Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
vendredi 5 mars 2021
Antananarivo | 14h11
 

Développement

Sofia

Revalorisation des filières porteuses

samedi 3 novembre 2007 | Volana R.

Le riz, le miel, la pêche et le raphia. La région n’attend qu’un coup de pouce pour se remettre sur les rails. La région de Sofia est une zone productrice de riz depuis longtemps, mais par suite des changements climatiques au cours des dernières décennies qui affectaient les aménagements hydroagricoles, d’une part par la crue des eaux en saison cyclonique, et d’autre part, la sécheresse en saison sèche. Pour la campagne « Asara » 2006-2007 qui constitue les 94,5% de l’exploitation rizicole, une production de 220 212 tonnes de riz a été enregistrée sur une superficie de près de 105 780 hectares de terrains, d’où un rendement moyen de 2,08 tonnes par hectare. Pourtant une augmentation des surfaces cultivées est encore possible, selon le DRDR de la région Sofia, Ignace Boto, car la région elle-même dispose encore plus de 400 000 hectares de surfaces cultivables. Mais, Sofia a d’autres cartes en main.

La filière pêche constitue une activité très rémunératrice au niveau de la région car elle dispose de plus de 450 Km de côte. En outre l’abondance des plans d’eau douce lui offre aussi des ressources non négligeables, mais l’utilisation des matériels traditionnels rudimentaires ne donne aux pêcheurs que des rendements nettement bas car on n’a enregistré en 2005 qu’une production de 27,3 tonnes de produits de pêche.

L’exploitation de miel, et plus précisément la cueillette de miel en forêt, a mis la région autrefois au rang de premier exportateur de miel qui est très prisé par les pays arabes. Mais suite à la dégradation de la forêt naturelle, cette réputation n’est plus. Actuellement, la filière miel regroupe plus de 10 300 exploitants, mais encore au stade de la pratique traditionnelle.

De ce fait, le projet PSDR, sous tutelle du ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche, a financé 41 sous projets d’apicultures à 50 ruches modernes de chaque, au niveau de la région, et vise à revaloriser la filière miel par une pratique plus rentable au niveau des apiculteurs.
Et enfin, l’exploitation de raphia constitue une source de revenus non négligeables aux ruraux de la région car la production actuelle se situe à près de 150 tonnes par an. Pourtant, la superficie de peuplement actuelle ainsi que la disponibilité des surfaces cultivables en raphia offrent à la région des richesses potentielles considérables.

Acteurs et partenaires de développement rural

Le CECAM, le GTDR Sofia, la société Materauto en tant que distributeur de matériels agricoles, « Tranoben’ny Tantsaha », le PSDR et des organisations de producteurs ainsi que l’A.K.F ou « Aga Khan Foundation » qui est un partenaire d’appui aux AUE de la région, sont tous des collaborateurs prêts à appuyer la politique de la Révolution Verte. En outre, une distribution de 193 titres fonciers aux paysans propriétaires a eu lieu à Anbalafary.

Annonces

Filazana manjo

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS