Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 14 août 2022
Antananarivo | 13h04
 

Editorial

Revin-gadra de bonne année

lundi 3 janvier 2011 | Ndimby A.

« Nous aurions bien voulu commencer cette année sur une note positive, sur la lancée de l’air joyeux des chants de Noël et la frénésie insouciante des bals de fin d’année. (…). Nous aurions bien voulu ne plus crier notre indignation, ne plus dénoncer les volontés de nuisances, ne plus relever les incohérences, mais les faits sont têtus. Il faut nous rendre à l’évidence, il n’y avait pas et il n’y a aucune raison de nous réjouir en cette période de fêtes, il y a peu de raison de faire la fête, hélas ! (…). Nous aurions été heureux de retrouver l’optimisme, l’enthousiasme et la foi en l’avenir (…). Le jour se lève, peut-il faire autrement ? (…) ».

En hommage à Elie Rajaonarison, j’ai choisi de débuter (et de finir) mon premier éditorial de l’année 2011 par des extraits d’un texte à lui, publié en janvier 2010 dans la Revue de l’Océan indien. J’aurais pu également copier-coller un autre texte d’il y a un an, mais d’une qualité plus humble que celui d’Elie : mon premier édito de l’année dernière, que je me permets de vous inviter à relire. Car depuis que DJ-cratie, an II : bonané ??!! a été publié le 4 janvier 2010, rien n’a fondamentalement changé dans ce pays.

Les esprits délibérément optimistes, comme Mpitily, argueront cependant qu’entre janvier 2010 et janvier 2011, le référendum du 17 novembre 2011 aura été un fait majeur. D’autres, tentant de chercher un brin de lumière dans les ténèbres environnantes, tel le forumiste Parole, se baseront sur une nouvelle approche de la médiation, avec l’ouverture d’un bureau de liaison de l’ONU ; mais aussi sur la volonté affichée par les quatre mouvances pour reprendre le dialogue. Soulignons cependant que cette volonté de dialogue n’est pas nouvelle : cela fait deux ans qu’elles nous bassinent avec ça.

Sans doute pessimiste de nature dès qu’il s’agit de placer le moindre espoir sur la classe politique malgache, je ne partagerai ni l’adhésion de Mpitily, ni l’optimisme de Parole. Je ne vais pas revenir ici sur tous les mensonges et les défaillances que je reproche à ce régime hâtif : on risquerait, à raison, de m’accuser de radoter. Mais le problème est le suivant : les acteurs sont les mêmes, les problèmes sont les mêmes, la crise est la même, le pays est le même, alors sur la base de quoi pourrais-je innover ?

Début 2010, j’écrivais les prévisions suivantes : « la répression sera de plus en plus féroce (…) ; les accusations bidon (…) vont fleurir pour dénigrer l’opposition ; (…) l’armée va se diviser ; le chômage va croître ; et les Dadis Camara de l’Océan Indien vont faire le forcing vers des élections législatives à la mauritanienne, qui apporteront plus de problèmes que de solutions. (…) Rien n’autorise à être optimiste pour l’année à venir : je donne rendez-vous aux lecteurs dans 12 mois pour le bilan de ces lignes ».

Début 2011, j’invite alors le lecteur à faire le bilan de ce qui s’est avéré vraiment faux dans ces prévisions. Que ce soit les accusations bidon pour intimider et tenter de réduire au silence Fetison Rakoto-Andrianirina ou Raymond Ranjeva ; les affaires du FIGN ou du BANI ; le chômage et ses effets pervers qui s’appellent délinquance, marchands de rue et prostitution etc. La seule différence, c’est que les élections à la mauritanienne ne furent pas les législatives, mais le référendum constitutionnel.

Pesanteurs sur la médiation

Force est de reconnaitre que tous les efforts de sortie de crise ont lamentablement échoué jusqu’à ce jour. À mon avis, il y a eu cinq raisons précises, et en filigrane des deux derniers points, des intérêts de la ration qui priment de plus en plus sur ceux de la Nation.

Primo , le choix des médiateurs. Depuis le début de la crise, certains diplomates basés à l’étranger ou même à Antananarivo, me font l’honneur de requérir assez régulièrement des éclairages complémentaires à mes éditos. Et dès le premier semestre 2009, je leur avais expliqué que malgré toutes leurs qualités et bonne volonté, le choix de médiateurs africains n’était pas la meilleure option, à cause de la personnalité insulaire des Malgaches qui les fait porter un certain regard sur l’Afrique, et surtout à cause du lourd historique qui hante le passé commun de la Grande Ile et du Continent noir (tirailleurs sénégalais etc). Je m’étais à l’époque fait taxer de raciste rétrograde. Or, il y a quelques semaines, l’historien Jean Fremigacci a également dit la même chose sur RFI, et tout le monde a applaudi le grand blanc avec des chaussures noires. Heureusement que depuis le Christ, on sait que nul n’est prophète en son pays.

Secundo , le comportement des médiateurs. Malgré toutes ses qualités, Joaquim Chissano s’est fourvoyé dans le forcing des résolutions de Maputo 3, qui ont créé une cassure irrémédiable entre les médiateurs et la mouvance Rajoelina, et offert inutilement le flanc de l’équipe conjointe de médiation à des critiques de partialité. Depuis Maputo 1, on savait que la bonne foi et le sens de la parole de Andry Rajoelina étaient très discutables. Lui offrir les résolutions de Maputo 3 sur un plateau d’argent comme prétexte pour envoyer valser la médiation était donc une grossière erreur de la part des médiateurs et des trois mouvances.

Tertio , le comportement de certaines grandes puissances. En privilégiant la sauvegarde de leurs propres intérêts, elles ont neutralisé les efforts du Groupe international de contact (GIC) et des oragnismes internationaux représentées au sein de l’Equipe conjointe de médiation (ONU, OIF, SADC, UA). Ainsi, le soutien à peine caché de la France au pouvoir hâtif, et surtout l’afflux d’argent des sociétés chinoises (dont certaines sont d’État) ont tourné en ridicule le poids des sanctions internationales. Il y a aussi une petite phrase que je trouve très intéressante dans une note de bas de page du rapport de l’International crisis group publié en mars 2010 sur Madagascar. En bas de la page 40 de ce document, un diplomate basé à Paris déclare sans ambages : « On ne veut plus être complexé, on a des intérêts, on les assume ». C’est clair, c’est net, c’est choquant. Mais c’est le réalisme de la science politique telle qu’elle se pratique, bien loin des gnagna moralistes de ceux qui, comme moi, espèrent que l’oeuvre civilisatrice passe par le Droit et l’éthique. On ne peut pas reprocher aux Français de rechercher l’intérêt de la France. Ce qu’on peut reprocher, c’est qu’au nom de l’ignoble tradition des collabos, des Malgaches se dévergondent sans scrupules à travailler pour l’intérêt d’autres Nations contre celui de leur propre pays.

Quarto , les trois mouvances n’ont pas été capables de trouver une parade au totalitarisme insidieux qui s’installe, et à la politisation des forces de sécurité et de la justice. Elles doivent donc se contenter d’être forces d’obstruction sans pouvoir se muer en force de proposition ou en force d’attraction pour une opinion publique visible. Elles ont perdu trop de temps et de terrain à s’arc-bouter sur des sujets tels que l’amnistie des Présidents Ravalomanana et Ratsiraka. Maintenant, elles doivent quand même s’approcher de la table de négociations en n’étant plus en position de force.

Cinque , enhardi par la déroute des trois mouvances, le clan Rajoelina s’enferme dans son unilatéralisme, d’autant plus que les réseaux mafieux qui pullulent en son sein vont tout faire pour maintenir le statu quo : ces réseaux n’ont pas intérêt à laisser le Président de la transition quitter ou partager le pouvoir. Comment croire un seul instant que ceux qui, non seulement ont peur d’un retour de Ravalomanana, mais aussi ont largement tiré profit de la présence de Rajoelina au pouvoir, vont se dire que maintenant il est temps d’arrêter la Grande braderie de Madagascar ? Alors qu’il y a encore tant de stocks disponibles : forêts de bois de rose, terres, rivières, sable, air, et autres ressources naturelles et minières etc.

La recherche de la sortie de crise doit donc prendre en compte tous ces problèmes. L’arrivée de Peter Metcalf comme facilitateur d’un bureau de liaison de l’ONU pour la crise malgache ne peut cependant qu’être un plus. Ayant été en poste à Madagascar pendant de nombreuses années, il connait le pays, la classe politique, et surtout la mentalité de gens qui se sentiront plus honorés, et donc plus attentifs, en parlant avec un Anglais plutôt qu’avec un Mozambicain, un Burkinabé ou un Malien. C’est triste, mais c’est comme ca. De plus, vu l’échec de la communauté internationale à faire appliquer les Accords de Maputo, il faut savoir prendre acte et changer une équipe qui ne gagne pas, ne serait-ce que pour effacer la rancœur de Maputo 3. Par contre, question : comment l’ONU va-t-elle faire avaler à la SADC la cohabitation d’une structure de médiation parallèle ?

Réalisme ou défaitisme ?

Photo RAPHDB – Flickr

Un de mes récents éditos appelait à faire preuve de réalisme, même si la réalité n’était pas forcément plaisante. Certains ont vertement critiqué ce réalisme au nom de la morale, qui interdirait de baisser les bras devant un coup d’État. Je rappelle que j’ai été un des rares éditorialistes basé à Madagascar, sinon le seul, à avoir osé élever la voix au plus fort de la crise, quand les sinistres gardes prétoriens de la CNME puis du FIS faisaient la loi pour asseoir le postérieur du Grand hâtif à Ambohitsorohitra. Je n’ai donc de leçon à recevoir de qui que ce soit en matière de courage ou de patriotisme. Mais après deux ans de crise, je constate que les trois mouvances ont atteint leurs limites, et qu’elles n’ont malheureusement pas su entretenir et développer la dynamique de révolte ou de rancoeur que le coup d’État avait fait naitre en 2009. Et si mes éditoriaux à la sauce légaliste avaient pour objet de tenter d’animer la flamme manichéenne de ce qui était selon moi le Bien contre le Mal, ils sont devenus inutiles à cause de l’incapacité des politiciens de l’opposition et de la fameuse majorité silencieuse à capitaliser la volonté de résistance au sein de la population.

Selon la psychologue Elisabeth Kübler-Ross, on observe « cinq phases du mourir » dans toute forme de perte catastrophique (emploi, revenu, liberté, être cher …), ou en cas d’échec (divorce, infertilité…) : le déni, la colère, le marchandage, la dépression, l’acceptation. Mais ce qui est le plus important, c’est qu’après l’acceptation, deux voies sont possibles : la performance par le choix d’être acteur et pro-actif, en procédant par exemple aux réajustements nécessaires ; et la chute qui est un comportement de laisser-faire et de laisser-aller.

À quelle phase correspond le réalisme que je prônais : dépression, acceptation, performance, chute ? Je ne sais pas. Mais pour paraphraser Jacques Audiberti, « Un con qui marche va plus loin que dix intellectuels assis ». Après avoir fait l’intellectuel pendant deux ans, nous faut-il alors faire le con ? Toutefois, réalisme ou pas, je ne puis tomber d’accord avec Mpitily lorsqu’il plaide que, puisque Rajoelina a réussi la prouesse de renverser Ravalomanana, il faut donc le laisser jouir tranquillement « de son trophée », sans lui mettre des bâtons dans les roues à coups de sanctions internationales, de suspension de l’AGOA ou de boycott national. Ce serait trop facile de récompenser et faciliter un tel acte de piraterie politique, sans réaction. Alors, réalisme, peut-être, mais on ne va quand même pas obliger le peuple malgache à se déculotter, et en plus à fournir la vaseline avec un grand sourire. Lorsqu’Al Capone règnait sur Chicago ou Hitler sur l’Europe, leur pouvoir obtenu et maintenu par la force et la violence en faisait-il des personnages ayant une quelconque légitimité ?

Mission impossible ?

Ceci étant dit, certains demanderont des solutions au lieu de critiques : notons que cela a déjà été fait à plusieurs reprises, mais sans résultats (relire sur mon blog la page consacrée aux propositions de solutions). Toutefois, pour ne pas laisser l’image d’un éternel grognon, voici donc une synthèse des points qui me semblent être les plus importants dans l’immédiat pour une sortie de crise sereine :

- Apaisement réel, avec libération de tous les prisonniers politiques, et arrêt de toutes ces intimidations folkloriques : certains ont maintenant obtenu leurs étoiles, plus besoin de continuer de faire du zèle à tort et à travers. Et Antanimora doit cesser d’être ce camp de (forte) concentration d’opposants qu’il est depuis le coup d’État du 17 mars 2009.

- Inclusivité et consensualité réelles : reformatage de la Transition sur le modèle de 1991, avec un Président honorifique, et le pouvoir exécutif concentré aux mains du Premier ministre. Cela ne devrait pas frustrer Andry Rajoelina, dont la seule compétence consiste à s’agiter pour tout ce qui est honneur, apparat et lumières qui clignotent, mais qui n’a ni l’envergure, ni la sagesse et encore moins l’expérience pour gérer un pays qui a d’aussi graves problèmes à résoudre.

- Ouverture réelle : il faut recomposer les institutions de la Transition avec une ouverture aux forces politiques d’opposition. Cela passe par un agrandissement du gâteau pour que tous les crocodiles et vautours affamés en aient une part sous forme de sièges. Ce n’est pas moral, mais c’est comme ça que se paye la paix. Par contre, Camille Vital doit impérativement céder la place comme Premier ministre à quelqu’un d’une autre mouvance. De préférence, pour une question d’équilibre, à proposer par la mouvance Ravalomanana pour calmer les rancoeurs des zanak’i dada qui ne se reconnaissent plus en Raharinaivo.

Une fois ceci fait, on pourra parler des gros chantiers techniques ou philosophiques : retour de l’État de droit, lutte contre la corruption, éducation citoyenne, fiabilité des élections etc.

Alors, de telles conditions de sortie de crise sont-elles un revin-gadra d’éditorialiste ? L’Histoire du monde s’est cependant faite grâce à des gens qui ont fait des rêves positifs : abolir l’esclavage, marcher sur la Lune, voler comme les oiseaux, créer le Droit pour mettre fin à la Loi de la Jungle etc. Et cela, même si d’autres ne rêvent que de Hummer, de se faire appeler Président, ou de se proclamer empereur comme Bokassa. Il y a donc rêveur et rêveur. Permettez-moi alors de vous citer ces vers de Charles Baudelaire :

Maudit soit à jamais le rêveur inutile

Qui voulut le premier, dans sa stupidité,

S’éprenant d’un problème insoluble et stérile,

Aux choses de l’amour mêler l’honnêteté ! [1]

Cependant, pour toutes les raisons qui précèdent, espérer que 2011 sera une bonne année tient a priori plus du voeu pieu que du réalisme. Je réitère alors les mots de mon édito de l’année dernière : « C’est donc plus par tradition que par conviction que je vous souhaite une bonne année, tout en remerciant tous ceux qui m’ont adressé leurs vœux sur le forum ou par mail. On est pessimiste, mais pas mal élevé, que diable ! ».

Bonne année alors à ceux qui le veulent, et surtout à ceux qui le peuvent. Et pour boucler la boucle, laissons de nouveau la place à la plume d’Elie Rajaonarison, avec la superbe chute de son texte de début janvier 2010 et cité ci-dessus : « Iny lalana iny… lalan-tsarotra e… Soava dia daholo e ! ».

Notes

[1La IVème République de Rajoelina se focalise déjà sur l’amour. Il ne manque plus que le reste…

33 commentaires

Vos commentaires

  • 3 janvier 2011 à 07:56 | râleur (#3702)

    Merci Ndimby et bonne année.

    Il faut continuer à rêver pour ce pays. Quel les autres rêvent de Hummer ou de voyage à Dubaï aux frais d’un promoteur immobilier, cela ne nous empêchera pas de rêver, en dénonçant et en proposant, un avenir meilleur pour notre pays et nos compatriotes.

    Samy tratry ny taona daholo é ary maniry ny soa rehetra hoan’io Tanindrazana io.

  • 3 janvier 2011 à 08:40 | Ragnarok (#3696)

    Meilleurs voeux au meilleur éditorialiste malgache que je connaisse. Toujours brillant, une belle plume et un humour noir de saison couplé avec un réalisme toujours d’actualité.

    Merci et au plaisir de toujours vous lire !

  • 3 janvier 2011 à 08:55 | ericraza (#4709)

    Impeccable Ndimby !!
    Rien à dire, continue comme ca, t’es le meilleur (avec Tonton georges, bien sûr !!!)

  • 3 janvier 2011 à 09:53 | Tanindrazana (#3224)

    Merci encore Ndimby et " HAPPY NEW YEAR" a tous et a toutes, particulierement a toute l’equipe de MT.... Votre article pour moi est comme une balise pour les reflexions de l’annee 2011....On verra bien ce que cette nouvelle annee apportera. Bien a tous !

  • 3 janvier 2011 à 09:53 | mpitily (#1212)

    Sacré Ndimby va !

    Eh ben, vous commencez bien et fort l’année là ! ça promet bien.

    Bonne année à vous et à tous les malgaches.

    Mpitily.

  • 3 janvier 2011 à 10:05 | mpitily (#1212)

    J’étais un des rares à applaudir et à soutenir sur ces colonnes la synthèse et les recommandations de l’ICG ci-dessus citées, peude forumistes y ont accordé de l’importance alors que je les trouve très pertinentes, réalisables et objectives. Ci-dessous un extrait :

    "Une nouvelle constitution et des élections constituent la seule option réaliste pour sortir de ce cycle de crises à répétition. Madagascar a besoin de rétablir des institutions légitimes et d’initier des réformes administratives. La priorité de l’équipe de médiation devrait donc être la négociation d’un accord entre les quatre mouvances politiques, qui permettrait la rédaction rapide d’une nouvelle constitution, un référendum constitutionnel et la tenue d’élections libres et équitables, ainsi que la clarification
    des termes de l’amnistie décidée à Maputo.

    L’organisation des élections ne peut pas reposer exclusivement sur la HAT. Les quatre mouvances devraient accepter que le référendum constitutionnel et les élections soient organisés et supervisés par une mission conjointe UA/ONU. Durant cette période, les activités de la HAT devraient être réduites à l’expédition des affaires courantes. Tout membre qui désirerait se présenter aux élections devrait d’abord démissionner. Andry Rajoelina pourrait, lui, garder ses fonctions jusqu’aux élections, auxquelles il pourrait se présenter, comme négocié à Maputo. Cela permettrait de répondre à la fois aux demandes de la HAT, qui insiste sur l’organisation rapide d’élections, et à celles des trois autres mouvances, qui veulent un contrôle impartial du processus électoral. Cela empêcherait également les disputes autour des postes ministériels et permettrait d’éviter une transition trop longue.

    Pour que cette solution fonctionne, l’UA et l’ONU devraient nommer un envoyé spécial conjoint chargé de superviser l’élaboration d’une nouvelle constitution, ainsi que l’organisation d’un référendum constitutionnel et d’élections générales."

    Est-ce vraiment irréaliste ou inacceptable pour le peuple ? Qui dit mieux ?

  • 3 janvier 2011 à 10:58 | Andry R (#5008)

    Merci Ndimby. Toujours agréable à lire. L’année nouvelle arrivant, il est effectivement ineluctable que l’on ait l’impression de radoter du fait...de l’âge dira-t-on !
    Ceci dit, en passant, bonne année et meilleurs voeux à tous.

    Nul n’est prophète en son pays...ceci date malheureusement du temps d’Elie...bien que notre Rajaonarison tant aimé a su trouver beaucoup d’appréciation et de reconnaissance autant de son vivant qu’à sa mort dans le sien !

    Allons de l’avant, dis-je toujours ! critiquons mais construisons aussi. 2 ans de crise c’est suffisant pour tous !
    Ento miakatra ity firenena ity..hoy ry zalahy tamin’izany andro !

    Tratry ny taona e

  • 3 janvier 2011 à 10:59 | Basile RAMAHEFARISOA (#417)

    Revin-gadra :

    Que tous les enfants de Madagascar soient à la disposition de leur PAYS.

    Que Madagascar ne soit pas la Côte d’Ivoire où la Communauté Internationale veut imposer "SON" dictat.

    Madagascar aux Malgaches.

    Madagascar à tous les Malgaches,même à Monsieur le Président Marc RAVALOMANANA.

    Revin-gadra,que la famille de ce dernier soit de retour à Madagascar en 2011,sans SADC dans les bagages.

    Basile RAMAHEFARISOA

    b.ramahefarisoa@gmail.com

  • 3 janvier 2011 à 11:14 | Parole (#2602)

    Optimiste, oui je le suis en ce début d’année car les protagonistes n’ont plus beaucoup de temps pour conclure un accord et cela pour trois raisons :

    - la lassitude générale a atteint un niveau tel que la situation peut basculer vers l’incontrôlable pour peu qu’un incident se produise (prix du riz, cyclone, dérapage judiciaire etc.)

    - les politiciens, englués dans leurs querelles de chapelles, n’ont plus la force d’imaginer l’avenir. Le recours à l’ONU sonne comme un clairon de repli général.

    - l’économie ne supporterait pas une année supplémentaire de désordre (les tensions sur le riz et les devises en témoignent).

    Tous les conflits se terminent autour d’une table de négociation, cela aurait pu se faire dès juin 2009 au Carlton. C’était bien malgacho-malgache à l’époque mais sans bonne foi ni sens de l’Etat.

  • 3 janvier 2011 à 12:36 | vorondolo (#4135)

    Ravalomanana est prêt à enterrer sa hâche de guerre ! c’est la plus bonne des nouvelles en ce début d’année, n’est ce pas ? sa mbola revin-gadra koa io ?? Bonne et heureuse année à vous tous.

  • 3 janvier 2011 à 12:42 | rabri (#2507)

    Bonne année à tous et particulièrement à M’sé l’éditorialiste, toujours aussi brillant et talentueux ( Arahaba tratry ny asaramanitra leiroa an !) mais je suis plus optimiste que lui !

    Il y a plus d’un an, j’ai écrit sur ce forum : « L’histoire de toutes les révolutions planétaires montre bien que les après révolutions ont été marquées par des DESORDRES REPARATEURS ET RECONSTRUCTEURS avant d’arriver à une situation stable qui prend réellement en compte les erreurs du passé. » « DONC FAISONS D’ABORD LA REVOLUTION (= avoir éliminé le pouvoir personnel de Dada) et réflechissons ensuite ensemble ( = L’ INTELLIGENCE COLLECTIVE) sur des solutions durables pour le pays »

    Aurai-je raison ?? Les clignotants sont apparemment AU VERT en ce début d’année 2011 grâce aux LONGS EFFORTS de rapprochement et de médiation malgacho-malgaches. Mes respects à tous les acteurs de toutes les tendances. Chapeau bas !!

    http://www.les-nouvelles.com/spip.php?article6690 - M. Ravalomanana
    « La reconnaissance internationale d’ici peu »

    Je termine en évoquant deux messages de nos ancêtres BONS VISIONNAIRES : "Izay maharitra vadin’Andriana" et "Ao anatin’ny mangidy no ahitana ny mamy"

  • 3 janvier 2011 à 12:57 | Rabila (#1379)

    Et si l’autre avait raison en disant que "l’homme africain n’est pas assez entré dans l’Histoire".

    Les propos de Ndimby pré-supposent une société malgache moderne avec tous ses corollaires de l’état de droit et de la pratique démocratique.

    Il se peut que la société malgache dans son âme profonde est restée au stade du pré-moderne, du pré-démocratique.

    La frustration est alors d’autant plus grande que les autres pays sont à l’orée du post-moderne et hyper-moderne. Et dans ce domaine, il n’y a pas de raccourci comme pour la télécommunication où l’homme de la brousse est catapulté dans le monde des communicants.

    Nous sommes piégé dans un espace-temps singulier où nous voyons le monde où nous devrons être en croyant que nous nous y sommes déjà. Nous vivons la modernité par procuration...

    Bonne année à Ndimby et à tous les lecteurs

    • 3 janvier 2011 à 16:11 | maminah (#2788) répond à Rabila

      Génial ! "Nous vivons la modernité par procuration".

      Et si tous nos déboires viennent de ce malentendu essentiel ? Le décalage entre ce que nous croyons être et ce dont nous sommes en réalité capables. Entre les deux, il faudrait peut-être encore quelques siècles d’éducation ?

  • 3 janvier 2011 à 13:31 | Mihaino (#1437)

    Mes meilleurs voeux de bonne année pour tous les malgaches ( forumistes(anciens et nouveaux),journalistes, chaque visiteur lambda qui n’ose pas dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas ?! Par peur ??par lâcheté ?? Cependant, je suis sûr et certain que chacun a de bonnes idées pour le bien de notre Pays ...

    "l’intélligence est la chose la mieux partagée" (Descartes)

    Wait and see ...

  • 3 janvier 2011 à 14:11 | ratiarivelo (#131)

    Marina ny anao Atoa Ndimby :" FA REVIN-GADRA DE BONNE ANNEE".........io !!!Masina io Tanindrazana io

  • 3 janvier 2011 à 14:18 | vorondolo (#4135)

    Ravalomanana est prêt à enterrer sa hâche de guerre !!! c’est la plus bonne nouvelle de ce début d’année non ??

    • 3 janvier 2011 à 15:05 | mpitily (#1212) répond à vorondolo

      Wait and see !

  • 3 janvier 2011 à 15:12 | manantena fa niova (#4971)

    Jamais je n’ai ete fan d’editorialiste, mais depuis cette crise, Ndimby est comme un rayon de soleil avec des ondes positives, grace a la qualite de ses ecrits agremente d’humour ; meme certains mots ne sont plus si "gros" car ils "viennentapropos" (LOL).

    Pour 2011, je crois que tout le monde la veut bonne, et a "ceux qui ne peuvent pas", je dedie cette priere de la serenite qui m’est venue a la lecture de l’edito "realisme amer" :

    " Mon DIEU donnez-moi
    la Sérénité d’accepter les choses
    que je ne peux changer,
    Le Courage de changer les choses
    que je peux,
    et la Sagesse d’en connaître
    la différence"

    Bonne annee Ndimby et merci de tenir notre esprit en eveil.

  • 3 janvier 2011 à 15:57 | maminah (#2788)

    Vous êtes bien sévère avec vous-même, Ndimby !

    Mais faut-il s’en étonner, quand vous poussez l’auto-flagellation à ériger les « pensées » d’un Mpitily en références quasi philosophiques, quand bien même ce ne serait que du second degré ? Cependant, se justifier par deux fois devant un butor triomphant, sous prétexte qu’il incarnerait le politiquement correct du moment, c’est un peu imbuvable. D’accord, c’est davantage une opportunité pour marteler des évidences que la tournure actuelle risque d’occulter avec le temps. Mais comme disait le forumiste Da fily, il ne faut pas croire que la messe est dite…

    Vous ne radotez pas. Ce sont les faits qui radotent, à la mesure des efforts des acteurs du coup d’Etat pour faire tenir leur stratégie d’inertie et asseoir de force le statu quo. C’est toujours un mystère pour nous, forumistes lambda, de savoir où vous pouvez puiser toutes ces ressources pour vous renouveler au fil des jours, des semaines, des années, sur des bases aussi immobiles, traversées par moments d’illusions d’issue vite reniées…

    Vous nous avez embarqués dans une belle aventure passionnante, qui a permis à certains de se révéler à eux-mêmes, et qui dans tous les cas, nous a grandis. Avec regrets, beaucoup ont résolu de tourner la page. D’autres optent obstinément pour ne pas quitter le navire. Toutes options respectables.

    La croisée des chemins est par définition un temps de réflexion, ce qui n’est pas à proprement parler de la « dépression », quand bien même l’enjeu serait de taille. Pour ma part, je préfère laisser un peu du temps au temps, et rebondir quand j’en aurai retrouvé le goût, ou l’opportunité. Il n’y a pas d’indignité à prendre un temps de distance avec ce qui n’obtient pas mon adhésion. J’ai dit ! (c’est comme ça qu’on dit ?)

    • 3 janvier 2011 à 23:45 | observatrice (#2065) répond à maminah

      maminah
      merci d’avoir su si bien exprimé ce que je pense

      bonne année

    • 3 janvier 2011 à 23:59 | maminah (#2788) répond à observatrice

      Bonne Année, Observatrice !

  • 3 janvier 2011 à 16:36 | lalatiana (#1016)

    Bonne année à vous tous,

    Et à mon camarade Ndimby en particulier ... Et a Patrick A. ... mais aussi à Citoyenne Malgache, Maminah, Da Fily, Sissi, Rivohanitra, Sevane, Poiuyt, et tous les autres amis (*) rencontrés au fil de ces évènements, de ces coups de gueule, de ces coups de coeur ...

    On peut espérer aller vers un début de normalisation ... et c’est tant mieux ... pour enfin regarder plus loin ...

    Alors je souhaite à tous d’embarquer sur le vol Air Chance 2011 pour y faire le plus beau des voyages ...

    (*) avec un salut aux adversaires cordiaux ... Bien à vous, Vuze et les autres qui s’y reconnaitront

    • 3 janvier 2011 à 17:59 | sevane (#2781) répond à lalatiana

      Un passage en coup de vent pour vous présenter mes meilleurs vœux et vous remercier, par la même occasion, pour votre travail, votre persévérance, et pour la qualité de vos articles. Très bonne année à mes éditorialistes préférés et à tous mes amis forumistes. Que 2011 vous apporte, à chacun et à ceux qui vous sont chers, la joie, la paix et l’aboutissement de vos projets.

      Euhh, Lalatiana, je suis dans l’avion mais je ne te vois pas. Tu t’es trompé de vol ?

      PS : Dans le zodiaque chinois, 2011 est l’année du lapin ... arfff ...

    • 3 janvier 2011 à 18:19 | maminah (#2788) répond à lalatiana

      Merci, Lalatiana ! Je vous adresse aussi mes meilleurs voeux, à vous et à toute votre famille, pour cette nouvelle année. Qu’elle nous laisse entrevoir de nouvelles raisons d’espérer pour le pays et son peuple.

      Je renouvelle mes souhaits à tous, et surtout à ceux que j’ai eu tant de plaisir à lire sur ce forum.

    • 3 janvier 2011 à 20:39 | lalatiana (#1016) répond à sevane

      hin hin hin, sevane

      Primo :
      Ce n’est pas l’année du Lapin, c’est l’année du chat ... et toc ...

      Secundo :
      T’es pas sympa de pas me voir dans le vol Air Chance 2011 ... Je te revaudrai çà ... sale bête ;-)

    • 3 janvier 2011 à 21:52 | sevane (#2781) répond à lalatiana

      Meuh bien-sûr que je te vois Lalatiana. C’est juste que je ne t’ai pas reconnu dans ta tenue de commandant de bord ;-)))

      "Sale bête" ?!!! Tu parles du chat ou du lapin :DDD

    • 4 janvier 2011 à 20:10 | Citoyenne Malgache (#599) répond à lalatiana

      Merci Lalatiana pour tes sympathiques vœux. Mais de ce côté du globe, on ne pourra pas encore se permettre de faire un saut aérien pour 2011 : le voyage de 2011, si chance il y a, se fera surement en charrette ou au mieux dans un vieux taxi-brousse bien de chez nous. Plus que jamais nous sommes le pays du mora mora...

      Deux ans déjà qu’on parle des mêmes choses, qu’on souffre des mêmes choses... et que nous n’en voyons toujours pas le bout. Mais on lui doit au moins certaines choses à cette crise... Principalement, celle d’avoir fait la connaissance de quelques-uns d’entre vous, solidaires autour d’une même cause, mêmes si ces contacts restent souvent virtuels.

      J’ai aussi appris beaucoup de choses durant cette crise, en particulier sur tribune.com, et j’en remercie Patrick, Ndimby et les autres, car cela m’a permis de me remettre en cause et de réorienter ma vision et mon approche du développement. Et c’est peut-être (surement ?) pour cela que je suis de moins en moins présente sur les forum, car il y a un temps pour parler, et un temps pour agir. Regardons plus loin as-tu dit.

      Bonne année à tous ceux qui m’ont lu ou que je lisais sur ce forum.

  • 3 janvier 2011 à 21:19 | Jipo (#4988)

    Ces façons de mourrir dont vous faites allusions,bien connues des grosses boites pour pousser les "Départs volontaires" ou appels au suicide ,pratiqué par france telecom entre autre(les preuves que les nihilistes aillent faire leurs enquetes),quand on veut tuer son chien, ...est une manière de faire le vide autour du" projet"que l’on souhaite traiter, en toute tranquilité.C’est bien ce qu’il semble se passer,malgré les dénégations d’une minorité.
    De toutes façons l’histoire n’a besoin de personne pour avancer,bien ou mal,le ’train"est lancé,avec DJ rajoelina,les ingredients insecurité, chomage et famine ,etant réunis,pour une "teuf"nationale,manque plus que la casquette de rapeur / le coté ,ça va "swinguer".Profitez-en car ça risque de ne pas durer.Une année en perspective,qui promet...Wait@see.

  • 3 janvier 2011 à 22:01 | BemioVah (#3451)

    Tout d’abord, bonne année à tous ! Cette année 2011 sera-t-elle une bonne ou mauvaise année dans l’ensemble, même si dans le fond nous espérons tous à un changement quelconque mais favorable tout de même ?

    L’article en question, « DJ-cratie, an II : bonané ??!! » publié le lundi 4 janvier 2010, réflète trop un état d’esprit assez pessimiste et combien marginal. Bref, c’est une opinion comme une autre que je veux bien respecter par ailleurs, et qui montre bien que l’envers d’une médaille a aussi son revers. Le ou les auteurs d’un tel article ont tout à fait le droit de se sentir ainsi contrariés la soirée d’un 31 décembre au réveillon. Mais n’oublions pas aussi qu’il y a des milliers de malagasy qui veulent fêter et marquer cette soirée d’une manière traditionnelle, exceptionnelle, joyeuse, populaire et en pleine euphorie. Quoi de mal à cela, tant que l’on ne depasse pas les limites de l’ordre et de la sécurite publiques ?

    Il est vrai que la crise actuelle empêche certains de nos concitoyens malagasy de célébrer pleinement car obligés de se serrer la ceinture, mais cela ne devrait point empêcher quiconque d’autre de célébrer comme bon lui semble même en étant un peu plus restreint. C’est bien dommage de se sentir aussi triste et contrarié un jour de grande fête comme en fin d’une année et au début d’une autre. Il est aussi dommage de se limiter ce jour là particulièrement au point de se laisser complètement envahir par un sentiment négatif et si morose. Et il est vraiment dommage de vouloir ingurgiter aux autres un mélange de menu de saveur politique, alors qu’ils veulent aussi goûter au plat d’une pseudo-abondance et au vin d’un soi-disant château ou palais. C’est que justement, ils veulent tout simplement se dégager entièrement de la politique indigestible qui leur est presentée si âprement au quotidien, ne serait-ce que le temps d’un réveillon…

    Pourquoi alors leur priver de ce choix et vouloir les en convaincre autrement ? Demain, ce sera une autre histoire ou la même histoire à régler, et nous savons pertinemment que la réalité refera très très vite surface. La preuve c’est qu’aujourd’hui, nous sommes déjà le 03 janvier, 2011. Et la vie continue… et l’espoir grandit... dans le pessimisme ou dans l’optimisme. Qui vivra verra, et qui verra croira ou niera peut-être. Disons toutefois que le changement est l’affaire de tous les citoyens. D’ici là, la fin de l’année 2011 et la prochaine ‘bonané’ 2012 nous diront alors s’il faut être encore plus pessimiste et grincheux, ou bien un peu plus optimiste et joyeux.

    Finalement, même si un tel article nous rappelle une certaine réalité bien vivace, alarmante et amère, il y a quand même aujourd’hui un appel consensuel résonnant bien haut pour tenter le rapprochement, pour la poursuite du dialogue et pour l’apaisement des moeurs. Certes, tout cela n’effacera point les gaffes ou bien les erreurs commises jusqu’ici, mais on arrive tous à un point où force est de reconnaître qu’il nous faut maintenant sortir de la crise si l’on veut vraiment établir de nouvelles ordres de bonne conduite et de bonne gouvernance, grâce en grande partie au changement de fond, d’esprit, de l’intérieur à l’extérieur.

    « Bonne Année » ou « bonané », mais faisons aussi montre d’amitié, de tolérance et d’intelligence entre nous, face à notre dilemme national. Merci.

  • 4 janvier 2011 à 11:22 | Rakiki (#4902)

    Bonne année Ndimby et mille fois merci pour votre analyse de la situation actuelle qui reflète réellement ce que beaucoup de malagasy éprouvent actuellement.
    Bonne et heureuse année à tous les forumistes et terminons par ce proverbe chinois : " on ne peut pas empêcher l’oiseau de malheur de voler au-dessus de sa tête, mais on peut l’empêcher d’y bâtir son nid !!".

  • 4 janvier 2011 à 16:22 | Lekivy (#1953)

    Félicitation à M. Ndimby pour sa clairvoyance et sa perspicacité. Pour ma part, je partage entièrement son analyse comme ses propositions de solutions. J’ajouterais juste qu’il faut continuer à rejeter le referendum que la HAT s’est évertué à organiser, pas seulement à cause de son caractère unilatéral, mais surtout à cause des manœuvres effectuées pour habiller les textes au goût exclusif de la HAT (cf conférence d’Ivato) mais aussi le forcing avant, pendant et après le scrutin pour nous faire avaler les fameux 52% de participation. Dans tout schéma de sortie de crise, il ne faut pas considérer comme acquis les différentes dispositions de cette loi fondamentale. Je peux encore avaler la réduction de l’âge du Présidentiable, mais revenir aux Provinces autonomes serait tout bonnement un affront aux différentes régions qui veulent davantage d’autonomie de gestion et de moyens, en respect à la logique de décentralisation entamée par l’ancien régime.
    Par ailleurs, il faut mentionner clairement dans notre constitution les structures et les mécanismes de contre-pouvoir, lacune qui est source des dérives de nos dirigeants antérieurs.

    • 4 janvier 2011 à 17:38 | ikoto (#4912) répond à Lekivy

      LEKIVY

      Je partage entièrement votre proposition ! Personnellement j’accepte que l’on aille jusqu’à redéfinir une nouvelle durée de cette véritable transition (car inclusive et consensuelle) dans le sens d’allonger encore d’une année supplémentaire cette transition. A mon avis il faudra que les politiciens de quelle mouvance qu’ils soient, réduisent la "crise" en une simple "crise politique" ! Non, cette crise est d’ordre structurel et revêt un caractère cyclique ! Alors il faudra un DIAGNOSTIC sans complaisance de toutes les facettes de la nation malgache ! Il faudra même "crever les plaies" ! Ça pourra être douloureux, tant pis ! Quand une dent pourrie et infecté fait mal il faudra l’extraire !

      Je voudrais revenir un peu sur cette formule quasi galvaudée "transition inclusive, consensuelle et acceptée par tous" ! Actuellement on parle de la démarche effectuée par les trois mouvances mais qu’en est-il exactement des autres sensibilités telles que le Monima et le MDM ? C’est ma question à propos des "politiciens". Mis un grand pan de la société malgache risque d’être tenu à l’écart, à savoir "les sociétés civiles" (car il en existe es tendances) lesquelles doivent nécessairement comprendre les "autorités traditionnelles" et les "associations cultuelles, religieuses et les Églises" ! Sachez que notre société est fortement "religieuse", si bien que les reliions ne devront point être écartées au nom de la "laïcité" (vocable que nos devrons bien définir selon notre nature et selon notre vision), !

      IKOTO

  • 4 janvier 2011 à 17:18 | ikoto (#4912)

    NDIMBY A.

    Miarahaba ano nahatratra ny Krismasy 2010 sy ny taona vaovao 2011 !
    ERMETTEZ MOI DE VOUS LIVRER MES REACTIONS A CHAUD à votre édito !

    Mes remerciements pour ce "coup de projecteur" grâce auquel tout en chacun peut bien se regarder dans un miroir :ce que chacun "a fait de trop" ou ce que chacun a bâclé ou délaissé ! Les responsabilités non assumées ! Les recours refoulés !

    Suis-je pessimiste ou optimiste ? Plutôt "réaliste" dans le sens où je ne peux plus me leurrer devant les agissements des politiques et des politiciens ! Ils se veulent les "porte-parole" du peuple, l’incarnation de la volonté populaire ! Pourtant ces quelques vingt mois de durée de cette fameuse crise m’ont appris qu’ils brament pour dérouter le peuple, ils braillent pour ruser le peuple, ils font semblant de pleurer pour seulement mouvoir le peuple ! Pourtant quand ils ont pu flairer de bons filons ils appellent le peuple pour creuser cette veine jusqu’au bout pour en pouvoir accaparer tout son contenu et pour laisser le peuple épuisé ! Actuellement tous nos politiciens semblent retrouver la raison et veulent bien engager le dialogue ! Mais est-e-que ça va arrêter cette Grande Braderie de Madagascar ? Ets-ce que la dérive "dictatoriale" va être stoppée à temps pour que l’actuel timonier ne puisse y prendre goût pour s’incruster davantage et profondément dans cette transition qu’on a dit "de très courte duré" mais qui risque de s’étaler encore lus !

    Certains disent que la base d’une nouvelle république est jetée ! Mais parlons de cette base en toute objectivité. Est-elle bien solide ? Car il est intéressant d’entendre actuellement de l’aveu même de certains chauds partisans du "oui" qu’en fin de compte "aucune constitution n’est parfaite et qu’en dernière instance tout dépendra du Président qui sera élu" ! Alors, nous risquerons toujours de voir rejaillir "le vieux volcan qu’on croyait éteint" ! Ou bine allons-nous nous assurer mutuellement que la "Place du 13 Mai" n’existe plus si bine que faute de ’’kianja" aucune revendication ne pourra plus galvaniser des foules ! C’est inquiétant !

    Et sur le pan de l’économie, jusqu’où sera fixée la limite de l’immixtion des politiques dans ce domaine et comment éviter toute tentation de tirer profit de sa situation ?

    Je reste réaliste car beaucoup de questions et de problèmes ont été occultés ? TROP D’OPPORTUNITÉS DE POUVOIR NOUS CORRIGER MUTUELLEMENT et ce pour le bien du pays et du peuple ONT ÉTÉ RATÉES ! Ou est-il encore temps de nous reprendre ?

    IKOTO

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS