Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 9 décembre 2022
Antananarivo | 23h32
 

Editorial

Un au revoir ?

mardi 30 septembre 2008 | RAW

« Edgard Razafindravahy s’est expatrié à l’île Maurice. Il a emménagé à Port-Louis avec toute sa famille. Il va tout abandonner, « Mouf’Rey », « Les Moulins de Madagascar » et tout le groupe Express, Sitram, le groupe RTA. Bref, l’homme vers qui tous les yeux étaient braqués depuis quelques années s’en va ailleurs. C’est ce qui se dit partout quand des hommes d’affaires se rencontrent ou croisent des journalistes. C’est l’inquiétude. C’est l’expectative.

Dans certains milieux des gros bonnets qui pratiquent le golf, on affirme que c’était prévisible du moment que l’homme a démissionné de ses fonctions au sein du club. En tout cas, quelques jours après le départ de Jérôme Boulle, ancien DG de l’« Express de Madagascar », Edgard Razafindravahy a lui aussi quitté le pays pour l’île Maurice.

Les raisons de ce départ ou de cette absence du pays sont peu claires. Faut-il croire aux rumeurs qui le désignent comme étant, sinon la victime, du moins dans le collimateur de l’Etat qui l’aurait trouvé comme parmi les auteurs de blanchiment d’argent parce que le journal « Express » est encore vendu à 300 Ar. malgré les coûts de l’édition ? Faut-il croire également que la concurrence relative à la farine et à sa transformation avec le groupe TIKO a eu raison du groupe Prey et que les Américains qui étaient ses partenaires l’ont laissé tomber au profit du groupe fondé en son temps par le président de la République ? On se rappelle en effet de la concurrence entre deux grands meuniers et dans laquelle Edgard Razafindravahy a tenu tête au groupe TIKO.

Bien qu’on croit savoir que l’homme est en train de conduire des projets d’investissements dans l’île sœur, cela n’empêche pas de penser aux manœuvres dont ses projets financés par une banque locale relatifs à une usine agroalimentaire ont été victimes, pour finalement le décourager et l’amener à tourner le dos au pays. Et pourtant, il faut reconnaître que l’homme a de la trempe. Il a affirmé à un moment donné qu’il n’est pas versé dans la politique ; et ce devant toute la classe de l’opposition et des hommes d’affaires, lors de la cérémonie de réouverture de la Radio Antsiva. Une frange de l’opinion toutefois affirme qu’il a une main ou un pied dans la nouvelle direction de la Mairie de la capitale et qu’ Edgard Razafindravahy n’est pas étranger à l’avènement de Andry Rajoelina à la Mairie. Dès lors, qu’en est-il de cette distance proclamée par rapport à la politique ? Et par rapport à la société civile qui l’apprécie tel qu’il est, comme étant une oreille toujours attentive ; l’homme est perçu comme ouvert, libéral, humain et novateur.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS