une personne ayant les mêmes compatibilités (crossmatch lymphocytaire) pour qu’il n’y ait pas de rejet après transplantation .Avec un seul rein qui fonctionne très bien l’être humain peut vivre correctement .Bien que si l’un de ses proches très cher souffrent de cette maladie il y a un geste à faire .Ceci dans le but d’éviter de faire 2 fois par semaine les dialyses très coûteuses . Dans ce cas ,la proposition gouvernementale faite tient la route à condition que la majorité de la population puisse y accéder et bénéficier en cas de besoin pour une question de vie ou de mort ,un choix à faire . Malheureusement la sécurité sociale n’existe pas pour les 92% de la population .Donc cette proposition gouvernementale reste un sujet tabou ,surtout si c’est pour un casting consacré aux riches .Les très très riches préfèrent encore se soigner à l’étranger.
    Par ailleurs ;en parlant du problème rénal ,la dialyse ,..... le diabète de type 2 est en nette progression à Madagascar dont plusieurs personnes en souffrent pouvant entraîner des problèmes rénaux nécessitant de transplantation dans plusieurs cas . Vu la paupérisation généralisée qui règne vaut mieux toujours s’y prendre autrement même si la connaissance éducative n’est pas à la portée de tout le monde.La mort à petit feu est toujours de vigueur ,l’espérance de vie en moyenne ne dépassant pas les 65ans

    • 10 janvier à 16:05 | Turping (#1235) répond à Turping

      Lire : souffre....

  • 10 janvier à 16:01 | betoko (#413)

    Certains critiquent cet initiative ou projet juste pour le plaisir de critiquer . Mais tôt ou tard Madagascar a besoin d’un hôpital de ce genre et peut être qu’un jour des malades originaires des îles voisines viendront chez nous pour se faire greffer , vus les frais d ;hospitalisations qui sont trop onéreuses chez eux

    • 10 janvier à 17:43 | ratiarison (#10248) répond à betoko

      TÔT OU TARD*****aza mirediredy ry loham-borondolo a ??? En 2099**** !!!ny tazo mamono any @nyANTSIMO tsy hita Izay vitan’i sarim-bavy Mpitondra DJ*†FA aza mampiome ry vendrana Mazava !!

    • 10 janvier à 23:25 | FINENGO (#7901) répond à betoko

      @ betoko (#413)
      Pauvre Jomaka, d’Ambatomanga !!
      Tôt ou Tard c’est peu-être, c’est dans 1/2 Siècle voir plus le Jomaka.
      Car entre temps quand les besoins pressent, ceux qui ont les Moyens viennent à l’île de la Réunion à défaut de pouvoir venir en France Métropolitaine.
      Pourquoi ils ne vont pas à l’île Maurice, ou au Comores qui sont plus proche de la Grande île Babakotoland ???
      Pourras-tu répondre à cette question le Jomaka.
      Comme d’habitude, tu es égal à toi même. Aussi crasse et Pestiféré à soutenir un Pouvoir de Charognard Puant.

  • 10 janvier à 19:47 | betoko (#413)

    Ratiarison
    En 2009 , tous les partis politiques étaient à la manette , et Andry Rajoelina n’était pas un président de la république , mais de la transition , La caisse était vide , aucune aide venant de la BM ni du FMI à cause des détournements de RA8 et il l’avait l reconnu durant sa campagne éléctorale pour la présidentielle , et pourquoi il avait déposé sa démission , il n’’était pas obligé tout est de sa faute , et ne venez pas pleurer ici en disait que c’était la faute d’Andry Rajoelina
    Fanatisme de Ra8 et haine envers Andry Rajoelina on les connait trop

    • 10 janvier à 21:40 | Antony (#9838) répond à betoko

      "La caisse était vide" : Hamarino tsara aloha ny ambaranao ramose vao miteny an’izany fa tsy marina izany.
      Fa vendrana izany i TGV nanongana teo hamantana paosy rovitra raha tsy hitany hoe ohatrinona ny vola nisy tao amin’ny kitapombolam-panjakana tao !

    • 10 janvier à 23:33 | FINENGO (#7901) répond à betoko

      @ betoko (#413)
      Pauvre Imbécile de Jomaka.
      Qui a voulu la Transition.
      Le Bac-7 a fait un Coup d’ Etat, sans savoir qu’il ne sera pas un Président, et au mieux il le serait pour une transition.
      Alors qu’il en veut à son mode de calcul et à ceux qui l’auraient soutenu pour se mettre dans la Merde.
      M’empêche qu’il s’y plaisait et avait fait bien des dégâts dans l’appauvrissement du Pays qui était déjà bien pauvre avant lui, mais avec une aggravation quintuplée durant la Période de la Transition.
      Tu peux toujours continuer à défendre ton Mentor, rien de plus normal, car ceux qui se ressemblent s’assemblent.
      Belle bande de Pourritures.

  • 10 janvier à 20:49 | LE VEILLEUR alias L’EVEILLEUR (#1331)

    "...Un hôpital consacré aux transplantations d’organes sera bientôt implanté à Madagascar, selon une décision prise en conseil des ministres, mercredi, à Iavoloha."

    En général, un établissement privé pourrait compter sur des infrastructures et des compétences publiques pour réaliser des interventions "sophistiquées". Le groupe Sodiat de Mamy Ravatomanga ne peut être que favoriser par cette décision.

    - Le tourisme médical est-il une priorité de l’Etat par rapport à d’autre priorité de "santé publique" non encore satisfaite ?

    - Qui sont les fournisseurs d’ organes pour ces touristes fortunés ?

    - Le ministre de la santé est-il obligé de privilégier les affaires de Mamy Ravatomanga ?

  • 10 janvier à 21:14 | Besorongola (#10635)

    13 Mai 72 suite...
    Les pyromanes malgaches venaient de montrer leurs visages, hideux et criminels. Plus tard ils recommencèrent : Le Rova en 1995, puis le Palais d’Andafiavaratra. En Janvier 2009, tous les magasins Tiko et Magro à travers le pays, des bâtiments publics, des magasins et locaux privés. En 2012 (Octobre-Novembre), dans le SUD de l’île lors de l’opération tandroka » 21 villages composés de quelques 400 toits ont été anéantis par le feu. Les habitants , dont les bébés et les femmes enceintes ont été obligés de se réfugier dans la forêt... » tous brûlés par les contre révolutionnaires à la solde de L’ARGENT ROI… Ces traitres qui vendent nos terres et nos richesses aux étrangers, et à l’heure où nous écrivons (Mai 2014) ils sont toujours actifs. Vous les connaissez.MCM de Paris le 13 Mai 2014.
    Forum Mouvance Ravalomanana.
    Envoyé par : Fano (Adresse IP journalisée)
    Date : ven. 23 mai 2014 10:57:30
    Ny 13 Mai tao Arivonimamo.
    Nifandimby niainga ireto fiaramanidina, misy aza niverina rehefa avy nanatitra ireo mpianatra (tany Antsohihy)… Fiaramanidina DC3 sy ny an’ireo miaramila.Ireo fiaramanidina kely ihany mantsy no zakan’ny « piste » ao Analalava ka mifindra « avion » ao Antsohihy… Nampiasaina tao koa ny an’i Tsiranana (Jet tsara tarehy izay)… Vazaha daholo ny mpitondra (pilotes).
    Tokony teo aminy roa na telo ora teo (14h ou 15h) tsy dadidiko tsara : Efa lasa ny ankabezan’ireo mpianatra ka vitsy kely sisa no farany tao Arivonimamo. Malaina (sy matahotra !) ka ahemotra ny fihaingana sao mba miova ny toe-javatra.Teo aminy roa polo (une vingtaine) izany no niandry teo ivelany.
    Tsy hay izay mitranga, ho ankaiza ireto fiaramanidina ary manao ahoana ny ao Iarivo. Tampoka tampoka teo dia namahana ny basiny avy ireo FRS… kay ry zareo mahazo vaovao avy ao Tanà (misy maty ny namany… kianjan’ny ny 13 Mai) ka tena romotra sy maimbo rà. Raha mbola gaga sy nivandravandra fotsiny ireo mpianatra (tsy mahalala n’inon’inona) dia tampoka be koa dia teo anolohana, nanelanelana ny zandary maro, tonga niaro ny mpianatra. Nahazo baiko malaky angamba ka nanao « barrage » dia ny zandary indray no nanatrika ireto FRS. Tena sary mihetsika. Ny tadidy, nolazain’ireo zandary taminy FRS : « Ankizy, zaza ireo… ». Nasain’ireo zandary nihiditra tany anaty trano… ka saika nihazakazaka mihintsy niakatra ny fiaramanidina. Io fiaramanidina farany io no nisy koa an’ilay mopera Rémy Ralibera, izay nalaina tany an-tranony tany. Asa raha mba misy afaka manamarina io tantara kely io. Asa ? Efa ela ihany sady efa manodidina ny enim-polo taona daholo ireo « ankizy sy zaza » tamin’izany fotoana izany.
    — -

  • 10 janvier à 21:15 | Jipo (#4988)

    Bonsoir .
    « Avant toute greffe, il y a des conditions médicales, chirurgicales et biologiques à considérer. Le trafic d’organes est impossible à Madagascar, à cause de la complexité des conditions de conservation. « 
    Cette argumentation au demeurant rassurante est totalement erronée, pour la bonne et simple raison que pour supporter le greffon il faut prendre des anti-rejets, souvent à vie comme l’ a très bien précisé Besorongola, et n’ écarte en rien les trafics, les passes droits et trafics polymorphes, particulièrement dans des pays comme Dago ou comme chacun le sait les bakchichs n’ existent pas contrairement aux pauvres ...
    De savoir également qu’ avec un tel hôpital plus aucun membre du gouvernement n’ ira se faire soigner chez ces sales colonisateurs , mais se feront soigner sur place ...
    Le crapaud qui voulait etre plus gros que le mammouth , en attendant les hôpitaux 5 🌟 comme les golfs & hotely 🤣 , encore des priorités éblouissantes , ah le paraitre a la dent dure ...

  • 10 janvier à 21:21 | Besorongola (#10635)

    Conclusion 13 Mai 72 .
    Quelques dates et témoignages
    – 1er Avril 1971 : Mouvement des populations du Sud, dirigé par Monja Jaona (Monima). Répression par la Gendarmerie… Un millier de morts.
    – Décembre 1971 : Début du Mouvement des trois grands Lycées de la Capitale (voir plus haut)
    – Janvier : Grève de L’Ecole de Médecine de Befelatanana et début d’un mécontentement généralisé.
    – 30 Janvier 1972 . Tsiranana est réelu président, avec 90% des suffrages.
    – 6 Mars 1972 : Négociations Etudiants-Autorités (M Ramalanjaona Gabriel). Grève partielle des étudiants de la Capitale.
    MCM de Paris. 13 Mai 2015.
    En conclusion. D’un 13 mai à l’autre
    13 mai 12:49, par sorajavona
    1972 est un mouvement à part qui ne peut être assimilé à ceux de 1991, 2002 ou 2009 sauf à travestir les réalités des époques par des analyses aussi simplistes que paresseuses. Ce qui distingue déjà ce mouvement de mai est le rôle marginal joué par les politiques professionnels.
    Le contexte néocolonial est également un élément de différenciation. L’armée française campait dans nos murs. Les conseillers techniques français pullulaient dans les ministères. Et le massacre de nos compatriotes du sud en 1971 était encore brûlant dans les mémoires. Il n’était nullement question pour les meneurs de 1972 de prise de pouvoir. Il s’agissait surtout de mettre fin à un système qui ne laissait aucune perspective à la majorité des malgaches. Ce qui s’ensuivit est de la responsabilité des politiciens qui se sont succédés aux commandes de l’Etat et non de ceux qui se sont révoltés contre un système inique et aliénant.
    Forum-M/car Tribune.

    Même les plus jeunes peuvent faire des recoupements grâce à internet et tirer une conclusion ...comme vous même Lysnorine vous vous basée surtout sur ce qui est écrit sur le net ...
    – 8 Mars : Grève Générale des étudiants (Lycéens, collégiens) de la Capitale.
    – Les étudiants d’Ankatso rejoignent le Mouvement.
    – Le Préfet d’Antananarivo, M Radavindrason, ferme l’Ecole de Médecine-Pharmacie de Befelatanana. Les pensionnaires renvoyés.
    – Réunions diverses des étudiants à Ankatso, Antsahamanitra, Entretien avec des responsables étatiques pour trouver des solutions. Avec le ministre de la Santé, M. Ramangasoavina, le 23 Mars.
    – Le ministre de la Défense français, M. Michel Debré, s’invite les 24 et 25 Mars à Antananarivo.
    – Réunion le 4 Avril de quelques délégués des établissements de la Capitale à Antsahamanitra.
    – La Grève générale continue, et les étudiants de Befelatanana, durant le mois d’Avril, manifestent tous les jours.
    – Le 22 Avril, le Mouvement se durcit et le 24 Avril tous les établissements, sans exception, même privés, catholiques, protestants… y participent.
    – Le mardi 24 Avril, les étudiants décident de manifester en dehors de leurs établissements. La première grande manifestation en plein air avait lieu dans le jardin d’Ambohijatovo. Les pompiers arrosaient les manifestants, tandis que les éléments armés (FRS) encerclaient Ambohijatovo. Puis marche jusqu’à la Gare de Soarano, et ce fut la Première aussi.
    – Le mercredi 25 Avril : La première grade marche des étudiants. Départ à la gare de Soarano et arrivée dans le stade d’Alarobian’Amboniloha. Apparition des banderolles, telles que « Où en est la démocratie dans l’Enseignement, Aoka hanjaka ny rariny sy ny hitsiny, union force… ». Très très grande manifestation, et à l’arrivée dans le stade d’Alarobia… la présence du ministre Botokeky. Discours du ministre et présentation des révendications et doléances des jeunes. Tensions et huées. Du côté des manifestants et publiquement les demandes sont directes… « Rejet total, donc arrêt des accords de Coopération entre la France et Madagascar ». M. Botokeky « Inona ao anatin’ny accord de Coopération no tianareo ovana ? ». Huées des manifestants car on demandait « l’Indépendance totale, sans main mise de la France sur les affaires malgaches.
    Dia nirava maina. Fin de la manifestation. Nulle solution, car chaque partie ne voulait pas céder.
    Les partis politiques emboitent le pas et soutiennent le Mouvement : Akfm (Henri Andrianasolo), l’UDECMA (Randriamarosata Solo), etc..
    – Le samedi 29 Avril : Grande Réunion à Ankatso (Stade). Tous les étudiants de Fianarantsoa et d’Antsirabe rejoignent le Mouvement (grève générale).
    – 1er Mai : Investiture de Tsiranana.
    – 2 Mai : Grève générale des étudiants à Ambatolampy, Ambositra, Ambalavao, Miarinarivo. Heurts violents à Ambalavao entre policiers et jeunes manifestants, devant le CEG. Quelques jeunes filles étaient blessées.
    – Le mercredi 3 Mai : Grève générale suivie par les étudiants de Toamasina, Mananjary, Ifanadiana, Amlbihimahasoa, Fandriana, et dans le calme.
    – Le jeudi 4 Mai, la ville de Majunga rejoint le Mouvement.
    – Le vendredi 5 Mai. Appels en boucle -sur les ondes- du ministre Johasy pour que cesse immédiatement les grèves des étudiants. Le président Tsiranana se repose à Ranomafana (Ifanadiana).
    – Le samedi 6 Mai : Réunion à la place de la Goulette des deux parties, les délégués des étudiants et le ministre Johasy de l’Intérieur (lehibean’ny Ati-tany). Réunion qui s’est soldée par un échec. Les étudiants n’ont pas cédé.
    – Toujours le 6 Mai, Grande Marche pour rejoindre le Stade d’Ankatso (30 000 manifestants environ). Les parents étaient conviés. Une manifestation de Deuil -décés d’un manifestant à Ambalavao- sans autre précision sur le nom du défunt. En fait il était malade mais pas encore décedé.

    • 10 janvier à 21:26 | Besorongola (#10635) répond à Besorongola

      – Le dimanche 7 Mai, Botokeky est de nouveau nommé ministre de l’Enseignement. Ce qui provoqua la colère des étudiants.
      – Le Lundi 8 Mai : L’annonce officielle de la mort d’un collégien-manifestant. Décès à Ambalavao de Modeste Randrianarisoa, âgé de 17 ans et 1/2. Arrêté le 2 Mai par la Police avec quatre camarades, il fut victime de coups et blessures de la part des policiers mais relaché, il pouvait rentrer chez lui. Le 7 Mai, fièvre et choc psychologique sans doute. Car ce jour là trois policiers sont venus le voir (malgré le refus de la famille) pour l’interroger, au sujet des manifestations. Décès le 8 mai, et autopsie le 9 Mai. Constat Médical de décés « Forme maligne de la Fièvre ». Acte de décés « permis d’inhumer » car décés qui n’est pas causé par une maladie « transmissible ». Et le corps DOIT ETRE ENTERRE TRES VITE… « Tsy maintsy alevina anio talata 9 Mey eto Ambalavao » (Autorités).
      – Le 11 Mai : Discours de Tsiranana « Remaniement gouvernemental après la nouvelle constitution, en cours d’élaboration ». Le parti Psd demande à tous les étudiants de réintegrer leurs écoles, car les examens approchent. Mais la grève s’intensifie dans toute l’île.
      – Le 12 Mai : Réunion politique, le parti PSD d’Antananarivo et d’Ambohimanarina exhorte les grévistes à cesser le Mouvement, et pour la Securité de la Nation demande aux autorités de prendre leurs responsabilités dans ce sens « dia hanatrika ny adidiny hampitandro ny filaminam-bahoaka amin’izay ny fanjakana ».
      – Le 12 Mai : Grève des collégiens de Maevatanana. Ceux de Marovoay et Tsaratanana les ont précedés.
      Anecdote : Toujours ce jour là (vendredi 12 Mai), la population de la Capitale était de très mauvaise humeur. L’angoisse des parents concernant l’avenir de leurs enfants. Et puis la veille un Match de rugby avait opposé l’équipe de Dijon aux internationaux malgaches. L’arbitre étant français, d’où la lourde défaite des locaux (10-0)… selon tout le monde.
      Le soir du 12 Mai : Réunion exceptionnelle à Ankatso car les sujets à traiter sont nombreux. Dont la préparation de la grande marche prévue pour le lendemain. Chaque collège, lycée, école, faculté avait envoyé leurs délégués (2 de chaque).
      – Le 13 Mai : Vers 1 heure et 1/2 du matin et en pleine réunion, un étudiant pris de panique annonçait « Ankatso est encerclé par des éléments armés, des FRS, des gendarmes, policiers… ».
      Au courant de leur venue, nous les attendons avec appréhension. Une entrée fracassante, presque barbare des Forces de l’ordre… Nous demandant de se coucher (par terre) avant de nous demander de s’asseoir en vue de dresser un procés verbal, établi par plusieurs policiers en civil : Nom, date et lieu de naissance, établissement… etc…
      Puis dans la nuit noire, embarqués dans des voitures militaires, nous avons chanté pour conjurer nos peurs, avec deux FRS armés dans chaque voiture, inutile de faire le « héros » pour une évasion « rêvée ».
      A Nosy Lava, plus de FRS ni gendarmes, les requins « de vrais » gardaient les lieux tout autour, et sur nos bateaux à l’aller comme au retour, nous les avons croisés.
      – Le mardi 16 Mai. Retour de tous les exilés de Nosy Lava. 10 avions militaires et civils étaient mobilisés pour les ramener, et envoyés à Antsohihy et à Analalava. Et d’Ivato à Tana, il a fallu 25 cars… Arrivée vers 20h devant l’Hotel de Ville (en ruines).

  • 10 janvier à 22:46 | ratiarison (#10248)

    Tantara NiAINAKO CV JIABY IREO VOLAGNINAO IREO ra-Besorongola Misaotra LEROA mampatsiahy ny LASA *** merci ?? Samy tsara LEROA SALUTATIONS !!

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS