Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 2 décembre 2022
Antananarivo | 13h35
 

Divers

Salazamay-Toamasina

Scandale foncier bouillonnant

vendredi 24 octobre 2008 | Hassy

Des actes de corruptions manifestes surgissent au fur et à mesure que l’affaire sur le scandale foncier de la propriété de Salazamay Toamasina suit son cours. Après avoir croupi plusieurs semaines dans le centre pénitencier d’Ambalatavoahangy, le contrôleur des Domaines, trempé pour délivrance de dossiers frauduleux, est désormais lâché dans la nature depuis le 29 septembre dernier. Les requérants se sont opposés à cette décision de la Chambre d’Accusation de Toamasina, mais celle-ci a tranché en faveur de l’incriminé, après avoir statué. Pour sa part, le conservateur qui a donné les ordres n’a même pas été déféré. Il dort sur ses deux oreilles à Manakara en occupant un autre poste important.

Cocu

Des informations indiquent que la partie adverse a d’ores et déjà engagé une autre procédure suspecte de sorte à faire sortir de prison leur complice qui a travaillé au service d’état civil de la commune urbaine de Toamasina, également mouillé jusqu’au cou pour magouilles et fraudes.

En outre, un autre fait titille les esprits. Rien que pour 2007, sur les 17 dossiers déposés à l’encontre de la famille du cerveau de l’affaire pointé du doigt pour vouloir s’accaparer des terrains d’autrui, aucun des plaignants n’a obtenu gain de cause. Ils ont tous été déboutés. Tout ceci semble confirmer une rumeur qui brûle les lèvres dans tout Toamasina. A priori, la mère du principal suspect serait la maîtresse d’un haut magistrat de cette ville sans que le mari cocu ne pose le moindre problème. Des victimes mettent en évidence que c’est la raison pour laquelle ces gens n’ont jamais eu de procès à leur encontre.

Négociations avortées

Actuellement le scandale est en passe d’atteindre son paroxysme, les personnes soupçonnées auraient ouvert la porte des négociations aux requérants pour éviter que l’affaire ne prenne davantage d’ampleur, mais cela n’a pas abouti. Alors que le procureur entrevoit un réquisitoire supplétif afin de redéfinir, pour ne pas dire aggraver, les chefs d’inculpations qui pèsent contre les faussaires en raison de l’émergence de nouvelles preuves accablantes, une enquête approfondie sera effectuée ce jour. Force est de croire que la corruption ne va pas une fois encore émailler les procédures.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS