Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
dimanche 27 septembre 2020
Antananarivo | 23h12
 

Environnement

Interview

Pr Johan Ratsimbazafy : « Donnons-nous la main pour sauvegarder la faune et la flore »

samedi 22 août

Récemment, une nouvelle espèce de lémurien a été découverte à Madagascar, Microcebus Johani. Son nom a été tiré du primatologue malgache de renommé international, Jonah Ratsimbazafy. Ce dernier a accepté de répondre à nos questions.

- Madagascar-tribune.com : Vos collègues de la science ont attribué votre nom à l’un des plus petits lémuriens découvert récemment à Madagascar, pour vous rendre hommage. Qu’en pensez-vous ?

  • Pr Johan Ratsimbazafy : Je me sens très honoré de la reconnaissance qu’attribuent mes collègues et ami(e)s primatologues sur les activités que j’ai accomplies pour la conservation de la biodiversité de Madagascar et les primates en général. C’est un petit geste qui signifie beaucoup pour moi et je ne les remercierais jamais assez pour cela.

- Trois semaines avant cette découverte, l’IUCN a pourtant révélé que la situation est critique, avec la menace qui plane sur près d’un tiers des espèces de lémuriens à Madagascar qui seraient en danger critique. Quelle est la situation réelle dans le pays ?

  • En effet, malgré la découverte de cette nouvelle espèce, la situation est très critique car les lémuriens sont tous arboricoles et dépendent entièrement de la forêt. Or nous savons tous la situation actuelle de déforestation à Madagascar. Les forêts, habitat des lémuriens, ne cessent de se dégrader à grande allure, les laissant par conséquent menacés de disparition. L’étude de l’IUCN est une étude à long terme qui reflète vraiment la réalité à Madagascar. Malgré cette bonne nouvelle, il y a quand même du souci à se faire concernant l’existence même de ces espèces phares de notre île qui se trouvent en danger d’extinction.

- En quoi cette découverte pourrait-il être une bonne nouvelle, comme le disent les instances qui militent pour la protection de l’environnement à Madagascar, à l’instar de la WWF, alors que cette situation dans le pays semble alors s’empirer ?

  • Une découverte est pour moi toujours une bonne nouvelle ! Ceci montre la valeur de la biodiversité malgache. En outre, cette nouvelle espèce bénéficiera directement ou indirectement à beaucoup de secteurs dans le pays comme le tourisme, la recherche scientifique et même l’économie malagasy. Cela va de part et d’autre encourager les acteurs dans la conservation à mieux protéger, à garder espoir et à penser que même une toute petite espèce de lémurien peut apporter un grand changement. On ne doit pas baisser les bras, il faut continuer à protéger malgré la crise que nous traversons car après tout, la nature reste notre plus grand allié.

- Chaque année, il y a toujours des projets menés par les instances qui protègent l’environnement à Madagascar, pour tenter de préserver la faune et la flore, malheureusement, la situation semble toujours s’aggraver de jour en jour. Où se situe le problème ?

  • La conservation est selon moi un travail collaboratif. Le problème c’est qu’il y a manque d’engagement venant des deux parties prenantes de la conservation : les responsables des divers organismes œuvrant pour la protection de l’environnement et l’Etat ; sans quoi les actions menées resteront vaines et incomplètes. Les ONGs environnementaux, certes, font déjà leur travail mais il y a aussi une grande part de responsabilité de l’Etat. A quoi bon découvrir une nouvelle espèce si chacun de ces parties ne prend pas ses responsabilités pour le sauvegarder lui et son habitat. Madagascar a depuis longtemps été montré du doigt à cause de cette manière inefficace de négliger la protection de la biodiversité et de ne pas en faire une priorité, mais il ne faut pas pour autant baisser les bras. J’encourage toutes personnes désirant conserver la richesse naturelle de ce pays à continuer à croire que nous parviendrons à protéger nos espèces, que nous trouverons des solutions à ces problèmes. Il faut une sensibilisation à tous les niveaux. J’en appelle donc à tous les responsables de tous les niveaux : donnons-nous la main pour essayer de lutter vents et marées pour sauvegarder la faune et flore qui font la beauté et la richesse de ce pays.

Recueillis par Mandimbisoa R.

2 commentaires

Vos commentaires

  • 22 août à 14:42 | nez_gros (#10715)

    Quel ego Boursouflé ces Occidentaux ! dans le texte :"Récemment, une nouvelle espèce de lémurien a été découverte à Madagascar"
    - Les Malgaches qui ont trouvé , qui ont joué avec ces animaux ne sont pas des humains quoi...

    N’oublie jamais ceci, ce sont les nez-gros qui ont civilisé le monde en premier, avant avant Hammourabi, avant Mathusalem, Abraham, avant newton, avant Hippocrate , avant César...

    La falsification de l’histoire est tl que :
    - C’est Elvis qui créa le Rock
    - C’est Glenn Muler qui créa le Jazz
    - C’est Eminem qui inventa le RAP
    - C’est Gates et Jobs qui inventèrent l’Ordinateur

    Tout cela c’est la falsification de l’histoire, ce sont des Nez-gros qui sont à l’origine de tout cela , comme la découverte de ce Lemurien qui aurait du être appelé MADACASCARUS-MAROANTSETSUS , ou tout simplement, GIDRO-TSIMISARAKA-1... t’as capté ou pas gros ???

    • 22 août à 14:58 | vatomena (#8391) répond à nez_gros

      Bien sur qu’’ils " connaissaient cette variété de lémurien.Ils en ont tellement mangé qu’ils avaient presque disparu .ça ,tu l’auras au moins capté nez -gros

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS