Facebook Twitter Google+ Les dernières actualités
samedi 3 décembre 2022
Antananarivo | 11h40
 

Société

Madagascar Tribune a 20 ans

Pour la satisfaction de ses lecteurs

lundi 28 janvier 2008 | Suzy R.
Ando Parson, le nouveau DG de Madagascar Tribune .

(Diaporama en bas de page)

Le mercredi 14 décembre 1988, un journal quotidien d’information est né, le numéro un de « Madagascar Tribune » était entre les mains des lecteurs. Une naissance qui est due au fruit du rapprochement entre les journalistes passionnés par leur métier et des investisseurs misant sur la communication. Édité en 8000 exemplaires et comportant 16 pages, « Madagascar Tribune », était composé à cette époque d’un personnel rédactionnel et technique compétent qui se conformait aux principes fondamentaux de l’éthique du journalisme : rigueur, indépendance, responsabilité... Le mot d’ordre était on ne peut plus clair : « offrir chaque jour un produit de qualité » , et pour ce faire, le journal comptait informer un peu mieux et un peu plus complètement. Ainsi, le quotidien faisait place à l’actualité du jour. Celle-ci concerne aussi bien tous les aspects de la vie malgache ( politique, économique, social, culturel, sportif) que ceux de la vie internationale. Mais le journal élargissait aussi son champ d’observation et approfondissait son information dans certains domaines avec notamment, ses rubriques hebdomadaires : « économie » le lundi, « littérature » le mardi, « TV-Radio » le mercredi, « tourisme » le jeudi, « Femmes », le vendredii et « Spectacles » le samedi. Les annonceurs, à l’instar de l’ex Hilton International Madagascar, Prisunic, Solimotel, Antafita, Opticam... occupaient aussi une large place dans le journal. Plus tard, en vue de rétablir l’équilibre entre la capitale et les provinces , le journal avait mis en place un réseau de correspondants régionaux à travers le pays.

Toujours est-il que dans l’ojectif de rendre le journal encore plus attrayant sans rien lui enlever de sa rigueur, « Tribune » a décidé d’offrir à ses lecteurs tous les samedis un supplément en couleur portant le titre de « Week-end en Couleur ».

Le numéro un de cet hebdo de 4 pages, paraissait le samedi 10 août 1996 . Il a pour cible toutes les générations et contenait des rubriques très variées allant des paroles de chanson, aux jeux, sans oublier les contes, les blagues et les recettes de cuisine. L’objectif était d’avoir une vision optimiste de la vie, « en couleur ».

Et l’amélioration ne s’arrête pas là. « Tribune » new look, faisait sa première parution le samedi 2 avril 2005, en quadrichromie, 24 pages, bilingue où les articles en malgache seront traités sur le même pied d’égalité que ceux en français. Dorénavant, « Week-end en Couleur », après avoir embelli les fins de semaine en beauté avec ses plus de quatre centaine de numéros serait encore plus près de ses fidèles lecteurs quotidiennement du lundi au samedi, mais, sous une nouvelle formule « Magazine », insérée dans le milieu de page de « Madagascar Tribune ». Ainsi, les rubriques sont réparties comme suit : « Technologie et management » le lundi, « Alimentation et bien-être » le mardi, « Jeux juniors et Femme » le mercredi, « Famille et contes en malgaches » le jeudi, « Poster géant et site » le vendredi, enfin, « portrait , jeux et chansons rétro » le samedi.

Aujourd’hui, nous entamons le 5768 ème numéro du journal, encore mieux relooké pour satisfaire ses fidèles lecteurs...

=====================
- Appui au processus démocratique

Créé en décembre 1988, « Madagascar Tribune » a toujours joué un rôle non négligeable dans la démocratisation de la vie politique à Madagascar. Depuis et jusqu’à ce jour, l’équipe rédactionnelle joue son rôle qui est d’informer le public, d’analyser les faits et d’interpeller les responsables, quand besoin est. Même dans un contexte où la censure était encore en vigueur, nos confrères n’ont pas ménagé leurs efforts pour dénoncer les malversations et les irrégularités. En 1989, le KMF/CNOE a pu rendre public les résultats de son observation des élections présidentielles, par le biais du nouveau quotidien qu’était « Madagascar Tribune ». Des fraudes électorales ont été mises à jour et la révélation de ces dernières avaient été à l’origine du mouvement de contestation des résultats publiés par le ministère de l’Intérieur. Lors de la tenue des rencontres nationales appelées communément « Concertation I et II » au Falda Antanimena, notre journal avait mis le paquet pour appuyer ce mouvement. Sans l’appui de la presse, le mouvement risquait d’être étouffé par les autorités.

Par ailleurs, dans la rubrique « Tribune Libre », les lecteurs ont pu s’exprimer, pour la première fois dans une page d’un journal en vue de témoigner un événement quelconque. La démocratisation de la vie politique à Madagascar s’est enclenchée avec l’appui de la presse privée. Malgré le faible pouvoir d’achat des lecteurs et la mauvaise qualité du réseau de distribution, la presse écrite, dont « Madagascar Tribune », a pu constituer un lobbying pour la libéralisation des ondes et la vie politique en général. Fidèle à sa première mission, « Madagascar Tribune » ne cesse et ne cessera de dénoncer les malversations et d’interpeller les responsables politiques et économiques. Toutefois, il s’agit d’un combat de longue haleine, car les hommes politiques et les opérateurs véreux ne restent pas les bras croisés.

=====================
- James Ramaroson félicite et encourage

James Ramarosaona, ancien journaliste de « Madagascar Tribune » et ancien président de l’Ordre des journalistes de Madagascar (OJM) salue la nouvelle direction de « Madagascar Tribune ». Pour ses vingt ans « Madagascar Tribune » peut s’enorgueillir. Le Directeur de publication en tout cas peut être fier. La nouvelle Direction mérite elle aussi d’être félicitée pour avoir donné un autre souffle et ouvert de nouveaux horizons nous confie-t-il. « Je les félicite pour leurs initiatives d’impression délocalisée et les encourage à continuer ainsi. « Madagascar Tribune » a beaucoup contribué au développement de la démocratie », a-t-il affirmé. Et même s’il a choisi de quitter Ankorondrano il y a quatre ans, c’était pour le pluralisme. « Cela fait partie de la vie pour l’émancipation d’un espace pluraliste », a-t-il précisé..


Lire également :
- 22/04/2008 : Relooking de « Madagascar Tribune » - « Une approche communautaire », explique Ando Parson

P.-S.

- Démarrer le diaporama en cliquant sur la première image.

Portfolio

Publicité




Publicité

Newsletter

Les actus du jour directement dans votre boîte email

Suivez-nous

Madagascar-Tribune sur FACEBOOK  Madagascar-Tribune sur TWITTER  Madagascar-Tribune sur GOOGLE +  Madagascar-Tribune RSS