Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 12 décembre 2019
Antananarivo | 13h36
 

Lu ailleurs

Lu ailleurs

Taxer les riches : une idée fausse bonne idée

jeudi 25 juillet

Aux États-Unis, un petit groupe de milliardaires naïfs fait la queue pour réclamer d’accroître la pression fiscale sur les super riches. Naïfs, car ils énumèrent toute une liste de problèmes qu’ils pensent pouvoir résoudre avec cette hausse des impôts. Tout cela rappelle l’histoire de l’aide étrangère en Afrique. Comment expliquer cela ?

Les milliardaires sont de brillants rêveurs qui croient dur comme fer que plusieurs problèmes peuvent être résolus automatiquement avec de l’argent. Ils soutiennent que cela pourrait alimenter les investissements économiques, financer les soins de santé et réduire les inégalités. En d’autres termes, cet impôt supplémentaire apporterait tout ce que l’aide étrangère allait apporter à l’Afrique.

Que fait l’État l’argent des impôts ?

À présent, le gouvernement américain a déjà confisqué des milliards de dollars d’impôts. Pourtant, tous les problèmes que les politiciens ont promis qu’ils allaient résoudre restent sans solution. En quoi le gouvernement central américain dépense-t-il ces milliards de dollars ? Ils financent des camps d’internement pour les réfugiés fuyant la violence en Amérique centrale, violences directement liées à la guerre américaine contre la drogue. Un énorme pourcentage des impôts américains finance les guerres et l’expansionnisme militaire. Il paie pour les drones qui bombardent des cibles civiles dans la prétendue guerre contre le terrorisme. Il sert à ce que les services de police proposent de nouvelles méthodes pour surveiller les Américains, ce qui permet de subventionner des sociétés de plusieurs milliards de dollars. Il finance la Federal Drug Administration (FDA), qui « cartélise » le marché des produits pharmaceutiques et fait grimper les prix à des niveaux encore plus élevés que ce qu’ils seraient sur un marché libre.

Les excès des présidents sur le dos de l’aide

C’est ainsi que les politiciens dépensent l’argent. Les solutions de rêve annoncées pour justifier les taxes sont rarement mises en œuvre au-delà de certaines dépenses symboliques. Le régime de Robert Mugabe au Zimbabwe s’est joint à la file d’attente pour obtenir une aide étrangère et a fourni toutes sortes d’arguments allant dans le sens de l’aide des pauvres. Dans la pratique, l’argent de l’aide étrangère servait à Mugabe pour des voyages de luxe en Angleterre où il profitait du shopping chez Harrods. Lorsque son peuple a manifesté contre la corruption, il a eu recours à l’aide étrangère pour financer la répression policière de ses opposants. À un moment donné, ils ont utilisé des véhicules fournis par le gouvernement britannique pour arrêter des manifestants, parmi lesquels un cousin de la reine Elizabeth II. Asger Pilegaard, alors chef de la délégation de l’UE au Zimbabwe, a admis : « L’aide humanitaire financée par les contribuables européens n’est pas reçue par les personnes à qui elle était initialement destinée ».

De même, l’aide étrangère a permis à Mobutu du Zaïre d’accumuler une fortune de 10 milliards de dollars. L’aide accordée au seigneur de guerre somalien Siad Barre a été utilisée pour acheter des armes. Mengistu en Éthiopie a utilisé les fonds de donateurs pour contraindre des opposants à quitter leurs terres et un responsable de son gouvernement s’est vanté : « Il est de notre devoir de déplacer les paysans s’ils sont trop stupides pour agir par eux-mêmes ».

Même en Afrique du Sud, l’aide destinée à financer la lutte contre le sida a été détournée pour financer un faux film de sensibilisation sur le SIDA (Sarafina II). Le film a été à peine vu par quelques personnes. Il a pourtant consommé 20% du budget de la lutte contre le SIDA pour cette année. Cela a permis d’acheter plutôt un autobus de luxe que le producteur peut utiliser, mais elle n’a guère contribué à réduire les infections de Sida.

Un bureaucrate éthiopien n’a montré que du mépris pour son peuple. Il avait déclaré qu’il devait les commander car ils sont trop stupides pour mener leur propre vie. C’est le problème de ces tentatives de résolution des problèmes par des moyens politiques. Les motivations des politiciens sont complètement en décalage avec les motivations nécessaires à la résolution des problèmes.

Retour à la raison : donner aux vrais bénéficiaires

Ces milliardaires américains pourraient facilement financer les soins de santé sans qu’aucune loi ne soit adoptée. S’ils veulent donner 3% de leur capital à un hôpital, personne ne les en empêche. L’Hôpital de recherche pour enfants St. Jude offre des soins de santé gratuits à tous. Il est financé par des dons privés. Ces milliardaires pourraient certainement s’adresser aux exploitants de St. Jude et leur offrir un fonds de dotation pour ouvrir plusieurs autres hôpitaux. L’argent servirait alors à financer les soins de santé et il est certain qu’ils ne serviraient pas à financer des frappes de drones. S’ils veulent élargir l’accès à l’enseignement supérieur, ils pourraient faire ce que le Berea College du Kentucky a fait. Berea a mis en place un fonds de dotation d’une valeur de 1,2 milliard de dollars. Les intérêts sur capital obtenus offrent un enseignement gratuit à tous les étudiants de Berea. Si vous voulez créer des emplois, aidez les employeurs à embaucher de nouveaux travailleurs et à se développer. Si vous souhaitez améliorer les conditions de vie des personnes, donnez-leur la propriété de leurs logements.

La vraie solution est de faire confiance aux gens. Les solutions « par le bas » fonctionnent beaucoup mieux que les solutions bureaucratiques « d’en haut », souvent truffées de corruption et de gaspillage. L’Afrique du Sud verse des milliards de rands à des entreprises d’État en faillite qui reviennent chaque année pour demander davantage. L’approche de la gestion politique ne fonctionne pas.

Ces milliardaires américains devraient rechercher des œuvres de bienfaisance dignes de ce nom et diriger leur aide vers les centaines de millions de personnes qui en ont réellement besoin. En s’évertuant à confier leurs fonds à des politiciens, il est évident qu’ils agissent à l’encontre des objectifs qu’ils souhaitent atteindre à travers une hausse d’impôts .

James Peron, Président de l’Institut Moorfield Storey.

Article publié en collaboration avec Libre Afrique

5 commentaires

Vos commentaires

  • 25 juillet à 11:11 | Turping (#1235)

    Dans cet article ,on parle des aides et taxes détournées à des fins crapuleuses et d’intérêts restrictifs au détriment des vrais bénéficiaires (’intérêts collectifs ).En Afrique ,USA ,Europe ,partout ces actes condamnables ne sont pas des actes isolés .
    - Et c’est la raison pour laquelle ,les traques aux contrevenants semblent-elles importantes .Lutte contre la corruption ,détournements de deniers publics ,......Les aides détournées par quelques marionnettes au pouvoir(compte bien garni en Suisse ,paradis fiscaux ,....°) qui reviennent aux donneurs ,emprunteurs ne sont qu’un jeu de dupe pour appauvrir encore les innocents ,notamment en Afrique sous forme de génocide à petit feu sur le long terme .Les ressources pétrolières ,minières sont encore là jusqu’à l’épuisement total pour assurer les mises en scène.

  • 25 juillet à 11:58 | anhuro (#10667)

    Personne dans ce pays ne se pose UNE seule question ! ?, des politiques qui avant d’entrer au gouvernement habitaient dans des "cases "et...?soudainement possèdent des maisons de 300m2 mini ??,vous voulez quelques exemples ? , le 1er ,l’amiral (sans marine ! )appart à Neuilly-sur-Seine ou vivent les "clochards ! ",Tantely après Ivandry (je connais j’ai fait ses travaux sans cadeaux "), j’en connais quelques-uns qui se baladent en "caisse ! "À plus de 60000€ !, avec des "salaires " de ministre à disons 10 millions Ariary !,Merci d’éclairer ma "lanterne".Bonne réflexion et journée.

  • 25 juillet à 18:37 | Behantra (#9165)

    Je n’ai rien compris !!

    Déjà le : une idée fausse bonne idée ???!!!

    Okay c’est peut être une mauvaise ’frappe’ ... et cet institut Moorfield Storey , c’est quoi exactement ,

    c’est qui ?

    Et pourquoi affirmer que c’est une ...fausse bonne idée cette ’taxation’ des hyper riches ??

    Turping

    A Paris , l’Université Dauphine dispense un enseignement pour l’obtention d’un diplôme 3ème cycle à propos de la gestion et économie d’entreprise

    Je vais m’informer si il n’y a pas de cours du soir pour une année sinon j’irai aux Arts et métiers

    Les bouquins que j’ai lus à ce propos ont vachement aiguisés ma curiosité

    Ne riez pas Turping ...

    • 25 juillet à 23:03 | lysnorine (#9752) répond à Behantra

      @ Behantra 25 juillet à 18:37
      « ...cet institut Moorfield Storey , c’est quoi exactement , c’est qui ?... »

      Zahao : https://storeyinstitute.blogspot.com/2010/11/what-is-moorfield-storey-institute.html

      "The Moorfield Storey Institute is a new LIBERTARIAN organization dedicated to applying libertarian thinking to today’s struggle for civil liberties and equality before the law."

      "The Institute is named in honor of Moorfield Storey (1845-1929). STOREY was an advocate for hard-money, free trade and laissez faire. BUT Storey became best known as a champion for a PRO-PEACE FOREIGN POLICY and for the RIGHTS OF RACIAL MINORITIES. Storey was PRESIDENT of the ANTI-IMPERIALIST LEAGUE, president of the American Bar Association, and the first president of the National Association for the Advancement of Colored People. Storey successful fought a segregation law in the US Supreme Court arguing the case on the basis of property rights and freedom of contract. Storey’s life exemplified the connection between civil rights and economic freedom..."

      Zahao koa : https://medium.com/the-radical-center/the-sorry-record-of-foreign-aid-in-africa-9e0d9a662687
      (The Radical Center)
      "The SORRY RECORD OF FOREIGN AID in AFRICA
      James Peron
      Jun 23 ·

  • 27 juillet à 00:25 | Albatros (#234)

    S’il y a des milliardaires "généreux" !, qui n’ont pas besoins de taxation pour participer aux développement des moins "nantis", je ne vois pas pourquoi on ne mettrait pas en place une taxation pour les récalcitrants qui ne pensent qu’à eux.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS