Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 13 avril 2021
Antananarivo | 15h14
 

Société

Politique sécuritaire

Terreur dans la ville

mardi 28 avril 2009 | Bill

Les responsables de la sécurité dans la capitale et ses environs multiplient les interventions médiatiques. Situation inquiétante dans la capitale oblige. Le domicile du ministre de la Sécurité intérieure, le général Organès Rakotomihantarizaka à Andranoro a été victime de jets de cocktail Molotov durant le week-end. Un BRDM immatriculé 222 de la Gendarmerie de Fort Duchesne a lui aussi été victime de jet de cocktail Molotov à l’intérieur du véhicule. Apparemment pas de victimes humaines. En quelque sorte, les forces armées ou les forces de sécurité sont maintenant la cible des « brigands et malfaiteurs » à la solde des opposants déstabilisateurs et il faut plus de rigueur ou plus de répression.

Dès lors les responsables du maintien de l’ordre mettent en garde la population à ne pas se laisser entraîner dans des rassemblements qui sont perçus comme des tactiques de déstabilisation et de dénigrement du pouvoir en place. D’après les dirigeants des forces de l’ordre, ces manifestations ne sont que de la provocation aux troubles à la guerre civile car des individus armés évoluent parmi les manifestants.

« Atteinte à la sûreté de l’Etat »

À en croire les responsables du maintien de la sécurité dans la capitale, les manifestations n’ont plus rien de pacifique et encore moins de revendication pour les libertés démocratiques. À suivre leurs raisonnements et leurs explications, le problème n’est semble-t-il plus dans les discussions entre opposants et gouvernants, mais dans ces violences qui perturbent et portent atteinte à la sécurité de l’Etat et empêchent le cours normal de la vie quotidienne et des activités économiques.

Les responsables du maintien de l’ordre évoquent les incendies de voitures, les jets de grenades et de cocktail Molotov. Ils n’ont pu éviter de parler, selon les informations de la RNM de 19 heures de ce lundi 27 avril, de ce véhicule 4X4 de couleur blanche à bord duquel se trouvaient ce vendredi 24 avril, des militaires qui tiraient partout disent-ils, mais que les manifestants et les témoins oculaires affirment qu’ils tiraient sur la foule, tuant d’une balle dans la tête, Haja, la jeune femme qui était en train de fermer sa boutique à Ambohijatovo.

Forces répressives ou de maintien de l’ordre ?

On avoue sans aucune hésitation que les incendies contre les véhicules, contre les biens privés que publics, les atteintes à l’intégrité physique et le terrorisme moral sont tous condamnables. Et on n’a pas cessé de les condamner. On conviendra avec le général Ravalomanana Richard de l’EMMO d’Ankadilalana que les éléments de l’EMMO demeurent les mêmes en janvier 2009 que ceux d’aujourd’hui. Mais où étaient donc ces gradés responsables de nos armées lors des destructions des journées des 26 et 27 janvier 2009 ? N’ont-ils pas laissé faire ? Et pourtant il y eut des vies en danger (non assistance à personnes en danger) et destruction de biens privés et publics tel l’incendie contre la RNM et la TVM.

Des lieux de fabrication de cocktail Molotov sont identifiés selon Radio Antsiva : dans la parages de l’hôpital Ravoahangy, dans les environs d’Ambohijatovo. Mais qu’attendent alors nos forces de maintien de l’ordre pour les démanteler ? Des véhicules 4X4 et des voitures légères sont identifiés par les manifestants et des témoins dans les bulletins d’information des chaînes de télé de la capitale, comme étant des fauteurs de troubles en puissance et des terroristes en uniformes depuis plus d’une semaine.

Ce sont des éléments armés en uniforme de militaires et parmi eux des militaires de la CAPSAT. Le commandant Charles et d’autres officiers étaient parmi eux. Ils ont été surpris par les caméras anonymes en train de proférer des grossièretés et de s’acharner sur des individus interpellés jeudi 23 et vendredi 24 avril derniers à Ambatonakanga, à l’entrée du tunnel d’Ambohijatovo ou encore à Ambohijatovo Ambony en face de l’ancien immeuble qui avait abrité la DAIEC aujourd’hui siège du ministère de l’Eau.

Et tout cela s’est déroulé sans que les forces de maintien de l’ordre, sans que les Ong et associations de défense des droits de l’homme ou contre la torture ne pipent mot. Même l’église catholique et le SEFAFI si prompts à s’insurger contre toute forme d’injustice sont demeurés muets ; au nom de la Transition ou au nom de la vengeance contre Ravalomanana, quand bien même des vies humaines et des jeunes soient tabassés et pourchassés dans les ruelles ?

9 commentaires

Vos commentaires

  • 28 avril 2009 à 09:52 | Mompera (#2267)

    Mbola mamerina miantso an’ireo mpitandro ny filaminana tena olona manana "conscience" ihany. Raha ny ny mpuitandro ny filaminana no hitondra korontana dia very ny hasina maha mpitandro ny filaminana azy. Raha ianareo no mandripaka vahoaka dia tsy intsony ny "raison d’etre" anareo. Natao hiaro ianareo fa tsy natao hamono sy handripaka tompoko o. Ary hasina sy ny haja ambonin’izany mpitandro ny filaminana izany dia tsy tokony hosihosena @ fihetsika sy fiteny tsy fampiseho masoandro. Ianareo no tokony hanome ohatra velona hoa an’ny vahoaka Malagasy fa tsy sanatria hanao fihetsika mahamenatra. Fantatray tsara fa misy olona manam-panahy ao aminareo ao, misy olona tena miaina sy mahafehy tsara ny lalana sy ny fitondran-tena mendrika izay mpitandro ny filaminana izany ka izany indrindra no tsy mahasasatra anay hanao antso avo etoana. Aoka tompoko mba hijoroana ny fahamarinana fa tsy lainga no hafafy entina hanafenana ny zava-doza atao e. Aoka re tompoko ny fandriam-pahalemana no katsahina sy tandrovina fa tsy fampihorohoroana etsy sy eroa izay hitondra any amin’ny ady an-trano o ! Mbola averinay indray fa olona miteraka sy manana fianakaviana ianareo izay miara-miaina sy miandrandra fandriam-pahalemana tahaka ny vahoaka rehetra ka tokony handinika sy hisaina lalina izay hiafarana. Ary tsarova fa zay be no basy. Ary ny mitabe tsy ho lanin’ny mamba tompoko o. Izay mamafy rivotra hijinja tadio. Ary tsy ho very foana, araka ny heveran’ny sasany azy, akory ny ra tsy mana-tsiny. Mompera Zezoita

  • 28 avril 2009 à 12:25 | kamis (#221)

    Les multiples interventions médiatiques des soi-disant "représentant des forces de l’ordre" mettent en relief qu’ils n’arrivent pas à instaurer un climat de sécurité partout à Madagascar et surtout à Tanà. L’explication est claire : il existe des militaires incontrôlables qui ne font qu’à leur tête comme Charles et Lilison ; en outre, ces CAPSAT n’agissent que par intérêt du gain (cas d’hier à l’Imm ASSIST Ivandry). Un commentaire lu sur un site de forum politique rapporte ceci :"Les mutins des CAPSAT sont les "maîtresses" ou plutôt les "putes de luxe" indispensables à la HAT (qui leur procurent du plaisir éphémère) mais difficiles à entretenir.
    En plus, leurs gestes confirment qu’ils sont des vraies "maîtresses" qui ne cachent pas leur jalousie sans fondement en considérant les autres « femmes » (généraux ou colonels) comme « rivales ». Ce qui vient de se passer hier pour accuser l’époux de Ihanta (le tandem incontrôlable et incontrôlé Charles-Lilison insiste que ce dernier est un ex-légionnaire) illustre bien la situation. Remarquer que les kalach filmés sont à l’état neuf (sortis tout droit d’un dépôt militaire). Et le petit revolver (combien est sa portée ??)
    Imaginons le grand scandale, le jour où un respectable monsieur décide de larguer sa maîtresse attitrée (étalage publique de tous les actes accomplis en langage vulgaire avec les gros mots en sus). C’est le même scénario qui va se passer prochainement, le jour où TGv et HAt décideront de se passer des services du CAPSAT ou bien quand ils seront à court d’argent pour les entretenir, ces "papillons" changeront de fleurs" - fin.
    Les milices (civils à qui on confie des missions militaires) existent et c’est pas étonnant car celui qui est en charge de la sécurité au sein de la HAT en est un exemplaire ("général Al..1").
    Ensuite, il y a les autres factions qui peuvent être des terroristes potentiels (Arema Didier, CRN,...)et les frustrés (par muselage) d’Ambohijatovo et les proches d’innocents victimes.

    • 28 avril 2009 à 14:53 | ton ami (#480) répond à kamis

      Eny e !

      Mbola ny aminareo zao ny hery ry TGV isany, saingy tsarovy fa misy farany ny zava-drehetra

    • 29 avril 2009 à 08:46 | Andry (#2028) répond à kamis

      Sweet stuff Bro ! Tell them because they’re behaving foolishly.

  • 28 avril 2009 à 19:53 | ikopa (#671)

    Na inona lazaintsika dia mitovy foana ny fandehan-javatra eo @ raharaham- pirenena.Na ianao momba ny fitondrana eo an-toerana, na dia an-tsaina aza( sympathisant),tsy misy maharatsy an’izany. Na ianao tsy mankasitraka azy. Tsy voatery hoe idiran’ny resaka tombontsoa na havana io. Fa dia izay no toa mampetipety ny fo sy saina dia izay. Ka eo anatrehan’izay zavatra izay dia na mety ny ataon’ilay fanjakana iandaniako na tsy mety dia samy mivovo toa ny alika romotra ny iray fianakaviana mihoraka fa dia mety io e.Tsy misy fifandaharana azo atao izany fa dia izay no izy. Raha toa ka tsy mety amiko indray io fitondrana io dia na inona soa ataony dia lazaiko tsotra izao fa tsy misy ilavana azy ireo ka enjeho sy homboy.

    Isika gasy koa mazàna dia alaim-panahy foana hiandany @ izay malemy indrindra raha misy hery roa na maromaro mifanandrina. Io angamba dia vokatr’ilay fombantsika gasy lazaina be fihetseham-po.

    Ka aza mitady izay marina sy rariny izany intsony isika fa efa nateraka ho "jamba" avy any an-kibo. Ka angamba ny taranaka any aoriana any no mety ho afaka @ izany toe-javatra izany

  • 29 avril 2009 à 08:21 | meloky (#637)

    Ny zavatra tena ilaina amin’izao dia filaminana, koa manatena ny HAT hampiasa ny fahendrena ambony hanenjika sy hanasazy araky ny lalana izay manakorontana ary aza hizahavana tavan’olona mihintsy. tokony harahina maso tsara ireo governementa eny Ambohijatovo sy carlton

  • 29 avril 2009 à 08:55 | Andry (#2028)

    Tokiny ho vinavinaina ihany ny teny aleokin’ny vava indraindray mba tsy hihoatra ny fefin’ny fahendrena sy fiavanana Malagasy. Samy tia an’i TGV sy Ra8 daholo isika fa mila jerena ihany ny ho avin’ny firenena sy ny taranaka fara mandimby amin’ny fanehoana hevitra. Azy matim-pitia diso toerena ka miantsy ady ho eo anivon’ny fiaraha-monina sy ny firenena. Lazalazao tsotra izay hevitrao sy Rafahamarinana amin’ny fomba mihaja.

    Ny tsy fitoviam-pijery sy hevitra anie tsy tokiny ho sakana ho amin’ny fitadiavana ny fandriampahalemana sy fandrosona e !

    Fifankatiavana no manja e !

  • 29 avril 2009 à 17:41 | John (#2308)

    Dago vit actuellement dans un régime bananier. Quand des sous officiers, en l’occurrence, un deuxième Coutiti, Le commandant Charles (comment il a pu arriver à ce grade, c inquiétant) fait la loi, on se pose des questions sur l’avenir du pays. De toute façon, l’histoire le rattrapera, sans aucun doute !

  • 29 avril 2009 à 23:21 | Lucie (#101)

    - 1)Vrais faux terroristes et vraies fausses forces de l’ordre

    Dans les régimes dictatoriaux , les bandits et les forces de l’ordre sont souvent les mêmes. Le déguisement du jour dépend du rôle que leur chef leur ordonne de jouer. Le vrai faux terroriste est celui qui aujourd’hui a « oublié » de chausser ses pataugas , de mettre sa tenue imprimée camouflage et le gadget encombrant et trop visible dénommé kalachnikov qui le rassure sur sa puissance . Les vraies fausses forces de l’ordre sont celles qui , jouant au pompier-pyromane , allument le feu et se précipitent avec force médiatisation pour soi-disant l’éteindre et justifier ainsi leurs actes répressifs se posant en champions de la justice et de l’ordre.

    - 2)Jeux de rôles mortels

    La vie et la mort des manifestants n’a que peu de valeur pour les vrais faux acteurs souvent armés, dont les prestations sont grassement payées . Pour ces acteurs : la vie et la mort ne sont tous deux que des « accidents » et le manifestant n’est qu’ un insecte nuisible qui trouble la chaîne alimentaire de ces prédateurs sauvages . Pour ceux qui sont du bon côté des armes, tout ceci n’est finalement qu’un jeu où ils se sentent enfin exister .

    - 3)Silence ! On tue à Madagascar …

    Lorsqu’on veut tuer son chien , on prétend qu’il a la rage . Puisque les manifestants dérangent et sont ravalés au rang de bêtes à mater , ou à briser : les gros bras armés se permettent toutes les exactions puisque leur « chef » ferme les yeux,se bouche les oreilles et leur donne un chèque en blanc . Lui-même n’en serait-il pas un otage ? Dans les pays normaux où les valeurs morales et spirituelles sont bafouées , les responsables du Fanahy du peuple se dressent avec indignation . Qu’en est-il à Madagascar ? Trop occupés sans doute à essayer de se placer à différents postes temporels , trop obnubilés par la vengeance à prendre sur le passé , trop occupés à perpétuer une guerre des religions … Signe que Madagascar a bien régréssé dans l’obscurantisme du Moyen-Age européen . Les responsables spirituels ,déconnectés de leurs racines malagasy , enragés par l’appel du matérialisme , ont enterré au plus profond de l’enfer de leur absence de conscience et de valeurs réelles ,la notion élémentaire du Bien et du Mal . Peut-on rêver de l’émergence d’un Desmond Tutu à Madagascar ou sera-ce encore une des merveilleuses chimères de ce beau pays martyrisé ?

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS