Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
jeudi 3 décembre 2020
Antananarivo | 10h57
 

Politique

KMF CNOE

Pour le maintien du calendrier électoral

vendredi 3 mai 2013 | Haingo

Malgré les rumeurs qui circulent au pays quant au report des élections, les sociétés civiles et organismes œuvrant dans le domaine continuent leurs activités en vue de la tenue effective des élections présidentielles et législatives de juillet et septembre 2013. C’est ainsi que la Confédération Suisse a financé l’Institut Electoral pour une Démocratie Durable en Afrique pour qu’elle poursuive ces activités de formation des acteurs électoraux. Le KMF CNOE faisant partie des organismes bénéficiant de ses financements et appuis, a organisé en début de semaine un atelier d’évaluation à mi-parcours des opérations de l’enrôlement systématique des électeurs. 120 personnes issues des districts et quelques membres du bureau national ont participé à l’atelier. Il s’inscrit dans le cadre de la tenue des élections libres, transparente impartiale et juste. L’atelier a procédé à une synthèse des observations faites, au stade actuel du processus d’enregistrement des électeurs, par les agents du KMF CNOE sur le terrain. Au cours ce cet atelier, les participants ont pu évoquer les problèmes sur l’organisation des élections. Le président du KMF CNOE a expliqué que pour le moment on a constaté des efforts effectués par ces acteurs dans chaque district et le rapport général sur les problèmes techniques qu’ils ont pu collecter durant cet atelier sera présenté à la presse la semaine prochaine.

Le président du KMF-CNOE a accepté de répondre à quelques questions que les journalistes lui ont posées.

Concernant le nombre des candidats à la présidentielle, il estime que d’une part cette situation montre la démocratie et d’autre part, elle montre également l’inexistence de confiances entre les politiciens notamment ceux qui se sont confrontés dans un même parti ou mouvance. Pour l’initiative du FFKM, il a précisé que le KMF CNOE s’en tient toujours l’idée de ne pas reporter les élections. Cette idée ne veut pas tout de même dire qu’il conteste les actions du FFKM. Les informations qui parlent à présent de « transition bis et de report des élections… » ne proviennent pas du FFKM, a –t-il souligné. Le FFKM cherche seulement à concrétiser la réconciliation, selon toujours le président du KMF CNOE.

Concernant l’utilisation des bulletins uniques, les membres du KMF CNOE sont convaincus que la sensibilisation des électeurs est insuffisante et nécessite un renforcement.

2 commentaires

Vos commentaires

  • 4 mai 2013 à 01:18 | NY OMALY NO MIVERINA (#1059)

    Le KMF CNOE comme les autres institutions doivent maintenir leurs caps et assumer leurs missions respectifs pour les élections de 2013.

    Le C.E.S., ayant validé et publié officiellement les candidatures, la procédure des élections doit suivre son cours normalement.

    Concernant la candidature de Rajoelina, de Madame Lalao Ravalomanana, de Ratsiraka et autres ... C’est leur gueguerre où chacun(e) a sa lecture de la feuille de route et des textes sur ces élections de 2013.

    Le C.E.S. a validé et officialisé.
    Et comme toutes les parties signataires se sont convenues que les décisions du C.E.S. ne font l’objet ni d’aucun appel, ni d’aucun recours ... On s’achemine comme on peut vers les élections... ou avec joie, ou avec regrets, ou avec déception, ou avec défi, ou avec assurance ...

    La phase des inscriptions est close,
    Restent :
    - la campagne électorale qui s’avère houleuse à cause du changement de l’échiquier politique (candidature de Rajoelina) ... Bonjour les négociations et transactions ... Cà doit négocier dur !!!
    - les élections proprement dites du 1°tour.

    Le but c’est satisfaire les besoins des Malagasy. L’essentiel.

    Le point positif de cette situation :
    Apprendre à nos politiciens à bien lire, à lire entre les lignes,tout texte politique (comme la feuille de route, les conventions électorales, etc ...), à bien comprendre, à bien rédiger, à relire le tout ... avant de parapher, signer et apposer son nom.
    Par sécurité, on émet des réserves écrites.

    Et quelles que soient les circonstances, dans le doute, on s’abstient ! Y a pas de honte à çà !

    Autrement, signature, manifestation de la volonté, vaut accord. Une phase de la procédure toute simple avec toutes les conséquences.

    Y en a qui savent négocier mais incapables de conclure convenablement !
    Voilà les vrais lacunes de certains de nos politiciens ...

    Veloma !

    • 4 mai 2013 à 11:05 | Eleonore (#5039) répond à NY OMALY NO MIVERINA

      Tiens c’est tres drole : quand cela nous arrange, nous crions haut et fort appliquons les lois et allons de l’avant !
      Pourtant ces lois et procedures avaient-elles ete bien appliquees lors de ce processus electoral ? Non.
      Alors ????
      Pour moi, le CES a montre sa non-credibilite pour mener a bien ce processus. Nous serons bien surpris le jour de l’annonce de l’elu car c’est peut-etre quelqu’un qui n’etait pas dans la liste non plus : pourquoi pas Marc Ravalomanana ???? Ha !ha !ha ! Bonne journee quand meme.

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS