Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 23 janvier 2022
Antananarivo | 16h06
 

Editorial

Promesses !

lundi 8 octobre 2007 | RAW

Une fraction de l’opinion n’a pu qu’apprécier le ton du président Ravalomanana à la tribune des Nations unies quand il dénonce les promesses non tenues par les grands de ce monde. Sachant la force et l’ampleur des efforts financiers déployés par les grandes puissances pour imposer la « démocratie » en Irak, des pacifistes attirent l’attention sur ce que ces investissements ont produit sinon engendré comme terreur et pauvreté. Des investissements motivés, faut-il le rappeler, par la question nucléaire.

La communauté internationale avait en effet accusé l’Irak de détenir et de développer des armes nucléaires ou du moins des éléments qui entraient dans la composition d’armes nucléaires, de destruction massive et d’armes chimiques. Les multiples et controversées missions d’experts n’ont au bout du compte pas expressément prouvé cette menace de prolifération nucléaire. Mais les Irakiens subissent aujourd’hui les conséquences des assauts des Américains et des Britanniques.

Pendant ce temps, bien des promesses des grands et de la communauté internationale en faveur des pays pauvres sont restées vaines, ou du moins peu respectées. Et cela fait des dizaines d’années que les grands parlent d’aider l’Afrique à sortir de la pauvreté. Madagascar n’est aujourd’hui pas encore sorti de l’auberge. Nos dirigeants ont tout essayé. Mais le résultat est là. Des dizaines d’Africains fuient tous les jours leur continent pour l’Europe au risque de leur vie pour chercher un semblant de mieux-être ou pour préparer leur avenir hors de leur pays natal. Ils affrontent tous les jours les mers et les gardes côte, sinon la famine pour un travail plus rémunérateur ou pour plus de sécurité.

Des milliers de travailleurs malgaches se sont portés volontaires et ont emprunté pour le mirage offert par des entreprises franches des « Bahamas ». Les entreprises franches existent pourtant depuis au moins une dizaine d’années dans le paysage économique malgache ; cela n’empêche que ce sont presque tous des employés de ces zones franches installées dans le pays qui ont souscrit à cette démarche pour les « Bahamas ». Pour ainsi dire, l’emploi dans le pays ne promet pas grand-chose jusqu’à maintenant. Le candidat Ravalomanana, en son temps, avait promis monts et merveilles. Les travailleurs ont cru en lui pour vivre dans un autre monde. Nombre de travailleurs se mordent aujourd’hui les doigts pour avoir pris le risque de croire aux promesses des dirigeants ainsi qu’à celles patrons.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS