Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
mardi 10 décembre 2019
Antananarivo | 00h33
 

Divers

Ministère de l’Education nationale

Suspension de directeurs dans le chahut

mercredi 29 janvier 2014

Le ministère de l’Éducation nationale a été le théâtre d’une scène peu commune ce mardi 28 janvier. Quatre directeurs ont été suspendus de leurs fonctions par le ministre de l’Éducation nationale qui a émis le 10 janvier 2014, des notes de services y afférent, portant N°2014-004/005/006 et N°007/MEN/Min/SP. Les directeurs incriminés refusent et ne veulent pas procéder aux passations ; ils ont porté l’affaire devant la Primature qui a réagi en leur faveur et suggère au ministre la suspension de l’abrogation de nomination de ces directeurs.
Malgré cette intervention du Premier ministre, les notes de suspension ont été mises à exécution ce mardi 28 janvier par les autorités ministérielles conduites par le secrétaire général qui ont voulu installer leurs remplaçants. Elles ont forcé les portes de deux bureaux de ces directeurs afin que les nouveaux directeurs promus puissent travailler.

Selon la défense de ces directeurs limogés, l’acte de forcer la porte des bureaux est illégal car c’est purement et simplement une effraction étant donné qu’il n’y a aucune décision de justice qui l’ordonne ou l’autorise. De plus, ajoute-t-on du côté de la défense des personnes concernées, une simple note ne peut annuler un décret car un de ces directeurs limogés a été nommé par décret.

Selon toujours la défense des victimes de ces notes suspensives, le Premier ministre a par une note en date du 27 janvier 2014, suspendu toute abrogation de nomination, toute affectation et toute suspension de fonction relatives aux hauts emplois de l’État, jusqu’à la mise en place du nouveau gouvernement, sauf en cas de faute lourde. Il aurait même signifié au ministre de l’Éducation qu’il est souhaitable que la note de suspension de ces directeurs soit retirée.

Le secrétaire général du ministère a fini par expliquer à la presse que les directeurs suspendus de leur fonction ont fauté et apparemment c’étaient des fautes lourdes. Il leur a demandé que les mesures prises à leur endroit puissent s’exécuter dans la discrétion pour préserver leur honneur mais le fait est là, déplore le secrétaire général et c’est dommage. Selon la compréhension commune, les griefs portés contre ces directeurs ont trait à la gestion des tickets de carburant, à la manière d’effectuer des passations de service et de gestion des examens. Le secrétaire général du ministère informe que si besoin est, il est préférable que ce soit le ministre qui écrive et donne au Premier ministre les raisons de la suspension des personnes concernées.

Recueilli par Valis

4 commentaires

Vos commentaires

  • 29 janvier 2014 à 10:12 | RAMAHEFARISOA Basile (#6111)

    - "Tickets de carburant"..
    Une affaire qui marche,à Madagascar.
    IL FAUT LES SUPPRIMER.
    Basile RAMAHEFARISOA-1943
    b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 29 janvier 2014 à 15:43 | Turping (#1235)

    Ce n’est pas étonnant qu’on entend de telle réaction pareille.
    >Primo ,un Ministre normalement ne devait agir de cette manière ,sans l’aval gouvernemental de la part du chef de l’exécutif ,le premier Ministre sortant Omer Beriziky.
    Une telle décision mérite d’être un débat discuté autour d’une table afin de prendre une mesure unanime .

    >Secundo ,les Directeurs limogés ont droit au recours pour défendre leur cause ou les irrégularités ainsi produite amenant le Ministre à prendre une décision à leur encontre.

    Vu que le gouvernementde la transition a été un gouvernemet bicéphale partisan où chaque Ministre pouvait prendre une décision comme cela lui semble bon ,s’il est du côté de Rajoelina ou plutôt de Omar Beriziky ,c’est l’anarchie totale.

    Il est temps que le nouveau gouvernement s’installe autour de la cohésion et d’union nationale ,avec compétence à régler les affaires litigieuses pour que le droit respecte l’être humain !!!

  • 29 janvier 2014 à 18:41 | bbernard (#6880)

    La mise en place du nouveau gouvernement légitime est urgente. Il est certain que la remise en ligne des différents personnages placés par le dj ne se fera pas sans certains heurts, mais avec de la détermination et en s’appuyant sur sa légitimité électorale, le nouveau pouvoir y arrivera.

  • 30 janvier 2014 à 02:31 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059)

    C’est complétement débile et insensé !

    Cà ne relève pas des "affaires courantes" ...

    Il a disjoncté notre ministre ...

    Quelle incompétence !!!

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS